• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Les exilés du Parc de Belleville

Les exilés du Parc de Belleville

 

 

 Le Parc de Belleville est une réussite.
 Il est situé sur les hauteurs du vingtième arrondissement de Paris, au cœur d'un quartier populaire qui a accueilli différentes vagues d’immigration depuis des dizaines d'années. C'est un des plus denses quartiers de Paris, mélange de populations de toutes origines, en perpétuel mouvement.
 Quand il fait beau, il accueille ceux qui veulent boire un verre au soleil, prendre place sur les pelouses, très occupées lors des belles journées d'été, profiter de la fraîcheur avec la longue fontaine en cascade... Sur la place du Belvédère ou dans l'amphithéâtre en plein air, sont organisées des fêtes ou des rencontres avec les d'artistes ou les associations du quartier.
 Dans ce jardin écologique, très bien entretenu par les bons soins d'un jardinier bienveillant avec les plantes et les visiteurs, il y a place pour les amoureux... de Paris, en balade, les solitaires qui cherchent un banc pour rêver, les amateurs de lecture, de danse ou de taï-chi-chuan ou les touristes qui viennent pour le point de vue sur Paris. Pour les jeunes enfants, un village en bois les attend où ils pourront grimper, se cacher, faire des glissades... Les jeunes et les moins jeunes ont à leur disposition des tables de ping-pong en dur.
 

Actualité au Parc de Belleville

Actualité au Parc de Belleville

Actualité au Parc de Belleville

Actualité au Parc de Belleville

Actualité au Parc de Belleville

Actualité au Parc de Belleville

Actualité au Parc de Belleville

Actualité au Parc de Belleville

Actualité au Parc de Belleville

 

Le Parc peut être fermé en cas d'intempéries, notamment par grand vent, mais il est tout beau aussi dans le dialogue du soleil et de la neige même si la neige masque fortement la diversité des plantes et des arbres... et apporte le froid.

 

Avec le froid et la neige, la presse a parlé des trop nombreuses personnes qui dorment, dehors, à Paris. En particulier des jeunes exilés, isolés, dans l'Est parisien. Il y a la nuit, le froid.
Il y a aussi la faim.

 

Actualité au Parc de Belleville

Actualité au Parc de Belleville

Actualité au Parc de Belleville

Actualité au Parc de Belleville

Actualité au Parc de Belleville

Actualité au Parc de Belleville

Actualité au Parc de Belleville

Actualité au Parc de Belleville

Actualité au Parc de Belleville

Actualité au Parc de Belleville

Actualité au Parc de Belleville

Actualité au Parc de Belleville

Actualité au Parc de Belleville

Actualité au Parc de Belleville

Le Parc de Belleville est dans l'Est parisien. Et dans ce parc, depuis le printemps, des jeunes isolés, exilés, viennent pour avoir un repas chaud. Les jeudis et vendredis à midi, ils sont cent à cent cinquante, beaucoup après un cours de français qu'ils suivent dans le voisinage. Depuis quelque temps, le samedi et le dimanche, un peu moins nombreux .
On ne leur sert pas la piquette de Ramponneau mais un repas, avec un plat chaud, un dessert fait de gâteaux, de fruits, quelquefois de friandises et des boissons, de l'eau, des jus de fruit ou du thé chaud. De équipes se relaient pour assurer, chaque jour au moins un plat chaud, complété par ce que peuvent apporter des gens du quartier. Le parc est beau sous la neige. Un peu moins sous la pluie et quand il fait froid.
Les tables de ping-pong, en dur, utilisation imprévue par les architectes du jardin, sont un moment détournées de leur but premier. Elles deviennent tables de distribution et de pique-nique partiellement abritées par une toile temporaire...

 

Actualité au Parc de Belleville

Actualité au Parc de Belleville

Actualité au Parc de Belleville

Actualité au Parc de Belleville

Actualité au Parc de Belleville

Actualité au Parc de Belleville

Actualité au Parc de Belleville

Actualité au Parc de Belleville

Le Parc, les tables de ping-pong, les personnes qui apportent un peu de nourriture à ces jeunes seront-t-ils poursuivis pour détournement de bien public, délit de solidarité ?

Actualité au Parc de Belleville

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.6/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • Jean 12 février 11:47

    Magnifique et tragique aussi, merci à vous


    • cétacose2 12 février 11:57

      .....et aussi pas mal de « tout » petits trafics....


      • Montdragon Montdragon 12 février 13:08

        Très très joli et agréable en effet !
        Une belle ode cependant à homo glandicus, rejeton de festivus, entre fête « spontanée » municipale jacklangesque et trafics, jembés pourris, coexistence coïncidente entre wawash qui puent et dealers médinisés.


        • Choucas Choucas 12 février 14:26

           
           
          Qu’ il est « gentil » le petit soumis indigène...
           
          Bien dressé par pute merdiatique...
           

          « L’homme blanc va disparaître [...] il y a une augmentation de la population ‘française’ et une baisse du taux de fécondité [cherchez l’erreur...] les civilisations quand elle sont fortes, elles sont brutales [nous on est soumis...] » Michel Onfray
           
          https://www.youtube.com/watch?v=hB7SJvGFzfU
           

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès