• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le Protectionnisme et le Sort de l’Ordre mondial

Le Protectionnisme et le Sort de l’Ordre mondial

JPEG

Le retrait des États-Unis du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies était une nouvelle choquante. La justification des Etats-Unis était que le conseil était partial contre Israël et qu'il y avait une campagne systématique contre Tel-Aviv. Nikki Haley, l'envoyée américaine à l'ONU, a qualifié le conseil d’ « organisation hypocrite et égoïste qui se moque des droits de l'homme ». Le retrait était attendu comme Haley a menacé l'année dernière que Washington examinerait son adhérence. Elle a dit que les Etats-Unis se retireraient du conseil si ce dernier n'arrêtait pas « son parti pris chronique contre Israël ».

En effet, les relations américaines étaient souvent en conflit avec le Conseil des droits de l'homme. Pour des raisons presque identiques à celles de l'administration Trump, l'administration Bush décida de boycotter le conseil lors de sa création en 2006. Puis, l'ambassadeur des Nations unies, John Bolton, conseiller à la sécurité nationale de Trump, critiquait l'ONU. Les États-Unis n'ont pas rejoint le conseil avant 2009 avec le président Barack Obama.

Le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a été créé en 2006 pour remplacer le Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH). Le conseil est confronté à un sort similaire à celui du HCDH et pour les mêmes raisons et justifications. Le Haut-Commissariat aux droits de l'homme a longtemps permis aux pays ayant de mauvais antécédents en matière de droits de l'homme de rejoindre la commission précédente.

Le secrétaire d'Etat américain, Mike Pompeo, a déclaré que le Conseil des droits de l'homme était un « défenseur faible des droits de l'homme ». Le retrait des États-Unis de toute organisation internationale a un impact négatif sur son efficacité et ses réalisations. Washington dispose de puissants moyens de pression et de mise en œuvre des résolutions internationales. Les États-Unis contrôlent l'ordre mondial, sans parler des subventions, de l'assistance et même du soutien militaire si nécessaire.

En l'absence des États-Unis, les résolutions émanant des organisations internationales manqueront de moyens de pression même en présence de puissances internationales influentes telles que la Russie, la Chine et l'UE. Certains de ces pays manquent de ces outils de pression. D'autres éviteront l'utilisation de politiques de pression dans l'application des résolutions de l'ONU.

La décision américaine est en accord total avec l'approche de l'administration Trump en ce qui concerne les relations avec Israël. Tel Aviv était la seule capitale à accueillir favorablement la résolution américaine. La résolution incluait d'autres dimensions liées aux politiques de Trump envers les organisations internationales et les accords précédemment signés par les administrations américaines précédentes. L'administration Trump a passé en revue bon nombre de ces cadres institutionnels. La question est au-delà de soutenir Israël.

Récemment, Trump a retiré l'approbation des États-Unis sur le communiqué conjoint publié à la fin du sommet du G-7. Il a accusé le Canada, l'un des alliés les plus importants des États-Unis, de ne pas être honnête.

Il y a des caractéristiques d'une guerre commerciale mondiale à laquelle les pays industrialisés se préparent. Il y a une imposition réciproque des droits d'importation. Le déclin rapide du libre-échange et la montée des politiques protectionnistes porteront atteinte à l'une des bases commerciales les plus importantes de l'Organisation mondiale du commerce. L'OMC est un pilier important du nouvel ordre mondial.

Trump examine le libre-échange sous un angle différent de celui des administrations américaines précédentes. Il a appelé à l'abolition des droits de douane entre les pays du G-7. « Les Etats-Unis ont été mis à profit pendant des décennies et des décennies », a-t-il dit, décrivant l'Amérique comme une « tirelire que tout le monde continue à voler ». Il a ajouté que les mesures de rétorsion prises par ses alliés seraient une « erreur » et a averti que si cela pouvait aller jusqu'à une guerre commerciale, alors les Etats-Unis « gagneraient cette guerre ».

Les États-Unis ont imposé une taxe de 25% sur l'acier importé et une taxe de 10% sur l'aluminium importé en provenance de l'UE, du Canada et du Mexique. L'UE a annoncé qu'elle imposerait des droits de rétorsion sur les produits américains. La Chine, le Canada et le Mexique ont pris des contre-mesures similaires. Cet écart de pensée entre les dirigeants du G-7 ne sera pas facilement comblé comme certains le pensent. Il est difficile de prévoir un accord imminent sur ce point controversé. C'est quelque chose qui met en péril le consensus international sur les questions de sécurité et de stabilité.

Le président Trump est déterminé à établir une nouvelle approche du commerce international. Il rend difficile tout consensus sur le commerce international. Il s'occupe de ce dossier en tant qu'homme d'affaires. Au cours de sa campagne, il a soulevé le slogan de « l'Amérique d'abord ». Des sondages récents ont confirmé l'augmentation de la popularité de Trump, ce qui signifie qu'il est sur la bonne voie. C'est ce qui compte pour lui. La croissance de l'économie mondiale dans son ensemble ne lui importe pas à moins qu'elle ne soit compatible avec les facteurs de croissance de l'économie américaine.

Certaines études confirment que la protection économique entraîne en fin de compte des possibilités d'emploi réduites et des prix plus élevés. Trump estime que cela dépend de l'élimination de tous les tarifs et d'assurer le plein débit. Il se préoccupe avant tout de fournir aux marchés américains une croissance de l'emploi en important des produits bon marché. Il estime que le libre-échange est dans l'intérêt des économies en développement et au détriment des économies développées.

Certains experts disent que le président Trump n'est pas préoccupé par les risques économiques à long terme car il s'agit de réalités à court terme. La reconnaissance récente par l'OMC que les bénéfices du libre-échange sont souvent injustes justifie la position de Trump à de nombreux citoyens américains. Certains croient que la politique de Trump est passée du slogan « L'Amérique d'abord » à l'Amérique décide de la méthode d'échange et la définit. Mais toutes ces critiques importent peu à la Maison Blanche. Trump est en train de repositionner son pays et de réécrire les règles et les normes régissant le nouvel ordre mondial.


Moyenne des avis sur cet article :  1.32/5   (28 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • sls0 sls0 3 juillet 2018 18:29

    La totale.

    Oui c’est la première fois qu’en inversant la totalité de votre article que j’arrive à avoir quelque chose qui parait complètement vraisemblable et vérifiable.
    Dans vos autres articles il m’arrive de trouver un passage où je peux dire : il n’a pas tord.
    Ici non, propagande extrême sans le moindre passage avec du vraisemblable.

    • Christ Roi Christ Roi 4 juillet 2018 09:40

      @sls0
      Oui cet auteur est curieux. Il se présente comme un arabe, mais tous ces articles semblent écrits par un israélien. 


    • HELIOS HELIOS 4 juillet 2018 12:16

      @Christ Roi
      .. comme quoi, il n’y a pas trop de difference entre les uns et les autres...


    • microf 4 juillet 2018 14:03

      @Christ Roi


      Mais vous oubliez certainement que les Arabes sont les cousins des Israeliens et les Israeliens, les cousins des Arabes, c´est en fait le même peuple, seule différence, c´est la croyance.

    • eddofr eddofr 4 juillet 2018 11:20

      In god we trust ... tout est dit.


      • zygzornifle zygzornifle 4 juillet 2018 13:46

        L’Amérique a peur de subir le meme sort que l’Europe et je la comprend quand je vois cette équipe de tordus aux bras cassés et aux genoux mous hormis pour casser du social et pondre des directives relevant du crétinisme totalement inguérissable ....


        • eddofr eddofr 4 juillet 2018 17:08

          Ce que je trouve marrant ... ou pas ...


          C’est que les deux pays qui ont le plus contribuer à mener le monde vers l’ultralibéralisme mondialisé, à savoir les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, soient également les deux seuls (les deux premiers) à se replier sur un protectionnisme « de bon aloi ».

          • pallas 4 juillet 2018 17:21
            Dr. salem alketbi

            Monsieur,

            Ma haine augmente, c’est incroyable, l’envie.

            J’espère que vous comprenez bien,

            En moi, pas de compassion, pas de pitié, juste la destruction.

            Vous m’avez réveiller, faisant humiliation.

            Faire autrui la proie, le détruire physiquement et mentalement, le piétiné de ma botte.

            J’en salive de joie.

            Je suis votre Golem.

            En ce monde je détruirais tout

             smiley

            Salut

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès