• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le seul progrès technique ne peut constituer un projet de société...

Le seul progrès technique ne peut constituer un projet de société...

Nous vivons une course incessante à la technologie : les progrès techniques connaissent une accélération jamais égalée.

De plus en plus, les machines supplantent l'homme, le libérant de certaines contraintes mais lui enlevant aussi une part de sa liberté en raison de la surveillance permanente qu'implique internet.

Est-ce là un projet de société suffisant ?

"Il ne saurait tenir lieu de morale, ni de politique, ni de spiritualité, ni donc de civilisation...", comme l'écrit justement André Comte-Sponville, dans son ouvrage intitulé L'inconsolable et autres impromptus.

Et, pourtant, nous fonçons tête baissée dans un univers où la technologie est triomphante, sans nous soucier vraiment de préserver notre environnement.

Et même les énergies "vertes" dont on nous vante les mérites sont sources de pollution puisqu'elles font appel à l'exploitation des terres rares dans des pays où on ne se soucie guère d'écologie.

Les hommes politiques tracent-ils des voies nouvelles, des perspectives différentes ? Aucun projet civilisationnel ne se dessine si ce n'est la foi dans le progrès.

Le progrès est utile, bien sûr, mais il ne peut constituer le seul objectif d'une société...

La politique elle-même devient une technique : elle n'a d'autre but que le fait de vouloir s'emparer du pouvoir...

Il nous faut, sans doute, définir un projet fondé sur le respect de la nature, soulignant ainsi l'importance de la pensée, de la réflexion et de la culture si souvent mise à mal dans le monde moderne.

La philosophie des Lumières a bien souligné l'importance de cette libre pensée dégagée de la religion, elle a dénoncé de nombreux préjugés, elle a fustigé les nombreuses inégalités présentes dans la société.

C'est cet esprit qui doit nous guider : les progrès doivent s'accompagner d'une prise de conscience et la fuite en avant à laquelle on assiste ne peut être que néfaste.

Il convient, sans doute, de fixer des limites, poser des garde-fous.

Mais qui s'en soucie ?

Nous sommes, sans cesse, à la recherche de la croissance, l'objectif économique surpassant tous les autres.

Et nous oublions le sens de la mesure, nous nous laissons emporter par l'orgueil, l'hybris, négligeant la nature, détruisant son harmonie.

 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/2018/06/le-seul-progres-technique-ne-peut-constituer-une-projet-de-societe.html

Documents joints à cet article

Le seul progrès technique ne peut constituer un projet de société...

Moyenne des avis sur cet article :  2/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

24 réactions à cet article    


  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 9 juin 2018 10:53

    Sur le plan humain il s’agit d’une totale régression puisque l’humain a construit le « monstre » ou LEVY attend qui peut l’assassiner.


    • rosemar rosemar 9 juin 2018 19:05

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      Une régression, d’autant que l’homme détruit la planète sur laquelle il vit...

    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 9 juin 2018 21:04

      @rosemar


      Avec la technique, vous n’entendrez jamais CECI :https://www.youtube.com/watch?v=G3a1T-9-Up0

    • foufouille foufouille 9 juin 2018 10:58
      un nouvel iphone sort tous les ans.


      • rosemar rosemar 9 juin 2018 18:58

        @foufouille

        En effet, et chaque fois, avec plus de fonctionnalités... Bientôt les hologrammes !

      • foufouille foufouille 9 juin 2018 21:18

        @rosemar

        comme beaucoup de gens, je n’ai pas d’iphone donc la consommatrice, c’est toi.

      • Le421 Le421 10 juin 2018 13:51

        @foufouille

        Dès que je vois le sigle à la pomme, je me demande quelle poire il y a derrière !!  smiley


      • mmbbb 9 juin 2018 12:08

        encore un article sur le matérialisme et l affreux progres technique J avais vu rapidement un debat Onfray et Delsol Chantal sur cette thématique Il est vrai que débattre n est pas une tare mais tous ces philosophes notamment ces deux la n ont pas a se lever tres tot le matin et aller marner afin de survivre Ces deux phillosphes vivent bien et meme tres correctement Quant a l antienne c etait mieux avant , il y avait plus d humanite et etc c ’est lassant le monde d antan n etait pas plus vertueux . Quant a la nature tous le monde veut la preserver et surtout les citadins Ceux la meme qui consomment et prennent l avion pour voyager Quant a moi j ai appris que les relations humaines sont beaucouo trop ténues , alors vive le materialisme J ai le coeur a gauche et le portefeuille a droite le reste me parait que du bla bla


        • rosemar rosemar 9 juin 2018 19:00

          @mmbbb

          Je ne dis pas que c’était mieux avant, je dis que l’humain sort de ses limites et que la terre n’est pas inépuisable...

        • pallas 9 juin 2018 12:26
          rosemar
          Bonjour,

          Je crains fort que vous ne compreniez pas la situation.

          La France est au meme niveau que la Syrie, juste deux ans avant l’actuel guerre civil.

          Ne voyez vous pas la tempête tenebreuse recouvrant La France.

          Les autres nations, tel La Russie et les USA ont coupées tout liens avec la notre, préparant leurs forces armées pour une intervention.

          Le monde n’est pas matérialiste, il n’y a qu’en France ou le peuple vie dans l ’illusion.

          Le prix de l’arrogance et du mensonge la corruption est simple, la disparition, cela à commencé.

          Salut

          • rosemar rosemar 9 juin 2018 19:00

            @pallas

            Quel pessimisme !

          • Ciriaco Ciriaco 9 juin 2018 14:57

            Si l’on dit qu’« on arrête pas le progrès », dit-on aussi souvent qu’on fait des progrès ?


            Le progrès, communément entendu, est surtout un système en marche qui s’articule autour d’une technique devenue articulation des moyens sans finalité, si ce n’est celle du pouvoir économique dont on connait très bien le champ (et chant) lexical technologique (innovation, disruption, développement, challenge, etc.), et ceci pour le voir tant mis en avant chez nos ignorants les plus savants.

            Cette technique sans fin (dans les deux sens du terme) est le signe d’une autonomisation de la technique (du progrès prométhéen à l’économie de la technique). Du point de vue social et politique (le point de vue de la finalité), on peut dire qu’il s’agit globalement d’une technique de la faiblesse, en ce sens que si la technique nous a permis de nous affranchir des sévères contraintes naturelles et de développer l’intelligence (techniques positives), elle est maintenant aussi une contrainte de l’intégration sociale et économique, sans que l’on puisse en saisir justement le moyen (techniques négatives).

            Loin de cela et qui ne va pas sans une histoire, celle du mythe contemporain de la technique, il n’est pas inutile de rappeler qu’il n’y a pas de progrès sans mémoire, pas de progrès sans transmission, pas de progrès avec la seule inventivité.


            • rosemar rosemar 9 juin 2018 19:01

              @Ciriaco

              La technique progresse, mais l’homme ?

            • Ciriaco Ciriaco 9 juin 2018 23:05

              @rosemar
              « La technique progresse » ?


              C’est justement ce qu’il y a dans son changement radical que je commentais. L’homme... par quel miracle faudrait-il le croire à ce point libre pour qu’on puisse seulement lui imaginer une minuscule chance de pouvoir s’affranchir des conditions, scandaleuses et dramatiques, de son époque ?

            • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 9 juin 2018 23:29

              @Ciriaco Vrai. Rien à dire de plus.


            • Jean Roque Jean Roque 9 juin 2018 19:45

               
              « Avec la technique, la neutralité spirituelle a rejoint le néant spirituel. Après avoir fait abstraction de la religion et de la théologie d’abord, puis de la métaphysique et de l’État, on semble à présent faire abstraction de toute culture et avoir atteint la neutralité de la mort culturelle [...] Le processus de neutralisation progressive des divers domaines de la vie culturelle touche à sa fin parce qu’il a atteint la technique. La technique n’est plus un terrain neutre [...] toute politique forte se servira d’elle [...] Il n’y aura de jugement définitif que l’on aura constaté quelle espèce de politique est assez forte pour s’assujettir la technique moderne et quels sont les véritables regroupements en amis et ennemis opérés sur ce terrain nouveau. »
               
              Carl Schmitt La notion de politique.


              • Jean Roque Jean Roque 9 juin 2018 19:55

                 
                La gouvernasse algorithmique : conf Normal Sup
                 
                https://www.youtube.com/watch?v=bNN3PMkMSfY
                 

                ’« Le gogochon, ce baveux de phéromones numériques, est gouvernassé par les cookies, qui assure le statu quo immanent du système. » Le Seigneur Zuk


                • Raymond75 10 juin 2018 08:47
                  Le progrès technique ne peut être une fin en soi et le seul but d’une civilisation, mais il est la condition indispensable au progrès social et culturel. On ne peut ni réfléchir ni s’épanouir dans la misère, et là où il n’y a pas de progrès technique sévit la ’tradition’ qui écrase les hommes et surtout les femmes ...

                  C’est l’amélioration des conditions de vie qui fait que naturellement le nombre de naissances tend vers deux, dans tous les pays du monde. Lorsqu’il n’y a pas d’espoir d’une vie normalement confortable, c’est soit la fuite éperdue, comme en Afrique, soit avoir des familles nombreuses pour assurer sa vieillesse ... comme en Afrique toujours.

                  Qui d’entre nous souhaiterait consacrer ses dimanches à laver son linge dans une lessiveuse, à se passer de réfrigérateur et de congélateur ? a passer toute son existence dans un rayon de 20 km ? A n’avoir aucune ouverture sur le monde et les idées car sans radio ni télévision, ni cinéma ? A voir la majorité de ses enfants mourir avant d’être adultes ? C’était pourtant les conditions de vie ’normales’ il y a 150 ans, au19ème siècle, avant le progrès technique, accompagné du progrès social.

                  Qui trouverait normal d’avoir une espérance de vie de 50 ans ?

                  Ce qui est condamnable c’est la cupidité, l’envie de posséder toujours plus, la corruption, le mépris des plus modestes, la destruction des liens sociaux. Ce qui est condamnable c’est l’orientation sociale que nous impose le capitalisme financier et mondialisé.

                  • Ciriaco Ciriaco 10 juin 2018 14:16

                    @Raymond75
                    Votre commentaire serait un nième témoignage du caractère insécable de la technique. Neutre et sur laquelle ne peut s’exercer de moral. Nous ne sommes plus dans ce temps là.


                    Techniques de rentabilité et de maximisation du profit, techniques managérial et de la division du travail, technologies du big-data et techniques du lien, technique de communication et de marketing, techniques de l’information, techniques sélectives... nous ne sommes plus seulement dans le champ traditionnel de la technique, celle qui permettait d’améliorer les conditions de vie parce qu’elle s’accompagnait d’une finalité sociale et politique.

                    Nous sommes aux prises avec une technique qui va de pair avec la concentration du capital et qui sert essentiellement ses modèles économiques et leur domination. Lorsqu’il a été décidé dans des écoles de la pensée économique que les choix économiques ne devaient être pas débattus, que l’économie devait s’éloigner des structures démocratiques, c’est une méga-machine qui a été mise en place. Un vaste ensemble de techniques aujourd’hui en sont le moyen. La technique dans ce sens n’est plus un moyen humain, et face à un environnement fortement technicisé de la sorte, nous ne trouvons pas de moyen d’action et d’indépendance, ce qui est pourtant le propre d’un outil et d’une technique dans un environnement donné. Il s’agit donc d’une technique négative, qui va a contrario de ce qu’elle a permis jusqu’à il y a peu.

                    Dans cette totalité machine, Il y a non seulement un mythe de la technique et mais aussi maintenant un sacré transféré, celui des caractères de la vie dans la technique (transhumanisme, IA, etc.). La technique, en tant qu’aliénation privatif de moyen, doit être critiquée urgemment.

                  • Raymond75 10 juin 2018 18:43

                    @Ciriaco

                    Vous n’avez pas lu ma conclusion (’lire la suite’) : "Ce qui est condamnable c’est la cupidité, l’envie de posséder toujours plus, la corruption, le mépris des plus modestes, la destruction des liens sociaux. Ce qui est condamnable c’est l’orientation sociale que nous impose le capitalisme financier et mondialisé.« .

                    Le mode économique que nous subissons, qu’une écrivaine avait appelé »l’horreur économique" n’est qu’un mode de gestion, condamnable. IL y en a d’autres possibles, si la société retrouve ses valeurs et les défend.

                    Mais que dire du passé ? C’était sympa ? cool ? et que dire des pays encore plongés dans la misère ? Super écologiques ? conviviaux ?

                    Aujourd’hui, il serait possible d’offrir des conditions de vie décente à l’humanité, et de mettre fin au gaspillage, aux pollutions, et aux injustices. La technique le permet ; ce sont les organisations économiques qui ne le permettent pas.


                  • Ciriaco Ciriaco 10 juin 2018 19:26

                    @Raymond75
                    Je vous ai bien lu et l’horreur économique n’est pas un livre que j’ai découvert récemment, pas plus que cette horreur ne m’a épargné (précarité, chômage, délocalisation, burn-out, non-droit divers, logements insalubres et j’en passe et pas des moindres en ce qui concerne les rapports sociaux liés à ces situations). 


                    Les choses sont cependant bien plus liées que vous ne le dites. Il y a un caractère technique extrêmement présent qui détermine maintenant l’intégration sociale et économique - une technique qui n’est pas simplement l’exercice d’un outil (ou d’un gadget). Vous contournez la liste, non exhaustive, dont je fais état et son extrême présence au coeur des pratiques contemporaines : travail, loisir, expression, information, communication, rentabilité... une liste longue. Si la technique ne se résume pas à un procédé de fabrication, elle tend cependant de plus en plus à produire l’humain, à le sélectionner et à le soumettre jusque dans des aspects mythologiques et sacrés.

                    Il y a à ouvrir les yeux sur cet élément et à sortir d’une neutralité supposée. Un élément qui s’appuie sur les aspects idéologiques les plus extrêmes de... l’horreur économique actuelle.

                    Dans un monde aussi technicisé, la technique n’est plus conçue pour une indépendance vis-à-vis de l’environnement et de ses contraintes, comme il l’a toujours été ; il est conçu a contrario - comme un outil de dépendance et de totale normativité. C’est là l’inversion dont je parle.

                  • rosemar rosemar 10 juin 2018 22:20

                    @Raymond75

                    Ce qui est condamnable, c’est aussi la destruction de notre planète et des espèces qui y vivent.

                  • Ciriaco Ciriaco 10 juin 2018 23:13

                    @rosemar
                    ... qui est liée au productivisme, à l’appropriation des écosystèmes, à la priorité de l’intérêt économique sur l’intérêt écologique, à l’absence obstinée d’indicateurs sur les marchés, à l’absence de la notion politique de biens communs (qui nécessiterait l’extension du public contrairement à sa destruction au profit du privé), à l’ignorance d’une règle verte (on ne prend pas plus qu’on ne produit), et à la non-volonté évidente de moins consommer...


                    ... tout cela armé de la technique normative d’un ordre qui n’en finit visiblement jamais et de sa mythologie productiviste et travailliste du progrès.

                    Je vous souhaite de bonnes futures manifs, car nous n’étions pas assez, si dans votre lieu de travail le droit de grève est considéré comme la législation le précise !

                    Bonne nuit (elle tombe en effet toujours plusieurs fois, comme le dit la poète Marie de Quatrebarbes) !

                  • Le421 Le421 10 juin 2018 13:53
                    Je l’ai dit cent fois.
                    Voilà la cent-unième !!

                    A quelle point il faut être con pour croire que dans un monde fini, la croissance et le progrès seront infinis ?
                    A quelle point il faut être con pour vouloir piloter sa cafetière avec un smartphone...

                    Et pourtant...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès