• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le Mystère des Compromis dans la Crise de Qatar

Le Mystère des Compromis dans la Crise de Qatar

Chaque fois que je lis un rapport sur les efforts de médiation pour mettre fin à la crise entre le Qatar et les quatre pays antiterroristes, je trouve l’expression « pour trouver des compromis qui peuvent mettre fin à la crise ». Négocier et fournir des solutions est essentiel à toute action politique. Inévitable pour résoudre les crises, la négociation est devenue une science avec un ensemble de théories.

En général, les compromis sont souvent mentionnés dans le contexte des conflits et des dialogues collectifs, bilatéraux et multilatéraux. Mais le diable est toujours caché dans les détails. Le milieu est le point qui divise deux parties égales, un point au milieu d'une ligne droite et le point d'équivalence, mais cela est valable en mathématiques. En politique, le terme signifie autre chose.

En politique, le point central n'est pas toujours au milieu. Les parties à la négociation ont des définitions et des interprétations différentes du compromis et du milieu. Ce qui détermine le point central est un jeu à somme nulle, ce qui entraîne un gain et une perte stratégique pour chaque partie. Le jeu de stratégie peut rendre une partie plus souple et plus encline à céder, ou plus intransigeante et déterminée.

Dans la crise du Qatar avec les quatre pays antiterroriste, le compromis semble improbable, car la question n'est pas un conflit d'intérêts ou de désaccord sur un problème particulier, mais une cause cruciale pour les quatre pays, et les pays régionaux et mondiaux qui s'opposent à un parrainage téméraire du terrorisme.

La médiation koweïtienne fait l'exception d'un effort sérieux et amical à l'intérieur du CCG pour résoudre le dilemme régional.

Le principal problème est le financement du terrorisme. Aucun négociateur ne peut bâtir une compréhension ou un compromis sur la question du financement du terrorisme avec une partie qui adhère au droit international et une autre qui use de manœuvres pour contourner cette loi.

Comment un compromis peut-il être atteint entre une partie qui finance le terrorisme et une autre qui lutte contre ce fléau ? Entre un partisan et un hôte de terroristes et le front de la contre-radicalisation qui énumère les terroristes pour les conduire à la cour ? C'est une équation zéro : soit j'abandonne mes principes et accepte le soutien et le financement du terrorisme, soit vous renoncez au financement du terrorisme et respectez le droit.

Il est donc déraisonnable que l'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, l'Égypte et Bahreïn s'accordent sur la position continue du Qatar contre les intérêts de ces pays, tant en termes de financement du terrorisme qu’en alliances et relations hostiles au Golfe et à la sécurité nationale arabe, sans parler de la propagande et de l'incitation à la sédition. Tout pays veut défendre la sécurité et les intérêts stratégiques de ses habitants. Le Qatar, d'autre part, adhère à son propre projet, un programme malveillant dans lequel il joue le rôle d'une griffe de chat ou d'un « agent » régional pour l'Iran et la Turquie ou des puissances internationales.

Plus grave que la question centrale est que les solutions de sortie de la crise ont été épuisées. Le Qatar a manqué une « opportunité alternative » pour ouvrir une nouvelle page en 2014. Il a promis et n'a pas tenu sa promesse quand il a violé l'accord de Riyadh. Plus important encore, il a finalement montré la rancune qu'il détient pour les quatre pays et les machinations et les complots qu'il a préparés pour eux.

Après ce dilemme, les discussions sur les compromis peuvent sembler une sorte de confusion stratégique. À chaque crise, il existe certainement des solutions, des alternatives et des sorties et des propositions, mais dans la crise du Qatar, atteindre une solution dépend de la capacité des dirigeants à Doha à développer une mentalité rationnelle qui les amène à adopter différentes positions pour l'intérêt de leur peuple.

Les puissances régionales et internationales étaient assez rationnelles pour parler des compromis possibles malgré leur prise de conscience de la légitimité de la position des quatre pays. Il est vrai que le fait de se situer dans le milieu est l'une des conditions du succès de la médiation, mais précisément dans cette crise, des alignements se manifesteront évidemment dans le cadre des lois et principes établis par la communauté internationale et régissant les relations internationales et la sécurité et la stabilité mondiales.

La vérité a plusieurs facettes. Mais le président Donald Trump des États-Unis, chef de l'ordre mondial existant, a reconnu que le Qatar a une histoire dans le financement du terrorisme. Alors, comment pouvons-nous sympathiser ou comprendre la position Qatari ?

Dans de telles crises, il faut se rappeler que l'une des règles les plus importantes pour la résolution de crise est le soutien à la position de la partie la plus proche de ce qui est juste. C’est un moyen nécessaire et unique de faire pression sur la partie fautive pour revenir au bon chemin. Sinon, la crise se poursuivra.

Le monde exigeait que les pays arabes et islamiques prennent l'initiative de la lutte contre le terrorisme. Mais lorsque les quatre pays l'ont fait après le Sommet islamique Arabo-Américain de Riyad, certains parlent maintenant de compromis.


Moyenne des avis sur cet article :  1/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • Pere Plexe Pere Plexe 7 septembre 15:20

    « pour mettre fin à la crise entre le Qatar et les quatre pays antiterroristes, »


    Vous pourriez nous rappeler qui sont ces 4 pays ?




    Juste pour rire.

    • Olivier Perriet Olivier Perriet 8 septembre 09:14

      @Pere Plexe

      je crois qu’il veut parler de Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, l’Égypte et Bahreïn

      juste pour rire


    • MagicBuster 7 septembre 16:56

      Vous devriez proposer votre candidature comme imam (en arabie), plutôt que comme rédacteur site un site Français.

      Cela donnerai de la cohérence à vos propos terroristes de musulman attardé.


      • François Vesin François Vesin 7 septembre 18:51

        « Chaque fois que je lis un rapport sur les efforts de médiation pour mettre fin 

        à la crise entre le Qatar et les quatre pays antiterroristes... »

        La Russie, la Syrie, l’Iran...mais quel est le 4ème ?
        - Le Bhoutan !!! 

        • Pauline pas Bismutée 7 septembre 19:26

          Salam Aleykoum

          J’estime vous devoir le respect, car vous êtes ici « a visage découvert », et votre commande de la langue française est impressionnante.
          Je ne connais pas vos écrits et ne parle pas arabe, mais j’ai vécu au Moyen Orient et suis passée très souvent a Dubai.

          Arrivent deux remarques (pour simplifier, ne parlons que des musulmans, vos frères, pour lesquels croyez le ou pas, j’ai beaucoup de respect, et envers certains, une profonde amitié) :

          - Situations extrêmement difficiles des travailleurs pakistanais, bangladeshi, indiens, yemenites qui triment a Dubai, surtout dans le bâtiment (les témoignages sont très nombreux, vous savez de quoi je parle)
          - Et a propos du Yémen, les États Arabes Unis ne participent-ils pas a la « coalition » qui saigne le pays a blanc ?

          Ces deux sujets semblent plus pressants que de blablater sur le Qatar...

          Aleykoum Salam


          • bob14 bob14 8 septembre 06:03

            P’tain..comment Agora peut accueillir ce terroriste qui écrit des articles de merde ?


            • Olivier Perriet Olivier Perriet 8 septembre 09:12

              @bob14

              On accueille bien des chantres du Vénézuela post Chavez, des Belges expatriés dans le Donbass, des sectateurs de François Asselineau, et même un ex trumpiste défroqué, alors smiley


            • Ar zen Ar zen 8 septembre 09:23

              @Olivier Perriet

              Je vous sens un peu mou du genou dans vos commentaires d’habitude si constructifs. 

            • leypanou 8 septembre 09:43

              @Olivier Perriet
              un ex trumpiste défroqué, alors : ex-trumpiste mais toujours lepeniste.


            • Olivier Perriet Olivier Perriet 8 septembre 11:13

              @leypanou
              « toujours lepeniste » je ne sais pas trop car ça varie un peu au fil des jours avec lui


            • karibo karibo 8 septembre 13:45

              Bonjour .

              Tout ça pour dire quoi au juste , « voie du milieu, sommes nulles » ???

              • popov 9 septembre 17:55

                @Salem Alketbi


                Quatre états arabes deviennent donc « anti-terroristes ». C’est une bonne nouvelle ça !

                Vous allez donc foutre votre putain de coran dans les chiottes ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès