• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le petit marquis qui voulait être roi

Le petit marquis qui voulait être roi

Tandis que sa Majesté Narcisse Plumox daignait accorder au peuple la faveur d’admirer ses bonnes manières sur le petit écran en s’efforçant de rappeler qu’il avait su rester simple, le magazine allemand Der Spiegel publiait un article dans lequel il précisait qu’il ,’était pas "arrogant" mais "déterminé"  : "Quand je suis avec les Français, je ne suis pas à l'écart parce que je suis l’un d’eux". Mais, « en même temps », il en a remis une couche sur le registre du roi républicain : « La France est un pays de monarchistes régicides. C'est un paradoxe : les Français veulent élire un roi, mais ils voudraient pouvoir le renverser quand ça leur chante. »

Cette illusion pathologique qui consiste à prendre ses désirs pour la réalité a pour nom « mythomanie », et elle est le sésame pour accéder à la pensée complexe dont Jupiter a bien voulu dévoiler à ses sujets quelques facettes dimanche soir.

Pour ceux qui auraient eu l’outrecuidance de bouder le nouveau rituel, et afin qu’ils puissent se racheter d’une telle maladresse, nous allons tenter, pour autant que nos capacités nous le permettent, de pénétrer le templum, c'est-à-dire le périmètre sacré à l'intérieur duquel les augures entraient en relation avec Jupiter.

Le dieu- roi fera le bonheur du peuple inconstant malgré lui. Il n’est pas là « pour gérer ou réformer » (pfff…) mais « pour transformer la France » (et sans doute les Français, pendant qu’on y est. Il faut comprendre que parfois, un chat n’est pas un chat : l’ » assouplissement » (comprendre « démolition ») des lois du travail en faveur des entreprises qu'il a qualifié de « réforme française la plus ambitieuse de l'après-guerre »  n’a rien à voir avec un modèle d’« hyper-marché libre » qui détruirait les droits de tous les travailleurs. Qu’est-ce que vous allez chercher ? C’est au contraire ce qui va donner un emploi à tous et éradiquer le fléau du chômage.

D’ailleurs, pour inciter les chômeurs à s’investir dans un emploi qui n’existe plus depuis que les délocalisations massives les ont expédiés en Chine et en Europe de l’Est, il va baisser ou supprimer les allocations de chômage et créer de nouveaux les programmes de formation pour développer l’apprentissage, avec des maîtres qui se comportent en bons pères de famille (et si ça marche, il est sans doute prévu de réinstaurer les corporations). En tous cas, vous verrez, mesdames et Messieurs : « les résultats seront ressentis dans l'économie et la société françaises d'ici un à deux ans. »

Ce ne sont quand même pas quelques « fainéants qui s'opposaient à sa réforme du droit du travail ou qui ont rejeté les protestations des travailleurs comme des coups de pied dans le chaos » qui vont intimider le dieu des dieux qui n’a qu’à claquer des doigts pour que les bailleurs baissent les loyers et offre le don d’ubiquité à des travailleurs licenciés pour leur permettre de travailler à 140 km de chez eux.

Pour convaincre les humains de son intégrité morale, sa Sainteté a enfin annoncé qu’il retirait la légion d’honneur à ce gros cochon de Weinstein (sanction ?), et qu'il augmenterait les pouvoirs de la police pour faire face au harcèlement sexuel dans la rue et au harcèlement des femmes dans les transports publics. Finis les pince-fesses et les frottis-frottas qui ont plogé notre malheureux pays dans le stupre et l’opprobre depuis l’instauration du suffrage universel sans discernement.

Les extrêmes et les cyniques en seront pour leurs frais : ils ne vont pas mettre le bordel dans le royaume !


Moyenne des avis sur cet article :  4.64/5   (44 votes)




Réagissez à l'article

66 réactions à cet article    


  • bob14 bob14 16 octobre 10:58
    M’enfin..j’suis Lélu..par la volonté des riches j’commande.. !
    Hier soir C-T un documentaire sur la vie limitée d’une arapède accrochée à son rocher.. !
    L’insignifiance au pouvoir...venu quand la maison brûle pour indiquer que le patron c’est lui et (en gros) j’emmerde les Français, j’ferais tout pour les riches.. !

    • oncle archibald 16 octobre 11:05

      @bob14 : reprocher à Macron d’être une arapède accrochée à son rocher est plutôt comique pour un mec qui est quasiment puceau en politique. Vous ne vouliez pas parler de Mélenchon par hasard ?


    • francois 16 octobre 17:37

      @oncle archibald
      sinistre économique sous Holland. Le puceau a déjà oeuvré.


    • HELIOS HELIOS 16 octobre 17:51

      @bob14


      ***** C’est un paradoxe : les Français veulent élire un roi, mais ils voudraient pouvoir le renverser quand ça leur chante. *****

      et s’il se mettait a faire ce que les français lui demande ??? 
      ... qui voudrait le renverser ?  ahhh, mais, oui, il n’est pas elu par les français, mais par les riches seulement !... voila l’astuce.

    • oncle archibald 16 octobre 18:42

      @HELIOS : « il n’est pas élu par les français, mais par les riches seulement !... voila l’astuce. »

      Ben alors ? Sauf à admettre des urnes bourrées et des élections truquées, à vous lire il y aurait une majorité de « riches » en France, et donc l’élection de Macron est parfaitement légitime et bien venue .....

      Non ? Ah oui autre solution : les Français sont des cons incapables de penser par eux même et facilement manipulables. Le dernier beau parleur les roule dans la farine et emporte l’élection. Bof dans ce cas tant pis pour eux, n’en parlons plus et que le cul leur pèle ! Mais dans cette hypothèse pourquoi n’a t-on pas Melenchon à l’Elysée ? Ce bateleur de foire manie le verbe avec une habileté rare, c’est un excellent « vendeur » et donc c’est lui qui avait le plus de chance de duper tout le monde et d’emporter le morceau.

      Personnellement je crois le corps électoral Français beaucoup moins tarte que vous le laissez entendre.


    • pipiou 16 octobre 19:01

      @HELIOS
      « s’il se mettait a faire ce que les français lui demande ??? »

      Ah parce quelqu’un sait ce que veulent les Français ? smiley  smiley  smiley

      Très simple : bosser 32h par semaine et être payés comme Neymar,
      avoir de super services publics mais pas payer d’impôts, ...
      Bref le butter et la monnaie from the butter.

      ça me fait penser à un truc affreux que je viens d’apprendre : tous les ans 50 000 français partent vivre au portugal pour payer moins d’impôts, principalement des retraités.
      Ce sont clairement des exilés fiscaux et ils s’en vantent assez facilement.

      Alors quand certains passent leur temps à se focaliser sur les 1% peut-être qu’ils pourraient enlever leurs oeillères pour voir tout le reste.


    • domi 16 octobre 19:39

      @pipiouje crois que20 000 à 30000 retraités sont au Portugal avec le statut pour ne pas payer d’ilpots suite à un accord avec la France et d’autres pays européens.Pour les avoir côtoyé ,ces gens sont des merds égoistes


    • CRICRI59 CRICRI59 22 octobre 19:10

      @oncle archibald

      Bonjour il faut simplement changer le mode de scrutin pour prendre en compte les bulletins nul, vierge et les abstentions, c’est comme cela que macron a été élu avec moins de 20% des inscrits, nous somme dans une république bananière


    • oncle archibald 16 octobre 11:03

      @ Jeussey de Sourcesure :

      Finalement vous reprochez à Macron d’avoir parlé pour ne rien dire ....

      Les miroirs chez vous, ils sont en bois ?


      • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 16 octobre 11:53

        @oncle archibald

        Je ne reproche rien à Macron, je regrette seulement que le paysage politique vidé de ses forces après des années de corruption et de trahison ait permis le succès du stratagème qui l’a amené là où ils est. On peut reprocher à quelqu’un ce qu’il a fait, mais comment reprocher à quelqu’un d’être ce qu’il est ? Mais comment se détourner d’un spectacle qui monopolise tous les supports médiatiques ? C’est cette complaisance des médias à l’exhibition d’un pédant qui m’agace et pas la personne qui n’aurait jamais dû accéder à cette fonction, car l’intéressé ne se rend pas compte lui-même de sa propre vanité : « Le fat est enchanté de lui-même : aussi aime-t-il à se montrer. Il croit plaire à tout le monde, et être admiré de ceux mêmes qui se moquent de lui. »Jean-Baptiste Blanchard - L’école des mœurs (1772)


      • oncle archibald 16 octobre 12:15

        @Jeussey de Sourcesûre : un pédant et un fat ? Même si vous aviez raison n’est-il que cela ? N’avez vous pas compris qu’en le portant à l’Elysée les Français ont carrément dit qu’ils en avaient marre des alternances bidon et des promesses jamais tenues.

        Une chose est sure : s’il ne fait pas mieux, il ne fera pas pire que Sarkozy et Hollande réunis. Sa personne je m’en fous, j’attends la suite et des résultats tangibles.

        Pour l’instant au moins en matière d’éducation primaire en créant des classes de 12 élèves pour ceux qui sont en grande difficultés il a fait beaucoup mieux que ses prédécesseurs qui n’osaient pas dire qu’il y a des enfants qui ont plus que d’autre besoin d’aide parce qu’il ne faut surtout pas « stigmatiser » leurs parents.

        Pragmatisme contre idéologie ! Je présume que les parents qui ne sont pas embringués dans la politique et l’idéologie trouvent excellente cette solution pour leurs gniards qui une fois remis à niveau pourront rejoindre l’anonymat dans des classes « ordinaires ».


      • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 16 octobre 12:24

        @oncle archibald

        la « discrimination positive » (« affirmative action » en américain) est une idéologie mise au point par les étasuniens dans les années 80 (avant l’invention du phénomène Obama) pour faire croire aux noirs étasuniens que l’état mettait en place toutes les mesures nécessaires pour masquer une discrimination flagrante. Cette idéologie n’a pas permis d’endiguer la progression d’une autre idéologie, celle des « suprémacistes blancs » dont Trump est le fleuron actuel.

        Le « pragmatisme » n’a rien à voir là-dedans, et il n’était vraiment pas difficile de faire mieux que les prédécesseurs en matière d’éducation primaire.

      • oncle archibald 16 octobre 16:44

        @Jeussey de Sourcesûre : les procès d’intention vous pouvez en faire des papillottes et essayer de .. bref. Finalement vous êtes planté une fois pour toutes dans vos préjugés et vos certitudes, sans lien avec la réalité de la vie quotidienne.

        Et s’il était si facile de s’occuper enfin du problème des enfants qui sont scolarisés dans les établissements de la République sans savoir parler Français, que ne l’ont-ils fait au lieu de se branler avec la commission Théodule sur le sexe des anges ?


      • alinea alinea 16 octobre 16:48

        @oncle archibald
        D’autant plus que c’est un véritable magicien notre Jupiter : il a dédoublé les locaux et les instits en pas trois mois.
        Chapeau !


      • Dzan 16 octobre 17:43

        @oncle archibald

        Macron est remarqué par Henri de Castries, président d’AXA mais aussi président du Groupe Bilderberg, aussi appelé conférence de Bilderberg ou Club Bilderberg, un rassemblement annuel de plus d’une centaine de membres essentiellement américains et européens, et dont la plupart sont des personnalités de la diplomatie, des affaires, de la politique et des médias.
         
        Ils voient en Macron l’opportunité d’infléchir la politique économique et industrielle française et de contrer les syndicats, pour aller sur une politique libérale à l’anglo-saxonne.
        Cependant Macron ne parvient pas, à son poste de conseiller économique à l’Elysée, à faire fléchir Hollande et son gouvernement.
        Lors de la réunion du Groupe Bildelberg à Copenhague du 29 mai au 1 er juin 2014, la réunion compte de nombreux banquiers notamment de la Deutsche Bank, Christine Lagarde, Benoit Coeuré, ancien de la BCE, et Macron. De Castries et plusieurs banquiers se voient en présence de Macron.
        Il est donc décidé de faire pression sur Manuel Valls pour que Mr Macron soit ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique dans le gouvernement Valls II en remplacement d’Arnaud Montebourg trop instable.
        Jean-Pierre Jouyet est contacté et influence François Hollande. Macron est donc nommé Ministre le 26 août 2014.
         
        De Castries voit Valls et lui suggère de faire un geste vis-à-vis du patronat, de redorer son blason, qu’il en serait récompensé.
        Le 27 août Valls participe à l’université d’été du MEDEF il a prononcé un discours salué par une longue « standing ovation ». Les financiers ont réussi leur coup. Leur prodige est à leurs bottes, il n’y a plus qu’à manipuler la marionnette. Le patronat est satisfait mais le trouve encore trop timide dans ses réformes, ils le poussent à faire la loi «  Macron 2 ». Mais Valls s’y oppose et donne le projet de réforme à Myriam El Khomri. Les financiers sont furieux contre Valls et décident sa perte, Valls les a trahis. Cependant Macron réussit à inclure dans la loi : la réécriture du licenciement économique et le plafonnement des indemnités prud’homales. Valls rétrograde Macron dans l’ordre protocolaire du gouvernement à l’occasion du remaniement réduit de février 2016. Le 21 mars 2016 De Castries, Gattaz (MEDEF), Mario Draghi (BCE), John Cryan DB, des financiers et les patrons des groupes de presse, Bolloré, Drahi, Bergé se réunissent à Francfort, et décident d’épauler Macron pour la création d’un parti dévoué à leur cause. Macron sera épaulé et financé pour créer un parti politique. La manipulation est simple la presse écrite doit lui consacrer de nombreuses unes, notamment la presse féminine, et la presse destinée aux jeunes. La télévision doit le présenter comme le gendre idéal. Les patrons de presse créaient des groupes de travail uniquement dédiés à l’image et à la communication Macron.
        Bolloré a eu cette réflexion : «  Puisque la mode est aux couguars et aux MILF mettons sa couguar à la une, c’est tendance, les jeunes vont kiffer ! ».

      • Dzan 16 octobre 17:51

        @Dzan

        Les financiers vont élaborer la création du parti. Ils créent deux associations : l’«  Association pour le renouvellement de la vie politique » et l’Association de financement du parti «  Association pour le renouvellement de la vie politique » La deuxième sera financée par des fonds privés De Castries et Gattaz invitent Mr Logerot le président de la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques avec Mr Dargnat qui prendra la présidence de l’association de financement du parti, un ancien de BNP Paribas Asset Management. La machine est en marche.
        Le 6 avril 2016 le parti est créé. L’argent des groupes financiers abonde, la campagne est lancée.
        Fin avril 2016 Edouard Philippe maire du Havre est invité par De Castries et Bolloré, à Paris, ces derniers lui demandent de soutenir Macron puis ils invitent le futur premier ministre à la réunion Bidelberg qui se tient du 10 au 12 juin 2016 à Dresde.
        Une réunion se tient avec Christine Lagarde, Baroso et d’autres financiers.
         
        A l’issue se tient une autre réunion à Berlin où il est décidé de faire de Macron le Président de la France. Sont présent des financiers, le directeur de la BCE, Drahi, Bolloré, Bergé et surprise : Mr Louvel Président du Conseil supérieur de la Magistrature. Ils sont rejoints le temps d’un dîner par Madame Merkel.
         
        Dans le même temps, il faut penser à décrédibiliser Hollande, un débat aura lieu le 14 avril 2016 sur France 2.
        Les patrons de presse font pression sur Michel Field, patron de l’info du groupe France Télévision, pour que ce soit Léa Salamé, journaliste aux dents longues, multimillionnaire par son mariage et bobo moraliste qui anime le débat.
        Le 14 avril 2016 elle fait son effet et François Hollande ne sera pas épargné.
         

      • Dzan 16 octobre 17:53

        @Dzan

        En novembre, les primaires de droite sont ouvertes, Fillon gagne.
        Jugé trop frileux dans son programme par les financiers, ils décident de l’éliminer. L’affaire Fillon est lancée, bien d’autres élus de droite et de gauche font travailler leur conjoints ou enfants, mais Fillon doit être éliminé.
        Des rendez-vous sont pris par des informateurs dépêchés par les grands groupes de presse avec des journalistes du Canard Enchaîné et de Médiapart, journaux qui ont vu leurs subventions augmenter en 2017, comme par hasard.
        Gaspard Ganzter, conseiller de Hollande mais aussi camarade de promo de Macron à l’ENA, rencontrera le directeur du Canard début janvier.
        Déchaînement des médias sur Fillon, les journalistes bien obéissants et soi-disant indépendants se déchaînent. Mais surtout ils prennent soin de ne pas dénoncer les autres politiques qui commettent les mêmes délits. L’homme à abattre c’est Fillon.
        De l’autre côté, ordre est donné d’axer sur le FN, sachant que lors d’une confrontation Macron Le Pen, Macron serait élu. La Machine médiatique est en route, les magistrats sont dans la course ; peu importe si cette campagne est nauséabonde, mais Macron doit sortir vainqueur coûte que coûte.
         
        Lors d’une entrevue, entre Macron, Drahi, et Bolloré, Drahi dit à Macron :« Ne brusque pas les français, dis-leur ce qu’ils veulent entendre, ce sont des veaux, ils veulent une idole, un homme providentiel, ils sont dans le délire présidentialiste. Ils haïssent les gens qui réussissent et gagnent de l’argent, ils veulent que tu sentes le pauvre. Sache les séduire et les endormir et nous aurons ce que nous voulons.
        Beaucoup de gens (financiers et grands patrons) comptent sur toi, ne les déçois pas ! Sers-toi des gens du spectacle, du show-biz, ces arrivistes incultes, qui se disent de gauche parce que cela fait bien, qui critiquent les financiers et l’argent, mais sont les premiers à faire de l’évasion fiscale, tu verras ils viendront te lécher les fesses par intérêts, ce sont les pires, je ne les aime pas  ! »

         
        Parker Pointu

      • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 16 octobre 18:07

        @Dzan

        Une synthèse de vos trois commentaires assortis d’un lien avec les puissances transnationales constituerait un excellent article.

        Les commentaires ne sont pas lus par tout lemonde.

      • oncle archibald 16 octobre 18:15

        @Dzan : "Ils voient en Macron l’opportunité d’infléchir la politique économique et industrielle française et de contrer les syndicats, pour aller sur une politique libérale à l’anglo-saxonne.« 

        C’est sûr, surtout ne rien changer, elle marchait tellement bien la »politique économique et industrielle Française" .... Ah si le commerce extérieur de la France se limitait à exporter des camemberts et des vins de Bourgogne, peut être pourrions nous envisager de vivre sans concurrence. mais ça n’est pas comme ça. L’économie EST libérale et dominée par les Anglo-saxons, et bientôt les chinois qui vont tirer parti de tous les transferts de technologie que nous leur avons à mon avis très imprudemment consenti bien avant que Macron ne prenne les rênes. On n’y peut rien. C’est dans ce contexte qu’on doit essayer d’emporter des marchés si l’on veut maintenir de l’activité en France.


      • CN46400 CN46400 16 octobre 18:39

        @Dzan

        Merci pour ce commentaire qui mériterait, effectivement, une meilleure exposition et qui illustre merveilleusement cette phrase :

         « le gouvernement moderne est un comité qui gère les affaires communes de la bourgeoisie toute entière »
        (Le Manifeste du parti communiste-1848-KarlMarx)


      • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 16 octobre 18:45

        @Jeussey de Sourcesûre

        c’est déjà un article ^^


      • JBL1960 JBL1960 16 octobre 18:51

        @Jeussey de Sourcesûre = Saviez-vous que ce Narcisse Plumeaucul avait fait sa Maitrise de Philosophie sur Machiavel ?
        On comprend mieux maintenant pourquoi ce gars voulait être le Maitre des Horloges.
        Celui qui contrôle la peur des gens devient le maitre de leurs âmes = Machiavel.

        Perso, je pense qu’il se rend parfaitement compte de sa propre vanité (c’est narcisse en même temps) et peut-être même que NostradAttali, l’aura persuadé qu’il était l’Antéchrist, puisque né un 21/12 et qu’il multiplie une symbolique assez craignos quand même.

        Alors, c’est la plume malheureuse de François Fillon, Joseph Macé-Scaron qui avait fort bien défini Macron par cette devise inventée « Député ne daigne, Maire ne puis, Macron suis ! » - On se croirait dans les « Visiteurs » non ? Alors, cela nous avait permis en grattant un peu de comprendre, dès lors de qui Macron de Rothschild était le N.O.M... À sa décharge, au Zupiter des bacs à sable, il a été choisi par les Zélites, qui sont principalement Zuniennes quand même et donc, on bouffe du Macron à l’Américaine, matin, midi et soir...

        Étienne de la Boétie dans son discours de la servitude volontaire avait prévenu : Soyez résolus de ne servir plus et vous serez libres !
        Et pourtant ce tyran, seul, il n’est pas besoin de le combattre, ni même de s’en défendre ; Il est défait de lui-même, pourvu que le pays ne consente point à la servitude. Il ne s’agit pas de lui rien arracher, mais seulement de ne lui rien donner.

        Voilà, et comme servir c’est accepter et nous refusons l’un comme l’autre…
        Je me permets de vous tirer l’œil vers le Manifeste Politique « Manifeste pour la société des sociétés » par Résistance71 que j’ai eu le plaisir de mettre en version PDF et avec cette lecture on réalise que la solution est en nous. Mieux que la solution c’est nous...
        Et comme l’affirmait Léon Tolstoï  :

        Chacun rêve de changer L’HUMANITÉ

        Mais personne ne pense à se changer LUI-MÊME


      • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 16 octobre 19:41

        @bouffon(s) du roi

        merci pour le lien

      • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 16 octobre 19:43

        @JBL1960

        je vais lire tout ça et peut-être me changer ?

      • oncle archibald 17 octobre 19:54

        @alinea : portez plainte pour mensonge public si vous pensez qu’il s’agit d’un « fake ».


        Sinon acceptez qu’il s’agit d’une initiative intéressante, à mon avis la seule capable d’aller vers l’objectif annoncé, savoir apprendre d’abord à parler Français, ensuite à lire et à écrire le Français .Mais du temps béni de la gauche donneuse de leçons il était interdit de dire que certains enfants devaient être traités différemment des autres, POUR LEUR DONNER LES MÊMES CHANCES QU’AUX AUTRES. Et en ce qui concerne les effectifs d’enseignants et les locaux ça n’a rien d’insoluble. On peut charger de quelques élèves de plus les classses qui marchent bien.

      • CRICRI59 CRICRI59 22 octobre 19:14

        @oncle archibald
        A part ça

        Bonjour il faut simplement changer le mode de scrutin pour prendre en compte les bulletins nul, vierge et les abstentions, c’est comme cela que macron a été élu avec moins de 20% des inscrits, nous somme dans une république bananière


      • Christian Labrune Christian Labrune 16 octobre 11:33

        à l’auteur,

        Le ridicule n’a jamais tué personne. De ce côté-là, Emmanuel le Bien-Aimé n’a donc rien à craindre.
        J’ai eu beaucoup de mal à regarder la chose jusqu’à la fin. Quand j’avais six ou sept ans, je me souviens qu’il m’est arrivé de regarder des mouches ou des guêpes se noyer au fond d’un pot de confiture. Mélange d’horreur et de fascination, comme hier soir.

        Le pire, c’était encore le décor qui me rappelait, au début des années soixante-dix, certains bistrots de petits villages perdus au fond de la plaine picarde.
        Meublé avec un goût de chiotte, le bureau de notre Président de notre République ! Et pourtant, les entrepôts du Mobilier national ne sont pas si loin ; cela ne coûterait pas grand chose au contribuable de faire voiturer jusqu’à l’Elysée quelques beaux meubles, quelques tableaux qui fussent propres à rappeler que nous sommes un peuple ancien et cultivé. Le poster illustrant la « fraternité », je me demande ce qu’il faisait là. D’autant plus que le troisième mot de la devise républicaine est aussi le plus difficile à définir, et probablement le moins consistant. En un certain sens, que l’Inconsistance trône en pareil lieu, c’est comme un aveu. Cela a tout de même le mérite de la franchise.
        Si on fait abstraction de la dorure des portes (on aurait pu badigeonner tout cela !) le lieu ressemble au pauvre local de permanence de n’importe quel syndicat. Arte povera ? Ouvriérisme de pacotille, plutôt, et pour l’édification des sans-dents !


        • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 16 octobre 12:02

          « @Christian Labrune

           » le troisième mot de la devise républicaine est aussi le plus difficile à définir"


          Dans la devise de la République, le mot fraternité n’est qu’un clin d’œil destiné à rappeler aux initiés l’identité des artisans et administrateurs successifs de l’institution : les frères trois points ! Cette fraternité-là se limite aux membres des loges. Il aurait pu afficher un œil, une équerre et un compas, ce qui aurait été plus clair, mais sa majesté financière a du craindre d’être par trop transparente.

        • oncle archibald 16 octobre 12:44

          @Christian Labrune : « le troisième mot de la devise républicaine est aussi le plus difficile à définir, et probablement le moins consistant. »

          Je ne suis pas du tout de votre avis, ma culture chrétienne sans doute. Fils d’un même père nous sommes tous frères : c’est simple et efficace. Mais nul besoin de faire réference à Dieu pour être« fraternel », l’humanisme athée est tout aussi exigeant que celui des chrétiens en matière de solidarité, non-violence active, égalité de droits, non-discrimination.

          Au contraire de vous je pense que le troisième terme de notre devise « fraternité » est probablement le plus lourd de sens. Le limiter à l’entraide entre frères franc-maçons comme le fait Mr de Sourcesure est un peu réducteur non ?


        • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 16 octobre 13:41

          @oncle archibald

          c’est en réduisant des équations qu’on arrive à démontrer un théorème !

        • Christian Labrune Christian Labrune 16 octobre 13:43

          @oncle archibald
           Je suis fort peu averti des us et coutumes comme du symbolise de la franc-maçonnerie. S’il y avait eu l’oeil, l’équerre et le compas, comme sur le billet américain, j’aurais compris, mais je ne savais pas que la notion de « fraternité », dans la devise, comme nous l’apprend Jeussey, était d’origine maçonnique. Peu importe : je ne suis pas conspirationniste, et je n’attache pas une importance démesurée à l’influence d’une secte dont on a beaucoup exagéré l’influence, qui fut salement persécutée par les nazis sous l’occupation, et que je tolère aussi volontiers que le christianisme et toutes les religions qui ont renoncé à exterminer ceux des autres croyances/incroyances. Cela exclut l’islam, évidemment.
           Qu’il s’agisse de la fraternité des chrétiens ou de celle des maçons, cela m’est complètement égal, et je n’ai rien contre la fraternité, cela va sans dire, mais j’aurais préféré l’exhibition du premier principe. D’où l’image qui sert d’enseigne à toutes mes interventions. C’est la petite copie de la statue de la liberté qu’on trouve dans la chapelle du musée des Arts et Métiers. Image très bricolée, qui montre une liberté en trois hypostases, mais sans intention de rappeler la théologie trinitaire du christianisme !
           Ce qui me déplaisait surtout dans le décor hideux de ce bureau, c’est l’incohérence, le manque d’harmonie, le mauvais goût.
           Le bonhomme aura passé une vingtaine de minutes à s’expliquer laborieusement sur son recours à des formules vulgaires, mais dans un tel décor, celui d’un « bordel » plutôt minable, les explications étaient inutiles, elles étaient déjà sur les murs. S’il avait été un peu mieux conseillé, il aurait écarté ces sortes de développements en ajoutant une nouvelle incongruité plus énorme que toutes les précédentes, et serait passé à autre chose devant des journalistes médusés. Mais non : il se sera enfoncé dans des justifications fantaisistes, comme un gamin surpris la main dans le pot de confiture. On en ressentait presque de la pitié.
           Celles et ceux qui n’auraient pas ressenti cela n’auraient aucune humanité.
           Celles et ceux... Oui, j’ai bien dit : celles et ceux. Si vous y tenez, je peux le répéter encore une fois : celles et ceux.


        • oncle archibald 16 octobre 14:26

          @Christian Labrun : « celles et ceux » dit avec tant d’insistance ferait-il grief à ceux qui lorsqu’ils disent « les hommes » au sens de « les humains », ne précisent pas qu’il s’agit indifféremment et sans aucune différence des représentants masculins ou féminins de l’espèce humaine ?


        • Christian Labrune Christian Labrune 16 octobre 15:49

          @oncle archibald
          Dans ma jeunesse, j’ai bien dû être ce qu’il faut appeler un obsédé sexuel - je ne suis pas le seul !- mais pas au point, lorsque je parlais de mes congénères confrontés à toute sorte de questions qui n’avaient rien à voir avec les activités qu’on a au lit (questions politiques ou professionnelles par exemple), de les imaginer munis d’appareils sexuels différents. Dans l’instruction publique où j’oeuvrais, il y avait des profs, un point c’est tout. De plus en plus de femmes dans les dernières années, ce dont je n’aurais certes pas songé à me plaindre, mais une fonction n’a pas de sexe. J’ai vécu plusieurs fois et assez longtemps avec des femmes de la corporation, mais au lycée, elles étaient comme moi des professeurs, et rien d’autre.
          Je viens de lire un chapitre de l’excellent bouquin de Claire Lalouette sur Thèbes dans l’Egypte antique, mais si on en avait arraché la couverture et que je ne connusse pas le nom de l’auteur, je ne pourrais absolument pas savoir qu’il a été écrit par une femme.
          Je trouve donc cette permanente et obsessionnelle distinction entre « celles » et « ceux » quasi obscène. L’humanité, pour moi, est une et indivisible, comme la République. Que Macron il (sic.) n’ait pas encore compris ça, et qu’il se rende ridicule en persévérant dans cette perversion comme Hollande il (sic.) s’est ridiculisé durant cinq ans par la redondance fautive du pronom, cela me paraît inconcevable. Ils ont bien des conseillers en communication, ces enfoirés. A quoi servent-ils ? 


        • cevennevive cevennevive 16 octobre 16:02

          @Christian Labrune, bonjour,


          Là, Christian, je vous rejoins !



        • oncle archibald 16 octobre 16:19

          @Christian Labrune : oui oui et oui.

          Lorsque j’étais en activité j’ai fréquenté des magistrats et parmi eux des femmes et certaines Présidents de Tribunaux d’instance, grande instance, administratifs ou de Cour d’Appel qu’il convenait de ne pas froisser car certaines étaient Président de leur juridiction et d’autres Présidentes, et pas question de se tromper sans faire un impair.

          J’ai toujours trouvé ça ridicule. La fonction c’est Président. Madame le Président me parait devoir être la règle mais bon. Solution aux changements de magistrat (te) ? Demander à son Greffier ce que souhaitait « la nouvelle » !


        • gogoRat gogoRat 16 octobre 17:28

          @Jeussey de Sourcesûre

           Mais si c’est clair !
           Sa majesté n’a-t-il pas nommé comme Ministre de l’Intérieur le ’frère’ Gérard Collomb ? !

           ( Les Lyonnais n’auront pas oublié la doctrine du « juvénilisme » que cette Lumière faisait enseigner à ses ouailles - employés de sa Mairie ? recrues de son université du 3e âge ? -
          ... par ses copains venus des hautes branches de l’Unesco :
           en gros les petits-enfants de ces vieux briscards auraient muté en une génération de petits génies devant éclipser la génération intermédiaire de leurs parents ;
           si bien qu’au total nous y sommes : alliance de trentenaires (un président de l’Assemblée âgé de 43 ans et 29 députés de moins de 30 ans)
          avec leurs jeunes-vieux ou vieux-jeunes ’frères’ pour faire marcher les ’rien’ qui n’ont pas su muter ou reconnaître cette mutation miraculeuse !
          )


        • Christian Labrune Christian Labrune 16 octobre 23:08

          La fonction c’est Président

          @oncle archibald

          C’est une simple question de bon sens. Je ne vois pas plus que vous ce que le sexe aurait à faire avec une fonction et s’il faut expliquer la philosophie de Descartes, mettre au point un programme informatique ou gérer une entreprise, le résultat sera le même, qu’on soit une femme ou un homme. Du point de vue des compétences intellectuelles et des productions de l’esprit, c’est-à-dire tout en haut, il n’y a aucune espèce de différence entre une femme et un homme. Les différences sont à chercher plus bas et à négliger les trois quarts du temps.
          Que les noms de métiers ne tiennent pas compte de la différence des sexes, cela n’a aucune espèce d’importance et je suppose que le soldat qu’on appelait une estafette, à qui on confiait des missions quelquefois périlleuses et très viriles ne se sentait pas humilié par ce féminin et cette terminaison qui pouvait rappeler d’autres mots peu flatteurs se terminant de la même façon. Je crois bien qu’il y a des hommes, aujourd’hui, qui s’occupent des accouchement et qui sont donc des sages-femmes. Il faut qu’ils le restent. Masculinisé, cela deviendrait prudhommes, et cela a déjà un autre sens. Une femme qui veut être UNE auteurE, n’est pas une féministe, c’est une précieuse ridicule, et si Molière avait entendu Macron, il n’aurait pas tardé à en faire pareillement un de ses personnages les plus grotesques.


        • bernard bernard 17 octobre 11:32

          @Christian Labrune


          J’applaudis des deux mains !

          Et malheureusement je n’en ai que eux !


        • Fergus Fergus 16 octobre 13:15

          Bonjour, Jeussey

          Le plus consternant est moins dans la personnalité égocentrique et mégalomaniaque de Macron que dans la constance du peuple français à placer à la tête de l’Etat des monarques républicains d’une rare médiocrité.

          Sur ce plan-là, Macron n’est d’ailleurs pas le pire, loin de là : il est au contraire très efficace au service de sa clientèle fortunée, faite de grands patrons de l’industrie, de la finance et des médias. Et la majorité des sujets du monarque d’applaudir ou de hausser les épaules d’un geste indifférent !


          • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 16 octobre 13:38

            @Fergus

            Macron est le triomphe du marketing politique.

            Et, tout comme dans le marketing commercial, l’art des manipulateurs d’opinions, médias et publicitaires, est d’arriver à faire croire au consommateur qu’il a le choix entre fournisseurs et produits alors que seul le conditionnement change avec la forme du contenant, sa matière et la couleur de l’étiquette. Mais toutes les lessives, en poudre, en liquide et en pastilles sortent de chez Unilever et les bouteilles d’eau de chez Nestlé.

            Les consommateurs et les électeurs « choisissent » les produit le mieux présenté, et pour les plus lucides, ce qu’ils considèrent comme un moindre mal.

            Les réfractaires n’ont plus qu’à trouver des circuits courts ou à assurer eux-mêmes la production, mais là, on tombe dans l’autarcie des peuples premiers ou l’utopie psychédélique !

            C’est pas gagné !

            PS : je sais, vous allez me dire que Mélenchon n’est pas un circuit court. Pas sûr !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires