• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le non-sens de l’appellation « féminicide »

Le non-sens de l’appellation « féminicide »

L’on dénombre près de 35 millions de femmes en France, à l’année 2019, contre une centaine d’entre elles décédées des suites de crimes passionnels — soit, environ 0,0005 %. Si le différentiel est criant, la tentative de manipulation des données par les courants féministes l’est tout autant. Non, mesdames, le terme « féminicide » ne correspond guère à une quelconque réalité. Comment donc ? Car il n’y ait pas moyen, à ce jour, d’établir une corrélation entre le meurtre de ces victimes et leur nature même ( de sexe féminin ) ; pas plus que l’on puit relever l’exclusivité d’un certain sexe sur l’autre dans la persécution toutefois qu’il y a, certes, une prépondérance. Je doute que le mobile du crime se fondait, pour chacun de ces hommes, sur une volonté génocidaire à connotation sexiste. J’insiste sur la notion d’intentionnalité, de conscientisation d’un dessein d’élimination sexuée. De plus, la multiplicité des cas est peut-être trop hétéroclite pour pouvoir arrêter une tendance commune. Pourquoi ces hommes se décident-ils à tuer un être humain, censé être leur amour, de surcroît ? Non, ils ne sont pas tous pareils. Non, ce ne sont pas, toujours, des monstres dénués de coeur. L’humain, et ses humeurs sentimentales, sont plus complexes que cela. Enfin non, tenter d’expliquer n’est pas justifier.

Ainsi le voit-on, la rhétorique consistant à dire que l’ensemble de ces femmes ont été tuées au seul motif d’être femmes, est fallacieuse et, dès lors, incline une orientation fragmentaire — pour ne pas dire sécessionniste — à un combat qui s’ennoblirait et se remporterait peut-être à travers la cohésion sociale. Telle est la raison pour laquelle je préfère, pour ma part, parler de « crimes passionnels », de « violences conjugales ou sentimentales », voire sommairement d’ « homicides ». 

Je condamne assurément, avec la plus grande fermeté, et le crime passionnel ici en particulier, et le sexisme de manière générale. Je prie aussi les familles éplorées des victimes, de bien vouloir recevoir mes condoléances les plus sincères. C’est notamment par respect pour ces dernières, que nous gagnerions à cesser d’instrumentaliser ces drames dans le but de nourrir une idéologie. Sensibilisation n’est pas déraison. 

Mon opinion impopulaire me vaudra, je le pressens, l’opprobre public. Elle est cependant nécessaire, comme d’autres, en ces temps d’exaltation médiatique mortifère, afin de pouvoir faire entendre les voix, toutes les voix de la France républicaine et unie, puis d’affronter ensemble, femmes et hommes, le fléau des violences au sein du couple. Car oui, des mesures fortes doivent être prises ( en partie auprès du traitement des plaintes et appels d’urgence des victimes ), pour garantir la sécurité de nos chers concitoyens. 

Je vous remercie.
Prenez soin de vous et des vôtres,
AJB.

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.06/5   (32 votes)




Réagissez à l'article

75 réactions à cet article    


  • Raymond75 5 septembre 09:47

    Les féministes veulent distinguer « l’homicide », meurtre d’un adulte, et le « féminicide », meurtre d’une femme par un homme ... Comme vous je pense qu’il n’y a pas lieu de faire la distinction : il n’y a pas de meurtre plus grave (ou moins grave) qu’un autre, ni excusable (la justice peut estimer qu’il y a des circonstances atténuantes pour un cas particulier, mais cela ne rend pas le meurtre excusable).

    Il est indispensable de dénoncer et mettre en garde contre les violences conjugales, mais il faut TOUTES les prendre en compte :

    Si chaque semaine environ 3 femmes sont assassinées par leur compagnon (ce qui est inadmissible), chaque semaine un homme est tué par sa compagne, et on n’en parle jamais, et on ne parle pas de « masculinicide » ... Pourquoi ? Parce que la morts ’un homme est moins grave que celle d’une femme ? Ou parce que la meurtrière étant une femme, elle est par nature en état de légitime défense ?

    Il y a aussi chaque année environ 60 mineurs qui sont assassinés, dont 70 % par leur mère ... Et là aussi on en parle jamais ! Une mère qui tue sont enfant ou qui met un bébé dans un congélateur ce n’est pas grave ?

    Il y a donc une centaine de meurtre conjugaux commis chaque année par des femmes !

    Il faut prendre du recul avec cette agitation médiatique. Si les violences conjugales sont inacceptables, ce ne sont pas les femmes seules qui en sont victimes, ni les hommes qui sont les seuls responsables.

    Le tabou absolu dans notre société est la violence féminine ! Pourtant elle existe, et se rapproche de la violence masculine :

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Violence_f%C3%A9minine

    J’ajoute un point : si on a raison de dénoncer les meurtres dont sont victimes les femmes, en parler sans arrêt peut créer un sentiment de peur chez les très jeunes filles. Il faut quand même rappeler qu’il y a 33 000 000 d’hommes en France et 150 meurtres de femmes par an (pour 800 meurtres chaque année, donc 650 hommes assassinés).

    Un seul meurtre serait de trop, mais l’immense majorité des hommes se conduisent correctement, heureusement ...


    • troletbuse troletbuse 5 septembre 09:48

      Comment les imbéciles incultes qui nous gouvernent vont-ils appeler le meurtre d’un homme (un mâle) vu que homicide veut dire meurtre d’un être humain ?. 

      Dans la même foulée, vont-ils créer les nouveaux noms « transsexuelicide », « gaypicide », « lesbienicide », « bisexuelicide » et pour les membres d’une secte « insecticide »  smiley


      • JC_Lavau JC_Lavau 5 septembre 12:30

        @troletbuse. D’ailleurs, le rebelle qui n’est dans aucune secte, c’est rien qu’un insecte !


      • Sergeant Pepper Sergeant Pepper 5 septembre 16:49

        @troletbuse
        Je suppose que le meurtre d’un mâle est une forme de spermicide. smiley


      • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 5 septembre 09:51

        Ils cherchaient un « wedge issue », ils l’ont.D’après ma femme, aucun mari n’est jamais tué par sa femme ! Cécommeçapisc’esttou ! Résultat, qui s’engueule ? Ma femme et moi, et du coup, qui soutient Castagner l’éborgneur ? Ma femme ! Objectif atteint.

        Pendant que le temps d’antenne, les comptoirs de bistrots et les dîners de familles sont consacrés à ce faux-débat organisé et orchestré par l’ensemble du gouvernement, non seulement on ne parle pas d’autre chose, mais, encore mieux, on donne l’impression d’avoir obtenu un consensus.

        La semaine prochaine, marche blanche pour protester contre la pyrale du buis qui fais des ravages dans les lotissements et justifier l’emploi d’insecticides, et la semaine suivante,négociation d’un plan d’action pour lutter contre le bruit de la mer qui empêche les petits poissons de dormir.

        On avance !


        • jmdest62 jmdest62 5 septembre 14:45

          @Séraphin Lampion
          Vous ne pouvez pas nier que ce débat vient d’arrêter (1) les incendies en Amazonie enfin on re-respire  smiley 
          @+
          (1) au moins dans les médias


        • jmdest62 jmdest62 5 septembre 14:50

          @Séraphin Lampion
          lutter contre le bruit de la mer qui empêche les petits poissons de dormir.
          °
          Attention la justice veille.
          Vive Maurice !!!
          @+


        • troletbuse troletbuse 5 septembre 14:53

          @jmdest62
          Moi, je suis contre le son des cloches ; mais uniquement celles du gouvernement.


        • San Jose 5 septembre 10:13

          Le masculin de « féminicide » ne peut à mon sens être que « viricide »

          .

          « masculinicide » est pesant et rien qu’à ce titre dissuasif d’emploi. 

          .

          Féminicides et viricides sont rares. On est rarement tué pour son sexe (sauf perversions, crimes d’honneur, adhésion au Scum Manifesto...), et presque toujours à cause d’un conflit qui fait perdre la boule à la personne qui tue. Elle perd la boule, puisqu’il lui en cuira beaucoup plus que ne lui aurait coûté le motif du conflit. 

          .

          L’invocation constante de féminicides prétendus a évidemment pour but de promouvoir la supériorité sociale féminine en commençant par suggérer une supériorité morale, et, en s’abstenant de populariser aussi le terme « viricide », de suggérer que tuer une femme est plus grave que tuer un représentant du sexe moins important.


          • JC_Lavau JC_Lavau 5 septembre 11:53

            @San Jose. Enfin moi si, mais les tentatives d’assassinat ont échoué plusieurs fois  par excès de prudence de l’assassine extrêmement dissimulatrice, soucieuse de n’être jamais traduite en cour d’assises.
            Plus la baraka, il en a fallu.
            http://jacques.lavau.deonto-ethique.eu/mission_parricide/sabotage_de_frein.htm

            La Reine-Mère s’est vantée de protéger la criminalité féminine

            Madame change d’orientation sexuelle, et a rencontré la femme de sa vie dans son nouveau collège.
            Sous les harcèlements et persécutions à domicile, ma voix était étranglée et détimbrée. Mais il lui restait sans doute encore assez de caractère masculin pour exciter la haine de madame, qui s’excite contre ma « grosse voix ».

            Une autre circonstance aggravante rendait le viricide absolument indispensable : la presbytie, qui à même pas encore 48 ans, rendit indispensables les lunettes de lecture. Or jusqu’alors, Geneviève avait toujours eu 15/10 de vision. Les lunettes, quelle humiliation ! Voilà pourquoi il devenait indispensable de se venger en zigouillant le père de la plupart de ses enfants. Et qui plus est, toujours hétérosexuel, lui !

            Suite ? Voir comment le gang des tueuses conjurées se vante publiquement d’avoir fait de mon fils une épave droguée, obsédé de la mission parricide que sa mère lui a assigné : http://info.deonto-famille.org/index.php?topic=253.0

            Mais bon, tout viricide, c’est rien que de la légitime défense, hein ! Et il est porté en triomphe par le tribunal, en ce Féministan judiciaire, cornaqué par le Féministan médiatique.


          • njama njama 5 septembre 18:42

            @JC_Lavau

            Eh bé ça chauffe chez les Lavau  ! c’est le grand déballage !


          • JC_Lavau JC_Lavau 5 septembre 21:25

            @njama. Depuis plusieurs mois, tous les voisins étaient travaillés d’intox : « Ne fréquentez en aucun [mon père/mon mari], c’est un ours qui déteste tout le monde ! On attend d’un jour à l’autre un regrettable suicide ou un regrettable accident... Du reste si vous osez contrevenir à notre interdiction on saura exercer des représailles contre vous ! »

             D’autres ont moins bien résisté à la persécution, aussi le procureur de Besançon fait passer en garde à vue les témoins gênants, pour les intimider. Il a un meurtre à couvrir.
            http://debats.aristeides.info/index.php?option=com_content&view=article&id=91:suicid-par-une-secte-dangereuse&catid=39:publications-et-communiqus-extrieurs&Itemid=59


          • Loatse Loatse 5 septembre 10:39

            Le juge à L’assassin :

            Expliquez moi votre geste, vous n’aimiez pas votre compagne (compagnon) ?

            Oh si, je l’aimais, Monsieur le juge, mais voilà, elle (il) voulait être heureu(x)se sans moi !"

            Le juge à X qui a fracassé la fille de ma voisine, lui cassant des membres :

            Pourquoi avez vous fait ca, vous n’aimiez pas votre épouse ?

            L’aimer ? je l’adorais monsieur le juge, mais voilà, elle voulait aller à la fête d’anniversaire de sa copine de lycée et il y avait des hommes...

            le juge : et alors ?

            X : eh bien, voyez monsieur le juge, chez nous, ca ne se fait pas !

            ........ et c’est comme cela depuis la nuit des temps, chaque jour dans ce monde, c’est l’Amour qu’on assassine

            Y’a t’il un mot pour cela ?


            • ZenZoe ZenZoe 5 septembre 10:53

              ...décédées des suites de crimes passionnels

              Ouh là là, l’auteur en est encore là ?

              Cela fait maintenant un petit bout de temps que les magistrats ne retiennent plus ni l’argument ni le terme (qui n’a d’aileurs jamais figuré au code pénal). Que ce soit pour les hommes ou pour les femmes.

              Il n’y a guère que les avocats pour tenter de faire avaler aux jurés que tabasser à mort = amour fou. Et même les jurés n’avalent plus. Tant mieux.

              PS : et les partenaires qui zigouillent aussi leurs gosses et leur belle-famille pour se venger d’une séparation, c’est du crime passionnel aussi ?


              • machin 5 septembre 11:23

                "Mon opinion impopulaire me vaudra, je le pressens, l’opprobre public

                « 


                Je vous rejoins dans l’opprobre.

                Je me sens mieux avec vous qu’avec des »honnêtes gens" sans cervelle et sans conviction.
                Personne ne me dictera dans quelle direction je dois regarder.

                .


                • Fergus Fergus 5 septembre 12:01

                  Bonjour, l’auteur

                  Désolé, mais à mon avis vous avez tout faux ! En allant sur ce terrain au moyen des arguments que vous avancez, il ne devrait en effet pas non plus y avoir d’« infanticide » ni même de « parricide »

                  En matière de Justice, nommer les actes de délinquance et de criminalité augmente les possibilités de les combattre. Le terme « féminicide » est incontestablement une avancée juridique.


                  • Raymond75 5 septembre 12:19

                    @Fergus

                    Fergus, je ne partage pas votre opinion : trop détailler le vocabulaire permet de parler d’un type de meurtre en ne parlant pas des autres, ce qui se passe actuellement (voir mon message).


                  • njama njama 5 septembre 12:32

                    @Fergus
                    Le terme « féminicide » est incontestablement une avancée juridique.

                    --------------
                    Le terme homicide le sous-entendait sans qu’il soit besoin de cette nouvelle appellation « sexiste ». Parce que assassiner une femme, c’est avant tout assassiner un(e) congénère, un être humain, un autre soi-même.
                    Les mots parricide ou infanticide ajoutent un contexte intra-familiale générationnelle, ascendant ou descendant, dans lequel le mot féminicide ne trouve pas sa justification, ni sa place puisque le mot « féminicide » couvrirait un sens général qui irait au-delà de ce contexte intra-familial.
                    Je trouve personnelement que le mot féminicide, meurtre d’une femme, c’est une nouveauté sémantique réductrice.
                    Les jurés en Assises jugeront le meurtre d’une personne par une autre, quel que soit le sens de l’homicide, ou le sexe de la victime.
                    Peut-être que les promoteurs de cette nouvelle appellation voudraient en faire une circonstance aggravante (?) un peu comme le sont depuis la nuit des temps infanticide et parricide.


                  • San Jose 5 septembre 12:34

                    @Raymond75
                    .
                    Fergus a raison de partager son opinion personnelle. Ses opinions sont propres sur elles et le rendent heureux de se voir l’âme si belle. 


                  • Fergus Fergus 5 septembre 12:53

                    Bonjour, njama

                    « Les mots parricide ou infanticide ajoutent un contexte intra-familiale générationnelle, ascendant ou descendant, dans lequel le mot féminicide ne trouve pas sa justification »

                    L’important est le contexte « intra-familial » pris au sens large dans notre société où les liens peuvent n’être pas strictement officiels. Or, tuer un parent, tuer un enfant ou tuer un conjoint me semble relever de la même démarche criminelle.

                    Dans l’écrasante majorité des cas de meurtres intra-familiaux, il est en effet probable que les parricides ne constituent pas une menace pour les autres parents, que les infanticides sont incapables d’attenter à la vie d’autres enfants, et que les maris (ou concubins) qui tuent leur conjointe sont inoffensifs à l’égard des autres femmes !!!


                  • JC_Lavau JC_Lavau 5 septembre 12:58

                    @Fergus. Et toujours le déni de l’assassinat des pères, par madame qui a changé d’avis, aidée par ses complices, JAFe inclusivement. Mais ça n’est que le meurtre d’un mâle, alors c’est salubrité publique, voyons !
                    Au Féministan.


                  • leypanou 5 septembre 13:13

                    @Fergus
                    Le terme « féminicide » est incontestablement une avancée juridique 

                     : ce qui est bien avec vous Fergus c’est que vous arrivez toujours à vous surpasser.
                    Merci de m’avoir fait passer un instant de rigolade.


                  • Fergus Fergus 5 septembre 13:18

                    Bonjour, leypanou

                    Pourquoi, au lieu de pratiquer la dérision négative, n’avancez-vous pas d’argument pour étayer votre opinion ? J’ai expliqué la mienne dans les commentaires ci-dessus. 


                  • JC_Lavau JC_Lavau 5 septembre 13:27

                    @Fergus. On commence à connaître les ruses médiatiques du Féministan.
                    Ils ont des crimes à couvrir. Des meurtres, et le procureur fait passer en garde à vue des témoins gênants, pour les intimider.


                  • njama njama 5 septembre 13:35

                    @Fergus

                    La qualification de féminicide n’équivaut pas à homicide. Elle est réductrice puisque cette qualification ne pourrait être faite que à postériori après l’instruction du dossier.

                    Un homicide est l’action de tuer un autre être humain, qu’elle soit volontaire ou non. Lorsque l’acte est intentionnel, il est généralement qualifié de meurtre, et d’assassinat si en plus il est prémédité. (wiki)

                    Le mot féminicide ne peut correspondre à cette définition générale.
                    Tous les homicides de femmes ne seront pas des féminicides. Exemple, un meurtre dont le mobile est l’argent pour toucher une assurance, hériter... ne pourrait être qualifié d’être un féminicide.
                    A moins de « féminiser » le mot homicide en raison du sexe de la victime, mais là on n’est plus dans le vocabulaire juridique mais dans des considérations académiques, dans un néologisme de la langue française.


                  • njama njama 5 septembre 13:49

                    @Fergus

                    Par rapport à l’article de l’auteur je ne dis pas que l’appellation de « féminicide » est un non-sens, je trouve que c’est une « sous-catégorie » (secondaire) du mot homicide, un peu comme infanticide, parricide.

                    Ce qui intéressera toujours en premier lieu les juges et les jurés, c’est le mobile du crime quel quel(le) que soit la victime, son sexe, son âge, ses origines,...Des cas de légitime défense, de manque de preuve, peuvent permettre d’acquitter un inculpé. Le mot « féminicide » ne pourrait être retenu avant l’issue du procès qui permettrait de qualifier l’acte comme tel, c’est donc un mot pour les journaleux, pour les féministes, pas pour les tribunaux.


                  • popov 5 septembre 13:52

                    @Fergus

                    Bonjour

                    Le terme « féminicide » est incontestablement une avancée juridique.

                    À condition qu’on invente un mot du même calibre pour désigner le meurtre d’un homme par sa femme.


                  • njama njama 5 septembre 13:52

                    une « sous-catégorie » (secondaire)

                    ou plus précisément comme un « qualificatif » du mot homicide. Je ne cautionne pas personnellement son emploi en substantif, ni son équivalence avec homicide.


                  • JC_Lavau JC_Lavau 5 septembre 13:53

                    @Njama. Quoi ? Tu envisages que des tribunaux pourraient désobéir aux féminazies et aux media qui les mettent en vitrine ? Sacrilège !


                  • njama njama 5 septembre 14:07

                    @JC_Lavau

                    Il y a pas mal de magistrates, elles sont même peut-être majoritaires dans la magistrature (?), elles ont toutes en général les pieds sur terre, elles ne s’en laisseront peut-être pas conter si facilement par le cirque de quelques femens, ou d’agité(e)s politiques qui ne font que passer
                    Nous pouvons compter sur elles, au moins le temps que ce néologisme ne figurera pas dans le Dalloz, mais avant qu’il y figurerait (ce qui n’est pas gagner d’avance, modification de la loi, voie parlementaire, Sénat,...) il coulera encore beaucoup d’eau sous la Seine


                  • JC_Lavau JC_Lavau 5 septembre 14:10

                    @njama. Toutes ? Alors je ne connais que des exceptions.
                    Etrange !


                  • San Jose 5 septembre 14:18

                    à condition qu’on invente un mot du même calibre pour désigner meurtre d’un homme par sa femme

                    .

                    Le mot existe déjà, c’est « légitime défense préventive ». .


                  • jmdest62 jmdest62 5 septembre 14:30

                    @Fergus
                    Le terme « féminicide » est incontestablement une avancée juridique.


                    °
                    Au contraire il crée de la confusion ....
                    Pour « bien nommer » l’acte de délinquance dont il est question et être précis les termes de « épousicide » ou « concubinicide » auraient du être utilisés , ce qui , par le ridicule même de ces termes , aurait aussitôt éventer la supercherie de dame Schiappa.
                    L’invention et L’utilisation du terme « féminicide » induit dans l’esprit des gens qu’il est + grave d’assassiner une femme qu’un homme.
                    Il n’y a que dans l’esprit confus de quelques « hystériques » (1) que homicide devrait avoir son pendant féminisé , des hystériques qui feraient bien de temps à autres de relire un bon dictionnaire : le Larousse par exemple.(2)
                    @+
                    (1) je ne pense pas que vous en fassiez partie d’où mon étonnement devant votre commentaire.
                    (2) trouvez moi une définition claire de féminicide (dans le Larousse par ex)


                  • Fergus Fergus 5 septembre 14:56

                    @ njama

                    Vous l’aurez observé, cette définition de wikipedia vaut également pour les infanticides et pour les parricides. Elle n’apporte donc pas d’eau à votre moulin en termes de démonstration !

                    D’autre part, vous me dites « Tous les homicides de femmes ne seront pas des féminicides ». C’est vrai, incontestablement. Mais pas plus que tous les homicides d’enfants ne sont des infanticides : ils peuvent être commis pour supprimer des témoins, pour prélever des organes, par vengeance de nature mafieuse, etc. Bref, là encore votre contre-argumentation ne tient pas. Désolé !


                  • Fergus Fergus 5 septembre 14:59

                    Bonjour, popov

                    « À condition qu’on invente un mot du même calibre pour désigner le meurtre d’un homme par sa femme »

                    Vous avez tout à fait raison. C’est pourquoi le mot « féminicide » ne me plait pas. Je préfèrerais celui de « conjointicide ». N’oublions pas en effet que 8 à 10 % des meurtres entre conjoints sont le fait de femmes sur leur mari ou leur concubin.


                  • njama njama 5 septembre 15:01

                    @jmdest62
                    (2) trouvez moi une définition claire de féminicide (dans le Larousse par ex)

                    Il n’y en a pas dans les dictionnaires. L’Académie française ne reconnaît pas pour l’heure ce néologisme qui fait donc partie du langage vernaculaire.

                    Le mot ne figure pas dans le Code Pénal, pas plus que les mots infanticide ou parricide. Il est donc d’usage seulement dans le langage commun, ce qui n’interdit pas les professionnels de la justice de l’utiliser.
                    A l’instar de l’homophobie, dans le vocabulaire du droit et des sciences humaines le sens est très lié à la gynophobie (homicide d’une femme, d’une jeune fille ou d’une enfant en raison de son sexe, ou de son orientation sexuelle).
                    https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000029461189
                    p’t-être des gens qui ont eu des problèmes avec leur mère, une tante, une grand mère dans leur enfance (?)
                    Le problème étant que les associations féministes lui associent « toutes les violences faites aux femmes parce que femmes », et là, la généralisation ça dérape pas que un peu dans l’amalgame


                  • jmdest62 jmdest62 5 septembre 15:06

                    @Fergus
                    Merci de vous référer aux définitions précises de :
                    infanticide
                    parricide
                    Cela vous évitera d’enfoncer des portes ouvertes.
                    @+


                  • jmdest62 jmdest62 5 septembre 15:08

                    @njama
                    Salut
                    complètement en phase avec vous.
                    @+


                  • njama njama 5 septembre 15:13

                    Le problème étant que les associations féministes sembleraient vouloir faire inscrire le mot féminicide dans le droit positif, c’est à dire dans la loi. Auquel cas il faudrait lui donner une signification très précise, et inclure aussi dans la loi les mots infanticide, parricide qui n’y figurent pas.
                    Des lois qui s’ajouteraient à d’autres lois.

                    « Il n’y a de bonnes lois que des lois générales », je cite un magistrat du Syndicat de la magistrature dont j’ai oublié le nom, qu’il m’en excuse.

                    Le mot « féminicide » peut interroger le droit, mais beaucoup de juristes estiment que les dispositions du droit français sont suffisantes. Je les rejoins sur ce point.

                    Les gesticulations de Dame Schiappa sont politiques.


                  • Eric F Eric F 5 septembre 15:16

                    @Fergus
                    désolé Fergus, mais c’est vous qui avez faux sur ce point, le terme « parricide » a été supprimé du « nouveau code pénal » (depuis 1994), l’article parle maintenant de « meurtre sur les ascendants légitimes ou parents adoptifs ». Le terme « infanticide » n’est également plus utilisé dans le code.

                    De même, l’article 221.4 (sur les crimes entrainant la pepétuité) mentionne à l’alinéa 4 ter

                    « le conjoint, les ascendants ou les descendants en ligne directe... »
                    donc le meurtre du conjoint est explicitement pris en considération.

                    Qu’il faille des mesures spécifiques et notamment préventive sur les violences conjugales (à 80% contre les femmes) est une chose, mais introduire de nouveaux termes pour désigner un meurtre particulier, alors qu’on en a justement supprimé d’autres, relève de l’ignorance et de la manipulation.

                    PS : du reste « féminicide » devrait plutôt désigner le meurtre à l’encontre des femmes en général, non pas spécifiquement les conjointes, le terme latin spécifique pour l’épouse étant uxor


                  • Fergus Fergus 5 septembre 15:23

                    Bonjour, Eric F

                    Vérification faite, vous avez raison.

                    En conséquence de quoi, mes précédents commentaires sont dénués de fondement, ce que je reconnais bien volontiers.


                  • jmdest62 jmdest62 5 septembre 15:24

                    @Fergus
                    C’est pourquoi le mot « féminicide » ne me plait pas. Je préfèrerais celui de « conjointicide ».


                    °
                    Vous êtes extraordinaire : vous écrivez un peu plus haut à 12h01 « Le terme « féminicide » est incontestablement une avancée juridique. » et vous le critiquez à 14h57 
                    Digestion difficile ?

                     smiley

                    @+


                  • Eric F Eric F 5 septembre 15:35

                    @njama
                    «  Il n’y a de bonnes lois que des lois générales »
                    C’est un bon précepte, mais il y a parfois des dispositions particulières à prévoir au sein d’un texte général. Dans le cas d’un couple, les conjoints sont supposés se protéger et s’assister, et plus encore envers leurs enfants, la proximité familiale constitue de ce fait un facteur aggravant. Néanmoins désormais le lien familial peut être plus ou moins formalisé, le meurtre en cas d’union libre ou encore de liens recomposés doit il suivre les mêmes dispositions ? (oui, selon moi, mais c’est peut être difficile à établir juridiquement).

                    Dans cette affaire, Mme Schiappa agit selon ses convictions et pousse le pion, mais de la part de certains gouvernants, c’est très évidemment de l’opportunisme politicien hypocrite (le nombre de cas de harcèlement dans ce milieu semble important, comme c’est souvent le cas chez les ’« hommes de pouvoir »)


                  • Fergus Fergus 5 septembre 15:47

                    Bonjour, jmdest62

                    Le meurtre d’une épouse n’est qu’une variante du meurtre sur conjoint.
                    Inutile d’en ajouter : j’ai reconnu en réponse à Eric F que je me suis planté sur cette question du « féminicide ». Comme quoi, débattre d’une question sur un site comme AgroaVox est utile.


                  • jmdest62 jmdest62 5 septembre 16:06

                    @Eric F
                    Mme Schiappa agit selon ses convictions
                    °
                    Elle a des convictions ? tiens donc !
                    @+


                  • Eric F Eric F 5 septembre 18:58

                    @jmdest62
                    Marlène Schiappa est militante féministe convaincue, elle se bat donc pour « sa » cause. Pour elle c’est « la » cause du quinquennat, pour Macron il y a une nouvelle « cause du quinquennat » à chaque trimestre smiley



                  • Ruut Ruut 6 septembre 16:03

                    @njama
                    Pire, ça implique qu’une femme qui tue son maris, son compagnon, ne n’est pas grave....

                    C’est asser triste comme évolution.....
                    Il faut vraiment arréter cette Novlangue destructrice et appeler un Chat un Chat.


                  • JC_Lavau JC_Lavau 6 septembre 16:55

                    @Ruut. Si elle tue son fils non plus, ça n’est pas grave : il n’était rien qu’un mâle !
                    Elle peut aussi défenestrer la fille d’un premier lit de son mari. Jamais le procureur n’acceptera d’enquêter, sauf à recevoir un gros chèque de la part du père  à condition qu’il puisse payer.



                    • machin 5 septembre 13:48

                      @popov
                      "Un collectif antispéciste, transféministe et libertaire sépare les poules des coqs dans un poulailler pour éviter que les poules ne soient violées par les coqs.

                      "

                      Et pourtant...
                      Pourtant les poules ont besoin d’oeufs...
                      Et les coqs ont besoin d’ailes...

                      Aussi désopilant qu’une leçon de morale de ferguguss...

                      .


                    • popov 5 septembre 13:53

                      @machin

                      Egg...zactement.


                    • Eric F Eric F 5 septembre 18:59

                      @popov
                      pour faire des poussins, il y a heureusement la PMA ovine.


                    • Eric F Eric F 5 septembre 20:45

                      @Eric F
                      non pas PMA ovine (c’est pour les moutons) mais « aviaire »


                    • popov 6 septembre 01:57

                      @Eric F

                      PM aviaire

                      Et comment on fait pour faire gicler le coq ?
                      On lui montre un film porno avec des poules à poils ?


                    • Eric F Eric F 6 septembre 10:23

                      @popov
                       smiley


                    • troletbuse troletbuse 5 septembre 14:38

                      Si Micron se fait tuer, on dira homicide ou féminicide ?  smiley


                      • troletbuse troletbuse 5 septembre 14:51

                        @troletbuse
                        Et se faire prendre par Benalla, c’est se faire Benallaniser ou bien benanalliser ?


                      • Eric F Eric F 5 septembre 15:23

                        @troletbuse
                        "Si Micron se fait tuer

                        ...« 
                        on dira »régicide« , étant le monarque, voire »déicide" s’il est Jupiter


                      • machin 5 septembre 17:09

                        @troletbuse

                        Rien a dire à part arroser ça.


                      • troletbuse troletbuse 6 septembre 10:06

                        @Eric F
                        Comme vous êtes cultivé ! J’en suis baba. smiley


                      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 5 septembre 15:04

                        Oui, mais alors, le pendant l’homme"cide (virilicide) devrait aussi être introduit dans la Loi. Mot inégalitaire. La théorie du genre en prend dès lors plein la gueule


                        • Eric F Eric F 5 septembre 15:21

                          @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                          « La théorie du genre en prend dès lors plein la gueule »

                          vous avez raison sur ce point, le genre doit être gommé, sauf s’il peut accabler spécifiquement l’« élément mâle ». Il est du reste amusant de voir certains journalistes et politiciens, machos en d’autres circonstances, faire un ardent plaidoyer dans le sens de la campagne en cours.


                        • ddacoudre ddacoudre 5 septembre 15:53

                          Bonjour C’est normal que l’on parle de femmenicide on accorde bien la notion d’infanticide aux gentilles femmes qui tuaient leur enfant au moyen âge quand elles en avaient trop et qu’il n’y avait pas l’IVG. C’était bien l’IVG moyenâgeux qui est devenue « ettoufficide » jusqu’au milieu XIX siècle. Avant de devenir IVGédicide au XX siècle. Il n’est donc pas acceptable que des hommes en les tuant leur retire le droit de tuer des enfants avant qu’ils naissent. Ce sont elles seule qui ont droit de vie ou de mort parce que elle en chie pour mettre les hommes au monde. Cela leur donne un droit de prévalence sur les hommes. Elle en ont assez chie avec Napoléon qui les à infantilisé parce que il aime les femmes enfants, sans parler qu’en 1905 avec la séparation de l’église et de l’état il a fallu leur acheter des âmes et en enfer, ,pour avoir celle de salopes ce n’était pas donné. à cause de ce marché, notre pays qui n’avait pas trop de fond, parce que toutes les âmes de l’enfer ont été achetées par le ciné porno, nous avons puisé au purgatoire, et là nous avons eu importe quoi. Aussi pas étonnant qu’elles inventent le femmenicide elles ne veulent pas y retourner. Elles disent que ça leur casse les couilles de devoir se confesser tous les jours de tous les crimes qu’elles ont engendré, Elles reviennent se font faire un certificat de « femmenicidité » et remontent direct au paradis, le moyen âge on oublie.u ne nouvelle ère commande. déjà des groupes féministes font des essais cliniques de greffe d’un utérus sur les hommes pour qu’ils enfantent à leur place. Les premiers concernés seront les homos qui ont un désir d’enfant et les femmes qui travaillent. L’utérus sera alors greffé sur des chômeurs longues durées disponibles. Pour éviter les viols on coupera les couilles aux violeur pour les greffer en dédommagement à leurs victimes de plus de 15 ans, en dessous on leur servira un extrait énergisant sans sucre. Les femmes greffer pourront « colèrer » impunément quand elle auront les boules. Comprend bien que je peux pas te suivre dans ton délire. Cordialement ddacoudre OverBlog


                          • cevennevive cevennevive 5 septembre 16:49

                            @ddacoudre, bonjour,

                            N’y avait-il pas un peu de cannabis dans votre gloubi boulga ? Difficile de vous suivre là...
                            Que viennent faire l’enfer, le paradis, St Pierre et l’inquisition ?
                            Seriez-vous un adepte de St Paul, le plus misogyne de toute l’histoire biblique ?
                            Allez, je vous pardonne.
                            Allez en paix.


                          • Sergeant Pepper Sergeant Pepper 5 septembre 17:03

                            J’ai bien aimé cet article, sauf certaines des dernières phrases, que l’on croirait sorties de la plume d’un politicien (« chers concitoyens », « toutes les voix de la France républicaine et unie », « affronter ensemble », etc.)

                            Vous vous destinez à la politique A.J.B. Minie Jr. ? smiley


                            • Vredes Vredes 5 septembre 17:04

                              Qui contrôle les mots, contrôle la pensé.

                              Féminicide,antisémite, etc.....


                              • machin 5 septembre 17:11

                                @Vredes

                                Qui contrôle les mots, contrôle la pensé.

                                Féminicide,antisémite, etc.....


                                Complotisme...


                              • Montet Montet 6 septembre 08:45

                                Je propose que chacun prenne l’habitude d’utiliser le terme schiappesserie pour résumer toute cette déliquescence dans laquelle notre « élite » nous a fait sombrer.
                                C’est l’ARCHETYPE de la décadence morale, sociale, économique, culturelle, intellectuelle, sociétale, environnementale, structurelle, etc, dans laquelle notre société s’est fourvoyée.
                                La répétition des mots les ancre fortement dans les esprits. L’usage régulier de ce néologisme serait l’un des symboles de la résistance du peuple à cette « élite » dégradée et dégradante.
                                Nous aurions pu, alors que nous nous faisions du mauvais sang dans les années 90, utiliser le terme de dufoixerie lorsque nous voulions nous dédouaner de nos responsabilités .
                                Ferons-nous un bon usage du terme macronnerie ?


                                • popov 6 septembre 10:10

                                  @Montet

                                  Et rappeler de temps en temps que « Schiappa » signifie « cancre » en italien.


                                • robert 10 septembre 09:56

                                  @popov
                                  ce qui est faux


                                • yapadekkoaqba yapadekkoaqba 6 septembre 14:37

                                  Il n’y a qu’à l’appeler femellicide.


                                  • Taverne Taverne 6 septembre 16:33

                                    En Espagne, ce n’est pas le mot « féminicide » qui a sauvé tant de vies mais les moyens réellement mis en oeuvre.


                                    • Taverne Taverne 6 septembre 16:43

                                      Pour savoir si cette nouvelle appellation a du sens, il faut s’interroger sur l’intention qui la porte. Si cette intention est seulement idéologique et compassionnelle, elle sera tournée vers un autre but que la volonté de mettre des moyens en action pour obtenir de vrais résultats.


                                      • JC_Lavau JC_Lavau 6 septembre 16:52

                                        @Taverne. L’intention ? Simple.
                                        Inscrire dans la constitution que tout meurtre d’un mâle par une femelle est de la légitime défense, et est absout d’avance.
                                        Par exemple, le procureur Hontang a bien manoeuvré pour faire sortir libre et acquittée Christine Moreau, qui n’avait assassiné que son fils. Pensez donc ! A dix ans, il commençait à ressembler physiquement à son père ! Cela criait vengeance !
                                        http://citoyens.deontolog.org/index.php/topic,4.msg12.html#msg12

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès