• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Les assurances santé « complémentaires » augmentent de 10 à 15 % ! Et elles (...)

Les assurances santé « complémentaires » augmentent de 10 à 15 % ! Et elles ne servent à RIEN…

« Donner à tous les Français un accès à des soins de qualité, pris en charge à 100 % par l’Assurance Maladie obligatoire et complémentaire, dans le domaine de l’optique, de l’audiologie et du dentaire, constitue l’un des engagements du Président de la République. » C’est comme ça que c’est écrit dans le site du Ministère de la santé et des solidarités.

C’est beau, c’est bon, c’est généreux. Merci not’bon présiden t ! Seulement ce qui est moins agréable c’est que les tarifs de ces assurances complémentaires augmentent depuis le début de l’année entre 10 et 15 % pour les nouveaux assurés ou lors de renouvellement ! Une paille…

Mais au fait à quoi ça sert une assurance complémentaire ? À RIEN ! Sinon engraisser les actionnaires des assurances privées. Si vous êtes atteint d’une maladie grave, ou d’une affection chronique invalidante (diabète, cardiopathie, Alzheimer, etc.) vous serez couvert à 100 % par le régime général. Alors, pourquoi payer chaque mois 80, 100, 150 euros et plus si affinité à une "complémentaire" ? Pour se faire rembourser (tous les cinq ans ?) des lunettes ? On en trouve, verres progressifs, de bonne qualité à moins de 100 euros ! Idem pour les prothèses dentaires. Le reste, c’est du confort. Donc en fait, votre pognon sert à engraisser des actionnaires…

Ces « complémentaires » sont le cheval de Troie des mafias de l’assurance privée qui bavent de gourmandise devant l’énorme gâteau de la Sécu dont ils rêvent de se goinfrer. Ils peuvent compter, pour réussir ce forfait, sur tous les gouvernements, de gauche (enfin de gôôôche) comme de droite. À la solde du Medef, tous n’ont eu de cesse d’ouvrer pour démanteler cette conquête essentielle du Conseil national de la Résistance (CNR).

Une des mesures essentielles du programme de ce CNR fut d’instaurer « un plan complet de Sécurité sociale, visant à assurer à tous les citoyens des moyens d’existence, dans tous les cas où ils sont incapables de se le procurer par le travail, avec gestion appartenant aux représentants des intéressés et de l’État  ». Dans le droit fil de ce texte fondateur, dès le 4 octobre 1945 une ordonnance fut prise dont l’article 1 est le suivant : « Il est institué une organisation de la Sécurité sociale destinée à garantir les travailleurs et leurs familles contre les risques de toute nature susceptibles de réduire ou de supprimer leur capacité de gain, à couvrir les charges de maternité et les charges de famille qu’ils supportent. »

La solidarité fondatrice de la nation, qui correspond au terme « Fraternité » de notre belle devise, elle est là. C’est ce que les droites avides et cupides – et les gôches-Ganelon genres Valls-Hollande-Macron ont toujours brocardé en daubant sur « l’État providence ».

Dans le cadre de sa stratégie de démantèlement des conquêtes sociales du C.N.R., le patronat accentue avec persévérance et obstination ses attaques contre la Sécurité sociale. Le chantre du Medef Denis Kessler avait au moins le mérite de la franchise lorsqu’il disait :…/… La liste des réformes ? C’est simple, prenez tout ce qui a été mis en place entre 1944 et 1952, sans exception. Elle est là. Il s’agit aujourd’hui de sortir de 1945, et de défaire méthodiquement le programme du Conseil national de la Résistance !  »

La tactique pour la mise à mort de la Sécu ? On ruine celle-ci (qui pourtant était arrivée à l’équilibre avant que Macron ne décide de la racketter : les baisses de cotisations décidées par l’État étaient jusqu’ici compensées par l’État, et étaient donc neutres pour le budget de la Sécurité sociale. Ce n’est plus le cas, de façon à faire apparaître les comptes de la Sécurité sociale dans le rouge.) de façon à la déconsidérer vis-à-vis des assujettis ; parallèlement, on prend prétexte de ce déficit abyssal pour baisser les taux de remboursement des médicaments, voire on dérembourse des médicaments considérés comme peu efficaces ; le résultat est un transfert du remboursement du reste à payer sur les assurances dites « complémentaires ». Ce faisant, on habitue le cotisant à s’appuyer de plus en plus sur les assurances privées et à critiquer la Sécurité sociale. C’est de l’action psychologique destiné à préparer les cerveaux (déjà karchérisés par la télé et les merdias) à l’abandon progressif de la Sécu. Depuis que les grands groupes d’assurance rêvent de mettre leurs pattes crochues sur cet énorme gâteau !

Dans cette stratégie, il est des dispositions qui sont présentées comme des « avancées sociales » et qui sont tout le contraire. C’est le cas de l’Accord national interprofessionnel (ANI) qui a rendu obligatoire, à dater du 1er janvier 2016, l’adhésion des salariés à une assurance complémentaire santé d’entreprise. Mumm ! La bonne soupe pour les assurances privées, au détriment de la protection sociale collective ! Un énorme gâteau… qui vient d’augmenter de 10 à 15 %.

Oui mais alors on fait quoi ? On fait comment ? Ben, on rend toutes ses prérogatives à la Sécurité sociale. À défaut d’un remboursement à 100 % - ce qui devrait être pourtant la norme – il suffit de créer, au sein de la Sécu, un département d’assurance volontaire, couvrant le remboursement de ce qui ne serait pas pris en compte par la Sécu principale. Avec évidemment, pour l’assuré, le versement volontaire d’une cotisation qui, de toute façon, serait bien moins chère que celle des assurances « complémentaires » privées, mutuelles ou non. Et, surtout, supprimer toutes les exonérations de cotisations car, si les entreprises ont de l’argent pour payer des complémentaires d’entreprise, pourquoi n’en auraient-elles pas pour payer des cotisations à la Sécu ?

La santé n’est pas une marchandise.

Sources :

https://selectra.info/assurance/actualites/generalites/sante-augmentation-2020

https://solidarites-sante.gouv.fr/systeme-de-sante-et-medico-social/100pourcent-sante/

 

Illustration : Merci à Soulié


Moyenne des avis sur cet article :  3.54/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

26 réactions à cet article    


  • Théophile Duplessis Jean Guillot 22 février 16:41

    Je trouve la mutuelle chère , pourquoi pas faire comme en Alsace -Moselle : prise en charge 100%

     smiley


    • njama njama 22 février 17:20

      Il n’y a pas d’obligation légale d’avoir une mutuelle, sauf pour les employeurs du privé d’en souscrire une pour leurs salariés depuis la réforme Hollande en vigueur au 1er janver 2016 alors que l’État premier employeur en France s’est abstenu d’appliquer la même règle aux fonctionnaires et agents contractuels.

      la loi ANI - Accord National Interprofessionnel, généralisation des complémentaires santé - qui impose aux salariés d’être affiliés à une Mutuelle choisie par leurs entreprises, dont la cotisation est financée en partie (pour moitié) par l’employeur pour le régime de base.


    • njama njama 22 février 17:27

      Cette loi ANI en plus d’être totalitaire s’inscrit dans le processus de démantèlement de la sécurité sociale


    • njama njama 22 février 17:37

      Il y a toujours moyen de mettre fin à un contrat Mutuelle santé... sauf pour les salariés du privé à qui on le leur a imposé. Cependant ceux-ci ne sont pas obligés de souscrire le rattachement familial (conjoint sans emploi, enfants) qui augmente la cotisation de base.

      Une Mutuelle n’est pas une assurance sociale.


    • chantecler chantecler 22 février 17:50

      On parle de mutuelle et non d’assurances complémentaires santé .
      La première a une visée sociale et ne rétribue pas d’actionnaires , les secondes si .
      Merci d’utiliser les bons termes et non la novlangue.


    • velosolex velosolex 22 février 17:59

      @Jean Guillot
      Jusque dans les années 70, personne ou presque ne prenaient de mutuelle. La prise en charge à l’époque était quasi complète par la sécu. De fait les mutuelles, depuis les années 80 ne méritent plus leur nom. Ce sont des assurances, dont les montants de cotisation se font à la tête du client, et de son âge. Le critère de risque est donc intégré comme une assurance bagnole. Le terme continue à être exploité, pour tromper, et continuer à augmenter la marge de profit, qui est le but des assurances privées.


    • rogal 24 février 03:30

      @njama
      Une mutuelle, à proprement parler,, c’est un organisme de protection sociale.
      Le mot n’aurait jamais dû être employé pour désigner un contrat d’assurance complémentaire santé proposé par un tel organisme.


    • dscheffes 24 février 09:41

      @Jean Guillot
      Ne pas oublier que les cotisations du régime local sont nettement supérieures.


    • velosolex velosolex 22 février 17:50

      Elles ne servent à rien. Non. Le forfait hospitalier s’avère vitre exorbitant pour une longue prise en charge. Un accident n’est pas une maladie grave, et donc il n’y a pas de prise en charge intégrale pour ce genre de pépin 

      Par contre on n’est pas obligé de prendre toutes les options de la mutuelle, et se contenter du filet minimum pour ne pas se retrouver dans la panade. Pour les lunettes, perso, je les commande par internet. Deux fois moins cher, et pour le moment, après trois paires de lunettes je n’ai pas trouvé à me plaindre, bien au contraire. Ils m’ont remplacé gratis une paire de lunettes cassées. La santé n’est plus trop en bonne santé. Exit l’exemple français, comme pour beaucoup de choses….Je suis nostalgique des années 70...Une époque où il y avait encore les lignes de chemins de fer, même si celles ci avaient déjà disparu des campagnes dans les années 60. Mais des employés encore partout derrière les guichets des postes, des banques, des services sociaux en nombre, des villages vivants...

      Depuis l’avènement du portable et du web, on est prié d’aller se faire pendre, après avoir commandé la corde sur amazon. 


      • Théophile Duplessis Jean Guillot 22 février 22:59

        @velosolex

        Je vais me faire opérer de la cataracte , chaque oeil c’est 270€ + 250€ de dépassement par l’ophtalmo , je vous tiens au courant pour la complémentaire
         smiley


      • L' Hermite (IX) prong 22 février 23:10

        @Jean Guillot

        dire que le boucher aurait pus te faire ca gratuitement et te les cuisiner au cognac ...
        On se demande vraiment pourquoi on s’ embete avec un systeme de soin ...

        Remarque les recette en braille ca risque d’ etre compliqué ...


      • San Jose 23 février 11:12

        @Jean Guillot
        .
        Fichtre ! J’ai eu un dépassement symbolique pour cette double opération dans la meilleure clinique privée de la France profonde... et ce après m’être renseigné sur elle auprès d’un ponte parisien de ma connaissance, qui ne m’aurait pas trompé même par esprit de corps... 


      • confiture 24 février 18:27

        @Jean Guillot
        Bonsoir, j’ai eu cela il y a un an cela m’a couté 65 ros plus bien sûr les frais de transport pour le retour domicile ( en Belgique)


      • confiture 24 février 18:28

        @confiture
        bref ici, l’assurance ne sert que pour la chambre particulière ( ce qu’ils nomment hotellerie )


      • rogal 22 février 18:28

        D’accord pour l’essentiel (et pour ne plus dire ’’mutuelle’’).

        Hormis les dépenses ’’de confort’’, pour lesquelles les complémentaires privées sont légitimes, il s’agit d’une vaste escroquerie.

        Le ’’ticket modérateur’’ n’avait-il pas augmenté du temps de Pompidou premier ministre ?


        • Le421 Le421 23 février 18:07

          Si l’argent versé aux Mutuelles allait à la Sécurité Sociale, il n’y aurait aucune difficulté pour celle-ci à faire des remboursements à 100%.

          Mais certains qui se nourrissent sur le dos de la bête sans se fouler feraient la gueule...

          Tout est là.


          • cristian 24 février 09:04

            les mutuelles bien sur c’est une arnac mis en place par sarko pour son frère qui bos la dedans.

            toujours le même problème comment rendre les riches de plus en plus riches....

            toute en laissant les pauvres survivre pour qu’ils se tiennent tranquille


            • Djam Djam 24 février 10:16

              L’on me dit à moi, qui n’a jamais eu de mutuelle complémentaire santé, que « je devrais tout de même en prendre une car... », m’assure-t-on, « c’est pour d’éventuels coûts d’hospitalisation » !

              Je prends tous les conseils pertinents sur ce point précis smiley Merci d’avance...


              • ChristianNat 24 février 10:53

                Je trouve dommage que votre article ne distingue pas les mutuelles à but non lucratif des sociétés d’assurance qui proposent des complémentaires santé. Dans le premier cas, chaque membre apporte une cotisation, permettant de financer une couverture sociale complémentaire à la Sécurité sociale, mais aussi des actions de prévoyance, de solidarité et d’entraide. Dans le second cas, il s’agit de société de droit privé qui cherchent à faire du bénéfice... Les mutuelles sont pour ma part utiles mais la prise en main de leur activité par des assurances porte le risque d’en exclure partie des bénéficiaires.


                • Spartacus Spartacus 24 février 11:23

                  Les mutuelles augmentent parce qu’elles sont « taxées »....

                  Et elles sont taxées au motif ?

                  Au motif de renflouer la sécu....

                  Rappelons que la sécu c’est en plus une taxe pour compenser la mauvaise gestion étatiste appelée CRDS

                  Les Suisses, les Néerlandais, le Liechtenstein sont les 3 pays qui n’ont que des mutuelles privées.

                  Ils se caractérisent tous ont un pouvoir d’achat supérieur puisque la santé est mieux gérée et moins chère et la retenue sur salaire (patronale et salariale) est versée au lieu d’être prélevée.

                  Les « expatriés » prennent une mutuelle privée équivalent à la sécu+complémentaire dite « à zero euro ».

                  Elle varie selon l’age mais le prix tourne entre 200 (20 ans) et 400€/mois (60 ans) pour des soins jusqu’a 1million d’’€uros et sans pénalités et retenues forfaitaires.

                  Un salarié en France est prélevé 2.4% de CSG non imposable+6,6% CSG imposable + 0.3% CRDS, + 7à13%) assurance maladie + mutuelle complémentaire obligatoire.

                  Un Smic est à 1540€ brut est prélevé à minima à 16.5% par la sécu (patron+salarié) soit 204€ avec une mutuelle (100€) c’est tout a fait comparable.

                  Mais plus le salaire monte plus les mutuelles sont intéressantes...

                  Si nous passions comme les Suisses ou Hollandais à la sécu privée, nous y gagnerions tous.

                  Rappelons que la CMU, les réductions Fillon ne sont pas la sécu mais de la subvention de l’état qui pourrait être faite directement aux gens les moins favorisés en revenus.

                  La concurrence engendrerait des incitations a des prix compétitifs et les gens de notre pays seraient plus riches car moins prélevés....

                  Mais allez dire ça a des conditionnés Marxistes qui veulent vivre dans l’ignorance et le cliché anti-capitaliste.


                  • Le421 Le421 25 février 09:18

                    @Spartacus
                    Si on taxait la bêtise et la mauvaise foi pour renflouer la sécu, l’excédent permettrais de construire ou rénover des dizaines d’hôpitaux !!


                  • zygzornifle zygzornifle 24 février 14:20

                    Elles ne servent a rien ?

                    Demandez a Ferand si elle ne servent a rien ....


                    • melusine 25 février 08:06

                      Je ne partage pas cet avis. Meme si vous etes pris a 100% par la sécu c’est uniquement sur certains soins de votre ou vos pathologies. Vous etes de votre poche sur d’autres médicaments ou frais d’hospitalisation. Quant aux remboursements des prothèses dentaires ce n’est pas du 0€ reste à charge par la sécu. Là encore vous avez besoin d’une complémentaire santé et vous etes bon pour ouvrir votre portefeuille sur certains actes (dents du haut reste à charge 0, dents du bas vous payez et je ne parle pas des molaires que vous payez plein pot). Bref meme si effectivement vous engraissez les actionnaires des mutuelles et un des demi frère de Sarko vaut mieux etre couverts. Faites des devis sur les prix et prises en charges des mutuelles il y a du choix et d’énormes différences.


                      • Le421 Le421 25 février 09:24

                        Une anecdote...

                        Mon épouse a du malheureusement se rendre chez le médecin à La Réunion.

                        Appel chez un généraliste aux Avirons 8H36. 9H15, réception sans rendez-vous chez le docteur. Rien à payer (pourtant, ce n’est pas le médecin référent). 10H00, retour à la location avec les médicaments sous le bras. Et toujours pas un seul centime de déboursé.

                        En métropole, même chez SON médecin, c’est carte vitale ET carte bleue...

                        Étonnant, non ??

                        Quand au délai, la dernière fois que j’ai vu mon toubib, j’ai attendu quatre jours et la fièvre était passée... Verdict : J’avais attrapé un virus !! Lumineux.


                        • Désintox Désintox 25 février 12:43

                          Entièrement d’accord. La sécurité sociale devrait couvrir les soins à 100% et ne rien laisser à ces fausses mutuelles.

                          5/5 pour cet article.


                          • colibri 15 mars 12:33

                            C’est vite dit que la ruine de la sécu vient des baisses des cotisations .Le trou de la sécu provient :

                            -de l’augmentation du coût des médicaments qui est exhorbitant :les nouveaux traitements pour les cancers par exemmples mais aussi les nouvelles techniques comme la pma , à laquelle de plus de gens ont recours .

                            -la modernité , le matérieln, l’innovation technique à un prix 

                            -le cout du travail a augmenté par rapport aux années 60 

                            -beaucoup plus de personnes profitent de la sécu sans cotiser :proportionellement il y a moins de cotisants , les cotisants seuls ne peuvent plus supporter les charges , c’est la faillite d’un système de solidarité qui ne peut donc plus durer .

                            Donc le système ne peut pas tenir , c’est un fait .Notre sytème ne santé n’est pas seulement ruineux , il est aussi ruiné , puisqu’il y a des manques de produits dans les hopitaux (en ce moment les masques) , on fait à l’économie dans certains services , nous passons parfois pour pays pauvres dans certains départements.

                            Il faut bien trouver un autre financement , et donc les mutuelles s’engouffrent dans ce marché il faut comprendre qu’elles ne sont pas des oeuvres de bienfaisances non plus et qu’elles font donc leur boulot .

                            Ceux qui ne sont pas malades, ni chez le médecin tous les mois n’ont pas grand intéret à prendre une mutuelle , .L’intérêt de ne pas en prendre c’est qu’on est moins tenté d’aller consulter pour des bobos .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès