• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Les « e-sans-culottes » en gilets jaunes, bientôt un mouvement politique (...)

Les « e-sans-culottes » en gilets jaunes, bientôt un mouvement politique ?

Les gilets jaunes - ces « e-sans-culottes » - intriguent, étonnent, effraient. Leur inorganisation les rend inefficaces ? Ou plutôt cette auto-organisation est le moyen d’être puissants sans être récupérés par les partis, syndicats et autres institutions en place ou enfumés par de fausses négociations avec le pouvoir.

Quand je m'avance tu recules, comment veux-tu, comment veux-tu...

 

Un pouvoir qui – après des semaines de panique - se rassure devant la baisse de mobilisation des GJ. C’est oublier que si les gilets jaunes aspirent tout naturellement à passer, eux aussi, les Fêtes en famille, un simple mot d’ordre sur les réseaux sociaux peut relancer totalement le mouvement. Sur des cibles et des modes d’action pas forcément identiques.

Mais sauf à renverser le pouvoir par un coup d’État, ce mouvement devra bien s’organiser afin d’exister sur le plan électoral. Et on revient à la case départ ? Avec des « porte-parole » auto proclamés aussi éphémères que représentatifs que d’une facette d’un mouvement par essence très large. Avec le risque de dérive classique de toute démocratie représentative qui générera une oligarchie, une aristocratie, une caste, une tribu qui disposera de tous les pouvoirs ? Qui lo sa ?

Certains veulent présenter une liste aux Européennes. Une ou plusieurs listes forcément concurrentes, affaiblissant d’autant la force du mouvement. Sauf à les fédérer et à constituer une liste unique. Par tirage au sort entre les volontaires ?

Dans la démocratie d’Athènes au siècle de Périclès, ce n’étaient pas des professionnels qui faisaient la politique mais des amateurs : ils étaient tirés au sort, ils devaient être volontaires et avoir plus de trente ans. Ils étaient choisis au hasard pour un an seulement, on les appelait les bouleutes, et l’on ne pouvait être bouleute que deux fois en tout et pour tout dans sa vie. C’est ce qui explique que les riches n’ont jamais gouverné à ce moment-là à Athènes puisque le tirage au sort ne favorise évidemment aucune classe particulière de citoyens. Cet exemple historique prouve que la politique n’a absolument pas besoin de partis politiques ni de professionnels de la politique, ces derniers, de par leur statut, empêchant d’ailleurs toute vraie politique puisque in fine, ils ne roulent que pour eux-mêmes et se contrefoutent royalement du pays.

Une exigence particulièrement positive surnage dans le torrent des revendications de GJ, c’est ce fameux RIC pour référendum d’initiative citoyenne. RIC… Ces trois lettres donnent des boutons aux professionnels de la politique, bien à l’abri derrière des systèmes de vote générant cet accaparement de la politique par une caste. Sarkozy - dont les énormes capacités en matière d’enfumage ont toujours fait l’admiration des connaisseurs – a, en son temps, tué cette demande de démocratie directe en l’assujettissant à des conditions ubuesques : « un référendum portant sur un objet mentionné au premier alinéa peut être organisé à l’initiative d’un cinquième des membres du Parlement, soutenue par un dixième des électeurs inscrits sur les listes électorales ». En Sarkoland, l’initiative appartient aux parlementaires, le soutien de simples électeurs n’étant qu’une condition supplémentaire à cette initiative. Il existe toujours dans la Constitution mais n’a jamais été utilisé.

Edouard Philippe laisse entendre que le RIC pourrait être un bon sujet de débat. Pour l’enterrer façon Sarko probablement. Les Gilets Jaunes ne doivent donc pas se laisser enfumer. Le seul modèle de Référendum d’initiative citoyenne que revendiquent les GJ, c’est celui de nos voisins et amis Suisses. Il ne sera efficace que s’il permet de proposer l’adoption ou l’annulation d’une loi, d’une disposition constitutionnelle ou la révocation d’un élu, voire même la destitution du président pour non-respect du mandat délivré par les électeurs.

Là, la démocratie serait réelle en France, pas comme actuellement où elle a été déformée en monarchie élective où le pouvoir est exercé par une oligarchie énarco-financière au profit d’une caste de privilégiés sur le dos du Peuple. Un système où même lorsque ce Peuple décide une chose avec son bulletin de vote, l’oligarchie s’assoit sur son choix démocratique comme ce fut le cas lors du référendum de mai 2005 sur le traité pour une Constitution en Europe. Ce véritable coup d’État n’a pas été oublié et explique la grande méfiance, voire le rejet de cette démocratie indirecte où les délégués – députés et sénateurs - ont joué sans vergogne une partition exactement contraire a celle voulue par les électeurs.

Ce qui nous amène à réfléchir sur les effets pervers de notre système électoral.

On peut nous dire : « Vous n’êtes pas contents de Macron ? Vous avez pourtant voté pour lui ! » Et non. « On » n’a pas voté POUR MACRON mais CONTRE LE PEN. Comme, précédemment on avait voté non pas pour Hollande mais contre le retour de Sarkozy.

Cette tare de notre système électoral est-elle inéluctable, inhérente à la démocratie élective ? Pas du tout. J’ai découvert sous la plume d’Alexis Braud un mode de scrutin qui permet de choisir sa ou son candidat non pas pour barrer la route à l’autre mais par adhésion sinon à l’ensemble de son programme du moins à une partie acceptable. Ce système, c’est le « vote alternatif ».

Qu’es aco ? On demande simplement à leurs électrices et électeurs pour qui ils auraient voté si leur champion avait été éliminé. On prend donc le bulletin du candidat que l’on préfère mais il y a plusieurs cases à cocher pour le deuxième choix voire le troisième, en fait tous les autres candidats à classer dans l’ordre de ses préférences en cas d’élimination de son champion. Le vote se fait donc en un seul tour, on ne vote qu’une seule fois, mais le dépouillement s’opère par comptages successifs, en éliminant le dernier des candidats en lice et en reportant ses bulletins sur les autres, selon la volonté des électrices et électeurs, jusqu’à ce qu’un ou une candidate obtienne la majorité absolue. Simple et clair. Utiliser ce mode de scrutin à grande échelle constituerait une innovation démocratique majeure de nature à faire avancer la France bien au-delà de cette simple désignation puisqu’il s’agirait d’ouvrir les portes d’une démocratie en mouvement.

Contrairement à celle de Macron qui, elle, progresse surtout en mode « moonwalk » de Michaël Jackson : on fait comme si on marchait en avant, mais en fait on recule !

Illustration X - Droits réservés

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.3/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • Arogavox 17 décembre 2018 12:27

    Comment éviter l’auto-proclamation de porte-paroles ?

    >>> en rendant chacun(e) porte-parole, officiellement, c’est à dire, à l’opposé d’une auto-proclamation, par une proclamations officielle cautionnée et validée par tous !

     cf « doléances Kdo » ...


    • Arogavox 17 décembre 2018 12:48

      Bien sûr, il est louable de contribuer à améliorer la conscience collective du fait que aucune technique de scrutin ne peut répondre à toutes les qualités démocratiques souhaitables : les mathématiciens l’ont démontré depuis belle lurette.

        

       La technique de scrutin proposée en fin de cet article garde malheureusement le défaut d’avoir pour objectif une représentation ; et la représentation est anti-démocratique !

      Pour ce qui est de la fausse bonne idée d’électeurs intermédiaires tirés au sort, reste là aussi à regarder de plus près, en détail, quels sont les arguments positifs pouvant mathématiquement (statistiquement) tirés du tirage au sort :

       or, une pertinence statistique ne pourrait être obtenue qu’avec une fréquence suffisamment élevée de ces tirages au sort !  Même à la louche, si vous prenez votre calculette, vous verrez que c’est difficilement jouable !

        

       Un changement de paradigme vraiment renversant (subversif !) ne serait-il pas d’abord de changer l’objectif des évaluations officielles de consensus ? :

      au lieu d’évaluation d’adhésion à des individus, des représentants, un incarneur ou une incarneuse .... pourquoi continuer à s’interdire d’évaluer l’adhésion à chaque argument d’un vrai débat vraiment démocratique ?!

      (autre noms pour « argument » : doléance, suggestion, proposition, option politique ...)


    • Jeekes Jeekes 17 décembre 2018 12:32

      ’’Edouard Philippe laisse entendre que le RIC pourrait être un bon sujet de débat. Pour l’enterrer façon Sarko probablement.’’

       

      En fait il est ’’d’accord’’ pour en discuter.

      Combien de temps, 3 ans et demi ?

       

      D’ailleurs il a déjà précisé qu’il ne faut pas espérer que ça s’applique ’’à tout et n’importe quoi.’’

       

      On la sent déjà bien commencée, la discussion !

       


      • oncle archibald 17 décembre 2018 12:48

        @Jeekes : « il a déjà précisé qu’il ne faut pas espérer que ça s’applique ’’à tout et n’importe quoi »

        Et il a bien raison, aucun pays ne pourrait vivre en état d’élections permanentes. A un moment il faut bien faire autre chose que voter, ça s’appelle gouverner en appliquant les programmes sur lesquels on a été élu ! Que la population puisse s’exprimer en cours de mandat, oui, mais pas tout le temps et à tout propos.

        Par exemple, en suisse une « votation » d’initiative populaire qui proposerait de modifier la constitution doit suivre un processus bien défini qui s’étend sur une période de 18 mois et doit être validé par l’assemblée fédérale avant d’être présenté à l’ensemble des électeurs.

        Nos gilets jaunes vont taper du pied si on prétend faire contrôler ce qu’ils proposent par le conseil constitutionnel et si on ne va pas plus vite qu’en Suisse !


      • Arogavox 17 décembre 2018 12:56

        @oncle archibald
        Vous n’avez rien démontré du tout !
         Et je suppose que vous en êtes bien conscient quelque part.

        « A un moment il faut bien faire autre chose que voter » :
        intéressant alors de savoir inventer une activité, libre, asynchrone, rapide, facultative ... de déplacement de curseurs (sur les différents arguments/doléances/propositions qui vous conviennent) , plutôt que cet acte stupide d’aller veauter pour démissionner de votre devoir citoyen d’exercer votre part de pouvoir du peuple !

        cf « doléances Kdo » 


      • Laulau Laulau 17 décembre 2018 13:19

        @Jeekes
        Et quand bien même ! La Suisse est loin, très loin d’être un modèle de justice sociale.


      • rogal 17 décembre 2018 13:23

        @oncle archibald
        Tout et n’importe quoi résume « Il ne sera efficace que s’il permet de proposer l’adoption ou l’annulation d’une loi, d’une disposition constitutionnelle ou la révocation d’un élu, voire même la destitution du président pour non-respect du mandat délivré par les électeurs. » Bref, pas de limitation de sujet. Un strict minimum de conditions, bien sûr, comme le nombre des signatures pour la demande. Le reste n’est que manœuvre ploutocratique de retardement.

        Chantons ensemble
        Le peuple souverain s’avance
        Tyrans descendez au cercueil.


      • oncle archibald 17 décembre 2018 14:26

        @Arogavox : vous n’avez rien démontré du tout"

        S’il faut « démontrer » pour s’exprimer ici vous pouvez fermer 99% des comptes de ce site, à commencer par le votre !

        On vote et puis celui qui a été élu gouverne. Tout autre façon de faire serait soit anti démocratique soit paralysante soit les deux à la fois. Je suis d’accord que l’on puisse contrôler mieux qu’actuellement l’exécution du mandat donné à nos élus mais effectivement comme l’annonce Édouard Philippe, pas n’importe quand ni n’importe comment.


      • oncle archibald 17 décembre 2018 22:08

        @rogal

        « Destitution du Président pour non respect du mandat délivré par les électeurs »

        Aucune chance de destituer Macron avec ce prétexte. Ce que lui reprochent les gilets jaunes c’est de ne pas augmenter les salaires alors que d’une part il ne peut pas agir sur les décisions des chefs d’entreprise, sauf sur le smic, et surtout qu’il n’a jamais rien promis de tel dans ses engagements de campagne. Ce qu’on lui reproche c’est précisément le contraire : d’essayer de réduire notre dette et de relancer notre économie pour faire baisser le chômage, alors que ces deux actions sont la base de son engagement de campagne.


      • oncle archibald 17 décembre 2018 12:39

        Le système de vote dit « alternatif » qui favorise les courants de pensée majoritaires même s’ils sont représentés par un grand nombre de candidats me parait en effet conduire à un choix beaucoup plus représentatif de l’opinion de la majorité que le système actuel qui est trop « tranchant ».

        En fait ce systeme favorise le vote « pour » au détriment du vote « contre ». Ce serait une très bonne idée que de militer pour son instauration. A l’heure des ordinateurs le dépouillement par lecture optique des bulletins ne devrait pas poser de problème et la présence d’un bulletin papier permettrait un recomptage manuel en cas de contestation.


        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 17 décembre 2018 12:52

          bonjour, du temps de Périclès, les citoyens nettement moins nombreux, étaient sensés avoir reçu une instruction de qualité,... Si le RIC consiste juste à un mouvement d’humeur sans réflexion,...Les Suisses ont une toute autre mentalité. Ils ont un sens pointu de la « bonne gestion ». Certains de dire : surtout les leurs et financiers. Ils sont habitués à la vie rude, sont plutôt sérieux et réfléchissent avant de donner leur avis. Ils suffit de se promener dans le pays pour voir comme il est entretenu.


          • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 17 décembre 2018 12:53

            N’en tirez pas la conclusion que j’aimerais habiter en Suisse,....il y a toujours un revers à la médaille. 


            • Laulau Laulau 17 décembre 2018 13:17

              Comme d’habitude un article assez puéril. Vous êtes bien sympathique mais vous tombez dans tous les panneaux.


              • Ministère Volontaire 17 décembre 2018 13:17

                Bonjour,

                Cette « organisation », n’en n’est pas une, mais on peu considérer que c’est une mousse de réutilisation cyclique de la phase 1 de création d’une organisation. Ce n’est pas l’anarchie, c’est juste une organisation de la dernière pluie, chaque matin.

                Le vice c’est qu’il y en as de plus en plus qui se fige dans un groupe, un cercle, qui nécessairement par les loi de la physique, s’harmonise et cherche a se distinguer des autres, diverge rappidement en méthode et en revendication des autres.

                ++


                • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 17 décembre 2018 13:26

                  @Ministère Volontaire

                  Effectivement : évoquer les lois de la physique. Exemple : les Suisses ont tous avec des variantes, le même type de personnalités, mais préfèrent souvent la solitude ou en ont l’habitude. Ensemble, mais séparés. Le contraires des français qui ont un sens élevé de leur EGO et qui paradoxalement aiment se réunir mais avec ce paradoxe de vouloir chacun s’affirmer,... Il s’agit bien de faire une omelette. Le soufflé risque lui de ne pas prendre. Excepté par des coups de têtes ou de coeur. Parfois des frondes,.... En réaction, mais fondamentalement, ils ne sont pas réglés comme de montres. A moins de retrouver l’esprit napoléonien, ce qui dans ce cas-ci m’étonnerait plutôt. 


                • Ministère Volontaire 17 décembre 2018 22:11

                  @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                  Ecoute, sois j’ai absolument pas l’algo pour décrypter ton javanais courant, sois tu est un « générateur de graines », un sorte de rand() humain trés compliqué qu’on est sensé utiliser comme source d’inspiration.

                  Mais j’ai lu pleins de tes truc... T’est partiellement un générateur de texte, une ia, potentiellement.

                  0110001001111001011011110110110101101110011010010110110101100101011100 1101110011011010010110000101110111011010010110110001101100


                • nono le simplet nono le simplet 17 décembre 2018 14:49

                  salut Victor,

                  si le RIC élaboré se retrouve aussi simple que l’augmentation du SMIC personne ne va rien y comprendre smiley

                  augmentation du SMIC qui est en fait une allocation supplémentaire délivrée par la CAF et non par personne mais par foyer ...

                  ce qui veut dire qu’une femme payée au SMIC mais dont le mari a un bon salaire ne touchera pas la prime ... elle restera avec son salaire de merde puisqu’elle n’a pas besoin d’être bien payée ... on appelle ça de la justice sociale !

                  pourquoi faire simple et juste quand on peut faire injuste et compliqué ...

                  le SMIC ne pas plus être un revenu du travail minimum mais une allocation familiale !


                  • nono le simplet nono le simplet 17 décembre 2018 14:51

                    @nono le simplet
                    le SMIC ne pas plus être un revenu du travail minimum mais une allocation familiale !

                    euh ...le SMIC ne sera plus un revenu du travail minimum mais une allocation familiale !



                  • nono le simplet nono le simplet 17 décembre 2018 15:15

                    pour en revenir au RIC on pourrait faire quelque chose de simple :

                    si 3 millions de personnes proposent un sujet de référendum en déposant leur demande en mairie entre 8 et le 14 du mois en cours et que ces 3 millions soient à 50% de femmes et 50% d’hommes et dont le coefficient familial est inférieur à la moyenne européenne et que cette proposition soit validée par 1/3 des élus de la république par département à parité 50-50 % hommes femmes bien sûr et dans les proportions de représentation des partis politiques aux élections cantonales passées, alors, on peut faire un référendum pour savoir si le sujet du dit referendum peut être examiné par un comité de sages qui le soumettra après éventuelles modifications à l’Assemblée Nationale en première lecture puis au Sénat, un passage au Conseil Constitutionnel et hop, on peut faire le référendum

                    simple, non ?


                    • Crab2 17 décembre 2018 17:12

                      Pour réformer le spectacle ou le spectaculaire, réformer de fond en comble la société pour restaurer ou établir une spiritualité de la citoyenneté - par exemple :
                      En France la beauté n’est pas un risque - attendu que dans notre pays, la pensée est la seule lumière.
                      Suite
                      https://laicite-moderne.blogspot.com/2018/12/qui-sait-reformer-nest-pas-macronien.html

                      .

                      Propos qui, en tous cas, ne relèvent pas de la chose relative, exemple :

                      Le mot Dieu n’est pour moi rien d’autre que l’expression et le produit de la faiblesse humaine. Albert Einstein à Erik Gutkind


                      • Anatine 17 décembre 2018 21:58

                        Sur la methode de « grande concertation » : Pour qu’elle soit concrete et traduite en mesures... et prenne des le depart la forme d’un engagement par l’etat.

                        Partant du principe que le RIC s’appliquera au niveau de la commune, la region et l’etat, les attentes seront formulées sous forme de questions pour un RIC.

                        1. Par thème, jusqu’a 3 questions parmi celles qui auront été formulees seront choisies dans chaque commune.

                        2. Par thème, chaque commune choisira par votation 3 questions parmi les questions posées par 10 communes tirées au hasard dans la région.

                        3. Les questions retenues par les communes seront classees par nombre de citations dans les communes et les 5 premieres retenues au niveau de la région.

                        4. Chaque région organisera un vote sur la région pour valider si oui ou non chaque question est bien une priorité. Au moins 2 questions devront etre validees avec un vote « oui » de 70% au minimum.

                        5. Ces 2 questions de chaque region sont remontees au niveau de l’etat. Les autres feront l’objet d’un debat regional et de propositions regionales.

                        6. Le parlement choisira une question par region. Si une question a ete choisie par au moins 3 regions, elle est choisie d’office.

                        7. Un Referendum national est organise. Oui ou non pour chaque proposition. Les 3 premières seront portees au debat parlementaire pour une proposition de loi sous 2 mois.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès