• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le FN dévalise-t-il le contribuable ?

Le FN dévalise-t-il le contribuable ?

Johnny à peine éteint, voilà que de nouveaux brasiers s’allument pour le FN. Pas besoin d’« allumer le feu », il couve déjà pour le Parti à la Flamme. 

Les canaux de financement pour le moins baroques du FN sont, on le sait, dans le viseur de la justice depuis un certain temps. Le système de financement des campagnes législatives de 2012 vaudra au parti un procès pour complicité d'escroquerie en 2018, et le 25 septembre dernier le micro-parti Jeanne et son secrétaire général Jalkh avaient déjà été mis en examen pour escroqueries et recel d'abus de biens sociaux, à la suite du travail de fourmi des juges d'instruction Aude Buresi et Renaud Van Ruymbeke. Les investigations des juges, résumé en soixante pages précises découlant de trois années d'enquête de la brigade financière et du pôle financier du tribunal de Paris, semblent implacables. Selon ce document, le système de financement des campagnes mis en place quelques mois après l'arrivée de Marine Le Pen à la tête du parti serait fondé sur un mécanisme lésant le contribuable.

Devant ces deux juges d'instruction, Frédéric Chatillon (ami de Marine et dirigeant de la structure Riwal qui travaille pour le FN) avait d’ailleurs reconnu l'an passé un confortable 74% de marge brut réalisé sur les affiches officielles et profession de foi de Marine Le Pen lors de la présidentielle de 2012. Sur les 2,4 millions d'euros remboursés par l'Etat, son agence de com' avait ainsi dégagé une marge de 1,8 million d'euros !

"Il sera relevé que M. Chatillon et la société Riwal ont tiré parti de leur position privilégiée d'imprimeurs subrogés pour surfacturer l'Etat", ont alors notés sévèrement les juges. L'agence de communication de ce très proche de Marine ne se montrait pas ingrate : une employée de Riwal a ainsi été assignée pour récolter les 500 parrainages nécessaires à la candidate du Front en 2012. Et l'agence a commandé pour 412 000 euros de tracts au FN – dans une étrange inversion des rôles entre le client et le fournisseur – sur lesquels le parti a dégagé 80 % de marge ! Mais ce n’est pas tout : quarante-quatre photocopieurs flambants neufs ont été livrés dans toutes les fédérations FN aux frais de Riwal avant qu'un subtil et inattendu contrat de location soit mis en place a posteriori.

David Rachline et Nicolas Bay ont eux bénéficié en 2012 de providentiels CDD chez Riwal, sans pourtant disposer de bureau fixe ni d'adresse mail professionnelle... Quant à Florian Philippot, vice-président du Front à l’époque, il s'était attaché en 2013 les services d'une collaboratrice rémunérée 20 800 euros par une société filiale de Riwal. "La surfacturation permettait à M. Chatillon et à la société Riwal de cumuler des gains conséquents qui permettaient de financer le parti sous diverses formes", assènent les juges d'instruction.

Tout ceci était donc porté à la connaissance du public : en centralisant la fourniture de tracts et affiches aux candidats via le micro-parti Jeanne, les caciques du FN auraient maximisé les remboursements publics des frais de campagne accordés aux candidats récoltant plus de 5 % des voix. Mais voilà qu’un rapport accablant de l'organisme Tracfin - dont le magazine Challenges s'est fait l'écho - vient aggraver les faits déjà ci-dessus exposés.

La bombe Tracfin

Premier constat de Tracfin : les sommes brassées par le structure Jeanne sont surprenantes. Entre 2014 et 2016, années où se sont succédé les élections municipales, européennes, départementales, sénatoriales et régionales, le micro-parti a prêté quelque 16,5 millions d'euros à des candidats amis, généralement à un taux d'intérêt de 6,5 %. En retour, Jeanne a perçu pas moins de 22,4 millions d'euros de la part des candidats, eux-mêmes largement remboursés de leurs frais de campagne par l'Etat, réalisant un profit de six millions d’euros ! Début 2014, Marine a ainsi bénéficié de 373 000 euros pour mener sa campagne des européennes, qu'elle a remboursé sept mois plus tard. Philippot, le désormais leader des Patriotes, a, lui, reçu la coquette somme d'un million d'euros en deux ans pour ses campagnes municipales, européennes et régionales. Les enquêteurs de Tracfin relèvent par surcroit plusieurs bizarreries dans le financement des campagnes frontistes. Exemple : lors des départementales de 2015, certains candidats ont versé leur chèque à Jeanne pour l'achat de leurs tracts et affiches, mais après les élections... Le tarif de la mise en forme des comptes de campagne par le cabinet de Nicolas Crochet, un expert-comptable très proche de Marine Le Pen, variait en outre du simple au triple d'un candidat à l'autre !

Comme lors des élections législatives de 2012, les experts de Tracfin soupçonnent un gonflement des frais de campagne des candidats FN pour augmenter les remboursements publics. Et s'étonnent que la centralisation des dépenses via le micro-parti Jeanne n'ait pas conduit à des économies d'échelle… Pis, ils évoquent une possible entente entre le micro-parti Jeanne et la société Riwal pour surévaluer le montant des factures. Les experts de la lutte anti-blanchiment s'étonnent aussi de versements à une société baptisée HMD Finance. Cette ancienne entreprise de sécurité, reconvertie dans le « conseil » (concept vague largement utilisé dans les années 80 pour verser des rétros commissions, par exemple) a touché la bagatelle de 480 000 euros du micro-parti Jeanne entre 2014 et 2016. Des opérations dont Tracfin se demande bien à quelles prestations elles correspondaient, quand HMD Finance ne compte aucun salarié et effectue très peu de dépenses courantes. Plus grave : le principal associé de la structure, Olivier Duguet, qui n'est autre que l'ancien trésorier de Jeanne, a effectué plusieurs virements vers des sociétés qui ressemblent fort à des coquilles vides, dont une située au Bénin. Une autre, spécialisée dans le commerce de véhicules, semblait assumer des dépenses d'ordre privé n'ayant rien à voir avec son activité déclaré : séjours au Futuroscope, à Arcachon et dans le pays basque, achats chez Foot Locker, Toys R Us ou Castorama.

La gravité cumulé de tels faits – relevant de pratiques délictueuses, et dont, semble-t-il, les mécanismes ont été mis en place après l'avènement de Marine Le Pen à la tête du FN en 2012 – explique-t-elle le envoi du FN par sa propre banque ? C’est une possibilité sérieuse.


Moyenne des avis sur cet article :  1.31/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Choucas Choucas 20 décembre 2017 09:38

     

     
    LA BAUDRUCHE UN CHÉRI DE LA BANQUE ROTHSCHILD...
     
    qui a un prêt électoral à taux 0 pour défendre la traite négrière à Soros et son recel par Bouygues...
     
     
     
    « AUCUN COIN DE L’UE N’ÉCHAPPERA A L’IMMIGRATION DE MASSE »
     
    « LES SOUCHIENS DOIVENT SE SOUMETTRE A CETTE NVLLE NORME »

    Avramopoulos , commissaire UE au grand remplacement, a clairement indiqué que Bruxelles considère l’asile non pas comme un moyen d’offrir un répit temporaire à la guerre, mais plutôt comme une autre méthode de transplantation permanente des populations du tiers monde dans les pays de l’UE.
     
    https://www.valeursactuelles.com/societe/nous-narreterons-jamais-limmigration-affirme-un-commissaire-europeen-91719


    • Odin Odin 20 décembre 2017 12:24

      Voir la paille dans l’œil du voisin et ne pas voir la poutre dans le sien

      Quid du « vol » Tokyo/Paris à 350.000,00 € d’Edouard Philippe ?

      https://www.lexpress.fr/actualites/1/actualite/vol-a-350-000-euros-philippe-assume-completement-le-recours-a-un-avion-prive_1970504.html

      Quid de l’affaire Bygmalion ?

      Quid du financement de la marionnette rothschildienne avec le texto envoyé il y a quelques mois par la direction de Rothschild à un listing très sélect de banquiers d’affaires de la place parisienne ?

      https://www.valeursactuelles.com/politique/coulisses-politiques-quand-rothschild-sponsorise-macron-72133

       


      • exocet exocet 20 décembre 2017 15:09

        @Odin
        Quid du « vol » Tokyo/Paris à 350.000,00 € d’Edouard Philippe ?
        .
        A ce prix-là, ce n’est plus un vol, c’est carrément du vol...
        Quand on penses à toutes ces petites économies réalisées sur le dos des plus faibles, comme la baisse des APL...Et en plus il parait que le voyage est revenu 30% moins cher que celui de Vals à l’époque....bref les nouveaux nous prennent presque autant pour des c... que les anciens.
        Feraient mieux de plus quitter Paris, ça nous couterait moins cher, il va falloir assigner nos ministres à résidence pour espérer résorber le déficit public...des terroristes qui dynamitent notre portefeuille, qui flambent l’argent de nos impôts...
        .
        Un gouvernement « ni de droite ni de gauche » qu’ils disaient...
        .
        Moi je crois plutôt que nous avons un gouvernement qui ne sait pas distinguer sa droite de sa gauche, et en plus, qui penche fortement d’un côté...


      • exocet exocet 20 décembre 2017 15:12

        @Odin
        Quid du « vol » Tokyo/Paris à 350.000,00 € d’Edouard Philippe ?
        .
        350 000 euros, le prix d’une belle maison, le crédit payé de toute une vie pour un ménage plutôt aisé...ça laisse rêveur...On voit bien que le pognon sort pas de leurs poches.


      • francois 21 décembre 2017 15:53

        @exocet
        Battu par Ménard et 570 000 euro le prix d’une belle maison, le crédit payé de toute une vie pour un ménage plutôt aisé...ça laisse rêveur...On voit bien que le pognon sort pas de leurs poches.


      • jocelyne 21 décembre 2017 17:29

        @francois bonsoir, non pas battu car il faut ajouter aux 350.000 euros le coût du retour de l’avion officiel.


      • exocet exocet 20 décembre 2017 15:18
        Jean Beaumont  Etudiant en fin de cycle, mais aussi sérial lover et fan de techno

        Et il accuse le Front National qui n’a jamais gouverné de dilapider l’argent de nos impôts....
        Etudiant en fin de cycle ou bien cerveau en fin de vie ?
        Quand à « serial lover » je ne voudrais pas être désobligeant, mais avec cette tête ça doit pas être facile, à part de se spécialiser dans les gros gros boudins hirsutes ? bref, je crois malheureusement que l’auteur a de sérieux manques en matière de lucidité...


        • si nick 20 décembre 2017 18:49

          Tous les partis ont connu ce genre de pratique.

          La plus part y ont renoncé quand les risques ont commencé à ce faire trop grand.

          Concernant le FN, à la traîne sur ce point, c’est surtout sa manie à ce prétendre « propre » qui force le sourire...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès