• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le temps des Covidéens

Le temps des Covidéens

Il fait déjà sombre en ce début de soirée. La pluie froide et dense dégouline sur son visage affublé d’un masque en tissu déjà trempé. Tête rentrée dans ses épaules, Raphaël traverse d’un pas vif la place Kléber presque vide, laissant derrière lui le triste grand sapin de Noël qui scintille malgré tout. Strasbourg, et à vrai dire, toute la France, s’apprêtent à essayer d’achever cette terrible année 2020 tant nous sommes tous épuisés et éprouvés par cette crise sanitaire qui n’en finit plus depuis le printemps. « Finira-t-elle un jour d’ailleurs ? » pensa Raphaël. Pour la seconde fois en moins de trois ans, le séculaire marché de Noël a été annulé par les autorités. Après l’attentat terroriste de décembre 2018, c’est la crise de la COVID-19 qui en est la cause. Si le port du masque a été rendu obligatoire partout et tout le temps depuis l’été, il est impossible de garder les distances de sécurité avait clamé le préfet dans son allocution du 16 novembre. Depuis plus de 450 ans, chaque année en décembre, plusieurs milliers de personnes déambulent dans les allées étroites du centre historique de la ville et s’agglutinent devant les chalets décorés des commerçants. Pas pour Noël 2020.

« Le cœur n’y est pas » se disait Raphaël d’autant plus que les Alsaciens ont payé le prix fort au début de la pandémie. Ce putain de virus était insensible aux changements de température. Plus précisément, les variations de température encourageaient en quelque sorte sa mutation qui maintenait ainsi sa virulence et sa contagiosité élevée pour paraphraser les épidémiologistes.

Sa mère, résidente d’une maison de retraite au sud de Dijon, Raphaël ne l’avait pas revu « pour de vrai » depuis les vacances de février. Précisément depuis le 19 février pour fêter son 77ème anniversaire. La technologie avait pourvu de lui procurer une solution de raccroc. Il la « voyait » désormais deux ou trois fois par semaine, à travers l’écran d’une tablette. Et discuter et échanger avec sa mère, il sentait bien que ça leur faisait grand bien à tous les deux. Une semaine sur deux venait s’ajouter la consultation de groupe organisée par le psychiatre de l’EPHAD pour encourager la prise de parole des résidents et tenter de les libérer de leurs angoisses. La peur de sortir, la peur de la proximité, la peur de la solitude. Bref, tout simplement, la peur de vivre. Ces aînés-là n’étaient pas atteints de la maladie. Mais, ils se savaient plus vulnérables et de ce fait, plus mortels que tous les autres.

La question qui préoccupait les médias était de savoir si le pays allait atteindre et sans doute dépasser les 70 000 décès de la COVID-19 avant la nouvelle année. Qu’ils soient décédés ou toujours vivants et malades, ces gens avaient désormais un qualificatif, pour ainsi dire un patronyme : les covidéens. Comme il y avait eu les cancéreux, les diabétiques ou les sidéens, l’on comptait à présent parmi nous les covidéens dont les troupes enflaient chaque semaine écoulée.

Sur les pistes cyclables strasbourgeoises pourtant nombreuses, il n’était plus rare de croiser plusieurs fauteuils roulants en file indienne pilotés par de jeunes adultes. Seconde vague ou pas, dès septembre, le virus les avait frappés par milliers au retour des vacances. Les jeunes adultes mouraient peu mais la maladie laissait de douloureuses séquelles, longues à se résorber. Perte de l’odorat, difficultés respiratoires persistantes pour les cas les plus graves, insomnies, exacerbation des pathologies préexistantes.

Fin octobre, la polémique sur le nombre insuffisant de fauteuils roulants et sur leurs prix élevés avaient conduit plus de 43 500 manifestants selon les chiffres de la préfecture de police à envahir le périphérique parisien. En plus d’obtenir satisfaction, ils étaient parvenus durant toute la journée à immobiliser entièrement les 35 kilomètres de l’artère circulaire parisienne. Peut-être poussée par son épouse Brigitte, âgée de 67 ans et demi, notre premier de cordée à la pensée si complexe avait présenté le soir même aux français les termes précis de la commande de 32 000 fauteuils au consortium chinois. Il avait concédé qu’ils seraient vendus à prix coûtant. Difficile de le vérifier sauf peut-être pour un journaliste fin limier de Médiapart. Comme l’affirmait Henri QUEUILLE, « les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent ». En tout cas, depuis une semaine, les premières livraisons étaient en train de se réaliser.

Les plus âgés eux, décédaient en plus grand nombre. C’est pour cela qu’ils se terraient chez eux et qu’ils ne se hasardaient plus à l’air libre que par obligation, masqués, gantés et visières translucides vissées sur la tête. La municipalité de Strasbourg rencontrait un certain succès en présentant une exposition de photographies de covidéens. De grands portraits en 4 x 3 en noir et blanc de tous ces anonymes alsaciens surplombaient les eaux du quartier pittoresque de la Petite France. Certains trouvaient ces images trop réalistes, trop vraies. Mais aussi plus morbides.
« Avec leur nom et leur âge inscrits en bas du portrait, on dirait des faire-part de décès » pensait Raphaël.

L’hygiénisme politique diffusait partout dans la société. Les magasins étaient dévalisés de leurs stocks de désinfectants et autres produits antimicrobiens de nettoyage. Ne pas porter de masque protecteur même à l’air libre attirait les regards réprobateurs des personnes croisées. C’était devenu impensable dans un espace clos et même interdit depuis le 1er octobre, sous peine d’une amende de 375 euros. La peur était si présente que des commissariats de police croulaient sous les dénonciations. Dégainer son smartphone, prendre la photo ou une vidéo de quelques secondes du quidam sans masque et la poster sur le site de la police prenaient moins d’une minute.

Pendant ce temps-là, les philosophes des plateaux télévisés s’entredéchiraient violemment des heures durant pour désigner les bourreaux responsables selon eux, de la suppression de nos libertés. 

 

Bertrand RENAULT – 8 août 2020. 


Moyenne des avis sur cet article :  3.48/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

38 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 9 août 15:46

    Pourtant, la Suisse n’est pas loin de Strasbourg. Le virus s’arrête-t-il comme les radiations de Tchernobyl ? Aux frontières ?


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 9 août 16:21

      covideux ou corostiférés n’auraient pas été mal non plus


    • Clocel Clocel 9 août 16:27

      @Séraphin Lampion

      Depuis, on est passé à l’EPR, plus de radiations du tout, pas d’électricité non plus d’ailleurs, on ne peut pas tout avoir ma bonne Germaine.
      Vous vous croyez où ? En Chine ?
      Depuis que Bouygues nous informe mal, il ne sait plus faire de béton correctement, et trouver un mec qui sache faire une soudure convenable en France, c’est un vrai challenge.
      Pas grave, on diffuse la 5G, partant du principe que n’importe quel taré disposant de ses deux pouces a bien le droit de communiqué son ignorance à la vitesse de la lumière.
      On vit une époque formidable, le troupeau a choisi de vivre en stabulation libre, exit les vacuoles de solitude au père Deleuze, ils n’ont donc plus rien à se dire, mais ils copient/collent les journaux de la veille, après le prêt à chier des Supermarchés, on a le prêt à gerber des médias.


    • foufouille foufouille 9 août 16:36

      @Clocel

      tout le monde ne peut en ta terre creuse et ton complot mondial et en plus manger bio bobo.


    • Clocel Clocel 9 août 16:42

      @foufouille

      T’as récupéré le concept de creusitude ma bonne foufouille !?

      Depuis que les khmers verts sont passés dans le vocable courant, tu as dû rebondir et trouver un autre moyen de te singulariser !?
      Je comprends...


    • foufouille foufouille 10 août 09:05

      @Clocel

      si tu préfère khmer vert .......


    • Jean Guillot le retour Jean Guillot le retour 9 août 16:45

      Je suis chargé sur ce site et d’autres encore de surveiller les complotistes en tout genre , agoravox a été classé 7 sur l’échelle des complotistes dangereux .

      portant atteinte à la sécurité du territoire .

      Jean Guillot ; Consultant en sécurité intérieure


      • Rinbeau Rinbeau 9 août 18:05

        @Jean Guillot le retour

        Je connais les sites classés 10 sur l’échelle des complotistes dangereux !
        TF1  FRANCE 2  BFM TV  LCI   CNEWS

        Vous avez là de quoi consulter !

        LOL


      • Bec à foin Carabosse 9 août 18:33

        @Rinbeau

        le pire, c’est FR3 régions : ils adaptent la trouille à la culture régionale
        c’est Marcel et Germaine qui viennent eux-mêmes espliquer à leurs congénères comment ils ont aménagé leur potager pour pas cracher sur les feuilles de carottes, avec double visière et masque à gaz... et tous les maires défilent pour jurer sur la constitutions que si y a des cas, y z’y sont pour rien et qu’il faudra quand même voter pour eux la prochaines fois, paskeu y respectent les getes barrière


      • Bendidon Bendidon 9 août 19:07

        @Jean Guillot le retour

        Il y a 3 types de personnes : les comploteurs , les complotistes (terme inventé par les comploteurs) et les Contoucourts (ceux qui pensent que les complots n’existent pas)


      • Rinbeau Rinbeau 9 août 19:22

        @Bendidon

        Les contoucourts quand même plus petits que les contoutdulongs !


      • Rinbeau Rinbeau 9 août 19:26

        @Rinbeau

        Les contoutdulongs (ceux qui savent que les complots existent, mais qui veulent faire croire qu’ils n’existent pas)


      • Le421 Le421 9 août 20:11

        @Rinbeau
        Et France Infox...
        Ne pas oublier.
        C’est la chaîne Pathé Marconi, la voix de son maître !!  smiley


      • nono le simplet 9 août 17:16

        sombre et j’espère de science fiction ...


        • Old Dan Old Dan 9 août 17:17

          ... Eve dit à Adam :

          — Mange ça, c’est le fruit de l’arbre de la Connaissance, bla bla...

          Ainsi fut créée la première fake news, dont quelques disciples dévoués d’AGV entretiennent encore le culte grâce à leur imagination et à leur cubi de rosé !

          Soyons un peu reconnaissants !


          • nono le simplet 9 août 17:19

            @Old Dan
            grâce à leur imagination

            leur imagination, leur imagination ... t’es dur avec eux ...


          • cétacose2 9 août 18:49

            Erreur sur la date mentionnée ,il ne s’agit pas de fin 2020 mais de fin 2030 .C’est vraiment un virus trés bien mis au point !


            • Simple citoyenne Simple citoyenne 9 août 19:56

              C’est bien écrit.


              • Le421 Le421 9 août 20:14

                Finalement, à la campagne, on le vit assez bien.

                Et de belles économies à la clé !!

                Si, si, je vous assure.

                Avec un masque sur le pif, on n’a guère envie de branler des heures dans les bouclars pour faire du « choping » !!  smiley


                • I.A. 9 août 23:13

                  @Le421

                  Z’avez bien raison. Nous, pareil : z’auront plus not’ pognon, les ducon-du-mask’ !


                • saint louis 9 août 22:15

                  Ce matin j’arrive à la boulangerie sans mon masque, un régal cette obligation, heureusement que le boulanger est plus cool que la boulangère sinon tintin les croissants.


                  • AlLusion AlLusion 10 août 09:28

                    @saint louis,
                     Qu’est-ce que permet le masque ?
                     Cacher son caractère et parfois son hypocrisie.
                     


                  • I.A. 9 août 23:15

                    @bertie1064

                    Merci pour ce joli et triste texte.

                    Et continuez s’il vous plaît.


                    • AlLusion AlLusion 10 août 09:22

                      @I.A.
                       Je suis aussi de cet avis.
                       Continuer à romancer une situation donné, j’adore. 


                    • AlLusion AlLusion 10 août 09:30

                      Essayer la prochaine fois d’y ajouter l’humour et là je serai comblé.


                    • alinea alinea 9 août 23:22

                      Bon, suis restée comme deux ronds de flan, pas bien compris les tenants et les aboutissants, trouvé le texte comme écourté parce que pas osé, bon...


                      • AlLusion AlLusion 10 août 09:25

                        @alinea bonjour,
                         C’est ce que vous n’avez probablement pas compris avec votre bouclier et votre lance prête à être jetée sur tout ce qui passe et qui ne correspond pas à vos désirs : IL N’Y A PAS DE TENANTS ET ABOUTISSANTS.
                         Si un jour vous écrivez un roman à succès, vous comprendrez qu’il faut broder sa vie et pas la présenter toute crue. Cela n’intéresse pas beaucoup de monde.


                      • Patrick Samba Patrick Samba 10 août 12:07

                        @AlLusion
                        «  Si un jour vous écrivez un roman à succès, vous comprendrez qu’il faut broder sa vie et pas la présenter toute crue »

                        Vous n’auriez pas fait de la belle graine de collabo vous à l’époque, ILlussion ?

                        "La question qui préoccupait les médias était de savoir si le pays allait atteindre et sans doute dépasser les 70 000 décès de la COVID-19 avant la nouvelle année. Qu’ils soient décédés ou toujours vivants et malades, ces gens avaient désormais un qualificatif, pour ainsi dire un patronyme : les covidéens.

                        Les jeunes adultes mouraient peu mais la maladie laissait de douloureuses séquelles, longues à se résorber.« 

                        Alinea est la seule à »trouver le texte comme écourté parce que pas osé"

                        .
                        Moi je vais plus loin, ce texte est juste à gerber. Ce n’est pas une fiction destinée à faire peur en période sociale calme. On y est en plein dedans dans cette folie que certains entretiennent. Lamentable !
                        Et on peut voir comment le nono en est mielleusement à espérer que les choses ne se présentent pas comme ça. Mais c’est lui qui prépare cet avenir !


                      • Patrick Samba Patrick Samba 10 août 12:12

                        Lui, et l’auteur qui en rajoute en éléments d’inquiétude injustifiés !

                        Où a-t-il lu que « Les jeunes adultes mouraient peu mais la maladie laissait de douloureuses séquelles, longues à se résorber. » ???

                        A gerber !


                      • alinea alinea 10 août 18:11

                        @AlLusion
                        Par tenants et aboutissants, je voulais dire que la tendance alarmiste à la mode imposée, n’est pas complétement assumée, on vogue sur du mou, sans intérêt. Je vois que mon voisin du dessous a envie de vomir ( ou du dessus , je ne sais plus comment les choses s’agencent), moi pas encore mais je comprends cette nausée.
                        Je n’écris pas de roman à succès, je trouve la vie beaucoup plus riche, plus belle, plus dense que toute élucubration cérébrale !


                      • Jean Keim Jean Keim 10 août 07:59

                        L’épidémie du covid-19 ne tient plus que par l’aveuglement collectif.

                        Une croyance dure tant qu’elle a des adeptes.


                        • Bec à foin Carabosse 10 août 09:57

                          @Jean Keim

                          Les croyances sont des certitudes sans preuve, et toute vérité est fausse jusqu’à preuve du contraire. Croire que le relief d’une région est immuable est suffisant et même nécessaire dans la vie quotidienne, alors que le relief est dynamique à longue échéance.

                          Toute information est susceptible d’une confiance graduelle, plutôt que d’une adhésion ou d’un rejet catégorique, et le principe de vérité de chacune de ces croyances dépend du succès de ces actions. La manip du covid, du confinement et du masque repose sur la même imposture que celles de toutes les religions et que Pascal a résumée sous la forme de son pari : « j’ai intérêts à parier que dieu existe parce que s’il n’existe pas, je ne perds rien à y avoir cru, mais s’il existe et que je n’y ai pas cru, je risque de passer l’éternité en enfer.

                          Il n’y aura jamais plus de preuve du contraire pour l’efficacité du masque que pour celle de la poudre anti-éléphants : j’en mets tous les matins sous les fraisiers, et la preuve que ça marche, c’est que les éléphants ne viennent pas !


                        • Jean Keim Jean Keim 10 août 13:28

                          @Carabosse

                          Mais il est possible que votre obstination à mettre de la poudre anti-éléphant face fuir cet animal qui est, comme chacun le sait, désireux de nouer des contacts amicaux.


                        • Jean Keim Jean Keim 10 août 20:02

                          @francis29

                          Une vérité est toujours relative quand elle est formulée.


                        • Loatse Loatse 10 août 09:42

                          Une jolie plume, toutefois je suis restée un peu sur ma faim ; celle du changement induit par plusieurs facteurs dont ce fameux covid.

                          Je perçois plutôt des plateaux télé délocalisés dans un mouvement (déjà enclenché en mode réel et non fictif), de transhumance de nos parisiens vers les campagnes, les petites villes de province...

                          Poussés par la pollution croissante, la densité de la population, les manifestations hebdomadaires de différents mouvements contestataires, les canicules à répétition, les travaux incessants et enfin, ce virus qui s’épanouit dans la densité des transports en commun, au milieu des foules des boulevards, Paris se vide..

                          Si le mouvement resta inaperçu du grand public cette dernière décennie, celui ci s’accéléra soudain. Le marché immobilier en prit un coup, les appartement furent bradés, cédés pour une bouchée de pain .

                          C’est alors que les classes populaires reléguées en banlieue dans d’hideux immeubles se réapproprièrent la cité, telle une sève humaine qui revitalisa ce qui n’était plus qu’une ville-vitrine sans âme..


                          • nono le simplet 10 août 10:17

                            tiens ... je n’y avais pas pensé sur le coup ... ça me rappelle une BD de Christin et Bilal ...« La ville qui n’existait pas » ... même ambiance grise et jeunesse désemparée ... et aussi la riche héritière en fauteuil ...

                            être comparé à Christin ... ça ressemble à un compliment ...


                            • Le covid contient une séquence inhabituelle( confirmé) .
                              De ce fait la recherche d’un vaccin et surtout d’un médicament devient plus complexe, plus délicate .
                              En conséquence de quoi les solutions actuelles avancent lentement car rien n’est moins sûr.

                              évidemment le port du masque n’est pas motivé par le retour ou la rémanence du covid mais par le fait que le comédien Eddy Macron n’a pas abandonné le copermo et son application.

                              En résumé, la publication graphique de 2018 du journal The Economist « The world in 2019 » confirme que l’on est bien dans le déroulement d’une abominable Machination des artificiers du club Bildeberg ...etc.
                              Relire Carroll Quigley .....


                              • Copain 11 août 11:08

                                Le Coronavirus est juste là pour masquer la faillite bancaire du système et nous mener droit vers cette saloperie qu’est le nouvel ordre mondial. (Anti-Christ)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

bertie1064


Voir ses articles



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité