• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le retour des heures supplémentaires défiscalisées : une très mauvaise (...)

Le retour des heures supplémentaires défiscalisées : une très mauvaise idée...

 Emmanuel Macron a annoncé ce lundi le retour de la défiscalisation des heures supplémentaires dès 2019... une mesure déjà mise en oeuvre sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy mais très coûteuse pour les finances publiques.

JPEG

Cette mesure essentielle du gouvernement de N. Sarkozy avait été abrogée sous le quinquennat de François Hollande, en 2012 : je l’ai, pour ma part, toujours combattue et trouvée injuste... qui peut accomplir des heures supplémentaires ? D’abord des gens aptes à le faire, des salariés, des fonctionnaires qui jouissent d’une bonne santé et les autres ? ceux dont la santé est fragile ?

On perçoit déjà une première injustice…

 

Par ailleurs, il semble pertinent que des travailleurs modestes aient pu bénéficier de cette mesure : ils pouvaient gagner un peu de pouvoir d’achat en plus, grâce à ce dispositif mais que dire, par exemple, de certains employés qui gagnent un salaire confortable, qui ont cumulé un grand nombre d’heures supplémentaires parfois 6, 7 ou 8 heures en plus ? Certains fonctionnaires aussi ont bénéficié de cette mesure... et ce surplus d’heures a dû coûter très cher à l’état, à la collectivité, d’autant que nombre d'entre eux ne sont pas à ranger dans la catégorie des travailleurs pauvres ou très modestes…

 

Après tout, n’est-il pas normal de payer des impôts sur l’ensemble de son salaire ? Tout le monde, en période de crise doit participer à l’effort collectif... Si certains sont autorisés à ne pas payer d’impôts sur une partie de leurs revenus, est-ce équitable ?

Par ailleurs, force est de constater que ce dispositif a été notoirement inefficace… Il a été, incontestablement, générateur de chômage, les salariés accomplissant plus d’heures de travail, les entreprises ont recruté moins de personnels .

 

Ces mesures ont été un fiasco, un gouffre financier... ces heures sup défiscalisées devaient permettre de générer des emplois et bien évidemment, selon toute logique, l’inverse s’est produit…

Pourquoi ne pas avoir tiré les leçons de cet échec ? Pourquoi revenir à d'anciennes recettes qui n'ont pas fonctionné ?

Le pouvoir en place semble vraiment à court d'idées...

JPEG

Il paraît normal de payer des impôts en fonction du salaire que l’on perçoit : admettre des exceptions à cette règle, c’est introduire des inégalités, des incohérences, des injustices. C’est là, en fait, un des principes du libéralisme : travailler plus pour gagner plus, alors qu’il faudrait appliquer un autre adage : travailler mieux, dans de bonnes conditions, pour pouvoir gagner un salaire correct et décent …

 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/2018/12/le-retour-des-heures-supplementaires-defiscalisees-une-tres-mauvaise-idee.html

 


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

39 réactions à cet article    


  • izarn izarn 12 décembre 2018 16:38

    Surtout que pour des petits salaires c’est de l’aumone...Déjà qu’ils sont peu imposables...

    Bref de la foutaise...Sauf à caresser les sarkosystes en vue de virer Phillippe et le remplacer par...Je ne sais quel teckel hargneux de LR...


    • Paul Leleu 16 décembre 2018 18:11

      @izarn

      en fait, le barême de l’Impôt sur le Révenu commence officiellement sous le seuil de pauvreté. (http://impotsurlerevenu.org/nouveautes-impot-2018/1179-bareme-impot-2018.php)

      La première tranche commence à 9807 euros annuels, soit 817 euros mensuels !! Hors le seuil de pauvreté en France est de 1026 euros (seuil 60%) ou 855 euros (seuil 50%)...

      Même dans son acception la plus stricte, on impose les pauvres sur le revenu !! Tout un symbole, toute une logique.


    • Spartacus Spartacus 12 décembre 2018 16:51

      Hélas le raisonnement est faux.

      Le travail n’est pas un jeu à somme nulle, qui fait que le travail de l’un remplace celui de l’autre. Cette mesure crée de l’emploi, offert du pouvoir d’achat très important bien au contraire.

      Dans une économie de marché, c’est l’offre et la demande (le client) qui crée le travail. Plus de travail, c’est une offre plus grande, plus de clients et donc vertueux pour plus de travail pour tous.

      « n’est-il pas normal de payer des impôts sur l’ensemble de son salaire ? »

      Savez vous que 100% des primes sont cotisées dans le secteur privé sans aucune exception comme pour vous dans le secteur public ?

      De la part d’une statutaire qui cotise moins, aux primes faiblement cotisées, exonéré de cotisation chômage et reçois plus par les avantages et régimes spéciaux

      C’est hypocrite et malvenu comme question pour les gens du secteur marchand a qui vous critiquez les heures sup défiscalisée alors que cela fait partie de vos avantages corporatistes. Le miroir est déformant.

      Les heures supplémentaires commencent au delà de 35h, la majorité des pays sont entre 38 à 42h et les gens ne sont pas dans une souffrance horrible.

      Permettre a des gens de travailler plus pour gagner plus est très bien. C’est vouloir les limiter qui est mal. C’est liberticide.



      • HELIOS HELIOS 13 décembre 2018 04:42

        @Spartacus

        le problème n’est pas de travailler plus pour gagner plus, mais d’enlever les niches fiscales qui ruinent le systeme solidaire que nous voulons sauver et developper.

        1. les heures supplementaires moins payées que les heures normales, concurrencent le travail payés normalement donc créent du chomage. Qui dit chomage dit indemnisation, maladie et autres risques... a la charge de l’etat donc de nous tous... et je n’oublie pas les frustations, la délinquence etc.
        2.  les heures supplemetaires payées sans charges ni impots se voient comme n’importe quel travail au noir, Le risque inhérent a ce travail supplementaire est donc reporté sur les cotisations légales ... 

      • VIO59 14 décembre 2018 16:41

        @Spartacus

        Quand la théorie est contredite par les faits c’est la théorie qu’il faut revoir et non les faits qu’il faut ignorer.

        Si le travail était un jeu à somme positive la défiscalisation des HS sous Sarkozy aurait créé des emplois. Or elle en a détruit.

        Si tout se passe comme si le travail était un jeu à somme nulle, et bien cela veut dire que le travail est un jeu à somme nulle.

        D’ailleurs c’est quasiment la définition de la situation de chômage de masse dans laquelle nous nous trouvons depuis plus de quarante ans, ce que Keynes appelait équilibre de sous-emploi.

        On peut même se demander comment le chômage de masse pourrait tout simplement exister si le travail était encore un jeu à somme positive.

        Tant qu’on reste en régime de plein-emploi on peut considérer le travail comme un jeu à somme positive. Nous avons basculé dans un tout autre régime depuis 1974, celui du travail jeu à somme nulle.


      • Fergus Fergus 12 décembre 2018 17:31

        Bonjour, Rosemar

        100 % d’accord avec cet article !

        Cette mesure est en effet le retour d’une méga-connerie sarkozyste dont le coût très élevé est supporté par tous, qui ne profite qu’à une partie des salariés, et surtout qui génère du chômage.


        Des moyens qui auraient principalement dû être affectés aux demandeurs d’emploi et pas à ceux qui ont la chance de travailler !


        • pemile pemile 12 décembre 2018 17:36

          @Fergus « dont le coût très élevé est supporté par tous [..] et surtout qui génère du chômage. »

          La défiscalisation des heures sup, c’est 4 milliards de coût et 100 000 emplois perdus. Ne l’oublions pas" Dixit Castaner en 2013 smiley


        • Balkanicus 12 décembre 2018 17:43

          @pemile

          Par contre dire que cela a un cout ? Je ne quis pas d accord, il n y a pas de cout sur de l argent qu on ne percoit pas.... c est un jeu de langage....

          De plus les heures supplementaires, ne prennent pas forcement un emploie, cela depend de la taille et du type d entreprise ....

          Sinon, on peut dire que l etat a un manque a gagner, ou un cout de 500 million d euro par an du fait du respect de la vitesse limite en voiture.....


        • pemile pemile 12 décembre 2018 17:49

          @Balkanicus « il n y a pas de cout sur de l argent qu on ne percoit pas »

          Qu’on ne perçoit plus.


        • Balkanicus 12 décembre 2018 17:56

          @pemile

          La formulation est plus juste ainsi

          Mais de toute facon, il faut un reequilibrage fiscal en france....car passer de 38% de prelevement a 48% en 20/30 ans sans avoir de service supplementaire, ni une qualite superieur..... il y a un probleme....

          La gestion est defaillante, et pour palier, on preleve de plus en plus

          Un exemple marquant, les medecins .... c est previsible le manque... comme le manque de specialiste.... suffit de voir que la population va veillir .....

          Et pourtant, on se retrouve avec un deficit de medecin, de specialiste....

          Je teouve ca dingue !


        • Désintox Désintox 12 décembre 2018 17:45

          Cette mesure avait déjà été prise par Sarkozy et n’avait pas eu d’effet positif.


          • Balkanicus 12 décembre 2018 17:49

            @Désintox

            Faux

            Ca rajoutais un plus sur le salaire de beaucoup de monde, et permettait au entrepreneur de faire plus facilement appel aux heures supplementaire....


          • Panoramix Panoramix 13 décembre 2018 15:58

            @Balkanicus
            mais l’impact sur l’économie a été néfaste, certes il y a eu la crise des subprimes, mais ce fut le pire mandat en terme économique et social depuis la Libération.


          • biquet biquet 14 décembre 2018 12:33

            @Balkanicus
            et permettait au entrepreneur de faire plus facilement appel aux heures supplementaires....
            Pourquoi un employeur fait-i appel aux heures supplémentaires ? Pour faire plaisir à ses salariés ? Non, tout simplement quand il y a une surcharge de travail à un moment de l’année. S’il y a surcharge de travail sans augmentation de la valeur ajoutée alors il y a un problème de gestion. L’employeur est donc dans la possibilité de payer ces heures supplémentaire et les charges patronales qui vont avec. En revanche le fait de les défiscaliser pour le salarié le motive pour faire des heures supplémentaires.


          • mmbbb 12 décembre 2018 20:13

            Rosemar Vous devriez lire les rapports de la Cour des Comptes notamment sur la gestion de l EN publié en 2014 . Avant de donner des lecons d economie , la gestion des finances publiques en France devrait être plus rigoureuse . ( voiture de fonction , logemement de fonction hauts fonctionnaires qui pantouflent, sur representation nationale , 500 deputes senat etc etc j arrête cet inventaire a la ¨Prevert ) ....Un ouvrier qui voudrait bosser un peu plus se voit ponctionner, un immigre aura tous les avantages sans avoir apporter un euro de richesse a la nation Pres de Lyon une colonie de ROMS a ete installee d office ( sante logement par un heureux hasard , le maire a du réhabiliter des locaux, education, Tout ceci offert ) , ce pays est un pays de merde, il n est pas etonnant que nous en soyons la . Je souhaite qu il n y est plus d employeurs et que les salaires des enseignants soient reduits de moitie comme en Grece . C ’est ce que nous mertitons. NB vos gentils collegiens deja hyper politises ont crame un Lycee , c est tres intelligent , donc qui paie ? ou est le devoir civique envers ce pays Idem pour le cout de délinquence qui coute une blinde . La personne qui bosse est pointee du doigt C est un délinquant ! 


            • arthes arthes 12 décembre 2018 20:25

              Bah, de toutes manière les heures sup dans les petites structures elles sont payées au black, ça arrange tout le monde, c est déjà pas possible de s en sortir avec 1 ou 2 salaires et les charges etc..alors...

              Sinon, je trouve que ce serait bien de faire bosser les migrants au prorata de ce qu ils perçoivent en ressources, plutôt que de les parquer à rien branler, mais c est un autre débat.


              • JC_Lavau JC_Lavau 12 décembre 2018 20:35

                @arthes. « Travaillez si vous voulez manger ! », et la fermière jette des outils agricoles aux Dalton.
                Dans ce qu’il reste ici d’économie développée, on demande d’un travailleur nettement plus de qualifications qu’il suffisait à un travailleur agricole du Far West.
                Les émeutes en Suède en mai 2013 ont prouvé qu’en Suède aussi, l’intégration des peu qualifiés est presque impossible. Le besoin en manars est faible.


              • mmbbb 12 décembre 2018 20:45

                @arthes non ce n est pas un autre debat , puisque cet argent provient des impots . Par exemple , l aide medicale aux personnes en situation irrégulière en France a ete portée a 970 millions d eurs . D ou vient ce fric ? des impots Nous ne sommes pas dans un cercle vitueux de l economie , puisque un artisan ( j en connais ) est t oiblige de tricher s ils veulent s en sortir . S ils etaient honnêtes , ils seraient massacres . Par ailleurs , certaines personnes en situation irréguliere peuvent bosser. C est un secret de polichinelle , reportage de france 2 sur la restauration, un pakistanais bossait 45 heures par semaines et plus . Concurrence déloyale et création de chomage . Il n est pas paye en heures sup , cela va de soit . Il n est pas étonnant que Gattaz soit pour une immigration . Rosemar devrait rester a son latin et eviter de donner des lecons d economie. Elle est ridiciule cette prof . 


              • mmbbb 12 décembre 2018 21:20

                @JC_Lavau C est vrai Lavau , le Monde pourtant pro immigation a pondu un article ’ Quand l immigation met a mal le systeme social Suedois " . En France , en revanche le problème n exite pas . Il est étonnant que ce pays tolérant sans passe historique lourd a porter de la colonoisation, ait neanmoins les memes maux que la France. Cela flambe dans les banlieues suedoises ! Il est a noter que le systeme suedois est un des plus genereux, il est a noter que le taux de prélèvements obligatoires est aussi élevé. Pour quels resultats ? 


              • arthes arthes 13 décembre 2018 10:51

                @#Daneel42

                 ???

                No comprendo le rapport avec la choucroute au confit de canard.

                « Arbeit macht frei »
                Ps :
                Aucun rapport ou allusion avec le cynisme et la deshumanisantion nazis.


              • arthes arthes 13 décembre 2018 11:51

                @JC_Lavau

                Il s agit de trouver un sens au travail surtout, un sens à sa propre existence d être humain, un sens de l altruisme, de participer à ce qui peut être possible et nécessaire, par exemple développer un maximun de cultures sans pesticides sur de petites parcelles avec de la traction animale etc...pas besoin de diplômes.

                Mais , surtout, pour que ca marche harmonieusement, il y a un prealable, qui nécessite un changement de système économique une autre vision de la justice sociale, une autre destination de la redistribution qui n est faite , aujourd hui, que pour servir le capital qui gagne sur tous les plans ; en se renumérant sur la production des machines, au detriment de la renumeration du travail des hommes laquelle est de plus en plus taxée , et redistribuee sous formes d aides (état providence) à ceux qui sont exclus de l appareil de production, afin de revenir profiter au capital qui vend les productions des machines...L humain devenant, qu il bosse ou non un animal consommateur et rien d autre.

                Chais pas si c est clair, mais je décris un cercle vicieux.

                Et tout cela se fait au détriment des services public....

                En gros l humain bosse (ou existe quant il vit d aides sociales) en tant qu’ esclave de 2 ou 3 pyramides.

                Il y a de quoi devenir fou.

                .


              • arthes arthes 13 décembre 2018 11:59

                @mmbbb

                Ce que je réponds à JC Lavau fait écho à votre intervention, en effet nous ne sommes pas dans un système vertueux, ça va pas être coton pour s en sortir ...


              • JC_Lavau JC_Lavau 13 décembre 2018 12:46

                @arthes. J’ai connu l’agriculture de montagne dans le Dauphiné, avec un cheval devant la charrue. C’était très dur, et la saison de croissance et de fructification était brève et aléatoire. Mais du moins en ce temps là, il labourait en travers de la pente, ce qui limitait l’érosion.
                Un client était agriculteur à Crécy sur Serre. Il labourait dans le sens de la pente. Sinon trop de risques que le tracteur chavire et le tue. Le tracteur-dahu n’est pas près d’exister : coût et complication terribles.

                Dans les Cévennes, bien des restanques tombent en ruine : la main d’oeuvre abondante et costaude a depuis longtemps fui dans les villes, et les filles sont parties les premières. On n’a pas la technique pour relever des restanques, à un coût acceptable, et la ruine s’aggrave.

                L’agriculture en Suède n’est guère une partie de plaisir, sauf quelque peu en Scanie.

                A l’échelle de la Norvège, la rive sud du Sognefjord est une région fruitière. Pour garantir un revenu décent aux agriculteurs et arboriculteurs, fruits et légumes sont fort chers en Norvège. Là aussi les filles désertent le monde rural avec empressement.

                Il me semble que la doctrine d’aménagement du territoire et les fonctionnaires compétents pour cela, tout a disparu.


              • JC_Lavau JC_Lavau 13 décembre 2018 20:19

                @arthes. Crécy sur Serre, NNW de Laon.


              • arthes arthes 13 décembre 2018 22:32

                @JC Lavau

                Je pensais à la MAMATA , c est à dire à la technologie au service de la traction animale, et à « reparcelliser » les terres agricoles , mais ...« mon dieu que la montagne est belle, comment peut on s imaginer....etc... », les lumières de la ville attirent les papillons noirs.

                Il existe toujours des initiatives individuelles pour conduire une agriculture saine, helas noyees dans un ocean de cultures Monsanto, et puis le bio etant devenu un produit de conso a la mode , phare dans la GB, les OGM bt peuvent se parer de toutes les vertus , quelle foutaise.

                On manque aussi de personnes dans le domaine du service public, la aussi il y aurait du taf...
                Et enfin oui, niveau aménagement du territoire, c est juste l idée de regrouper, uniformiser, niveler etc...
                Ça durera ce que ça durera.


              • biquet biquet 14 décembre 2018 12:42

                @JC_Lavau
                JC Lavau c’est le type costaud qui arrive à guider une charrue de labour en travers de la pente, même le cheval s’était fait une entorse.


              • ticotico ticotico 12 décembre 2018 21:15

                Vous oubliez un truc important : c’est un excellent moyen de défiscaliser plus pour un volume d’heures constant. Demandez à un comptable comment réduire le nombre d’heures une semaine pour avoir des heures sup sans charges la semaine suivante... On disait que Macron ne pensait pas à l’entreprise... Mais si, en voilà la preuve.


                • Pere Plexe Pere Plexe 12 décembre 2018 22:59

                  @ticotico
                  Bref mieux vaut licencier et demander à ceux qui reste de compenser en faisant plus d’heures.
                  Ça coûtera effectivement moins cher


                • Julien S 12 décembre 2018 21:28

                  C’est très juste, ce que dit Rosemar : il y a des salariés qui n’étant pas en très bonne santé ne peuvent faire d’heures supplémentaires, et c’est injuste. 

                  J’aurais voulu être déménageur ou mendiant, or je n’étais pas baraqué et je ne savais pas jouer d’accordéon. L’injustice est partout. 

                  J’aime surtout les aliments très gras et très salés ou très sucrés, et la nature punit ceux qui en consomment. C’est injuste. 


                  • Pere Plexe Pere Plexe 12 décembre 2018 23:05

                    @Julien S
                    Dans les faits c’est rarement le salarié qui choisi de faire ou ne pas faire les heures supplémentaires.
                    Pour nombre d’entreprise le problème n’est pas d’arriver à faire, mais d’arriver à remplir le carnet de commande.
                    La théorie de la relance économie par l’offre est « totalement discréditée ». "Ce n’est même plus un sujet de débat pour les économistes  (J Stiglitz)


                  • julius 1ER 13 décembre 2018 09:01

                    tout à fait d’accord avec cet article !!!

                    cette mesure ne devrait être réservée qu’aux bas salaires et surtout que ce soit temporaire et non permanent .... car l’abus de ce genre de mesures ne peut que nuire à l’embauche de chômeurs !!! 

                    ce genre de mesures c’est comme accorder le même pourcentage d’augmentation aux hauts salaires comme aux bas salaires ....

                    pour le premier cas c’est Byzance.... pour le second c’est minable et ne permet pas un resserrement des écarts salariaux ( si tant est que ce soit un objectif dans une République Unie ) !!!!


                    • julius 1ER 15 décembre 2018 10:13

                      @#USS42

                      sur quel point ???


                    • ZenZoe ZenZoe 13 décembre 2018 10:12

                      D’accord avec l’article quand il parle du coût de la mesure.

                      Mais pas d’accord quand on dit qu’elle est un frein à l’embauche de chômeurs. D’abord, les salariés ne sont pas interchangeables. Un salarié en poste sera toujours beaucoup plus performant en cas de coup de bourre car il connait bien sa boîte, les machines, l’organigramme, les commandes en cours etc., alors qu’un intérimaire ne sera pas toujours opérationnel immédiatement sur certains postes. Ensuite, quelques heures par ci par là ne résorbent pas le chômage du tout, elles ne font que créer des travailleurs précaires et sous-employés. La vraie résorption du chômage, c’est un temps complet stable et décemment payé, rien de moins. Et finalement, il faut savoir qu’embaucher un salarié, même pour quelques heures est plus coûteux et contraignant pour l’entreprise (je vous dis pas la paperasse et les obligations !).

                      Pour autant, la mesure est extrêmement populaire avec les patrons et les salariés, et alors là on s’incline. C’est ça la démocratie. Si c’est ce que la majorité veut, c’est ce qui doit s’appliquer. Reste qu’une diminution générale des charges patronales et salariales sur tout le salaire serait une bien meilleure idée à mon avis. Et réduirait sans doute un peu le chômage pour le coup !


                      • eric 13 décembre 2018 11:18

                        Sur les conséquences économique d’une telle mesure, on peut longuement discuter. Et d’autant plus longuement qu’on a affaire à des gens qui n’ont pas une grande culture économique.

                        En revanche, sur le plan politique, il n’y a pas photo. Plébiscité par la droite Sarkozyste ( élu avec 52 ou 3 % des voix à l’époque de mémoire), elle et désormais soutenue par la gauche macroneuse et ses alliés ( 65 % ?) revenus de leurs erreurs passées.

                        Rarement une mesure aura fait l’objet d’un tel consensus.

                        Elle n’est plus contestée que par les micros partis des gauches de gauche dont pas un n’atteint les 10% dans les derniers sondages pour les élections européennes.


                        • Trelawney Trelawney 13 décembre 2018 11:20

                          On s’obstine à calculer comptablement la charge de travail.

                          Le travail c’est deux choses :

                          1 le temps nécessaire pour accomplir la tâche

                          2 la compétence nécessaire pour l’accomplissement de cette tâche

                          Et l’un ne va pas sans l’autre. Comme certains pensent que le patron gagne sa vie sur l’exploitation de ces employés, ils ont décidés qu’il était normal de ponctionner un impôts sur les heures travaillés pour, dans un soit disant souci de justice, limiter cette exploitation. 

                          Le patron est un pragmatique. Il ne va pas faire travailler des personnes si le résultat de ce travail ne lui rapporte pas (je dis « pas » et je ne dis pas « moins »). Donc si ce patron doit traiter une affaire au prix du marché (c’est à dire la concurrence) et que pour cela il doit embaucher et payer les charges pour à l’arrivée se trouver avec une marge nul et cela s’il n’y a pas d’aléas et bien il ne prendra pas la commande, conservera son personnel qui ne fera pas d’heures supplémentaires. Conclusion : pas d’embauche, pas de croissance, pas d’impôts

                          Vous allez me dire ce n’est pas grave parce qu’un autre patron prendra la commande. je vous dirais que oui, mais un patron habitant un pays où le coût salarial est moindre (le fameux plombier polonais)

                          Mais si le patron a le droit de payer des heures supplémentaire sans cotisation et que le salarié ne paiera pas d’impôt dessus, ça change la donne et ca met (sans que le salarié ait à perdre) la société en concurrence direct avec les entreprises polonaises portugaises ou autre.

                          Aussi ne venez pas dire avec votre cerveau rétrécie de fonctionnaire que défiscaliser les heures supplémentaires ne marche pas


                          • zygzornifle zygzornifle 13 décembre 2018 13:39

                            Quand un mec qui gagne 20 SMIC pas mois d’argent de poche défiscalise les heures sup on est bien loin du compte ....


                            • Panoramix Panoramix 13 décembre 2018 15:54

                              Tout à fait d’accord, c’est une prime à la non-embauche, et un « effet d’opportunité » pour quelques uns selon l’entreprise où ils travaillent. Cette mesure n’a jamais figuré dans les revendications des Gilets Jaunes, mais elle était au programme Macron, dans la lancée de la doctrine du « travailler plus », alors que les emplois vacants ne représentent que 2,5% du nombre de chômeurs.

                              Le problème de pouvoir d’achat ne concerne pas tant ceux qui font des heures sup qui donnent déjà lieu à sursalaire, que les travailleurs à temps partiel et les précaires.


                              • VIO59 14 décembre 2018 16:47

                                Bien d’accord avec l’article, je trouve seulement dommage d’avoir oublié de préciser que dans la fonction publique seuls les petits salaires peuvent se faire payer les HS (catégories C et B)

                                Les fonctionnaires de catégorie A doivent soit récupérer les HS, soit en faire cadeau à l’administration.

                                A cause de cela la défiscalisation des HS est moins nocive que dans le privé, mais elle reste nocive quand même.

                                Cordialement

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès