• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le lobby iranien dans les médias arabes

Le lobby iranien dans les médias arabes

JPEG

L’Iran dispose d’un lobby médiatique arabe qui opère avec des mécanismes similaires à ceux des milices, des organisations et des armes sectaires pro-mollahs dans le monde arabe. Or, le lobby médiatique pro-iranien n’est pas exclusivement chiite.

Le lobby compte également des sunnites et des chiites. C’est le même cas pour les organismes et les armes militaires pro-mullahs. Ils comprennent un large éventail de factions chiites et sunnites dispersées un peu partout dans le monde arabe.

Cette introduction récapitule des expérience et interactions avec la scène arabe actuelle dans ses volets médiatique et politique. Elle m’est venue à l’esprit lorsque j’ai vu de nombreux articles d’opinion publiés sur des sites web et dans des journaux arabes à la défense des idées et des thèses des mollahs sur les objectifs de l’accord EAU-Israël.

Il y en a qui font campagne autour de l’idée qu’une alliance militaire et sécuritaire anti-iranienne se dessine entre deux pays. Une base militaire israélienne serait installée sur les côtes des Émirats arabes unis pour contrer la menace iranienne venant de l’Est, ils nous disent.

Ce genre de campagne médiatique vise à faire pression sur les EAU et susciter la crainte de la «  furie  » des mollahs. Elles visent aussi à souiller la réputation des EAU en vendant une fausse idée de son alliance présumée avec Israël en vertu de la règle de «  la paix contre la protection.  » La théorie cynique ne résiste à aucune discussion analytique objective.

Les EAU n’ont tout simplement pas besoin de protection d’Israël et ne redoutent pas le régime des mollahs. Leur régime est un tigre de papier. Il se nourrit des crises. Il exporte la peur et importe la théorie du ciblage extérieur au peuple iranien désespéré.

Et puis, Israël n’est pas dans une position stratégique pour mener des guerres contre les mollahs ou d’autres pour défendre des alliés ou des amis. Israël est l’un des partenaires et alliés les plus importants des États-Unis au monde, pas seulement au Proche-Orient. Elle est également l’un des grands bénéficiaires de la couverture de protection stratégique américaine en cas d’attaque extérieure soudaine.

Il faut savoir que si des relations sont établies entre Israël et un État arabe, c’est essentiellement pour des raisons sécuritaires, pas seulement politiques. La présence du général Meir Ben Shabat et du chef du Mossad Yossi Cohen au sein de la délégation américano-israélienne récemment en visite aux EAU n’est pas signe d’une alliance de sécurité, contrairement au discours du lobby arabe pro-iranien qui véhicule littéralement ce que dictent les Gardiens de la révolution depuis Téhéran.

La visite, pilotée par le gendre du président, Jared Kushner, a rassemblé le conseiller américain à la sécurité nationale Robert O’Brien, l’envoyé spécial américain pour l’Iran Brian Hook et plusieurs hauts responsables de l’administration du président Donald Trump. À la tête de la délégation israélienne était le conseiller à la sécurité nationale Meir Ben Shabat, accompagné d’une vingtaine de fonctionnaires proches du Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Deux jours de discussions ont eu lieu sur les moyens de renforcer la coopération dans des domaines tels que l’aviation, le tourisme, le commerce, la santé, l’énergie et la sécurité. Une visite à ce niveau et dans les présentes circonstances politiques et stratégiques ne peut en aucun cas exclure le dossier sécuritaire. La sécurité ne se résume plus aux soucis traditionnels des mollahs comme une attaque au missile sur l’Iran ou un bombardement de ses installations nucléaires.

Tout cela ne nécessite pas de consultations entre Israël et les EAU ou d’autres pays, sauf peut-être les USA. Le champ des discussions sécuritaires s’est étendu à un large éventail de protections contre les cyber-attaques qui guettent les économies des pays développés, dont les EAU. En août, le pays a annoncé qu’il avait contré 123 000 cyberattaques au cours du mois. Le nombre total d’attaques auxquelles les autorités ont répondu avec succès au cours des huit premiers mois de cette année est passé à 555 321.

En ce sens, le lobby médiatique pro-Iran dans le monde arabe regroupe de nombreuses personnalités, aussi nombreuses que les allégations de l’Iran concernant la poursuite de chasseurs F-35 avancés par les EAU. Le lobby prétend que cela fait partie de la volonté d’une coalition EAU-Israël de cibler l’Iran. Les EAU sont toujours en quête de développer leurs capacités militaires et opérationnelles en se dotant des armes les plus récentes et les plus avancées, tant aériennes, maritimes que terrestres. Rien de surprenant.

De plus, l’achat d’armes est un droit souverain pour protéger le pays contre les menaces iraniennes continues et connues de tous. Les EAU ont le droit d’assurer leur sécurité devant ces menaces aberrantes. Enfin, le lobby promeut aussi le mythe de la volonté d’Israël d’affronter l’Iran au nom des États-Unis. En revanche, c’est les États-Unis qui s’engagent à protéger Israël.


Moyenne des avis sur cet article :  1.44/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Amanite phalloïde 19 septembre 07:27

    Le coordinateur américain de la lutte anti-terroriste au Département d’Etat, Nathan Sales, a confirmé jeudi que l’organisation terroriste libanaise Hezbollah avait bien stocké du nitrate d’ammonium dans plusieurs pays européens dont la France et la Belgique.
     
    « Pourquoi le Hezbollah stockerait-il du nitrate d’ammonium sur le sol européen ? La réponse est claire : le Hezbollah y produit des armes afin de mener des attaques terroristes majeures dès que l’Iran, ou l’organisation elle-même, le juge nécessaire », a-t-il expliqué.
     
    Ceci explique la peur de la France de classer le Hezbollah en tant qu’organisation terroriste.
    L’Allemagne a eu le courage de désigner le Hezbollah libanais comme organisation terroriste.


    • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 19 septembre 14:18

      @Amanite phalloïde
      Oui, et on dit aussi qu’Hassan Nasrallah habite une maison en pain d’épice, où il attire des enfants pour les dévorer.


    • OMAR 20 septembre 14:53

      Omar9
      .
      @Opposition contrôlée
      .
      Par contre, le doute subsiste entre les sionistes et les nouveaux harkis âarabes sur celui qui sème et propage l’amanite phalloïde, principalement sur Agora...


    • Jonas 19 septembre 17:59

      Pour des raisons politiques internes ,inflation , chômage important , pertes de recettes , investissements étrangers de moins en moins possibles.pertes d’emplois , de revenus , difficultés pour pouvoir se soigner et se loger, etc le peuple iranien n’en peut plus .Le régime criminel des mollahs , cherche a faire diversion , en déstabilisant ses voisins , grâce , aux populations chiites vivants dans ces pays qui deviennent entre ses mains une « cinquième colonne ». Irak, Syrie, Liban, Bahrein , Yemen etc. 

      Le régime criminel des mollah , peut montrer sa bonne foi, s’il fait cesser l’intervention de ses milices chiites à déstabiliser ses voisins et de s’assoir autour d’une table pour trouver une solution , aux Îles Abu Moussa et les autres occupées par lui. Or le régime criminel, a travers ses nombreux lobbys n’a qu’une idée celle de salir et d’accuser ses voisins des pires turpitudes, alors qu’il est l’instigateur des problèmes de la région depuis 1979. 

      Faits historiques. Le régime criminel des mollahs , critique ses voisins pour lier des relations avec israël. Alors que par ses agissement et ses menaces , il pousse ses voisins vers Israël. 

       Depuis la création d’Israël (1948) , le Shah d’Iran Mohammad Reza Pahlavi, avait reconnu de façon informelle , la légitimité du nouvel Etat Juif. Il y avait même à Téhéran un bureau économique de représentation israélien , un statut équivalent à celui d’une ambassade. Cette collaboration entre l’Iran et Israël embrassait plusieurs domaines , agriculture, énergie, etc sans parler de la coopération militaire. Une étroite collaboration existait entre les services de sécurité israéliens dont le Mossad et ceux des services de sécurité iraniennes , la Savak. Donc le régime des mollahs , est très mal placé pour donner des leçons a ses voisins. 


      • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 19 septembre 18:07

        @Jonas
        C’est chez le docteur Salem qu’on rigole le plus décidément... Les « mollahs » mal placés à cause de la politique du Shah... Il fallait la trouver...


      • Jonas 19 septembre 21:27

        @Opposition contrôlée

        Bien sûr , l’Iran , avant l’arrivée des mollahs ,( 1979) avait de bonnes relations avec Israël ce qui lui a permis de peser face aux régimes radicaux arabes de l’époque , Irak, Syrie, Egypte et Yemen avec lesquels , elle était en conflit. 

        Aujourd’hui ce sont certains pays Arabes , qui s’allient avec Israël pour contrecarrer , la politique aventureuse des mollahs. Beyrouth , Damas, Bagdad et Sanaa. 

        Le Moyen-Orient est passionnant , par ses retournements de situations. 

        Après la défaite des pays Arabes de juin 1967 et la perte des territoires , Gaza, Golan , Sinaï , Cisjordanie et Jérusalem Est. Les dirigeants arabes se sont réunis à Khartoum ( Soudan) du 29 août au 1er septembre 1967. Pour opter dans une déclaration solennelle pour  les trois fameux « Non » : Non à la paix, non a la réconciliation , et non a la reconnaissance. Vous connaissez la suite , l’Egypte , Jordanie et maintenant les Emirats et Bahrein. 

        Je vole vers l’Orient compliqué disait le général de Gaulle. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité