• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Les grandes générosités

Les grandes générosités

Mon grand-père faisait partie de ces gens qui aiment à déclarer à tout bout de champ que plus ils fréquentent les gens et plus ils aiment leur chien.

En fait, mon grand-père n’aimait pas grand monde en dehors de moi.
J’aurais pourtant dû me méfier.
Mais quand on est gosse, on est plutôt confiant et reconnaissant comme un jeune chien et ça, ça plaisait énormément à mon grand-père.

J’étais un peu le sidequick de mon grand-père et il me trainait partout, chantait mes louanges à ses copains de bistrot, me faisant poser comme petit Gavroche devant ses potes artistes de Montmartre et surtout, il me couvrait de cadeaux. Ce n’était pas compliqué, dès que je voulais un truc, je l’avais  ; et tant pis si cela faisait chouiner la grand-mère à notre retour de virée. Du coup, j’adorais mon grand-père et je n’aimais pas des masses la grand-mère rabat-joie…
Ce qui était précisément les deux points vraiment importants.

Il m’a fallu un sacré paquet d’années pour comprendre qu’en fait, tout ce qui intéressait mon grand-père, c’était de se faire mousser, de se sentir bon et généreux et d’accessoirement bien faire chier ma grand-mère. Que ce dont j’avais vraiment besoin, ça, il n’en avait rigoureusement rien à battre. C’était les trucs chiants, les trucs qu’il laissait à la vieille, pas son problème.

Ce que mon grand-père aimait en moi, c’était très précisément mon côté clébard : cet amour inconditionnel qu’il achetait à grand coup de gros cadeaux qu’il offrait toujours devant une aimable assistance prompte à le louer de sa grande générosité, le fait que dans mon regard de gosse, il était plus grand, plus beau et plus merveilleux que le père Noël et la petite souris réunis et que cette image bigger than life, je la renvoyais à l’ensemble de ses courtisans de troquet.

L’heure des choix

Il arrive toujours un moment dans la vie où l’on prend conscience de la réalité des choses qui nous avait été cachée ou invisible jusqu’alors et c’est un moment important, parce que c’est celui des grands choix qui vont déterminer le genre de personne que l’on sera quand on aura fini de grandir.

Donc, j’ai fini par comprendre que j’étais l’arme de mon grand-père contre ma grand-mère et le reste du monde, que chaque fois qu’il m’offrait un truc à grande publicité, il tapait en fait dans la caisse commune, laissant ensuite le soin à ma grand-mère de se priver pour rééquilibrer les comptes et financer l’essentiel, à savoir mon Banania1 du matin, le trousseau de la rentrée, la cantine, bouffer le gras du jambon pour que je puisse en avoir le rose.

À ce moment, j’aurais pu comprendre et n’avoir l’air de rien, laisser faire et continuer à profiter du système des deux côtés. Savoir que mon grand-père était en fait un trou du cul, mais continuer à profiter de ses largesses tout en laissant à ma grand-mère le soin de colmater les brèches. Franchement, cela aurait été bien plus facile et dans mon intérêt. Bien fermer sa gueule et reprendre deux fois de la purée.

Au lieu de cela, je lui ai mis le nez dans sa bouse et j’ai cessé d’en vouloir à ma grand-mère de m’avoir trainée chez le coiffeur à 5 ou 6 ans pour me transformer de « boucles d’or » à Mireille Matthieu2.

Cela a été assez radical : j’ai cessé d’être sa petite fille préférée et comme j’étais sa seule descendante, il est définitivement passé du papi gâteau au vieux chnoque qui fait la gueule en maudissant mon ingratitude. Tout le temps. Jusqu’au bout. Et bien sûr, il s’est mis à gâter mon chien, jusqu’à lui apprendre à grogner contre moi.
J’avais choisi mon camp.

Fractures et fractales

Ce qui est marrant, c’est que depuis le début de la semaine de la sainte hystérie3 de la cathédrale outragée  ! cathédrale brisée  ! cathédrale martyrisée  ! avec toute cette générosité flamboyante et dégoulinante à la fois, je repense beaucoup au grand-père de ma petite enfance et à sa conception somme toute pas si personnelle que cela de la générosité érigée en système de communication et de domination à la fois.

Un pognon de dingue pour le vélo et que dalle pour le Benco…

Un sens des priorités complètement aberrant et une propension inégalée à faire la leçon aux récalcitrants, quitte à aller leur faire les poches avec les dents jusqu’au fond des chiottes.

Et en même temps, un pathétique besoin d’être aimé et admiré à la hauteur de son égoïsme démesuré et de sa profonde nocivité.

 

Notes

  1. Désolée, mais à l’époque, je ne savais rien du côté assez raciste de mon chocolat préféré.
  2. Concrètement, ma colère était assez justifiée. Ma grand-mère, préposée à mes soins corporels, avait mal aux bras à force de tenter de démêler ma grosse tignasse blonde et frisée et avait profité d’une épidémie de poux à l’école pour me faire ratiboiser la tête. C’était affreux.
  3. Qui donne envie de relire fissa La stratégie du choc de Naomi Klein !

Moyenne des avis sur cet article :  3.22/5   (32 votes)




Réagissez à l'article

26 réactions à cet article    


  • oncle archibald 30 avril 11:10

    Madame Monolecte n’aime pas la contradiction ... Pourtant c’était pas si con ce que j’ai lu il y a quelques instants et qui a disparu depuis .... Trop facile d’imaginer ce que son grand père avait dans la tète quand il gâtait sa petite fille ....

    C’était juste pour se faire mousser ? Qu’en savez-vous vraiment ? Et puis, si c’était en partie vrai, ne serait-ce pas ses chromosomes qui parlent quand vous même vous érigez en « sachant » et détentrice de la « vérité » ? Quel autre but poursuivez vous en prétendant trainer dans la boue la mémoire de votre grand père ?


    • colibri 30 avril 13:33

      @oncle archibald Quel autre but poursuivez vous en prétendant trainer dans la boue la mémoire de votre grand père ?

      Votre réaction montre qu’un témoignage qui met en cause un proche vous a ébranlé ;comme si vous aviez peur d’ être aussi jugé un jour .

      Est-il interdit d’avoir du discernement vis à vis des gens qui nous ont éduqué et de comprendre les ressorts inconscients qui régissent les relations familiales et la vérité des intérêts cachés des uns et des autres ?

      pourquoi mettre en doute l’analyse d’une personne qui exprime son ressenti qui est forcément vrai , comme un enfant sait toujours mieux les choses ?

      Votre raisonnement est celui de l’autruche surtout ne pas regarder derrière l’image extérieure lisse que donne à voir les familles des fois que ca pourrait déranger ..

      Et quand il y en a un qui rompt le pacte tout le monde lui saute dessus pour le faire taire .
      C’est souvent celui qui s’est senti victime qui révèle le pot aux rose et il y a une souffrance derrière qu’il faut respecter .

      La victime ne cherche pas à « salir » mais à témoigner d’une situation qui l’a fait souffrir , comme le fait de s’être sentie instrumentalisée, et qui peut aussi être le cas pour d’autres personnes. 


    • oncle archibald 30 avril 14:22

      @colibri

       : « comme un enfant sait toujours mieux les choses » ......

      Rapprochez votre affirmation du texte de Monolecte .... c’est assez amusant !

      Entre le « ressenti » et la vérité il y a parfois un fossé infranchissable ! Et rien jamais n’est aussi simple que ce qu’affirme Monolecte. Elle a choisi à l’âge adulte de pisser du vinaigre et elle conchie son grand père qui la gâtait ... C’est son choix « réfléchi » ...

      Ben tant pis pour elle ! La vie vaut mieux que ça ! Peut être que son grand père ne savait pas lui dire « je t’aime » autrement qu’en la couvrant de cadeaux .... peut être son grand père aimait-il sa femme mais se donnait des airs de macho pour ne pas « avoir l’air d’un con » auprès de ses copains de bistrot ... C’est compliqué un mec, quel qu’il soit, et secret aussi ... Bref je n’aime pas les affirmations péremptoires, surtout quand elles sont négatives !


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 30 avril 21:58

      @oncle archibald

      J’ai toujours apprécié les articles de Monolecte... Et je trouve aussi celui-ci excellent. Vous insinuez qu’elle aurait fait disparaitre un commentaire ? Dites-le. Pour ma part, j’adore la contradiction ; ce que je supporte mal, c’est l’hypocrisie, la lâcheté, les faux fuyants des vrais fuyards... 

      PJCA


    • Positronique 30 avril 23:53

      @Pierre JC Allard

      Vous avez tort et raison à la fois , vu que le post qu’oncle Archibald a lu était de moi sous un autre pseudo qui a été supprimé , mais il a bien existé donc tonton n’est pas un menteur ne vous en déplaise. Vous aussi êtes prompt à juger et à injurier les gens que vous n’aimez pas , sale petit moralisateur .


    • oncle archibald 1er mai 08:50

      @Positronique

      Merci. Pour certains ici le monde est binaire, c’est oui ou non, c’est bien ou mal, et gare à ceux qui ne pensent pas comme eux.


    • colibri 1er mai 10:03

      @oncle archibald

      Entre le « ressenti » et la vérité il y a parfois un fossé infranchissable !
      .

      c’est facile de dire ca , en l’affirmant vous vous faites le jeu des prédateurs et autres mauvais parents , vous partez du point de vue que tous les parents sont respectables ce qui n’est pas le cas , et quand une personne dénonce vous lui tombez dessus comme si c’était forcément faux .
      Vous condamneriez aussi des enfants comme Flavie Flament que sa mère et ses frères accusaient d’affabuler alors qu’elle était violée par David Hamilton .Il est maintenant connu que c’était vrai , d’autres personnes s’étant fait connaitre pour dénoncer ses agissements .Alors oui un enfant sait toujours mieux les choses .

       

       Peut être que son grand père ne savait pas lui dire « je t’aime » autrement qu’en la couvrant de cadeaux .... 
      .


      La vous inventez ce qui qui vous convient , par identification au grand-père vous dites ce que vous faites vous-même .Vous ne pouvez concevoir que tous les grands pères ne soient bisounours.Il y a des personnes toxiques dans toutes les familles et vous ne pouvez portez aucun jugement sans savoir , c’est vous qui êtes péremptoire .


       Bref je n’aime pas les affirmations péremptoires, surtout quand elles sont négatives !
      .
      c’est celui qui dit qui y est !  vous êtes péremptoire .
      elle connait son grand-père mieux que vous et elle mieux placée pour émettre un avis et témoigner , ca vous dérange parce que que vous vous projeter dans la figure du grand-père et peut être aussi jouiez vous à ce jeu de la générosité .
      Votre position est dangereuse car injuste ,
      pour vous les enfants n’ont pas le droit d’avoir de discernement et donc sont condamnés à ne pas être écoutés et continués à être instrumentaliser ou violenter .









    • JPCiron JPCiron 1er mai 16:41

      @oncle archibald

      Qu’en savez-vous vraiment ? >

      On peut effectivement douter de tout.
      Mais la vie devient un truc de fou(s).

      Chaque vérité est un ressenti.
      Et on ne peut vivre qu’avec elle.

      Faire le pas et changer de route est respectable.
      C’est bien plus dur que rester dans le rang.
      Surtout pour un(e) gosse.

      Je pense que cet article est très bien.


    • JPCiron JPCiron 1er mai 16:43

      @oncle archibald

      ce que j’ai lu il y a quelques instants et qui a disparu depuis >

      On peut donc supprimer un commentaire agressif ou hors sujet ?
      Y a-t-il un lien vers la procédure pour ce faire ?  smiley


    • Dom66 Dom66 30 avril 11:23

      Excellent l’article... "cette générosité flamboyante et dégoulinante à la fois", des donateurs de NDP.....Vous avez vu Nous avons donné !! pas pour les pauvres mais pour ND

      mais je pense, n’allez pas croire que votre grand père ne vous aimait pas !

      PS : moi aussi plus je vois le comportement de l’homme, smiley  plus j’aime les animaux


      • HELIOS HELIOS 30 avril 11:58

        @Dom66
        C’est surement pas le cas de nos compatriotes et de tous les autres... à voir la vitesse a laquelle ils disparaissent...


      • Positronique 30 avril 13:27

        Le moins qu’on puisse dire c’est que vous adorez votre famille !!!


        • In Bruges In Bruges 30 avril 15:18

          @Positronique
          Le moins qu’on puisse dire, c’est que Monolecte n’aime personne, pas même elle, et qu’elle en veut au monde entier. A longueur d’article et depuis longtemps.
          Que dire ?
          Comme Coluche dans son sketch « le philosophe arabe » :
          « Dans sa tête , c’est un débarras. Y’a un merdier là dedans, j’aimerais pas habiter là »....


        • Positronique 30 avril 15:24

          @In Bruges

          Houlà je vous laisse la responsabilité de vos écrits , car madame à le couperet facile !!!


        • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 30 avril 22:20

          @In Bruges

          Je vois que vous êtes de cette engeance trop prolifique qui poste des commentaires de pure humeur, sans référence à des faits, ni la moindre trace d’objectivité. Sans surtout offrir une description de ce qu’elle ni jamais se commettre d’un article. On devrait identifier ces intervenants d’un signe, afin qu’on ne perde pas de temps à les lire.

          PJCA


        • Positronique 1er mai 00:04

          Et t’étais avocat toi ?? J’aurais pas aimé avoir un « bavard » comme toi , plus prompt à refiler les éléments à charge de l’accusé à l’accusation que de défendre l’accusé. Mais c’est vrai qu’il y a des traitres partout.


        • Pierre Régnier Pierre Régnier 1er mai 11:19

          Vous dites : On devrait identifier ces intervenants d’un signe, afin qu’on ne perde pas de temps à les lire.

          Surtout pas, Pierre. Ce serait mettre Agoravox dans les pas des délateurs du Décodex du journal Le Monde, qui font avancer la France vers une nouvelle forme de totalitarisme.


        • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 2 mai 00:19

          @Pierre Régnier

          OUI. Je crois que vous avez raison...Les délateurs du Decodex présentent en effet un plus grand danger pour ce site que ceux dont on découvre vite qu’ils ne sont que hargneux et pas très doués.

          PJCA


        • pipiou 30 avril 15:15

          Un grand-père pédophile, voilà ce qui explique sans doute les psychoses de Monolecte.

          Mais tout est bon dans le cochon.

          Ce qui compte c’est d’y voir une métaphore de l’exploitation de l’ho.fe.mme par la.e ho.fe.mme.


          • Ornicar 30 avril 19:40

            C’est bien intello pour moi, tout ça. Je le relirai à tête reposée. 


            • Attila Attila 1er mai 23:04

              @Ornicar
              C’est une citation de Louis 16.
              J’ai bon ?

              .


            • xiyih@bit-degree.com 30 avril 21:39

              n ayant jamais connu de parents j aurais bien aime avoir un grand pere comme le votre

              je pense que vous avez l age pour endosser votre faillite et echec personnel sans en rejeter la faut sur ceux qui vous ont aime


              • placide21 1er mai 10:06

                @xiyih@bit-degree.com
                Monolecte s’est construite avec cette illusion de grand père bienfaiteur  ; nos illusions sont essentielles dans notre construction ,ce sont des drogues nécessaires et le père noël nous aide à gérer le manque que leurs disparitions engendre ; que se passera-t-il lorsqu’elle découvrira les motivations profondes de la grand mère ? En fait les deux ont été bienfaiteurs de différentes façons ;méfions nous de nos reconstructions après coup, nous ne sommes que le tissu de notre époque.


              • Attilax Attilax 30 avril 22:28

                Joli post, très personnel mais évocateur. Le plus triste dans cette histoire, c’est que le grand-père ne vous ait jamais pardonné votre « trahison » (enfin moi j’appelle ça une prise de conscience). Quand on aime vraiment, on pardonne. S’il vous avait aimé sans réserve même après, vous lui auriez pardonné aussi, j’en suis sûr.


                • Clocel Clocel 2 mai 18:24

                  Toujours dangereux et casse gueule de juger les générations précédentes, surtout lorsqu’on a l’age des premiers bilans qui ne seront sans doute pas flamboyants.

                  J’aimais bien moi, cette génération de rustiques gouailleurs, brouillons, tempétueux, au coup de pied au cul facile, mais qui ne négligeaient de planter des cerisiers au bord des routes pour les mômes sur le trajet de l’école.

                  Êtes-vous bien sûre que la condition féminine ait réellement évolué ?

                  Que les efféminés que les « féministes » (féminicides ?) ont fabriqué, sont en toutes circonstances à la hauteur ? Que les produits de cette « évolution » vont être armés pour les temps qui viennent ?

                  Gaffe les meufs, vous allez être coresponsables des bilans à venir !

                  J’aime pas trop les chiens, trop collants, trop dépendants, mais je préfère souvent la compagnie des chats aux êtres veules, insipides et inconsistants que notre époque se plaît à produire.


                  • arthes arthes 2 mai 18:42

                    Faut-il se justifier à présent lorsqu’on place le mot Banania dans un texte dont le but évident est de régler ses comptes avec son grand-père ?

                    Oulala, que de culpabilité...Pax, pax avec sa famille, chouinner parce qu’on a été trop gâtée...Il y en a qui pardonnent même s’ils ont été trop battus, enfin...Ils pardonnent...Si on veut, ils n’oublient pas quand même, mais c’est nécéssaire , la résilience...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès