• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Les chiffres qui poussent une partie de la France à dériver dans les rues (...)

Les chiffres qui poussent une partie de la France à dériver dans les rues du grand désespoir

Après la dérive du commerce extérieur de la France, le recul de sa production industrielle et la stagnation de ses entreprises de taille intermédiaire (ETI), Alexandre Mirlicourtois abordait, dans sa vidéo du 28 juin 2012, le quatrième chiffre de la liste qu’il avait alors établie des impacts négatifs de l’évolution économique récente sur la situation de notre pays :

JPEG

« 10%. C’est le taux de chômage. Le taux de chômage au sens du BIT a grimpé à 10% de la population active au 1er trimestre 2012. Et si la France résiste mieux que ses voisins du Sud, elle décroche par rapport aux pays du Nord. »

Soulignons-le… Un tel chiffre signe l’état de faiblesse des classes travailleuses par rapport aux classes exploiteuses et à leurs alliées. Arrivées à un tel niveau d’abaissement, les premières paraissent ne pas disposer des forces au moyen desquelles elles pourraient faire valoir leur exigence d’accéder à nouveau aux moyens de production, et de pouvoir garantir ainsi leur vie quotidienne dans des conditions décentes.

En sens inverse, cette absence d’intégration de ce dixième de la population active dans la sphère de la production de plus-value indique que la bourgeoisie française ne parvient plus à remplir de façon réellement satisfaisante son rôle sur le territoire national, de sorte que l’exploitation de l’être humain par l’être humain y éprouve un déficit significatif… Sans doute s’est-elle organisée pour faire valoir une partie importante de ses capitaux à l’étranger, et ceci à travers la grande bourgeoisie française et les multinationales qu’elle tient encore majoritairement ou qu’elle partage avec de grands investisseurs étrangers.

Or, la suite du propos d’Alexandre Mirlicourtois sur cette question du chômage va nous permettre de voir en quoi c’est l’avenir lui-même de notre pays qui est désormais frappé à travers une part déterminante de sa jeunesse :
« Surtout la fracture devient de plus en plus nette entre les 25-49 ans où le taux de chômage reste contenu à 9,4% et les 15-24 ans pour lesquels il s’envole à 23,3%. La question du chômage des jeunes est dramatique. »

Il illustre ce dernier caractère par le graphique que voici… et nous fournit un premier élément de réflexion :
« Il faut s’attaquer à la racine du mal, un marché du travail dual. Un système combinant protection de l’emploi pour les insiders à l’abri – relatif – d’un CDI, et le choix entre précarité et chômage pour les outsiders. »

Où il apparaît que les classes travailleuses ont été soigneusement découpées… et sans doute jusqu’au plus profond des dynamiques individuelles… C’est aussi ce qui donne à la bourgeoise française les moyens de persister dans sa domination sans rien rencontrer qui puisse l’inquiéter quant à son incapacité de donner du travail à tous, et plus particulièrement aux plus jeunes…

Or, au-delà de ce beau monde du travail précaire et des sans-travail plus ou moins permanents – ensemble qui peut douter de son aptitude à conserver longtemps encore ses possibilités de ne pas finir à la rue -, il y a les travailleuses et les travailleurs plus ou moins installé(e)s qui font le pari d’échapper aux locations à fonds perdus et de rejoindre un jour les heureux propriétaires d’une habitation garantissant un abri pour leur famille et puis pour leurs vieux jours tout en devenant peut-être un objet de spéculation…

À sa façon, Alexandre Mirlicourtois les met en garde à travers son cinquième chiffre :
« 4,5 années. C’est le 5ème indicateur, celui du prix du logement. Pour acheter son logement, il faut aujourd’hui en moyenne consacrer 4,5 années de son revenu. C’était à peine 2,5 ans au début des années 2000. »

Cela ne condamne pas ces braves gens à se faire nonne ou moine…. Mais tout de même, leur dit notre analyste, ce sont là…
« Des dépenses de logement qui pèsent sur la qualité de vie car elles empiètent sur le budget transport, l’équipement du foyer, voire même l’alimentation et la santé. »

et peuvent vous jeter sur les ronds-points de la contestation jaune…

« Reste le dernier indicateur, nous dit Alexandre Mirlicourtois : celui de la contrainte budgétaire : -5,2%. C’est le déficit public rapporté au PIB. Un déficit qui alourdit l’endettement, le coût du service de la dette, et fait peser la menace d’une flambée des taux d’intérêt comme en Europe du sud. »

C’est la laisse allemande qui permet aux bourgeoisie et grande bourgeoisie françaises de maintenir le peuple là où il consent à demeurer pour peu que l’impérialisme français se porte plus ou moins bien et redistribue à l’intérieur quelques-unes des miettes qu’il distraira de ses profits désormais engrangés à une vitesse qui laisse sans voix autant la population elle-même que l’ensemble des prétendus responsables politiques…

Et nous ne pourrons pas dire que nous n’avons pas été prévenu(e)s, même par quelqu’un d’aussi mesuré qu’Alexandre Mirlicourtois :
« Pour soigner les plaies de l’hexagone, la tâche est immense. Cette fois ci, on ne pourra pas se contenter de soulager le malade par des potions magiques. »

NB. Cet article est le trente-et-unième d'une série...
« L’Allemagne victorieuse de la Seconde Guerre mondiale ? »
Pour revenir au document n° 1, cliquer ici


Moyenne des avis sur cet article :  3.4/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Jean De Songy Jean De Songy 23 avril 22:02

    Les petits domestiques gochos de l’INSEE truquent l’inflation (impôts et taxes exclus, immobilier = 8% du panier !!! « effet qualité » pour la baisser artificiellement)

     

    Le PIB/hab baisse (caste et journalopes ne parlent que du PIB global avec une population qui augmente par l’immigration)

     

    La croissance du PIB ne concerne que le bâtiment c.a.d le béton du gland remplacement financé par souchien (dernier trimestre : PIB industriel en baisse, services stagnent)

     

    https://fr.sputniknews.com/international/201810261038656689-france-philippe-herlin-insee-achat/


    • JulietFox 24 avril 10:29

      @Jean De Songy
      Beurk !


    • zygzornifle zygzornifle 24 avril 12:10

      le recul de sa production industrielle

      Normal depuis quelques décennies les bonnes entreprises ont étés délocalisées ou vendues ainsi que les brevets susceptibles de rapporter de l’argent avec la bénédiction des gouvernements de l’époque ,il ne reste plus que les canards boiteux dont plus personne ne veux ....


      • Le421 Le421 25 avril 09:32

        Le taux de chômage réel, si on calcule avec les précaires et tous ceux qui sont sortis des écrans radar, il est supérieur à 10%.

        La France se transforme en un gigantesque Disneyland avec Mc Do et centres commerciaux en veux-tu en voilà !!

        Il est évident qu’on s’est tout doucement dirigé vers l’inéluctable.

        Tant qu’on considèrera par exemple qu’un fonctionnaire ou un retraité est une charge pour la société, en oubliant qu’il n’envoie pas son fric chez HSBC en Suisse comme les actionnaires, on ira droit dans le mur.


        • julius 1ER 25 avril 16:38

          NB. Cet article est le trente-et-unième d’une série...
          « L’Allemagne victorieuse de la Seconde Guerre mondiale ? »

          @l’auteur, 

          il faut oser sortir ce genre d’ânerie même avec un point d’interrogation ????

          le penseur disait « les autres ne sont forts que parceque nous sommes faibles » ....

          l’Allemagne année zéro est-ce que çà vous parle ???

          en 1945 que restait-il debout dans ce pays hormis les entreprises américaines, Ford GM miraculeusement épargnées par les bombardements plus que massifs, il n’y avait qu’à voir Dresde en 1945 ou Berlin pour se faire une idée .....

          quand je dis entreprises américaines miraculeusement épargnées, en fait je charrie un peu, les personnels des bombardiers avaient ordre de bien éviter le lâchage de bombes sur le Capital américain.. et c’est ce qui fut fait comme quoi le bombardement ciblé ne date pas d’aujourdhui !!!!

          bref en 1945 plus rien debout en Allemagne et en France hormis la Normandie l’Est et le Nord moins de villes détruites qu’en Allemagne malgré tout, mais cet inventaire ne révèle rien ou pas grand-chose, le problème c’est l’après 1945.....

          et l’après 1945 c’est pour l’Allemagne une reconstruction tous azimuts avec l’aide du plan Marshall ( faut-il rappeler que la France a reçu plus de crédits dans ce cadre -là que l’Allemagne ) or qu’est-il advenu de cet argent ??? c’est une bonne question

          eh bien pendant que l’Allemagne se reconstruisait, la France elle s’engageait dans des guerres de colonisation afin de maintenir ses colonies ..... pour finalement aboutir à une décolonisation forcée et ce jusqu’aux accords d’Evian en 1962 ... si l’on considère tout ce temps et ces crédits passés en pure perte le Mark au milieu des années valait déjà presque 3 fois le Franc et cela n’était en rien dû au hasard mais bien à une politique globale bien plus intelligente et mieux ciblée qu’ici !!!

          et j’oublie au passage la clef de l’industrie.... « la machine -outil ».. la France dans les zones occupées s’empressait de rafler les machines-outils obsolètes au titre des réparations de guerre........

          alors que les allemands s’empressaient d’acheter des machines-outils flambant neuves Made-in USA ....... chercher l’erreur !!!! machine-outil plus performante veut dire meilleure productivité, meilleure qualité ....etc d’où le Deutsch qualitat !!!!

          et pendant ce temps la France guerroyait et s’empêtrait dans des guerres aussi inutiles que coûteuses.... vous remarquerez que la France dépense toujours plus que l’Allemagne pour son armement y compris le stock démesuré en matière nucléaire ..... bien sûr tout cela au détriment du bien-être social ou sociétal c’est une constante les pays qui sacrifient leur population pour un militarisme démesuré le paye cher, très cher il n’y a qu’à regarder la Corée du Nord pour comprendre ce que cela signifie !!!!!

          donc si l’Allemagne est plus performante que nous dans bien des domaines c’est juste parceque la valeur-ajoutée est bien plus significative qu’ici et non parceque les allemands seraient intrinsèquement plus forts que nous, il n’y a rien de « magique » à tout cela !!!!!!!!!!!!!!!!!!! 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès