• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le chômage est-il une fatalité ?

Le chômage est-il une fatalité ?

A la fin des trente glorieuses le chômage commençait à poindre le bout de son nez, alors les politicards de l’époque promirent, s’ils étaient élus, de mettre en œuvre des mesures afin de revenir au plein emploi, et le chômage continua d’augmenter.

Le chômage en quelques années atteignit un niveau de l’ordre de 5 %, alors les politicards de l’époque promirent, s’ils étaient réélus, de le faire baisser, et le chômage continua...

Ensuite toujours et encore en quelques années, le chômage grimpa à 10 % voire plus, alors les politicards de l’époque, parfois c’étaient les mêmes qu’auparavant, promirent s’ils étaient de nouveau réélus, de ramener le chômage à un taux de 5 %, et le chômage continua...

Il y a peu, malgré des tas de combines pour exclure des sans-emploi des statistiques, celui-ci dans certaines régions dépassa (officiellement) les 20 %, alors les politicards, dont certains sont connus de longue date et toujours là, promirent s’ils étaient encore de nouveau réélus, cette chose extraordinaire : infléchir la courbe du chômage, autrement dit passer d’une pente ascendante soutenue à une grimpette plus douce. Mais il y avait un plus, le candidat au poste suprême avait identifié le mal dont il faisait la main sur le coeur son adversaire absolu, LA FINANCE, et le chômage continua...

Et nous arrivons à l’époque actuelle : 6,7 millions de chômeurs officiels plus 4,8 millions d’exclus des statistiques, autrement dit PLUS D’UN TIERS de la population active française est concrètement sans emploi. Le chômage est un fait admis, il est quelque part entre une fatalité et un mal nécessaire, les promesses actuelles ne sont plus de le combattre, mais d’essayer de faire en sorte que ceux qui ont un travail, durant le temps qu’ils l’occuperont, conservent si possible une rémunération acceptable.

Une idée entre-temps a fait son chemin, le chômeur est devenu un fainéant, un parasite qui obère les finances de la collectivité, on veut également nous faire avaler que les cotisations chômage sont une charge insupportable pour les entreprises, y compris celles qui délocalisent et/ ou qui licencient, ou encore qu’elles seraient mieux employées si elles servaient par exemple à rembourser la dette contractée (génératrice de chômage) auprès de la FINANCE. 

Avec ce bilan, il appert une évidence, jamais les politicards n’ont eu la volonté de combattre le chômage, pas plus qu’ils ne l’ont maintenant.

Le chômage est chronique, il est structurel, voulu, entretenu, il est du pain bénit pour l’économie car il met à la disposition des employeurs un vivier de travailleurs dociles et pas très exigeants ; il est mieux que l’esclavage, car l’esclave doit être nourri et logé par son maître quand le chômeur reste un consommateur, dans les faits le chômage n’est pas dû à la conjoncture mais enraciné dans des structures qui volontairement empêchent toute évolution vers une amélioration, le bien être des entreprises passent bien avant celui des quidams, le dogme est d’affirmer que quand l’économie va tout va. L’économie est un concept, une abstraction.

Nous ne devons pas espérez des politiques ou du marché (encore un concept) du travail pour tous, c’est pourtant le travail de chacun qui a mis en place toutes les infrastructures qui ont permis à notre pays d’être un état moderne, et c’est toujours ce même travail de chacun qui les maintiennent en fonctionnement, sans elles notamment les super riches n’existeraient pas.

 Alors quand comprendrons-nous que sans les autres nous ne pouvons rien faire, sans la solidarité, il n’y a aucun espoir que notre monde change.

Quel sera le prochain épisode, maintenant que tous les indicateurs économiques (j’emploie cette expression sans trop savoir ce qu’elle signifie) sont dans le rouge ? 

Une alternative jaune s’offre-t-elle à nous ?

Une solution aussi simple que le partage du travail et de ce qu’il produit a-t-elle une chance de germer dans les consciences ?

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

29 réactions à cet article    


  • Arthur S François Pignon 15 janvier 17:51

    On pourrait appliquer pour combattre le « fléau du chômage » le même principe que celui qui est affiché pour combattre la pollution : « les précarisateurs » seraient les payeurs. Les cotisations sociales des employeurs - chômage et retraite seraient modulées en fonction de la nature et de la durée du contrat de travail. La règle générale serait simple : des cotisations directement proportionnelles à la précarité encourue et inversement proportionnelles à la sécurité procurée.

    Sauf que cette règle n’existe pas dans les domaines du travail et de l’emploi et que, si elle existe dans le domaine de l’environnement, elle n’et pas appliquée.


    • Jean Keim Jean Keim 15 janvier 18:10

      @François Pignon

      De plus il est également envisageable que la fiscalité sur les entreprises soit d’autant plus lourde que les bénéfices soient conséquents et le nombre de salariés réduit, peut-être est-ce déjà le cas mais avec une infinité de cas particuliers comme notre administration sait aussi bien le faire.


    • Clocel Clocel 15 janvier 17:53

      Quid du NAIRU ?

      Don’t worry, Macron a pris les choses en main, il n’y aura bientôt plus que des SDF...


      • Jean Keim Jean Keim 15 janvier 18:25

        @Clocel

        Je crois que tous les savoirs économiques doivent être abandonnés pour faire place au bon sens, mais avant tout il faut se poser de bonnes questions, par exemple : chaque activité économique, dynamique ou pas, est-elle un gage de bien-être pour les gens et respectueuse de l’environnement ?


      • Clocel Clocel 15 janvier 18:57

        @Jean Keim

        C’est vous qui parlait du chômage, pas moi, et si vous le faites il faut alors évoquer ce qui structure les choix qui nous impacte :

        On ne veut pas d’inflation ? On veut privilégier la rente ? On a le chômage, c’est aussi simple que ça !

        On est dans la phase ultime d’un capitalisme débridé qui est mourant et qui le sait, qui va tirer ses dernières cartouches sur tout ce qui lui résiste, y compris sur ses propres victimes.

        Aussi longtemps que nous n’aurons à lui opposer que nos corps offerts en ordre dispersé, nous le subirons, et nous savons tous qu’une bête mourante acculée est redoutable.

        Macron est bien plus subtil qu’il n’en a l’air, il alimente par ses petites phrases et ses attitudes, un brasier qui nous consumera tous si nous n’en prenons pas la mesure.

        Relire la Stratégie du choc de Naomi Klein, les bouquins de Viviane Forrester, tout était écris, décris depuis 20 ans...


      • Jean Keim Jean Keim 15 janvier 21:22

        @Clocel

        Et si nous sortions des théories scolaires de la pseudo science économique, car le monde tel qu’il est est bien une invention de l’espèce humaine n’est-ce pas ! alors ce qui a été fait doit pouvoir être défait, mais on peut aussi ne rien changer, ou alors nous admettons que c’est impossible car pas dans les idées des puissants.

        J’ai lu comme tout le monde des livres sur l’économie, c’est comme les bouquins sur mettons l’eau-delà c’est plein de théories toutes autant formidables les unes que les autres, elles expliquent tout, c’est une affaire de croyance.

        Mais une question, dans « partager le travail et ce qu’il produit », c’est quoi le mot que vous ne comprenez pas ?

        Imaginons un monde où tout le monde a sa place et y participe par un service rendu à la collectivité, un monde où personne n’est laissé sur la touche, brrrr ! Ça fait froid dans le dos.


      • Sergio Sergio 15 janvier 18:54

        « ... Le chômage est chronique, il est structurel, voulu, entretenu ... »

        Démonstration de sophisme.

        Nous avons dans la rubrique chômage :

        • Les ayants droit, de constitution physique et mentale leur permettant d’être apte au travail, corvéables à merci et à souhait
        • Les ayants droit de constitution physique et d’age certain en partance vers la catégorie des assistés, faisant vivre du coup, les travailleurs sociaux comme moi

        Au final tout est bon dans le cochon, et donc vive les végans, ils sont notre futur !




        • Jean Keim Jean Keim 15 janvier 21:42

          @Sergio

          Pour avoir un sophisme, il faut un sophiste.


        • Sergio Sergio 15 janvier 22:05

          @Jean Keim

          Je l’avoue, c’est bien dit et la sagesse est encore trop loin pour moi


        • Sergio Sergio 15 janvier 22:08

          @Jean Keim

          Et pourtant le sophiste n’est pas fallacieux


        • Jean Keim Jean Keim 16 janvier 08:18

          @Sergio

          Les sophistes ont montré la limite de la pensée qui dans le domaine de l’abstraction n’en a pas, la science économique est devenue depuis fort longtemps une affaire de sophiste.

          Il est facile de voir un parallèle entre le développement de la pensée et celui de la monnaie et des dettes.


        • Arogavox 15 janvier 19:08

          Un esprit honnête et rigoureux commence toujours par préciser le sens des mots qu’il emploie. Nos pédagogiseurs, imbus de leur humilité au service de la représentation, voire même de l’incarnation de tout un peuple, se sont-ils jamais montrés capables de cette indispensable précaution lorsqu’ils parlent « du travail » ?

            Pourtant un philosophe et logicien célèbre avait montré l’exemple il y a déjà belle lurette. cf B. Rusell, dans « In praise of idlness » :

          "Et d’abord, qu’est-ce que le travail ?
          Il existe deux types de travail :
          le premier consiste à déplacer une certaine quantité de matière se trouvant à la surface de la terre, ou dans le sol même ;
          le second, à dire à quelqu’un d’autre de le faire.

          Le premier type de travail est désagréable et mal payé ; le second est agréable et très bien payé.

          Le second type de travail peut s’étendre de façon illimitée : il y a non seulement ceux qui donnent des ordres, mais aussi ceux qui donnent des conseils sur le genre d’ordres à donner.
            
          Normalement, deux sortes de conseils sont donnés simultanément par deux groupes organisés : c’est ce qu’on appelle la politique. Il n’est pas nécessaire pour accomplir ce type de travail de posséder des connaissances dans le domaine où l’on dispense des conseils : ce qu’il faut par contre, c’est maîtriser l’art de persuader par la parole et par l’écrit, c’est-à-dire l’art de la publicité.

          "


          • Arogavox 15 janvier 19:30

            @Arogavox
            illustration du texte pour ceux qui auraient des difficultés à abstraire :
               
            premier type de travail , qui consiste à déplacer à la surface de la terre, des véhicules (blindés ou pas), des grenades lacrimogènes ou plus, des matraques, etc ... et qui était tellement désagréable et mal payé qu’il a fallu en revaloriser le salaire de 300 euros ... :
              celui des petits gars en bleu qui obtempèrent devant un Benalla
              
              
            second type de travail, qui consiste à dire aux petits gars en bleu ce qu’ils doivent déplacer à la surface du sol :
                celui des gradés qui leur aboient des ordres aux petits gars en bleu ...
              
            autre cas montrant l’extension du second type de travail :
               le travail du philosophe qui influe sur l’intelligentsia nationale par sa  maîtrise de l’art de persuader par la parole et par l’écrit,

            pour faire conseiller aux députés de demander aux gradés des gars en bleu de déplacer des grenades, près de la surface du sol, en direction des organes vitaux des ’rien’ qui sont jaunes et ne ’travaillent’ pas !


          • straine straine 16 janvier 01:16

            « Une solution aussi simple que le partage du travail et de ce qu’il produit a-t-elle une chance de germer dans les consciences ? »

            -> Le chômage est en grande partie le résultat de la spoliation des gains de productivité par la mafia financière .

            Traitements et salaires revenus d’activité 2007/2013 source DÉCLARATION DES REVENUS France entière

            https://pp.userapi.com/c844722/v844722641/15c0cb/IeyXJqusZ_U.jpg


            • Jean Keim Jean Keim 16 janvier 08:23

              @straine

              « -> Le chômage est en grande partie le résultat de la spoliation des gains de productivité par la mafia financière » Et donc bien un défaut de partage, nous sommes d’accord, seulement il faut partager non seulement les richesses mais également le travail, l’un sans l’autre n’est pas (plus) acceptable.


            • Arogavox 16 janvier 11:29

              @Jean Keim
              Reste à préciser ce que vous entendez par « travail » ?

               Comment comprenez-vous l’éloge de l’otium par Bertrand Russel ?
              (Le loisir studieux fait-il partie du « travail » dont vous espérez le partage ?)

              Idem concernant le mot « richesses » : de quelles richesses souhaitez-vous le partage ? (pour un certain Jean Bodin : « Il n’est de richesses que d’hommes ») 

              ’Partager les ressources matérielles autant que les corvées’ 
               me semble une formulation plus claire ... 
              quoique pour ce qui est du fond, on puisse aller plus loin 


            • Jean Keim Jean Keim 16 janvier 18:54

              @Arogavox

              « ’Partager les ressources matérielles autant que les corvées’ me semble une formulation plus claire ... », oui à moi aussi.

              Je n’aime pas ce qui est compliqué, souvent, et je dis cela en ne visant personne, quand une chose est compliquée c’est pour mieux masquer l’ignorance sur le sujet ; le travail est tout simplement ce que chacun doit faire pour que la communauté soit viable, fonctionne au mieux, pour le bien-être de tous, pour certains ce peut être une tâche agréable, pour d’autres une corvée (dans ce cas il faut mieux en changer), pour la majorité probablement qq. chose qu’il faut faire au mieux. Ce que le travail de chacun produit doit être réparti entre tous, et avec le développement de la robotisation, ce sera de plus en plus avec un minimum de temps et d’effort, alors chacun aura beaucoup de temps pour faire ce qu’il aime, dont étudier pourquoi pas, en fait le plus grand défi sera de gérer son temps libre sans verser dans l’apathie.

              Personnellement je pense en toute sincérité que le temps consacré au service de la communauté est du temps de vie donné, et que quelle que soit la personne ou la tâche effectuée, chaque heure de vie donnée a la même valeur, à chacun d’en tirer une conclusion.

              Si une telle société devait éclore, alors tout sera à inventer, il faudra notamment créer une nouvelle monnaie qui ne puisse pas être thésaurisée, ni accaparée, ni spéculée, une monnaie dont les restes inutilisés seront périodiquement automatiquement détruit... enfin c’est la vision que j’ai, les théories économiques actuelles sur le crédit, l’offre et la demande, le soit disant marché régulateur, le libéralisme débridé, enfin bref toutes ces fumeuses stupidités n’auront plus court.


            • straine straine 17 janvier 02:51

              @Jean Keim « Et donc bien un défaut de partage, »

              -> Sans aucun doute, par contre je ne sais pas si vous êtes conscient de la gravité du problème :

              2007
              Total heures travaillées 2007 +heures sup 2006 -> 27 901 329 517 H

              Population de 18 à 60 ans [pour info] -> 35 622 268

              Total Heures/Population de 18 à 60 ans/12 Mois -> 65 H/MOIS ⬅️

              2013
              Total heures travaillées 2013 +heures sup 2012 -> 22 572 266 752 H

              Population de 18 à 60 ans [pour info] -> 35 108 211

              Total Heures/Population de 18 à 60 ans/12 Mois -> 54 H/MOIS ⬅️

              le total des heures sont corroborées par les données de la masse salariale disponible sur le site http://www.acoss.fr

              Les fichiers ano du fisc sont disponible https://www.impots.gouv.fr/portail/statistiques , choisir Impôts des particuliers puis -> Impôt sur le revenu : déclarations nationales puis -> l’année.

              Le choix des 18/60 ans bien qu’arbitraire représente à peu près le potentiel d’actifs.

                


            • Jean Keim Jean Keim 17 janvier 08:22

              @straine

              Plus de 11 millions de sans-emploi, dans ce total il y a les chômeurs recensés et les exclus des statistiques, pour une population d’environ 27 millions d’actifs, oui je crois que je suis conscient du problème, suivant les règles actuelles du travail, il est impossible d’envisager le plein emploi ni même de faire baisser notablement le chômage, alors et je me répète, à part partager le travail et ce qu’il produit, je ne vois pas d’autre solution.


            • straine straine 17 janvier 09:56

              @Jean Keim
              Vous prêchez un convaincu, à l’époque ou je fréquentais un peu plus assidûment agoravox je pense l’avoir rabâché[*1] une fois et une autre, bien qu’indispensable, le partage du temps de travail ne nous empêchera pas de manger le mur sans un équilibrage de la balance du commerce extérieur.

              [*1] La dernière fois "straine 13 novembre 2016 12:17«  ici https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/chomage-retraites-et-revenu-186423#forum4724285

               »La répartition du temps de travail à lui seul ne réglera pas le problème. => http://minu.me/duk9
              Pas plus que qu’un revenu universel d’ailleurs sans au préalable :
              - les associer à un redressement de la Balance du Commerce Extérieur => http://minu.me/dyzs
              - Pénaliser les heures sup => http://minu.me/dxfs
              Dans le contexte actuel, malgré les emplois subventionnés (+de 50%) à but électif, nous en sommes là => http://minu.me/duk4
              La BIG question existentielle est .... pour combien de temps avant un effondrement TOTAL structurel vu => http://minu.me/dunh ."


            • Jean Keim Jean Keim 17 janvier 11:17

              @straine

              Il faudra bien un jour s’extraire du jeu économique mondial en cours, le premier pays qui s’y risquera prendra un gros risque, néanmoins il faut le faire, pourquoi ne serait-ce pas la France ? Si nous ne changeons rien soit notre espèce disparaîtra, soit une multitude sera réduit en servage, probablement un mélange des deux.


            • JL JL 16 janvier 09:24

              ’’Une solution aussi simple que le partage du travail et de ce qu’il produit a-t-elle une chance de germer dans les consciences ? ’’

               

               Le partage du travail c’est évidemment la hantise de la droite. A ce propos, il faut que le Rassemblement national arrête de se mentir sur ce sujet, car c’est à lui que nous devons tous nos malheurs actuels, lui qui en détourant à son profit le mécontentement général a fait élire Macron ; lui qui ramassera la mise si demain Macron est démis. Et avec la complicité des médias du Medef.

               

               Macron veut remplacer le code du travail par le code du capital :

               

              ’’Bataille autour du code du travail. Ce n’est pas le vieux monde contre le nouveau monde ; c’est le conflit continu entre le capital et le travail. (...) ... à la question d’un téléspectateur «  Y a-t-il des exemples de dérégulation du travail ayant permis de réduire le chômage et la précarité des salariés ? », Silence gêné des « experts » majoritairement libéraux sur le plateau « – Non – Non, à ma connaissance » finiront-ils par lâcher....’’


              • ZenZoe ZenZoe 16 janvier 10:50

                Pas grave. La GPA arrive. Comme ça, les femmes (très touchées par le chômage) en âge de procréer pourront au moins se faire un peu d’argent du poche. On nous prépare un nouveau monde plus beau que l’ancien.


                • jef88 jef88 16 janvier 12:09

                  Qu’est ce qui a provoqué le chômage ?

                  C’est tout simple : la mondialisation !

                  Je me souviens des années 60 ou dans nos vallées vosgiennes, il existait des milliers et des milliers d’emplois dans le textile : filature, tissage, teinture, impression, confection......

                  En quelques années, tout a disparu ! ! !

                  Les « beaux esprits » de l’époque ont accusé De Gaulle qui en accordant l’indépendance aux africains avait fait perdre des parts de marché aux entreprises françaises (la municipalité de mon patelin a repris ce refrain il y a 2 ou 3 ans !). Les français, bien entendu, ne s’habillent pas ....

                  En réalité il y a eut une délocalisation tous azimuts ... Afrique, Asie, toujours vers des pays à bas cout de la vie ! ! ! !

                  Le textile n’est qu’un petit exemple ! TOUTE l’industrie manufacturière a disparu ! !

                  Alors, à qui le crime profite ?

                  -Les grands groupes industriels qui font produire et surtout encaissent de superbes marges.

                  La graaande distribution qui fonctionne de la même façon .

                  Mais CHUUUUUT ! c’est tabou ........

                  Les chômeurs ne peuvent que la fermer ! ! ! !


                  • Trelawney Trelawney 16 janvier 12:49

                    @jef88
                    En réalité il y a eut une délocalisation tous azimuts ... Afrique, Asie, toujours vers des pays à bas cout de la vie ! ! ! !
                    Pour ce qui est du textile, je viens d’acheter un pull en laine Aran à 40 euros. Est-ce que vous pensez sincèrement que ça vaut 40 euros ? Bien sur que non, un pull avec une laine de cette qualité vaut 100 à 150 euros. Oui mais voilà la délocalisation permet cela.
                    Aussi on regrette la disparition des usines textiles dans les Vosges comme à Roubaix, mais on ne rechigne pas sur la bonne affaire que l’on fait à Auchan ou Carrefour.
                    Quant à l’artisan irlandais, il faut qu’il s’adapte aussi pour être compétitif, quitte à mourir de faim

                    Mais je vous rassure, même la mondialisation a trouvé ses limites. Les espoirs de profits qu’allaient faire nos milliardaires sur les dividendes des pays émergents comme ceux d’Amérique latine, d’Inde ou d’Asie du sud est sont désormais passés en pertes et profits. Et je ne parle pas de la Chine


                  • ZenZoe ZenZoe 16 janvier 14:27

                    @jef88
                    100% d’accord.
                    La mondialisation et la concurrence faussée. Comment se fait-il qu’un pull fait en Chine et fabriqué à des milliers de km soit au même prix qu’un pull fabriqué localement ? Et les légumes qui viennent d’Argentine ou du Kenya et sont plus chers que des oignons du maraîcher d’à-côté ?
                    Il n’y a pas que la main-d’oeuvre d’ailleurs, il y a aussi les droits de douane, l’absence de taxation sur le kérosène par exemple...
                    Bref, un peu de protectionnisme bien pensé ne ferait pas de mal


                  • ZenZoe ZenZoe 17 janvier 10:21

                    plus chers

                    moins chers je voulais dire


                  • zygzornifle zygzornifle 16 janvier 12:38

                    Avec la robotisation et l’IA bienvenu dans le onde du chômage qui lui ne sera pas virtuel mais bien palpable ....


                    • Claudec Claudec 16 janvier 20:37

                      Il faut savoir :

                      Que si d’une part la Banque Mondiale (BM) et le Bureau International du Travail (BIT) s’accordent sur la création de 50 millions d’emplois par an dans le monde durant les 10 prochaines années, les démographes prévoient qu’il naîtra près de 100 millions d’êtres humains supplémentaires pendant la même période (source ONU).

                      Chacun de ces êtres humains étant promis à devenir un demandeur d’emploi, la fatalité existera bien pour ceux qui ne l’obtiendront pas.

                      https://claudec-abominablepyramidesociale.blogspot.com/

                      Surpopulation humaine – La cause de tous nos maux” https://www.amazon.fr/dp/B07HQ1CQ8M

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès