• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le travail est-il encore un libre choix ?

Le travail est-il encore un libre choix ?

Ce que vous allez lire est une lettre de l'Assurance Maladie, service médical, pays de la Loire, envoyée a un de ses employés qui refusait l'injection "obligatoire". Trois pages coercitives explicatives, avec en conclusion l'obligation vaccinale fixée au 16 octobre 2021, dernier carat. Après cette date, s'il n'est pas vacciné, plus de travail et plus d'indemnités. Vous êtes bien assis ? Il vaut mieux, car lire cette prose abominable peut vous déclencher une crise de nausées aigues.

"Assurance Maladie. Service médical. Pays de la loire
Nantes le 10 août 2021

Objet : Obligation vaccinale

Madame, Monsieur, 
La loi n°2021-1040 relative à la gestion de la crise sanitaire a été promulguée le 5 août 2021 (JORF, 6 août). 
Face aux risques élevés de rebond de l’épidémie de Covid-19, la vaccination devient une condition obligatoire d’exercice de l’activité professionnelle à l’égard des personnels exerçant au sein d’établissements, structures ou services limitativement listés, ainsi qu’à l’égard des professionnels de santé mentionnés à la quatrième partie du code de la santé publique (article 12 I.2°) et des personnes travaillant dans les mêmes locaux que lesdits professionnels (article 12 I.4°). 

De plus, l’obligation de présentation d’un passe sanitaire, déjà en vigueur à l’égard des usagers des établissements relevant des secteurs sanitaire et médico-social, est étendue aux personnels intervenant dans ces lieux. 
Les salariés du Service médical, au regard de la nature des missions de service public qu’ils accomplissent, entrent dans le champ d’application de ces nouvelles dispositions. 

A compter du 7 août 2021, tous les personnels du Service médical, affectés au sein des échelons locaux et régionaux, doivent remplir l’obligation vaccinale pour exercer leur activité, à savoir : 

- les praticiens-conseils et les infirmiers du Service médical, parce que les médecins, pharmaciens, chirurgiens-dentistes et infirmiers, au regard de leur seul statut, font partie de la liste limitative des professionnels de santé soumis à l’obligation vaccinale par la loi, 

- les personnels administratifs, ainsi que toute leur ligne hiérarchique (managers, agents de direction), travaillant dans les mêmes locaux que les professionnels de santé susvisés concernés par l’obligation vaccinale.

L’obligation vaccinale contre la covid-19 s’inscrit dans une logique d’interaction professionnelle : tous les personnels qui, compte tenu de leur activité et de la communauté de travail qu’ils forment, sont exposés au risque de contamination et peuvent exposer autrui, se trouvent dans le champ de l’obligation. En l’occurrence, les personnels administratifs, parce qu’ils travaillent dans les mêmes locaux que les praticiens conseils et les infirmiers du service médical, eux-mêmes au contact des assurés dans le cadre de leurs missions, sont concernés par les mêmes obligations. 

Une période transitoire a été prévue par la loi pour permettre aux personnels soumis à l’obligation vaccinale de prendre leurs dispositions pour se conformer à cette nouvelle condition d’exercice.

Ainsi, les documents que les personnels ont à présenter à leur employeur sont les suivants :

Jusqu’au 14 septembre 2021 inclus
Il vous est possible de présenter l’un de ces documents : 

- le certificat de statut vaccinal,

- le certificat de rétablissement (pour sa durée de validité),

- le certificat médical de contre-indication à la vaccination.
A défaut de l’un des documents précités, peuvent être présentés : 

- le justificatif de l’administration des doses de vaccins requises,
OU

- le résultat d’un examen de dépistage virologique RT-PCR ou 
antigénique ou d’un autotest supervisé par un professionnel de 
santé habilité (médecin, pharmacien, infirmier, sage-femme, 
kinésithérapeute…) ne concluant pas à une contamination par la 
covid-19 et d’au plus 72 heures.

Du 15 septembre au 15 octobre 2021 inclus 
Il vous est possible de présenter l’un de ces documents : 

- le certificat de statut vaccinal,

- le certificat de rétablissement (pour sa durée de validité),

- le certificat médical de contre-indication à la vaccination.
A défaut, de l’un des documents précités, peuvent être présentés : 

- le justificatif de l’administration des doses de vaccins requises (un 
décret à paraitre précisera la nature de ce document),
OU

- le justificatif attestant de l’administration d’au moins une des doses 
requises dans le cadre d’un schéma vaccinal comprenant plusieurs 
doses (un décret à paraitre précisera la nature de ce document),
 ET

- le résultat d’un examen de dépistage virologique RT-PCR ou 
antigénique ou d’un autotest supervisé par un professionnel de 
santé habilité (médecin, pharmacien, infirmier, sage-femme, 
kinésithérapeute…) ne concluant pas à une contamination par la 
covid-19 et d’au plus 72 heures.

Il y a lieu de considérer que, pendant cette période, les salariés déjà engagés dans une démarche vaccinale (au moins 1 dose) complétée d’un test PCR ou antigénique ou autotest supervisé négatif, remplissent l’obligation. 

A partir du 16 octobre 2021
Il vous est possible de présenter l’un de ces documents : 

- le certificat de statut vaccinal,

- le certificat de rétablissement (pour sa durée de validité),

- le certificat médical de contre-indication à la vaccination.
A défaut de l’un des documents précités, seul le justificatif de l’administration des doses de vaccins pourra être présenté.

Ainsi, à compter du 16 octobre 2021, l’obligation professionnelle vaccinale ne sera remplie que si les salariés concernés justifient d’un statut vaccinal complet ou d’une situation d’exonération à la vaccination (certificat de rétablissement ou de contre-indication à la vaccination). 

Il ne sera plus possible de présenter des résultats d’examens virologiques à partir de cette date.

Les dispositions de la loi sont impératives : elles s’imposent tant aux salariés qu’à l’employeur, ce dernier n’ayant d’autre choix que de contrôler, quotidiennement à partir de ce jour et sous peine de contravention, le respect de l’obligation de présentation des certificats et justificatifs.

En cas de non-respect de l’obligation de présentation des documents, et ce dès le premier jour du manquement, votre activité professionnelle sera interdite : vos contrat de travail et rémunération seront suspendus. Seule la régularisation de votre situation administrative vous permettra de reprendre votre activité professionnelle.

Aussi, je vous invite à transmettre sans délai vos certificats et justificatifs selon les modalités suivantes : voir annexe 1 en fin de courrier.
Afin de faciliter vos démarches, vous bénéficiez d’une autorisation d’absence rémunérée pour vous rendre, sur votre temps de travail, aux rendez-vous médicaux liés aux vaccinations contre la covid-19. 
Il vous suffit de transmettre à votre responsable votre convocation médicale. 

Je mesure pleinement les impacts de la loi, tant dans votre vie personnelle que dans votre vie professionnelle. Toutefois, je tiens à vous rappeler notre priorité de préserver la continuité du service public rendu à nos assurés, dans un contexte de crise sanitaire qui requiert, de notre part à tous, une mobilisation exemplaire.

Au regard de ces enjeux inédits, je remercie chacun et chacune d’entre vous de prendre les diligences nécessaires pour permettre au Service médical de poursuivre ses missions au service de la solidarité nationale. 

Pour le Directeur Général,
Le Médecin-conseil régional"

Direction régionale du Service médical des Pays de la Loire. 7 rue du Président Edouard Herriot – BP 73403 – 44034 Nantes cedex 1 

Annexe 1 : Comment déclarer son statut vaccinal ? 
Il relève de la responsabilité individuelle de chacun de transmettre ses justificatifs dans les délais. 
A qui devez-vous adresser vos justificatifs ? Au service RH qui sera le seul habilité à recevoir et recenser ces documents. 
A quelle adresse mail ? obligation-vaccinale-drsmpdl@assurance-maladie.fr 

Pensez à renommer de manière lisible le document que vous allez nous envoyer : (Exemple : Dupont-PassSanitaire / Dupont-TestPCR-100821 /…) et à signer vos mails en précisant vos NOM, PRENOM et échelon d’affectation.

Quels documents nous adresser jusqu’au 14 septembre inclus : 
 le certificat de statut vaccinal,
 le certificat de rétablissement,
 le certificat médical de contre-indication à la vaccination.
A défaut, de l’un des documents précités, vous pourrez présenter : 
 le justificatif attestant de l'administration des doses de vaccins requises
 OU le résultat d'un examen de dépistage, d'un test ou d'un autotest réalisé sous la supervision d'un professionnel de santé habilité, d'au plus 72 heures. 

Pour les salariés concernés, cela signifie qu’il faudra donner un nouveau test tous les trois jours.

Pour ceux qui devront régulièrement transmettre un test, le résultat devra être adressé avant 10h30 au service RH (à l’adresse mail ci-dessus). A défaut, votre contrat de travail et votre rémunération seront suspendus (sauf si vous souhaitez poser un congé) jusqu’à régularisation de votre situation. Un courrier en ce sens vous sera adressé et/ou remis par votre direction locale. 

Informations relatives à la protection de vos données : 
 La finalité de la collecte des données : le respect de la loi du 5 Août 2021 imposant la présentation d'un pass sanitaire et la vaccination obligatoire. 
 Les modalités de recueil et de conservation des données : les données seront recueillies par le seul service RH qui les conservera sur un dossier informatique sécurisé sur le SDS.
 Le délai de conservation : la suppression de toutes les données se fera à la fin de l'obligation vaccinale. 
 Le droit d'accès et de rectification aux données ainsi que le droit à leur limitation et d'opposition comme suit : Conformément aux dispositions du Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD), vous disposez d'un droit d'accès et de rectification aux données qui vous concernent ainsi que d'un droit de leur limitation et d'opposition. Ces droits s'exercent sur demande écrite de votre part adressée soit au Directeur de votre organisme de rattachement, soit au Délégué à la Protection des Données." 

Fin du courrier. 

Non vous ne vous rêvez pas, nous sommes bien en France, en ce mois d'août 2021. 

L'article 23 de la déclaration universelle des Droits de l'Homme de 1948 est totalement foulé aux pieds. Pourtant il stipule : "Toute personne a droit au travail, au libre choix de son travail, à des conditions équitables et satisfaisantes de travail et à la protection contre le chômage. Quiconque travaille a droit à une rémunération équitable et satisfaisante lui assurant ainsi qu'à sa famille une existence conforme à la dignité humaine et complétée, s'il y a lieu, par tous autres moyens de protection sociale."

Les cheffaillons de la république en mal d'autorité ont besoin urgemment de clarifier ce paragraphe.

Heureusement, vous pouvez contester via l'excellent site de Maître Brusa, Réaction 19, qui vous donne le modus operandi et aussi l'excellent site de Maître Di Vizio. J'invite tous les salariés qui ne veulent pas obéir à la doxa gouvernementale à utiliser les voies de recours. Vous pouvez gagner contre l'oppression. Le dernier lien est un guide juridique complet avec les modèles de lettres à envoyer. 

Claude Janvier. 
Ecrivain, polémiste. Co-auteur avec Jean-Loup Izambert du livre "Le virus et le président". IS édition. https://www.is-edition.com/actualites/parution-le-virus-et-le-president-jean-loup-izambert-claude-janvier/

Liens :

https://reaction19.fr/reaction19/actualites/association-reaction19/asso-r19-aout-2021/180821-attestation-sur-lhonneur-autotest/
https://reaction19.fr/
https://www.divizio.fr/
https://www.infovaccin.fr/index.php?_lang=FR&alias=06-08-2021-guide-juridique


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

44 réactions à cet article    


  • troletbuse troletbuse 31 août 2021 11:06
    Le travail est-il encore un libre choix ?

    Eh bien, non !


    • Mellipheme Mellipheme 31 août 2021 11:06

      Ben oui, cette administration ne fait qu’appliquer la loi qui a été votée et approuvée par le Conseil Constitutionnel.

      C’est cette loi qui est la honte, pas l’administration qui l’applique.


      • Ausir 31 août 2021 11:29

        @Mellipheme

        Bien sur que si l’administration est responsable aussi :il suffirait qu’ils écoutent leur conscience pour le système inique s’écroule , c’était pareil pour les déportations en 40 : l’administration était bien responsable ;; ;


      • Clojea Clojea 31 août 2021 12:00

        @Mellipheme : Ben oui, comme en 1940. J’explique ou vous avez compris ? 


      • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 31 août 2021 12:04

        @Ausir

        L’administration doit aussi obéir aux droits de l’homme selon qu’il est écrit :

        « Afin que cette déclaration constamment présente à tous les membres du corps social, leur rappelle sans cesse leurs droits et leurs devoirs ; afin que les actes du pouvoir législatif et ceux du pouvoir exécutif…afin que les réclamations des citoyens, fondées désormais sur des principes simples et incontestables, tournent toujours au maintien de la Constitution et au bonheur de tous.... » (préamb Déclaration 1789)

         

        Un homme sans symptôme de covid doit bénéficier de la présomption d’innocence (article 9 des ddh de 1789) Innocent voulant dire « Qui ne nuit pas »

        Or si le gouvernement prétend que quelqu’un nuit en entrant dans un lieu public, il est obligé de le prouver car cette personne bénéficie de la présomption de « non nuisance » jusqu’à plus ample informé.

        ART. 4. — La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui.

         

        La charge de la preuve est donc au gouvernement.

         

        Deux grands scandales à dénoncer :

        1)Le gouvernement a écarté et caché la possibilité de se soigner avec des médicaments qui ont fait beaucoup de bien contre le covid.

        2)Le gouvernement oblige de fait à la vaccination alors que le covid est loin d’être toujours mortel et invalidant et que c’est interdit par la législation en vigueur.

        Ceci pourrait mener les dirigeants devant des juges mais où et quand la justice est-elle rendue ?

         

         

        (art 432 nouveau code pénal)

        Article 432-7

        La discrimination définie aux articles 225-1 et 225-1-1, commise à l’égard d’une personne physique ou morale par une personne dépositaire de l’autorité publique ou chargée d’une mission de service public, dans l’exercice ou à l’occasion de l’exercice de ses fonctions ou de sa mission, est punie de cinq ans d’emprisonnement et de 75 000 euros d’amende lorsqu’elle consiste :

        1° A refuser le bénéfice d’un droit accordé par la loi ;

        2° A entraver l’exercice normal d’une activité économique quelconque.

        https://www.mcj.fr/codes/code-penal/article-432-7-2545462

         

        La loi dispose selon l’article 432-1 du code pénal que "[l]e fait, par une personne dépositaire de l’autorité publique, agissant dans l’exercice de ses fonctions, de prendre des mesures destinées à faire échec à l’exécution de la loi est puni de cinq ans d’emprisonnement et de 75 000 euros d’amende".


      • Buzzcocks 31 août 2021 11:16

        Il existe des boulots (le mien) où on ne nous demande rien ... donc la personne offensée par la lettre peut changer de taf, car comme dirait le grand Timonier « il suffit de traverser la route pour trouver du boulot ».

        Ensuite, il existe déjà quantité de boulots où pour des raisons de sécurité, on vous oblige à porter des gants, un casque, des bouchons anti bruits etc...

        Si je bosse sur un chantier, je peux venir en slip de bain ? Et si on m’interdit l’accès, je peux en référer à Maitre Di Vizio ?

        Vous bossez dans une usine aggro alimentaire, pareil, on vous oblige à porter un truc à la con sur la tête et si vous n’acceptez pas, vous changez de taf.

        En 96, pendant 10 mois, l’état français m’a obligé à venir surveiller un radar, on ne m’a pas demandé mon avis et il fallait s’habiller avec un truc moche kaki, des grosses chaussures, et porter un truc à la con sur la tête. Accessoirement pour ce travail obligatoire, le premier jour, on défilait tous en slips devant des médecins qui nous collaient deux piqures sur le haut de la fesse sans savoir exactement ce qu’on nous balançait.... et à l’époque, étrangement, pas de Maitre Di Vizio, Maitre Brusa, Florian Philipipeau, Nicolas Ducon Hihan etc... Tout le monde trouvait ça normal que les jeunes hommes surveillent des radars pour 520 francs par mois pendant 10 mois habillés dans une tenue obligatoire avec deux injections mystères dans le haut du cul.

        La loi de 1948 existait pourtant à l’époque.


        • troletbuse troletbuse 31 août 2021 11:24

          @Buzzcocks
          Et si tu es plongeur, on t’oblige à mettre un scaphandre et des bouteilles d’air comprimé ou d’oxygène mais pas au Crillon ni au Ritz. C’est discriminatoire et c’est une honte ! 


        • babelouest babelouest 31 août 2021 11:30

          @Buzzcocks comme si c’était comparable ! Là il s’agit d’imposer un truc dont ON SAIT que ce n’est pas un vaccin, et que les effets (secondaires ?) primaires sont graves, voire funestes. C’est donc : garder un travail jusqu’à ce que mort s’ensuive, ou rester en bonne santé, sans travail.


        • Buzzcocks 31 août 2021 11:42

          @babelouest
          Et bien voyez les choses positivement, avec 65% de la population vaccinée qui va mourir ou être invalide à cause du vaccin mystère funeste, il y aura bientôt du boulot pour tout le monde, et avec une population décimée comme en 45, un boom économique, une inflation salariale car les entreprises vont s’arracher les forces vives etc...
          Donc faites le dos rond 1 an ou 2, le temps que les vaccinés meurent, et ensuite, vous serez les rois du pétrole.
          Je libère une place bientôt, qui la veut ?


        • babelouest babelouest 31 août 2021 11:44

          @Buzzcocks que voilà une description dont je crains qu’elle ne soit juste, hélas !


        • Ben Schott 31 août 2021 11:47

          @Buzzcocks
           
          Une espèce de sélection naturelle. Les plus faibles dégagent en premier.

          Faut être dialectique et voir le bon côté des choses...
           


        • babelouest babelouest 31 août 2021 11:48

          @buzzcocks cependant si la loi reste en place puisque les députés et le reste de la clique n’est pas concernée, ces forces vives ne pourront toujours pas prétendre à un emploi ! A moins que l’obligation de passeport dit « sanitaire » ne soit abrogée !


        • Clojea Clojea 31 août 2021 11:59

          @Buzzcocks : Buzzcloque : Impossible de débattre avec vous, car votre mauvaise foi macroniste est tellement ouverte que cela ne vaut pas le coup. 


        • troletbuse troletbuse 31 août 2021 12:07

          @Clojea
          mauvaise foi macroniste

          .
          C’est un pléonasme.


        • Ben Schott 31 août 2021 12:08

          @Buzzcocks
           
          « Ensuite, il existe déjà quantité de boulots où pour des raisons de sécurité, on vous oblige à porter des gants, un casque, des bouchons anti bruits etc... »
           
          Une paire de gants, un casque, ça protège un peu (sauf d’une chute de quinze étages).
           
          Le vaccin, ça ne protège de rien, t’es au courant ?
           


        • Buzzcocks 31 août 2021 13:36

          @Clojea
          C’est sur que vous avez l’air d’être un grand débatteur... vous collez une étiquette à une personne et stop, terminé.
          J’ai jamais voté pour ce type, et je ne le ferrai pas l’année prochaine, mais libre à vous de le penser.


        • Buzzcocks 31 août 2021 13:54

          @Clojea
          C’est vrai qu’on a éradiqué la vérole avec le port du casque et pas par un vaccin. Où avais je la tête ?


        • Ruut Ruut 2 septembre 2021 10:16

          @Buzzcocks
          La différence, c’est que les injections COVID ne sont pas encore testés ni validés au niveau sanitaire.
          Techniquement le forcé à se vacciner peut imposer a sa hiérarchie de se porter pénalement et financièrement garante pour les effets secondaires du vaccin sur l’employé.
          Vue que ni le Gouvernement, ni les autorités sanitaires, ni les laboratoires produisant ce truc et ni les médecins l’injectant ne se portent volontaires, c’est qu’il y a un gros loup....


        • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 2 septembre 2021 10:41

          @Ruut
           
           ’’Techniquement le forcé à se vacciner peut imposer a sa hiérarchie de se porter pénalement et financièrement garante pour les effets secondaires du vaccin sur l’employé.’’
           
          Je ne dirai pas qu’il peut imposer, mais qu’il peut exiger.
          Question : que se passera-t’il si sa hiérarchie refuse ?
          Réponse : Il lui restera ses yeux pour pleurer.


        • babelouest babelouest 31 août 2021 11:24

          Cette loi n’est que la traduction écrite des pensées funestes d’un homme (et de ses conseillers) qui serait certainement bien en peine de rédiger le texte correctement. C’est certainement d’autant plus exact, que ses convictions changent plusieurs fois par jour : on peut imaginer ce qui pourrait en résulter !

          .

          Pour résumer : c’est d’autant meilleur, que c’est plus mauvais. On n’a plus le choix qu’entre rester en bonne santé, mais sans emploi, ou risquer à tout moment de mourir au travail. Pas mal.


          • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 31 août 2021 12:07

            @babelouest

            Voici la prophétie de Daniel 7 :24-26 qu’il faut faire connaître et qui va leur foutre la trouille : « Les dix cornes, ce sont dix rois qui s’élèveront de ce royaume (Les 10 premiers mandats de la 5è République). Un autre s’élèvera après eux (Macron), il sera différent des premiers (Election très contestable), et il abaissera trois rois (les trois rois de droite encore vivants : Giscard, Chirac, Sarko). Il prononcera des paroles contre le Très Haut (exemple : le blasphème n’existe pas), il opprimera les saints du Très Haut (toutes les lois anti-famille et liberticides, plus d’école à la maison, plus de choix éducatif), et il espérera changer les temps et la loi (toutes les lois liberticides prétextées par le covid) ; et les saints seront livrés entre ses mains pendant un temps, des temps, et la moitié d’un temps (ceux qui sont fidèles à Dieu doivent s’inscrire pour assister aux cultes).

            Puis viendra le jugement, et on lui ôtera sa domination, qui sera détruite et anéantie pour jamais. (Daniel 7 :24-26)

            https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2021/08/alaqueueleuleu.jpeg


          • Ausir 31 août 2021 11:32

            Ceux qui se sont organisé d’avance en allant vivre à la campagne par exemple, sans besoin de la société de consommation , ont tout compris , maintenant il y a un choix à faire qui n’est pas facile , peut-être l’occasion de changer de vie .


            • jjwaDal jjwaDal 31 août 2021 18:03

              Le premier bourricot venu comprend vite à partir des informations déjà connues que le laisser passer administratif improprement appelé « pass sanitaire » n’a rien de sanitaire puisqu’il n’est pas un « certificat de non portage viral ».
              Il y a donc discrimination arbitraire entre citoyens fondée non sur des critères objectifs ayant une finalité , les « barrières au virus » d’une part et les « potentiels propagateurs » de l’autre, mais sur une présomption d’innocence pour les premiers et de culpabilité pour les seconds.
              C’est la poursuite d’un déni des informations scientifiques contraires à l’agenda public un peu partout sur la planète qui est d’oublier l’ensemble des causes ayant créé cette épidémie et écoper avec de pseudo vaccins offrant pour un semestre une protection notable mais pas totale contre les formes graves de la maladie et rien d’autre.
              Quand la quasi totalité de la population aura été soumise dans la violence à cette expérimentation qui a déjà tuée plus de personnes que tous les vaccins administrés depuis des décennies et qu’on en verra l’échec patent, on passera à autre chose.
              On voit tout le bénéfice d’avoir délégué la recherche médicale au privé quand on sait que les « vaccins » à ARNm auraient pu être testés depuis plus de 20 ans pour en tester la sécurité sur quelques milliers de personnes et qu’on aura préféré la tester sur des centaines de millions, sans même être le dos au mur. Il est abject de priver des moyens d’existence des gens qui font un choix ne mettant en danger personne s’ils ne sont pas sujets à risque mais la raison d’Etat, toussa toussa...


              • troletbuse troletbuse 31 août 2021 18:27

                Je viens aujourd’hui même d’avoir la confirmation de la façon dont Tarlouzette et ses sbires ont acheté une grande partie des bistrotiers et des restaurateurs.

                En attendant mon véhicule, je me suis rendu devant le hyper marché à 100 mètres de là, à une baraque à gaufres, frites, café, etc.... Il était tenu par une jeune femme française d’origine maghrebine . Je lui ai demandé un café et comme il y avait des tables devant la boutique je lui ai demandé si on pouvait s’asseoir. Elle m’a répondu « Oui » sans rien me demander. Je lu ai commandé une gaufre et une boisson. Comme, il n’y avait que très peu de clients, elle est venue me servir et s’asseoir à la table afin de fumer une cigarette.

                Je lui ai alors demandé si il fallait le pass et elle m’a répondu affirmativement et elle m’a alors demandé si je l’avais et j’ai dit « Non, et je ne l’aurais jamais ». elle m’a répondu que, elle aussi, hésitait à se faire vaxxiner mais que c’était gênant de ne plus pouvoir aller au restaurant.. Pour la police, ils n’étaient jamais passé pour vérifier le pass.

                Sans que je le demande, elle m’a dit qu’elle avait plus de moyens quand il y avait les confinements car elle n’avait pas de charges et qu’elle était indemnisée. Je lui ai alors demandé si il fallait qu« elle rembourse cet argent. Elle m’a répondu »NON". Puis je suis parti en lui disant que je repasserais. Avant j’allais au centre ville dans un bistrot où le patron ne demandait rien mais la police municipale avait verbalisé des clients qu’il avait ensuite perdu.

                Tarlouzette, un(e) corrompu(e) qui essaie de corrompre les autres.

                Il l’a bien fait avec les toubibs.


                • ETTORE ETTORE 31 août 2021 20:45

                  Troletbuse @

                  Qui peut croire que ces milliards distribués, ne seront pas remboursés ?

                  Est ce que ce portrait de famille, de corrompu notoire, que s’est forgé ce gouverneMENT, qui avec une telle gueule d’atmosphère syphilitique, inspire une telle confiance, qu’on puisse lui prêter, ne serais ce qu’un cure dent, même usagé ?

                  NON !!!!!

                  Ce qui vas se passer, c’est la fermeture de bien des troquets, bars, restaurants, quand il va falloir passer à un objectif de travail, avec une rentabilité stabilisée, plus le remboursement de la dette .

                  Et là, les rideaux de fer, vont faire un sale bruit en tombant !

                  Mais bon, selon notre noté et notoire ministre , l’ours Bruno dit Le Maire, tout vas très bien, madame la marquise. Le chômage à baissé de façon.....Comment dire....

                  Il n’existe pas de mots en finalité, tellement c’est merveilleux et teinté de rose bonbon + Arc en ciel avec la petite licorne qui chante .

                  J’aimerai que l’on garde, tous ces papelards preuves de corruption. Ces minces feuille de papier qui servent à dissimuler toute la crétinerie épaisse, de la personne qui les brandit, comme un bouclier d’irresponsabiliité. et qu’au jour venu, à l’heure venue, on lui fasse bouffer « ses indulgences étatiques » à grosses bouchées.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité