• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Les Cuns (2)

Les Cuns (2)

On pourrait écrire encore mille et mille choses sur l'appareil magique des cuns. Mais l'auteur préfère s'arrêter pour l'instant au deuxième volet consacré au cerveau articifiel alternatif de cette espèce en voie d'apparition : les c*ns universels numériques. Dans de prochains articles – si Dieu lui prête vie – il se propose d'étudier d'autres aspects de la vie des cuns  : leur habitat, leur langue, leur mode de reproduction, leurs coutumes vestimentaires, leurs goûts culinaires, leurs loisirs, etc.

Quand il revient de vacances ou d'un endroit particulièrement touristique (montagne, ville célèbre, village pittoresque, dépotoir appelé « plage », etc.), le cun tient à montrer sa magnifique collection de photos sur sa tablette ou son machin-phone aux yeux ébahis d'un parent ou d'un ami. La séance peut durer assez longtemps pour rendre folle la personne exposée à cette nuisance visuelle. Cette dernière d'ailleurs ne tarde pas à répliquer en dégainant à son tour ses photos de mariage, ou les photos de la communion du petit dernier ou de la bar-mitzvah du cousin Mikaël.

Le machin-phone est devenu à tel point indispensable à notre cun qu'il a une peur bleue d'être séparé de cet appendice primordial de sa personnalité. On appelle cette peur irraisonnée « nomophobie  » (no mobile phobie), ce qui veut dire la phobie, ou peur, d'être privé de son machin-phone. Cet appareil le suit partout, même au ouatères. Aucun cun ne voudrait se séparer de lui. La nuit, il met son truc-phone sur le chevet, ou il le glisse sous l'oreiller, comme d'autres glissent une arme ou une image pieuse de saint Coluche, qu'on invoque pour les cas désespérés des personnes chloroformées ou empoisonnées au jité – substance particulièrement nocive. Tout cela traduit une forte dépendance vis-à-vis de cet appareil diabolique (les cuns disent addiction (6) et non dépendance) à tel point qu'on propose des cures de désintoxication.

Avec l'avènement du chose-phone, sont apparus d'autres très jolis mots qui manquaient à notre tant belle langue françoise : le « phubbing  » (phone snubbing), expression angloise désignant le fait de tapouiller sur son chose-phone, en ignorant magnifiquement et superbement toutes les personnes présentes autour de soi ; le « fomo  » (fear of missing out), ou peur de manquer quelque chose de terriblement important sur son téléphone mobile : où se produira le prochain concert de Justin Bieber, qui a chipé le string de Madonna, quelle est la dernière parole historique du grand philosophe entarté, notre Danube de la pensée, quel est le nom du bébé panda né à Beauval ? Autant d'interrogations qui entretiennent les angoisses métaphysiques des cuns. Dans notre société, tout se vit dans l'immédiateté, et un cun qui se respecte exige d'être informé de tout et tout de suite. L'essentiel de la culture d'un cun se limite au maniement du clavier des machin-phones. Privé de ses pouces, le cun est cérébralement mort ; encéphalogramme plat.

Il faut aussi signaler le fameux concept de « réseaux sociaux », calque de l'expression anglo-américaine social network, c'est-à-dire en fait de réseaux virtuels ou de réseaux numériques : système de liens par l'intermédiaire d'internet et des machin-phones. Ces réseaux ont nom : Farce-book, Linkedingue, Viadeo, Myspace, Copains d'avant, Pheed, Twitter, etc. Les personnes liées par l'intermédiaire de certains réseaux se disent « amies ».

Ces réseaux peuvent être soit généralistes, soit spécialisés : entreprises, rencontres, arts, politique… Leur étendue est mondiale (« planétaire  ») et ils sont très étroitement surveillés, de sorte que leur degré de confidentialité est totalement nul. Si, en théorie, ces machin-phones peuvent se révéler utiles pour joindre quelqu'un de façon urgente, ou s'ils peuvent représenter quelque intérêt dans la propagation rapide de nouvelles, par contre le foisonnement de liens, d'amis, la perte du respect de la vie privée, le pistage ou l'espionnage systématique (« traçage  ») par divers organismes gouvernementaux de police ou d'espionnage, tant français qu'états-uniens, en font de redoutables outils de désocialisation et de dépersonnalisation.

Si une personne s'enregistre sur Twitter, elle peut avoir des « followers  » (prononcer comme folle au vert), littéralement des disciples, en fait des partisans, des fans ou tout simplement des suiveurs, qui la suivent donc dans tout ce qu'elle fait ou dit. Des vedettes de chant, du cinéma ou de la politique comptent ainsi des millions de suiveurs ou d'amis, ce qui témoigne de leur popularité d'abord, et ce qui donne de l'amitié une assez pauvre idée ensuite.

Au reste, l'expression « réseaux sociaux » pour désigner ce genre de liens est assez stupide, car n'importe quelle association est un réseau social : franc-maçonnerie, club de sport, parti politique, syndicat, labadens... Ou des associations fameuses comme : les pêcheurs de truites de Haute-Loire, les cocus magnifiques de Laroche-Migenne, etc. On a encore une fois affaire à l'imprécision anglo-américaine.

Les cuns peuvent aimer ou non des messages auxquels ils ont accès ; s'ils aiment, on dit qu'ils likent (prononcer comme laïc), et pour appuyer le sens de ce néo-verbe, on se sert d'une icône ou petit dessin, représentant un pouce levé. S'ils n'aiment pas, euh…, ils n'aiment pas, et on a droit à un pouce baissé. Les cuns renouent à leur manière avec les jeux du cirque, avec des mises à mort numériques. C'est en tout cas une façon pratique et facile de régler des comptes ou de dénoncer, accuser, revendiquer. On a vu aussi dans le premier volet avec l'oncle Donald que les réseaux numériques servaient en quelque sorte à doubler la politique officielle, et nombreux sont les politiciens qui font ou commentent l'actualité avec leur machin-phone. Les hommes politiques n'ont plus ni programme ni vision d'État ; ils twittent.

Une aubaine que présente le recours très apprécié des cuns mono-neuronaux aux bidule-phones est le harcèlement numérique par l'intermédiaire de ces réseaux. Avant, on harcelait bêtement quelqu'un par lettre anonyme, ou par téléphone, en prenant soin de téléphoner d'une cabine publique pour ne pas se faire repérer, ou enfin en répandant des rumeurs. Fini, tout ça ! Le machin-phone permet de harceler en masse, en envoyant un message à un grand nombre d'amis, qui pourront à leur tour harceler quelqu'un. On peut aussi désigner une personne à la vindicte populaire, ce qui aboutit parfois à des agressions physiques, voire à un meurtre.

Les utilisateurs de twitter, poétiquement appelés « twittos  », peuvent aussi organiser de véritables chasses aux sorcières quand ce que dit ou fait quelqu'un ne leur plaît pas. Alors là, c'est le super-pied digital. Ils peuvent aussi organiser un rassemblement-éclair (« flash-mob »), à propos de tout et de rien, en convoquant des centaines d'internautes ou de phonautes dans un endroit précis ou symbolique par l'intermédiaire d'un message sur l'appareil. Ah ! mes amis, les États-Uniens sont de grands maîtres, eux qui ont permis ce genre de progrès pour l'humanité.

Quand il téléphone avec son appareil à tout faire, le cun ordinaire ne parle pas : il hurle et ce, d'autant plus fort que l'interlocuteur se trouve loin. Autre avantage : tout le monde profite de la conversation. Si l'interlocuteur se trouve à Paris intra muros, on a droit à des vociférations modérées de 50-60 décibels ou plus selon la force de l'organe vocal du phonaute. Si l'interlocuteur a le malheur de se trouver en banlieue ou pire, en province ou à l'étranger, alors là, ce sont des beuglements à vous crever les tympans. L'emploi de brouilleurs devient nécessaire.

Les cuns peuvent même dialoguer avec leur machin-phone par l'intermédiaire d'une interface spéciale ; la marque-à-la-pomme-qui-vous-prend-pour-une-poire a appelé (sans rire) son assistant vocal « S'il rit », tandis que son concurrent Gogo-sale-gueule a appelé son assistant électronique « Homme ». Les deux ne rappellent que trop Hal, l'ordinateur qui parlait de sa voix sirupeuse dans 2001, Odyssée de l'espace. Mais les questions-réponses avec ces nouvelles interfaces sont actuellement si élémentaires qu'on peut se demander si l'intelligence artificielle ne sert réellement que pour d'aussi piètres dialogues.

Enfin, on peut aussi – grande merveille – effectuer des paiements avec son machin-phone, sans contact aucun avec l'appareil terminal du commerçant. Il suffit de télécharger une « application  » (petit programme ou appliquette) et le tour est joué. On présente l'appareil au terminal, on « valide  » (confirme) par empreinte digitale ou par code, et on est délesté de ses d'euros. Les banques se sont vite mises au goût du jour pour truander numériquement leurs clients qui, eux, crient au miracle, et tombent d'accord pour affirmer que c'est une des meilleures façons du monde pour être entubé. Bien que le paiement soit « sécurisé  » (sûr), les risques de piratage sont énormes. Mais comme chantait Georges : « Quand on est cun, on est cun ». Ce à quoi Victor répliqua (je cite de mémoire) : « Et s'il n'en reste cun, on sera tous celui-là ». Ea sunt mea ultima verba (7), conclus-je.

 

R. Rongier

 

------------------
Notes


(6) dans la Rome antique, l'addictus désignait un homme qui, ne pouvant régler ses dettes, était condamné à l'esclavage. Il devenait l'addictus, l'esclave, de son créancier. Verbe latin addicere, part. pas. addictus : approuver, juger, condamner.

(7) latin : ce sont mes dernières paroles. Quant au vers « Et s'il n'en reste qu'un, je serai celui-là », il est tiré du poème de Victor Hugo Ultima verba (Dernières paroles).

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

49 réactions à cet article    


  • ricoxy ricoxy 25 août 08:57

     
    « Les hommes politiques n’ont plus ni programme ni vision d’État ; ils twittent. »
     
    Je viens d’apprendre à la télé (c’est donc vrai) que des Américains se proposent de racheter Twitter afin d’empêcher oncle Donald de déclencher une guerre à cause de ses twits.
     


    • Abou Antoun Abou Antoun 25 août 10:04

      Bonjour ricoxy,
      Voilà que votre article tourne à la comédie (ou la satire) de mœurs. Vous êtes le Boileau ou le La Bruyère des temps modernes.
      Comme toujours c’est très drôle et bien écrit mais la technologie ne change pas l’homme, elle lui donne simplement les moyens d’exprimer ses pulsions ou, du moins le croit-il, de vivre ses fantasmes.
      Pour ce qui concerne les photos, nous avons tous, avant l’intelli-phone subi les interminables séances photos des retours de vacances, photo papier d’abord puis projection de diapositives et enfin de vidéos en salle obscure. Dans l’ancien temps les gens regardaient à la pellicule donc c’était forcément limité, à présent on a droit à la totale.
      J’apprécie vos remarques sur les réseaux dits ’sociaux’ et cette nouvelle façon caricaturale de faire de la politique. Il est évident, bien sûr, qu’aucun politicien ne gère sa page farce-book personnelle. Concrètement avec ce qu’ils essaient de faire croire ils sont tous mal à l’aise avec les nouvelles technologies. Cela changera avec l’arrivée des nouvelles générations. D’où les nombreux couacs, les tweets que l’on retire précipitamment.
      Pour illustrer tout cela j’aime bien la chanson de Stromae ’Carmen’.


      • ricoxy ricoxy 25 août 10:51

         
        ►Abou Antoun
         
        « Cela changera avec l’arrivée des nouvelles générations. »
         
        On estime qu’il y a environ deux milliards de machin-phones – sinon plus – dans le monde. Bien sûr, les prochaines générations vont naître, croître et mourir avec ce greffon intégré, et de fait ces machins vont remplacer peu à peu la parole, la pensée, l’écriture... D’ailleurs, dans une assemblée, nombreuses sont déjà les personnes qui communiquent par leur intermédiaire, et non plus par la parole ou l’écriture.
         
        Merci pour la comparaison avec Boileau. Le bon Nicolas (Despréaux) avait bien du talent.
         
        J’ai passé sous silence l’exploitation des enfants en Chine, et le haut degré de pollution qu’entraînent la fabrication et la destruction de ces appareils. Et il y a beaucoup à dire et à redire sur l’aliénation que nous sommes en train de subir.
         


      • eddofr eddofr 25 août 10:19
        Très cher auteur,

        Excusez l’ignare Australopithèque que je suis, mais comme vous avez cité plusieurs artefacts, je souhaiterais quelque éclaircissement sur ceux-ci ou, à tout le moins, que vous confirmiez ou invalidiez mes hypothèse...

        Ainsi donc, quoi être ça, un machin-phone, un truc-phone, un télé-phone ?

        De par mon origine ethnique, je suis relativement féru de langues anciennes, de préférence morte (c’est moins dangereux) et je me doute donc que le le suffixe « phone » doit, d’une manière ou d’une autre référer à la « voix », d’autant que votre article cite, à plusieurs reprises ma copine « Décibel » (qui s’est récemment mariée avec Angus le jeune, un électricien) et qui est justement connue pour avoir un voix, sinon très belle, du moins qui porte haut.

        Pour votre « télé-phone », j’imagine que c’est une sorte de « porte-voix hellénique » (très pratique pour appeler ma copine Décibel quand il y a foule).

        Par contre, j’ai plus de mal avec le machin-phone ... Un générateur de voix ? Une machine à voix ? ... Serait-ce un chanteuse cybernétique ? Est-ce Maria Carey ?

        Pour le truc-phone, l’hypothèse est plus audacieuse ...
        Combinaison de la racine latine « trudicare » et de la racine grecque « phônê », j’imagine que cet appareil doit servir à pousser la voix, en multilingue, vers ou depuis l’étranger, ou seulement entre Rome et Athène ? ...Ou serait-ce simplement un traducteur ? Nelson Monfort ? Nikos Aliags ?

        Merci d’avance,

        P.S. LUCY vous passe le bonjour ... pas la Perle, maman ...

        • ricoxy ricoxy 25 août 10:39

           
          ► eddofr
           
          «  quoi être ça, un machin-phone, un truc-phone, un télé-phone ? »
           
          Ça y’en avoir être smarphone, i-phone, et je ne sais plus quoi d’autre-phone. Ce sont mots nouveaux, pour la plupart nés dans l’inclyte pays que l’on vocite Zétazunis. Les machin-phones sont des trucs pour faire entendre votre voix là où vous n’êtes pas.
           
          Vous trouvez zan effet dans ces mots un radical « phone », du l’hellène langue φωνή [phônê] : « son », d’où voix.
           
          Je suis content que Lucy (de son vrai nom Australopithecus afarensis) m’ait adressé son bonjour depuis l’Hadar. Elle pense donc toujours à moi. Ça fait du bien de renouer avec le passé.
           


        • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 26 août 15:29

          @ricoxy


          Onques ne se ouït antienne aoutienne qui mieux démontrât que toute critique du nul a sa valeur, laquelle tient au constat itératif que toute néantise est fille de celle qui l’a précédée... et qui l’engendra en se voulant un dépassement qualitatif d’icelle.   On n’arrête pas le progrès smiley

        • Pyrathome Pyrathome 25 août 13:50

          Qui a dit que le Latin était une langue morte ?

          Le cunnilingus dément cette assertion... smiley

          • ricoxy ricoxy 25 août 14:13

             
            ►Pyrathome
             
            « Le cunnilingus dément cette assertion »
             
            Il est des demoiselles qui voudraient prendre langue avec vous.
             


          • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 26 août 15:45

            @Pyrathome


            Qui a dit que le Latin était une langue morte ? Ceux qui négligent les délicieuse expectatives de l’animation suspendue. Renoncer a Satan, soit, mais à ses pompes, non....





          • eddofr eddofr 25 août 14:53
            Qui habet aures audiendi audiat. Qui habet lingui loquitur loqui.

            • ricoxy ricoxy 25 août 16:01

               
              ► eddofr
               
              Oui, j’ai des oreillespour entendre, et une langue pour parler (la syntaxe de la 2e phrase me paraît curieuse).
               
              Καὶ ἐποίησεν ὁ Θεὸς τὸν ἄνθρωπον.
               
              (il parle latin, je parle grec. Je l’enfonce).
               


            • eddofr eddofr 25 août 16:22

              La colpa e mia, ognitanto mi sbaglio un po provando di parlare latino e mi ritrovo parlando Italiano smiley


              PS. Respect à helléniste, il m’écrase !

              • ricoxy ricoxy 25 août 16:42

                 
                ► eddofr
                 
                Ah ? Vous « switchez » sur l’italien en essayant de parler latin ? Ça vaut mieux en tout cas que cette détestable langue anglaise.
                 


              • Jeekes Jeekes 25 août 20:32

                @ L’auteur
                 
                Alléché par le premier volet (opus ?) j’attendais le second avec une sorte de fébrilité.
                Bon, ne tournons pas autour du pot (du cercueil aurait dit Georges mais il s’agit d’une autre histoire...), et disons-le tout net, en un mot comme en cent, allonz’y franchement...
                 
                Ha ! que ça fait du bien de s’poiler encore de temps en temps.
                Quelle magnifique tranche de vie dans laquelle seuls les ’’z’addicts’’ seront incapables d’en savourer toute la justesse.
                J’en ai d’ailleurs déjà repéré quelques z’uns qui se sont crus obligés de venir chouiner, mais bon c’est pas grave, passons.
                 
                J’vais pas faire de lèche plus que nécessaire.
                Bref, j’adore.
                J’en reconnais tant, parmi ces gens qui m’entourent (me cernent ?) dont vous venez de torcher un si fidèle portrait.
                 
                Mouarfff, que ça fait du bien !
                Allez, respect et au plaisir de vous lire encore et bientôt...
                 
                PS : et merci M’sieur, les z’occasions de s’marrer se font rares par les temps qui courent !
                 


                • ricoxy ricoxy 26 août 09:43

                   
                  ► Jeekes
                   
                  Merci de vos commentaires. L’essentiel de mon propos, comme j’ai eu l’occasion de le dire, n’est pas tant de dénigrer le progrès que l’usage qu’on fait du progrès. Vouloir à tout prix remplacer les fonctions humaines par l’électronique est la façon moderne de se mettre la corde au cou. Assistera-t-on un jour la la fameuse « révolte des robots » ?
                   
                  Au reste, le plus grand reproche qu’on puisse faire est de se laisser influencer par les réclames publicitaires qui incitent à acheter le tout dernier modèle pour remplacer un matériel, lequel est voué à la panne (« obsolescence programmée ». L’on a bien affaire à l’esprit mercantile, surtout anglo-américain, qui sévit aussi dans l’alimentation humaine, avec les désastreuses conséquences que l’on sait (maladies chroniques, obésité...)
                   


                • Jeekes Jeekes 26 août 15:17

                  @ricoxy
                   
                  On est d’accord !
                   


                • Abou Antoun Abou Antoun 25 août 21:47

                  Rebonjour ricoxy ,
                  Je vois que vous faites de la résistance. Vous refusez d’entrer dans la modernité. Vous pourriez cependant utiliser la situation pour renouer avec votre famille, vous faire des amis, de nouvelles relations. Non, je ne parle pas des réseaux virtuels. L’attitude de mes hôtes russes cet été m’a ouvert les yeux. Qu’ont-ils fait en vérité ? Comme je l’ai dit dans un autre commentaire ils ont décidé de ’booster’ (ne me grondez pas j’aurai dû dire ’renforcer’ avec la crainte de n’être pas compris) le signal wifi émis par ma ’box’ (excusez encore mon modem). Cela m’a beaucoup fait réfléchir.
                  Je possède une maison assez grande, située à la campagne dans un endroit calme et sympa, de quoi attirer parents et amis pour quelques jours, mais on ne se bouscule pas dans mon gîte rural.
                  On n’attire pas les mouches avec du vinaigre. Les plaisirs rustiques, la beauté de la Côte, les plaisirs de la plage cela n’attire plus les foules. Il est vrai que je suis un peu chiant mais guère plus que la moyenne des gens de mon âge et il est facile de m’éviter, même chez moi, la disposition des lieux le permet.
                  C’est décidé j’ai déjà commencé et je vais terminer dans quelques jours de transformer ma modeste demeure en ’hotspot wifi’ (Ah oui c’est vrai, en ignorez tout, incorrigible ricoxy qui est foutrement moyenâgeux) . La méthode est simple :
                  Repérez les antennes 4G LTE près de chez vous. C’est pas difficile il y a des cartes interactives.
                  Ca y est vous avez trouvé (pas de 4G c’est pas grave 3G+, noté familièrement H+ sur les machin-phones fait l’affaire) D’ailleurs si vous êtes gentil votre machin-phone vous dira exactement ce qu’il reçoit et avec quelle intensité.
                  Vous me suivez toujours ! (je n’en suis pas sûr). Si le signal est un peu faiblard achetez une antenne 4G que vous hissez sur un mât, si vous êtes assez malin google maps vous aidera à régler exactement l’angle en fonction des coordonnées de votre domicile et celles de l’antenne.
                  Attention à la bande passante qui doit coïncider avec les antennes visées.
                  C’est presque fini, il vous reste à acquérir et installer un routeur 3G/4G .(même remarque pour les fréquences).
                  Pour finir testez la réception wifi dans toute la baraque, le jardin, les dépendances, les ouatères les s.d.B. Si ça suffit pas achetez un ou plusieurs boosters de signal wifi (netgear fait ça très bien, mais TP-link aussi).
                  Vous êtes enfin prêt à recevoir. Vos parents, amis, etc... sont souvent des petits joueurs avec des contrats de minables, chiches de GB de ’data’ (ne râlez pas ricoxy, c’est pas du globish, c’est du latin). Donc quand ils arrivent vous leur donnez le sésame c’est à dire la clé de sécurité du réseau wifi (prenez un truc compliqué pour emmerder les voisins pirates).
                  Répandez maintenant autour de vous l’information que chez vous, de tous les coins de la maison (du domaine) on peut télécharger des vidéos, voir des films en streaming, s’envoyer des textos, téléphoner avec Whatsapp ou Skype, échanger avec Messenger, etc. etc.
                  Faites miroiter aux couples un peu anciens qu’au lieu de baiser stupidement dans le même plumard ils peuvent faire l’amour à trois à distance via le mode vidéo-conférence de Skype. Et tout ça gratos ! Vous avez pris un contrat ’data unlimited’ (of course). Chez vous on pourra partouzer en toute sécurité sans crainte des MST et pour pas cher. C’est un argument.
                  Voilà de quoi ’booster’ votre image, de quoi résister à la ringardisation. Devenez un papy branché (’connected’).
                  Et s’ils ne viennent toujours pas c’est que vous êtes vraiment chiant il y a du souci à se faire.
                  Le nez en permanence ils ne vont pas vous ruiner en bouffe. Ne faites d’ailleurs pas de cuisine, et contentez vous de béqueter un sandwich devant la télé.
                  Et rappelez-vous. Une visite fait toujours plaisir, si ce n’est pas en arrivant c’est en repartant.
                  Allez, ricoxy j’attends votre prochain article : « Comment je fais mon beurre en transformant ma demeure en »Hot Wifi B&B".


                  • ricoxy ricoxy 26 août 09:25

                     
                    ► Abou Antoun
                     
                    Vous savez quoi, mon père ? Je vous vous répondre en vous parlant de... Gaston Bachelard. C’était le temps où il y avait une information de qualité à la télé française. Je fais allusion à la fameuse émission de P. Lazareff, P. Dumayet, P. Desgraupes et I. Barrère « Cinq colonnes à la Une  ». Ce soir-là, Igor Barrère était allé chez Gaston Bachelard dans le cadre d’une entrevue. Et au bout d’un moment, Gaston Bachelard se pencha vers le journaliste et lui demanda à brûle-chemise (1) : « Quand vous allez chercher du vin à la cave, que faites-vous ? » Réponse de l’interlocuteur, interloqué : « Heu, j’ouvre la porte, j’allume l’électricité et... » – « Hé non, jeune homme ! Erreur ! Moi, quand je vais chercher du vin à la cave, j’allume une chandelle, je descends l’escalier, et je vais dans le cellier où je conserve mes bouteilles. Elles sont pleines de poussière, de toiles d’araignée. J’en choisis une... » (le reste de la phrase s’est perdu dans les dédales de mes circonvolutions cérébrales affectées à la mémoire). Hé oui, Bachelard allait chercher du vin en allumant une chandelle. C’était dans les années 60, et pourtant la presque totalité du territoire français avait l’électricité.
                     
                    Et si j’en crois une interview qu’avait accordée Finkielkraut, autre philosophe, il n’a ni téléphone portable, ni même, à ses dires, internet.
                     
                    Le progrès, oui, d’accord, mais c’est comme le vin : à consommer avec modération. Au reste, contrairement à ce que croient certains internautes, je ne suis pas tant rétrograde. Et bien qu’un internaute suggère que ma grand-mère fût Lucy, je suis malgré tout inséré dans le monde moderne, car j’ai un diplôme d’informatique : analyste-programmeur.
                     
                    ---------
                    (1) la véritable expression est « à brûle-pourpoint ». Mais soyons moderne !
                     


                  • Abou Antoun Abou Antoun 26 août 14:28

                    @ricoxy
                    Vous êtes incorrigible ! Mais comme vous êtes intelligent et cultivé on vous pardonnera tout.
                    Je ne suis pas étonné qu’un analyste-programmeur monte au créneau contre le téléphone portable en tant que terminal, ce n’est pas sérieux.
                    Pour bosser il me faut un (très ) grand écran, un S.E. avec plusieurs bureaux (Linux), et j’ai toujours 4 à 5 fenêtres ouvertes par bureau. Avec tout cela il m’arrive de me sentir à l’étroit, alors pensez un écran de téléphone, même pour le courrier c’est un peu ric-rac si la réponse exige la consultation de documents.
                    En fait si tant de gens se satisfont du téléphone comme terminal c’est bien la preuve qu’ils ne font rien d’internet si ce n’est consulter résultats des matchs de foot ou les conneries mises en titre sur ’Google news’.


                  • ricoxy ricoxy 26 août 14:55

                     
                    ► Abou Antoun
                     
                    « En fait si tant de gens se satisfont du téléphone comme terminal c’est bien la preuve qu’ils ne font rien d’internet... »
                     
                    La miniaturisation des composants électroniques s’accompagne de la miniaturisation des esprits. Pas étonnant qu’on fasse les choses en petit.
                     


                  • Aristide Aristide 27 août 12:32

                    @ricoxy


                    Heureusement il existe encore des analystes-programmeurs, si si cela existe encore, de haute compétence qui vous expliqueront tout sur ces ... machins.

                  • ricoxy ricoxy 26 août 15:02

                     
                    A propos de l’utilisation des réseaux numériques : des photos de l’ouragan « Harvey » :
                     
                    https://russian.rt.com/nopolitics/article/423300-fotografii-uragan-harvi
                     
                    (article en russe, mais les photos sont compréhensibles)
                     


                    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine7 26 août 18:32

                      Bonjour Ricoxy, je prends de nombreux risques parce que je suis repérée par Benoït Rayski. J’ai beaucoup écrit sur Atlantico (avec peut-être l’erreur d’afficher mon vrai nom,...). Atlantico qui n’est pas vraiment ma tasse de thé (plutôt profil docteur foldingue de La décroissance,...) Vous aurez compris. Je vois que vous et moi avons fais le même chemin. J’ai été censurée sur Atlantico. Benoît Rayski a dit que j’étais très dangereuse. J’en sais beraucoup trop ;. Effectivement, mon voisin a passé toute son enfance au Palais royal de belgique et je suis l’amie proche de I. Nyssen, cousine de Françoise Nyssen. de nombreuses personnes ont été assissinée autour de l’affaire D. c’est vous dire le niveau de mes prises de risque.


                      • ricoxy ricoxy 26 août 18:49

                         
                        ►Mélusine7
                         
                        « je suis repérée par Benoït Rayski »
                         
                        Je lis assez souvent des article de Raïski (Rayski), et j’aime assez ses points de vue. Atlantico est un journal-web de droite et atlantiste, d’où une politique éditoriale bien précise. Mais je suis étonné de ce que vous dites à propos de votre amitié avec une parente de Françoise Nyssen...
                         


                      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine7 26 août 19:09

                        @ricoxy
                        Ben oui, connaissez-vous Acte Sud ? Edition belge de très haut Niveau. En fait, Raïski, c’est l’histoire d’une grande déception, ayant vécu avec deux juifs polonais (un psychanalyste et l’autre sociologue pataphysicien tendance Breton-Queneau), je n’ai pas compris son rejet envers ma personne. Si vous allez sur Atlantico, nos échanges furent d’une violence inouïe. La raison : j’ai commencé à écrire un roman dont l’héroïne par un de ces hasards inconscient s’appelle OLga. J’ai lu le libre de Rayski (il y a deux mois) sur l’Affiche Rouge et j’apprends que la seule femme s’appelle : OLGA, je fais le lien avec mon histoire qui part d’un rêve sur les Burgondes et les Burgraves,....long voyage philosophique, à travers l’histoire du monde, dans mon roman, je parle justement de l’Affiche rouge". Je tente alors de rentrer en contact avec Rayski. si vous lisez tout nos échanges sur Atlantico vous comprendrez,... C’est ce qui s’appelle : une non rencontre,... Françoise Nyssen est liée à Blavatski,... il y a un noeud dans l’histoire des Nyssen (mon amis sur google s’appelle Isabelle,...) elle n’est pas tout à fait certaine de ne pas être la fille d’Hubert. Sa mère ayant connu l’un et l’autre en même temps et le gynéco au moment de la naissance de mon amie a dit : c’est très rare Madame, mais vous êtes vierge,...Si je devais vous raconter ma vie, vous diriez simplement : complètement surréaliste,... J’ai fais une psychanalyse avant de me lancer moi-même. Et vous savez quoi : le radiateur a explosé en pleine séance...


                      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine7 26 août 18:35

                         Corrigé, j’ai une nature un peu émotive,...Bonjour Ricoxy, je prends de nombreux risques parce que je suis repérée par Benoït Rayski. J’ai beaucoup écrit sur Atlantico (avec peut-être l’erreur d’afficher mon vrai nom,...). Atlantico qui n’est pas vraiment ma tasse de thé (plutôt profil docteur Foldingue de « La décroissance »,...) Vous aurez compris. Je vois que vous et moi avons fait le même chemin. J’ai été censurée sur Atlantico. Benoît Rayski a dit que j’étais très dangereuse. J’en sais beraucoup trop ;. Effectivement, mon voisin a passé toute son enfance au Palais Royal de Belgique et je suis l’amie proche de I. Nyssen, cousine de Françoise Nyssen. de nombreuses personnes ont été assassinées autour de l’affaire D. c’est vous dire le niveau de mes prises de risque.


                        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine7 26 août 18:48

                          En tous cas, belle synchronicité. aujourd’hui, c’est l’anniversaire de la cousine de Françoise Nyssen,....(Ministre de la culture en france,...


                          • ricoxy ricoxy 26 août 18:51

                             
                            ► Mélusine7
                             
                            Vous parlez de Jung et de synchronicité. Avez-vous fait des expériences, disons paranormales ?
                             


                          • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine7 26 août 19:19

                            Ma vie est ce que nous pouvons appeler une suite de synchronicités. Il y a un fait étrange. J’ai écrit sous mon vrai nom dans le vif. On parlait des homos. Je fais une blague un peu douteuse dans le fil de la conversation style : Bah les homos, eux ont besoin d’un zippo dans leur porte d’entrée. Le lendemain, j’apprends l’attentat d’Orlando,... Même les journalistes du Vif étaient sous le choc (ils ont la preuve,...) Mes expériences sont celles de la synchronicité. Ma rencontre la plus importante, s’est passée le 1r mai 2005 à midi (c’est justement le meilleur ami d’Isabelle N,...) Et j’ai lu bien plus tard qule 1er mai était une date symbolique des francs maçons (sur le site de david icke). IMAGinez le choc. Si je vous raconte la suite vous tombez par terre. Mais je n’ai jamais fais tourner les tables. Je me retrouve tout à fait dans : Nes hasards nécessaires de Vézina.


                            • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine7 26 août 19:24

                              En plus, concernant le Bataclan, j’ai travaillé comme psy aux Etangs Noirs de Molenbeek en 1999. J’étais loin de m’imaginer ce qui allait ce passer plus tard,...


                              • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine7 26 août 19:35

                                J’avoue avoir eu un accès de haine quand j’ai appris que les homos allaient pouvoir élever des enfants. Et quand plus Roudinesco était derrière. Mon inconscient aurait-il une telle force. Je ne suis pas responsable de celui-ci. Seuls les catholiques disent qu’avoir des pensées impures est condamné. Heureusement pas les psys. Mon compagnon, ami d’enfance d’isabelle Nyssen me raconte qu’il est alle voir un psy à Paris. Il montre la carte postale d’une de ses amie qui date du 28 juillet et le psy lui répond : mais je suis né le 28 juillet (Olivier étant né le même jour que Jung et son meilleur ami : le même jour que Freud). le même Olivier, le jour du 11 septembre très angoissé va chez son ami Kabbyle, libraire à ixelles et lui dis : texto : il va se passer quelque chose aujourd’hui. Il a un témoin. Vous connaissez la suite,...


                                • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine7 26 août 19:49

                                  Mon psychanalyste m’a dit, MAdame, votre inconscient est d’une force mentale extraordinnaire. Je rêve veaucoup et mes rêves remonte loin dans lh’istoire du monde, presque au origien du Monde,.... Je vois défiler toutes les plus grandes oeuvres d’art avec une précision incroyable,... presque palpable, alors j’écris tout ce qui me passe par la tête comme dans mon roman. je ne connaissais même pas les Burgonde et les Burgraves en 2003 et j’ai commencé à lire par hasard Kantorowicz, comme si je decouvrais quelque chose de mon histoire personnelle. Vous allez tout comprendre : mon grand oncle était homo et ami de Cocteau. Mais un homo façon Guitry, très hystérique,...toutes les femmes de" ma famille en était amoureuse. Il avait beaucoup de gôut pour les habiller et comme il était chapelier à la cours de suède avec les Rois et les comtesses dont il s’entourait comme d’une cour,...un peu comme l’empereur frédéric qui emportait avec lui toute sa ménagerie (Eléphants, oiseaux exotiques,.... c’était un peu le style de mon grand-oncle, un bel homme,...né dans une famille d’artisans forgerons (les Dogons) du côté de mon père, c’était des industriels du tissage pas très cultivé, c’était le Roi des mots croisés. Ah oui, mon grand amour psychanalyste était aussi forgeron et à appris le métier chez César à Lourmarin,...(Camus,...). Et Rayski m’a dit : du balai,...


                                  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine7 26 août 19:50

                                    Autant vous dire que Sirius conjoint à ma Pleine Lune m’intéresse beaucoup,...


                                    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine7 26 août 19:52

                                      Vous ne régissez pas. cela vous parle-t-il,... Et en plus ma ville de naissance s’appelait : Renaix (devenue Ronse). Vous voyez de suite le jeu de mot facile : elle renaît de ses ronces comme le Sphinx.


                                      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine7 26 août 20:02

                                        Pour votre info : ma Vénus est conjointe à Saturne en scorpion au MC,... Mon destin sort de la normale,...c’est ce que m’a dit un jour un astrologue en 1983 alors qu’à cette époque, j’étais hyper rationnelle, sortant des études et dans la mouvance strictement freudienne,... Lisez Gérard Conton : Fragments de fulgurances métaphysiques sur les noces cosmiques. Ma Vénus est à 16 degrés du scorpion (Neptune,....).


                                        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine7 26 août 20:19

                                          Si j’ai éprouvé de la haine pour les LGBT, c’est que je sais l’importance de la « scène dite primitive » pour la construction de la personnalité. Mon mémoire portait d’ailleurs sur la dyslexique. J’avais mis en évidence que les erreurs orthographiques étaient en rapport avec des questions que l’enfant se posent sur leur filiation,...et comme par hasard, le fils de françoise Nyssen s’est suicidé (allez voir sur Google, il était dyslexique,...). Mon français n’est pas toujours parfait non plus, mais j’ai eu une éducation bilingue, belge oblige. Je n’ai pas perfectionné la langue de Molière. Olivier par contre, français de Lozère a une orthographe impeccable


                                          • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine7 26 août 20:21

                                            Ricoxy : êtes-vous belge ou français ?????


                                            • ricoxy ricoxy 27 août 08:25

                                               
                                              Auvergnat
                                               


                                            • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine7 26 août 21:00

                                              Je viens de voir un très beau film que je conseille : « La remplaçante ». Dernière phrase du film : Une extra-terrestre qui vient voit sur terre s’il y a encore, simplement : DE L’AMOUR.


                                              • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine7 27 août 10:26

                                                Le problème entre moi et Raïski s’explique par mon impossibilité de rejeter les musulmans qu’il hait d’une manière qui frise les limites de la psychose (au nuance, c’est noir ou blanc. Je suis plongée dans un livre très intéressant édité aux éditions : Arcanes. Passe, un père et manque. Ma première disons confrontation à la sexualité est justement liée à l’A. Petite j’avais des problèmes d’asthme (comme Queue No. C’était la première fois que je me séparait de ma mère qui m’adorait,...et à quatre ans j’ai fais un peiti passage par la Bourboule. Je vois toujours le visage de ma mère qui me regardait par la fénêtre en me quittant (elle ressemblait beaucoup à simine signoret, caractère y compris,....). Je me trouvais avec sept jeunes garçon (moi qui réclamait toukours un frère, j’étais servie comme blanche neige,...), mais le lendemain, je ne me retrouve plus qu’avec un seul, il s’appelait Michel. Nous étions toujours ensemble (premier amour,...). Vous vous souvenez du film : Jeux interdits,... Nous adorions nous coucher sous les sapins et respirer leur odeur. Un moment magique. Maintenant dans mons jardin, j’ai un superbe pin de l’Himalaya et je l’observe tous les jours au matin,... En 1997, je suis retournée en Auvergne, comme pour retrouver l’odeur et me coucher dans les aiguilles de pin. Avec mon compagnon, nous avons fait tous les marchés artisanaux de la région. Je voulais absolument faire un Aligot avec le vrai fromage. J’y ai lu un adorable livre : les vaches rouges. Comme Arno (dans les yeux de ma mère,...) j’adore les vaches. Le livre est de Roger Géraud. J’adore Robert Merle et surtout Malevil. Une de mes autres synchroniicités. Je lisais Malevil dans un kayak sur la Dordogne, si je me rappelle en 1979 et au moment où l’explosion atomique devait avoir lieu, je passe juste devant un restaurant qui s’appelait : MALEVIL (mâle vil, mâle viril,....). A ce propos. Emmanuel Macron est double : Emmanuel comme dieu et Macron vient de Macquart (comme les Rougons) et en Wallonie, macron signifie makralle (sorcière),... J’espère que vous aimez mes histoires,......

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès