• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le PCF et la stratégie 2022

Le PCF et la stratégie 2022

52% des cadres nationaux communistes ont validé la proposition d'une candidature communiste à l'élection présidentielle de 2022, cette proposition va maintenant être discutée par la base militante avant un vote prévu le 9 mai et une mise sur orbite du candidat et de son programme en novembre, après un congrès.

Ce score serré confirme qu'une nouvelle génération de communistes est en train d'émerger et que le parti communiste français est dans un processus de mutation profonde face aux défis du XXIe siècle. Ce vote prouve ainsi que les conditions d'une candidature communiste indépendant sont pleinement réunies. Par ce vote, les communistes montrent leur envie d'exister politiquement, d'écarter le piège du court-termisme et d'intégrer ainsi le temps long dans la stratégie de leur parti.

Le noyau de la gauche, ce sont les communistes. Si le parti communiste s'efface à chaque élection, sur le long terme, toute la gauche s'affaiblie et le risque de voir l'extrême droite au pouvoir devient très réelle. Malheureusement, c'est ce qui se passe actuellement. La position de l'ensemble de la gauche actuelle est due à plusieurs années de politique d'effacement des communistes par manque de confiance en soi à cause de l'influence néfaste de l'ancien soviétisme.

La politique du ralliement à une autre candidature non communiste au premier tour des élections passés a créé des conditions telles qu'il est maintenant difficile barrer la route à ce qui apparaît comme désormais une possible victoire de l'extrême droite. Il suffit de regarder ce qui se passe en Italie pour se convaincre du danger de l'extrême droite, à cause d'un long politique d'effacement des communistes italiens, l'extrême droite n'apparaît plus comme un repoussoir.

 Le PCF est donc sur la bonne voie, les propositions communistes doivent toujours être là, au moins au premier tour de l'élection pour réaliser le maximum de voies possibles. Dans l'espoir d'utiliser son score comme arme politique. Le communisme étant incontestablement l'avenir, un parti communiste ne doit pas s'éclipser derrière un autre parti même s'il est de la gauche radicale.

Lutte de superclasses

 Toute l'Histoire a été en réalité une lutte de superclasses, et à l'intérieur de chaque superclasse, une lutte des classes. Les luttes de classes se déroulent à l'intérieur d'un mode de production : maîtres contre esclaves, seigneurs contre féodaux, capitalistes contre salarié.e.s. Cette lutte de classe ne révolutionne pas le mode de production. C'est une lutte évolutive. Par exemple le syndicalisme, le réformisme et même le soviétisme. Car le soviétisme n'est que le capitalisme-salariat à l'envers gangrené par la pénurie de biens de consommation. C'est une version réactionnaire du capitalisme-salariat, un pas en arrière par rapport à l'économie de marché c'est pourquoi son effondrement a toujours mené directement au capitalisme-salariat de marché.

 La lutte entre deux superclasses s'est toujours terminée, au cours de l'Histoire, par une grande révolution : la Révolution féodale au XIe siècle en Occident qui mit fin à l'esclavagisme intra-européen (qui a duré plus de 1000 ans), la Révolution bourgeoise au XVIIIe siècle, qui n'a été possible sans la majorité de la population active de l'époque les paysans libres (techniquement des petits-bourgeois) et dirigée par la grande bourgeoisie. Cette Révolution mit fin à l'oppression féodale sur la propriété privée. Depuis la Révolution industrielle, la superclasse des chômeu.rs.ses est en opposition constante contre le capitalisme-salariat.

C'est dans ce contexte historique qu'il faut comprendre le mouvement communiste. Il est l'unique forme par laquelle historiquement la superclasse des chômeu.rs.ses domine politiquement pour abolir en même temps le chômage et le capitalisme-salariat. Le PCF doit faire son deuil du salariat et reconnaître la lutte des superclasses sinon impossible de surmonter cette contradiction : le chômage est à 20% alors que les élus communistes ne représentent que 2% des députés et 4% des sénateurs. L'ingéniosité des cadres communistes doit être de toujours travailler à ce que le poids des élus communistes soit le plus proche possible du poids des chômeu.rs.ses et précaires dans la population active. Voilà la boussole suprême vers la révolution communiste.

Du Revenu minimum universel au Revenu démocratique commun

La lutte pour un revenu minimum universel doit être au centre de la stratégie de tout parti communiste qui ne veut pas disparaître au XXIe siècle tout en utilisant son poids politique, les rapports de forces, alliances avec d'autres partis de gauche pour augmenter sans cesse les minimas sociaux jusqu'à l'atteinte du revenu commun démocratique. Avec ce Revenu commun la propriété privée des biens de consommation et des biens de production est abolie en même temps que le chômage.

 


Moyenne des avis sur cet article :  1/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

26 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 17 mars 16:06

    On dirait un article des années 60.


    • mursili mursili 17 mars 17:46

      chômeu.rs.ses

      WTF !


      • Octave Lebel Octave Lebel 17 mars 17:59

        Gagner ensemble ou perdre chacun de son côté. Ne pas se tromper d’époque, ne pas se tromper de combat.

        En 2017 entre le 1er et le second tour, il y a bien une prise de conscience au second tour (trop tard) et une dynamique de refus bien présente. Des voix qui se sont perdues dans l’abstention et qui à l’insu de leur plein gré ont fait la courte échelle à MLP puis EM. Un jeu assez subtil a été tenté par la gauche libérale avec succès par le jeu des primaires et la multiplication des candidatures afin d’éparpiller les électeurs et d’empêcher et décrédibiliser un rassemblement de voix au 1er tour. Cela a réussi de peu en fait et fait porter une responsabilité à ceux qui les ont organisés. Si  les choses avaient été présentées comme cela à nos concitoyens, ils auraient mieux compris les enjeux et le mécanisme électoral, bien maîtrisé par contre par les conseillers politiques et stratèges des classes dirigeantes et les médias qui les appuient.

        La conclusion à en tirer c’est le moins possible de dispersion des voix au premier tour, c’est-à-dire pour certains ne pas voter par fidélité pour son candidat de cœur mais pour le candidat qui a les meilleurs chances d’arriver au second tour. Si chacun attendait d’être d’accord sur tout avec son voisin pour travailler avec lui, rien ne se ferait jamais. Et surtout nous avons pu mesurer à nos dépens les capacités d’adaptation et capacités manœuvrières de ceux qui travaillent à maintenir les classes dirigeantes au pouvoir. Ils font et feront tout pour mettre en valeur les différences entre leurs adversaires parce que ce qu’ils craignent avant tout, c’est la prise de conscience de la convergence de nos intérêts primordiaux.



        • Octave Lebel Octave Lebel 17 mars 17:59

          suite...

          Notre division est la meilleure arme de nos adversaires. Notre position est la plus difficile parce que nous voulons réformer notre société, rééquilibrer un rapport de forces puissant à l’intérieur du pays comme dans l’UE alors que nos adversaires travaillent à entretenir et accentuer l’élan. Une coalition en capacité de mettre en place un dispositif constituant et aussi de susciter et mobiliser une participation et une volonté citoyenne sans laquelle rien ne sera garanti me semble incontournable. Ce n’est pas la première fois dans l’histoire que nous aurions relevé dans un moment critique un défi redoutable. Parce ce que c’est exactement la situation devant laquelle nous sommes.

          Seule une coalition, un rassemblement qui passe par les urnes au-delà s’il le faut des tactiques des mouvements ou partis peuvent  nous faire avancer et c’est tant mieux pour la démocratie, l’intelligence collective et l’expression de sa créativité et de ses savoir-faire. Personne ne détient toute la vérité ni toutes les clefs. Il y a toujours à découvrir et à apprendre notamment en construisant. C’est une alternative, une mutation qui monte des profondeurs du pays que nous voulons et pouvons réaliser et dont nous avons besoin. Il serait temps de sortir du confinement démocratique dans lequel nous avons glissé progressivement depuis le début du siècle.Tout sera fait pour nous égarer et nous en dissuader.



          • Esprit Critique 17 mars 18:25

            Au PCF faudrait penser un jour a l’autodissolution ! ?


            • jefresi 17 mars 18:36

              Les cyniques n’ont pas changé !

              "La position de l’ensemble de la gauche actuelle est due à plusieurs années de politique d’effacement des communistes par manque de confiance en soi à cause de l’influence néfaste de l’ancien soviétisme.« 

              Le PCF préfère parler de soviétisme que de stalinisme.

              Ces »cocomunistes" traitre parmi les traitres au mouvement ouvrier ont une sainte horreur des soviets ou conseils, moyens d’autodéfense des populations contre leurs oppresseurs.

              C’est de cette façon que l’on reconnait les staliniens, prêt à défendre leur héros jusque dans sa tombe et tendre la main à l’ordre bourgeois fasciste pour qu’il perdure malgré les crises insurmontables de son économie.

              Enfin, la politique d’effacement est due à l’effacement de ces traitres de la mémoire des votants. Ces derniers ont appris ce qu’était le PCF.


              • le cathare 17 mars 18:40

                camarade-e-es votre boussole est déglinguée,, 20 % de chômeurs ?votre pensée aussi ,,, au moins avec Marchais on comprenais ce qu’il disait et il nous faisait rire .On comprends rien a votre discours , mais vous , vous comprenez vous ?,a vous lire j’avoue que l’avenir de votre communisme m’inquiète, l’embrouillamini de votre pensée me laisse perplexe ,J’ai compris que vous n’êtes plus soviétique , êtes vous communiste tendance Mao ou Xi Jinping .Dure Dure d’être Coco aujourd’hui, tout vos modèles ont foirrés en horrible dictature .Il vous reste comme idée claire le barrage a l’extrême droite .Je vous comprends,si Marine passe ,entre l’arrêt de l’immigration et l’expulsion des étrangers chômeurs , vous allez perdre les 3/4 de vos militants       


                • Coriosolite 17 mars 19:21

                   le mouvement communiste est l’unique forme pour abolir le chômage 

                  Vu que vous avez des pouvoirs extraordinaires, je m’adresse à vous pour deux petites requêtes.

                  Serait-il possible de programmer aussi l’abolition du mauvais temps au mois d’août et de l’envie de pisser en pleine nuit, toute l’année si possible.

                  Ca m’arrangerait.

                  Merci d’avance.


                  • zygzornifle zygzornifle 18 mars 07:49

                    Voter Macron au second tour comme la fois d’avant ....


                    • Durand Durand 18 mars 09:44

                      « La lutte pour un revenu minimum universel doit être au centre de la stratégie de tout parti communiste qui ne veut pas disparaître au XXIe siècle tout en utilisant son poids politique, les rapports de forces, alliances avec d’autres partis de gauche pour augmenter sans cesse les minimas sociaux jusqu’à l’atteinte du revenu commun démocratique. Avec ce Revenu commun la propriété privée des biens de consommation et des biens de production est abolie en même temps que le chômage. »

                      ..

                      Euh..., comment dire..., non mais..., attendez..., disons que..., oui, bon...

                      Misère de Naples !...

                      ..


                      • jymb 18 mars 13:06

                        Et au deuxième tour, ils demanderont de voter pour leur champion, Macron...


                        • capobianco 18 mars 14:21

                          J’ai abandonné mon action militante au pc avec la venue du minable r hue. Depuis j’essaie, modestement à mon âge, d’œuvrer pour que les micros partis de gauche rejoignent la FI (tout en restant pc, lo ou npa, le parti de gauche de JLM est aussi FI) pour une réelle alternative à gauche. Malheureusement il semble que l’intérêt général ne soit pas trop leur soucis comme si leur existence passait avant l’intérêt des français. La division stupide çà suffit, on peut avoir des désaccords avec la FI, cela doit-il automatiquement générer la division ? Beaucoup de gens qui soutiennent la FI ont des désaccords mais qui ne sont pas déterminants. N’y a-t-il pas suffisamment de points de convergences entre tous les partis qui se revendiquent de gauche pour faire la route ensemble sans se renier pour autant ? La FI n’est pas un parti mais un mouvement où chacun peut apporter sa pierre pour le bien du peuple.. Maoiste, troskiste n’est pas le sujet, changer réellement le pays devrait être la priorité plutôt que de vouloir se battre uniquement pour sa « boutique ». 


                          • Durand Durand 18 mars 19:26

                            @capobianco

                            Pourquoi ne rassembler que des gens qui se disent ou se croient de gauche ?... La destruction de notre souveraineté et l’ultra libéralisme qui transpirent des traités européens et de notre adhésion à l’Union Européenne ne permettent, ni d’appliquer une politique de droite, ni d’appliquer une politique de gauche, ni de trouver un équilibre entre les deux comme c’était plus ou moins le cas jusqu’à Maastricht,... que Mélenchon a soutenu, d’ailleurs...

                            Alors, rassembler la gauche : pour quoi faire..., une politique de gauche ? Vous savez très bien que c’est impossible ! Donc ce n’est pas la gauche qu’il faut rassembler, ce sont tous les Francais !

                            Sinon bon courage, hein !


                          • capobianco 18 mars 20:37

                            @Durand
                            «  de notre adhésion à l’Union Européenne ne permettent, ni d’appliquer une politique de droite, ni d’appliquer une politique de gauche, ni de trouver un équilibre entre les deux comme c’était plus ou moins le cas jusqu’à Maastricht, »
                            Vous voulez dire que la France ne pourrait désobéir à l’ue ? Que ferait l’ue, nous déclarer a guerre ? La France n’est pas la Grèce, c’est la 2ème puissance et si demain nous venions à proposer de grands changements qui vous dit que certains pays ne nous suivraient pas ? Et enfin qui pourrait, si nécessaire, nous empêcher de quitter cette ue ultra libérale ?
                            Rassembler la gauche, je sais bien que cela vous déplait, mais quelle autre tendance politique s’oppose réellement à cette ue, la droite et l’extrême droite ? Ne me parlez pas de votre idole et de votre ambition de réunir « tous » les français, là , c’est moi qui vous dis bon courage... Non ?


                          • Durand Durand 19 mars 09:08

                            @capobianco

                            Vous avez appris par cœur la litanie argumentaire de votre merluchon adorée mais vous héritez également de son incohérence majeure quand vous posez cette question :

                            — « Et enfin qui pourrait, SI NÉCESSAIRE, nous empêcher de quitter cette ue ultra libérale ? »

                            Si l’UE permettait à un état membre de pratiquer une politique de gauche, il y a longtemps que l’un d’eux ou plusieurs d’entre eux le feraient... Or, ça n’existe pas PARCE QUE ce n’est pas possible, ni-même tolérable dans le cadre juridique ultra libéral qui nous a été imposé et vous le savez pertinemment.

                            — Votre « SI NÉCESSAIRE » montre très bien votre incohérence et votre incapacité à combler ce vide argumentaire...

                            — Votre « SI NÉCESSAIRE » ne concurrence pas l’idée que le Frexit est obligatoire pour pouvoir pratiquer toute politique nationale souveraine.

                            — Votre « SI NÉCESSAIRE » suppose que vous prétendez possible de développer une politique de gauche en vous passant d’une politique monétaire indépendante, d’une politique économique et commerciale indépendante, d’une, d’une diplomatie indépendante, etc...

                            — Votre « SI NÉCESSAIRE » est précisément l’étendard de votre incompétence !

                            Vous n’avez fait aucun progrès depuis 2017 et vous proposez exactement le même programme qui ne vous a même pas permis d’accéder à second tour !...

                            Vous manquez trop d’esprit pour que je vous demande si vous plaisantez !

                            Et de qu’elle idole parlez-vous ?


                          • Legestr glaz Legestr glaz 19 mars 09:35

                            @Durand

                            Bonjour durand

                            Capobianco vit dans le dogme, pas dans la réflexion rationnelle. Il est très difficile de lutter contre la dissonance cognitive, un biais psychologique humain puissant. Même si l’ensemble de ses idées sont sincères, en revanche, leur mise en oeuvre échappent à une analyse véritable et consciencieuse. 

                            Il serait trop couteux, pour cet intervenant, au plan psychologique, de faire les mises en perspective que vous lui proposez de réaliser. La dissonance cognitive serait trop grande, un monde s’écroulerait autour de lui, tout ce en quoi croyait cette personne s’effondrerait. 

                            « La réduction de cette dissonance cognitive est un phénomène qui s’opère fréquemment dans notre vie quotidienne et qui démontre à quel point nous sommes capables de déformer la réalité pour concilier nos croyances et nos comportements ».

                            « La dissonance survient quand les personnes sont confrontées à une information qui n’est pas cohérente avec leurs croyances. Si la dissonance n’est pas réduite en changeant sa propre croyance, elle peut avoir pour effet la restauration de la cohérence au moyen d’une perception erronée de cette information non cohérente, du rejet ou de la réfutation de cette information, en recherchant le soutien d’autres personnes qui partagent les mêmes croyances, et en tentant d’en persuader les autres ».

                            https://matransformationintérieure.fr/la-dissonance-cognitive-nous-joue-des-tours/


                          • cettegrenouilleci 19 mars 09:49

                            @Legestr glaz

                            Bonjour

                            le lien ne fonctionne pas.

                            Bonne journée

                            Gérard


                          • Legestr glaz Legestr glaz 19 mars 10:18

                            @cettegrenouilleci

                            Bonjour Gérard et merci pour le retour. 

                            Peut être une mauvaise manoeuvre de ma part. J’essaie à nouveau. Si le lien ne fonctionne pas cette fois ci, c’est qu’il est probablement protégé.

                            https://matransformationintérieure.fr/la-dissonance-cognitive-nous-joue-des-tours/


                          • Legestr glaz Legestr glaz 19 mars 10:28

                            @Legestr glaz

                            Le lien ne fonctionne définitivement pas. 

                            « La dissonance cognitive nous joue des tours : nous déformons la réalité pour concilier nos croyances et nos comportements. »

                            Dans son livre « votre cerveau vous joue des tours », Albert moukheber, docteur en neurosciences et psychologue clinicien, rappelle que, quand des informations entrent en désaccord avec nos préférences, nos convictions, nos croyances ou nos comportements, nous éprouvons un état de tension qui rompt notre homéostasie. L’homéostasie est un état d’équilibre interne pour conserver un fonctionnement moteur cérébral optimal. Naturellement, le cerveau aspire à vouloir réduire cette tension.

                            Leon Festinger, psychosociologue américain, a théorisé ce mécanisme et l’a nommé “dissonance cognitive“. Festinger a défini trois étapes dans le processus de réduction de la dissonance cognitive :

                            identifier l’événement qui nous fait entrer en dissonance,

                            modifier son comportement ou sa croyance pour résoudre la tension interne,

                            si nécessaire, ajouter de nouvelles informations qui peuvent atténuer les effets de la dissonance.

                            La réduction de cette dissonance cognitive est un phénomène qui s’opère fréquemment dans notre vie quotidienne et qui démontre à quel point nous sommes capables de déformer la réalité pour concilier nos croyances et nos comportements.

                            Albert Moukheiber prend l’exemple de la fable du Renard et les Raisins de Jean de la Fontaine pour mieux comprendre la dissonance cognitive :

                            « 

                            Certain Renard Gascon, d’autres disent Normand, mourant presque de faim, vit au haut d’une treille des raisins mûrs apparemment, et couverts d’une peau vermeille. le galant en eût fait volontiers son repas. Mais comme il n’y pouvait attendre : » il sont trop verts, dit-il, et bons pour des goujats« . Fit-il pas mieux que de se plaindre ?

                             »

                            Le renard affamé donnerait tout pour pouvoir croquer les fameux raisins mais son incapacité à les attraper crée en lui une tension. Le renard entre dès lors en dissonance. Pour retrouver son homéostasie cognitive, il préfère modifier la valeur attribuée aux raisins (Ils sont trop verts) et changer son opinion pour l’accorder avec son incapacité à les atteindre. Le renard s’auto persuade que les raisins ne sont pas bons et qu’il n’en veut pas alors qu’ils sont mûrs et qu’il meure de faim.

                            Albert Moukheiber remarque que, à l’image du renard, nous changeons constamment la valeur des informations qui nous parviennent et avec lesquelles nous interagissons à travers des mécanismes de réduction de la dissonance cognitive.

                            La réduction de la dissonance cognitive est à l’œuvre dans quasiment tout ce que nous entreprenons. L’important est d’en être conscients et de nous demander comment notre action ou notre cognition influence à un instant T la valeur que nous attribuons aux choses autour de nous, à nos relations sociales et à nos opinions.



                          • Octave Lebel Octave Lebel 19 mars 17:25

                            @Legestr glaz

                            Pour avoir autant besoin de références psychologisantes et épistémologiques (merci docteur) vous devez sérieusement manquer de confiance en vous et vos souhaits pour ne pas dire simplement que vous n’êtes pas d’accord et pourquoi. Rassurez-vous vous n’êtes pas le seul. Il y en a quelques-uns qui avec la même inquiétude reviennent régulièrement à la charge pour expliquer que décidément les politiques européennes sont nuisibles pour les états-nations mais que du fait des traités qui sont indépassables il faudrait au moins un miracle pour faire basculer l’affaire et qu’ils y travaillent sérieusement et que donc pour tout de suite, il ne faut surtout pas perdre courage mais il faudra attendre.

                            Je crois que cela s’appelle prendre nos lecteurs pour des couillons nés de la dernière pluie qui sans vous seraient comme des enfants perdus incapables de suivre les événements.Je ne crois pas que ce soit le cas.


                          • Octave Lebel Octave Lebel 19 mars 17:52

                            @Durand

                            Si on vous écoute rien ne va mais rien ne peut être changé parce que UE et puis c’est tout, c’est pas difficile à comprendre, et que depuis 2017 il n’y a rien de significatif qui se soit passé, que nos concitoyens n’ont rien vu ni appris et que donc cela prouve que ceux qui ne sont pas d’accord avec vous ne comprennent rien.

                            Merci de votre clarté. Ce n’est pas le cas de tout le monde. Il y a quelques malins qui racontent qu’il faudrait vraiment que ça change, que si cela ne tenait qu’à eux mais que UE et puis c’est tout et puis que voulez-vous, il faudra bien s’y faire quand même. C’est bien, vous êtes d’accord sur le fond .C’est beau même. Deux versions pour la même conclusion.

                            Vous ne croyez pas que nos lecteurs sont capables d’y voir clair dans ces petits jeux ?


                          • Durand Durand 19 mars 20:42

                            @Octave Lebel

                            Revenez avec autre chose que des sous-entendus SVP..., des arguments, par exemple !


                          • Durand Durand 19 mars 20:49

                            @Legestr glaz

                            Dans le mille, on dirait !

                            C’est une de vos cognissance ?


                          • Octave Lebel Octave Lebel 20 mars 22:16

                            @Durand

                            Justement à ce propos, les vôtres, ils sont où ?


                          • Jean de Beauce Vers Saint-Gétorix 18 mars 14:25

                            Où est le musée du communisme français ? Place du colonel Fabien à Paris ?


                            • L'apostilleur L’apostilleur 20 mars 09:11

                              @l’auteur 

                              Avec les commentaires ici des insoumis, vos lignes ont l’intérêt, pour qui en doutait, de démontrer l’impossible union de la gauche des doux rêveurs nostalgiques.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

M’bafo Pian


Voir ses articles



Publicité




Palmarès



Publicité