• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Les Bornes

Au-delà des bornes il n’y a plus de limite !

Au-delà des bornes il n’y a plus de limite…Ce dicton que nous a légué Alphonse Allais faisait florès dans les milieux scientifiques d’étudiants, le fait-il encore ? Il marque une sorte de rationalité du raisonnement, il signe modestement l’idée d’un monde fini, il s’incline devant l’infini qu’il ne nous est pas donné de connaître. Avec son air bonasse il amuse les interlocuteurs sous l’apparence de la plaisanterie.

Il reflétait l’idée universellement admise que nous vivons à l’intérieur de frontières mentales, qu’il ne faut pas « aller trop loin », qu’on ne peut faire n’importe quoi, que l’infinie clarté n’existe pas davantage que l’infinie noirceur. Les hommes étaient raisonnables, même dans leur folie il y avait des limites. Dans l’intelligence aussi.

De la vie, seule nous savions la limite que représentait la mort. Et si pour nombre d’entre nous cette mort n’était pas une fin, elle ouvrait justement sur l’infini, sur l’inconnu.

Dès l’école on apprenait aux enfants, outre « le savoir », l’existence de limites. On pouvait bavarder en récréation, mais pas en classe ou en étude, on pouvait interroger ou protester, mais on devait rester correct. Et toute faute appelait sanction. On comprenait que « le mauvais » avait ses limites, mais l’excellence ne pouvait pas davantage atteindre l’infini. La performance en tout point, en toute discipline, en tout sport, pouvait atteindre exceptionnellement la perfection mais il était impossible de la dépasser. La perfection, aux yeux de tous et par définition, ne pouvait être que la limite du bon. Et cette limite avait un nom : le vingt sur vingt.

Vingt sur vingt ! C’était rare, il y avait peu d’élus, mais c’était l’apothéose. Impossible de faire mieux, on avait atteint la limite, on appréhendait l’existence d’une limite puisqu’elle était parfois atteinte, jamais dépassée. Indépassable. On y rapportait tout naturellement la vie qu’on s’apprêtait à vivre : les limites à ne pas pouvoir dépasser faisaient partie de la vie, on y était, d’avance, adapté. Est-il possible de grimper le Mont Blanc jusqu’à 5000 mètres ? Est-il possible d’être présent à deux endroits à la fois ? On apprend en physique qu’on ne saurait descendre en température à moins du zéro absolu, – 273 °C, et qu’on ne peut dépasser la vitesse de la lumière. C’est comme ça. Les esprits étaient accoutumés aux limites.

Le sont-ils encore ? Rien n’est moins sûr. Les limites physiques ci-dessus sont toujours là mais nos esprits y sont rebelles. Et surtout les limites conventionnelles établies pour marquer le pire et le meilleur, ces limites qui rendent la vie compréhensible, perceptible à tous, qui encadrent nos valeurs et les rendent accessibles aux foules, ces limites tendent à disparaître. A disparaître parce qu’on les efface, parce que la tricherie les emporte, parce nous ne voulons plus les supporter. Pire, parce que l’école qui devrait nous les enseigner nous apprend à tricher avec elles.

C’est ainsi que le magnifique vingt sur vingt n’existe plus ! Plusieurs élèves font état de leurs 21 sur 20, de leur 22 sur 20. Fièrement, et ils ont raison d’être fiers car cette « note » montre à n’en pas douter un excellent travail. Toutefois leur fierté justifiée ne se trouve-t-elle pas quelque peu ternie par le ridicule de l’Éducation Nationale ? Car enfin on sait très bien d’où provient la consigne, et on devine sa motivation. Le cas étant loin d’être isolé il s’agit bien d’une consigne, et la motivation coule de source : relever la moyenne des notes afin de faire croire à une meilleure performance de l’EN. On attribue au meilleur un 22, ce qui permet de donner 20 au « moyen-bon », et ainsi de suite en éliminant totalement, il va de soi, le zéro. Et la moyenne de la classe atteint le score souhaité. Il suffisait d’y penser.

L’existence de cette consigne de « surnotation » n’est pas un mystère, elle a fait l’objet d’une diffusion écrite à certains jurys du baccalauréat. Alors si on peut « surnoter » au bac, pourquoi s’en priver en classe ?

Une telle mesure est certes ridicule, mais ce n’est pas un crime. Il n’y a pas mort d’homme dirait notre Jack Lang. En effet. Toutefois ne porte-t-elle pas en germe, dans l’esprit de nos enfants, un mal insidieux les habituant à enlever leur sens aux notions de limite ? Puisque les barrières inventées par les hommes n’ont rien d’absolu, pourquoi considérer que la loi est infranchissable ? Pourquoi se laisser limiter par elle ?

La société à limites, la nôtre, était-elle une société bornée ? Elle semble se déliter, la suivante sera-t-elle meilleure ou pire ? Après tout, la suivante de la suivante connaîtra peut-être de nouvelles limites, celles de l’Univers.


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Nicolas_M bibou1324 28 septembre 2018 10:38

    Merci pour cette réflexion. Je pense que la prochaine sera bornée, comme celle ci. Une très large majorité des humains est attachée à sa zone de confort, ils aiment se fixer des limites et les respecter. De temps en temps, notre héritage latin nous fait mettre un pied en dehors du cercle rouge, mais on le rapatrie aussi vite.


    C’est dommage, c’est l’exploration de l’inconnu qui permet le développement, c’est dépasser les limites que nous nous imposons nous même qui permet d’être conscient de l’utilité de certains comportements. Mais les peuples aiment la voie de l’infantilisation, c’est dans leur nature profonde.

    Je suis assez pessimiste sur l’avenir de notre société, cela va sans dire.

    • Fergus Fergus 28 septembre 2018 11:02

      Bonjour, Impat

      Etes-vous certain de ce que vous écrivez ?

      Des moyennes supérieures à 20 au Bac, oui, le cas existe en tenant compte de points gagnés dans les disciplines optionnelles. Mais personnellement, je n’ai jamais entendu parler de notes supérieures à 20 sur 20, ni de la part d’élèves, ni de la part d’enseignants.

      Cela dit, je n’en serais pas particulièrement étonné. Il serait toutefois utile que vous donniez des témoignages pour illustrer votre propos.


      • Impat Impat 28 septembre 2018 18:36

        @Fergus

        Bonjour Fergus. Votre remarque est judicieuse, et justifiée. Je n’ai pas de témoignage direct de note supérieure à 20 au bac. En revanche j’ai eu le témoignage direct, d’une part de notes supérieures à 20 en cours d’année scolaire, d’autre part de consigne de « surnotation » transmise à des correcteurs du bac.

        Il se trouve également que j’ai eu sous les yeux un certificat d’admission au bac portant la mention « admis pour raison sociale ». La dite raison sociale était que la mère du candidat bénéficiait du RMI.


      • gaijin gaijin 28 septembre 2018 18:23
        a propos de bornes je voudrais rappeler cette citation de pagnol :
        « tu agrandis ton territoire .....c’est a dire que tu serre les bornes du couillonnisme sur ton coeur pour les porter un peu plus loin »

        • Impat Impat 28 septembre 2018 18:38

          @gaijin
          Pagnol aujourd’hui récolterait un 20/20 mérité !


        • zzz'z zzz’z 28 septembre 2018 19:03

          J’avais perçu ce phénomène en jouant aux Lemmings, petites bestioles qui se foutaient allègrement en l’air d’une falaise à la queue leu leu. 

          Une resucée des scènes cultes américaines, quand les zéros boostés à l’idéologie, réalisent des prouesses futiles mais mortelles pour ceux, qui marqués par le destin, n’arboraient pas de chapeau blanc. On a les mêmes en France, ces enfants-rois de petits bourges, gavés aux fadaises produites par les écoles dont leurs parents ont milité pour réduire le niveau, qui vont perdre la vie contre une putain de réalité non fantasmée.

          Le problème c’est quand, la propagande aidant, ce sont des générations entières qui décollent, laissant la porte ouvertes à toutes les fenêtres. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Impat

Impat

Ingénieur


Voir ses articles







Palmarès