• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le drame de Millas

Le drame de Millas

Devoir accepter l'inacceptable !! Dur, dur !!

Cette fichue "Loi de Murphy" restera donc toujours en vigueur... Le drame de Millas confirme.

 

Commenter un accident dramatique avec une vision détachée et neutre est un exercice extrèmement difficile dans un monde où l'émotionnel a pris - et doit prendre, pour les dirigeants - nettement le dessus sur le rationnel.

Au jour d'aujourd'hui, tout doit s'expliquer. Tout est géré, formaté, expliqué !! Pas question d'introduire une quelconque notion de "pas de bol" ou de "hasard malheureux" dans tout ce qui se passe.

Je reviens souvent à ma passion, l'aéronautique. Il serait intéressant pour le tout-un-chacun de s'inspirer de ce que nous appelons le "facteur humain" et la "succession d'éléments conduisant à une catastrophe". Les livres à ces sujets ne manquent pas. Encore que nous parlons toujours d'accident plutôt que de catastrophe. La perte d'un seul être cher est toujours une "catastrophe" pour l'entourage, c'est là justement que le côté "humain" de l'accidentologie est important.

Dans chaque drame survenu - ou évité - dans le cadre de l'activité aérienne, il y a généralement une analyse technique objective, réalisée dans les meilleures conditions possibles, relativement indépendante du côté émotionnel. Dans un article précédent, j'avais décrit les circonstances de l'amerrissage d'un avion de ligne ayant fait l'objet d'une enquête. Les intérêts financiers des compagnies sont souvent en jeu et les conclusions avaient, dans ce cas précis, été tronquées pour décrédibiliser le facteur humain, en l'occurrence le pilote.

En faisant le parallèle, dans l'accident de Millas, le drame de Millas pour être clair, vous verrez que de façon presque systématique, la conductrice du car sera mise en cause. Le chauffeur du train, mathématiquement, ne pouvait réaliser un arrêt d'urgence rendant la collision impossible sinon moindre...

Notre monde moderne, à travers la communication médiatique et le comportement de la société, a un besoin maladif de trouver une responsabilité précise. Or, il faut réaliser et accepter - je reviens aux avions - que souvent, une succession et un cumul de toutes petites fautes de part et d'autres rende l'issue dramatique inévitable. Et faire l'analyse et le constat de cette "inévitabilité" devient, avec les campagnes de prévention et de matraquage intellectuel, devient pratiquement impossible.

Comme au Moyen-Âge, la foule a besoin de passer sa colère sur un "bouc-émissaire" désigné, même si les fautes exactes de la personne restent difficiles à définir.

C'est la technique que l'on appelle "le fusible". Calmer les foules en désignant le coupable à la vindicte populaire.

Vous le savez comme moi, avec des "si", Paris serait bien planqué au fond d'une bouteille - de Champagne, pardonnez-moi Mme Hidalgo !! - et les supputations en tout genre vont courir aussi bien sur les radios-bistrots que sur les chaînes d'info en continu. Ça fait vivre le peuple et comble les trous.

Au delà de ces considérations matérielles, le désarroi et la détresse des familles concernées restent entiers. Je regrette qu'un peu de modestie et de pondération ne soient pas toujours présent à l'esprit.

Nous ne sommes que de simples êtres humains avec tout ce que cela représente de surprises et d'imperfections. L'oublier, ne serait-ce qu'un instant peut être une faute grave qui se paye cash.

Alors, pour synthétiser mon article, je souhaiterais que la compassion envers les familles touchées soit égale à la modération à apporter envers toutes les conclusions hâtives et stupides qui ne manqueront certainement pas d'être faites sur ce terrible accident.

Encore toute ma commisération envers les petites victimes...

Documents joints à cet article

Le drame de Millas

Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

156 réactions à cet article    


  • diogène diogène 15 décembre 2017 17:28

    Il me semblait que la différence d’approche entre la culture ferroviaire et celle des transports aériens pour éviter les catastrophes portait sur les notions de sécurité et de fiabilité.

    L’une ne s’oppose pas à l’autre, mais le point de vue n’est pas le même :

    - dans le transport ferroviaire, c’est la sécurité qui est privilégiée. Quand un accident se produit, on invente un système plus lourd que le précédent pour renforcer les verrous : on ajoute un feu clignotant aux barrières du passage à niveau, et si ça ne suffit pas, on met une sirène....

    - dans le transport aérien, c’es la La fiabilité, c’est-à-dire l’étude des défaillances des systèmes qui est la problématique utilisée : « comment ramener la probabilité d’accident le plus près possible du zéro ? »

    Toute catastrophe est dramatique, mais dans le cas du ferroviaire, on sait que les passages à niveaux devraient tous être supprimés et remplacés par des tunnels ou des ponts... qui coûtent cher. La question est de savoir si on peut évaluer le seuil de rentabilité et la durée d’amortissement de ce genre de dispositif quand on risque des vies.

    • diogène diogène 15 décembre 2017 17:33

      @diogène

      je connais un passage à niveau qui se situe à 10m d’un feu tricolore. Quand le feu est rouge seulement 3 véhicules peuvent être stockés entre la voie ferrée et le feu et, régulièrement, un véhicule reste sur les rails pendant la durée du feu rouge, même si un panneau signale ce défaut.
      Il faudra sans doute qu’un véhicule se fasse écharper pour qu’il soir remédié à cette monstruosité. Mais avent d’étudier une solution, on procédera à un alcootest sur le conducteur de train et celui du véhivule automobile...

    • Le421 Le421 15 décembre 2017 17:40

      @diogène
      Pour vous, fiabilité et sécurité sont donc sans liaison ?


    • diogène diogène 15 décembre 2017 17:42

      @diogène

      ici, entre la zone industrielle et la route d’Herbraville


    • diogène diogène 15 décembre 2017 17:46

      @Le421

      non, pas du tout, et je l’ai écrit

      mais il me semble que la recherche de la fiabilité englobe « de facto » un accroissement de la sécurité alors que l’inverse n’est pas vrai et que l’accumulation d’interdits ans la suppression des causes ne garantit pas de résultat, si ce n’est de donner bonnes conscience aux responsables.

    • diogène diogène 15 décembre 2017 18:05

      @Le421

      Il n’y a pas beaucoup de passages à niveau sur ls pistes de décollage, même sur les plus petits aérodromes.

      Il parait que la collision entre l’avion de Christophe de Margerie et un chasse-neige à l’aéroport Vnoukovo de Moscou n’était pas un accident...

    • Fergus Fergus 15 décembre 2017 19:51

      Bonsoir, diogène

      « je connais un passage à niveau qui se situe à 10m d’un feu tricolore »

      Même genre de chose chez moi à Dinan : 10 m après un passage à niveau se situe un « cédez le passage » qui, aux heures de pointe, occasionne un même type de stockage de voitures dont il est fréquent qu’une ou deux stationnent sur les voies en attendant que celles qui précédent avancent.

      C’est bien évidemment dangereux, eu égard à la masse d’un train, même si, en l’occurrence, ce passage à niveau se situe juste à l’entrée de la gare où les rares TER de la ligne Dol-Dinan-Saint Brieuc arrivent à petite vitesse.


    • pissefroid pissefroid 16 décembre 2017 08:34

      @Fergus
      Il est probable que ce sont les mêmes personnes qui sont bloquées
      sur un passage pour piétons, ou
      dans un croisement,
      parce qu’elles n’ont pas attendu que l’espace après le passage soit dégagé.


    • diogène diogène 16 décembre 2017 09:53

      @pissefroid

      est-ce une raison pour les écraser ?

    • Michel DROUET Michel DROUET 16 décembre 2017 11:02

      @pissefroid
      Avec des conséquences souvent moins graves : Un TER ne s’arrête pas comme un véhicule routier qui peut par ailleurs éviter la collision en changeant de direction.


    • Fanny 16 décembre 2017 13:23

      @diogène
      vous « connaissez » mais vous ne dites pas où se trouve cette configuration ahurissante en termes de sécurité. En précisant, vous ferez oeuvre utile.


    • Fanny 16 décembre 2017 13:27

      @diogène
      Merci de la précision, mais votre lien renvoie à une belle carte de France, sans plus.


    • diogène diogène 16 décembre 2017 14:45

      @Fanny

      réponse :

      à Saint-Dié des Vosges

      coordonnées précises :

      latitude :   48.289554°
      longitude :  6.926604°
      altitude :     334.46 m

    • diogène diogène 16 décembre 2017 15:44

      @diogène

      Le voila avec google map.


    • doctorix doctorix 16 décembre 2017 15:50

      Moi, je suis inventeur dans mon CV. Alors j’invente et je propose :

      Plutôt que de construire des ponts ou des souterrains qui coutent extrêmement cher, ne pourrait-on envisager de fabriquer des kits standards à encastrer dans la chaussée, de part et d’autre de la voie, avec d’énormes blocs de béton qui sortiraient du sol au moyen de vérins hydrauliques sur une hauteur de 50 cm ?Le tout bardé de clignotants, avec des ralentisseurs du type gendarme couché de part et d’autre à quelque distance ?Il y a là quelque chose à inventer, pour un prix relativement modique.Les accidents se limiteraient alors à une collision avec l’obstacle, ce qui est tout de même moins lourd, surtout si le ralentisseur a modéré la vitesse à 20km/h..Le kit-usine comprendrait le mécanisme et des caissons vides qui seraient remplis de béton coulé sur place. En plus, création de pas mal d’emplois.Plus simplement :On peut aussi installer ces poteaux qui émergent du sol pour barrer les rues piétonnes. A condition qu’ils soient costauds et qu’il y en ait suffisamment.

    • Le421 Le421 16 décembre 2017 15:58

      @doctorix
      Une Browning M2 serait également très dissuasive.
      Bon.
      On protège le train ou on protège le car ??
      Si il faut protéger le car, un ZU23-2 serait plus adapté.
      Pour arrêter le train...


    • doctorix doctorix 16 décembre 2017 15:59

      On peut encore imaginer une large plaque d’acier qui bascule dans le sol de 50 cm vers l’avant, dégageant ainsi un obstacle infranchissable.

      C’est encore moins compliqué, moins cher, et diablement efficace.
      Dissuasif aussi : ceux qui tenteraient de passer quand la dalle a commencé à basculer de 15 cm pourraient prendre un rendez-vous chez leur carrossier...
      D’autres idées seront les bienvenues.

    • doctorix doctorix 16 décembre 2017 16:01

      @Le421
      Réfléchissez avant de répondre des conneries.

      Ca sera plus constructif.

    • doctorix doctorix 16 décembre 2017 16:06

      Bien sur, les obstacles créés seraient placés entre les barrières et la voie, à une certaine distance, comme une protection de la dernière chance : il n’y aurait ainsi pas de danger pour les piétons prudents.


    • diogène diogène 16 décembre 2017 16:07

      @doctorix

      On peut remettre des garde-barrières avec une casquette, un sifflet et un drapeau rouge : ça fera des emplois. Entre les trains, ils pourraient faire la comptabilité de la SNCF en télé-travail.

      (j’ai beaucoup réfléchi, c’est pas une connerie, enfin... à pat la casquette, hein ! )

    • Le421 Le421 16 décembre 2017 16:14

      @doctorix
      Réfléchissez avant de répondre des conneries.

      Je vois que le sens de l’humour, même si le sujet ne s’y prête pas trop, se perds de plus en plus.
      Et vous avez zappé ma question.
      On protège le train ou le car.
      Un chargement de marchandises ou un car avec 50 retraités à bord ?


    • diogène diogène 16 décembre 2017 16:22

      @Le421

      ben alors faut mettre les barrières sur la voie ferrée et pas sur la route : que ce soit le train qui s’arrête et il repart après avoir bien regardé de chaque côté, car un car de retraités peut en cacher un autre !

    • doctorix doctorix 16 décembre 2017 16:32

      @doctorix
      Enfin, quatrième idée : un mur d’acier ou de béton de 50 cm de hauteur et de quelques tonnes qui coulisserait transversalement à la route pour la barrer peu avant le passage du train.

      Il viendrait s’encastrer dans un logement en face afin d’assurer son immobilité en cas de choc.
      Je rappelle que la construction d’un tunnel pour remplacer un passage à niveau est de 3 à 15 millions d’euros.
      Ce qui laisse de la marge. Je pense que pour le prix d’un tunnel on peut installer une bonne cinquantaine de ces dispositifs.

    • doctorix doctorix 16 décembre 2017 16:38

      @Le421
      On protège le train ou le car... avec 50 retraités à bord.

      Vous, vous avez quelque chose contre les retraités...
      On protège les deux, bien évidemment.
      Dans un choc à 20 km/h contre un mur de béton, il y aura bien quelques bobos, mais je suis sur que les passagers préféreront ça plutôt que d’être coupés en deux.
      Et le train sera intact.
      On nous fait rouler à 20 k/h dans des zones sans danger, on peut bien limiter à 20 à l’heure le passage sur les voies ferrées.

    • Fanny 16 décembre 2017 16:45

      @diogène
      Vu, c’est en effet très mal fichu. Une dizaine de voitures peuvent sans doute s’accumuler entre le passage à niveau et le feu rouge, mais ça reste problématique en cas d’embouteillage. Peut-être la SNCF et la voirie ont-ils pensé à mettre un délai exceptionnel entre la fermeture de la barrière et le passage du train, délai au moins égal à la durée d’un feu rouge voire deux, permettant le dégagement de la route en aval du passage à niveau ?


    • diogène diogène 16 décembre 2017 16:55

      @Fanny

      le problème est en effet que les feux peuvent changer plusieurs fois de couleur sans que ça avance si la rue transversale est bloquée, ce qui arrive aux heures d’entrées et sorties de bureaux et d’usines.
      Le feu est vert, vous avancez, le feu est toujours et ça s’arrête, mais vous, vous êtes sur les rails et le gars derrière vous colle. Certains diront : 

      « y a qu’à s’engager seulement si on est sûr d’avoir la place entre la voiture de devant et le passage à niveau ». 

      Certes. Il y en a même qui sont morts dans leur droit parce qu’ils avaient la priorité et que celui qu’ils voyaient griller le stop était dans son tort. La vie n’est pas toujours conforme au code de la route.

    • doctorix doctorix 16 décembre 2017 17:17

      @diogène
      Il est interdit de s’engager sur une voie ferrée si l’espace n’est pas suffisant après celle-ci pour y trouver sa place.

      Ici, la survie est très conforme au code de la route. Comme souvent, non ?
      98% des accidents de passage à niveau sont dus à une imprudence ou à un non respect du code, ce qui est la même chose.
      Mais c’est vrai qu’on voit souvent des piétons s’engager sur un passage piéton sans même vous jeter un oeil : ceux-là mourront dans leur droit.

    • Ouallonsnous ? 16 décembre 2017 17:25

      @diogène

      Ce regrettable accident est surtout utilisé par les « merdias » pour « planquer » la situation économique et la dictature que la maffia oligarchique finançière de Macron est en train de nous mettre en place !


    • diogène diogène 16 décembre 2017 17:35

      @Ouallonsnous ?

      on peut dire ça pour beaucoup d’infos...

    • baldis30 16 décembre 2017 20:04

      @diogène
      « Il parait que la collision entre l’avion de Christophe de Margerie et un chasse-neige à l’aéroport Vnoukovo de Moscou n’était pas un accident...bonsoir, »

      certes mais la collision au sol à Ténériffe qui fit plus de 500 morts était dû à un risque en organisation ... par contre elle aurait été évité si l’une des trois conditions suivantes avait existé :

      - respect des délais entre temps de décollage....( voir aussi sur le sujet un autre accident celui du Queens à New-York)

      - absence de brouillard ne permettant pas d’apercevoir l’autre bout de la piste

      - échanges verbaux inadéquats entre un avion et la tour de contrôle. ..


    • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 16 décembre 2017 20:21

      @diogène




      D’où la conduite devoir plus loin que le capot de son véhicule, situation identique pour un carrefour qui est au vert, mais il ne faut pas oublier le risque d’être bloqué au centre,... ; ce que font de trop nombreux conducteurs, et qui est la cause d’embouteillages !


      Manœuvre apprise pendant les leçons de conduites,.. mais vite oubliée après !!!


      D’ailleurs prévoyant le blocage du carrefour, si je m’arrête avant , alors que le feu est encore au vert, derrière ça klaxonne sec !!


      15 ns motocycliste en police nationale, ont arrive quand même a acquérir une certaine expérience des fluides de la circulation


      @+P@py



    • doctorix doctorix 17 décembre 2017 05:23

      @Gilbert Spagnolo dit P@py
      Un truc à savoir.

      Si on cale à un mauvais endroit (et si on n’a pas une boite automatique), on passe la première ou la seconde (ou la marche arrière), pédale embrayée, et on actionne le démarreur.
      La voiture va parcourir en hoquetant les quelques mètres nécessaires à la sécuriser.
      Si c’est une BA, c’est foutu.

    • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 18 décembre 2017 12:15

      @doctorix

      Exact !

      @+ P@py


    • JL JL 18 décembre 2017 12:26

      @doctorix
       
      bon à savoir, en effet mais sur la seconde je ne crois pas.
       


    • Le421 Le421 18 décembre 2017 15:10

      @JL
      La boite noire du car (chronotachygraphe) indique une vitesse de 12.5Km/H pour le car...


    • Cateaufoncel 15 décembre 2017 17:42

      Quand on pense à ces familles qui se réjouissaient à l’approche de Noël...


      • Le421 Le421 15 décembre 2017 20:47

        @Cateaufoncel
        Entièrement d’accord.
        Ceci dit, la sidération doit être contrôlée et ne pas empêcher la réflexion.
        Car, au fond, la réaction sur l’immédiat est souvent mauvaise conseillère.


      • Michel DROUET Michel DROUET 16 décembre 2017 11:06

        @Le421
        Bonjour
        Ne pas réagir à chaud et surtout éviter de trop écouter les chaînes d’info en continu qui on vite fait de vous forger une opinion et attendre les conclusions de l’enquête.
        Rien d’autre à faire que de s’en remettre à ceux dont c’est le métier et aux juges et avocats qui veilleront à ce que justice soit faite.


      • Croa Croa 16 décembre 2017 12:19

        À Michel DROUET,
        Ne pas réagir à chaud, d’accord quoique ce soit une tendance naturelle...  smiley
        On peut tout de même écouter les infos en continu mais à deux conditions, pas trop et bien à chaud par contre car il leur échappe parfois des trucs à ne pas dire. Il faut aussi être bien conscient qu’il ne faut pas croire tout ce qu’elles nous disent !


      • Le421 Le421 16 décembre 2017 14:26

        @Michel DROUET
        Exact.
        A midi, par exemple, de nombreux riverains ont témoigné de « dysfonctionnements » sur cet endroit.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires