• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le libre arbitre ou l’émancipation par la volonté raisonnée

Le libre arbitre ou l’émancipation par la volonté raisonnée

La notion de libre arbitre est la plupart du temps assimilée à la religion, elle permet de dédouaner Dieu le tout puissant de la responsabilité du mal en reportant cette dernière sur ses créatures. Dieu nous a offert en cadeau notre destinée, à nous d’en faire bon usage en notre âme et conscience. Toutefois, ici je m’intéresserai à une approche plus rationnelle du libre arbitre et de son emploi.

 Le libre arbitre ou libre arbitre de la volonté, est une notion fondamental pour tout un chacun. Il implique qu’à chaque instant j’effectue un choix librement. Le choix de me lever le matin, ou de ne pas le faire par exemple. Toutefois, nombre d’entre nous me dirons que ce choix n’est pas le leur, qu’il leur est imposé voir conditionné culturellement. Je leur répondrais alors qu’ils ont renoncé à leur libre arbitre par leur passivité.

 La recherche de l’émancipation, de la liberté ne peut se faire qu’en deux façons conjointes. En acceptant les contraintes sur lesquelles je n’ai pas d’emprises au lieu de me torturer l’esprit. Il s’agit là du lâcher prise, le lâcher prise est l’acceptation de ce sur quoi on n’a pas d’ascendants. Il s’agit là de contraintes extérieures sur lesquelles ma volonté ne peut agir, en les acceptants je libère mon esprit de son illusion de contrôle. Ces contraintes se trouvent en dehors du champ d’exercice de mon libre arbitre.

Mais s’il y a des contraintes en dehors du champ d’action de mon libre arbitre, ce dernier est toutefois immense et bon nombre d’entre nous l’oubli. La première chose à se mettre en tête lorsqu’il s’agit de libre arbitre est que ce processus est un processus actif. Je prends mes décision et fait mes propres choix, je ne me contente pas simplement de répondre aux écueils que la vie me lance. Tout est action et réaction, l’exercice du libre arbitre est action et non réaction.

Les déterministes critiquent la notion de libre arbitre en suggérant que ce dernier est une illusion puisque de toute façon, tous nos choix sont induits culturellement ou prédisposés par la force des choses. Même si l’approche est hautement amorale (je ne suis pas responsable de mes choix, puisque ces derniers sont prédéterminés) et passive, la critique n’en reste pas moins constructive. Effectivement l’exercice du libre arbitre ne peut se faire que par une personne consciente qui fait sciemment un choix.

Pour faire un choix sciemment il faut donc avoir du recul sur soi et sur ce qui nous entoure. Ici, deux adages prennent tout leur sens. Le premier « la connaissance est le pouvoir », cet adage s’inscrit dans la logique de libre arbitre, plus on a de connaissances, plus notre capacité à choisir devient grande et plus nos choix sont libres. Le deuxième, « connais-toi toi-même » est encore plus important, dans la mesure où notre propre auto-conditionnement est l’une de notre plus grande limite.

La connaissance général et de soi-même permet à la raison de choisir librement et à la volonté de réaliser ce choix. Exercer son libre arbitre est une démarche active de l’esprit et une formidable source d’émancipation. Nous avons le pouvoir de structurer notre réalité, prenez le contrôle de vos vies.


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • Gabriel Gabriel 4 janvier 2013 10:32

    Bonjour Yann,

    J’ai voté pour votre article car c’est à ce jour une des meilleures et des plus rationnelles explications sur le libre arbitre que j’ai lu. J’ajouterai, si vous me le permettez, que pour prendre ses décisions et faire ses propres choix d’après les circonstances, les évènements, il faut se détacher de l’évènement à analyser (Hors du temps et de l’espace de cet évènement). C’est une attitude qui fonctionne uniquement si vous pratiquez l’impermanence afin que le jugement qui vous permettra de faire votre choix « sensé être le meilleur » ne soit pas pollué par un sentiment quelconque en rapport avec l’évènement. Le libre arbitre et la conscience sont les deux cadeaux que la nature nous fait à la naissance. Pour finir cette petite citation poétique : « Deux chemins s’offraient à moi, j’ai pris celui où personne n’allait et là, j’ai compris toute la différence… ». Cordialement


    • alinea Alinea 4 janvier 2013 10:39

      Il y a une telle part de risque que celle-ci tétanise pas mal de gens ; car il faut bien reconnaître que le choix à faire le plus courant, c’est dire « non » ! Et ce « non » à l’asservissement est un sacré défi. Alors on se contente de choisir la couleur de ses chaussures ou le lieu de ses vacances ! Petites soupapes de « liberté »( influencée par la propagande non conscientisée) qui évite de sentir le poids des boulets qui traînent derrière nos pieds !
      Le libre-arbitre, c’est au fond le chemin d’une vie...


      • Sortirducadre Sortirducadre 4 janvier 2013 11:49

        Chouette artcile, il a le mérite de simplifier une question assez complexe et de vouloir réveiller les consciences, ce que je trouve toujours salutaire :)


        J’ajouterais juste qu’il est possible d’exercer son libre-arbitre en faisant des choix intuitifs. La connaissance est primordiale, le choix raisonné est judicieux dans un grand nombre de cas, mais il faut parfois savoir faire taire le mental pour que le bon choix puisse nous apparaître comme une évidence. C’est particulièrement vrai en matière de sentiments où les raisonnements et arguments concrets se trouvent souvent pris en défaut, notre gestion désastreuse des relations amoureuse en est un bon exemple.

        Sa petite voix, son coeur, son guide, chacun peut l’appeler comme il veut, se révèle être une aide très précieuse dans l’exercice de notre libre-arbitre, pour peu qu’on veuille bien se mettre à l’écouter ;)

        • Castel Castel 4 janvier 2013 12:02

          Je ne suis pas vraiment d’accord avec l’article. Il me semble que l’idée que NOUS sommes à l’origine de NOS choix est une illusion. Ce n’est pas une question de moralité ou de passivité, c’est une question d’analyse de la vie elle-même. On pourrait dire que le hasard est l’ignorance de la prédestination, comme on pourrait dire que le libre arbitre est l’ignorance de l’absence de choix.

          Nous sommes toujours beaucoup plus conditionné que nous croyons l’être et l’idée un peu simplette de dire « ah ben si tout ce que je fais est déterminé d’avance, il n’y a plus besoin de bouger » et bien, essayez, et vous verrez : nous sommes des animaux fait pour agir, vous ne pourrez pas rester sans rien faire, ni sans penser, sauf travaille personnel très poussé.

          Par ailleurs, c’est ce que certains ésotéristes préconisent (Gurdjief, Maharaj, Osho...) : changer notre manière de nous voir. Pour eux, nous sommes des animaux pré-conditionnés qui ne possèdent aucune liberté de choix. Il s’agit donc de retrouver notre véritable identité.


          • Gollum Gollum 4 janvier 2013 13:21

            En gros d’accord avec Castel. Je n’ai jamais aimé ces discours sur le libre-arbitre, ils ne font que conforter les gens dans la croyance en l’ego.


            Le « connais toi toi-même » n’a pas pour but de prendre le contrôle de nos vies mais de laisser la place à plus grand que soi, le Soi au sens védantin. 

            La meilleure « preuve » que le libre-arbitre est une illusion c’est que cette position est affirmée par la grande majorité des gens. C’est donc une vision naturelle et naïve. La vision initiatique est de découvrir le Grand Autre à l’intérieur de soi et de s’effacer devant lui. Au point que comme le dit Saint Paul : « ce n’est pas moi qui vit, c’est Christ qui vit en moi ».

            • Gabriel Gabriel 4 janvier 2013 14:22

              Gollum, pour parapher St Paul, c’est peut-être justement cela le libre arbitre, faire des choix afin de découvrir le Christ qui vit en chacun de nous...


            • Castel Castel 4 janvier 2013 14:46

              Les choix sont du domaine de la dualité (bien/mal, bon/mauvais, vrai/faux etc...) et donc du relatif (chaque chose du monde est relative à la perception qu’on en a). Par conséquent, le libre arbitre ou l’impression de faire des choix est clairement lié dans la bible à la tentation du diable.

              Pensez que nous choisissons, c’est quand même se donner beaucoup d’importance. Avons-nous choisi notre nom ? notre prénom ? notre corps ou notre visage ? notre intelligence ? qu’avons-nous choisi de la vie que nous menons, même dans les bases nous n’avons rien choisies.


            • Gollum Gollum 4 janvier 2013 16:26

              Le Christ lui-même ne cessait de dire qu’il ne faisait pas sa volonté personnelle mais celle de son Père. 


              Et il rajoutait : « moi qui vient au nom de mon Père vous me rejetez, mais qu’un autre vienne et parle en son nom et vous l’accueillez les bras ouverts »..

              On a là la parfaite définition des « volontaristes » d’aujourd’hui aux dents longues qui pullulent aujourd’hui et que les gens « élisent » bien régulièrement au bout de x années..

            • Gabriel Gabriel 4 janvier 2013 17:12

              Castel, si cette vie est unique et que l’on s’arrête à celle-ci alors, votre raisonnement tient. Maintenant imaginons juste un instant, un instant seulement que cette vie soit la résultante de vies précédentes et que nos possibilités de choix ainsi que nos capacités à les interpréter soient fonction et découlent de ce passif et de ces antécédents… Cela peut peut-être vous paraître stupide mais, une majorité de la population sur cette planète croit en la réincarnation alors, il nous faut admettre que le choix des possibles est infini…


            • Yann 4 janvier 2013 21:06

              A Gollum,

              Je partage votre approche de cette dualité intérieure entre l’égo et le soi d’avant les mots, je n’ai jamais dit que le libre arbitre se limite au mental. Quand dans cet article je fais référence à ce « connais toi toi meme », j’y implique cette dualité. Quelqu’un qui ne serait fondé seulement sur son mental (son égo) ne peut faire l’exercice de son libre arbitre. Il se perd dans une image de lui même qu’il essaie de reproduire, il n’y a aucun libre arbitre dans ce cas là. Toutefois si on se connait suffisamment bien et que l’on a mis son égo de coté et laisser la place nécessaire à son être afin qu’il s’exprime, on fait tomber le voile de l’égo et l’être se transcende par la volonté. Qui elle est puissance créatrice. Je ne suis pas allé aussi loin dans mon article, je voulais rester trés terre à terre. Mais le libre arbitre existe bien, le nier c’est renoncer à notre pouvoir. Certes son exercice n’est pas aisé et certes notre libre arbitre n’a pas de prises sur tout. C’est là ou il faut s’en remettre au lacher prise, notion fondamentale. Et pour reprendre votre citation se St Paul, il est du ressort du libre arbitre de St Paul de laisser le Christ vivant en lui s’exprimer. Ce Christ ( essence Divine, peut importe son nom) est en chacun de nous. Il revient à tout un chacun de le laisser s’exprimer, la est l’exercice du libre arbitre.


            • Gollum Gollum 5 janvier 2013 12:00

              Mais le libre arbitre existe bien, le nier c’est renoncer à notre pouvoir. Certes son exercice n’est pas aisé et certes notre libre arbitre n’a pas de prises sur tout. 


              Bien d’accord là-dessus. Néanmoins en rester là me semble régressif à long terme. On peut tomber dans le culte de la volonté et de la fausse perception de savoir ce qui est juste ou pas.. Tous nos hommes politiques font l’éloge du libre-arbitre. Il n’est pourtant pas d’hommes plus menés par leurs passions que ceux-là. Sinon on en percevrait les fruits. Hors les fruits des politiques ne sont pas ceux qu’ils prétendent..

              Pour moi le libre-arbitre doit être utilisé afin de mettre un terme à l’ego, seule tâche digne d’intérêt.
              À ce niveau il n’y a plus de libre-arbitre mais une vie vécue dans l’authenticité et le détachement de soi. Alors à ce moment-là peut-on retourner dans le monde..

              Bref, vous l’aurez compris je crois aux hommes de silence et de méditation et pas aux agités..

            • Castel Castel 5 janvier 2013 14:45

              @ Gabriel : que cette vie soit la résultante de vies précédentes et que nos possibilités de choix ainsi que nos capacités à les interpréter soient fonction et découlent de ce passif et de ces antécédents…

              Oui, mais faites attention. Justement, la notion de karma est basée sur le mérite et donc sur la prétendue séparation de chaque être dans le monde qui l’entoure. Si vous lisez Maharaj (l’orient de l’être de Balsekar notamment), vous verrez que cette séparation est une illusion et notre corps et notre esprit ne nous appartient pas, notre vie non plus et que, comme dirait Gollum, notre seule liberté est de rechercher l’éveil (ou pas) en découvrant qu’il n’existe aucune entité séparé de son environnement.

              Toutefois, il y a dans le libre arbitre quelque chose de vrai. Dire que nous sommes complétement prisonnier me semble aussi faux que de dire que nous sommes complétement libre. En vérité, il me semble que les deux notions sont simultanément vraies et fausses. On revient par ce biais à la physique quantique. Nous sommes libre, mais nous ne le savons pas. Probablement, nous choisissons notre vie à 100% mais nous n’en prenons conscience que pendant l’éveil.

              C’est un peu comme se demander si nous choisissons nos rêves ou pas. On peut dire que nous subissons nos rêves, comme on peut dire que nous les créons de toutes pièces. Les deux assertions sont exactes.

              En faite, notre véritable identité est l’âme qui anime le monde. Voir le film The Truman Show (avec Jim Carrey) pour comprendre cela.

              @ à Gollum
              Si j’osais, je vous aurais invité à jeter un oeil sur mon dernier article (Reflexions sur la tangibilité du monde), j’avais donné une petite explication sur l’astrologie.


            • alinea Alinea 4 janvier 2013 18:05

              Je suis d’accord avec sotirducadre : Se connaître c’est s’écouter, notre intuition est alors souvent la meilleure ; la volonté raisonnante sent un peu trop le contentement de soi, d’accord avec les autres. Mais le libre-arbitre, qui que l’on soit et quelle que soit la manière dont on fonctionne, c’est oser faire son chemin, sans qu’il soit tracé par les autres.


              • Gaetan de Passage Gaetan de Passage 4 janvier 2013 21:46

                Tiens, à propos de libre-arbitre, il y a quelqu’un dans la salle qui a pu choisir rationnellement et librement de qui il est tombé amoureux dans sa vie ?


                • Gaetan de Passage Gaetan de Passage 5 janvier 2013 12:08

                  C’était la question qui tue .... smiley


                • non667 4 janvier 2013 22:55

                  plus terre à terre !
                  le libre arbitre dans le vote aux élections ?
                  que les gogos bisounours umpsmodemeelv+fdg me lancent la première pierre ! smiley smiley smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Yann


Voir ses articles







Palmarès