• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le teigneux et l’irresponsable

Le teigneux et l’irresponsable

teigneux : Qui a de la teigne. Personne hargneuse, tenace dans sa méchanceté.

teigne : Familier. Personne méchante, hargneuse, rancunière.

Le Larousse

L’hebdomadaire Le Point du 10/10/2018 titre sans rire pour illustrer une photo : « Le teigneux. Pourquoi Macron ne veut rien lâcher ? »

Le mardi suivant (16/10/18), se déroulaient les perquisitions chez les Insoumis avec les suites médiatiques que l’on connaît. Une occasion pour l’hebdo de reprendre son titre et d’illustrer ainsi cette fois une photo de Mélenchon, les yeux révulsés, etc... Mais non ! Il titre insolemment : « Peut-on encore vieillir en France ? ».

Le magazine de François-Henri Pinault serait-il en train de retirer son soutien au plus jeune président de la Vème ? Va-t-il oser bientôt titrer sur la hausse de la CSG pour les retraités et leurs manifestations sous les banderoles de la CGT ?

Aucun risque en revanche avec le journal Le Monde. Certes, le quotidien a sorti l’affaire Benalla, mais pas un instant Xavier Niel et Matthieu Pigasse n’avaient imaginé que les choses allaient s’emballer à ce point.

Aussi, dès le 08/09/18, le quotidien de révérence, par la voix de son médiateur, osait faire son mea culpa : « Le Monde » a-t-il surjoué l’affaire Benalla ? »

Et le 17/10/18, il n’hésitait pas à titrer  : « Non, la perquisition subie par Jean-Luc Mélenchon et LFI n’est pas « politique » » 

Ici, la mission était confiée aux fameux « déconneurs du Monde ». Sur leur site, ils portent fièrement leur mot d’ordre : « venons-en au faits ».

En fait, leurs supérieurs leur ont seulement de demander de répéter, à qui pourrait ne pas entendre ou vouloir ne pas entendre, la vérité officielle, celle qui devra être retenue. Autrefois, on disait « la pravda ».

Développant leur casuistique, ils n’hésitent pas à poser la question : « La comparaison avec Emmanuel Macron est-elle pertinente ? » Et ils ne se contentent pas de répondre par la négative. Ils se livrent à une analyse juridique époustouflante :

« Emmanuel Macron n’est pas parlementaire, mais chef de l’Etat. A ce titre, il est jugé « irresponsable » pour tous les actes accomplis dans le cadre de sa présidence. Il bénéficie, en outre, d’une inviolabilité, qui fait que, durant son mandat, aucune procédure ne peut être menée à son encontre, y compris sur des faits antérieurs à son élection. En clair, tant qu’il est à l’Elysée, il ne peut subir de perquisition. »

https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2018/10/17/non-la-perquisition-subie-par-jean-luc-melenchon-et-la-france-insoumise-n-est-pas-politique_5370832_4355770.html

 

Etait-il nécessaire de rappeler combien le petit président est « irresponsable » depuis qu’il est parvenu aux responsabilités ?

Mais c’est le génie de la langue française de décrire ainsi le principe de la monarchie présidentielle établi par la constitution de la république gaullienne.

Si, sur un malentendu, Mélenchon, cet irresponsable teigneux, était parvenu aux responsabilités, il aurait lui aussi bénéficié de cette protection juridique, de cette irresponsabilité. Il aurait, cette fois, affirmé : « Je suis intouchable, je suis la République ». Et Mediapart serait alors entré dans l’opposition, et pourquoi pas, entré dans le maquis.

Bien entendu, les choses avaient été préparées en amont pour éviter une telle éventualité. Mais il n’est pas exclu que le problème se pose à nouveau. Mélenchon aura plus de 70 ans en 2022. Il aura peut-être passé la main. Macron en aura peut-être fait autant, quoique beaucoup plus jeune, mais il est déjà très usé, le petit teigneux. Bruno Le Maire est déjà prêt à reprendre le flambeau , mais il devra peut-être affronter Edouard Philippe dans une « primaire du centre-droite ».

C’est en prévision de cette éventualité que Macron le Teigneux, avec la complicité de la majorité du « quatrième pouvoir », tente dès aujourd’hui, mais avec difficulté, de présenter l’enjeu des prochaines élections européennes comme la confrontation entre de prétendus « progressistes » et de prétendus « nationalistes ». Ce scrutin n’a pas une importance capitale puisque, sauf résultats vraiment catastrophiques, le souverain ne songera pas à une dissolution de sa majorité parlementaire, encore moins à sa propre dissolution par une abdication.

Mais, vu la politique « européenne » que mènent les gouvernants français, il n’est plus impossible de voir l’emporter sur le fil, en 2022, un candidat qualifié de « nationaliste » par ceux qui se prétendent « progressistes ». C’est ce qui s’est passé en Italie pour des élections législatives de 2018.

Si le vainqueur est issu d’une gauche qualifiée abusivement de « nationaliste » par Mediapart, une gauche inspirée, dira-t-on dans les « milieux autorisés », par un modèle latino-américain, ce sera alors le scénario brésilien. S’employer à le faire tomber à tout prix, au risque de susciter ensuite l’élection d’un Bolsonaro à la française, pas forcément un teigneux, mais une ou un irresponsable au sourire ravageur.


Moyenne des avis sur cet article :  3.57/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Fergus Fergus 23 octobre 2018 17:53

    Bonjour, Jules

    « Ce scrutin n’a pas une importance capitale puisque, sauf résultats vraiment catastrophiques, le souverain ne songera pas à une dissolution de sa majorité parlementaire, encore moins à sa propre dissolution par une abdication. »

    En réalité, Macron ne risque rien en mai 2019. Et pour cause : LREM, parti qui n’existait pas en 2014, ne dispose d’aucun élu au parlement européen. Dès lors, et même s’il fait un résultat médiocre, il prendra mécaniquement des sièges à LR et au PS, ce qui permettra aux porte-paroles LREM de se féliciter des résultats et de se vanter de disposer désormais de x députés européens.

    Pour ce qui est 2022, il est beaucoup trop tôt pour envisager un scénario crédible. De plus, ce serait une grosse erreur d’enterrer Macron trop tôt : l’homme dispose encore d’une base solide et pourrait bénéficier d’une éventuelle baisse du taux de chômage pour tenter de « rempiler » avec succès.

    Personnellement, je pense que le tournant du quinquennat sera la réforme des retraites. Si Macron s’en sort sans dommage - comme cela a malheureusement été le cas sur les précédents dossiers -, alors le jeu politique sera à nouveau ouvert pour lui. D’où la nécessité de lutter contre cette réforme à venir. 


    • Jules Elysard Jules Elysard 23 octobre 2018 19:04
      @Fergus
      Je n’enterre pas Macron. Ses employeurs l’ont placé là comme l’un de plus brillants employés, promis à un bel avenir. Mais il a déjà compromis ce bel avenir par ces comportements. Bruno Le Maire est plus vieux, mais bien plus sérieux.

      Quant aux européennes, c’est vrai, LREM part de zéro et ne peut donc que « progresser ». Mais c’est peut-être que de cette façon là qu’ils passeront pour « progressistes ». Il n’y a pas si longtemps, ils prétendaient être la première liste en nombre d’élus.

      D’accord évidemment pour s’opposer à la réforme des retraites qui s’annonce. C’est une des raison, d’ailleurs, de l’offensive contre la FI. Offensive dans laquelle Macron a des alliés : ce qui reste du PC, du PS, de EELV, etc, et qui prétend offrir une alternative « crédible ».

    • baldis30 23 octobre 2018 20:10

      bonsoir,

      Si le propriétaire du titre a une influence sur le contenu on ne peut oublier qu’il vient du monde industriel avec donc une autre perception des réalités...

      Dans toute l’Histoire ce sont ces ralliés qui ont fourni l’échelle et qui la retire pour leur propre sécurité ! Allons à l’extrême .... quelles personnes soutenaient l’adolf avant 1939 et réussirent à sauvegarder leur patrimoine INDUSTRIEL à l’abri des bombes alliées pour le récupérer en 1945 ... ben voyons ... j’ai pris un exemple extrême mais il y en a de bien d’autres connus, comme par exemple pendant WW1 le secteur de Briey .... meuh non c’est un hasard ... un hasard ...


      • math 24 octobre 2018 07:57
        Pourquoi Macron ne veut rien lâcher ? 
        Parce qu’il travaille pour les banques et les marchés de la bourse..c’est à dire ceux qui ont l’argent et le pouvoir sur les ^pauvres !

        • zygzornifle zygzornifle 24 octobre 2018 11:52

          @math


           Meme sa Brigitte il ne veut pas la lâcher ....

        • zygzornifle zygzornifle 24 octobre 2018 11:51

          Macron n’est pas irresponsable , tout le mal qu’il fait il le fait avec grand plaisir ....

          on voit bien que Machiavel est son mentor ....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès