• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le dossier migratoire s’invite à l’agenda politique

Le dossier migratoire s’invite à l’agenda politique

Le dossier migratoire s’invite à l’agenda politique

Moab

www.comitecarnot.org

Garder les deux branches de l’alternative, et rejeter dos à dos les positions de la gauche et de la droite sur l’immigration. Là comme ailleurs, Emmanuel Macron est tenté de dépasser un clivage traditionnel : oui à l’accueil des migrants avec humanité, oui à la maîtrise des flux migratoires. L’art de la synthèse pour réconcilier les Français sur un sujet sensible, sinon polémique ? Non, au fond, le nouveau pouvoir ne fait que prolonger une politique migratoire qui ne peut sortir d’un cadre de plus en plus contraint. La gauche assouplit, la droite durcit, mais les fondamentaux demeurent, ainsi que leur… contournement. En cela, et alors que la pression migratoire reprend sur la frontière sud de l’Europe, le gouvernement Philippe fera-t-il mieux que ses prédécesseurs ?

 

D’abord, en parler à Bruxelles et à Berlin…

Le sujet migratoire avait été plutôt esquivé par le candidat Macron. Le président, lui, ne peut faire l’économie du sujet : abordé dans les conseils européens, il est devenu préoccupant sur la scène politique intérieure : Calais, Vintimille, Porte de la Chapelle, Grande-Synthe, etc. les premières déclarations tant du président que du ministre de l’Intérieur restent assez vagues.

 

Dans sa dimension européenne, le dossier migratoire progresse difficilement. Les flux en provenance du Sud ont repris de plus belle cette année, caractérisés désormais par une prééminence des Africains ne relevant que minoritairement du droit d’Asile. La frontière entre l’Europe et la Turquie étant désormais mieux contrôlée, la route des filières clandestines dérive vers l’Ouest, notamment à travers les territoires appauvris ou hors contrôle étatique, comme en Libye. L’incapacité de l’Union européenne à assurer la stabilité de ses marges se paie cher… « En Italie, les débarquements de migrants sont en hausse de plus de 40 %, soit 61 234 hommes, femmes et enfants depuis le début de l'année » (Figaro 14 juin).

 L’Italie est en première ligne et sa déception sur le manque de soutien nourrit un sentiment eurosceptique croissant. Cette débandade de la solidarité européenne se retrouve dans la répartition des demandeurs d’asile entre les Etats membres : la défection de certains pays de l’Est pourrait provoquer des sanctions de la part de la Commission, mais c’est le couple franco-allemand qui devra – là encore serait-on tenté de dire – susciter une position majoritaire pour contraindre les récalcitrants à revenir à la raison. Or, au-delà des déclarations d’usage, le Conseil européen de la semaine dernière n’a pas vu d’avancée notable.

 

Sur le front intérieur

Sur le front intérieur, la question migratoire n’est pas pour le moment une priorité, mais elle connaît des points de fixation qui ennuient le nouveau ministre de l’Intérieur. Ah, Calais…encore Calais. Les forces de l’ordre font la chasse au touriste afghan, de long séjour mais sans papier, entre le plat pays et les dernières dunes avant la Manche. Tout sauf revivre la jungle des années 2000. Il faut donc réexpédier dans le reste du pays les candidats à l’expatriation vers l’Angleterre– qui elle-même semble gagnée par un sentiment anti-migrants. A la frontière italienne, un militantisme honorable mais néanmoins illégal tend à compliquer le contrôle d’une frontière fermée par exception aux règles de Schengen.

Enfin, la grande convergence habituelle des ballotés du siècle s’achève dans les rues de la grande métropole, et donc Paris est confrontée de manière récurrente aux campements sauvages (plutôt dans le 18 et le 19ème arrondissement, dont la population locale est, si la preuve était nécessaire, moins efficace dans le lobbying que celle du 7ème). Le centre d’accueil de la Porte de la Chapelle ne parvient plus à faire face à l’afflux qui a constitué une zone de campements où se regroupent un millier de personnes, dans des conditions très précaires.

 

Hidalgo interpelle le gouvernement

La mairesse de Paris a saisi le gouvernement pour qu’une solution soit trouvée globalement à l’accueil des migrants : camps de premier accueil dans les grandes villes, pôles régionaux d’enregistrement et de traitement d’asile avec hébergement directif réparti sur tout le territoire, et enfin gestion nationale des jeunes majeurs et des mineurs isolés. Ce plan combine la prise en compte de la réalité de la situation (les déboutés du passage outre-mer se concentrent dans les métropoles) et la nécessité d’une répartition équitable du problème entre les territoires. Pas sûrs que les élus locaux sautent de joie face à ce genre de proposition, le CADA (centre d’accueil des demandeurs d’asile) entrant dans la panoplie du parfait nimbyste[1].

 Le président de la République comprend bien qu’il faut réformer le traitement de l’asile. Bien que ce dernier ait bénéficié d’un effort significatif de la part des pouvoirs publics au cours du mandat précédent, les résultats demeurent consternants[2] : allongement démesuré des procédures, très faible taux de retour des déboutés, conditions difficiles d’hébergement, etc. « J'ai donc demandé une réforme en profondeur du système d'asile en France, pour le déconcentrer et pour accélérer considérablement les délais d'instruction des demandes d'asile. L'objectif est que nous divisions ces délais moyens par deux, en passant à six mois toutes procédures comprises (Emmanuel Macron, dans le Figaro du 22 juin).

 

Un plan global ?

Un plan global pour l’immigration doit être présenté le 12 juillet prochain au Conseil des ministres. Les membres du Comité Carnot attendent avec intérêt les propositions du gouvernement pour répondre à la promesse du président, car d’autres avant lui se sont cassés les dents : il faudra soit augmenter considérablement les moyens des préfectures et des juridictions (plus de fonctionnaires ? Pas dans l’air du temps, semble-t-il), soit tordre le cou aux normes en matière de procédure (ah, ça, l’Europe, elle n’aime pas, et les magistrats non plus), soit modifier la législation… ou un cocktail des trois. Et puis, une fois le verdict prononcé, il faudra procéder selon les cas, à l’accompagnement social des réfugiés pour une intégration réussie (or, les crédits en matière de cours de français ont été laminés ces dernières années) ou à la reconduite à la frontière des déboutés : avec qui le président jupitérien va-t-il négocier ses vols charters ? vers l’Afghanistan ? vers l’Erythrée ? vers la Chine ? Notons d’ailleurs que l’afflux actuel concerne essentiellement des Africains subsahariens. Or, le candidat Macron avait affirmé qu’il proposerait une stratégie pour l’Afrique : Renvoyer massivement chez eux des jeunes désespérés et sans avenir pour renverser des présidents autoritaires et corrompus, c’est indéniablement une introduction originale aux discussions pour renforcer le partenariat franco-africain.

Notre président aura sans doute apprécié l’initiative de la chancelière allemande, qui elle aussi songe qu’il est temps d’apporter une aide globale à l’Afrique : appuyée sur la force de frappe germano-européenne, une approche équilibrée pourrait peut-être avoir une chance de faire progresser le dossier migratoire. Car pour le reste… on en reparlera.

 

 

[1] Not in my backyard (NIMBY) = pas chez moi.


Moyenne des avis sur cet article :  3.4/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

29 réactions à cet article    


  • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 1er juillet 17:45

    Là comme ailleurs, Emmanuel Macron est tenté de dépasser un clivage traditionnel : 

    - oui aux réfugiés politiques (donc vulnérables) médecins et ingénieurs prêts à offrir leurs compétences à un prix modique
    - non aux analphabètes bilingues pères de familles nombreuses qui fuient les génocides africains, sauf si leurs femmes et leurs enfants restent chez eux où ils ont la fâcheuse habitude de se faire massacrer quand papa n’est pas là.

    • Cadoudal Cadoudal 1er juillet 18:56

      @Jeussey de Sourcesûre
      l’embêtant avec la notion de génocide Africain, c’est que vu d’ici à Dakar, 8% de croissance du PIB et 3.5 % de croissance démographique, ça fait pas tellement génocide...

      Encore un nouveau mot dans la novlangue progressiste qui voudrait dire l’inverse de ce qu’il exprimait auparavant ?

      Plus ça va, plus ça va vite le progrès...


    • berry 1er juillet 19:40

      @Cadoudal
      On manque d’ingénieurs pour pallier les départs à la retraite et faire tourner les centrales nucléaires.
      Macron va aller se fournir à Lampedusa.


    • OMAR 2 juillet 22:05

      Omar9

      @Cadoudal

      Fallait pas bombarder l’Afghanistan, le Pakistan, la Somalie, l’Irak ; la Libye, la Syrie, le Mali, ni créer des guerres au Sud-Soudan, en Cote-dIvoire, au Rwanda, au Congo, bref, un peu partout dans ce tiers-monde déjà en butte avec ses dictateurs et son sous-développement.
      Sais-tu au moins avec quoi le chocolat que tu bouffes est fait ou avec quel uranium, la France fait marcher ses centrales nucléaires ?


    • mmbbb 3 juillet 11:11

      @OMAR le chocolat , les grands crus se trouvent en Amérique centrale en autre . C’est pour le bon chocolat, le criollo par exemple .. Quant à cet article, si l Italie est envahi comme vous le mentionnez ( l auteur l oublie c’est pas tres honnête ) c’est simplement la conséquence de l intervention francaise dans ce pays. Les francais n ont pas été consultés .BHL Sarko devrait être jugés. Khadaffi avait averti. Du temps de Dumas , la diplomatie prévalait et cela marchait . Au Mali l armee francaise contrairement a ce qu avait dit Hollande ( il mentait sciemment ) devra restee de longue année . Hildalgo n a qu a les logés a ¨Paris, il faut avoir un minimum de logique, elle qui est pour une ville monde . La elle a du monde qui arrive !


    • berry 1er juillet 19:29

      l’invasion organisée par ces tarés de socialistes se poursuit et s’aggrave de jour en jour.
      17 000 clandestins sont arrivés en Italie en seulement 3 jours.
      Le gouvernement de gauche italien laisse faire, il est complice de cette situation.
      https://www.egaliteetreconciliation.fr/L-Italie-est-exasperee-par-l-afflux-de-migrants-46506.html

      http://www.fdesouche.com/867049-italie-17-000-migrants-en-3-jours
       
      Il va devenir impossible à un gouvernement de droite patriote de se faire élire dans ces conditions.
      C’est la fin programmée de la démocratie.


      • njama njama 1er juillet 21:13

        @berry

        L’Italie n’a aucune raison de les retenir, ils viennent en €urope, qui en Angleterre, qui en Allemagne, ...
        pourquoi devrait-elle supporter tous ces migrants pour l’unique raison géographique d’être un État au sud ?


      • mmbbb 3 juillet 11:20

        @berry la démocratie n’existe pas puisque le peuple n ’est pas consulté comme en Suisse par une votation Mais les Francais sont ainsi tant que cela ne les touchent pas directement, ils s’en foutent . A terme c’est la libanisation de la France qui sera un fleau Les prémices sont là, mais voila l elite fait passer la pilule par un langage approprié Mixite sociale , ce vouloir vivre ensemble .


      • Oceane 6 juillet 08:45

        @berry

        « Il va devenir impossible à un gouvernement de droite patriote de se faire élire dans ces conditions. C’est la fin programmée de la démocratie. »

        Le « gouvernement de droite patriote » reconnaît-il à un autre le droit d’être patriote et non soumis ? Dans ce cas, pourquoi éjecter et assassiner Khadafi ? Le « gouvernement de droite patriote » ne s’ingère pas dans les affaires internes de pays etrangers, n’utilise pas de proxys ? C’est le serpent qui se mord la queue.


      • Emma Joritaire 1er juillet 20:07

        « ...susciter une position majoritaire pour contraindre les récalcitrants à revenir à la raison. »

        Parce que la raison, c’est accueillir des allogènes dont les populations de souche ne veulent pas ? Dans un tel contexte, ce serait quoi la déraison ?

        « Renvoyer massivement chez eux des jeunes désespéré... »

        Jeunes désespérés qui ont quand même eu, c’est à noter, les moyens du voyage, rétribution des passeurs inclus.

        « ...des jeunes désespérés et sans avenir pour renverser des présidents autoritaires et corrompu... »

        C’est quand même bien moins l’autoritarisme et la corruption des gouvernants que leur impéritie, jointe à l’ineptie des peuples, qui sont à l’origine de la gabegie généralisée.

        "Notre président aura sans doute apprécié l’initiative de la chancelière allemande, qui elle aussi songe qu’il est temps d’apporter une aide globale à l’Afrique : appuyée sur la force de frappe germano-européenne, une approche équilibrée..."

        Et cette approche équilibrée devrait se traduire par la création de dizaines et de dizaines de millions d’emplois au bout de combien de temps ? Pendant lequel les surplus de population de l’Afrique continueront de se déverser sur nos côtes.


        • Agafia Agafia 2 juillet 12:24

          @Emma Joritaire

          Ouais... des jeunes désespérés qui s’imposent, agressent, violent, ramènent leur conflit avec eux, ainsi que des maladies qui avaient disparu de nos contrées.

          Ils sont en train de pousser à bout la patience des populations de souche.

        • Oceane 6 juillet 08:30

          @Emma Joritaire

          L’ouest détruit les pays, impose ses PAS (Plan d’ajustement structurel) et les pays de l’est ont l’obligation de partager les conséquences des équipées guerrières du « monde libre ».

          « ...accueillir des allogènes dont les populations de souche ne veulent pas ? »

          Conséquences de l’expansion des populations de souche chez les allogènes. Et surtout, conséquences de l’obsession d’avoir chacun sa « zone d’influence », donc, des clones bien dociles bons à rester chez eux. « Jeunes désespérés qui ont quand même eu, c’est à noter, les moyens du voyage, rétribution des passeurs inclus »

          Etape 1 : partir de chez soi pour le premier pays frontalier. Petits boulots pour économiser. Cela peut prendre un ou deux ans pour franchir la frontière de ce pays pour le suivant. Rebelote pour atteindre l’Algérie, le Maroc, la Libye - ou la traite des Africains est en vigueur . Ensuite, travailler pour le grand passage. Cela prend des années. Conclusion, le voyage ne se fait pas d’un trait, comme en avion. Le capital de départ est souvent modique.

          Les populations d’Afrique ne se déverseraient pas sur les côtes européennes si l’Europe n’y travaillait pas avec acharnement, en mettant l’Afrique sous tutelle.


        • Oceane 6 juillet 08:33

          @Agafia

          Les proxys ramènent leurs conflits ? Juste retour de bâton.


        • njama njama 1er juillet 21:24

          Les migrants ne sont pas le problème, il faut s’occuper des causes migratoires ...

          Notez que très peu de syriens sont venus en €urope, la plupart des « réfugiés » étaient dans les États voisins et depuis que l’armée arabe syrienne avec l’aide de ses alliés sécurise de plus en plus son territoire ...

          Près d’un demi-million de Syriens sont rentrés chez eux depuis janvier



          • La Voix De Ton Maître La Voix De Ton Maître 1er juillet 22:10

            Il suffit que 10% des migrants soient employables pour que les employeurs soient satisfaits. Peu importe que tout ce qui reste soit à la charge des contribuables, cela reste une excellente affaire pour certains.

            Il n’y a pas de problème migratoire.
            Il y a des aubaines migratoires pour certains, c’est à dire certains employeurs sélectifs ou les mélenchoniens universalistes ou encore les mafias de passeurs.
            Puis il y a les drames migratoires, ceux qui ont tout vendu pour le passages aux alouettes pour aller dormir sous une tente pendant une décennie, ceux qui sans trop de qualifications, se font systématiquement sous-enchérir sur le marché du travail

            Faut aller chercher dans les détails, faut suivre l’argent comme disent les amérloques. C’est incroyable les libertés que certains bien de chez nous prennent pour vendre des armes sans se soucier des conséquences. Moi je vous dis : tant qu’ils ont vendu leurs bombes, le reste ils s’en foutent.

            Quiconque aborde le problème migratoire sous son aspect mono-dimensionnel est soit un gros crétin d’extrême gauche, soit un gros crétin d’extrême droite


            • petit gibus 2 juillet 07:33
              Que de réponses haineuses sur le fond du sujet ! ! !

              Allez bonne journée 

              • Emma Joritaire 2 juillet 10:46

                @petit gibus

                « Que de réponses haineuses sur le fond du sujet ! ! ! »

                Selon toi, il y a de la haine dans le fait de vouloir rester entre soi, sur le terre qu’on a reçu en héritage de nos ancêtres ?

                Et quand Peter Sutherland (n. 1946) , ex-commissaire européen, ex-secrétaire-général fondateur de l’OMC, ex-président de Goldman-Sachs Internationa, ex-directeur du GATT, représentant spécial du Secrétaire-Général de l’ONU pour les migrations internationales, entre cent autres fonctions, déclare qu’il faut utiliser les migrations pour détruire l’homogénéité interne des pays européens, tu es d’accord avec lui j’imagine ?


              • moab 2 juillet 10:50

                @petit gibus
                je suis hélas bien d’accord avec vous... ce n’est pas toujours le raisonnement qui prévaut dans certains commentaires. peut être faudrait il aller un peu plus loin que les réactions automatiques, que ce soit dans un camp ou dans l’autre... mais c’est souvent le lot sur ce sujet. 



              • Agafia Agafia 2 juillet 12:29

                @petit gibus

                Pas spécialement de la haine, juste un grand ras le bol chez ceux qui ont les yeux bien ouverts et qui vivent bien ancrés dans la réalité du jour.

              • Emma Joritaire 2 juillet 14:22

                @moab


                "...n’est pas toujours le raisonnement qui prévaut dans certains commentaires. peut être faudrait il aller un peu plus loin que les réactions automatiques, que ce soit dans un camp ou dans l’autre...
                "

                Et, selon vous, il devrait conduire à quoi, votre raisonnement ?

                A laisser des dizaines de millions de gens venir cueillir des fruits dans des vergers qui n’ont pas été plantés pour eux, et s’asseoir à des tables qui n’ont pas été dressées pour,eux, tout en détruisant l’homogénéité interne des nations européennes ?

                D’où vous vient cette peine d’aller jusqu’au bout de votre pensée ? De la crainte d’être dérisoirement minoritaire, dans un pays qui vous rejette vous et vos protégés ?


              • Agafia Agafia 2 juillet 12:28

                Marrant comme on trouve du fric et des solutions quand il s’agit de trouver un logement aux migrants, alors que des smicards ne parviennent pas à se loger et se font envoyer paitre quand ils osent venir demander un coup de main pour ne plus dormir dans leur bagnole (quand ils en ont une) ....


                • berry 2 juillet 12:57

                  Les clandestins ne traversent pas la Méditerranée comme on voudrait nous le faire croire, ils sont pris en charge par les associations de collabos à quelques kilomètres des côtes libyennes.
                  la preuve avec la carte des interceptions en 2016 :
                   
                  http://www.breizh-info.com/2017/06/22/72379/migrants-consequences-mortelles-ong

                  La logique voudrait qu’ils soient ramenés à leur point de départ.
                  Les néo-cons comme Soros et Sutherland en ont décidé autrement, le vrai but est de détruire l’homogénéité ethnique des peuples européens.


                  • sarcastelle sarcastelle 2 juillet 20:11

                    2,6% d’accroissement démographique annuel sur l’ensemble du continent (source Wiki en anglais), ou 1,25 milliard d’habiitants, cela fait si ma calculatrice marche bien, 89 000 personnes de plus chaque jour. 


                    • petit gibus 2 juillet 20:19
                      @sarcastelle

                      Quelle soluce ?
                      Envoyer une bombinette nucléaire
                      sur l’Inde ou le continent africain ???

                    • sarcastelle sarcastelle 2 juillet 20:45

                      @petit gibus

                      .
                      Si vous êtes tombé sur la tête, exercez vos talents ailleurs que sous mes commentaires.
                      Ou alors c’est de l’esprit ? 

                    • Zolko Zolko 3 juillet 12:58

                      @sarcastelle : « 2,6% d’accroissement démographique annuel »

                      @petit gibus : « Quelle soluce ? »
                       
                      ça, c’est à eux d’en décider. Si nous leur disions ce qu’il faut faire, ça serait encore la bronca à propos des colonisateurs blancs. Perso, je leur conseillerais de trouver des solutions efficaces assez rapidement, car on ne vas pas absorber leur surplus démographique. Si ils ont du mal aujourd’hui à nourrir tout le monde, ils en auront encore plus dans 10 ans.


                    • sarcastelle sarcastelle 3 juillet 21:36

                      @Sarcastelle

                      .
                      Tiens, mon score aux étoiles a évolué de façon si singulière que désormais je noterai tout... smiley


                    • Paul Blobel 3 juillet 11:57

                      ami gratteur

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès