• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Les conséquences de la bataille pour l’Arctique

Les conséquences de la bataille pour l’Arctique

La guerre froide est-elle terminée ? Pas du tout. Pendant qu'une pandémie se propage, des foyers de confrontation éclatent dans différentes parties du monde. Moyen-Orient, Afrique, Asie, Europe, les batailles militaires ou politiques sont monnaie courante, mais l'Arctique mérite une attention particulière.

Aujourd'hui, les ambitions des superpuissances s'étendent au-delà de la Terre. La décision de Donald Trump de soutenir le développement commercial des ressources sur la Lune en est une preuve. La conquête de l'espace, y compris sa militarisation, est un enjeu prometteur. Les États-Unis et la Russie doivent encore travailler sur leurs technologies pour lancer une confrontation là-bas. L'Arctique est une tête de pont plus réaliste. Il ressemble à un appât de lapin dans une course de chiens juste avant le départ.

 

Pétrole et domination nucléaire :

Bien sûr, l'Arctique n'aurait pas intéressé les superpuissances s'il n'y avait pas eu des ressources spécifiques. Il existe d’énormes réserves de pétrole et de gaz naturel : environ 25% des réserves mondiales d’hydrocarbures, pour être exact.

« La mer de Béring a le potentiel de devenir un nouveau golfe Persique, et cela aura un fort impact sur la scène mondiale. Mais les États-Unis n'ont plus leur place dans cette région » , a déclaré le professeur Hall Brands, de l'Université Johns Hopkins.

Une ressource n'est pas seulement du pétrole ou du gaz. Une ressource peut être économique ou même militaro-politique. Tout cela se trouve dans l'Arctique.

"La Chine considère la Route de l'Arctique comme un moyen de réduire de moitié le coût du transport de marchandises vers l'Europe. Le pétrole brut consommé par le transport maritime chinois est le principal facteur des coûts d'expédition. Le prix du carburant représente la moitié du coût total du fret", a déclaré Wang Qi, directeur exécutif de l'Institut de coopération stratégique entre la Chine et la Russie.

À sa manière, la Norvège a réagi à l'activité dans la région. L'été dernier, la ministre des Affaires étrangères, Ine Marie Erikson, a déclaré que le pays entamait l'inspection de la route maritime du Nord. Cette étape avait des connotations politiques évidentes, d'autant plus que la Norvège n'interférait pas avec le passage des navires. Au lieu de cela, Oslo essayait de ralentir l'activité houleuse dans la région, espérant gagner du temps à son avantage.

En ce qui concerne les ressources militaires et politiques, il est logique de supposer que les navires de guerre peuvent également naviguer dans l'Arctique. Le vice-amiral Dary Cowdle a notamment déclaré que : "l'Arctique est un couloir stratégique entre la région indo-pacifique, l'Europe occidentale et les États-Unis" .

Dans l'Arctique, les parties septentrionales de trois continents (Europe, Asie et Amérique du Nord) sont en contact. Quiconque prend le contrôle du pôle Nord et y place des armes avec la portée requise, pourra frapper des cibles dans l'hémisphère Nord dès que voulu. D'un point de vue géopolitique, c'est un avantage considérable, qui devient une justification clé de la rivalité entre les États-Unis et la Russie.

 

Méthodes de lutte et Démonstration de pouvoir :

L'importance stratégique de l'Arctique n'a été valorisée qu'au cours dernières années. Jusqu'à présent, les États-Unis n'ont pas évoqué l'importance de cette région. Les intérêts américains se sont étendus au Moyen-Orient, dans la région indo-pacifique, mais l'Arctique a été négligé. En fait, les États-Unis n'ont pas prêté attention aux paramètres de leur équipement militaire, qui leur permettrait de fonctionner à des températures extrêmement basses. Les brise-glaces américains objectivement dépassés ne sont pas le type de flotte capable de fournir aux États le leadership de l'Arctique. Les intérêts étasuniens dans l'Arctique sont représentés que par deux brise-glaces : Healy, de 1999, et Polar Star, de 1978. Ce dernier avait un jumeau appelé « Polar Sea », également sorti en 1978, mais inactif depuis 10 ans.

Cependant, il existe bien un programme aux États-Unis du nom de « Polar Security Cutter », que la Maison Blanche l'a appelé comme étant la clé du « retour du leadership américain dans l'Arctique ».

Le premier brise-glace dans le cadre de ce programme devait être construit d'ici 2024, autrement dit, les américains ne sont pas en avance. À titre de comparaison, le commandement stratégique conjoint de la flotte russe du Nord comprend 38 navires de surface, 42 sous-marins et deux brigades de fusiliers motorisés.

"La mise en œuvre de la politique d'État dans l'Arctique par la Fédération de Russie a conduit, entre autres, à la création d'un nouveau groupe militaire, capable d'assurer une sécurité totale dans n'importe quelle situation militaire et politique dans la région", a déclaré Vladimir Poutine.

La supériorité russe s'explique par le fait qu'elle a développé son infrastructure dans la région lorsque personne ne prêtait attention à l'Arctique. Et lorsque les États-Unis comprirent leurs conneries, il n'était déjà plus possible de faire face à quoi que ce soit pour combler le retard.

 

Une voie de pouvoir a été choisie : 

Du point de vue des États-Unis, il aurait été beaucoup plus efficace de renforcer ses forces sans taper dans l'arrogance. Après tout, la mise en scène se transforme souvent pour eux en misérable fiasco.

En Octobre 2018, les pays de l'OTAN déploient le plus grand exercice arctique au cours des dix dernières années, dénommé "Trident Juncture" . Les provinces polaires de Norvège sont devenues le théâtre principal d'un vaste show militaire.

Environ 50 000 soldats de 31 pays, 10 000 véhicules de combat, 60 navires, 250 avions et hélicoptères ont pris part aux manœuvres. Résultat, des milliers de tonnes de carburant ont été rejetées dans la mer pour assurer un spectacle inefficace. 

L'année d'avant, le 16 janvier 2017, le même brise-glace américain vieux de 40 ans, Polar Star, a percé la glace en se rendant au centre de recherche américain de la station McMurdo. C'est à ce moment-là que quelques centaines de tonnes de carburant diesel ont été versées dans l'eau.

Une chose reste inchangée : la politisation détourne l'attention de nombreux problèmes environnementaux dans l'Arctique.

Si les problèmes environnementaux de l'Arctique sont soulevés, par exemple, par des experts aux États-Unis, rien n'empêche les dirigeants de dire qu'il s'agit d'une tentative du Kremlin de nuire aux intérêts américains. En attendant, les changements environnementaux dans l'Arctique causent des problèmes mondiaux.

La Russie s'apprête à devenir président du Conseil de l'Arctique de 2021 à 2023, elle prévoit de prendre des mesures pour consolider le contrôle de l'Arctique. L'agence internationale d'information militaire Army Recognition estime que d'ici 2030, elle pourra prendre le contrôle de 55% des ressources de l'Arctique. De toute évidence, les États-Unis feront tout leur possible pour empêcher que cela ne se produise. Une confrontation acharnée nous attend et nous pouvons espérer qu'elle n'ira pas au-delà de la politique. Une chose est claire, les superpuissances ne penseront pas à concéder l'Arctique à leur adversaire, car le déploiement de missiles à longue portée au pôle Nord sera un tournant en termes de stabilité mondiale.


Moyenne des avis sur cet article :  2.89/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Ethan Roffe

Ethan Roffe
Voir ses articles



Publicité




Palmarès



Publicité