• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le cornichon français est de retour

Le cornichon français est de retour

C’est sous ce titre que Le Figaro du 7 novembre 2017 évoquait le défi relevé par un industriel de l’agroalimentaire pour recréer une filière française du cornichon. En réalité, Le Figaro et ses éditorialistes auraient dû utiliser ce titre à l’occasion de la primaire de la droite qui a abouti au choix calamiteux de François Fillon pour la Présidentielle.

Dans son livre « Qui imagine le Général de Gaulle mis en examen ? : Chronique sécrète d’une élection imperdable … » (1), Georges Fenech a longuement démontré l’inanité de la thèse du complot, l’aveuglement et la médiocrité de l’entourage du candidat de la droite et du centre, à l’exception de lui-même, de Bruno Le Maire, de Thierry Solère et de Patrick Stefanini, qui l’avaient invité à se retirer, en rappelant, à juste titre, le constat d’André Malraux selon lequel si « on ne fait pas de politique avec la morale on en fait pas davantage sans ».

C’est ainsi qu’au premier tour, convaincu de l’élimination de François Fillon, j’ai voté pour Emmanuel Macron parce que je craignais un duel de deuxième tour entre Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon, et que j’ai récidivé au deuxième tour pour éliminer Marine Le Pen.

Je n’avais certes pas prévu le raz-de-marée aux législatives de la génération spontanée des candidats Internet de la République en Marche, même si cette victoire doit être relativisé par les effets amplificateurs de notre mode de scrutin et par une abstention le 18 juin dernier proche des 58 %, avec 10 % de bulletins blancs ou nuls.

Or, quoi qu’il en soit, Emmanuel Macron est sorti renforcé de cette élection puisque les Français qui se sont mobilisés lui ont permis de réaliser un coup de balai digne de celui qu’avait connu l’Assemblée Nationale en 1958.

Au surplus, cette situation n’a pas été altérée par les résultats des dernières sénatoriales liés, il faut le rappeler, aux votes d’élus locaux légitimés électoralement avant le bouleversement que nous venons de connaître, ce qui prouve une fois de plus qu’il est urgent, comme le souhaitait le Général de Gaulle, de supprimer le Sénat ou d’en réduire considérablement les effectifs en le fusionnant avec le Conseil Economique et Social sur la base d’une compétence strictement économique et financière qui pourrait être abondée par les travaux de la Cour des Comptes.

Objectivement, et avant de venir sur le fond, nous devons remercier Emmanuel Macron pour avoir :

  • démontré que Marine Le Pen n’était pas au niveau des responsabilités qu’elle briguait ;
  • détruit le Parti Socialiste ;
  • jeté le sortant comme un Kleenex ;
  • fait observer que le talent oratoire du petit Robespierre, comme le surnomme Michel Onfray, se transformerait en gesticulations bolivariennes au Parlement ;
  • mis en évidence les contorsions des dirigeants de l’UDI ;
  • ressuscité François Bayrou pour mieux le vassaliser avant de l’éliminer ;
  • dilacéré Les Républicains qui disposent maintenant de quatre années pour se reconstruire.

A la fois et en même temps

Aujourd’hui, les Français considèrent, à juste titre, que la France est gouvernée par une majorité centriste à l’Assemblée Nationale, avec 314 députés LRM, 47 MODEM et 35 Constructifs.

Comme le constate Pierre-André Taguieff dans son ouvrage « Macron : miracle ou mirage ? »(2), Emmanuel Macron a « inventé un nouveau centrisme » composé de Français en situation aporétique : à la fois de gauche et de droite mais en même temps ni de droite, ni de gauche.

Cette observation n’est pas anodine car si aucun d’entre nous ne souhaite l’échec de notre pays, celui d’Emmanuel Macron n’est pas à exclure, pour des raisons que nous aborderons plus loin. Il en résulte par conséquent que le risque d’une alternance extrême ne peut être écarté, comme le prouve la montée préoccupante des partis d’extrême droite ou d’extrême gauche en Europe.

Ce risque est d’autant plus grand que les réformes sont toujours longues à produire leurs effets et que s’aggravent dans notre pays : la pauvreté qui affecte 6 millions de nos compatriotes, les craintes liées à l’immigration, à l’insécurité, au retour des djihadistes et la méfiance populaire vis-à-vis des élites.

A cet égard, Alain Juppé, au lieu d’affirmer récemment et péremptoirement qu’ « un peuple sans élite est un peuple sans repères », aurait été plus pertinent s’il s’était interrogé sur la question de savoir si un peuple qui s’égare, ne s’égare pas à cause de ses élites ? Ou plus exactement si l’aveuglement des élites n’explique pas la jacquerie électorale qui se répète, scrutin après scrutin depuis trente ans !

En effet, quand l’école, les services hospitaliers et la justice se désagrègent, que les pompiers, les médecins et les policiers sont agressés et injuriés, que des zones de non droit existent dans plus de 70 villes en France, que la haine raciale s’affiche, que des mouvements religieux contestent la prédominance des lois de la République, que les trafics de toutes sortes prospèrent en toute impunité, que légalement des grandes multinationales échappent à l’impôt, il arrive un moment où une violence généralisée peut exploser.

La vinaigrette est fade

La volonté d’Emmanuel Macron de réformer la France est incontestable. Il est manifestement décidé à agir vite, comme l’était le Général de Gaulle en 1958. Il impose à ses équipes une discipline de fer et un rythme effréné. Au surplus, il ne craint pas l’impopularité et n’hésite jamais non sans courage à échanger avec ses contradicteurs à l’occasion de ses déplacements en France.

Alors que le clivage droite-gauche est de retour, la bienveillance, l’agilité, la détermination et la fermeté, risquent malheureusement d’être insuffisantes car Emmanuel Macron, qui a rendez-vous avec les vieux démons de notre pays : l’indiscipline, l’individualisme, les corporatismes, adresse trop de signes contradictoires aux Français.

Qu’il s’agisse :

- de la cérémonie d’investiture du Louvre, destinée à sacraliser à nouveau la fonction présidentielle, aux effets anéantis quelques semaines plus tard par les conditions de sa participation à la mise en scène de la manifestation en soutien à la candidature de Paris aux Jeux Olympiques, au lieu de se réserver, grâce à son aura internationale, pour l’Exposition universelle de 2025.

- à l’occasion du congrès de Versailles ou du discours d’Athènes, où son goût du lantiponnage a même laissés pantois les intellectuels de gauche, c'est-à-dire les Mutins de Panurge, pour reprendre l’expression de Philippe Muray.

- de son appétence pour la chasse aux trophées : Nicolas Hulot, Gérald Darmanin, Edouard Philippe, et demain sans doute Zig Zag (je vous laisse deviner), dont il semble que le seul objectif est de créer de la confusion, sur la base des recommandations du bréviaire des politiciens du Cardinal Mazarin.

- du souci de nourrir les magazines ou les médias, par des scènes inattendues d’hélitreuillage ou d’apparitions dans des panoplies diverses et variées.

- du choix de s’exprimer en anglais à l’occasion des grandes manifestations internationales, alors que la langue française est la substance même de la nation française et que le développement de l’anglais joue un rôle essentiel, comme le souligne si justement Claude Hagège(3), pour consolider la suprématie de la culture libérale, mondialiste et par nature anti-européenne. Chacun sait que l’exigence républicaine est en effet de s’exprimer dans les manifestations internationales en français, notamment eu égard au poids de la francophonie.

- de son volontarisme européen, qui risque de devenir incantatoire par défaut de réalisme, notamment en raison de son alignement excessif sur l’Allemagne et de sa volonté de donner des leçons à l’ensemble des membres de l’Union, alors que cela serait plus avisé de réfléchir à reconstruire d’urgence l’Europe autour d’un noyau dur de pays. Comme le suggère Ivan Krastev dans son ouvrage « Le destin de l’Europe »(4), « Il est temps de mettre au rebut nos espoirs naïfs » si nous voulons que la légitimité de l’Union Européenne ne soit pas remise en cause par les peuples.

Par ailleurs, et sans doute par souci d’efficacité, Emmanuel Macron a nommé huit personnalités de premier plan, issues des meilleures écoles de la République, pour, entre Matignon, Bercy, les ministères et l’Elysée, fluidifier et nourrir l’action politique de notre pays. Ce qui a conduit entre autres raisons quelques éditorialistes à considérer que le Macronisme relevait du Saint-Simonisme, puisque cette doctrine du 19ème siècle entendait substituer au Gouvernement des Hommes l’administration des choses puisqu’une nation ne saurait être autre chose qu’une entreprise.

Or, l’ambition de gérer la France comme une entreprise ou une startup est annonciatrice de grandes désillusions parce que les startups créent peu d’emplois, que beaucoup d’entre elles meurent rapidement et que les grandes entreprises sont de plus en plus exposées, à défaut de se transformer, au risque de disparaître par consolidation ou destruction.

Chacun sait que la compétition mondiale se caractérise par une financiarisation démesurée des activités économiques et que les objectifs prioritaires des entreprises visent à faire toujours plus de profits et à gagner des parts de marché, lesquels sont incompatibles avec la complexité géopolitique du monde, même si celles-ci ont une très grande expertise pour en bonifier les failles fiscales(5). Il me semble que c’est le Général de Gaulle qui avait rappelé que « La politique de la France ne se fait pas à la corbeille »  !

« L’avertissement à l’humanité » adressé par 15 000 scientifiques pour sauver la planète, la prise en compte de la misère dans le monde, les problèmes éthiques posés par le transhumanisme et les manipulations génétiques ne sont pas les priorités des grandes entreprises même si celles-ci se repeignent en vert ou créent des fondations pour s’acheter des indulgences !

Je reste également perplexe sur le rapport à la laïcité de notre Président, notamment après son discours en Terre Radicale à Lyon en février 2017 lorsqu’il a déclaré qu’ « il n’y avait pas une culture française mais une culture en France diversifiée », ce qui revient à glorifier le communautarisme.

Je n’ai pas oublié que le Conseil Français du Culte Musulman (CFCM), que l’Union des Organisations Islamiques de France (UOIF), proche des Frères musulmans, comme Tariq Ramadan, ont appelé pendant la Présidentielle à voter pour Macron, alors que 28% des musulmans sont adeptes d’un islam qui considère que les lois de l’islam sont supérieures aux lois de la République.

La tentation du bocal

Les Républicains, à qui tout était promis en juin 2017, ont réussi en très peu de temps à remplir le bocal. Il faut donc espérer qu’ils ne recommenceront pas les mêmes erreurs, or, force est de constater que c’est mal parti.

En excluant des personnalités, apparemment efficaces dans leurs nouvelles charges, ils n’ont pas eu à l’esprit que le débat interne est toujours préférable aux divisions, et ce d’autant plus que les bras séculiers de cette misérable sanction ont oublié qu’elle est le résultat des refus conjoints de Jean-Pierre Raffarin et d’Alain Juppé d’institutionnaliser les courants lors de la création de l’UMP.

C’est Françoise Giroud qui refusait de tirer sur les ambulances.

Dès lors, sanctionner pour traitrise des personnalités débauchées ou séduites, c’est assurément excessif et c’est oublier l’invitation de Georges Clemenceau à relativiser de telles situations lorsqu’il rappelait qu’ « Un traître est celui qui quitte son parti pour s’inscrire à un autre ; et un converti, celui qui quitte cet autre pour s’inscrire au vôtre. ».

Alors que Laurent Wauquiez a sans doute toutes les chances de devenir le Président du parti Les Républicains, je constate avec inquiétude qu’il n’a pas mis à jour son logiciel.

J’ai écouté avec attention, tout en restant dubitatif, ses dernières déclarations. Je ne pense pas en effet, alors que la priorité est de reconstituer une opposition crédible, qu’une stratégie fondée sur le seul critère de combattre intuitu personae Emmanuel Macron a quelque chance de réussir.

Il en va de même pour un certain nombre de personnalités au sein des Républicains qui refusent d’intégrer l’idée que pour redevenir une force d’alternance il sera nécessaire, au-delà d’une mobilisation des abstentionnistes, de reconquérir les électeurs perdus du Front National et de la France Insoumise.

De ce point de vue, je m’étonne des dernières déclarations d’Alain Juppé qui n’en finit pas de chercher à se survivre alors que son sort politique a été définitivement tranché par ses propres électeurs et qui oublie ce qu’il écrivait dans la préface du livre de Maël de Calan « Je respecte les électeurs du Front national, comme je respecte tous les Français. Je sais que pour la grande majorité d’entre eux, leur vote est un cri de colère ou de désespoir. Un défi qu’ils lancent aux responsables politiques qui ont été incapables de résoudre leurs difficultés. Ils méritent de vraies réponses aux questions qu’ils posent et de vrais remèdes aux difficultés qu’ils rencontrent. »(6).                  

Pour éviter de se retrouver dans le bocal Laurent Wauquiez ne manque pas de moyens. C’est ainsi qu’indépendamment de sa personnalité, il ne devra pas réitérer la mansuétude légendaire de Nicolas Sarkozy avec les barons de l’UMP, qui pour la plupart lui doivent leur carrière.

Il devra notamment renouveler ses équipes, sans perdre de vue toutefois que le jeunisme conduit à la gérontophobie, inviter au silence médiatique ceux qui se sont fourvoyés en participant à la manifestation du Trocadéro et suggérer à ceux qui ont perdu successivement des élections de se retirer ou de se taire.

Sur le fond, je lui suggère :

  • plutôt que d’incarner une droite décomplexée, de devenir le Président d’un Parti Conservateur Républicain, sur la base de l’analyse pertinente de Roger Scruton dans son ouvrage « De l’urgence d’être conservateur »(7) et d’inscrire sur son agenda la réflexion de Disraeli qui déclarait « Je suis conservateur car je garde ce qui est bon et je change ce qui est mauvais. »  ;
  • au-delà de la mise en œuvre d’un vaste plan de réduction de la dette, du rétablissement d’une fiscalité partagée, d’un engagement européen réaliste et exigeant vis-à-vis du Luxembourg, des Pays-Bas, de l’Irlande, de la Pologne et de la Hongrie, comme de la Grèce et de Malte, de proposer aux Français un nouveau modèle de société en se donnant, dans un nouveau cadre européen, les moyens de surmonter les désordres de la compétition mondiale ;
  • de rétablir la distinction entre l’Etat et le monde économique en encadrant strictement le passage de la fonction publique à la fonction privée, pour éviter les situations de confusion et de conflits d’intérêts puisque l’État ou les collectivités locales sont souvent les principaux donneurs d’ordres ;
  • de revaloriser d’une manière très significative les niveaux de rémunération des élites de la fonction publique et territoriale.

C’est ainsi qu’il devra, pour convaincre les Français et leur redonner le goût de la politique et de l’avenir, ouvrir quatre chantiers ambitieux visant à :

  • une refonte totale des rapports entre l’Etat et les territoires car la démocratie de proximité, même si elle génère des coûts supplémentaires immédiats, est seule de nature à permettre d’éviter des dépenses ultérieures plus lourdes(8) ;
  • en finir avec l’idolâtrie technocratique pour les grandes villes ;
  • faire de l’engagement environnemental une ardente obligation ;
  • reconstruire la citoyenneté et le civisme car trop de nos concitoyens s’interrogent sur la loyauté des élites de notre pays(9).

La responsabilité de Laurent Wauquiez sera grande, si élu à la tête des Républicains, il échoue à reconstruire une opposition renouvelée et ouverte. A défaut, il ne sera pas Jupiter mais Crepitus !

[1] « Qui imagine le Général de Gaulle mis en examen ? : Chronique sécrète d’une élection imperdable … », Georges Fenech, Edition First Document.

2 « Macron : miracle ou mirage ? », Pierre-André Taguieff, Editions de l’Observatoire.

3 « Contre la pensée unique », Claude Hagège, Odile Jacob.

4 « Le destin de l’Europe », Ivan Krastev, Editions Premier Parallèle.

5 « La Richesse cachée des nations. Enquête sur les paradis fiscaux », Gabriel Zucman, Seuil.  

6« La vérité sur le programme du Front national », Maël de Calan, Plon.

7 « De l’urgence d’être conservateur, Territoire, coutumes, esthétique : un héritage pour l’avenir », Roger Scruton, L’Artilleur.

8 « Le crépuscule de la France d’en haut », Christophe Guilluy, Flammarion.

9 « Citoyenneté et loyauté », Yves Michaud, Kéro.


Moyenne des avis sur cet article :  1.7/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • Diogène diogène 12 décembre 2017 11:11

    « ...au premier tour .../... j’ai voté pour Emmanuel Macron .../... et (que) j’ai récidivé au deuxième tour ... ».


    Il ya une place pour vous dans le bocal !

    • Choucas Choucas 12 décembre 2017 11:23

      Trump exige de Foxconn (Taïwan) de rapatrier des usines de montage d’électronique aux US, mais avec des robots IA, moins chers que les colons surpondeurs !
       
       
      FOXCONN VA UTILISER UN MILLION DE ROBOTS IA avant 3 ans aux US
       

      BOOBALAND VA LUI IMPORTER 10 MILLIONS DE BOUBOUS ET BARBUS...
       
      (plus chers et qui se reproduisent pour plus chers, sans compter les kalachs, béton hlm, chômage, deal...)
       
      25% D’ACTIFS POTENTIELS NON ACTIFS , BIENTÔT 50% !
       
      IMMIGRATION = BÉTON + RUINE + COLONISATION

       
       
      https://www.reuters.com/article/us-foxconn-robots/foxconn-plans-to-use-1-million-robots-in-3-years-idUSTRE77016B20110801
      http://www.slate.com/blogs/future_tense/2017/07/27/the_wisconsin_foxconn_pl ant_will_be_staff_by_robots.html
      https://www.theguardian.com/technology/2012/nov/08/foxconn-plan-factories-us-america
      https://www.roboticsbusinessreview.com/manufacturing/are_foxconns_robots_com ing_to_america/
       


      • xana 12 décembre 2017 12:08

        @Choucas
        Et tu as oublié tes gogochons ???


      • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 12 décembre 2017 13:52

        T’in en évoquant les cornichons, ben ces derniers sont très très bons pour le moral :Sources.

        @+ P@py


        • francois 12 décembre 2017 15:16

          Est-ce que le cornichon français peut servir de sex toy ?


          • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 12 décembre 2017 18:40

            @francois

            Salut françois,

            En lisant ta a réponse, ben,j’ai pensé çà : Coluche !


            @+ P@py


          • francois 13 décembre 2017 10:45

            le corps et le nichon j’ai testé mais le cornichon pas encore. D’ailleurs bio ou indus ?


          • francois 13 décembre 2017 10:47

            @Gilbert Spagnolo dit P@py
            Bonjour Papy,


            «  La pauvre avait le clitoris comme un cornichon. Pas aussi gros... »

          • Montdragon Montdragon 12 décembre 2017 20:39

            Mince je pensais à un vrai article sur la production icaunaise !
            Merci Uni lever au passage.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès