• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le Goéland

Le Goéland

 Dans les falaises du Tréport nichent des milliers de goélands qui volent en tous sens au dessus de la ville. Une espèce de clameur assez bruyante emplie le ciel durant les mois plus chauds de l’année qui correspondent à la période de nidification. Les tout jeunes goélands sont presque aussi gros que leurs parents mais ont un plumage gris, ocre et un bec noir qui les distinguent des adultes blancs argentés. Le bec jaune des parents possède une petite tâche rouge circulaire, très visible, qui sert de repère au jeune goéland pour faire régurgiter à petits coups de bec le poisson pêché par ses parents. Souvent les couples de goélands et leur progéniture délaissent les falaises pour s’établir sur les toits des maisons. On peut alors observer la garde très stricte des goélands pour protéger leur nichée, leurs semblables sont en effet volontiers cannibales.

 Tout semble donc qu’ordre et beauté. Pourtant…

 Perpendiculaire à la jetée qui ouvre le port, dans une minuscule rue, se trouve une friterie. Pour 2,50€ vous pouvez avoir une barquette de frites enveloppée dans un papier blanc. Il n’y a pas de banc à proximité, alors, avant que les frites ne refroidissent, vous vous asseyez au bord de l’eau sur un petit rebord pour déguster votre achat. À peine assis, un, puis deux, puis plusieurs goélands viennent se poser à deux ou trois mètres de vous, fascinés par votre barquette de frites. Vous vous rappelez vos jeunes années où l’on vous avait dit : « Les goélands sont omnivores mais plutôt carnivores. Ils aiment le poisson, bien sûr, mais aussi les mollusques, les insectes, les vers de terre. »… Les frites furent oubliées à l’époque. À force d’attention, il parut évident que les goélands, du moins certains d’entre eux, avaient compris ce que produisait une friterie, et dès l’achat fait par un touriste ils se préparaient à l’assaillir. L’un des trois ou quatre goélands autour de vous est plus hardi que les autres et s’approche jusqu’à ce que vous puissiez le toucher. Un premier de cordée en quelque sorte. Son caractère volontariste va jusqu’à chasser à coups de bec et force cris les autres goélands même si ce sont de tout jeunes.

 Est-ce judicieux de vouloir chiper des frites sur un quai alors que la mer se trouve à quelques mètres à vol d’oiseau ? Est-ce pertinent de montrer cette façon de faire à sa progéniture ? Sans pouvoir répondre à la place des volatiles, il peut être avancé que pour ‘faire du business’, pour avoir plus que les autres, la qualité première est d’être opportuniste. Notre goéland-alpha va au plus facile, c’est à dire au plus rare, pour se l’accaparer. L’agressivité, le besoin de domination, sont des qualités essentielles supplémentaires pour chasser les intrus en quête de la même facilité pour se nourrir… médiocrement. Car chacun sait que même les humains connus pour être goinfres ne doivent pas consommer de frites plus d’une fois par semaine : elles absorbent jusqu’à 10% de leurs poids en huile de friture.

 Le goéland-alpha grâce à sa combativité, sa hardiesse mais surtout son opportunisme va pouvoir consommer un plat peu adapté à ses besoins en entraînant des congénères dans les mêmes errances.

 S’il est peu probable que les goélands aient emprunté leurs façons de faire aux Homo Sapiens, il n’en reste pas moins que les analogies de comportement entre les uns et les autres est frappante. "Je crois à la cordée, il y a des hommes et des femmes qui réussissent parce qu'ils ont des talents, je veux qu'on les célèbre [...] Si l'on commence à jeter des cailloux sur les premiers de cordée c'est toute la cordée qui dégringole". Mais s’il est clair que l'opportunisme est vil, "le pire de tout est d'adorer l'opportunisme, et d'en faire une doctrine.“

 Car quoi d’autre que l’opportunisme offre-t-on au peuple de France et d’ailleurs comme horizon ?

 En 1943 naît à Paris Bernard T. Son père est ajusteur-fraiseur, sa mère aide-soignante. Il obtient un seul et unique diplôme celui de technicien en électronique. Il n’a pas son bac. Il se lance sans grand succès dans la chanson. Il tente également de devenir pilote automobile mais doit renoncer suite à un accident qui le laisse dans le coma. À 24 ans il s’avère être un bon vendeur de postes de télévision. La trentaine venue il fonde une société proposant des appareils déclenchant une alarme en cas de crise cardiaque. Le projet doit être abandonné sur plainte déposée par l’ordre des médecins. Il est condamné à 1 an de prison avec sursis pour publicité mensongère. Il fonde alors un groupe d’achat à destination des comités d’entreprise.

 Commence alors une carrière de consultant, de rachat d’entreprises en dépôt de bilan, extrêmement active et touffue. il obtiendra l'exploitation de la marque Manufrance. Il rachètera pour une bouchée de pain les châteaux de l'ancien dictateur centrafricain Bokassa, en lui faisant croire que ses châteaux allaient être saisis par les autorités françaises. La vente sera annulée. Il rachète Terraillon 1 franc et le revend 125 millions de francs, tout comme Look revendu 260 millions de francs, tout comme La Vie Claire, Testut, Wonder, Donnay, toutes revendues. Il anime par la suite des émissions télévisées auxquelles il confère des audiences surprenantes. Il fonde des écoles de commerce pour des jeunes au chômage, pour des femmes. Toutes les écoles fermeront. Il constitue une équipe cycliste, il rachète une équipe de football, il reprend Adidas. Il se lance dans une carrière politique et se présente aux élections législatives de Marseille. Il organise un faux attentat à la bombe contre sa permanence « pour sensibiliser les indécis » à la veille du scrutin qu’il perd de justesse. Il sera élu à l’élection qui suit. F. Mitterrand impose la présence de Bernard Tapie au sein du gouvernement de P. Beregovoy : il devient ministre. Il démissionnera peu après puis sera réintégré.

 De longues et douloureuses affaires politico-judiciaire l’opposeront au Crédit Lyonnais et au club de l'US Valenciennes-Anzin pour laquelle il écopera d’une condamnation définitive (2 ans dont 8 mois ferme) aux titres de corruption et subornation de témoin. En faillite personnelle il lui est interdit de faire des affaires, il est aussi inéligible en politique et interdit de fonction dans le football. Il se reconvertit dans le cinéma comme acteur et d’animateur télévision. Il rencontre constamment Nicolas Sarkozy.

 Des opportunistes aussi talentueux sont rares, à ce niveau ils deviennent des artistes : le bagout peut venir à bout de tout, il a toujours dirigé le monde, il le dirigera toujours. Cependant que reste-t-il de toutes les activités de Bernard T., rien si ce n’est des rancœurs, des rancunes, des souvenirs de combat épique. Faut-il l’imiter ?

  "Il y a dans la droiture autant d'habileté que de vertu “ et c’est la seule façon de faire des grandes choses.

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.71/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

24 réactions à cet article    


  • Fergus Fergus 22 août 11:18

    Bonjour, Jacques-Robert

    Aussi intéressante soit-elle, l’analogie entre le goéland et Tapie me chagrine : l’oiseau a l’excuse d’être fidèle à son instinct !

    Pour ce qui est des goélands, il semble que ceux de Saint-Malo et Dinard soient nettement plus entreprenants que ceux du Tréport : certains n’hésitent pas à venir chiper la nourriture jusque dans les mains des touristes  notamment des enfants —, au point que la municipalité malouine a émis des avertissements.

    A noter qu’en plus des nourritures citées dans l’article, goélands et mouettes adorent le fromage ; rien de tel pour les attirer ou réveiller leur vocation de brigandage !

    Enfin s’il est agréable de voir voler les goélands au-dessus des toits, cela s’accompagne de désagréments bien réels, entre les largages de fientes et les cris incessants qui finissent par lasser les riverains les plus patients. 

    Bien à vous !


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 22 août 13:26

      @Fergus
      Merci pour vos informations concernant les goélands de Saint-Malo. J’ai décrit quant à moi ce que j’ai vu. Merci de votre commentaire.


    • osis 22 août 11:26

      A propos de tocards...

      Le laquais de l’oncle Sam vient de donner l’asile politique à un Russe opposant de Poutine.

      C’est bien dommage pour Monsieur Julian Assange qu’il ne soit pas aussi anti Russe primaire...


      • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 22 août 13:26

        @osis
        Il faudrait que le cynisme international s’apaise un peu ;


      • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 22 août 11:37
        « Quand le Goéland se gratte le gland, c’est qu’il va faire mauvais temps. Quand il se gratte le cul, c’est qu’il ne fera pas beau non plus. »
        Proverbe normand du Tréport.

        • Fergus Fergus 22 août 11:45

          Bonjour, Séraphin Lampion

          Autre proverbe local, fréquemment cité par le maire d’Eu : « Mieux vaut un gros et lent qu’un goéland : il ne chie pas sur les toits ! »


        • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 22 août 11:51

          @Fergus

          le Maire d’Eu se complaît dans la scatologie, c’est son titre qui veut ça


        • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 22 août 13:27

          @Séraphin Lampion
          J’ai du mal à discerner les mâles des femelles.


        • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 22 août 14:45

          @Jacques-Robert SIMON

          il suffit de les mettre dans un frigo
          celui qui crie « on se les gèle là-dedans », c’est le mâle.


        • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 22 août 17:07

          @Séraphin Lampion
          Je vais apprendre le goéland.


        • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 22 août 17:54

          @Jacques-Robert SIMON

          C’est difficile. déjà que l’homme L’homme met du temps à se comprendre parce que l’égo est lent !


        • Arogavox Arogavox 22 août 11:55

          Le syndrome du goéland s’est effectivement largement répandu :

          Mais que font nos soit-disant sociologues ou « intellectuels » ? A quoi servent-ils s’ils restent incapables d’alerter sur les conséquences de ce sabordage de l’autorité du savoir et de l’expérience consacrés aux arts et techniques (ars, artis) ?

          En médecine comme ailleurs, quand même les compétences des spécialistes les plus en vue comptent pour des cacahuètes devant l’arrogance de politiciens arrivistes, eux-mêmes à la botte d’intérêts finaciers flagrants ... comment la jeunesse pourra-t-elle se motiver pour des vocations nobles ?

          Quand seuls sont louangés et magnifiés les stratagèmes et la perversité des plus roublards, rien d’étonnant à constater que les jeunes, ne voulant pas être des pigeons-dindon-de-la-farce, s’évertuent plutôt à copier les anti-valeurs montées au pinacle.

          Leur comportement dans les « jeux » video multijoueurs nous révèlent ces tendances : recherche de facilité, de duplicité, de coups fourrés et de perfidie. Bel avenir en perspective !


          • Arogavox Arogavox 22 août 12:04

            @Arogavox
            illustration par ce poème de Jean Richepin  :

            ...


              Mouettes, gris et goélands
            Mêlent leurs cris et leurs élans.
             
            C’est un poisson que l’un attrape
            Et qu’au passage un autre happe.
             
            Mouettes, goélands et gris
            Mêlent leurs élans et leurs cris

            ...


          • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 22 août 13:29

            @Arogavox
            J’ai écrit mon article avec en tête ce que vous écrivez. Le résultat est très aléatoire.


          • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 22 août 13:29

            @Arogavox
            Merci pour la citation.


          • binary 22 août 14:25

            @Arogavox

            Leur comportement dans les « jeux » video multijoueurs nous révèlent ces tendances : recherche de facilité, de duplicité, de coups fourrés et de perfidie.

            Le modèle économique actuel du jeu multijoueur dit « pay2win » (payer pour gagner) est basé sur cette remarque qui a été constaté expérimentalement et lucrativement par les éditeurs de jeux. Les jeux sont construits pour satisfaire les pulsions de joueurs appelés « baleines » prêt à payer n importe quelle somme pour être les meilleurs mais sans avoir à faire quelque chose de difficile. Ces joueurs vont se reconnaitre dans le jeu et s associer créant ainsi une émulation à celui qui paye le plus pour impressionner les autres.

            Le but de ces jeux n est plus de se distraire en réussissant des objectifs de plus en plus difficiles, mais de dominer l autre en jouant le moins possible. Si vous aviez proposé cela il y a 20 ans, on vous aurait pris pour un fou.


          • Arogavox Arogavox 22 août 16:58

            @binary
             ... et, fatalement, quels ’gagnants’ vont voir leur confiance-en-soi et leur force de ’caractère’ s’affirmer ? ... si ce n’est les ’gamins’ qui ont accès à une carte de crédit !
            ( ’gamins’ de tous âges en fait, puisqu’on dénombre parmi ces ’joueurs’ moult retraités, et même, à leur dire, certaines célébrités ...)
              
             Ce qui n’empêche que les plus ’avancés’ se vantent pourtant d’arriver à "gagner de l’argent’ au final avec ça ( Pas seulement ceux qui deviennent ’professionnels’ au jeu ... : outre les crackeurs de la triche, l’exploitation du système de Ponzi conduit ici à des subtilités sidérales certainement propices à toute une nouvelle génération de carrières jupiterriennes ...



            • Jeekes Jeekes 22 août 17:08

              ’’Souvent les couples de goélands et leur progéniture délaissent les falaises pour s’établir sur les toits des maisons... Tout semble donc qu’ordre et beauté...’’

               

              A condition d’aimer voir son toit couvert de merde...

               

              PS : c’est une citation de Jonathan Livingstone, j’ai rien inventé !

               


              • Fergus Fergus 22 août 17:15

                Bonjour, Jeekes

                « A condition d’aimer voir son toit couvert de merde »

                En effet. Et dans certaines villes portuaires, c’est une calamité. Non seulement pour les toits, mais aussi pour les carrosseries des voitures.


              • Jeekes Jeekes 22 août 17:59

                @Fergus
                 
                Ah ben tiens, pour une fois qu’on est d’accord.
                 
                Champagne !
                 


              • troletbuse troletbuse 22 août 18:09

                @Fergus
                les carrosseries des voitures


                Réflexe de bobo matérialiste !  smiley.


              • damocles damocles 22 août 19:00

                @Fergus
                Bjr
                Vous pouvez recueillir les déjections des volatiles ,et les revendre à la jardinerie la plus proche ,ça vous distraira et « en même temps » vous aidera à constituer un pécule intéressant pour vôtre prochain voyage !.....il y a des familles qui ont constitué des fortunes en vendant du guano....(j’ai failli écrire guaino ! )


              • Xenozoid Xenozoid 22 août 19:08

                @damocles

                hélas le guano c’est changé (en fait il y plus de guano) en nitrate et autres phosphates,

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité