• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le malaise Aubenas

Le malaise Aubenas

Comme tout humain normalement constitué, je me suis sincèrement réjoui de la libération de Florence Aubenas et de Hussein Announ. Il n’y a rien de plus important qu’un être, sa vie et sa Liberté, porteur de toute l’Humanité que chacun de nous est, c’est cette humanité là que nous célébrons à travers la libération de Florence et Hussein. Là est l’essentiel bien sûr.

Mais cette célébration disons « humaniste » - je ne trouve pas d’autre mot - n’est-elle pas là aussi pour nous cacher une partie de la réalité, comme une fumée devant la monstruosité de la situation ?

Cette situation, quelle est elle ?

Des ravisseurs qui ont gagné sur toute la ligne : 1/ ils ne sont pas les salauds qu’on pensait qu’ils étaient puisqu’ils ont relâché les otages en vie 2/ on a beaucoup parlé d’eux 3/ quoiqu’on en dise, ils ont du toucher une rançon (on va y revenir) 4/ ils laissent un pays divisé dans ses querelles internes et donc affaibli (on va y revenir aussi)

De leur point de vue, du beau travail.

A quoi correspond dans ce contexte tragique tout ce tapage politique et médiatique ? On nous traite comme des demeurés : mais oui mes petits, vous savez dans ces affaires, on ne peut pas tout dire, rentrez bien gentiment chez vous, laissez les grands faire ! Et comme il ne faut pas en parler, et bien tout le monde en parle, et bien sûr pour ne rien dire ou dire n’importe quoi.

Une rançon ? Vous n’y pensez pas. Mais alors Florence a été libérée pour ses beaux yeux bleus ? Peut-être me direz vous, mais on nous prend pour des demeurés...

« Seuls les Services Officiels de la France sont vos interlocuteurs » a dit l’ancien Premier Ministre au sein même de l’Assemblée Nationale devant nos élus en s’adressant aux preneurs d’otages. Il est bien clair que Serge July et le patron de RSF sont des membres éminents de la DGSE. On nous prend pour des demeurés.

Je passe sur l’épisode roumain, pathétique.

Tout cela m’amène à ne plus avoir aucune confiance dans les gens qui nous gouvernent au sens large ni dans la presse. Je crois que je ne suis pas le seul et c’est en cela que je dis que la pays est affaibli.

Nous n’avons pas à être bien fiers !


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (2 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • Virginie E. 15 juin 2005 15:17

    Bien evidemment qu’il y a eu rançon, mais je ne crois pas que les pouvoirs publics se moquent de nous. Ils ne peuvent pas dire haut et fort que cela a été le cas, ce qui serait tout simplement donner leur bénédiction à tous les groupes qui font de l’enlèvement leur businness ! Personne n’est dupe, mais la vie d’un otage vaut plus que quelques paroles dites tout haut, alors que tout le monde les pense déjà out bas.


    • Courouve (---.---.102.39) 15 juin 2005 16:57

      D’accord pour le malaise à cet auto-encensement de la presse française de gauche.

      De plus, on ne dit même pas que les otages ont été « relâchés », on dit qu’ils ont été « libérés ».


      • christian (---.---.13.89) 15 juin 2005 17:05

        bonjour

        pourquoi crier au complot, on nous cache tout.... ?

        il est évident que tout ne sera pas dévoilé avant longtemps et c’est logique, surtout si d’autres otages sont effectivement détenus.

        Essayez de retenir votre curiosité égoïste, parce que c’est bien de cela dont il s’agit dans votre tribune.

        rançon ? peut-être, sans doute et alors ? fallait-il laisser croupir 2 personnes dans ce bazar irakien ? NON

        salops ? bien évidemment et si vous avez écouté la conf de presse de F Aubenas, c’est assez évident dans ce qu’elle a décrit ?

        Roumains ? si la France a remercié la Roumanie pour son aide, ça vous dérange ? ça vous choque ? En tout cas, ce n’est sûrement pas pour rien.

        Et pour rappel, Barnier (dégagé de ses obligations de réserves) a confirmé que F Aubenas a été détenue avec les journalistes roumains. Si elle répond le contraire, c’est peut-être tout simplement qu’elle n’est pas en mesure de dire avec certitude « oui » ou « non » ! Rappelez-vous qu’elle n’a découvert l’identité de son codétenu qu’à sa libération alors qu’elle le connaissait très bien... Et si on lui a demandé de répondre non et qu’elle le fait, elle a sûrement ses raisons, bien meilleures que vos questions.

        alors malaise ? pays affaibli ? sans aucun doute mais c’est VOTRE malaise dont il s’agit, et pour ce qui est de l’affaiblissement du pays, vous faites allusion au triomphe de l’opinion sur les idées (cf 29 mai dernier) ? et bien vous tombez dans le même tonneau

        désolé mais votre tribune n’est pas convaincante...


        • Didier (---.---.108.224) 15 juin 2005 17:23

          > Christian : je vous fais une réponse très courte et simple. D’une manière générale, je ne crois pas plus à la théorie du Complot qu’à celle de la Raison d’Etat. Tout cela pour moi est baliverne et je veux qu’on me traite comme le citoyen responsable que je suis et pas comme un enfant de 10 ans.


          • Charles (---.---.67.54) 16 juin 2005 11:26

            bravo pour la libération des otages, Aubenas et Hussein. Que la France n’hésite pas à débourser des miliers d’euros pour sauver 2 vies, je trouve ça génial, ne dit on pas que la vie n’a pas de prix. Mais pourtant dans notre pays des gens vivent dans la misère et apparemment cela ne suscite pas autant d’émotions. Alors envoyons tous les pauvres de France en Irak. Et après sauvons les....


            • Véronique Anger-de Friberg Frédéric Le Saint 16 juin 2005 21:20

              Oui, bravo pour cette « libération ». Ce que je ne lis nulle part, c’est ce que les preneurs d’otages vont faire de l’argent de la rançon, une manne pour commettre de nouveaux actes terroristes... Oui, il faut libérer nos otages. Ne serait-ce que par pure humanité. Cruel dileme pourtant : la vie de quelques otages contre celle de centaines de futures victimes d’attentats meurtriers ? Peut-être est-ce pour cela que les patrons de presse et le gouvernement tentent de décourager les reporters de partir ou repartir là-bas.


              • Carole Valais (---.---.171.117) 17 juin 2005 08:59

                Malaise, oui, c’est le mot ! Je suis mal à l’aise, Florence Aubenas a l’air mal à l’aise ; bien sur je suis très soulagée que Florence soit rentrée, mais j’espère qu’un otage, non journaliste, aurait été soutenu de la même manière.

                Pour répondre à Florence Aubenas qui parle en même temps sur RMC INFO,ce que racontent les journalistes en poste en Irak actuellement ne m’intéresse pas. Je préfèrerais lire des bulletins de l’ambassade de France qui commenteraient l’actualité du pays, car je doute que les autres journalistes sur place se promènent librement dans le pays !

                Bienvenue en France Florence et bon courage pour faire face aux questions idiotes qu’on vous pose !


                • Bobsix (---.---.27.53) 17 juin 2005 20:34

                  Et si tout ça, n’était qu’une vaste « bouffonnerie »…, je pose la question, car je trouve, et cela n’engage que moi, que le discours de Florence Aubenas est d’une limpidité extraordinaire.

                  Malgré les 6 mois passés dans des conditions dit-elle effroyable, elle en ressort fraîche et pimpante comme si elle revenait d’un séjour de vacance

                  Ce matin 17/06/05 elle racontait sur RMC que pour faire passer le temps elle s’inventait des histoires avec des personnages qu’elle créait de toute pièce, et lorsque le journaliste lui demande de lui donner un exemple elle n’à rien dit de très convaincant, pourtant après tout ce temps passé à ce raconter des histoires elle aurait dû normalement citer des noms de personnages qu’elle se serait inventait avec le style d’histoire dans les quelles « ils » auraient évolué.

                  Elle dit qu’elle était dans le noir absolu, pourtant dans une interview elle dit que pour passé le temps elle aurait compté les poutres du plafond.

                  Elle dit qu’ils étaient très méchant, mais lorsque qu’ils lui demandent de faire certaines choses qui ne lui plaisent pas, elles ose leur répondre « ha non ça je ne suis pas d’accord ».

                  Enfin je crois que l’on pourrait faire une liste bien plus longue de toutes ces choses bizarres mais c’est seulement pour poser la question que beaucoup doivent se poser « -est-ce du lard ou du cochon » ???

                  Robert


                  • Senatus populusque (Courouve) Courouve 20 juin 2005 19:34

                    Autre terme bizarre, le verbe « sortir », employé pour « être relâché » par les ex otages et les journalistes.

                    Comme si être otage était un jeu de scouts ...

                    Il semble y avoir un syndrome de Stockholm collectif de la classe journalistique dans le refus de dénoncer la prise d’otages, et de tourner la tragédie en farce (la « tradition » de faire un cadeau, pour Florence c’était la « première fois »).

                    Mais au fait, était-ce vraiment une tragédie ?


                    • Milou (---.---.94.10) 21 juin 2005 02:00

                      Je suis choque par la plupart des commentaires. Il est facile, assis confortablement devant son ecran d’ordinateur de faire et de refaire. Il est facile de critiquer.

                      Mais certains d’entre vous osent meme s’en prendre a la victime.

                      Qui croyez-vous etre ?

                      Je me suis retrouve, moi, assis avec un pistolet sur la tete, aux mains des FARC (Colombie). Et dans ses moments la, ce que l’on a besoin de savoir, c’est que l’on ne sera pas seul face a ses ravisseurs.

                      Alors, a tous les redresseurs de tort, les moralistes et les pontificateurs, je vous demande un peu de respect et de compassion pour la victime, et surtout beaucoup de modestie.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès