• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Les Français veulent redonner de la voix à leurs parlementaires

Les Français veulent redonner de la voix à leurs parlementaires

Et si nous n’élisions plus les députés immédiatement après le président de la République ? Mais qu’au contraire nous les choisissions deux ans avant. Ou trois ans après. Qu’en tous les cas les deux élections soient découplées. C’était le cas jusqu’en 2002. Face à l’abstention qui n’en finit pas de grimper aux élections législatives, l’auteur imagine une solution simple qui, plutôt que la reconnaissance du vote blanc ou l’instauration d’un vote obligatoire, pourrait transformer en profondeur les rapports entre nos institutions, et pourquoi pas – le rêve est permis – redonner de la vitalité à notre démocratie.

En plaçant les élections sur le même rythme avec une priorité donnée à la désignation du chef de l’Etat, la révision de la Constitution de 2001 a laissé peu de chance aux Français de choisir une majorité parlementaire opposée à la majorité présidentielle. Les députés se sont alors presque mécaniquement trouvés dépossédés d’une grande partie de leur puissance légitime au profit du président de la République, devenu lui, responsable de toute chose et forcément capable de trop peu.

Jusqu’à 57 % d’abstention aux élections législatives de 2017

Les Français en sont pleinement conscients, en témoigne l’explosion des taux d’abstention aux élections législatives depuis 2002. Ainsi de 1958 à 2002, en moyenne 25% des Français ne se déplaçaient pas pour élire leurs députés. Ce chiffre se monte désormais à 44%, avec un pic observé au deuxième tour des législatives de 2017. Cette année-là, près de cinquante-huit électeurs sur cent n’avaient pas souhaité choisir de représentant à l’Assemblée nationale. Cette montée rapide et continue de l’abstention aux élections législatives depuis 2002 résulte directement du référendum constitutionnel de 2000 lequel, au-delà du quinquennat, a provoqué le couplage définitif des deux échéances, présidentielles puis législatives.

S’ils n’ont pas formellement rejeté la réforme, les Français ne l’ont pas approuvé pour autant de bon cœur. Le projet a été instauré malgré une abstention au référendum de 70 % ! Et sur les 30 % de participants, on a relevé presque 2 millions de votes blancs. A l’époque, pour expliquer cette triste performance, on avançait que ce scrutin n’avait pas passionné les Français, voire qu’ils n’en auraient pas forcément saisi l’intérêt ; avec vingt années de recul, on serait tenté de postuler l’exact inverse. Faut-il d’ailleurs se souvenir que Jacques Chirac lui-même était initialement opposé au quinquennat ? Sachant que la proposition émanait de Valéry Giscard d’Estaing, imaginer qu’il ait fini par s’y résoudre pour des questions de stratégie immédiate n’est ni un pas à franchir, ni une option à évacuer totalement.

L’objectif d’alors était simple : supprimer le risque de cohabitation entre un président de la République et son Premier ministre. Sans cohabitation – donc sans reconnaissance institutionnelle d’un différend politique au sein du couple exécutif – l’efficacité de l’action publique serait de nouveau garantie. Une cohabitation peut ralentir l’ouvrage certes, mais elle encourage dans le même temps à la recherche permanente du consensus. Elle n’a de risque que le nom. Cette suppression a forcément provoqué un lourd déséquilibre des pouvoirs en faveur du président de la République, au détriment des parlementaires. Le pouvoir du peuple (la démocratie) en a été diminué d’autant.

En diminuant le pouvoir des parlementaires, on affaiblit le citoyen, et on vide la nation de sa substance.

Les Français ont de plus en plus tendance à considérer que la consommation est le vecteur le plus efficace de leur expression politique. Ils n’ont pas tort. En diminuant le rôle des parlementaires, on affaiblit la figure du citoyen et on vide la nation de sa substance. Cet assèchement du Parlement a de multiples conséquences, parmi lesquels le transfert évident d’une partie du pouvoir au profit des élites économiques dont le défaut de patriotisme est de surcroît régulièrement questionné. Cela viendrait même d’une certaine manière dénaturer le débat médiatique, puisqu’il est contraint de tout voir sous l’unique prisme de la majorité présidentielle. Ainsi de regarder le résultat d’une élection régionale comme la sanction du parti présidentiel, ce qui est évidemment une aberration dans une république décentralisée.

Devant une figure du député qui s’efface, le Premier ministre ne pouvait plus se sentir responsable que devant le seul président de la République. De surcroit en nommant un chef de gouvernement qui n’est même plus issu de la majorité parlementaire, on donne définitivement aux Français le sentiment qu’ils n’ont plus que la manifestation pour s’exprimer (évidemment les Gilets jaunes et les Bonnets rouges mais la liste est longue depuis 2002). Ainsi au prétexte de garantir l’efficacité de l’action publique, on a fini par empêcher le peuple de s’exprimer dans les conditions très raisonnables d’une élection, car il se pourrait qu’il (ce peuple) envoie un message qui viendrait « compliquer les choses. » Depuis ce couplage des deux élections, vingt années auront suffi pour transformer les députés de n’importe quelle majorité présidentielle en VRP de la politique gouvernementale, et ceux de l’opposition en râleurs au pire désagréables, au mieux sympathiques, mais toujours impuissants.

En vérité, ce n’est pas tant que la Ve République s’est présidentialisée, ce serait plutôt qu’elle s’est dé-parlementarisée. La crise du Covid-19 l’a exposé jusqu’aux limites. Même le président de l’Assemblée nationale peut défendre aujourd’hui sans sourciller l’absence de vote de nos députés. Dès lors, à quoi bon les élire ?

Découpler les mandats présidentiels et législatifs dans le temps

Le moyen le plus simple d’inverser cette tendance serait de séparer le temps de l’élection législative de celui de l’élection présidentielle. Sans changer la durée des mandats du président ou des députés, on assure une relative stabilité au pouvoir exécutif, tout en garantissant au citoyen la possibilité d’arbitrer sur telle ou telle question restée en suspens les deux ou les trois premières années du mandat. Continuer d’élire le président en 2027, 2032, 2037, 2042, 2047… et les députés en 2025/2030, 2035, 2040, 2045, 2050… Chacun le comprend, cette inversion de calendrier ne pose finalement qu’un seul problème : confier un mandat de trois ou de huit ans aux députés qui seront élus en 2022. Est-ce qu’un futur président de la République aura le courage, après avoir mené une telle réforme, de dissoudre sa majorité parlementaire en 2025 pour entamer ce nouveau calendrier ? Les avantages sont indéniables, il faut souhaiter que le coût politique ne soit pas trop élevé pour celui qui l’osera.

En redonnant un rythme pertinent à l’expression démocratique du citoyen, celui-ci reviendra aux urnes aussi librement qu’il s’en est éloigné. Il aura en effet l’opportunité, de voir réellement son avis pris en compte, à travers la voix de 577 députés à la légitimité forte, par le Premier ministre et le cas échéant par le président de la République. Les élections législatives prendront un sens plus riche qu’aujourd’hui : valider la poursuite d’une politique gouvernementale ou inviter à une inflexion, le légitimer ou le délégitimer s’il est déjà intervenu au cours du mandat… Loin de bloquer l’action publique, ces nouvelles dates d’élections rendront un sens au mandat des députés et pourraient contribuer à redonner une direction à la France.


Moyenne des avis sur cet article :  2/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

37 réactions à cet article    


  • hans-de-lunéville 21 juillet 17:26

    C’était le cas avec le septennat.


    • Docteur Faustroll Lampion 21 juillet 17:31

      Encore une réforme !

      Changeons les dates, changeons les proportions !

      Un peu de sucre vanillé ?

      Si voter changeait quelque chose, il y a longtemps que ça serait interdit !



      • sirocco sirocco 21 juillet 17:38

        « En redonnant un rythme pertinent à l’expression démocratique du citoyen... »

        Houla !... C’est dangereux de sortir des trucs comme ça... J’aurais pu être cardiaque !


        • Docteur Faustroll Lampion 21 juillet 17:43

          @sirocco

          oui, ça arrache, hein ?
          et c’est pas impossible que demain, il découvre l’Amérique, comme il est parti, le gars !


        • Attila Attila 21 juillet 17:44

          Peu importe le mode d’élection, l’électeur viendrait voter s’il y avait une offre politique sérieuse et crédible : un parti et un candidat qui s’adresse à l’ensemble des français, qui les représente et défende réellement leurs intérêts.

          Au lieu de cela nous avons une caste de corrompus au service d’une minorité de très riches ou des bateleurs de foire qui se préoccupent avant tout de leur intérêt personnel.

          .


          • Jeekes Jeekes 21 juillet 18:10

            @Attila
             
            ’’un parti et un candidat qui s’adresse à l’ensemble des français’’
             
            Bonjour l’utopie.
             
            Et on fait quoi des différences de classe, des intérêts divers et particuliers.
            Ni des ’’sensibilités politiques’’
             
            Atchoum !
             
            Allez, on se relit :
             
            ’’nous avons une caste de corrompus au service d’une minorité de très riches ou des bateleurs de foire qui se préoccupent avant tout de leur intérêt personnel.’’

            Cherchez l’erreur...
             
            Paske c’est ça, ’’l’ensemble des français’’ justement, hein ?
             


          • sirocco sirocco 21 juillet 17:45

             « Les Français veulent redonner de la voix à leurs parlementaires. »

            Ce n’est pas de la voix que veulent nos parlementaires. C’est de la thune...


            • Jeekes Jeekes 21 juillet 18:03

              ’’En diminuant le pouvoir des parlementaires, on affaiblit le citoyen’’

               

              Ouais, faudrait déjà que les parlementaires représentent autre chose que les intérêts de ceux qui les ont portés au pouvoir.

               

              Et là je ne parle pas des électeurs, mais de leurs ’’sponsors’’, de leur ’’parti’’ et surtout de leur faim de la gamelle !

               


              • hans-de-lunéville 21 juillet 18:05

                pff encore un « auteur » qui n’existe pas vraiment sur google.


                • Jeekes Jeekes 21 juillet 18:22

                  Outch, j’en oubliais ça :

                   

                  ’’Les Français veulent redonner de la voix à leurs parlementaires’’

                   

                  Bon, j’en ai marre de lire ou d’entendre des z’inconnus me gonfler avec les Français veulent ceci, les Français pensent, les Français disent...

                  Qu’est-ce qu’il en sait l’auteur de ce que je veux, de ce que je pense, de quoi j’ai besoin... Le mec il sait mieux que moi dis-donc. Et les chevilles, ça va ? 

                   

                  Sinon tiens, une piste.

                  Moi Français, je ne veux rien redonner aux parlementaires, ils ne méritent pas autre chose que de grands coups de pompes au cul.

                  Et encore, c’est parce qu’aujourd’hui je suis de bonne humeur.

                   

                  Quand les parlementaires m’obéiront, à moi qui les aurait élus, quand ils me rendront des comptes, quand ils cesseront de mentir en me promettant la lune pour m’enfiler aussi sec après l’élection.

                  Quand ils oeuvreront à mon bien-être au lieu de bosser pour leurs sponsors.

                  Quand ils cesseront de voler, de tricher, de magouiller, de s’enrichir.

                  Quand ils feront leur boulot en participant à toutes les séances de l’assemblée.

                  Quand ils m’accorderont le droit de les virer dès qu’ils auront dévié de leur programme électoral. 

                   

                  Ce jour là, on en reparlera... 

                   


                  • Yann Esteveny 21 juillet 18:32

                    Message à tous,

                    Je cite cet auteur improvisé en mode média du pouvoir : « Les Français veulent redonner de la voix à leurs parlementaires ».

                    Il me semble que les français souhaitent déjà que l’on arrête de prétendre s’exprimer en leur nom surtout lorsque la censure est si intense.

                    Quant aux députés qui retirent la voix aux français, vous en avez un exemple ici :
                    https://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/qui-veut-encore-debattre-avec-les-220156


                    • samy Levrai samy Levrai 21 juillet 18:37

                      @Yann Esteveny
                      Il n’a pas remarqué que la nation n’avait de plus en plus que mépris pour les clowns malhonnêtes qui se disent nos élus mais qui nous ne sont que presentés par le merdias .
                      S’asseoir sur la volonté du peuple comme en 2008 les a discrédité a tout jamais, ils n’ont plus de légitimité et ne mérite que la guillotine. 


                    • Yann Esteveny 21 juillet 18:47

                      Message à avatar samy Levrai,

                      Je vous cite : "S’asseoir sur la volonté du peuple comme en 2008 les a discrédité a tout jamais, ils n’ont plus de légitimité (...)"
                      Leur discrédit n’est pas suffisant pour qu’une majorité de la population reconduise la même clique puis aille se faire inoculer la potion de Mammon.

                      Respectueusement


                    • samy Levrai samy Levrai 21 juillet 19:00

                      @Yann Esteveny
                      Le conditionnement de masse est profond mais ne soyons pas défaitistes !


                    • Yann Esteveny 21 juillet 19:35

                      Message à avatar samy Levrai,

                      La défaite ne concerne que ceux qui s’entêtent à suivre la mauvais maître. Ceux qui suivent le bon maître sont plein d’espoir.

                      Respectueusement


                    • samy Levrai samy Levrai 21 juillet 18:32

                      Mais qui donc gouverne la France ? quels pouvoirs reste t il aux marionnettes qui se présentent ? qu’est ce qui empêche l’indépendance de la nation ? qu’est ce qu’un pays souverain ? pourquoi votons nous ?

                      La solution est bien sûr de décaler les législatives, s’il ne se présente pas nous allons manquer un brillant annaliste politique...


                      • Attilax Attilax 21 juillet 18:44

                        Vos chers députés viennent de rejeter la proposition d’un pass sanitaire obligatoire pour les députés.

                        C’est plus clair ?


                        • Attilax Attilax 21 juillet 19:18

                          @troletbuse

                          Ça je sais pas, mais en tout cas, c’est bien la preuve (si besoin était) que ce sont de gros enculés.


                        • sylvain sylvain 21 juillet 19:08

                          on donne définitivement aux Français le sentiment qu’ils n’ont plus que la manifestation pour s’exprimer


                          Même pas, depuis sarkozy l’éxecutif se fout de plus en plus des mouvements sociaux en général . Suffit de regarder les GJ, plus d’un an de mobilisation, des millions de personnes qui ont participés de près ou de loin . Résultat, des éborgnés et des manchots par dizaines


                          • sirocco sirocco 21 juillet 19:23

                            @sylvain

                            C’est vrai.
                            Quelques idées de ce qu’on peut encore faire dans « Guérilla », de Laurent Obertone.


                          • sylvain sylvain 21 juillet 19:53

                            @sirocco
                            Ca va devenir impossible de ne plus se laisser faire sans se mettre en danger


                          • sirocco sirocco 22 juillet 13:49

                            @sylvain

                            Oui mais l’histoire de l’Humanité n’est qu’une suite de situations de ce genre où l’Homme doit se battre pour sa survie ou sa dignité.


                          • jef88 jef88 21 juillet 19:32

                            En France il y a trois pouvoirs ;

                            Le législatif (parlementaires)

                            L’exécutif (gouvernement)

                             Le judiciaire (tribunaux)

                            ACTUELLEMENT : C’est l’exécutif qui commande ... Les autres doivent suivre !

                            PROBLEME ? L’exécutif est mené par une caste, l’ENA qui reprend une forme modernisée de l’ancien régime ......

                            DONC interdire aux énarques de se présenter aux élections ! ! !


                            • sylvain sylvain 21 juillet 19:54

                              @jef88
                              a ben ça ça les ferait bien chier . Enfin il faudrait aussi les virer des postes de hauts fonctionnaires


                            • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 21 juillet 20:45

                              @jef88
                               
                               « Il y a six pouvoirs qui commandent le monde : les exécutifs, les législatifs, les judiciaires, le technologique ou scientifique, le financier et le médiatique. Les cinq premiers sont encadrés par des lois et des contre pouvoirs. Le système médiatique n’a pas de contre pouvoirs et ses débordements sont sans limites ». Michel Rocard
                               
                              « Il y a trois pouvoirs de prise de parole : politique, scientifique (experts), médiatique » (Henri Atlan) C’est une question d’autorité.
                               
                              Mais ça c’était avant. Aujourd’hui il y n’y a qu’un seul pouvoir qui domine tous les autres à des degrés variables : c’est l’argent.


                            • Albert123 22 juillet 10:33

                              @jef88

                              « ACTUELLEMENT : C’est l’exécutif qui commande ... Les autres doivent suivre ! »

                              ah les pauvres voter une loi qui les exclu de la contrainte vaccinale tout en recevant plusieurs milliers d’euros par mois pour le faire c’est vraiment trop dur !!!.

                              vous voulez organiser une cagnotte pour les aider peut être ?


                            • Cartman Cartman 22 juillet 01:22

                              « et pourquoi pas – le rêve est permis – redonner de la vitalité à notre démocratie »


                              Vous n’êtes pas dans un système politique démocratique mais oligarchique. 


                              • devphil30 devphil30 22 juillet 05:59

                                Changement de république avec referendums réguliers sur les questions importantes de société , d’avenir.

                                Ces referendums doivent être sur le modèle de ce qui se fait en Suisse , c’est la seule vraie démocratie participative.

                                La gestion courante reste à la charge des politiques , pour le reste on pose la question à tous les Français régulièrement et ceci au niveau nationale , régional ou même local.

                                Un maire ou un président de conseil régional élu peut faire ce qu’il veux suivant la répartition des voix majoritaires dont il dispose , cela devient un abus de pouvoir entrainant des communes ou des régions dans un endettement important.


                                • https://t.me/mkunkuav667/990

                                  Ca démarre de ce côté aussi.

                                  https://www.francesoir.fr/societe-economie/leuro-numerique-ne-remplacera-par-largent-liquide-et-ne-gardera-pas-la-trace-des

                                  FranceSoir (https://www.francesoir.fr/societe-economie/leuro-numerique-ne-remplacera-par-largent-liquide-et-ne-gardera-pas-la-trace-des)
                                  L’euro numérique ne remplacera par l’argent liquide et ne gardera pas la trace des achats
                                  Avec l’essor des crypto-monnaies et des paiements dématérialisés, l’Union Européenne veut créer sa monnaie numérique.


                                  • jymb 22 juillet 13:21

                                    Un député ne devrait être qu’une homme/femme libre, détaché obligatoirement de tout parti, et interrogeant ses électeurs sur leur opinion avant tout vote parlementaire d’envergure


                                    • zygzornifle zygzornifle 22 juillet 15:08

                                      @jymb
                                       
                                      Autant rêver d’un tigre végétarien ....


                                    • zygzornifle zygzornifle 22 juillet 15:07
                                      Les Français veulent redonner de la voix à leurs parlementaires

                                      Notre pognon ne leur suffit plus il faut aussi les voix ....


                                      • zygzornifle zygzornifle 22 juillet 15:11

                                        Un député n’en n’a rien a foutre des citoyens, au contraire ça l’enmerde grave si vous lui demandez quoi que ce soit, avant tout il bosse pour lui car la paye est bonne et les avantages sont royaux, mettez les tous au smic et ils se tailleront comme des rats pendant un naufrage ....


                                        • zygzornifle zygzornifle 22 juillet 15:13
                                          N’attendez pas la solution de vos problèmes des hommes politiques puisque ce sont eux qui en sont la cause....
                                          (Alain Madelin)

                                          • charly10 23 juillet 09:02

                                            Découpler c’était un peu le cas avec le septennat ; c’est une idée intéressante pour peu qu’on y ajoute la proportionnelle, et ainsi les voix des différends acteurs politiques du pays seraient représentées. C’est malheureusement une idée trop simple pour les énarques qui nous gouvernent.


                                            • Bruno Retailleau le pire salaud de la monarchie républicaine .

                                              Il parle d’équilibre entre les droits et les devoirs .

                                              Mais veut entériné la non obligation vaxxinal , du pass sanitaire pour les députés, sénateurs , diplomates (et leur famille) ainsi que pour la police et les gendarmes sans oublier l’armée .

                                              Cet infecte sénato-fasciste perpétue l’auto-amnistie des politiciens .....

                                              De quelle démocratie française les politiciens français sont ils les représentants ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Mathieu Debrosse

Mathieu Debrosse
Voir ses articles



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité