• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le hold-up du siècle en préparation

Le hold-up du siècle en préparation

 

 

 

Les films hollywoodiens, nous ont souvent distraits avec ces « cowboys » qui assaillaient des banques pour mettre la main sur l’or qui s’y trouvait sous bonne garde. Plus le butin était important, plus ils se devaient de bien planifier leur forfait. Tout devait être analysé à partir de la forteresse jusqu’au dernier des gardiens du village. Ici, le plus grand des hold-up (1880).

De nos jours, les exemples ne manquent pas de ces opérations menées par des voleurs aguerris dont le flair les conduit inévitablement vers de grosses prises en or, en argent, en bijoux, en certificats de placement, etc. . Pour les amateurs et amatrices de ces films, je vous réfère à ce lien.

Dans tous ces cas, les principaux acteurs de ces méfaits sont considérés comme des cowboys audacieux et des voleurs professionnels bien aguerris à la profession. On parlera surtout de mafia et de groupes criminels de toute nature, mais jamais on ne parlera d’États, de gouvernements dont certains se font une spécialité de piller les richesses d’autres peuples, d’autres pays. Dans la plupart des cas, ce sont des États qui réalisent leurs méfaits en se couvrant des plus grandes vertus qu’un État peut avoir à l’endroit d’un autre peuple, d’un autre pays. Son mode opérationnel comprend, entre autres, six grandes étapes qui leur ouvrent la voie à la légitimité humanitaire.

  1. 1. S’assurer que les richesses convoitées soient réelles
  2. 2. Compter sur des appuis politiques et économiques internes de l’État visé.
  3. 3. Compter également sur la collaboration de certains États limitrophes
  4. 4. Créer, par tous les moyens, le chaos au sein du gouvernement.
  5. 5. Mettre en évidence par les médias l’état de crise que vit le pays
  6. 6. Faire valoir qu’une intervention internationale s’impose

L’idée fondamentale qui ressort de tout cela est de transformer ce hold-up, aux yeux de la communauté internationale et des populations des pays impliqués, en une véritable mission humanitaire, chapeautée, entre autres, par la libération d’un peuple, transformé en victime d’une dictature, responsable de tous les maux, et d’un dictateur qui ne veut rien entendre du cri de son peuple pas plus d’ailleurs que de celui de la communauté internationale. 

Ce sera la tâche des médias dont la mission est de répondre avant tout aux attentes des pays promoteurs de ce hold-up, de s’assurer que l’information transmise et diffusée de mille et une manières s’incruste dans l’esprit des gens et devienne une opinion répandue dans la communauté nationale et internationale. Cette préparation des esprits s’impose pour que les peuples de ces États prédateurs n’y voient que la justesse d’une intervention militaire qui ne saurait être qu’humanitaire. En Irak, en Libye, en Syrie, pour ne citer que ces trois pays, ce fut effectivement l’image projetée de dictatures et de dictateurs opprimant leurs peuples qui a rendu possible ces interventions qui furent appuyées par leurs peuples et la communauté internationale.

LA CIBLE DU PROCHAIN HOLD-UP EST LE VENEZUELA

Mode opérationnel : 

 1-Par ses richesses, surtout celles se référant au pétrole, à l’or et au diamant, il répond parfaitement au point 1 du mode opérationnel. Selon l'OPEP, les réserves prouvées en pétrole du pays atteindraient 302,25 milliards de barils ce qui le place à la première place mondiale devant l'Arabie Saoudite. Le Venezuela occupe également le 15e rang mondial des réserves d'or, avec plus de 365 tonnes, selon des chiffres officiels. Parmi elles, 154 sont déposées à la Banque centrale vénézuélienne. En 2012, Chavez a rapatrié au pays tout l’or qui était déposé à l’étranger. À ceci s’ajoutent évidemment les ressources en mines d’or toujours présentes et fortement sollicitées par d’autres puissances.

  2-Grâce à la présence au Venezuela d’une opposition qui leur est entièrement acquise ils peuvent compter sur cette dernière qui intègre les Chambres de commerce et celles du patronat, ains que de l’épiscopat vénézuélien pour générer des activités déstabilisatrices du gouvernement, le rendant ainsi de moins en moins populaire auprès de sa population. Ce fut le cas avec la guerre économique visant la privation pour la population des biens essentiels. Les mesures mises en place par cette opposition et ses alliés ont affecté directement le peuple, l’obligeant à attendre des heures avant de pouvoir acheter quelques-uns de ces biens disponibles. Les collaborateurs, à l’interne, s’assuraient que ces biens soient entreposés secrètement dans des endroits non connus du public ni du gouvernement. Tous ces éléments ont finalement été mis à découvert et condamnés tout autant par le peuple que par le gouvernement lequel était ciblé par l’opposition et les médias comme en étant le grand responsable. À ceci s’ajoutent les sanctions économiques de Washington qui ne font qu’empirer la situation économique du pays.

3-Les États-Unis ont toujours pu compter sur un ensemble de pays qui leur sont acquis. C’est le cas de la Colombie où l’Oncle Sam dispose de 7 bases militaires ainsi que de l’immunité complète pour ces derniers sur le sol colombien. C’est tout dire. Il en va de même avec le Mexique dont les dirigeants répondent davantage à ses intérêts qu’à ceux de leur propre peuple. Le Canada, le Pérou, le Brésil de Temer et l’Argentine de Macri demeurent des alliés fidèles pour combattre le gouvernement révolutionnaire du Venezuela. Il faut ajouter à ces pays le plein contrôle qu’exercent les États-Unis sur l’Organisation des États américains (OEA). Cette dernière a été mise à contribution pour mener la campagne de dénigrement du gouvernement démocratique du Venezuela en le faisant passer pour un gouvernement antidémocratique, dictatorial y illégitime.

4-Tous ces acteurs ont pour mission de créer toutes les situations possibles conduisant à discréditer le gouvernement, la démocratie participative qui fait du peuple un agent actif dans la réalisation de la révolution bolivarienne. Depuis l’élection de Chavez en 1998 à nos jours, il y a eu plus de 23 élections auxquelles le peuple a participé. Sur ces 23 élections, il en a perdu 2, la première, en 2007, lors d’un référendum portant sur une modification de la constitution. La seconde, en 2015, lors des élections législatives. En dépit de tous ces appels au peuple, la publicité et l’idée à vendre est que Maduro, le président, est un dictateur et le régime chaviste une dictature. 

5-Les médias utilisent toutes les techniques à leur disposition pour créer des scénarios où les éléments positifs du régime, comme ces nombreuses élections, seront passés sous silence alors qu’on mettra en évidence des situations qui ne sont crédibles que pour ceux qui les inventent. On fait, par exemple, toute une histoire sur l’Assemblée nationale constituante que l’on essaie par tous les moyens de discréditer comme pouvoir super potentiel. On ne dira pas que le Tribunal suprême de justice, autorité constitutionnelle par excellence, a déclaré cette dernière comme tout à fait légitime et conforme à la constitution vénézuélienne. On se fera également discret sur les dernières élections régionales que le gouvernement a gagnées haut la main avec 18 gouverneurs contre 4 pour l’opposition.

6-Les prédateurs en sont à l’étape de convaincre la communauté internationale qu’une intervention s’impose au Venezuela, faute de quoi ils vont prendre eux-mêmes l’initiative d’intervenir directement dans le pays. Le résultat des dernières élections régionales ne leur facilite pas la tâche. Qui plus est, l’opposition commence à se diviser, affaiblissant ainsi le support à l’interne.

 En conclusion, je me permets deux commentaires.

    Le premier porte sur la capacité du peuple et du gouvernement vénézuélien de résister à ces attaques, véritables coups bas qui n’ont rien à voir avec l’humanisme dont se réclament leurs auteurs. Je pense que ces adversaires sont en voie de découvrir que le populisme qu’ils attribuaient aux Vénézuéliens et Vénézuéliennes se révèle être la conscience de tout un peuple contre laquelle ils ne peuvent se permettre de marcher. Il y a un peuple, une armée, un gouvernement tous déterminés à vaincre ces prédateurs.

    Mon second commentaire porte sur le fait que le Venezuela n’est pas isolé internationalement. La Russie, la Chine, les Pays non alignés et plusieurs pays des Antilles et du Moyen-Orient lui sont solidaires. La communauté internationale dont parlent Washington et ses alliés européens et latino-américains ne forment finalement qu’un club d’amis, liés par des intérêts financiers, souvent de caractère individuel et passager.

    Je fais voeux que le Venezuela soit la première véritable démocratie à résister et à vaincre les prétentions de l’Empire et de ses alliés. Sa victoire se transformera en espérance pour l’ensemble des peuples de la région et du monde. Ses ennemis le savent trop bien et ils feront tout pour mettre fin à cette révolution.

 

Oscar Fortin

Le 27 octobre 2017 

 

http://humanisme.blogspot.com


Moyenne des avis sur cet article :  4.42/5   (36 votes)




Réagissez à l'article

108 réactions à cet article    


  • Clocel Clocel 28 octobre 11:19

    Ouf...

    Avec le hold-up du siècle, j’ai cru que vous alliez parler du chypriotage de nos comptes bancaires...

    De quoi donner des cauchemars aux zombis les plus atteints, mais le Venezuela mon bon Monsieur, avec la poudrière qu’on s’est bricolé au sud,,, c’est comme la Guyane, une île lointaine, ...


    • leypanou 28 octobre 11:41

       Je fais voeux que le Venezuela soit la première véritable démocratie à résister et à vaincre les prétentions de l’Empire et de ses alliés. : à mon avis, il ne faut pas attacher trop d’importance au mot démocratie de sens souvent élastique.

      Ce qui est important à obtenir est qu’un autre pays ne s’immisce pas dans les affaires d’un autre pour divers prétextes que vous avez très bien cités dans l’article.

      En plus, vous parlez de l’empire et de ses alliés : moi, je parlerais plutôt de l’empire et de ses laquais car si on ne parle que de l’Allemagne et du Japon, 2 pays importants s’il en est, cela ne fait que plus de 70 ans qu’ils sont occupés, avec des bases militaires ainsi que des soldats, par milliers, états-uniens. Quand l’empire est quelque part, il ne part jamais de plein gré et les prétextes sont créés pour rester (ex : la Corée).

      Ce qui s’est passé récemment concernant la Corée du Nord est tout simplement scandaleux : je regrette que la Russie et la Chine ont voté stupidement les sanctions de l’ONU, ce qui prouve que sur ce dossier de la Corée du Nord, elles ne valent pas mieux que l’empire (la Russie elle-même ayant voté plusieurs sanctions contre l’Iran).


      • Alren Alren 28 octobre 12:22

        Les GI ne peuvent pas débarquer sur les côtes du Venezuela, un beau matin à l’aube, après des bombardements préalables par l’US Airforce comme ils l’ont fait durant la Deuxième guerre mondiale ! L’hostilité du peuple vénézuélien mettrait par terre la campagne de propagande accompagnant ce type d’intervention effectuée pour le « libérer » !

        Contre Cuba, en 1961, les USA, la CIA avaient envoyé des anti-castristes qui ont été balayés autant par le peuple que par l’armée.
        Il n’y a pas d’anti-Maduros « réfugiés » en nombre en Floride comme les anti-castristes. Les envahisseurs ne pourraient venir que de Colombie, une troupe forcément peu nombreuse et sans soutien aérien. Elle aussi serait balayée. Sans compter que les Colombiens anti-fascistes dénonceraient les préparatifs qui ne pourraient leur échapper et empêcheraient la réalisation de l’opération de l’intérieur.


        • sarcastelle sarcastelle 28 octobre 12:54

          @Alren

          .
          Oui mais l’US Air Force est très fiable puisque par sécurité ses chasseurs sont biréacteurs. 
          (il est question de régler le problème des monoréacteurs F-16 en les transformant en « Twin-F-16 » comme il y a eu le Twin-Mustang. 

        • Lugsama Lugsama 28 octobre 16:57

          @Alren

          Ce que pense les venezueliens de leur dictature est à des années lumière de vos propos débiles, peut être devriez vous discuter avec eux avant que le régime militaire leur coupe Internet.. 

        • doctorix doctorix 28 octobre 18:49

          @Lugsama
          Quels vénézuéliens ? Les escrocs et autres pilleurs du pays, en fuite et réfugiés Avenue Foch quand Chavez les a forcés à partir ?


        • Lugsama Lugsama 28 octobre 23:25

          @doctorix

          80/85% des gens qui vivent la-bas et faute de collaborer avec la narco-dictature ont faim..

        • Michel Maugis Michel Maugis 29 octobre 02:05

          @Lugsama


          Mas non, ce n’est pas 65%, c’est 99, 4%.(peut être 99,8), les 0,6% qui ne meurent pas de faim sont les chavistes, évidemment, qui viennent de gagner les élections des gouverneurs.

          Vous mentez en permanence.

        • Lugsama Lugsama 29 octobre 08:39

          @Michel Maugis


          82% des vénézuélien sous le seuil de pauvreté, 45% à l’arrivé de Chavez perte de 8kg en moyenne. Je ne voit pas ou je ment ce sont des études pluri-univesitaires local, même si ça vous fait mal au derrière de l’admettre
          Par contre vous nous avouez que vous ne connaissez rien à la situation du pays, vous l’abruti trouvez tout à fait normal que le Venezuela soit une dictature.


        • Lugsama Lugsama 29 octobre 09:06

          @foufouille

          Et ? Chavez répétait souvent qu’il est arrivé à la tête d’un pays avec 80% de pauvre, ce qui est évidement faux les universitaires vénézuélien estime qu’au grand maximum le taux était de 45%, déjà très élevé pour le pays le plus riche du continent.

          Chavez a réussit l’exploit de faire passer ce pays de plus riche à plus pauvre en 20 ans, avec les sous-sols les plus riche du monde et sans guerres, juste avec la politique la plus débile de l’histoire ! Sans parler de la sécurité au bilan tout aussi catastrophique ou de la démocratie que son successeur gomme petit à petit. 



        • Michel Maugis Michel Maugis 29 octobre 10:14

          @Lugsama

          Mais non, mais non, je vous assure, c’est 87% maintenant, je le sais car j’ai toute ma famille, ce qui en reste, qui vit au venezuela, Mon arrière grand père, ex notaire qui a 102 ans, etc sa femme 114 ans et 6 mois, ses enfants et conjoints etc.. qui eux subsistent car ils étaient chavistes, maintenant ils sont maduristes.


          Vive la dictature qui ne bombarde pas les peuples


        • Lugsama Lugsama 29 octobre 10:43

          @Michel Maugis

          Toujours aussi inintelligible vos commentaires, a part vous couvrir de ridicule je vois pas bien l’intérêt de vos commentaires.

        • McGurk McGurk 29 octobre 11:45

          @Michel Maugis

          Donc maintenant vous reconnaissez que c’est une dictature ? smiley

          Le « madurisme », c’est le « chavisme » mais en pire. De toute manière Maduro n’a sûrement pas inventé l’eau tiède étant donné qu’il n’a pas eu l’air de contrôler grand chose et sortir de bonnes idées afin de sortir son pays de l’impasse.


        • foufouille foufouille 29 octobre 11:58

          @Lugsama
          je ne trouve pas tes 82% ............
          dans une dictature, il n’existe aucune élection.


        • foufouille foufouille 29 octobre 12:01

          @Lugsama
          aux USA, tu as 20% de personnes qui reçoivent des food stamps donc le nombre de pauvres est certainement énorme.



        • McGurk McGurk 29 octobre 12:23

          @foufouille

          Il existait bien un parlement sous Saddam Hussein. Pourtant, ce n’était pas lui qui prenait les décisions.


        • McGurk McGurk 29 octobre 12:27

          @foufouille

          En fait c’est surtout dû au fait qu’une partie de la population fait des petits boulots payés à l’arrache, que ce soit ceux qui n’ont pas fait (ou peu) d’études ou même les retraités. Il faut également ajouter le fait qu’être blanc simplifie beaucoup de choses, les noirs et les hispaniques (pourtant blancs par définition) étant largement moins bien payés et relégués à des fonctions secondaires.


        • Michel Maugis Michel Maugis 29 octobre 12:33

          @McGurk

          Bah oui, c’est la dictature du peuple, majoritaire. Avant c’était la dictature minoritaire de la Haute bourgeoisie soutenue par l’ empire fasciste US et des connards

          Oú est le problème ?

          vous ne connaissez vraiment rien !
          Vous êtes obsédé, dépité des victoires du « communisme ».


        • McGurk McGurk 29 octobre 12:51

          @Michel Maugis

          Il n’y a pas besoin d’une dictature d’un groupe ou d’un autre pour instaurer durablement la démocratie. On est pas en Russie avec leur expression débile et fourre-tout de « dictature du prolétariat » qui a simplement débouché...sur une dictature.

          Et hélas, ce n’est toujours pas « le peuple » qui est aux commandes, juste le même groupe qui commandait avant tout en s’enrichissant sur le dos des autres. C’est bien ça qu’on voudrait vous rentrer dans le crâne. Mais comme vous prenez tout pour argent content et que vous refusez d’analyser toutes les sources en disant que les « journaux traditionnels sont forcément corrompus », vous n’avez pas toutes les données en main et ne possédez donc que celles de la dictature au pouvoir ou des personnes qui s’extasient devant tout.

          Et puis bon, si vous pouviez vous débarrasser de cette idéologie binaire (bourgeois/USA vs. les petits agneaux sans défense), cette vision manichéenne des choses ce serait utile pour tout le monde, surtout pour vous.

          * vous ne connaissez vraiment rien !Vous êtes obsédé, dépité des victoires du « communisme »."

          Je ne prétends pas tout connaître, mais étant donné le contenu de vos propos j’en sais probablement un peu plus que vous sur le sujet.

          Je me fous royalement du bord politique auquel appartient Maduro et sa clique, ce que je vois ce sont les résultats qui sont plus que pitoyables. D’ailleurs à ce propos, ils ne sont pas plus communistes que je ne suis le pape, ce sont des capitalistes déguisés qui s’engraissent pendant que la population subit. Ils se cachent simplement sous une vague idéologie communiste à la sauce sud-américaine pour justifier leur coup d’Etat et rien d’autre.


        • foufouille foufouille 29 octobre 13:38

          @McGurk
          et les 46 millions de vieux qui ont le minimum vieillesse, c’est pareil ?
          les food stamps sont l’équivalent des restos du coeur ou des colis alimentaires, donc il faut être très pauvre : 950 dollars brut par mois pour une personne seule.


        • McGurk McGurk 29 octobre 13:54

          @foufouille

          Je n’en sais rien.

          En tout cas, beaucoup de vieux qui ont choisi la retraite (au lieu de bosser jusqu’à la mort) sont sous le seuil de pauvreté. Ce qui signifie qu’ils bénéficient très certainement de ce genre d’aide. Et même en travaillant, ça n’ajoute pas grand chose dans leur portefeuille car le salaire est très bas et les tâches à effectuer (ex : aider les gens à remplir leur sac de courses) ont l’air assez dégradantes.

          Mais c’est également le cas en France, bon nombre de personnes âgées se font livrer des repas par la mairie parce qu’ils n’ont pas les moyens financiers suffisants pour acheter au supermarché étant donné la pension qu’ils touchent. J’ai vu un article il y a peu (un lien sur ce site mais je ne sais plus où) dans lequel les retraités allaient même aux restos du cœur pour demander à manger...


        • foufouille foufouille 29 octobre 16:58

          @McGurk
          chez nous les personnes âgées au minimum vieillesse ne sont pas 20% de la population.


        • McGurk McGurk 29 octobre 17:51

          @foufouille

          Chez nous...en France ?

          Il n’empêche que beaucoup d’entre elles, bien que ne touchant pas cette allocation, sont au bord de la pauvreté. Et les annonces des différents gouvernements de les mettre encore plus à contribution n’est vraiment pas de bonne augure.


        • foufouille foufouille 30 octobre 07:48

          @McGurk
          nous n’avons pas 40% de pauvres.



        • Alren Alren 30 octobre 19:14

          @doctorix

          "Quels Vénézuéliens ? Les escrocs et autres pilleurs du pays, en fuite et réfugiés Avenue Foch quand Chavez les a forcés à partir ?"

          Évidemment que ces salauds-là n’aiment pas le mouvement progressiste qui a fait drastiquement baisser le nombre de pauvres au Venezuela alors qu’il est en hausse dans les pays où sévit le capitalisme !

          C’est comme si on avait demandé leur avis sur la Révolution française aux nobles émigrés !!!


        • Alren Alren 30 octobre 19:23

          @sarcastelle

          Vous n’avez pas compris que l’USAF ne peut pas bombarder le Venezuela ?
           
          Les « frappes aériennes » ne changent pas le résultat des batailles. Les USA le savent bien depuis la guerre du Vietnam.

          Alors que le Venezuela, le peuple vénézuélien, paraîtrait aux yeux du monde et en particulier aux yeux de peuples du tiers-monde, comme injustement agressé et martyr (beaucoup de civils seraient tués). Il serait impossible aux USA d’échapper à une condamnation à l’ONU.

          Le Venezuela pourrait alors être équipé rapidement des S400 russes, lesquels feraient un massacre, un « tir aux pigeons » parmi les avions US.


        • sarcastelle sarcastelle 28 octobre 12:50

          Prenez garde, Oscar, je vois des individus cagoulés qui escaladent le mur sous votre fenêtre. 


          • pipiou 29 octobre 11:44

            Etrange mon commentaire a été censuré par un « amoureux de la liberté et de la démocratie ».

            Encore un hold-up de la bande à Fortin.
            Ils aiment la liberté d’expression, mais pas pour les autres ; de bons commissaires politiques.


          • JC_Lavau JC_Lavau 29 octobre 08:56

            @pipiou. Tes maîtres et maîtresses en malveillance ne t’ont donc pas appris que pour organiser une campagne de calomnies, il faut chercher à avoir quelques éléments de vraisemblance ?


          • xana 28 octobre 16:16

            Merci Oscar Fortin pour cet article passionnant, qui précise les tenants et les aboutissants de la crise actuelle.
            La situation du gouvernement vénézuélien semble avoir été considérablement renforcée par la bévue de Trump annonçant que les USA préparent une intervention armée. Russie et Chine seront ravis d’apporter leur aide au gouvernement Maduro sous forme d’aide alimentaire principalement.

            Je suis ravi de lire le post de McGurk, qui écume de rage. Une critique aussi âpre de sa part vaut un certificat de qualité pour votre article.
            Jean Xana


            • Lugsama Lugsama 28 octobre 16:54

              @xana

              Le bévue de Trump ? Des paroles en l’air comme il en fait tous les jours. La dictature veux se maintenir au pouvoir, évidement elle cherche des appuies auprès des « grandes démocratie » russes et chinoise, pendant ce temps la le peuple trinque, ça les petits collabos s’en moque bien à l’abri dans leur vilaine dictature occidentales. 

            • McGurk McGurk 28 octobre 17:18

              @xana

              Bravo, vous êtes passé maître dans l’art de raconter n’importe quoi.


            • phan 30 octobre 06:35

              @xana
              Russie et Chine seront ravis d’apporter leur aide au gouvernement Maduro sous forme d’aide alimentaire principalement.
              Cet article pour compléter : Est-il temps pour une diplomatie alimentaire au Venezuela ?


            • Lugsama Lugsama 28 octobre 16:51

              Si même Fortin réalise que cette dictature ne mène à rien.. 


              • doctorix doctorix 28 octobre 18:40

                @Lugsama
                Ce que vous et Mac Beurk appelez une dictature, c’est quand 4 gouverneurs sur 22 ne dirigent pas un pays.

                Ce que vous appelez une démocratie, c’est quand 9 milliardaires décident grâce à leurs media quel pantin véreux doit diriger la France.
                Nous n’avons pas les mêmes valeurs, sans doute.

              • McGurk McGurk 28 octobre 18:47

                @doctorix

                Oui vous vivez certainement avec Oscar Fortin au Venezuela, pays des licornes et du bonheur infini.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires