• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le loto... Pour masquer quoi ?

Le loto... Pour masquer quoi ?

Et si le hasard était à l’origine de la constitution du capital que quelques heureux élus ont accaparé au détriment de l’ensemble de la collectivité ? Voilà donc ce sur quoi Pierre Janet en est réduit à se rabattre pour n’avoir à fâcher personne…

« Sans doute la personne qui est favorisée du hasard n’est pas coupable pour cela, elle peut répondre que les autres personnes n’ont pas plus de droit qu’elle sur ce bien qu’elle possède par le sort. » (Idem, page 7)

Cependant le bien en question n’est pas précisément neutre dans les sensations qu’il peut procurer… En conséquence de quoi, celles et ceux qui le voient leur échapper des mains pour aller se loger dans l’escarcelle du voisin ne peuvent pas manquer de s’en trouver particulièrement meurtri(e)s :
« Mais les autres qui en sont privées ne voient pas dans le hasard une raison suffisante pour laisser toujours cette jouissance entre les mêmes mains. » (Idem, page 7)

« Jouissance » qu’il faut mettre en regard du caractère assez souvent pénible du… travail de production exercé sous la tyrannie d’un système d’exploitation qui doit en tirer le profit maximum.

Est-ce cette dernière formule utilisée par notre bon Janet d’une « jouissance entre les mêmes mains » qui le trouble dans sa juvénile ardeur… Mais la phrase d’ensuite est bien confuse :
« On allègue le travail, mais la jouissance n’est pas en proportion avec le travail, et qui vous dit que les autres n’auraient pas consenti à faire ce même travail, qu’ils ne l’ont pas fait, mais sans résultat.  » (Idem, page 7)

Nous avions certes vu, avec lui, que le droit de propriété ne rejoignait pas nécessairement la justice. Voici que, de son côté, le travail ne renvoie pas à la jouissance… Que faut-il entendre de la suite de son propos ?… Que ceux que le hasard a récompensés sans cause auraient très bien pu effectuer un vrai travail, mais qu’ils n’en ont pas eu l’occasion, alors même qu’il aurait pu leur fournir comme résultat l’éventuelle jouissance de recevoir… un capital ?…

Ce qui est sûr, c’est que l’esprit soudainement troublé de Pierre Janet se trouve parfaitement accordé avec les mystères du hasard dont il veut nous dire qu’il peut jouer un rôle déterminant dans la confusion qui permet aux exploiteurs de se faire passer pour des jouets passifs dans les mains de la destinée :
« On en est arrivé à tolérer, tout en les regrettant, les inégalités du sort : fortunes acquises par le hasard des loteries, par le hasard des héritages, par le hasard des rencontres et des trouvailles ou bien fortunes acquises par le mérite et le travail, tout est mis sur le même plan. » (Idem, page 7)

Or, cela ne peut pas être mauvais puisque, par ailleurs…
« on a reconnu que les guerres sociales ne détruisaient pas l’inégalité en renversant quelquefois les rôles, mais qu’elles produisaient sûrement la misère de tous.  » (Idem, page 7)

Selon notre psychologue en herbe, il faut donc reposer la question de la jouissance en toute sérénité :
« Pourquoi le travail semble-t-il justifier la propriété ? Parce qu’il est considéré comme un mérite et une vertu. On veut que la jouissance suive le mérite et récompense la vertu, mais en est-il ainsi fréquemment sur terre ? » (Idem, page 7)

Fatalité et hasard… Voilà d’où nous vient la jouissance… qui apparaît donc par avance dans le discours de Pierre Janet comme un « automatisme psychologique » absolument indiscutable :
« On ne change pas plus les nécessités sociales que les lois physiques et le hasard n’est pas un ennemi qu’on puisse facilement faire disparaître.  » (Idem, pages 7-8)

Or, ce hasard, c’est tout simplement celui de l’hérédité, et donc aussi celui de la dégénérescence dont il faudra démontrer qu’elle est bien la marque particulière de cet ouvrier que la marche de l’Histoire a plus ou moins abandonné du côté de chemins foutrement moyenâgeux. Hasard, donc…
« Il n’est pas seulement dans vos biens, il est dans votre figure que vous n’avez pas faite, dans vos bras, dans votre intelligence sans laquelle tout travail eût été vain et partout où l’on voudrait faire régner l’équité, il vient jeter comme un perpétuel défi à la justice de l’humanité.  » (Idem, page 8)

Ainsi n’y a-t-il rien à faire contre lui… Ni donc contre l’appropriation privée des moyens de production…

NB. La position de Freud est donnée ici.
​​​​​​


Moyenne des avis sur cet article :  2/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 28 novembre 2018 14:27

    Ceci n’a rien à voir, mais comment avoir des informations fiables sur internet. Voici ce que nous pouvons lire concernant Edward Bernays.

    Edward Bernays a pour oncle Sigmund Freud par deux fois :

    • son père, Ely Bernays, est le frère de Martha Bernays, la femme de Freud,
    • sa mère, Anna Freudn 1 est l’une des sœurs du fondateur de la psychanalyse1.

    Un : Anna Freud n’a jamais eu d’enfant ou alors il s’agit d’une autre Anna. Les Bernays n’étaient pas de la même famille que les Freud. Bernays ne pouvait donc être l’oncle mais le beau-frère. Faites bien attention à ce que vous lisez sur internet. Je n’ai trouvé aucun lien généalogique entre les Bernays et les Freud


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 28 novembre 2018 14:30

      Le lien avec Bernays est indirect parce que je fais des recherches sur l’asservissement capitaliste des masses par la publicité


      • Parrhesia Parrhesia 18 décembre 2018 14:39

        @Mélusine ou la Robe de Saphir.

        >>> Recherches sur l’asservissement par la pub.<<<

        Alors là ! Vous avez du pain sur la planche, Mélusine…

        Savez-vous que j’en arrive parfois à penser qu’il devrait être possible de contrecarrer efficacement l’actuel pouvoir socio-économique rien qu’en contrant les pratiques de pub et leurs praticiens et bénéficiaires …

        Bon courage !


      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 28 novembre 2018 14:40

        Hum, si nous relisons Bergeret, la classe ouvrière se retrouverait plutôt parmi les « alexythimiques », pragmatiques, terre à terre avec traits de personnalité hystérique (alcoolisme) ou et obsessionnel. Les vraies hystériques trouvant souvent un mari dans le riche bourgeoisie (clientèle de Freud). Mais à l’époque, les hommes qui présentaient des troubles « hystériques » pour éviter d’avoir à faire la guerre devaient, cela va de soi être considéré comme dégénérés. Et ceux qui allaient vaillamment se faire tuer au front ????


        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 28 novembre 2018 15:24

          correction (qui n’est pas précisée sur wiki), il s’agit d’Anna, le soeur de Freud et mère de Ed. Bernays, mais frère de la femme de Freud. Oncle et beau-frère par ALLIANCE mais pas la même descendance. Avec une différence d"âge qui introduit encore plus de confusion. 


          • troletbuse troletbuse 28 novembre 2018 16:22

            Ben l’auto, c’est le bouc émissaire choisi pour masquer le déficit budgétaire. On dit que le faux réchauffement climatique est causé par le CO² et ca permet de coller des taxes sur les carburants. Pour le diesel, c’est encore pire car en plus du CO² il émet des particules fines qui tuent 30000 personnes par an. Mais si ca tue des retraités ; des chômeurs ou des migrants ou même des enfants, ca rapporte. Comme l’a signalé un intervenant, la consommation baissant comme la production alors que la paie des élus a augmenté, il faut bien trouver du fric.

            A votre place, j’aurais fait un article sur le loto de la Française des Jeux qui rapporte beaucoup de fric à l’état mais il vaut mieux le privatiser pour faire gagner un fric de dingue aux copains. Mais l’état et les suceurs toucheront toujours une bonne partie pour leur train de vie. Il suffira de rajouter une taxe supplémentaire sur les jeux. Mais vous ne vous en êtes par encore aperçu.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès