• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le panoptique aux temps de la grippe

Le panoptique aux temps de la grippe

Le pouvoir n’émane pas des puissants mais s’autoréalise dans le cadre d’un dispositif. Un dispositif étant « un rapport de force pour orienter, stabiliser et utiliser des formations sociales, prises dans les effets pragmatiques d'un discours, d'une technique, d'une idéologie » (Wikipedia). 

JPEG

Pour Michel Foucault, le philosophe français, dont la pensée serait devenue obsolète aux yeux de l’actuel Ministre français de l’éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, l’exercice du pouvoir n’est pas le fait d’une élite autoproclamée, mais un acte sociétal collectif.

Vu sous cet angle, la théorie du complot s’effondre comme un château de cartes et la Quatrième révolution industrielle se réalisera avec le consentement général, au même titre que la soumission volontaire aux multiples injonctions liberticides dans le cadre de la gestion sanitaire du virus SARS-Cov-2 actuellement.

Considérant ladite pandémie comme une fenêtre d’opportunité historique, le World Economic Forum, une fondation à but non lucratif, saisit l’occasion pour proposer à l’humanité un changement de paradigme, la Quatrième révolution industrielle, révolution qui se distinguerait des précédentes dans le sens qu’elle elle modifiera l’être humain et non plus sa manière d’agir.

Ainsi, un de ses porte-paroles officieux et « agenda contributor » (contributeur à l’agenda) (2), Stewart Wallis, expert en marketing et ancien directeur de l’ONG Oxfam (2003–2015), déclare que : 

« Le monde a besoin d’un nouveau système économique, faisant abstraction de l’antagonisme entre le capitalisme et le communisme. Il nous faut un changement de paradigme, analogue à ceux qui avaient bouleversé l’économie au 20ème siècle, le keynésianisme, mettant l’accent sur le rôle prépondérant des gouvernements dans la gestion des domaines comme la santé et l’éducation, et, en guise de contre-offensive, le néolibéralisme, favorisant le marché libre et la liberté individuelle. Actuellement, nous sommes à l’aube d’un changement majeur, vers un nouveau système qui permettra enfin de satisfaire les besoins fondamentaux de l’être humain, un système qui sera plus équitable et dont l’accent ne sera pas mis sur la croissance uniquement, mais sur la maximisation du bien-être et le bonheur général de l’humanité. L’histoire nous enseigne qu’un tel changement de paradigme ne peut se réaliser sans un narratif rodé, mettant l’accent sur la valorisation d’une une nouvelle façon de vivre. » fin de citation

Et le Président du Comité International de la Croix Rouge, ICRC, Peter Maurer, de renchérir « La Quatrième révolution industrielle permettra de visibiliser l’ampleur des inégalités dans le monde et de les rendre encore plus inacceptables aux yeux de la politique, l’incitant à prendre les mesures adéquates, afin de réduire cet écart. » fin de citation

S’il y a un constat qu’on peut partager avec l’ancien directeur d’OXFAM et le Président de la Croix Rouge, c’est celui de la nécessité d’un nouveau système économique. Seulement, ce n’est pas ce qui est proposé. Au contraire, le monopole de la création monétaire restera en mains privées tout en changeant d’échelle. Il ne sera plus national, mais supranational, magnifiant ainsi à l’excès la concentration du pouvoir. S’ils avaient eu les moyens, les régents du Moyen Age n’auraient pas fait mieux.

Si au 21ème siècle la qualité de vie n’est plus au niveau de celle du Moyen Age, ce n’est pas grâce au capitalisme, mais grâce au progrès et c’est là qu’intervient le World Economic Forum, car qu’est-ce le progrès ? Pour le WEF, la quintessence du progrès, c’est la vie éternelle, réservée au surhomme nietzschéen, une aspiration qui peut se défendre, mais qui n’est pas forcément du goût de tout le monde.

Quoi qu’il en soit, il n’est pas inutile de citer quelques propos, extraits du court métrage de promotion, accessible au commun des mortels sur le site internet de la fondation à but non lucratif.

« La possibilité de visualiser l’activité cérébrale à l’aide d’un simple électroencéphalogramme EEG, nous permet enfin de décoder la « boîte noire » de notre cerveau et, peut-être, réaliser une nouvelle identité, plus ambitieuse, plus créatrice. Ce qui est essentiel pour une société libre et ouverte est la liberté d’expression. L’accès (grâce à la technologie ndlr) aux pensées et aux émotions des gens nous permettra de créer un espace de liberté, générant des pensées créatives, dans un monde où les gens ont peur de les exprimer.  » Nita A. Farahany, Duke University USA

« Les êtres humains ont toujours utilisé des outils, mais le progrès technologique nous donne la possibilité d’augmenter nos capacités en tant qu’outil. J’en veux pour preuve l’utilisation de la neurostimulation de l’épine dorsale pour guérir la paraplégie. » Erik Brynjolfsson, Massachusetts Institute of Technology, MIT

« L’édition génomique nous permettra de mieux comprendre les modifications génétiques qui provoquent les cancers, et la technologie de l’administration de médicaments, permettant de cibler les cellules, dans lesquelles on veut introduire des molécules aux effets curatifs, feront progresser l’efficacité thérapeutique. » Jennifer Doudna, University of California Berkeley

« Nous devons absolument nous responsabiliser, à tous les niveaux de la société, de l’individu jusqu’à l’institution, du niveau local jusqu’au niveau global, pour combler les lacunes qui nous séparent de ces défis technologiques qui redéfiniront ce que veut dire être humain, ce que veut dire de travailler, et ce que veut dire être complètement intégré dans ce nouveau monde. » Jon Kabat-Zinn

Soit c’est le précepte de Michel Foucault qui s’avèrera pertinent et l’essence de l’humanité, prisonnière de son propre panoptique, disparaitra inévitablement comme « un visage dessiné dans le sable d’une plage » soit l’humanité, dans un dernier sursaut, s’inspirera de l’existentialiste Jean-Paul Sartre, selon lequel les humains seraient les architectes de leur propre destin.

Quoi que, l’un n’exclut pas forcément l’autre, car Foucault compare l’existence de l’homme moderne au panoptique du philosophe britannique des Lumières, Jeremy Bentham, précurseur du libéralisme économique et du contrôle social.

En tant que défenseur de la liberté d’expression, de l’abolition de l’esclavage, de la peine de mort et des peines physiques, de la séparation de l’église et de l’état, de l’égalité des sexes et de la décriminalisation de l’homosexualité, du droit des animaux, il préconisait également la mise en place d’un système de contrôle permanent par l’état, afin d’assurer sa cohésion, car, pour Jeremy Bentham, la sécurité est au prix de la liberté.

Ainsi, il dédiait une grande partie de sa vie à la réforme de la justice pénale, en élaborant un système carcéral, basé sur le principe de la surveillance permanente des détenus, dans le but de prévenir l’infraction. A cet effet, il imagina le panoptique, une structure carcérale, thématisée par le philosophe Michel Foucauld dans « Surveiller et punir », paru en 1975, consistant en une tour centrale, autour de laquelle sont aménagées sur plusieurs étages, les cellules. Basé sur le principe « voir sans être vu » les détenus ne pouvaient savoir s’ils étaient observés par les gardiens de prison, situés ou non dans la tour centrale. 

Ainsi, selon Foucault, la société moderne serait devenue un panoptique où tout le monde surveille tout le monde, ce qui, à l’âge d’internet, n’est pas forcément une aberration. La transparence a un prix qui et le même pour les puissants et pour les impuissants.

Ainsi, les propositions transhumanistes du World Economic Forum sont accessibles au public et ne peuvent pas être tenues secrets. Dans ce sens, si la Quatrième révolution industrielle se réalise c’est avec la complicité de tout le monde. 

  1. Home > Centre for the Fourth Industrial Revolution Japan | World Economic Forum (weforum.org)
  2. Stewart Wallis - Agenda Contributor | World Economic Forum (weforum.org)

Moyenne des avis sur cet article :  2.5/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

24 réactions à cet article    


  • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 18 janvier 15:42

    ’’le World Economic Forum, une fondation à but non lucratif’’

    > C’est du second degré ?

     

    Heureusement, la suite le confirme :

     > ’’ il y a un constat qu’on peut partager avec l’ancien directeur d’OXFAM et le Président de la Croix Rouge, c’est celui de la nécessité d’un nouveau système économique. Seulement, ce n’est pas ce qui est proposé. Au contraire, le monopole de la création monétaire restera en mains privées tout en changeant d’échelle. Il ne sera plus national, mais supranational, magnifiant ainsi à l’excès la concentration du pouvoir. S’ils avaient eu les moyens, les régents du Moyen Age n’auraient pas fait mieux’’

     

    ’’Ainsi, selon Foucault, la société moderne serait devenue un panoptique où tout le monde surveille tout le monde’’

    > Le panoptique actuel est un panoptique à ciel ouvert pour les plus soumis, où l’air est conditionné, où tout le monde surveille tout le monde, et où Big Data recueille les observations.

     

     

     


    • Bruno Hubacher Bruno Hubacher 18 janvier 15:49

      @Francis, agnotologue
      En effet, le World Economic Forum est une fondation à but non lucratif.


    • Séraphin Lampion Schrek 18 janvier 16:21

      @Bruno Hubacher

      @Francis, agnotologue

      Le Grand Orient de France est, lui aussi une association « loi de 1901 » (même s’il est né en 1773). Pardon ? Aucun rapport, dites-vous ?


    • Yann Esteveny 18 janvier 16:25

      Message à Monsieur Bruno Hubacher,

      Je vous cite : « En effet, le World Economic Forum est une fondation à but non lucratif. »
      Et vous imaginez peut-être que la Fondation Bill et Melinda Gates est une fondation humaniste philanthropique ?
      Il est urgent de distinguer le réel de la fiction présentée, le vrai du faux, l’être du paraître. Il est urgent de voir la « Société de spectacle » au sens de Guy Debord qui vous est mise sous les yeux. Il est urgent d’arrêter de glorifier un progrès technique lorsqu’il s’accompagne d’un effondrement moral humain.

      Puisque vous appréciez Monsieur Michel Foucault, voici un article le concernant :
      https://blogapprentissage.wordpress.com/2021/04/01/la-pedophilie-revelee-de-michel-foucault-le-pere-de-lideologie-woke-et-luniversitaire-le-plus-cite-de-tous-les-temps/

      Respectueusement


    • Séraphin Lampion Schrek 18 janvier 16:37

      Je crains que l’humour suisse n’échappe à beaucoup de commentateurs. C’est un peu comme l’understatement anglais, mais sans clin d’œil.


    • Bruno Hubacher Bruno Hubacher 18 janvier 16:38

      @Yann Esteveny
      Hélas, je n’invente rien, c’est le cas, et il y a mieux, la Fondation Bill et Melinda Gates est en effet une fondation à but philanthropique bénéficiant d’un traitement fiscal privilégié. 


    • Yann Esteveny 18 janvier 16:54

      Message à Monsieur Bruno Hubacher,

      Nous sommes sur une question de fond. Lorsque le loup vous tend sa carte de visite avec écrit dessus « Agneau » l’identifiez-vous alors comme un agneau ?

      Respectueusement


    • Bruno Hubacher Bruno Hubacher 18 janvier 17:00

      @Yann Esteveny
      Je ne suis pas sûr d’avoir compris. Précisez votre pensée.


    • Yann Esteveny 18 janvier 18:01

      Message à Monsieur Bruno Hubacher,

      Il va m’être difficile d’être plus clair. Si quelqu’un se présente comme sauveur de l’humanité, il est permis avant de le croire de vérifier si ses actes sont en conformité avec le titre qu’il s’attribue.

      Respectueusement


    • Bruno Hubacher Bruno Hubacher 18 janvier 18:16

      @Yann Esteveny
      « Sauveur de l’humanité dont les actes ne sont pas en conformité avec le titre que je m’attribue ? » J’essaie toujours de comprendre, mais c’est probablement moi.


    • Lynwec 18 janvier 18:57

      @Bruno Hubacher
      Toute la crapulerie du système financier est bien là, je vous suggère pour en tirer les fils cachés de visionner les documentaires de Janet Ossebaar sur Odysee.com, intitulés la fin de la Cabale et la suite de la chute de la Cabale.
      Les journalistes (des vrais) y détricotent tous les montages financiers permettant de blanchir des milliards de provenance diverse et rarement propre et de les ventiler dans les secteurs utiles (politiques, associations favorisant l’avortement, O N G diverses rendant bien des services...)
      Philanthropique.... A ce stade, on pourrait parvenir à faire croire que Mengele était un philanthrope. Les scandales autour des vaccins en Afrique ou en Inde, plus stérilisateurs que protecteurs vous en diront long sur la philanthropie de cette fondation.


    • Séraphin Lampion Schrek 18 janvier 16:11

      « Le monde a besoin d’un nouveau système économique, faisant abstraction de l’antagonisme entre le capitalisme et le communisme. »

      C’est aussi simple que l’œuf de Christophe Colomb ou le noeud gordien. Pour mettre définitivement fin à cet antagonisme, il faut et il suffit de supprimer toute référence lexicale et structurelle au concept de « communisme » : brûler les livres infestés de cette idéologie sacrilège (dont les dictionnaires, ce qui donnera lieu à une réédition juteuse pour les imprimeurs et les libraires) et opérer un nettoyage systématique des fichiers informatiques, y compris sur les PC perso, ce que les technologies « connectées » permettront facilement.

      PS : On me dit que la livraison de « soma » est prévue pour demain. Encore un peu de patience, nous approchons du Nirvana mondialiste.


      • Lynwec 18 janvier 16:22

        "Vu sous cet angle, la théorie du complot s’effondre comme un château de cartes et la Quatrième révolution industrielle se réalisera avec le consentement général, au même titre que la soumission volontaire aux multiples injonctions liberticides dans le cadre de la gestion sanitaire du virus SARS-Cov-2 actuellement.« 

        Peut-on vraiment parler de »consentement" quand celui-ci est obtenu par la coercition, les menaces et chantages, ainsi que les tromperies et la propagande.

        Se dire philosophe et tenir de tels raisonnements... Il va falloir trouver beaucoup mieux pour faire avaler ce genre de couleuvres...


        • Bruno Hubacher Bruno Hubacher 18 janvier 16:28

          @Lynwec
          Vous avez le choix entre « ma couleuvre », l’autodétermination ou celle qu’on vous propose, le rôle de la victime. 


        • Séraphin Lampion Schrek 18 janvier 16:33

          @Lynwec

          Relire « La fabrication du consentement : de la propagande médiatique en démocratie », d Herman et Noam Chomsky.

          C’est justement toute la manipulation contenue dans cette prétention à un consentement qui n’est qu’une résignation ou une soumission que les deux auteurs analysent et démontrent. Les médias y jouent un rôle décisif.


        • Lynwec 18 janvier 18:00

          @Bruno Hubacher
          Ayant fait le choix de faire confiance à mon système immunitaire pour me protéger d’une éventuelle contamination, je ne me sens aucunement « victime », en conséquence votre suggestion aux allures quelque peu réductrices, voire méprisantes, me laisse de marbre.
          Bien sur, en sous-citoyen exclu de certains aspects de la vie sociale, j’ai perdu quelque chose, mais j’ai conservé l’essentiel.
          Je compatis plutôt au sort de ceux qui ont déjà payé le prix fort pour ce que vous choisissez d’appeler autodétermination, et dont j’ai déjà dit ce que je pensais, ainsi que pour ceux qui le feront un jour prochain, la chance au tirage au sort des fioles n’étant pas infinie.


        • Bruno Hubacher Bruno Hubacher 18 janvier 18:24

          @Lynwec
          « votre système immunitaire ? » L’article parle de la quatrième révolution industrielle. Je peine à voir le rapport.
          En ce qui concerne le statut de victime, chacun est libre de se considérer comme tel ou, au contraire, comme acteur. Je ne porte pas de jugement sur aucun des deux. En fait je ne porte jamais de jugement de valeur, j’observe. 


        • Lynwec 18 janvier 18:45

          @Bruno Hubacher
          Dans l’article, je cite « multiples injonctions liberticides dans le cadre de la gestion sanitaire du virus SARS-Cov-2 actuellement. »
          Vous le voyez le rapport  ? Révolution industrielle au travers du transhumanisme par injections douteuses ou du moins de composition inconnue des sujets
          injectés . Toujours pas de lien ?
          Système immunitaire naturel implique refus d’injection, n’est-ce pas plus clair maintenant ?

          Les quelques romans abordant le thème du transhumanisme par excellence, « l’homme augmenté » se sont visiblement trompés puisque nous avons droit à « l’homme diminué », au moins sur le plan immunitaire, qui ne vous semble pas pertinent, mais pourrait s’avérer l’être devant la prochaine grippe classique.

          Et pour ce qui est de l’aspect « non secret », il y aurait beaucoup à dire, en posant les questions aux GAFAM par exemple, ces adeptes de la censure ...


        • Arogavox Arogavox 19 janvier 12:34

          @Bruno Hubacher

           Votre conjecture ne serait-elle pas à double tranchant lorsque vous supposez que :
          "En ce qui concerne le statut de victime, chacun est libre de se considérer comme tel ou, au contraire, comme acteur.

          «   ?

           Au passage, le contexte d’application de cette conjecture n’est ici pas clairement défini.
          Mais soit ! examinons cette conjecture de façon théorique pour tout contexte possible.

           Pour que quelqu’un puisse se considérer comme non victime, il est nécessaire qu’il ne subisse rien de la part d’autrui. 
            Si, par exemple, la violation d’une loi met un individu mal à l’aise. Cet individu peut certes ’choisir’ de s’adapter à cette gène et peut réussir à ne plus ressentir ce mal à l’aise ; ou, en tous cas, il peut se contenter de ne pas faire valoir un »statut de victime". Mais il n’empêche qu’en regard du droit cet individu doit être considéré par ses concitoyens comme victime de cette violation de loi.
           Quiconque espérerait que cet individu se considère comme non victime et même comme acteur, espérerait en fait que cet individu devienne complice de la violation de loi !
            Si, par contre, il n’y a aucune violation de loi, pour éviter toute complicité coupable il faut que cette absence de violation soit prouvée !


        • Bruno Hubacher Bruno Hubacher 19 janvier 12:52

          @Arogavox
          Vous posez la question de la désobéissance civile, au demeurant d’actualité comme jamais, car une loi n’est pas automatiquement juste du point de vue de la morale, si vous prenez, pour ne prendre qu’un seul exemple, les lois raciales de Nuremberg. 
          Est-ce qu’il faut, pour éviter de tomber sous le coup de cette loi, simplement la contourner pour rester dans la légalité, ou faut-il carrément la combattre et entrer dans l’illégalité ? Vaste sujet.
          Mais, il y a moins périlleux. On peut tout simplement changer son mode de vie, son rapport au travail, son mode de consommation. On peut s’organiser localement. La France est d’ailleurs pionnière en la matière. 


        • Arogavox Arogavox 19 janvier 14:07

          @Bruno Hubacher
          La question que je pose est avant tout celle d’une nécessité incontournable de cohérence.
           Comment « s’organiser localement » si , à un autre niveau, de fait, on ne sait « s’adapter » qu’en transigeant avec l’incohérence ?
           
           A noter aussi que, contrairement aux lois, la morale ne saurait être décrétée pour une collectivité : son appréciation ne peut être qu’individuelle.
           Si ma morale s’oppose à une loi, je peux effectivement me désolidariser du consensus cautionnant cette loi, et faire sécession : en ce cas je ne désobéit pas puisque, dans mon contexte « hors la loi » cette loi n’existe plus ! Mais je ne peux vouloir à la fois faire semblant de rester inséré dans le consensus validant cette loi, et désobéir sans afficher mon refus de cautionnement.

          Par contre, je resterai réservé quant à la possibilité, pour quiconque, de ’simplement’ changer son mode de vie ... ( Certaines responsabilités, ne serait-ce que morales, peuvent, dans certaines situations, contraindre à supporter ce que l’on subit ).
           


        • I.A. 19 janvier 11:18

          Ce texte est bien plus important et bien plus fin qu’il n’y paraît. Du coup, je ne vous félicite pas.

          Donc je me colle à l’explication de texte :

          S’ils font la promotion de plus de justice et d’égalité dans le monde, c’est parce que ce message fait bien joli, donc plaît aux foules, donc sera plus facilement applicable.

          Mais cette égalité mondiale se réalisera inévitablement grâce à un nivellement par le bas : d’un point de vue systémique, s’il y a plus de justice et d’équité dans le monde, alors il n’y aura plus ni « riches » ni « privilèges » (2 automobiles par foyer, 5 semaines de congés payés, une maison secondaire, un bateau, un logement de plus de 100 m2, etc...).

          C’est exactement ce qu’ils sont en train de faire avec l’Europe.

          Vous l’avez compris, c’est tout le mode de vie occidental qui va mourir, et qui commence déjà à mourir.

          D’une pierre deux coups : nos « bons maîtres » seront, quant à eux, plus nombreux, puisqu’il s’agit d’une « révolution » mondiale ! L’ égalité et la justice, ils n’en ont en vérité rien à battre.

          Quant aux progrès technologiques, il est clair qu’il ne pourra en aucun cas être intégralement partagé avec le peuple, sans quoi cette surveillance totale ne pourrait se faire.
          Ce progrès servira cependant aux « prisonniers » qu’ils décideront d’envoyer coloniser quelque monde lointain, c’est évident.

          « Dans ce sens, si la Quatrième révolution industrielle se réalise c’est avec la complicité de tout le monde ».

          Pas très sympa de votre part de dire ça : du début jusqu’à la fin, cette « révolution industrielle » peut déboucher sur une révolution tout court.





          • Bruno Hubacher Bruno Hubacher 19 janvier 11:32

            @I.A.
            Je ne sais pas si c’est sympa de dire « cela », mais vous connaissez sans doute « ceci » : (?)
            « Qui connaît son ennemi comme il se connaît, en cent combats ne sera point défait. Qui se connaît, mais ne connaît pas son ennemi, sera victorieux une fois sur deux. Que dire de ceux qui ne se connaissent pas plus que leurs ennemis ? » Sun Tzu, général chinois


          • Les méthodes de Nazi utilisé par Macron , rejeté par la presse étrangère ..

            https://twitter.com/AnonymeCitoyen/status/1483858417634709504


            Journalistes français bande d’escrocs .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité