• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le Pacte et le Traité

Le Pacte et le Traité

Les temps élyséens, côté champs, côté palais, sont troubles. Tout le monde est dans l'expectative. La base se revendique visible, agresse au gilet fluo, se fait parquer, mener, déborder, prolonger, matraquer, dézinguer ou gazer par des hommes en noir, en bleu, salariés, mercenaires ou décidément bénévoles. Mais elle persiste et... signe ?

Non, la base ne signe rien. Le paraphe, c'est le privilège du président, qui compte bien l'apposer sur le prochain parchemin, au nom de la république et à la place de la France, le 11/12/2018 à Marrakech.

 

La base, voyez-vous, se figure que le pays lui appartient. L'étrange président Macron, qui sait bien que non, continue quant à lui ses petites affaires avec les endetteurs et autres proprios. "Il" (mot collectif) affirme vouloir, par exemple, signer ce mortel pacte imminent, dont il était déjà question dans ce récent article, et sur lequel nous revenons aujourd'hui. Pourquoi ?

 

Parce que le Président de la République en France a commis un lapsus qui nous met la puce à l'oreille : Il a dit "traité" au lieu de pacte, le vocable originel.

C'est glaçant, juste avant Noël. Que nous prépare-t-on ?

Commençons par étudier ces notions de "pacte " et de "traité". Voyons ce qu'en dit le Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales.

Un traité, c'est ceci :

TRAITÉ :

Ouvrage didactique qui expose de façon systématique un sujet ou une matière. [décortiqués en parties :] "pars prior, pars secunda, l'une et l'autre partie comportant des chapitres, les chapitres des divisions, celles-ci des subdivisions, thèses, paragraphes, alinéas, phrases, propositions, mots..." (Billy, Introïbo, 1939, p. 81).

Un Pacte c'est cela :

PACTE :

Convention expresse ou tacite, en principe immuable, entre deux ou plusieurs parties.

En gros, traité et pacte différent sur la précision et la contrainte. Le traité, c'est sérieux et doit être appliqué, car tout est prévu par avance. Le pacte, c'est au petit bonheur (malheur) la (mal)chance. C'est "non contraignant" disent-ils.

De fait, le pacte sera tacite entre la France et la bureaucratie des Nations Unies, les deux parties fermant leur clapet, la France parce qu'elle n'a pas été avertie, l'ONU par ruse reptilienne ou coutume bureaucratique.

Officiellement en revanche, après le 11 décembre 2018, le pacte signé par Macron, sera forcément "express".

Diable. Serrons les fesses. Aussitôt signé, aussitôt appliqué, légitimé par le paraphe.

Il y a heureusement ce "en principe" qui révèle que ce pacte comme tant d'autres pourrait ne pas être appliqué, à supposer qu'on change (vraiment) de gouvernement, une fois le forfait accompli.

Le pacte est le type d'accord préféré des mafias, des sociétés secrètes et des amis véritables. Il repose à l'origine sur la parole seule. Voilà qui laisse du jeu, une liberté apparente. Nous restons alliés ou amis aussi longtemps que l'un de nous deux le désire.

Et cependant, si le pacte n'est pas observé, on règle le parjure dans la vengeance et le sang (mafias) ou le drame et la misère morale (amants, amis, cercles divers).

On ne fait pas de traité avec le diable : un pacte, parfois. À la première tentative d'auto-détermination, le diable vous coince. C'est comme ça.

Le pacte est donc dangereux, il n'y a aucune raison de le signer. Pourquoi se compliquer la vie ?

Une autre option si on veut briser le pacte : on se sépare bons amis, ou du moins prudemment neutres. Pas de conflit, pas de séquelles.

Encore faut-il que les deux parties soient à égalité. Si l'une est plus forte que l'autre, ou son ennemie occasionnelle, elle aura le dernier mot, jusqu'à la guerre, que vous la vouliez ou non.

Or que représente le peuple français face à l'ONU ? Est-il le plus fort ?

Pour ses dirigeants, pour l'ONU, pour tant d'autres, la France c'est du mougeon qui la boucle, qu'on culpabilise à répétition, sur des générations, qu'on pédagogise incessamment comme s'il avait moins de dix-huit ans, et qu'on charge des fardeaux et des "présidents" d'autrui.

On l'écrase, il se laisse faire ou non. Si non, on recule d'un pas quand on a avancé de deux.

A ses propres yeux, le peuple français est un ensemble plus très cohérent, mais dont la composante historique demeure profondément, sinon majoritairement, "gauloise réfractaire" c'est à dire capable et sensée. Il (sur)vit sur un territoire géographiquement bien délimité, dont le paysage en danger existe encore malgré les bétonneuses. Il représente une puissance moyenne, détentrice d'une force militaire dissuasive. Il parle une langue magnifique.

On peut encore sauver la France, pense, à tort ou à raison, le peuple français.

Qui sera le plus fort ? L'organisation mafieuse de toutes ces nations surpeuplées et arides, dont craquent les coutures, intéressées par un "pacte" qui leur assure une prise de territoire sans contrepartie ni combat ? Ou une France déterminée ?

Les Français peuvent toujours essayer de toucher la sécu et enfanter à tout va en Chine, au Bangladesh, au Congo, et ce aux frais de la Chine, du Bangladesh et du Congo : pour les Gaulois qui s'expatrient, les « migrations sûres, ordonnées et régulières », ça ne marche pas.

Leur pays, a proclamé Jacques Attali, est un hôtel dont ils sont le personnel corvéable à merci, voire la Fantine, la Cosette et le Jean Valjean. Jacques en est le thénardier en chef. Le migrant, d'abord déménagé, puis client à la cloche de bois, puis alloqué pour se multiplier, ou embauché aux cuisines et dégageant le Français progressivement, est toujours un "jaune" sans gilet, un briseur de grèves, de plages et de revenus.

Soyons justes, les autres pays, riches ou pauvres, sont aussi des hôtels (pour les thénardiers, pour l'ONU) mais où les Français seront des touristes, des clients, des passagers : allongez la thune, et vous passerez. Non ? En taule !

Si, tout étourdi dés les premières poussées invasives, les Français de base s'autorisent à protester, voici ce que diront l'ONU et les autres :

  • Mais vous avez signé, citoyens ! Laissez passer maintenant !

  • Nous n'avons rien signé, c'est Manu ! Et dans le dos !

  • Ah tant pis, vous l'avez élu démocratiquement cet homme !

  • C'est cet entremetteur d'Attali qui l'a placé ! Il s'en est vanté !

  • Nous, on sait pas, on voit ce qui est écrit au bas du parchemin ! N'oubliez surtout pas le détail sécu !

  • Mais nous allons payer encore plus d'impôts !

  • Payez, donc ! Les intérêts n'attendent pas, majorés de 25% en cas de retard de paiement !

  • Non et non ! Ca suffit !

  • Hep, par ici les nations unies dans la démographie galopante ! Trouvez-moi quelques terroristes à infiltrer chez les gentils migrants, qu'on en finisse avec ces réfractions françaises !

Voilà pourquoi nous avons tout intérêt à convaincre EM de NE PAS signer ce "pacte" qu'il appliquera comme un traité. Ensuite, il faudra sérieusement penser à nous extraire de l'ONU, de l'OTAN, de l'UE... enfin bref de nos chaînes. Le bagne, c'était à Cayenne seulement. La France était si douce à vivre quand elle était souveraine, il y a de cela bien longtemps.

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.95/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • Jason Jason 29 novembre 2018 11:44
    Bonjour,

    Votre article ne me plait que pour une seule chose : les illustrations.

    Pour le reste, il y a trop de points de désaccord profond et je n’ai pas envie de faire une liste point par point. Je m’y perdrais.

    Ah, oui. Savez-vous ce qu’on peut faire avec les traités/pactes dont on ne veut pas ? Les déchirer.

    • popov 30 novembre 2018 09:47

      Moi, j’ai bien aimé l’article. 

      Mais ne nous faisons pas d’illusions, Macron va signer, comme l’auraient fait Hollande et Sarkösy.

      Il ne risque rien puisqu’on ne peut plus poursuivre un président pour haute trahison.

      Il a par contre tout à gagner. Je ne peux me résoudre à croire que toutes les décisions qu’il prend contre le peuple français sont prises par bêtise. Il doit certainement avoir reçu la promesse d’un emploi lucratif quand il aura terminé sa mission, comme Barroso.


      • lisca lisca 30 novembre 2018 12:28

        Signera ? Signera pas ? Si l’info est étouffée, comme c’est un peu le cas dans la presse, oui. Si elle est prise au sérieux par les forces vives du pays, non. Cette signature représente un danger majeur, les clés de notre oppression. C’est pourquoi je me permets de lancer ce petit cri modeste à notre étrange président :

        Monsieur, vous avez une main qui n’est qu’à vous. Rien ni personne ne peut vous empêcher de la garder dans votre poche, quand on vous tend à signer un « pacte » scélérat, qui n’est, comme vous nous l’avez fait savoir, qu’un traité dissimulé, contraignant pour notre pays, bénéfique à nos adversaires.
        Et si le monsieur Macron, qui me fait penser, sous certains aspects, à Yves Saint-Laurent sans le coup de crayon, est enfoncé trop loin dans la compromission pour entendre la France, cet article s’adresse aux Français et traduit le cri désolé de la mouette engluée dans la marée noire : empêchez-le ! Sauve qui peut !


        • popov 30 novembre 2018 17:10

          @lisca

           

          Bizarre qu’un article sur un sujet aussi déterminant pour l’avenir de la France suscite aussi peu de commentaires.


          • Gilles Mérivac Gilles Mérivac 1er décembre 2018 07:31

            @popov
            C’est clairement dû à l’orientation de gauche majoritaire d’agoravox, qui tente d’étouffer cette signature catastrophique.


          • berry 1er décembre 2018 09:29

            @popov
            Le titre de l’article n’accroche pas, il ne permet pas de connaitre le sujet qui est traité et du coup l’article passe un peu inaperçu, il est noyé au milieu de tous les autres et c’est dommage.
            Il en est de même pour l’article précédent qui parlait du même sujet, il aurait peut-être fallu l’intituler « Saint Manu, garde-nous du pacte de l’ONU sur les migrations » par exemple.
            Il n’en reste pas moins que le sujet est primordial pour notre avenir, il mérite d’être en tête des préoccupations des français.
            Il faut que nous en parlions davantage sur internet.
             


          • Gilles Mérivac Gilles Mérivac 30 novembre 2018 17:19

            Macron déteste notre pays et fera tout pour le détruire. Après la repentance, la marche forcée vers le fédéralisme, cette signature va évidemment y contribuer en empêchant toute contestation sur l’immigration qui deviendra probablement illégale.

            Nous avons voté pour notre disparition en tant que nation.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès