• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le Média TV, mobilisation, révolution : qu’est-ce qu’il est (...)

Le Média TV, mobilisation, révolution : qu’est-ce qu’il est réaliste d’espérer ?

 

      

         C'est sûr ! Donner le sentiment à « Macron et ses réformes » que l’on n’en a rien à faire, ce n'est certes pas la meilleure des idées si on doit, à terme, s'y opposer. 
 

Que seule la mobilisation permet d’envoyer un signal clair à ce sujet est une évidence, à la condition suivante néanmoins : que cette mobilisation intègre à la fois une sanction électorale, les manifestations, la grève - idéalement une grève qui permet l’arrêt de la production ; ce que redoute par dessus tout le Système - , ainsi que la recherche du soutien des "People" très influents auprès de la majorité silencieuse. 

 

        Restons lucides : la mobilisation (élection, manifestation et grève) a pour but ce qui suit :

 

- Faire douter LREM : « On ne peut plus compter sur Macron pour notre ré-élection ».

 

- Faire douter les classes moyennes (celles qui permettent seules la ré-élection de Macron et le renouvellement du mandat de ses députés) : « Macron n’apporte que la chienlit » 
 

- Faire douter ceux qui sont allés chercher Macron (banques, médias, multinationales) pour en faire un "président".

 

Dans cette attente… oublions un moment le RN ! Faire son procès semaine après semaine, c'est travailler pour Macron et sa ré-élection ; d’autant plus que ce procès ne s'adresse qu’à des convaincus ; ceux qui votent RN n'y prêtent aucune attention : " Le Media TV ? Connais pas !"

 

      Concentrer toute son énergie sur une mobilisation telle qu’elle a été définie plus haut est une exigence de tous les jours car seule une « chienlit raisonnée » (une chienlit stratégique) qui s’appuie sur la dénonciation du mode de fonctionnement de la présidence de Macron - sa personnalité, son entourage - et ses réformes, y parviendra. 

 

Se payer de mots, parler de guerre civile à propos des manifestations et de leur gestion par l’Elysée, c’est faire le jeu des médias ; c’est diaboliser les manifestants et justifier leur gestion sur un mode de la terreur par les services d’ordre car enfin, qui a envie d’une guerre civile ? Personne ! Et si les salariés ( le prolétariat) ne sont pas révolutionnaires, ils ne sont pas non plus des professionnels de l’insurrection.

Comme personne ne souhaite une guerre civile, vers qui la population va-t-elle se tourner pour conjurer ce danger ? Vers les manifestants ? Certainement pas. Tous se tourneront vers les forces de police. 

Aussi, il faut au plus vite cesser de croire que les rêves des uns sont ceux de tous les autres. Rappelons que " l’émotion est le pire des mensonges quand il s’agit d’éclairer la vérité" — (copyright Serge ULESKI.) 

Nous tous devons gérer autrement notre frustration et l’impuissance (quoique relative) qui est celle des médias dit "alternatifs". La bonne nouvelle est qu'on ne change pas le monde à coups d’éditoriaux cinglants. Aucun regret donc.

 

 

       Il n’y aura pas de Grand Soir ; personne ne souhaite renverser la table et virer les convives ; aucune majorité n’y est disposée. En revanche, une mobilisation de type "sanction électorale, manifestations, grèves et recherche du soutien des "People", apporte la confirmation et l'assurance auprès de quiconque occupe l’Elysée, qu’à tout moment son fauteuil peut vaciller ainsi que son gouvernement et sa majorité à l’Assemblée.

C’est un signal fort que tous les élus (locaux, départementaux, régionaux, nationaux et européen) n’oublieront pas de sitôt. C’est bien ce que toutes les mobilisations de ces dernières années ont prouvé. 

     ZAD de notre dame des Landes aux Gilets jaunes en passant par les bonnets rouges, certains d’entre vous cherchent obstinément une révolution… mais vous l’avez là, sous vos yeux, depuis cinq ans, avec ces mobilisations ! A charge pour tout un chacun de faire en sorte qu'elle prospère.

 

___________

 

Pour prolonger, cliquez : Le MediaTV, soirée KolleKthon


Moyenne des avis sur cet article :  3.27/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • tashrin 28 février 14:12

    Mouais

    La seule chance de réélection de Macron c’est l’absence d’alternative. Tant qu’il aura que la Marine en face de lui, il est quasi assuré d’être réélu dans un fauteuil

    Le point faible de votre raisonnement, pertinent par ailleurs, c’est ça... C’est bien beau de virer Macron, mais pour mettre qui ca ? et qui fera quoi ? 

    Pour rappel, l’argumentaire principal des Macronistes c’etait de dégager les précédents... On a bien vu ce qu’on devait voir...


    • JL JL 28 février 14:40

      ’’ce que redoute par dessus tout le Système - , ainsi que la recherche du soutien des « People » très influents auprès de la majorité silencieuse. ’’

       

       La médiacratie fait, ne fait que de la pipolitique.

       

      « Le people contre le peuple : Le people c’est la médiacratie des gens qui ont de la gueule » (Régis Debray)


      • uleskiserge uleskiserge 28 février 14:51

        @JL

        La majorité silencieuse n’est pas politisé ; c’est un électorat d’humeur et non de raison. En revanche, avec cet électorat, c’est souvent « le plus connu » qui a raison comme pour d’autres... le dernier qui a parlé. 


      • JL JL 28 février 15:08

        @uleskiserge
         
         nous disons la même chose. Le people c’est un joli chat invité dans le spectacle offert aux souris.


      • uleskiserge uleskiserge 28 février 14:49

        Je ne sais pas si le locataire de l’Elysée importe vraiment. 


        Ce qui compte vraiment, c’est de rester mobilisés, chacun dans sa région, son département, sa ville, son quartier, sa rue en fonction de ce qui doit être dénoncé et corrigé ( hôpitaux, écoles, risques sur la santé, corruption des élus…). C’est la seule alternative : subir ou lutter : ZAD notre Dame, bonnets rouges, gilets jaunes comme précédents et modèles.


        Car la reconstruction d’une gauche véritable n’est plus possible ; le clivage étant aujourd’hui le suivant : souverainiste contre mondialiste ; la crise environnementale et les conséquences des politiques qui devront être mise en place et qui toucheront en priorité les plus faibles, les plus précaires, venant à terme mettre tout le monde au pied du mur. 


        Le Capital n’acceptera pas pour autant une baisse de retour sur investissement, une baisse de rendement. C’est lui qui décidera comme toujours, des politiques à mettre en place, quand et comment, face à un environnement de plus en plus hostile et menaçant.




        • tashrin 28 février 14:52

          @uleskiserge
          Bon, ben luttons... Contre qui, pour qui ? pour quoi ? osef on lutte !


        • uleskiserge uleskiserge 28 février 15:04

          @uleskiserge

          ..... menaçant ses intérêts : inondations, tempêtes, raréfaction des ressources énergétiques, déplacement massif de population, des zones de production à l’arrêt, des marchés rendus inaccessibles, la circulation des biens compromises etc.....

          D’ailleurs, je crois que l’on peut dire que le Capital n’a de cesse de s’y préparer et de nous y préparer depuis les années 80 avec la financiarisation à outrance de l’économie ( faire de l’argent avec de l’argent ; idée géniale quand on ne peut plus rien produire : bourse + 25%  taux de croissance 1.5 %) tout en organisant pour les années à venir des baisses drastiques des niveaux de vie dans les pays les plus riches (USA  Europe) et les plus protecteurs (Europe), soit une zone géographique marginale à l’échelle du monde.

          A suivre.

          Si quelqu’un veut développer à propos de la clairvoyance ( les capacités d’’anticipation) du Capital...


        • uleskiserge uleskiserge 28 février 15:07

          @tashrin

          On a le droit de sortir prendre l’air... avec les autres... tranquilles mais présents...


        • uleskiserge uleskiserge 28 février 15:16

          @uleskiserge

          .... face à la crise écolo vraiment sérieuse dans 20 ans d’autant plus que rien ne se fera d’ici là car enfin... qu’es-ce qu’on peut bien attendre comme anticipation ou action d’un type comme Macron et des leaders mondiaux du moment (pour le temps qu’il leur sera donné de l’être et de le rester).. vu leur profil à tous ?


        • uleskiserge uleskiserge 29 février 10:16

          @tashrin

          Ce qui compte vraiment, c’est de rester mobilisés, chacun dans sa région, son département, sa ville, son quartier, sa rue à propos de ce qui doit être préservé (services locaux) ou dénoncé (risques sur la santé, corruption des élus, plan d’urbanisme inique). 

          C’est la seule alternative : subir ou lutter : ZAD de notre Dame, Bonnets rouges, Gilets jaunes comme précédents et références.

          Car la reconstruction d’une gauche véritable n’est plus possible ; le clivage étant aujourd’hui le suivant : souverainistes contre mondialistes ; d’autant plus que la crise environnementale et les conséquences des politiques qui devront être mises en place et qui toucheront en priorité les plus faibles, les plus précaires, viendront bientôt mettre tout le monde au pied du mur. 


        • eddofr eddofr 28 février 16:29

          Face à la fin du Monde annoncée, le Capitaliste avait une alternative.

          Soit, faire machine arrière, produire moins et mieux, partager équitablement les richesses, réduire son impact écologiques, etc ... en espérant q’il ne soit pas trop tard.

          Soit, exploiter encore plus, produire encore plus, s’enrichir immodérément et se servir de l’immense capital ainsi constitué pour construire la station et le vaisseau qui lui permettront, à lui et à quelques « élus » de sauver leur peau et d’aller pourrir un nouvel écosystème, avec en prime la conviction d’avoir « sauvé l’humanité » ...

          A votre avis, que choisit le capitaliste ?


          • uleskiserge uleskiserge 28 février 16:56

            Le capitalisme choisira la première solution MAIS sans souci de partage équitable des richesses...

            La transition écolo se fera quoi que l’on dise dans la récession... gâteau moindre, partage moindre...

            Je pense que le capitalisme y réfléchit depuis pas mal d’années maintenant. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès