• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le scandale incompris de la monnaie numérique

Le scandale incompris de la monnaie numérique

La Banque Centrale Européenne a informé le 18 novembre 2021 qu’elle lancera en 2023 un euro numérique. La Chine aura d’ailleurs bien avant, lancé un yuan numérique, tout cela dans l’indifférence générale.

Pour bien comprendre les conséquences de ces décisions apparemment anodines, il faut d’abord prendre conscience de ce qu’est réellement la monnaie pour apprécier les nouvelles possibilités qu’ouvre la monnaie numérique.

On continue dans la plupart des universités à affirmer qu’au début était le troc, que la monnaie a été inventée pour faciliter les échanges, qu’elle a les trois utilités définies par Aristote (moyen d’échange, réserve de valeur et unité de compte) et qu’elle peut se définir au choix des économistes qui ne se sont jamais mis d’accord, comme une marchandise, un symbole ou une institution, sans jamais être plus précis. Or aucun ethnologue ou aucun archéologue n’a jamais trouvé trace d’une économie de troc. Ce qui existait avant la monnaie n’était pas le troc mais le donner-recevoir-rendre bien expliqué par le professeur au Collège de France Marcel Mauss et toujours en vigueur aujourd’hui dans chaque famille. Qui oserait voir du troc dans la vie familiale ? La monnaie a probablement été inventée parce que dans un groupe qui s’agrandit, il faut résoudre le problème de ceux qui prennent et reçoivent mais oublient de donner et de rendre. Dans cette hypothèse, la monnaie se définit très simplement comme un véhicule commode d’énergie humaine. Elle est une preuve reconnue par le groupe d’un travail passé utile et efficace. Ce fut le cas de plumes d’oiseaux rares ou de sel, c’est le cas de l’or et de l’argent et cela est resté le cas des papiers-monnaies du XVIIIe siècle au moins à leur création. Les billets de Law étaient fondés sur les richesses du Mississipi, le rouble papier de la Grande Catherine était gagée sur ses mines de cuivre, les assignats l’étaient sur les biens confisqués à la noblesse et au clergé et le dollar continental américain était lié à la livre anglaise elle-même liée à l’or. Si toutes ces monnaies ont disparu entraînant la ruine de leurs propriétaires, c’est qu’on en a imprimé très au-delà de ce que les richesses reconnues antérieurement garantissaient. Leur multiplication systématique par les pouvoirs en place a généré la nullité de leur valeur.

Ce qui s’est passé depuis la deuxième guerre mondiale est une première dans l’histoire de l’humanité. Pour pouvoir multiplier la quantité de monnaie en tentant de lui garder sa valeur, on a imaginé une usine à gaz incohérente mais présentable à tous ceux qui se croient mauvais en économie. On est passé progressivement d’une monnaie véhicule d’un travail humain déjà effectué et déjà reconnu comme utile, à une monnaie véhiculant un travail futur sans savoir par qui ce travail, rémunéré d’avance, sera fait gratuitement. Un travail gratuit, sans aucune contrepartie, s’appelle l’esclavage et appelle la violence pour savoir qui sera esclave et qui ne le sera pas.

Il est important de comprendre les différentes étapes qui ont généré cette modification de la source de la puissance de la monnaie, passant d’un travail humain utile et efficace à un travail humain à trouver, on verra plus tard par qui. Tout s’est fait progressivement et en douceur. Les peuples ne se sont rendus compte de rien comme la grenouille chauffée lentement dans sa casserole.

Tout est parti des accords de Bretton Woods de juillet 1944 qui ont lié les monnaies au dollar et le dollar à l’or, ce qui reliait bien au départ toutes les monnaies à un travail déjà effectué.

Mais, comme d’habitude, ceux qui avaient le pouvoir ont été incapables de respecter les limites qu’ils avaient eux-mêmes posées et, pour payer les guerres de Corée et du Vietnam comme la conquête de la lune, la FED américaine a imprimé 5 fois plus de dollars qu’elle n’avait d’or à Fort Knox. Cela a permis à certains dont le général De Gaulle puis Georges Pompidou, d’aller chercher de l’or outre-Atlantique en leur renvoyant leurs papiers-dollars. Le président Nixon, voyant le stock d’or américain fondre comme neige au soleil, a été contraint de déconnecter le dollar de l’or le 15 août 1971, déliant automatiquement de l’or, toutes les monnaies liées au dollar.

Les monnaies étant déconnectées du travail passé et reconnu que véhiculait l’or, elles se sont trouvées arbitrairement connectées sans jamais le dire, et même souvent sans le savoir, à un travail futur à effectuer sans compensation puisque la compensation, l’argent, avait été distribuée avant sa raison d’être, le travail. Un travail qui est un devoir sans récompense s’appelle l’esclavage. On a inventé dans le même temps, officiellement la monnaie-dette, et officieusement le retour de l’esclavage sans savoir le moins du monde qui seraient les esclaves. La question reste encore aujourd’hui sans réponse et se précise par la paupérisation des classes moyennes.

La monnaie liée à un esclavage futur à trouver, a été gravée dans le marbre par la création de l’euro lié officiellement à des monnaies européennes qui, toutes, n’étaient plus liées à rien depuis 1971. La « planche à billets » pouvait fonctionner sans discontinuer par la double écriture bancaire, toutes deux au nom de l’emprunteur agréé par la banque, une écriture pour mettre l’argent à disposition, l’autre pour dire qu’il était dû par l’emprunteur. La monnaie numérique était née avec la monnaie dette.

Pour rendre ce scandale acceptable et surtout ne pas officialiser le retour automatique de l’esclavage, on a inventé la création de richesse en oubliant consciencieusement que la richesse n’est qu’un regard.

La création de valeur est la base intellectuelle de toute l’économie actuelle, enseignée dans les universités, diffusée par les médias et appliquée par les Politiques. La dette mondiale est énorme (plus de 30.000 € par Terrien) mais avec la « création de valeur » nous sommes supposés l’absorber avec le temps. Les richesses que nous créons doivent nous permettre de nous enrichir et il faut simplement veiller au bon partage de ces nouvelles richesses. On chiffre même cette création totalement imaginaire par le PIB que l’on a l’audace d’appeler « produit » alors qu’il n’est que le constat chiffré d’un échange. Très peu de gens sont conscients que le PIB ne mesure qu’une activité de 3 façons différentes, en chiffrant ce qui a été dépensé, ce qui a été vendu et en additionnant les factures. Certains s’agrippent à la notion de valeur ajoutée par les entreprises sans réaliser que cette valeur ajoutée n’existe que par une valeur retranchée au portefeuille de leurs clients. La vie n’est qu’échange. A partir du PIB nous nous sommes fait plaisir en parlant de croissance, de développement, de pays riches.

On en est donc arrivé à ce que, l’argent coulant à flots, il permette de produire sans discontinuer, il permette de transformer toutes ces productions en richesses en les achetant, il permette de fabriquer des machines et des robots qui fabriquent sans l’homme, il permette de faire vivre les hommes et les distraire pour qu’ils ne réalisent pas ce qui leur arrive, il permette de tuer le temps en se payant des études sur tout et même des études sur les études et des commentaires sur les études. L’argent n’étant plus limité, tout devient apparemment possible : l’homme peut devenir un robot immortel, le garçon peut être fille et inversement, noir peut devenir blanc et inversement comme le bien et le mal qui ne se distinguent plus. L’argent peut tout et il existe maintenant sans limites pour tout privilégié reconnu par une banque.

Il restait pourtant une limite : l’argent numérique créé par les banques était nominatif, au nom de l’emprunteur et, comme il fallait rembourser, les emprunteurs limitaient leurs emprunts. La dernière trouvaille, et sans doute la plus abominable, a donc été de collectiviser l’emprunteur en créant une monnaie numérique anonyme. C’est ce qui est prévu. La Banque Centrale Européenne va créer une monnaie numérique qu’elle va pouvoir distribuer pour continuer à transformer toutes les productions en richesses et elle sera créancière des peuples pour sa contrepartie. La dette mondiale publique et privée est déjà de 226.000 milliards de dollars. Elle va pouvoir grâce à la monnaie numérique des banques centrales, monter jusqu’au ciel.

On a fait sauter deux bornes de bon sens fondamentales. La monnaie n’est plus le véhicule d’une énergie humaine passée bien utilisée et le rapport entre les monnaies n’est plus fondé sur le constat d’une balance commerciale que la valeur des monnaies équilibre. Le bon sens voudrait que l’euro allemand monte et que l’euro français baisse mais nos Politiques ont décidé de faire croire que c’était le même, alors que, dans la première série, le billet allemand porte la lettre X et le billet français la lettre U. Pour la deuxième série Mario Draghi a fait supprimer ces lettres et nous avons des euros allemands qui montent et des euros français qui baissent sans être maintenant différenciables.

L’économie s’emballe en préparant l’esclavage qui la financera.

Il faut pour cela relier la monnaie numérique à l’identité numérique actuellement testée partout dans le monde grâce à la covid. Les QR codes, comme leurs noms l’indiquent, permettent aux pouvoirs d’avoir une réponse instantanée sur tout ce que nous faisons. La Chine est le premier État à créer une monnaie numérique. En cumulant l’identité et la monnaie numériques, un pouvoir tient son peuple et le prive de son argent d’un simple clic informatique quelle que soit sa fortune. C’est l’importation discrète mais officielle en occident du crédit social chinois.

Comme l’écrivait François Ponsard en 1823 dans L’honneur et l’argent  :

Quand la borne est franchie, il n’est plus de limite

Et la première faute aux fautes nous invite.

En cette année électorale, quel peuple veut l’entendre ? Quel politicien veut le dire ? Quel intellectuel accepte-t-il de se remettre en question ?


Moyenne des avis sur cet article :  4.81/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

75 réactions à cet article    


  • Clocel Clocel 17 février 11:45

    Le scandale c’est d’appeler ça une monnaie, on change de paradigme et de société, allez expliquer ça aux veaux eurobéats qui se sont déjà laissés refiler des billets de Monopoly à la place de leur monnaie ancestrale.

    Une situation d’esclave, ça se prépare.


    • Clocel Clocel 17 février 11:47

      Nous sommes comme des sauvages devant de la verroterie.


    • Séraphin Lampion Kaa 17 février 12:50

      @Clocel

      De la verroterie ou des tulipes : la spéculation sur du vent ne date pas d’aujourd’hui.


    • Florian LeBaroudeur Florian LeBaroudeur 17 février 12:18

      On a inventé dans le même temps, officiellement la monnaie-dette, et officieusement le retour de l’esclavage

      L’argent n’étant plus limité, tout devient apparemment possible

      Comment faire comprendre à un individu lambda qu’il devient esclave en s’affranchissant des limites quand on lui a inculquer que s’émanciper des carcans naturelles millénaires est le stade ultime de la libération et que l’esclavage se limite à être noir et se faire fouetter dans une plantation de Coton.


      • Marc Dugois Marc Dugois 17 février 12:22

        @Florian LeBaroudeur

        Excellente question !

        Qui a la réponse ?


      • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 17 février 13:31

        @Marc Dugois
         
        la question n’est pas le principe de l’argent dette, mais qui en est le créancier. Autrement dit, à qui profite la chose  : bien public vs bien privé.


      • Florian LeBaroudeur Florian LeBaroudeur 17 février 13:34

        @Marc Dugois

        C’est comme se demander pourquoi l’homme existe dans un monde de dualité opposé Vie/Mort, Féminin/Masculin, Jour/Nuit, Positif/Négatif alors que dame nature lui a donné la faculté de contester cet ordre tandis que tous les autres êtres vivants s’y soumettent.

        Quand apprécie-t-on le mieux la chaleur ? Quand on vie dans une pièce chauffée en permanence où quand on se retrouve le soir auprès d’un bon feu après une journée passé dans le froid ?

        C’est là que l’on perçoit que les contraintes opposé ont leur sens car ils nous permettent malgré leurs douloureuses expériences de se sublimer quand le réconfort arrive au bout de l’épreuve. Ainsi l’individu acquiert de l’expérience, apprend à comprendre les conséquences d’une voie tourné vers l’excès et à être humble.

        Quand il n’y a plus d’épreuve et de limite, il n’y a plus de boussole qui permet de se repérer et l’individu s’empêtre désespérément dans une voie sans issue auquel il ne possède pas l’acquis nécessaire pour s’en dépatouiller. C’est ce qui est en train de nous arriver. 
         


      • Séraphin Lampion Kaa 17 février 15:37

        @Francis, agnotologue

        toutafé Francis

        sauf que ça, c’était vrai à l’époque du capitalisme paternaliste, quand les riches construisaient des salles des fêtes pour les pauvres avec l’argent public
        aujourd’hui, c’est la monnaie elle-même qui est privée via la généralisation planétaire du système dollar dans lequel les banques centrales (FED ou BCE) ne jouent qu’un rôle de régulateur (un peu comme les modérateurs d’Agoravox pour les articles) qui arrive tout juste à différer les krachs, mais pas toujours
        l’autre rôle laissé à l’état est en effet celui de débiteur tondu régulièrement pour que l’argent récolté par les impôts (devenu public le temps de figurer sur les livres des services fiscaux) revienne avec ses petits dans le cheptel des créanciers
        l’étt est une fiction, une illusion, sauf pour les troufions fournissant la chair à canons et les contribuables/consommateurs payeurs de taxes directes et indirectes pour alimenter les caisses des truands mafieux


      • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 17 février 18:40

        @Marc Dugois bonsoir,
          Ce billet pourrait vous intéresser smiley


      • jjwaDal jjwaDal 18 février 11:44

        @Kaa
        C’est comique en 2022 sachant où en sont financièrement les principaux Etats de la planète, mais la privatisation de la création monétaire a été « vendu » comme moyen incontournable d’éviter que les Etats ne fassent « chauffer la carte bleue » et donc s’endettent de façon excessive...
        Quelle bonne blague, car d’une part ils se sont fait rançonné pendant des décennies par les marchés financiers qui se sont permis du coup de faire de la politique en donnant quelques conseils pour éviter des taux d’intérêts trop élevés (...) et se sont retrouvé dans la situation d’un éleveur de vaches laitières, endetté jusqu’au coup et donc contraint de ne pas mollir sur la traite ni les astuces pour augmenter la production (peu importe comment).
        Le salariat est déjà une forme moderne d’esclavage auquel il est difficile d’échapper pour le plus grand nombre. On vous menace de ne plus pouvoir exercer votre profession, on vous vire et potentiellement on vous met en posture dangereuse. Mais la main mise sur votre argent pour déjà la jouer au casino planétaire selon le principe de privatisation des bénéfices et socialisation des pertes (sinon pas cool...) ne peut être totale aussi longtemps que vous pouvez dépenser votre argent en biens tangibles que vous possédez ou retirer le tout en cash.
        Nous interdire d’être propriétaire de notre argent est bien le but final de la manoeuvre, nos talents et notre travail ne semblant pas suffire à ces gens de « la haute ». Notre argent est déjà pris en otage en étant à la banque, mais numérisé il ne sera définitivement plus à nous qu’en façade.


      • tashrin 17 février 12:50

        Article intéressant merci

        Mais attention, vous allez être taxé de complotisme


        • Séraphin Lampion Kaa 17 février 12:53

          @tashrin
          ou même de populiste et terroriste, ou pire, mais là, je ne prends pas le risque d’écrire un mot qui pourrait me valoir les galères ou le bucher



          • troletbuse troletbuse 17 février 13:20

            Voici pour le Canada

            Mais avec les 2 petites tapettes Troudeau et Micron, ca vient aussi en France

            https://www.youtube.com/watch?v=RWyoaDC7g9g


            • PhilVite PhilVite 17 février 13:25


              @Marc Dugois

              Bonjour,

              Je tiens à préciser que je ne suis pas très familier avec ces concepts économiques et monétaires.

              Lorsque vous dites ’On a inventé dans le même temps, officiellement la monnaie-dette...’, est-ce que vous faites référence au ’mécanisme’ résumé par cette phrase "Ce ne sont pas les dépôts qui font les crédits, mais les crédits qui font les dépôts", et au faux-monnayage dénoncé par M. Allais  ?


              • Marc Dugois Marc Dugois 21 février 11:04

                @PhilVite

                Tout à fait. Les crédits ne devraient n’exister que sur les dépôts et ils sont réalisés aujourd’hui par n’importe quelle banque aux clients qu’elle apprécie par la double écriture, une au passif mettant l’argent numérique à disposition de son client apprécié, une autre à l’actif précisant que le client doit tout de même rembourser.

                C’est le faux-monnayage légal dénoncé par Maurice Allais.

                Ne vous croyez pas étranger aux concepts économiques et monétaires, ils sont notre quotidien et mesurent, actuellement très mal et très prétentieusement, les échanges énergétiques entre humains.


              • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 17 février 13:31

                Le Wallet européen = CI + CB + CV

                La carte d’identité numérique

                La porte monnaie numérique

                La carte vitale aka pass vaccinal

                 

                 Dématérialisation des documents d’identité et titres sécurisés : bienvenue dans le monde du Digital ID Wallet

                « Le Digital ID Wallet, la toute nouvelle génération d’identité mobile de Gemalto, est un portefeuille mobile hautement sécurisé qui héberge tous nos documents d’identité et titres sécurisés digitalisés et qui est accessible depuis nos smartphones. Grâce à cette solution, il n’a jamais été aussi simple de prouver son identité ou d’accéder aux droits et services qui nous sont réservés – que ce soit en ligne ou dans le monde dit « réel ». Mais surtout, et outre son confort d’utilisation, le Digital ID Wallet offre aux citoyens un contrôle total sur leurs données personnelles, avec la liberté de décider quelles informations ils partagent, quand et avec qui ils souhaitent les partager. Dans le même temps, il permet aux pouvoirs publics de créer un compagnon mobile aux documents d’identité physiques. Il présente ainsi l’avantage d’être simple à émettre, à gérer et à vérifier, tout en offrant un outil puissant pour lutter efficacement contre l’usurpation d’identité, réduire le travail administratif et soutenir l’économie numérique.  » (publi Thalès)

                 

                Pour un autre point de vue : 

                Éric Verhaeghe, l’intelligence du cœur au service du bien commun


                • Séraphin Lampion Kaa 17 février 14:14

                  La monnaie remplit trois fonctions : intermédiaire dans les échanges, réserve de valeur et unité de compte pour la comptabilité. Quel que soit le système politique en place, elle est nécessaire et, en raison de sont importance, symbole et marque de leur puissance, les états ont toujours fait en sorte de s’assurer le maximum de pouvoir monétaire en définissant la devise officielle en usage sur leur territoire, et en s’arrogeant le monopole de l’émission des billets et des pièces.

                  Ce n’est pas la fonction de la monnaie qui est en cause, mais son contrôle.

                  Le dollar est une monnaie privée régulées par un outil étatique au service des banques, et son émule l’Euro a été coulé dans la même matrice. Au fur et à mesure que le pouvoir des états s’affaiblit au profit des privés, la monnaie évolue vers une source de profits spéculatifs outranciers dont les monnaies numériques sont l’aboutissement.

                  Le scandale n’est pas la monnaie numérique elle-même, mais les spéculations et escroqueries qu’elle permet ainsi que leur caractère privé, même si elles se présentent sous l’égide d’une banque centrale qui n’est là que pour endormir les gogos en les rassurant sur les « garanties ».

                  Mais un autre économie peut exister, et jusqu’à preuve du contraire elle aura toujours besoin de monnaie, la monnaie numérique n’étant dans ce cas qu’une variante moderne du consensus sur lequel repose le recours à un autre outil que le troc.


                  • lecoindubonsens lecoindubonsens 18 février 08:21

                    @Kaa
                    en gros, ok avec vous. Mais l’idéal serait sans doute que la monnaie ne remplisse que 2 fonctions : intermédiaire dans les échanges, et unité de compte pour la comptabilité(ce qui est a peu près la même chose).
                    Alors peu importe la quantité de monnaie existante et peu importe sa forme,
                    MAIS l’important serait de n’échanger cette monnaie que contre de réelles valeurs.

                    Ainsi, la monnaie ne devrait pas générer de la monnaie (aucune valeur créée, aucun service rendu ni bien créé). La monnaie ne devrait pas être échangée contre des actions sans valeur : par exemple quel est le service rendu au collectif par des traders jouant entre eux au poker menteur ? pourquoi leur permettre (à eux et plus globalement au système financier associé) de pouvoir acheter des baguettes et des voitures alors qu’ils n’ont rien créer en échange ?

                    C’est un peu comme si le boulanger acceptait de partager sa production de baguettes avec un terrassier qui un jour creuserait un fossé et le boucherait le lendemain (travail réel mais totalement improductif).

                    Ainsi globalement, nous devrions redéfinir les vraies valeurs réelles qui méritent de l’argent en contrepartie. Pour éviter que certains obtiennent un pouvoir d’achat sur « du vent ».
                    Peu importe la quantité de monnaie si l’on maitrise les échanges avec les vraies valeurs de production de biens et services à se partager, c’est cela le réel problème


                  • Géronimo howakhan Géronimo howakhan 17 février 14:52

                    L’argent est le meilleur moyen technique discret de voler la planète entière, oh bien sur avec un peu de violence ici, de meurtres de masses par là, un peu de tortures aussi ..etc.

                    C’est pour cette unique raison que cela existe.

                    Contrairement à ce qui est suggéré, on ne peut dissocier l’argent de son créateur ni de son propriétaire...c’est un seul et même « objet », comme je ne peux me dissocier de ma souffrance, il n’y a pas non plus là deux « objets » mais un seul, moi qui souffre..

                    Le reste, ma foi, est facéties...et déclinaison perverse de tout ceci..c’est le but.

                    Respects et robustesse.


                    • Séraphin Lampion Kaa 17 février 15:07

                      @Géronimo howakhan

                      « L’argent est le meilleur moyen technique discret de voler la planète entière, »

                      c’est sûr que pour voler les vaches et les moutons des voisins, il faut avoir de la place dans son salon !


                    • Géronimo howakhan Géronimo howakhan 18 février 10:29

                      @Kaa

                      Salut, tout à fait, au delà de la boutade voila entre autre bien sur ce que je suggérais.
                      C’est rare que quelqu’un capte ce fait simple.


                    • eddofr eddofr 17 février 15:44

                      Mais qu’est-ce que vous avez tous avec le QR Code ?

                      Ce n’est rien qu’une code, ni plus ni moins que n’importe quel code barre que vous trouverez sur une étiquette produit.

                      Après le code vous en faites ce que vous en voulez dans l’application qui le lit, mais le code lui-même n’est que la conversion d’une série de chiffres et de lettres en un glyphe lisible par une machine.



                      • jefresi 17 février 19:26

                        @eddofr
                        Un QRCode avec le numéro de Sécu permet l’accès à de nombreux fichiers de données qu’ils soient de santé, de police, de banques... etc aux personnes autorisées.


                      • ZXSpect ZXSpect 17 février 19:31

                        @jefresi
                        .

                        jefresi 17 février 19:26

                        @eddofr
                        Un QRCode avec le numéro de Sécu permet l’accès à de nombreux fichiers de données qu’ils soient de santé, de police, de banques... etc aux personnes autorisées.

                        .
                        très inquiétant... t’aurais des exemples expérimentés ?

                      • Pierrot 18 février 06:54

                        @ZXSpect
                        La révolution numérique et la mise en place des systèmes d’information centralisés donnent depuis longtemps accéder à pratiquement toutes les informations personnelles des individus.

                        Le RNIPP de l’INSEE et AMELI permettent notamment d’associer directement le numéro de sécu à l’identité et à l’adresse de la personne, à ses données de santé et à un identifiant bancaire. Ces données renvoient à celles des fichiers de l’état civil, fiscaux, de comptes bancaires (FICOBA), de police et des autres administrations publiques, mais également aux fichiers des banques privées, puis à ceux des établissements publics de transport, des fournisseurs d’énergie, des opérateurs de télécommunication, des réseaux sociaux, etc. .

                        Techniquement, tout est déjà en place pour tout connaître de votre identité, de vos activités, de vos fréquentations, de votre géolocalisation, de vos déplacements, des détails de votre vie présente et passée. Cela ne prend que quelques minutes (pour l’essentiel) à quelques heures (pour certains détails) si l’on en juge les moyens actuels des enquêteurs judiciaires, par exemple.

                        Cela ne prendra probablement plus que quelques secondes quand l’interconnexion entre ces différents systèmes d’information et le recoupement des données seront totalement automatisés (si ce n’est déjà fait). C’est d’ailleurs l’objectif visé par le futur portefeuille numérique européen.

                        Le seul obstacle réside dans les restrictions d’accès aux contenus de ces systèmes, qui nécessitent d’y avoir été autorisé ou bien de s’y introduire frauduleusement. Mais ce n’est finalement pas un obstacle pour une personne ou une institution, officielle ou officieuse, qui en a reçu l’autorité ou qui dispose des connaissances et des moyens nécessaires.

                        Le plus inquiétant, c’est que ces systèmes d’information centralisés numériques ne permettent pas seulement de vous fliquer. En agissant dessus, on peut également limiter ou ôter vos moyens d’existence économique et sociale, par exemple en bloquant vos comptes et cartes bancaires, en annulant vos forfaits et abonnements (téléphones, Internet, transports en commun...) ou vos autorisations officielles (passe sanitaire, passeport, permis de conduire, carte grise...), en coupant à distance votre compteur électrique et vos accès aux réseaux câblés, en révoquant votre bail locatif, en supprimant vos droits sociaux (pensions), etc. . Le fait que cela puisse être réalisé par une autorité oppressive ou par des malfrats qui profitent de leur exposition et de leurs vulnérabilités n’enlève rien aux dangers que ces systèmes représentent.


                      • eddofr eddofr 18 février 14:11

                        @jefresi

                        Mais ils l’ont déjà mon numéro national d’identité (c’est pas juste un numéro ce sécurité sociale), en clair sur ma carte vitale, sur France Connect et dans bien d’autres fichiers.

                        Le NNI a depuis longtemps remplacé Nom, Prénom, Date et lieu de Naissance pour garantir une identification unique.

                        Un
                        SELECT WHERE NNI=
                        c’est quand même plus simple et plus efficace qu’un
                        SELECT WHERE NAME= AND SURNAME= AND BIRTHDAY= and BIRTHPLACE=


                      • eddofr eddofr 18 février 14:21

                        @Francis, agnotologue

                        Donc un QR Code c’est le codage compressé d’un texte qui contiendra, au mieux 75000 caractères.
                        Le risque, n’est pas dans le QR code lui-même, le risque est dans les informations auxquelles donnent accès les données qui y sont inscrites.

                        Mais connaissez-vous le RNIPP ?
                        Ce fichier fait déjà le lien entre votre n° de carte d’identité, votre NNI, votre numéro fiscal et bien d’autres.
                        Un code barre avec votre NNI suffirait largement à tout savoir de vous, pour ceux qui ont l’autorité nécessaire pour accéder aux données.

                        C’est en cela que je dis qu’il faut arrêter de se braquer sur le QR code, comme si celui-ci était doté d’un pouvoir ou d’un intelligence particulière au delà de sa seule et unique fonction de présenter des données sous un format aisément scané et décodé pour un outils de reconnaissance visuelle.


                      • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 18 février 14:52

                        @eddofr
                         
                         ’’C’est en cela que je dis qu’il faut arrêter de se braquer sur le QR code, comme si celui-ci était doté d’un pouvoir ou d’un intelligence particulière au delà de sa seule et unique fonction de présenter des données sous un format aisément scané et décodé pour un outils de reconnaissance visuelle.’’
                         
                        Et quand on a dit ça on fait quoi ?


                      • eddofr eddofr 18 février 15:57

                        @Francis, agnotologue

                        Quand on a dis ça, on dit que ce contre quoi il faut se battre c’est le partage ou la vente de données non anonymisées et l’interconnexion des systèmes d’information.

                        Le problème c’est que le partage, l’interconnexion et le fonctionnement « intégré » c’est « pratique » et « facile ».

                        Je crains que nos pires ennemis ne soient le « one connect » et le « pay by phone ».


                      • Pierrot 18 février 16:48

                        @eddofr
                        Personne ne se braque sur le QR code, mais la quantité de données qu’il peut contenir, la forme sous laquelle il présente les informations et les usages qui en découlent soulèvent quand même des problèmes particuliers, assez similaires à ceux des cartes à puce sans contact.

                        En effet, le contenu d’un QR code n’apparaît pas en clair à son détenteur. Même son déchiffrage risque de ne pas en apprendre plus sur les informations qu’il renferme ou vers lesquelles il renvoie, puisqu’il est souvent destiné à être traité par une application sécurisée spécifique. Ainsi, il existe déjà un risque que le détenteur puisse transmettre à son insu des informations personnelles en présentant un QR code qui lui aura été attribué individuellement.

                        Mais la lecture du QR code exige également l’utilisation d’un dispositif numérique qui, dans la majorité des cas, doit se connecter à des serveurs via le net, sur le moment ou en différé, et qui peut notamment être exploité à des fins de géolocalisation et de traçage.

                        Vous conviendrez que, vu sous cet angle, devoir présenter à son cafetier un passe sanitaire ou un passe vaccinal contenant un QR code individuel n’a pas les mêmes implications que lui présenter, par exemple, un papier officiel filigrané qui ne nécessiterait pas d’être scanné.


                      • Pierrot 18 février 17:10

                        @eddofr
                        En effet, il faudrait se battre contre le partage de données non anonymisées et l’interconnexion des systèmes d’information. Mais je crains qu’on n’aie plus vraiment notre mot à dire sur ces questions.

                        On peut certainement se passer du « one connect », et encore résister au « pay by phone » (mais jusqu’à quand) ?

                        Il n’empêche qu’il faut également se méfier des QR codes individuels pour les raisons que j’ai rappelées ci-dessus, et agir en conséquence dans la mesure où le contrôle de leur usage reste à notre portée. Par exemple, par les temps qui courent, si vous vous sentez menacé du fait de vos opinions politiques, à votre place j’éviterais d’aller en discuter avec vos amis dans un café, un restaurant ou une salle dont l’entrée serait conditionnée à la présentation du passe vaccinal.


                      • pemile pemile 18 février 17:18

                        @Pierrot

                        Un QR code n’est qu’un nouveau format de code barre permettant de stocker plus d’octets.


                      • 6russe2sioux cyrus 18 février 17:23

                        @pemile

                        Non le QRcode est ce qui fait de nous des produit et qui nous deshumanise .
                        le code EAN etait lui reserver au objet pas au persone ...

                        Un QRcode c’ est un numero d’ infamie comme celui des camps de concentration nazie .


                      • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 20 février 10:19

                        @pemile
                         
                         ’’Un QR code n’est qu’un nouveau format de code barre permettant de stocker plus d’octets’
                        Ben voyons !

                        QR code : toujours sous l’œil de l’État Lire aussi : QR code-isation de la société 

                         


                      • Pierrot 20 février 12:39

                        @pemile
                        Oui, un QR code est un nouveau format de code barre permettant de stocker plus d’octets.

                        Mais c’est précisément cette particularité qui permet aujourd’hui d’en faire un usage inquiétant qu’il conviendrait de ne pas sous-estimer.

                        Quelques traces d’encre sur un bout de papier, ça ne paye pas de mine... et pourtant !

                        Au contraire d’un code barre classique qui ne contiendrait que quelques chiffres, c’est la contenance importante du QR code qui justifie son utilisation pour stocker des données personnelles signées numériquement, et de dispositifs numériques incidemment connectés pour les lire. Comme je l’ai rappelé précédemment, présenter son QR code a des conséquences qui vont bien au-delà de le simple présentation d’un document officiel.


                      • Arogavox Arogavox 18 février 00:00

                        A propos de chaque monnaie, sa valeur peut-elle être découplée de la confiance accordée, ou supposée accordée quelque part, en sa capacité à pouvoir être échangée contre quelque chose (une autre valeur de monnaie, un objet matériel, un service ...) ?
                         Cette confiance peut-elle faire fi d’un minimum de connaissance, ou d’a priori, concernant le pouvoir qui frappe cette monnaie ? (Banque, Pays, réseau de banquiers ... ou réseau d’experts ...)

                         Jusqu’à quand ceux qui se voudraient des citoyens oublieront-ils de se demander qui frappe la monnaie « numérique » qui leur est proposée ?


                        • Pierre Sarramagnan-Souchier Pierre Sarramagnan-Souchier 18 février 08:09

                          Bonjour cher auteur !
                          Je vous remercie de votre exposé qui semble assez clairement exprimé. Mais il y a un point qui me dérange malgré tout. 
                          Quand l’on critique un système, il convient de proposer une suggestion pour y remédier. Où alors cela n’a aucun intérêt.
                          En effet, critiquer c’est bien, mais proposer, c’est nettement mieux !
                          Hors, je ne lis aucune proposition pour remédier aux lacunes que vous constatez.
                          Si cet article était seulement destiné à nous montrer que nous sommes bien des esclaves modernes. Cela nous le savons depuis un petit moment.
                          J’avais également écrit un article sur le sujet le 6 avril 2016 :

                          ••• L’esclave moderne •••

                          https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/o-o-o-l-esclave-moderne-o-o-o-179686

                          et je proposais même deux trois solutions comme le partage des revenus sur la base de 1 à 3, etc.
                          Mais peut-te serez vous également intéressé par un autre article publié le 24 février 2017 où je suggérais une idée décoiffante :
                          “ Une société sans taxes, sans TVA et sans impôts, c’est possible ! ”
                          https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/une-societe-sans-taxes-sans-tva-et-189997

                          Bien courtoisement.


                          • lecoindubonsens lecoindubonsens 18 février 08:41

                            @Pierre Sarramagnan-Souchier
                            Absolument ok avec vous sur « critiquer c’est bien, mais proposer, c’est nettement mieux ! », j’ai donc lu avec curiosité votre article proposant notamment "Une taxe unique sur toutes les transactions économiques, de l’achat de la baguette de pain jusqu’aux transactions spéculatives financières permettrait non seulement d’abolir toutes les taxes et les impôts« 

                            mais DECEPTION !
                            bien que non vérifiés, vos calculs sont sans doute mathématiquement exact, toutefois regardons 2 points ...

                            1. si l’essentiel du financement des dépenses publiques (protection, education, infrastructures, justice, etc.) provient de taxes sur transactions spéculatives financières, dit autrement si les prelevements sur la bourse générent des centaines de milliards de revenus, croyez vous réellement que la bourse fonctionne encore ? pas très réaliste !
                            2. a l’inverse si l’essentiel du financement des dépenses publiques provient de taxes sur des transactions de type baguettes, cela ressemble a notre TVA actuelle, et nous sommes d’accord (je propose comme vous la suppression des impots hors TVA, avec le principe »les biens et services facturés financent les biens et services qui semblent gratuits".
                              Mais dans ce cas, n’annoncez pas une société sans TVA smiley

                          • Marc Dugois Marc Dugois 18 février 13:11

                            @Pierre Sarramagnan-Souchier

                            La solution est connue mais peu appréciée par le pouvoir : il faut limiter la quantité de monnaie à la quantité de travail fourni et reconnu utile par le groupe. L’or en est un exemple qui revient systématiquement à chaque explosion de l’incohérence.

                            Il reviendra comme d’habitude quand les folies auront montré leur inconséquence.


                          • eau-du-robinet eau-du-robinet 18 février 08:15

                            Le narratif Covid démasqué — Logique destructrice qui se cache derrière le Great Reset

                            Auteur, journaliste et expert en matière d’économie et de finance mondialisée, Ernst Wolff (Expert de finances) a probablement prononcé l’un des meilleurs discours de l’histoire contemporaine, où il expose tout sur la crise sanitaire.

                            Il révèle et montre en détail les personnes dans les coulisses, où ils nous mènent, pourquoi ils le font et pourquoi éventuellement ils échoueront… Il termine par un message plein d’espoir sur ce que nous pouvons faire pour empêcher que la vision dystopique du Schwabisme et de ses partisans ne devienne « la nouvelle normalité » et ainsi sauver l’humanité de la dictature totale et de l’esclavage.

                            .
                            Dans son discours il aborde la aussi la monnaie numérique ....
                            .
                            Pour faire accepter le passage à la monnaie numérique aux gens une des étapes est la dévalorisation totale de la monnaie, c’est en cours en ce moment .... les prix explosent par tout .... et ce n’est pas due au hasard !
                            .


                            • zygzornifle zygzornifle 18 février 08:40

                              Quand on est au smic ou au rsa la monnaie numérique ne nous concerne pas, on la laisse aux bobos ....


                              • lecoindubonsens lecoindubonsens 18 février 08:45

                                @zygzornifle
                                quand vous payez avec une carte, quand vous faites un virement, quand vous consultez le solde de votre compte sur un ordi ou smartphone, c’est déjà de la monnaie numérique, alors stop avec l’idéologie sans fondement.
                                Et votre smic n’est sans doute pas payé en espèces mais viré, donc concerné par cette monnaie numérique


                              • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 18 février 08:56

                                @lecoindubonsens
                                 
                                 quand vous payez avec une CB on ne regarde pas si vous avez le droit de faire cette transaction . Avec la monnaie numérique, vous ne pourrez pas effectuer certaines transactions compte tenu de votre crédit social. Par exemple, vous ne pourrez pas acheter un billet d’avion si vous n’êtes pas à jour de vos vaxxins vexants. Vous ne pourrez plus acheter de carburants si vous avez dépassé le quota autorisé. Etc, etc.
                                 
                                Bonjour le marché noir.


                              • Armelle Armelle 18 février 10:14

                                @Francis, agnotologue
                                 « ...compte tenu de votre crédit social. »
                                Ce crédit social ne serait cependant qu’un leur dans l’objectif qu’il serait censé atteindre, en tout cas pour la populace, car il fera inévitablement l’objet de rachat d’unités entre riches et pauvres. En exemple, les gens qui auront atteint leur quota CO2 en fonction de leurs achats et qui en auront les moyens, achèteront du crédit CO2 aux pauvres qui eux n’ont pas les moyens de consommer bcp, autrement dit ce nouveau monde offrira la possibilité aux riches de profiter pleinement de la consommation comme avant, tout en limitant celle de la populace et sous couvert de la « vertueuse » idée qu’est celle de créer un monde durable, propre et sain d’esprit. A travers ce postulat, qui ne ressemble en rien à de la fiction, la caractéristique « d’idiots utiles » que l’on prête aux écolos de la rue, prend alors toute sa réalité...
                                Donc la seule solution pour tout un chacun est de devenir riche, avoir son gulstream V pour se déplacer sans obligation d’achat de billet conditionné à je ne sais quoi, et acheter du crédit à la populace pour consommer et continuer de polluer... smiley
                                Cette populace est vraiment en passe de devenir des esclaves version 2.0, au service d’une bourgeoisie elle aussi version 2.0...
                                Bienvenue dans le nouveau monde de Schawb...


                              • Armelle Armelle 18 février 10:19

                                @Armelle
                                Oups !!! « leurre » pardon


                              • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 18 février 10:31

                                @Armelle
                                 
                                 ’’Ce crédit social ne serait cependant qu’un leurre dans l’objectif qu’il serait censé atteindre, en tout cas pour la populace, car il fera inévitablement l’objet de rachat d’unités entre riches et pauvres.’’
                                 
                                En effet. Bis repetita : ’’bienvenue dans le Marché noir.’’
                                 
                                Ils n’y a pas seulement changement de règle du jeu, il y a instauration de deux catégories de joueurs : ceux qui n’auront plus que leur peau à vendre et ceux qui pourront les acheter autant qu’ils voudront, au prix qu’ils voudront.


                              • Armelle Armelle 18 février 11:37

                                @Francis, agnotologue
                                « ...ceux qui n’auront plus que leur peau à vendre et ceux qui pourront les acheter autant qu’ils voudront, au prix qu’ils voudront »

                                Dans cette projection, j’ai bien peur que la gent féminine prennent alors une place importante dans le cadre des échanges commerciaux !!! smiley


                              • lecoindubonsens lecoindubonsens 18 février 14:29

                                @Francis, agnotologue
                                « Avec la monnaie numérique, vous ne pourrez pas effectuer certaines transactions compte tenu de votre crédit social »
                                Vous traitez 2 sujets : la monnaie électronique, et la possibilité/interdiction d’achat en fonction de l’identité. 2 sujets interessants, mais vous faites un lien entre les 2 alors que cela me semble 2 sujets indépendants.

                                Pour suivre votre exemple de vaccin, si non vacciné on vous interdit actuellement un voyage en avion même si vous le payez en espèces, rien a voir avec la monnaie électronique. A l’inverse, un paiement CB (qui est de la monnaie electronique) vous permet d’acheter le billet d’avion même si vous ne pourrez pas faire le voyage.

                                Et sur cet exemple, le marché noir n’a pas de sens.


                              • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 18 février 14:40

                                @lecoindubonsens
                                 
                                 vous pouvez aussi rester dans le déni.


                              • Armelle Armelle 18 février 15:44

                                @lecoindubonsens
                                Bah !!!? Les deux auront forcément un lien ! Atos et les autres travaillent déjà sur une carte bancaire cumulant l’impact carbone de chaque produit acheté, donc un système qui fera que quand votre crédit CO2 sera atteint, vous ne pourrez rien acheter sur la période !!! Ce qui n’est pas possible avec l’espèce, d’où sa disparition prochaine. Donc prétendre que les deux n’ont aucun lien semble difficile.
                                 « ...vous permet d’acheter le billet d’avion même si vous ne pourrez pas faire le voyage » ...Dans le coin du bon sens , je ne connais pas grand monde qui achète un billet d’avion s’il ne peut pas voyager" !!! Mais enfin, si vous le dites...


                              • lecoindubonsens lecoindubonsens 18 février 17:28

                                @Armelle
                                pour mettre les points sur les « i »  smiley

                                « un système qui fera que quand votre crédit CO2 sera atteint, vous ne pourrez rien acheter » : vous décrivez un scenario tout à fait possible, mais pour que la contrainte existe réellement, il faudrait que ce moyen de paiement soit le seul possible, imposé à tous. Pourquoi pas dans une dictature, mais pensez vous réellement qu’une démocratie pourrait imposer ce moyen de paiement avec tant de contraintes !? Regardez l’exemple du pass vaccinal, trop contraignant pour durer ! Pas réaliste.

                                « je ne connais pas grand monde qui achète un billet d’avion s’il ne peut pas voyager » : cet exemple avait juste pour objectif de montrer qu’il n’y a effectivement pas de lien entre la liberté d’acheter un billet d’avion et le droit de prendre l’avion. Et vous l’aviez compris, ne vous faites pas plus stupide que vous l’êtes smiley


                              • lecoindubonsens lecoindubonsens 18 février 17:30

                                @Francis, agnotologue
                                 « vous pouvez aussi rester dans le déni »
                                le déni de quoi ? merci de préciser


                              • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 18 février 18:27

                                @lecoindubonsens
                                 
                                ’’ Quel déni ’’ ?
                                 le déni que nous ne sommes déjà plus en démocratie, entre autres.
                                 
                                Ainsi, vous dites : ’’ un scenario tout à fait possible, mais pour que la contrainte existe réellement, il faudrait que ce moyen de paiement soit le seul possible, imposé à tous. Pourquoi pas dans une dictature, mais pensez vous réellement qu’une démocratie pourrait imposer ce moyen de paiement avec tant de contraintes !?’’
                                 
                                Je crains que la seule alternative qui nous sera laissée ne soit les marchés noirs et les économies parallèles....
                                ... qui génèreront encore plus d’inégalités et de troubles qu’aujourd’hui.


                              • Armelle Armelle 18 février 19:13

                                @lecoindubonsens
                                Vous devriez lire le livre de Klaus schawb, et ce dernier n’est pas le seul à avoir annoncé la fin de tous les moyens de paiement actuels au profit d’une monnaie électronique mondiale. Et cette disposition simple, encore plus demain avec l’I.A, permettra de résoudre des problèmes satellites comme l’échange en espèce qui échappe au fisc, qu’il soit Français, Allemand, Argentin ou Suédois..
                                Enfin, comme je dis toujours, chacun pense ce qu’il veut !!! Je ne sou en veux pas pour autant smiley 


                              • Armelle Armelle 18 février 19:19

                                @lecoindubonsens
                                Et puis vous comparez cela au pass vaccinal, ce qui ne me semble pas pertinent. Le pass vaccinal induit l’obligation cachée de la vaccination qui ELLE constitue une atteinte à l’intégrité !!! Or une simple carte bancaire ne fait aucun mal, à moins que vous ne la mangiez au petit déjeuner... smiley


                              • lecoindubonsens lecoindubonsens 19 février 10:46

                                @Armelle et @Francis, agnotologue

                                que la démocratie française actuelle ne soit pas parfaite, cela me semble une évidence, nous sommes d’accord ! j’ose même écrire que la démocratie directe est sans doute parfois dangereuse quand on voit les solutions yakafaucon souvent proposées par un grand nombre.

                                sur « fin de tous les moyens de paiement actuels au profit d’une monnaie électronique mondiale » : en cible finale, c’est sans doute une excellente solution mais bien sur par pour tout de suite puisque cela suppose de nombreux préalables :

                                • accord entre les peuples pour fonctionner ensemble
                                • accord sur les contreparties entre monnaie et productions (les rémunerations)
                                • accord sur les contreparties entre monnaie et consommations

                                on voit que nous en sommes bien loin, pour l’instant c’est de l’utopie.

                                Donc en restant dans le réel des prochaines décennies,les facilités de paiement numeriques telles que virement, CB me semblent une bonne chose sans réel danger pour nos libertés.
                                Soyons déjà réalistes : sans aller plus loin dans l’IA et la monnaie numérique, la simple lecture actuelle de nos relevés CB donne une très bonne idée sur notre vie : lieu de vie, type d’achat, train de vie, etc.

                                @Armelle : je vais parcourir le livre de Klaus schawb

                                pour en savoir plus sur vos positions


                              • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 19 février 11:12

                                @lecoindubonsens
                                 
                                 Armelle s’est avancée en écrivant « fin de tous les moyens de paiement actuels au profit d’une monnaie électronique mondiale »

                                 
                                 Ça ne vaut que pour les pays occidentaux, et encore, pas tous.
                                 
                                Dire que ce serait une bonne chose, c’est être bien naïf : nous ne sommes pas des Chinois, le remplacement de tous les moyens de paiement actuels présente deux menaces très graves :
                                 
                                 La première menace, c’est que la transition se fera dans l’extrême douleur et des injustices accablantes, voire des catastrophes sociales
                                 
                                La deuxième : une monnaie numérique établissant de fait une société de castes et d’exclus, génèrera automatiquement des économies parallèles et une criminalité phénoménale vs une répression en conséquence.


                              • simir simir 19 février 17:39

                                @lecoindubonsens
                                Ce n’est pas de la monnaie numérique car tous les mois je laisse le minimum à la banque et je renferme mes espèces dans mon coffre.
                                Mes relevés bancaires ne font jamais plus de 2 pages. je paie presque tout en liquide et je peste contre ces petites coupures dans les distributeurs. Je préférerais des 100 ou 200 €


                              • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 20 février 10:08

                                @Francis, agnotologue
                                 
                                Vidé de Philippot sur le passeport européen  :
                                 
                                Extrait du rapport officiel ,mn 6’37" : «  Les données médicales d’un individu positif (!) pourraient être croisées avec ses données de géolocalisation, et en cas de violation de sa quarantaine, conduire à une information des FDO ou à une désactivation de paiement »
                                 
                                Article 16/12/21 paru sur Reporter. net Bientôt le portefeuille d’identité numérique, un cauchemar totalitaire : « avec ce contrôle étouffant la liberté disparait. Pb dénoncé : l’intervention d’entreprises privées (ex : l’ex PDG d’Athos, Thierry Breton, a quitté sa présidence pour devenir Commissaire européen qui s’occupe précisément de ce projet ). Application : neutraliser les militants susceptibles de rallier une manifestation. ex. La neutralisation des comptes bancaire et des assurances des Routiers manifestant. Le crédit social sera possible dès septembre 2022 par le biais du certificat Covid européen prolongé jusqu’au 30/6/23.  »
                                 
                                 
                                 https://www.crashdebug.fr/le-passe-vaccinal-bientot-integre-au-passeport-numerique-europeen-numerise-trace-et-bientot-puce-claude-janvier
                                 
                                https://www.crashdebug.fr/la-societe-sans-numeraire-de-2020-le-coronavirus-fait-basculer-la-societe-vers-l-identification-numerique-sans-contact-et-la-monnaie-numerique-activistpost-com
                                 
                                 
                                Quand Macron lèvera le Pass français, le pass européen prendra la relève.


                              • Reflexo78 Reflexo78 18 février 08:44

                                22 sept. 2021
                                Le directeur de la Banque des règlements internationaux, souvent appelée la banque centrale des banques centrales, déclare vouloir un « contrôle total » de la monnaie en bannissant l’argent liquide au profit des monnaies numériques de la Banque centrale...

                                -Rien n’est sanitaire.
                                https://twitter.com/i/status/1440587818347102222

                                LA BANQUE CENTRALE ISRAELIENNE SIMULE LA PREPARATION AU RESET FINANCIER SELON YEADON

                                16 décembre 2021

                                Selon Mike Yeadon, ancien directeur scientifique de Pfizer et critique en matière de pandémie, une simulation de crise bancaire menée récemment en Israël est une préparation à la « grande réinitialisation ».

                                La simulation de 10 jours s’est terminée le 9 décembre à Jérusalem et a réuni des représentants des banques centrales d’Israël, des États-Unis, du Royaume-Uni, des Émirats arabes unis, de Suisse, d’Autriche, d’Allemagne, d’Italie, des Pays-Bas et de Thaïlande, ainsi que des représentants du FMI, de la Banque mondiale et de la Banque des règlements internationaux.

                                La simulation était basée sur un scénario de cyberattaque catastrophique, dans lequel l’ensemble du système financier mondial était mis à mal, entraînant une « ruée vers les banques » nécessitant des liquidités d’urgence dans plusieurs devises, paralysant ainsi le système financier mondial. Les cibles seraient les marchés des changes, les marchés obligataires, la perte d’intégrité des données et la compromission des transactions entre exportateurs et importateurs.

                                La solution à un tel événement nécessiterait une coopération internationale et une coordination de la politique monétaire. Les mesures comprendraient un congé bancaire coordonné, des périodes de grâce pour le remboursement de la dette, des accords SWAP/REPO et un retrait coordonné des principales devises.

                                Mike Yeadon pense que la simulation est une façade pour une réinitialisation financière planifiée, qui devrait avoir lieu quelque temps après mars 2022.

                                La réinitialisation financière elle-même est la manifestation réelle de ce que le chef du Forum économique mondial (WEF) Claus Schwab a appelé la grande réinitialisation, où « vous ne posséderez rien et serez heureux ». Le Premier ministre Jacinda Ardern est un « diplômé » du WEF.

                                https://dailytelegraph.co.nz/news/israeli-led-central-bank-simulation-preparation-for-the-financial-reset-says-yeadon/


                                • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 18 février 09:38

                                  @Reflexo78
                                   
                                   ’’Le directeur de la Banque des règlements internationaux, souvent appelée la banque centrale des banques centrales, déclare vouloir un « contrôle total » de la monnaie en bannissant l’argent liquide au profit des monnaies numériques de la Banque centrale...

                                  ’’
                                   
                                  La monnaie numérique ne confère pas un pouvoir absolu sur la monnaie mais sur les détenteurs de monnaie.

                                  Avec la monnaie numérique ce n’est pas seulement la quantité de nos transactions que la banque pourra contrôler mais la nature. Et la différence est fondamentale.


                                • ZXSpect ZXSpect 18 février 09:48

                                  @Francis, agnotologue
                                  .

                                  .

                                  « Francis, agnotologue 17 février 13:31

                                  Le Wallet européen = CI + CB + CV

                                  La carte d’identité numérique

                                  La porte monnaie numérique

                                  La carte vitale aka pass vaccinal

                                  Francis, agnotologue 18 février 08:56

                                  Avec la monnaie numérique, vous ne pourrez pas effectuer certaines transactions compte tenu de votre crédit social.

                                  Francis, agnotologue 18 février 09:38

                                  Avec la monnaie numérique ce n’est pas seulement la quantité de nos transactions que la banque pourra contrôler mais la nature. Et la différence est fondamentale. »

                                  .

                                  Comme l’épisode du COVID commence à s’essouffler, que les contraintes sanitaires et le pass arriveront bientôt à leur terme…

                                  Une nouvelle dystopie : la monnaie numérique

                                  .

                                  Francis a un bel avenir sur AgoraVox smiley


                                • Reflexo78 Reflexo78 18 février 08:46

                                  En décembre 2021, après CyberPolygon, le wef a mené une ULTIME simulation de crash financier sur fond de cyber attaque en présence des représentants des banques centrales.

                                  À la clé un grand reset bancaire (monnaie numérique couplée au crédit social).
                                  https://twitter.com/strategieduchoc/status/1489282040919130113
                                  https://www.reuters.com/markets/europe/exclusive-imf-10-countries-simulate-cyber-attack-global-financial-system-2021-12-09/


                                  • Reflexo78 Reflexo78 18 février 08:50

                                    Robert Kennedy Jr. a fait une découverte extrêmement intéressante sur Bill Gates.

                                    Contrairement à ce que nous racontent les médias mainstream, le fondateur de Microsoft, Bill Gates, prévoyait bien le certificat de vaccination lors d’une conférence TED (Technology, Entertainment and Design) en juin 2020. Pour une meilleure compréhension, l’équipe du 4-4-2 vous a traduit la vidéo en question ainsi que les commentaires sur l’Instagram de Robert Kennedy Jr., dont vous pouvez voir l’original ci-dessous.

                                    En 2019, selon un article du Scientific American (magazine de vulgarisation scientifique américain) « pas encore supprimé », Gates a demandé au MIT (Institut de technologies de Massachusetts) de concevoir un système de coloration à points quantiques injectable, pour tatouer des informations médicales sous la peau des enfants, et de plus lisible par un iPhone.

                                    La société de Gates, Microsoft, a breveté une sinistre technologie qui utilise des puces implantées avec des capteurs qui surveilleront l’activité cérébrale et celle du corps.

                                    Cette technologie promet de récompenser les êtres humains dociles avec des paiements en crypto-monnaies quand ils exécuteront des activités qui leur seront assignées.

                                    https://odysee.com/@TraductionEn442:a/bill-gates-et-lidentite-sante-digitale:0

                                    https://lemediaen442.fr/robert-kennedy-jr-en-juin-2020-bill-gates-parlait-deja-du-certificat-de-vaccination/


                                    • eau-mission eau-pression 18 février 09:13

                                      @Reflexo78

                                      Merci pour ces liens.

                                      Pour ceux qui l’ignorent, Corbett a produit une vidéo très documentée sur Bilou.

                                      Etant abreuvé de promesses scientistes par le site « Futura Sciences », je constate qu’on y est assez peu prévenu de certains usages de ces moyens techniques. Il est vrai qu’enfant on ne nous apprend pas à nous méfier du magicien.


                                    • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 18 février 09:11

                                      On est résolument entré dans la société de l’hubris.

                                       

                                      L’hybris, ou hubris, est une notion grecque qui se traduit le plus souvent par « démesure ». Elle désigne un comportement ou un sentiment violent inspiré par des passions, particulièrement l’orgueil et l’arrogance, mais aussi l’excès de pouvoir et de ce vertige qu’engendre un succès trop continu. Les Grecs lui opposaient la tempérance et la modération, qui est d’abord connaissance de soi et de ses limites.

                                      Dans la Grèce antique, du point de vue juridique, l’hybris désignait un acte transgressif violent considéré comme un crime. Cette notion recouvrait des violations comme les voies de fait, les agressions sexuelles et le vol de propriété publique ou sacré.

                                      On en trouve deux exemples bien connus : les deux discours de Démosthène, Contre Midias et Contre Conon, plaidoyer portant sur l’accusation publique pour « outrages ».

                                      Du point de vue philosophique et moral, c’est la tentation de démesure ou de folie imprudente des humains, tentés de rivaliser avec les dieux (*). Ceci vaut en général, dans la mythologie grecque, de terribles punitions de leur part.

                                       

                                       (*)Rivaliser avec les dieux est le projet fou d’éradiquer les virus.

                                       

                                       « Les Français, manipulés et désinformés en sont venus à considérer l’acte vaccinal comme le baptême : hors vaccin pas de salut. Or, il n’a jamais été prouvé scientifiquement que les vaccins étaient efficaces et sans danger… Le principe de la vaccination constitue la plus monstrueuse erreur médicale et scientifique du siècle. »
                                       Dr Louis DE BROUWER

                                       

                                       nb. Pas seulement les Français : la planète entière.


                                      • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 18 février 09:17

                                        @Francis, agnotologue
                                         

                                         ’’Rivaliser avec les dieux est le projet fou d’éradiquer les virus.’’

                                         

                                        Le projet fou c’est d’implanter implémenter en langage d’informaticien dans l’organisme de tous les humains, un système immunitaire artificiel breveté Big Pharma.

                                         

                                        Ce projet s’inscrit dans les projets fous des transhumanistes à la recherche pour eux et seulement pour eux, de l’immortalité..


                                      • nono le simplet 18 février 09:25

                                        @Francis, agnotologue
                                        un système immunitaire artificiel breveté Big Pharma.

                                        qu’est ce que tu peux raconter comme conneries ... effrayant !


                                      • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 18 février 09:34

                                        @Francis, agnotologue
                                         
                                         Perte du sens des réalités, intolérance à la contradiction, actions à l’emporte-pièce, obsession de sa propre image et abus de pouvoir : tels sont quelques-uns des symptômes d’une maladie mentale récemment répertoriée qui se développerait durant l’exercice du pouvoir. C’est le syndrome d’hubris.
                                         
                                        « Dans ses Discours sur la condition des grands, Pascal jugeait utile d’éduquer les futurs puissants en leur rappelant que leur détention du pouvoir tenait avant tout du hasard : « Surtout ne vous méconnaissez pas vous-même en croyant que votre être a quelque chose de plus élevé que celui des autres […] Car tous les emportements, toute la violence, et toute la vanité des Grands vient de ce qu’ils ne connaissent point ce qu’ils sont.  »
                                         
                                        Le pouvoir exerce une fascination indéniable, autant sur ceux qui le subissent que sur ceux qui l’exercent. Assurément, l’exercice du pouvoir n’est pas une activité comme une autre et n’échoit pas au premier venu, mais les « Grands » se souviennent-ils suffisamment de leur condition de simple mortel ?
                                         
                                        Un livre et un article récents plaident pour l’instauration d’une nouvelle entité médicale qui concernerait les personnalités politiques dirigeantes : elles seraient « intoxiquées  » par un étrange agent pathogène – le pouvoir – les conduisant à manifester un narcissisme pathologique.
                                         
                                        Dans son livre In Sickness and in Power (Dans la maladie et le pouvoir) paru en 2008, David Owen examine le rôle de la maladie dans les prises de décision des chefs d’État durant les 100 dernières années. L’exercice n’est pas nouveau. On se souvient du livre de Pierre Accoce et Pierre Rentchnick, ’’Ces Malades qui nous gouvernent’’, paru en 1978, qui avait relancé le débat classique sur le secret médical chez les hommes de pouvoir, et ce bien avant la révélation du cancer de François Mitterrand.
                                         
                                        Selon D. Owen, les chefs d’État tiennent entre leurs mains le destin des peuples et, de ce fait, leurs décisions doivent se fonder sur un sens du jugement solide et réaliste. Mais il va plus loin, et propose tout à fait sérieusement au lecteur et à la communauté scientifique de considérer l’idée d’une nouvelle entité clinique dont seraient victimes certains dirigeants précisément du fait qu’ils détiennent le pouvoir.
                                         
                                        L’idée provocante est également développée dans un article qu’il a cosigné avec Jonathan Davidson, psychiatre au Centre médical de l’Université Duke, à Durham aux États-Unis, récemment publié dans la revue de neurologie Brain. Cette maladie est nommée en anglais hubris syndrome.


                                      • eau-mission eau-pression 18 février 09:49

                                        @Francis, agnotologue

                                        On a un exemple frappant avec le président normal révélant dans un livre post quinquennat qu’il a fait exécuter des gens.

                                        Ceci dit, vos hommes de pouvoir ont des informateurs et des courroies de transmission qui ne sont pas tous sans foi ni loi.

                                        PS : je n’ai pas lu le livre, mais des extraits


                                      • Reflexo78 Reflexo78 18 février 09:37

                                        Un bon résumé de la ’grande image’ : vidéo de 10 minutes traduite en français

                                        Février 2022
                                        Reiner Fuellmich s’adresse au Grand Jury
                                        http://echelledejacob.blogspot.com/2022/02/reiner-fuellmich-sadresse-au-grand-jury.html


                                        • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 18 février 09:49

                                          @Reflexo78
                                           

                                          « Je m’appelle Reiner Fuelmich et j’ai le paisir de servir en tant que membre d’un groupe d’éminents avocats et juristes internationaux qui collaborent sur cette affaire très importante depuis maintenant de nombreux mois.
                                          Cette affaire impliquant les crimes les plus odieux contre l’humanité commis sous le couvert d’une pandémie de Corona à l’échelle mondiale semble compliquée à première vue. Mais quand vous mettez tout ça ensemble, toutes les petites pièces de puzzle (s’assemblent), ce que nous ferons avec l’aide de nombreux experts et d’autres témoins.
                                           
                                          Au cours de cette procédure, vous verrez quatre ensembles de faits.
                                            1. Il n’y a pas de pandémie de Corona, mais seulement une ’plandémie’ alimentée par une opération psychologique élaborée de tests PCR, conçue pour créer un constant état de panique parmi la population mondiale. Cet (agenda) a été élaboré de longue date, (il est finalement voué à l’échec). Le précurseur étant la grippe porcine il y a environ 12 ans, et elle a été concoctée par un groupe de personnes super riches, psychopathes et sociopathes, qui détestent et craignent les gens en même temps, n’ont aucune empathie et sont motivées par le désir de gagner le contrôle total sur nous tous, les peuples du monde. Ils utilisent à la fois nos gouvernements et les grands médias qu’ils possèdent littéralement, pour transmettre leur propagande de panique 24/7.
                                           
                                            2. Le virus lui-même peut être traité efficacement, et en toute sécurité, avec les vitamines C, D, du zinc, etc ... ainsi qu’avec l’utilisation hors AMM, de l’Ivermectine, l’Hydroxychloroquine, etc ... Mais toutes ces méthodes de traitement,( non alternatives mais d’authentiques méthodes de traitement) ont été interdites par ceux qui utilisent l’apparence de cette pandémie pour atteindre leur objectif ultime qui est d’amener tout le monde à recevoir, comme nous le montrerons dans cette procédure, des injections expérimentales, non seulement inefficaces, mais encore extrêmement dangereuses et létales.
                                            
                                            3. (Ce sont) les mêmes personnes qui avaient fait de la grippe porcine - laquelle s’est finalement avérée être une grippe bénigne - une pandémie, il y a douze ans en changeant pour la première fois la définition de ce qu’est une pandémie, puis ont créé la panique avec le Corona. La grippe porcine a été leur première véritable tentative de créer une pandémie. Et l’un de ses objectifs était alors de détourner notre attention des activités manifestement frauduleuses de leur industrie financière, (qui serait) plus judicieuesement qualifiée de mafia financière. devenue plus visible à travers la crise de Lehman. Et c’est aussi l’un des principaux objectifs de cette plandémie de Corona maintenant. Si nous avions regardé de plus près à l’époque, durant la crise de Lehman, au lieu de croire aveuglément les promesses du gouvernement pour lesquelles les auteurs de ces crimes financiers seront tenus pour responsables (incompréhensible ?), nous aurions vu alors qu’ils avaient (pillé méthodiquement) nos caisses publiques pendant des décennies. Et nous aurions vu que nos gouvernements ne sont plus nos gouvernements, qu’ils ont plutôt (basculé de) l’autre côté, à travers leur plate-forme, le « Forum Economique Mondial » qui avait commencé à créer (ses) propres leaders mondiaux, à travers leur programme de jeunes leader mondiaux dès 1992. Parmi les premiers diplomés, on trouve Angela Merke et Bill Gates. Et nous aurions compris alors, ce que nous allons vous montrer maintenant grace à cette procédure, ces crimes financiers qui n’ont pas été constestés par nos politiciens (qui) aident et encouragent les auteurs et profiteurs de ces crimes.
                                           
                                            4. Au final cependant, nous allons vous montrer à vous, le Jury, que le but principal de l’autre camp est d’obtenir un contrôle total et complet sur nous tous. Cela signifie la finalisation de leur pillage et de leur planification, en détruisant délibément nos PME, commerces de détails, hôtellerie et restauration., afin que des plateformes comme Amazon puissent prendre le desus. Et cela implique aussi le contrôle de la population, ce qui (dans leurs plans) nécessite à la fois une réduction de la population et une manipulation de notre ADN par le moyen d’injections d’ARNm. Mais cela nécéssite aussi (dans leut vision), la destruction délibérée de la démocratie, des règles de Droit et de la Constitution par le chaos. De sorte qu’à la fin nous acceptions de perdre nos identités nationales et culturelles au profit d’un gouvernement mondial unique sous l’ONU, qui est maintenant sous leur contrôle total et leur Forum Economique Mondial », un passeport numérique, par lequel chaque mouvement est surveillé et contrôlé, et une monnaie numérique que nous devrons uniquement à la Banque Mondiale devenue la leur bien entendu.
                                           
                                          À la conclusion de l’affaire et après avoir entendu tous les témoignages, nous sommes convaincus que vous recommanderez des actes d’accusation contre les six figures putatives accusées : Christian Droste, d’Allemagne, Anthony Fauci, des Etats-Unis, Tedros de l’OMS, Bill Gates, Black Rock et Pfizer.
                                          Mesdames et messieurs, cette affaire est un programe longuement planifié par un goupe de personnes ultra riches et leur mafia financière, basé à la City de Londres et à Wall Street en utilisant une pseudo pandémie, comme un leurre derrière lequel ils se cachent. Et alors que notre attention est tournée vers la pandémie, ils (oeuvrent à) achever leurs efforts de plusieurs décennies pour finaliser ce contrôle total sur nous.
                                           Il existe de nombreuses plate-formes sur lesquelles ce groupe s’est réuni, et discute de cet agenda mais la plus importante est celle du Forum Economique mondial créé en 1971, par un certain Klaus Schwab âgé à l’époque de 33 ans. Les membres sont au nombre de 1000 sociétés mondiales, avec au moins 5 milliards de USD en ventes annuelles ( CA ?), des politiciens, des représentants des médias, des scientifiques et d’autres soi-disant personnalités de haut niveau. Ils se réunissent une fois par an à Davos mais il existe d’autres réunions de ce type par exemple en Chine. Et depuis 1992, ils ont créé et nous ont présenté leur propre groupe (?) de leaders politiques pour le monde. Parmi les premiers diplomés comme je l’ai déjà mentionnoé, Angéla Merkel et Bill Gates en 1992, les autres sont Sebatien Kurz, jusqu’à récemment chancelier d’Autriche, Justin Trudeau premier ministre du Canada, Jacinda Ardern de Nouvelle-Zélande, Emmanuel Macron président de la République française et bien d’autres encore.
                                          Ce groupe est maintenant appelé « la Clique de Davos ». La « Grande Réinitialisation », un document constituant l’une des sources les plus importantes pour ces informations, fait ouvertement la promotion du transfert des actifs mondiaux vers ce groupe de gens hyper riches pour qu’en 2030, les gens ordinaires n’aient rien et soient heureux, comme déclaré explicitement là, sous leur seul gouvernement mondial avec une monnaie numérique gérée par leur Banque Mondiale Unique. Il y est fait ouvertement la promotion, en étroite collaboration avec des gens comme l’accusé putatif Bill Gates, les Rockfeller et d’autres, de la réduction drastique de la population mondiale, et de la manipulation de l’ADN des populations restantes, jusqu’au transhumanisme.
                                          Leur objectif le plus important est cependant l’implosion contrôlée du système financier, complèrement pillé et l’introduction simultanée de leur monnaie numérique, et tout aussi important, l’introduction d’un gouvernement mondial sous l’égide de l’ONU, qui est passé sous leur plein contôle en 2019. À cet effet ils ont établi des plans concrets pour cette pandémie de Corona, depuis au moins le printemps 2009, l’opération « Dark Winter » suivie par une autre répétition de ce genre, l’exercice de confinemet, de la fondation Rockfeller en 2010 et enfin 1’« événement 201 » en octobre 2019 à New York, par son sponsor la Fondation « Dr Johns Hopkins Centre » l’année dernière.
                                          Dès le début, Mmes et Mrs les membres du Jury, nous donnerons la parole à des experts témoins de tous horizons scientifiques, mais aussi des témoins qui attesteront durant ce procès, des préjudices qu’ils ont subi comme conséquences des injections expérimentales. Après nos déclarations liminaires, nous allons commencer dans une semaine, en appelant un ancien membre de l’armée américaine James Bush qui a participé à l’opération Dark Wnter en 2001 ; Brian Garish et Alex Thomson anciens membres des Services de Renseignement britanniques ; Whitney Webbe et Mattew Ehret journalistes d’investigation ; les dr Syvia Baron et Astrid Stuckelberger , anciennes employées et conseillères de l’OMS.
                                          Ils nous expliqueront le contexte historique et géopolitique de ce à quoi nous sommes confronté et ils nous montreront comment cet agenda est prévu depuis au moins 20 ans, à commencer par l’Opération Dark Winter en 2001, et quelques 10 ans plus tard le scénario du confinement par la Fondation Rockfeller se termainant par la répétition générale, l’événement 201 en octobre 2019. Et ils vont ... »
                                           
                                           
                                           On est résolument entré dans la société de l’hubris.


                                        • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 18 février 13:32

                                          La banque Mondial dans son programme ID4D (Identification for Development) a lancé l’initiative G2Px (government-to-person) début 2020, en partenariat avec la Fondation Bill et Melinda Gates (et pas que d’ailleurs, on peut aussi compter la France, L’Angleterre, le WEF, etc.) :

                                          The ID4D partnership platform and Multi-Donor Trust Fund (MDTF) was launched in 2016 to shape ID4D’s work and the broader digital ID agenda . Over the past five years, ID4D has capitalized on the intellectual partnership with the Bill & Melinda Gates Foundation, the UK government, the Norwegian Agency for Development Cooperation, the French government, the Omidyar Network, and the Australian government, with each bringing their own unique perspectives . When G2Px was launched in 2020, the partnership platform and MDTF were expanded to support both ID4D and G2Px activities . ID4D and G2Px work closely with a range of partners, such as bilateral development and UN agencies, regional organizations, the private sector, civil society, and the academic and research communities.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité