• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Les grands malades du contrôle social : le « Crisis Data Hub » du (...)

Les grands malades du contrôle social : le « Crisis Data Hub » du Sénat

« Il y a des idées si livides qu’on doit les gifler pour leur redonner des couleurs. L’idée d’humanité en fait partie. Au fond, la technologie et ses dispositifs ont pris cette place effarante dans nos existences parce qu’il n’y a plus quelque chose comme l’Homme en soi – cet Everlasting Man que chantait Chesterton dans les années vingt du siècle dernier.[i] »

Erik Audouard, Comprendre l’Apocalypse, 2018[ii]

 

« Et si nous avons perdu cette force/Qui autrefois remuait la terre et le ciel, /Ce que nous sommes, nous le sommes, /Des cœurs héroïques et d’une même trempe/Affaiblis par le temps et le destin, /Mais forts par la volonté/De chercher, lutter, trouver, et de ne rien céder »[iii]

Skyfall, quand "M", la patronne du MI6 et de l'agent 007 cite "Ulysse", un poème de l'auteur anglais Lord Alfred Tennyson (1809-1892). Dans ce poème, Ulysse, de retour de ses périples, parle de son grand âge et de son envie toujours présente d'explorer le vaste monde.

JPEG

L’aveuglement est tel que nous sommes contraints de penser en termes de pathologie générale, sinon de démonologie collective – plutôt que dans le cadre rassurant des bonnes vieilles catégories philosophiques et politiques qui ne correspondent pas à la réalité des choses, explique l’étonnant philosophe Erik Audouard en un profond dialogue entre René Girard (1923-2015), philosophe français, et Leonardo Castellani (1899-1981), grand théologien argentin.

Le Mal et la Folie sont présents, à l’œuvre avec des petits Frankenstein en roue libre, créateurs de monstruosités politiques et sociologiques et qui ne se rendent même plus compte de ce qu’ils peuvent imaginer au nom de la lutte contre le COVID-19 pour enfermer leurs concitoyens dans une prison qui n’a rien de l’exercice intellectuel d’une dystopie mais procède d’une réalité toute proche, épouvantable, issue d’une imagination profondément perverse et malade.

Car le fait est que nous avons réellement affaire à des malades que chacun qualifiera selon les nuances appropriées de psychopathes, de sociopathes ou tout simplement de gens qui ont perdu le sens commun en enfonçant toutes les dimensions de l'hubris, orgueil, excès, démesure, actes transgressifs et violents présentés comme nécessaires et justifiés.

Voyez plutôt ce qu'il en est en lisant ce qui suit.

Rapporté par ce que j’appelle des sites sentinelles (en l’espèce Les Crises et Bastamag), le Rapport d'information de Mmes Véronique GUILLOTIN, Christine LAVARDE et M. René-Paul SAVARY, sénateurs, rédigé au nom de la délégation sénatoriale à la prospective n° 673 (2020-2021), en date du 3 juin 2021, fait froid dans le dos[iv].

De l’excellent compte-rendu effectué par Thalia Creac’h dans le magazine Bastamag[v], on retiendra un projet sans doute déjà très avancé de mise en place d’un cadenassage sanitaro-policier qu’il est urgent d’enrayer pour éviter d’avoir à subir les délires d’une dérive sécuritaire qui ne cesse de monter en puissance sans que personne ne s’émeuve outre-mesure :

- Les données de santé de la population française, collectées massivement, seront-elles vraiment protégées ?

Nouvelle loi renseignement : le gouvernement place la population sous surveillance algorithmique

- Doctolib : l’entreprise qui a récupéré le marché de la vaccination... et nos données personnelles

 

  1. Asservissement et contrôle politique, sanitaire et social absolu : la mise à mort des libertés publiques

 

Trois sénateurs membres de la « délégation sénatoriale à la prospective » ont donc discrètement rendu le 3 juin 2021 leur rapport d’information sur les crises sanitaires et les outils numériques.

Lecture rapide et édifiante, sans fioritures, d'un document dans lequel les parlementaires Christine Lavarde et René-Paul Savary, tous deux LR, et Véronique Guillotin, du Mouvement radical (petit parti centriste, proche de LREM) proposent de collecter de nombreuses données personnelles de la population au prétexte d’anticiper les futures crises, en particulier épidémiologiques, à venir.

Selon eux, le numérique serait « un puissant antivirus ». Ces données seraient transférées sur un « Crisis Data Hub », nommé ainsi en référence au « Health Data Hub », qui recueille déjà les données de santé (voir ci-après article).

 

« Des premiers pas de TousAntiCovid à la difficile mise en place du « pass sanitaire », en passant par les fichiers de dépistage et de vaccination, les drones et autres caméras thermiques, les auteurs de ce rapport qu'il convient de lire très attentivement tant son contenu est effarant expliquent tout simplement que le recours aux technologies numériques dans la gestion de l'épidémie de Covid 19 a suscité d'innombrables polémiques en France. Pourtant, disent-ils, les faits sont là : les pays qui ont le plus utilisé ces outils sont aussi ceux qui ont, de loin, compté le moins de morts.

Se posent-ils des questions sur les raisons profondes de ces "polémiques" ou résistances ? Pas le moins du monde. Comment en effet une population de snowflakes, trouillards et abrutis pourrait-elle être encore capable de formuler une interrogation ? La soumission est bien acquise, profitons de l'aubaine !

Depuis un an et demi, font-ils valoir, les Français sont soumis à des restrictions inédites et généralisées de leurs libertés qui n'ont pas pour autant permis d'éviter un lourd bilan sanitaire (100 000 morts), qui ont causé la plus grande récession économique jamais connue en temps de paix, et dont on commence à peine à mesurer les conséquences psychologiques. Et si la vaccination permet aujourd'hui d'espérer un retour à la normale, la pandémie de Covid 19 n'est ni la dernière, ni sans toute la plus grave des crises auxquelles nous serons confrontés au cours des années à venir.

Il est donc temps de rattraper notre retard et de faire face à nos contradictions, écrivent les auteurs du Rapport.

Les rapporteurs de la délégation à la prospective du Sénat ont une position claire : le recours à des technologies plus intrusives, mais très ciblées et limitées dans le temps, est la contrepartie d'une liberté retrouvée plus vite, pour ne pas avoir, à chaque fois, à remettre sous cloche le pays tout entier.

Mais comment donc !

Après avoir passé en revue les stratégies numériques de plusieurs pays face à la Covid 19 et évoqué quelques perspectives de long terme, les rapporteurs reviennent en effet sur la situation de la France, sur son impréparation mais aussi sur ses tabous. Ils détaillent ensuite l'unique proposition du rapport : celle d'un dispositif de crise permettant de répondre avec toute l'efficacité du numérique, sans rien céder sur nos valeurs démocratiques. »

Chacun étant désormais rassuré par la prononciation du mantra démocratique, l’opération de cadenassage peut donc continuer sans encombres.

 

  1. SMS envoyé automatiquement si vous sortez de chez vous sous couvre-feu, amendes prélevées directement sur votre compte… Pour anticiper les futures crises, des sénateurs proposent de développer des outils de plus en plus intrusifs.

 

Les sénateurs ont basé leur étude sur l’expérience de la crise du Covid-19 en France et dans d’autres pays (Estonie, Chine, Taïwan, Singapour, Corée du Sud et Hong Kong). « Est-ce que nous avons, dans notre pays, optimisé l’utilisation de l’outil [numérique] pour sortir ou gérer au mieux cette crise ? demande Véronique Guillotin dans un entretien à Public Sénat. À chaque fois que les données étaient utilisées de manière assez intrusive, la crise a été plus courte », estime-t-elle.

Les rapporteurs décrivent alors les dispositifs particulièrement sécuritaires et intrusifs qui ont été mis en place dans d’autres pays. Mais rassurons-nous, disent-ils : « Le modèle chinois n’est évidemment pas transposable aux pays occidentaux, écrivent-ils. (qu'allez-vous imaginer, Lecteur naïf ?) Avec un bémol : « On ne peut pas, pour autant, se satisfaire d’une simple posture d’indignation : la stratégie chinoise est, globalement, une grande réussite sur le plan sanitaire, avec officiellement 4846 morts pour 1,4 milliard d’habitants, soit 3 morts par million d’habitants, quand la France seule compte plus de 100 000 morts », ajoutent les sénateurs. Ils précisent cependant que ces chiffres ne sont pas forcément fiables...

Effectivement, si l'on connaît les capacités de contrôle de l'information et de mensonge généralisé qui entourent les causes comme les circonstances de la survenance et de la diffusion mondiale de la pandémie, sans parler de son traitement privilégiant telle thérapie en écartant telles autres. Quant aux chiffres passés et futurs, systématiquement minimisés, les semaines et mois à venir réserveront très probablement quelques désagréables surprises qui résultent déjà des premières indications recueillies sur les effets des « vaccinations », toutes informations qu’il va devenir de plus en plus difficile à cacher, même en s'efforçant de les glisser sous le tapis des décès qui seront naturellement imputables aux nouveaux "variants" déjà annonciateurs de nouvelles mesures contraignantes.

 

Et si la liberté d’aller et venir devenait payante ?

 

Globalement, les sénateurs conseillent donc à la France d’adopter des outils beaucoup plus intrusifs : « Si une "dictature" sauve des vies pendant qu’une "démocratie" pleure ses morts, la bonne attitude n’est pas de se réfugier dans des positions de principe, mais de s’interroger sur les moyens concrets, à la fois techniques et juridiques, de concilier efficacité et respect de nos valeurs », détaille le rapport.

Examinons le traitement réservé à ces malheureuses "valeurs" décidément bien maltraitées.

Les sénateurs proposent ainsi plusieurs idées : il s’agirait, par exemple, de mettre en place des portiques à l’entrée du métro qui sonneraient au moment où un individu contagieux chercherait à passer. Une autre proposition s’inspire de l’outil mis en place par des entreprises : leurs employés étant équipés de colliers autour du cou, ces derniers sonnant quand les distanciations sociales ne seraient pas respectées. Les rapporteurs ne voudraient surtout pas aller jusque-là. Leur idée : « Nul besoin d’un boîtier autour du cou : un smartphone peut faire la même chose avec son Bluetooth et un son de 100 décibels. » Sirène hurlante ou Samba ? Et pourquoi pas 100 dB (A) pour atteindre le seuil de douleur qui verrait alors le "récalcitrant-suspect", hurler son infraction ?

En attendant, pourquoi pas ? le système de collier explosif tueur du film de Takeshi Kitano intitulé Battle Royale, sans doute[vi] ?

Autre suggestion : « Si je préfère malgré tout disposer de ma liberté d’aller et venir, et que je sors effectivement de chez moi, il est légitime que j’assume en contrepartie une fraction du surcoût payé par la société du fait de l’épidémie, par exemple sous la forme d’une petite hausse de mes cotisations sociales si le nombre ou la durée de mes sorties excède un certain seuil. » Soit payer pour être plus libre. Les classes sociales les plus aisées n’auraient plus qu’à s’acheter plus de droits, tandis que les plus pauvres ne pourraient plus se payer le luxe de sortir.

 

« On pourrait imaginer l’envoi automatique d’un SMS à tout individu qui s’éloignerait de son domicile » ?

 

Et pourquoi pas tout simplement l'immobiliser chez lui, le ruiner financièrement en bloquant et ponctionnant son compte bancaire ou encore le liquider à distance ?

 

Pour justifier le projet, les sénateurs pointent du doigt l’absence de connexion entre différentes bases de données, publiques ou privées. « Vous prenez un portable comme le mien, commente René-Paul Savary sur Public Sénat. J’ai Tous Anti Covid [l’application qui doit alerter sur une possible contamination au Covid], qui a un certain nombre de données. J’ai OuiSNCF [l’application de la SNCF], qui a un certain nombre de données. Si je suis en voiture, j’ai Waze qui me dit où je suis. Quand vous passez votre vaccin, c’est une autre application. Mais il n’y a pas d’interopérabilité entre ces différentes applications. Ce que l’on propose simplement, c’est qu’en cas de crise, il y ait cette interopérabilité. »

Concrètement, les données médicales pourraient être croisées avec des données renseignant sur les déplacements des individus, leurs dépenses, leurs appels… Selon René-Paul Savary, les Français seraient trop frileux à l’idée de confier leurs données au gouvernement et il faudrait que les « mentalités évoluent ».

Ah ! Le Saint Homme ! C'est tout l'éternel problème djà évoqué par B.Brecht dans son poème intitulé Die Lösung, où, écrit-il, "quand le peuple a par sa faute perdu la confiance du gouvernement ce n'est qu'en redoublant d'efforts qu'il peut la regagner. (Mais) ne serait-il pas plus simple alors pour le gouvernement de dissoudre le peuple et d'en élire un autre " ?

Pour convaincre du bien-fondé d’un hub central des données de santé, les sénateurs expliquent que la surveillance effectuée grâce à toutes les données amassées limiterait le nombre d’individus contrôlés. Dès lors, une surveillance plus intensive serait justifiée, parce que moins de gens seraient concernés. Dans cette logique, l’un des termes phares de ce rapport est « graduation ». En effet, puisque les mesures d’agrégation des données seraient graduées, il serait plus simple d’accepter que différents acteurs se communiquent plus facilement nos données. Mais quelle serait cette graduation ?

« Face à une menace un peu plus grave, on pourrait imaginer l’envoi automatique d’un SMS à tout individu qui s’éloignerait de son domicile pendant le couvre-feu. Dans les cas les plus extrêmes, des mesures plus fortes pourraient s’avérer indispensables », expliquent les parlementaires. Des mesures plus fortes ? Ce seraient par exemple le prélèvement direct du montant d’une amende sur le compte bancaire d’un individu si celui-ci ne respecte pas telle ou telle règle édictée dans le cadre du contexte sanitaire. Cet individu n’aurait donc pas la moindre possibilité d’expliquer pourquoi il a dérogé à cette règle.

Le rêve...Plus de temps perdu en discussions. Mieux que le système actuel qui vous impose de payer le montant d'une amende - paiement qui vaut reconnaissance de l'infraction -, sauf à vous exposer en cas de contestation refusée à une majoration déjà acquise qui pousse les gens à payer et à s'écraser.

L'innocence n'existe pas, il n'y a que des degrés de culpabilité, comme chacun sait.

Vous n'êtes qu'un suspect en puissance et si vous n'avez pas encore été arrêté, comprenez que c'est parce que l'on ne s'est pas encore occupé de vous. Patience !

 

"Les acteurs publics comme privés devraient toujours être prêts à transférer les données."

 

Bien sûr, les sénateurs temporisent leur proposition en affirmant que les données ne seraient pas utilisées par n’importe qui, n’importe quand et qu’elles le seraient selon la situation.

Des "tiers de confiance" sans doute ?

Sait-on exactement qui utilise quoi, comment, dans quelle situation, actuellement ?

Précisons que la France a vécu sous état d’urgence antiterroriste de novembre 2015 à novembre 2017, puis sous état d’urgence sanitaire d’octobre 2020 à septembre 2021. Si un tel « Crisis Data Hub » avait existé, l’accès par l’Etat à toutes ces données personnelles aurait-elle été autorisée pendant ces trois années ? Et même en dehors de périodes de « crise », l’amas de données ainsi récoltées serait rassemblé au même endroit. En plus de permettre un contrôle et une surveillance toujours plus étendus de l’État sur les citoyens, elles seraient rendues très vulnérables. La mise en réseau d’informations peut représenter un danger pour la protection de la vie privée des individus.

« Le présent rapport propose donc non pas de collecter une multitude de données sensibles à l’utilité hypothétique, mais tout simplement de nous mettre en capacité de le faire (sic), pour ainsi dire en appuyant sur un bouton, si jamais les circonstances devaient l’exiger », tentent de modérer les sénateurs.

Ah, les braves gens !

Ces circonstances sont loin d’être précisées en détail. Dans tous les cas, selon le rapport, les acteurs publics comme privés devraient toujours être prêts à transférer massivement les données personnelles dont ils disposent.

Et ensuite ?

Ensuite, il est urgent de calmer ces malades et de les mettre hors-circuit.

 

Notes et références :

 

[i] Mathurin Gaudin, 14 avril 2019, entretien avec Erik Audouard. « Érick Audouard : « Rien de plus violent que la volonté de faire disparaître toute violence par la force », Philitt, https://philitt.fr/2019/04/14/erick-audouard-rien-de-plus-violent-que-la-volonte-de-faire-disparaitre-toute-violence-par-la-force/

 

[ii] Erick Audouard, Comprendre l'apocalypse, Pierre-guillaume De Roux, Sciences humaines & sociales, Décembre 2018

 

[iii] Skyfall, film de Sam Mendes, écriture : Neal Purvis, Robert Wade, John Logan. Daniel Craig, Judi Dench, Javier Bardem © 2012 MGM « Venez mes amis/Il n’est pas trop tard pour partir en quête/D’un monde nouveau/Car j’ai toujours le propos/De voguer au-delà du soleil couchant/Et si nous avons perdu cette force/Qui autrefois remuait la terre et le ciel, /Ce que nous sommes, nous le sommes, /Des cœurs héroïques et d’une même trempe/Affaiblis par le temps et le destin, /Mais forts par la volonté/De chercher, lutter, trouver, et de ne rien céder. »

Extrait traduit en français du poème Ulysses du Britannique Lord Alfred Tennyson (1809-1892)

[iv] Crises sanitaires et outils numériques : répondre avec efficacité pour retrouver nos libertés. Rapport d'information de Mmes Véronique GUILLOTIN, Christine LAVARDE et M. René-Paul SAVARY, fait au nom de la délégation sénatoriale à la prospective n° 673 (2020-2021) - 3 juin 2021http://www.senat.fr/fileadmin/Fichiers/Images/delegation/prospective/PRO_Rapport_numerique_pandemies.pdf

 

[v] Thalia Creac’h, « Si une dictature sauve des vies » : des sénateurs plaident pour une surveillance intrusive en cas de crise, Bastamag, 23 juin 2021

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.31/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

30 réactions à cet article    


  • zygzornifle zygzornifle 29 juin 15:33
    La dictature parfaite serait une dictature qui aurait les apparences de la démocratie, une prison sans murs dont les prisonniers ne songeraient pas à s’évader, un système d’esclavage ou, grâce à la consommation et au divertissement, les esclaves auraient l’amour de leur servitude.
    Aldous Huxley


    • tashrin 29 juin 16:37

      @zygzornifle
      Je le relis régulièrement et suis à chaque fois surpris par son caractère visionnaire et la correspondance avec ce que l’on vit. Bien plus que 1984 qui est plus régulièrement cité, Huxley c’est le boss !


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 29 juin 16:53

      @tashrin
      A Eton , Huxley a été un des profs d’Orwell.


    • V_Parlier V_Parlier 29 juin 21:40

      @zygzornifle
      Sans murs ? Pas si sûr. En ce moment ça peut rentrer vers ici d’à peu près partout (aux affinités géopolitiques près) mais pour sortir ça devient de plus en plus compliqué...


    • Docteur Faustroll Johnny Wanker 29 juin 15:36

      Il ne reste plus à mettre en place qu’un système d’évaluation par points et des camps de rééducation pour les moutons noirs. On cotisera pour sa liberté comme pour sa retraite.


      • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 29 juin 19:00

        @Johnny Wanker

        Cotiser pour sa liberté comme pour sa retraite ? Quelle bonne idée !
        Il se trouve que des gens ont même un « compte-épargne temps ».

        J’attends avec gourmandise le saut technologique qui fera de tous ces gens les acteurs consentants de cette excellente dystopie qu’est le film Time Out :

        https://youtu.be/Uff1YvIJdYk?t=6

        Bientôt, dans votre vie !

        Allez, rendez-vous à Gattaca !

        https://www.maxoe.com/rama/culture-dossiers/focus-cinemadvd/dystopie-et-eugenisme-au-cinema-bienvenue-a-gattaca-equilibrium/

        Renaud Bouchard


      • V_Parlier V_Parlier 29 juin 21:42

        @Renaud Bouchard
        Le fin de "Time-Out’ est cependant très décevante car elle remplace un problème par un autre. Dommage car le thème du film était pertinent au départ.


      • Nicolas36 29 juin 18:11

        Article intéressant. Tout cela peut se résumer qu’il existe une admiration à peine déguisée de notre classe politique et des médias associés au système de domination qui existe en Chine communiste. 

        Assez fréquemment des courts reportages de chaine mainstream montrent avec gourmandise la merveille de la reconnaissance faciale généralisée ou encore de la capacité de scanner toute une population. 

        L’inévitable smartphone tant vanté est l’outil permettant d’espionner son propriétaire 24/24 dans la joie et le bonheur. 

        Il est clair que l’oligarchie meurt de peur devant la population et saisi au bond toutes les opportunités pour vider la constitution de la protection qu’elle apporte aux libertés fondamentales. 

        De même qu’elle exploite toutes les avancées technologiques pour contrôler et pouvoir réprimer à moindre couts. 

        Les élus jouent un rôle central dans ces actions. Ceci confirme qu’il n’y a de tyrannies que celles de l’Etat. 

        D’une manière générale toutes les avancées finissent en outil de répression des libertés publiques et /ou de spoliations sans possibilités de se défendre. 

        Il existe de nombreux livres et productions cinématographiques déjà anciennes qui décrivent à foison ce qui est en train d’arriver. 

        On dénommait tout cela de la science fiction. La fiction tend à devenir une sombre réalité. 

        Une question demeure : quid si une partie importante de la population refuse d’avoir un smartphone ? 

        Il est vrai que des débiles profonds ont acceptés de se faire implanter une puce sous la peau pour pouvoir accéder à un restaurant d’entreprise. Cette petite histoire qui fait ressembler les humains à des animaux domestiques n’a fait frémir personne. 


        • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 29 juin 19:14

          @Nicolas36

          Très bonne analyse.
          Une question demeure : quid si une partie importante de la population refuse d’avoir un smartphone ? 

          demandez-vous.

          Mais tout le monde veut et possède un smartphone, installe et consulte les petits espions domestiques (Compteurs Linky, mouchards Alexia et autres), communique toutes ses données aux réseaux sociaux etc.
          Un rêve de services de renseignements.
          Pensez donc, plus besoin d’aller rechercher l’information.
          les gens s’empressent de la communiquer : réseaux d’activités et de contacts professionnels, d’amis, de photos, d’images etc.
          Le pompon est atteint avec les Qr Code de vaccination, les systèmes Ameli, Alicem etc.

          Connaissez-vous Alicem ?

          12 févr. 2020 — Alicem est une solution en « avance de phase », qui accompagnera la mise en place progressive de nouveaux téléservices nécessitant une ...Alicem : tout comprendre à l’app de reconnaissance faciale ...
          https://www.numerama.com › Société
          Alicem, acronyme qui signifie « Authentification en LIgne CErtifiée sur Mobile » (​la CNIL parle aussi d’une « application de lecture d’un citoyen en mobilité »), est​ ...

          Les réponses habituelles étant « de toute façon »ils« savent tout. Je n’ai rien à me reprocher. Que voulez-vous que nous fassions (en langage normal) », la solution est simple :
          Bonne chance et Adieu !



          Renaud Bouchard

        • V_Parlier V_Parlier 29 juin 21:46

          @Nicolas36
          Mais quand c’est pour la « santé », tout est permis et on ne peut pas objecter. Voilà pourquoi ça marche si bien. Si on est réfractaire, on est un ennemi du peuple (à la radio ce midi sur France Info on n’en était plus loin avec la propagande vaccinale culpabilisante. Ils redoublent d’efforts alors qu’on se rend de plus en plus compte que leur daube ne marche même pas).


        • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 29 juin 22:55

          @V_Parlier

          Bonsoir et merci pour votre commentaire :

          "Si on est réfractaire, dites-vous, on est un ennemi du peuple (à la radio ce midi sur France Info, on n’en était plus loin avec la propagande vaccinale culpabilisante. Ils redoublent d’efforts alors qu’on se rend de plus en plus compte que leur daube ne marche même pas)."

          Les semaines et mois à venir vont être très intéressants.

          Bien qu’étant pro-vaccins, il se trouve que les « spécialités » actuelles désormais qualifiées de sérum (changement significatif de vocabulaire) sont très loin de me convaincre.

          Les incidents post-vaccins semblent se multiplier même si on joue l’apaisement ; comme si un décès ne méritait pas une certaine émotion.
          Mise à jour le lundi 28 juin à 14h27] Le suivi des effets indésirables observés après la vaccination contre le Covid était hebdomadaire jusqu’au 25 juin. A cette date, un communiqué de presse de l’Agence nationale du médicament (ANSM) informe qu’il sera désormais bi-mensuelle « compte tenu des données rassurantes ». "Nous nous sommes réunis chaque semaine avec les CRPV pour discuter des effets indésirables rapportés avec chaque vaccin et déterminer collégialement de l’existence ou non d’un signal de sécurité. Ce comité de suivi a permis de contribuer à la remontée de signaux au niveau des autres institutions publiques nationales et européennes mobilisées, et d’apporter des informations nouvelles aux professionnels de santé, et aux personnes vaccinées sur le profil de sécurité des vaccins contre la Covid-19 en identifiant des effets indésirables rares qui n’avaient pas été observés lors des essais cliniques«  rappelle l’agence en préambule avant d’indiquer qu’au 10 juin 2021, pour un total de plus de 42 millions d’injections en France, près de 49 000 déclarations d’effets indésirables ont été analysées par les CRPV.  »La grande majorité de ces effets indésirables sont attendus et non graves. Ces premières données de surveillance, ainsi que la surveillance réalisée au niveau européen et mondial, confirment la balance bénéfices/risques favorable de l’ensemble des vaccins utilisés en France dans les populations ciblées par la stratégie vaccinale". La fiche de synthèse des résultats et des faits marquants sera publiée à l’issue de chaque comité. Les rapports détaillés de pharmacovigilance porteront sur des données mensuelles. Le prochain comité de suivi se réunira le 1er juillet 2021. Quels effets exactement avec chaque vaccin ? Avec l’AstraZeneca ? Pfizer ou Moderna ? Avec Janssen (Johnson&Johnson) ? Quels sont les plus fréquents ? Quels risques d’allergie  ? Que faire quand ça arrive ? Que sait-on des décès rapportés suite à la vaccination ? Comment sont-ils surveillés  ? Explications.

          A lire ci-après pour se faire une idée précise des effets de ces soupes diaboliques :

          https://sante.journaldesfemmes.fr/fiches-maladies/2686947-effet-secondaire-vaccin-covid-pfizer-moderna-astrazeneca-janssen-2-e-dose-duree-france-myocardite/

          Question amusante posée dans un article qignificatif.

          Qui sera responsable en cas d’effets secondaires graves post-vaccination Covid ?

          Accueil FAQ

          La campagne de vaccination a été lancée par un décret, pris sur le fondement de l’article L 3131-15 su code de la santé publique et qui sera publié immédiatement après l’avis de la Haute autorité de santé. Cet article offre aux personnes vaccinées comme aux professionnels de santé la même sécurité que celle qui est prévue pour les vaccinations obligatoires.

          Cela signifie que les personnes vaccinées pourront voir réparés leurs dommages par la solidarité nationale sans avoir à prouver de faute ou de défaut du produit, et que les professionnels de santé qui vaccineront ne verront pas leur responsabilité recherchée, sauf faute caractérisée.

          En conséquence, la réparation intégrale des accidents médicaux imputables à des activités de soins réalisées au titre de la campagne sera prise en charge par la solidarité nationale à travers l’Office nationale d’indemnisation des accidents médicaux (ONIAM).

          La responsabilité des médecins ne pourra pas être engagée au motif qu’ils auront délivré une information insuffisante aux patients sur les effets indésirables méconnus à la date de vaccination. En outre, pour qualifier une éventuelle faute caractérisée, le juge tiendrait compte de l’urgence qui préside au déploiement des vaccins ainsi que les circonstances.

          Quid de la responsabilité des politiques, auteurs, instigateurs et complices ? Croire que toute la chaîne d’exécution va pouvoir s’en tirer impunément est une grave erreur.
          Sait-on que le Japon a déjà interdit les dons du sang par personnes...vaccinées ?
          Information naturellement contestée : https://www.factcheck.org/2021/05/post-misleads-on-japans-policy-for-donating-blood-after-covid-19-vaccination/
          Je sens qu’en France, avec le mélange de poches de contaminés et non contaminés (traduisez donneurs vaccinés dangereux et donneurs non-vaccinés non dangereux), j’espère que l’on ne s’acheminera pas vers une nouvelle affaire de « sang contaminé ».

          Renaud Bouchard


        • Zolko Zolko 30 juin 10:09

          @Nicolas36

          Article intéressant. Tout cela peut se résumer qu’il existe une admiration à peine déguisée de notre classe politique et des médias associés au système de domination qui existe en Chine communiste.

           
          j’ai malheureusement une opinion encore plus pessimistes : beaucoup de citoyens « normaux » pensent que le gouvernement fait bien, qu’il est normal voire « bien  » de porter des masques et la vaccination n’est pas une grosse affaire. Qu’il est « bien  » de faire entrer des milliers de jeunes hommes analphabètes sans contrôle de n’importe quelle région du Monde. Que d’avoir des comptes Facebook, Google, Microsoft, Amazon ... est super utile.
           
          Le gouvernement actuel reflète la volonté populaire. Volonté fabriquée par les médias, c’est clair, mais qui existe néanmoins.

        • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 30 juin 11:08

          @Zolko

          Le gouvernement actuel reflète la volonté populaire

          Non. le gouvernement actuel - qui devrait avoir démissionné après le nouveau désaveu de légitimité perdue après la dernière consultation électorale ratée , en attendant la prochaine -, représente la volonté la plus impopulaire qui soit.

          plus personne ne se soucie de l’équipe encore au pouvoir qui vaccine à tour de bras et profite du temps qu’il lui reste pour cadenasser, encarter, assujettir le plus rapidement possible la population.

          Les mesures coercitives que vous découvrirez dans deux mois sont déjà annoncées, soigneusement distillées.

          Voyez plutôt (notez le langage « djeune ») la déclaration de notre Dr Fauci en chef :

          Invité sur France Inter ce mercredi 30 juin 2021, le professeur Jean-François Delfraissy se veut toutefois prudent. « On ne doit pas flipper mais on doit être réaliste et conscient », a-t-il averti.

          "On doit se souvenir de l’été dernier, on a vu une nouvelle vague arriver au mois de septembre. Et de la même façon qu’on a eu un choc avec le variant anglais, on aura un choc avec le variant indien.« a-t-il expliqué, avant d’ajouter que »le variant indien est déjà présent en France". 

          « Souviens-toi...l’été dernier ». Comme dans le film éponyme, notre slasher -whodunit en chef vous aura prévenu.

          D’ici-là, bonnes vacances ! Il vous attend et vous a déjà donné rendez-vous à la rentrée.

          Jean-François Delfraissy s’attend à une « quatrième vague beaucoup plus nuancée que les précédentes » en France. Elle aura toutefois un impact sur le système de soins, avec « les 10 % de sujets non vaccinés au-dessus de 60 ans » et les patients à risque de 40 à 60 ans, obèses notamment, peu vaccinés. Le président du Conseil scientifique appelle à cibler la vaccination vers ces publics et vers les populations socialement défavorisées, « avec des camions de vaccination dans les cités ».

          Vers une troisième dose ?

          Faudra-t-il une troisième dose à l’automne ? «  On n’a pas encore de données scientifiques extrêmement solides là-dessus. Le fond de ma pensée, c’est que ce qu’on ira vers une troisième dose. Pourquoi ? Pour stimuler un système immunitaire qui est un peu défaillant quand on a un certain âge, au-dessus de 60-70 ans. »

          Au sujet des soignants, le Pr Delfraissy admet avoir changé d’avis : « On doit envisager une obligation de la vaccination pour les soignants, dès maintenant. » Le ministre de la Santé Olivier Véran avait indiqué mardi attendre septembre pour prendre position.

          Jean-François Delfraissy : "J’ai changé d’avis : j’étais contre l’obligation [de vaccination], et il me semble que maintenant on doit l’envisager pour les soignants" #le79inter pic.twitter.com/Hr5A8hEMJT

          — France Inter (@franceinter) June 30, 2021

          Pour le président du Conseil scientifique, la France et les pays riches peuvent éradiquer le Covid : « On en aura fini quand 100 % de la population aura été soit vaccinée, soit infectée, et ce sera probablement en 2022. »

          Morgan KERVELLA.  Ouest-France 

          https://larochesuryon.maville.com/actu/actudet_—variant-delta.-le-pr-delfraissy-appelle-les-francais-a-se-faire-vacciner-avant-la-rentree-_54135-4710112_actu.Htm

          Le « J’ai changé d’avis » du Pr. Delfraissy me fait penser à la réplique de Schwarzenegger :
          https://youtu.be/xTGqBgldE9w?t=3

          https://youtu.be/nmDdHi0Xrtc?t=12

          Renaud Bouchard


        • Zolko Zolko 30 juin 14:07

          @Renaud Bouchard

          le gouvernement actuel — qui devrait avoir démissionné après le nouveau désaveu de légitimité perdue — représente la volonté la plus impopulaire qui soit.


          je crains que vous ne vous trompiez. Oui, je suis d’accord avec vous sur votre jugement de ce gouvernement, mais ce que je dis c’est que beaucoup de Français ne pensent pas comme nous. Et d’ailleurs, le vote récent en est une preuve : si les Français étaient VRAIMENT si opposés à ce gouvernement, ils seraient allés voter en masse CONTRE ce gouvernement, mais au lieu de cela ils sont juste restés à la maison.
           
          Par ailleurs, un gouvernement responsable de 100 000 morts devrait non-seulement démissionner, mais il devrait y avoir une enquête criminelle contre eux.

        • Bendidon ... voila l'Ankou ! Bendidon 30 juin 09:09

          Bjr RB tin en regardant la photo de reconnaissance faciale je pense à ça : Et si on porte le mamasque avec une casquette et lunettes noires, ILS ne pourront ps nous reconnaitre !

           smiley


          • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 30 juin 10:26

            @Bendidon
            Je réponds à votre question.
            Vous serez contraint d’enlever couvre-chef, lunettes noires et masque le temps de passer les portiques obligatoires de sécurité, tout en étant tracé par votre téléphone portable qui borne en permanence et sur lequel vous avez déjà installé comme des centaines de millions d’imbéciles (et je pèse mes mots), vos voix, vos empreintes digitales, tous vos identifiants personnels, toutes vos « applis » sensées vous rendre la vie facile (Ameli, sécurité dite sociale, assurances, accès aux services bancaires dont les simples opérations de retrait en liquide ou mouvements financiers sont déjà sévèrement limités -car rappelez-vous bien que votre argent ne vous appartient pas-, titres de transports), tous vos contacts, toutes vos messageries, tous vos réseaux de relations, « amis », « followers », gazouillis, photos privées, etc. en bref, tous ces éléments de « privacy », comme disent les Italiens, une vie complète sous le regard d’Argus aux mille yeux, le Panoptique absolu avec caméras qui vous filent sur les trottoirs, dans les rues, les couloirs de métro, un monde entre le village de Port Meyrion (celui de ce chef-d’œuvre télévisuel de la série « The Prisoner »), le monde des excellents films que sont « Dark City » ou encore « The Truman Show ».

            Mais ne vous inquiétez pas puisque même dans les dystopies les plus terrifiantes il existe toujours une faille qui vient enrayer le système, balayer les dirigeants traîtres-criminels (voyez l’excellent film « Equilibrium »), même si certains horizons sont encore incertains (« Blade Runner 2 »).

            Mais, je le répète, ne vous inquiétez pas.Quittons le cinéma pour revenir au Réel.

            La Chine a cadenassé sa population, certes, mais considérez qu’elle n’est pas pour autant à l’abri de la rupture d’un barrage géant...susceptible de ravager Wuhan et de déménager Shanghaï au large de Yokohama.

            Voyez ou revoyez le film intitulé « Elysium ». Tout y est.
            La fiction n’est que le miroir de la réalité.
            Voyez cet excellente série intitulée « Person of Interest ». La Machine finit par casser parce que, finalement, l’on finit toujours par metret la main physiquement sur les vilains méchants.

            Imaginez qu’à l’heure actuelle le chef de l’Etat ne pourra plus faire trois-cent mètres tout seul sur un trottoir sans risquer une rencontre problématique.

            Qui pouvait imaginer qu’il serait un jour « souffleté », et pourtant l’événement s’est produit.

            Relisez les circonstances du jugement de Charles 1er d’Angleterre, souverain de droit divin, déjà victime à son époque, face à Cromwell, d’un jugement du plus pur style stalinien avant l’heure.

            cf. cet excellent article publié dans l’Express le 1er mai 2000.
            https://www.lexpress.fr/culture/livre/charles-ier-l-honneur-et-la-fidelite_805560.html

            Bien à vous, Renaud Bouchard


          • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 30 juin 10:32

            @Bendidon

            Quelques corrections apportées à des erreurs de frappe :

            Cette excellente série.
            Trois-cents mètres.
            Mettre la main.

            Vous aurez compris que je ne parle pas de vous en particulier mais des gens en général.

            Cordialement,
            Renaud Bouchard


          • chantecler chantecler 30 juin 10:15

            Tout s’achète : même la liberté des gens .


            • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 30 juin 10:40

              @chantecler

              Bonjour et merci pour votre observation.

              Tout s’achète : même la liberté des gens .

              Effectivement.

              Vous remarquerez que le prix de cette liberté comme celui de toutes les Libertés Publiques n’est pas très élevé : 135 Euros.

              Le fait de ne pas porter le masque dans les bureaux individuels et dans les espaces de circulation constitue une contravention de 4ème classe. Cette infraction est punie par une amende de 135 €.« Ce n’est plus le cas depuis le 17 juin 2021, sauf dans des circonstances précises :
              https://www.demarches.interieur.gouv.fr/particuliers/non-respect-port-masque-quelles-regles

              Libertés publiques ?

              On appelle »libertés publiques" l’ensemble des droits et des libertés individuelles et collectives garantis par les textes législatifs et donc par l’Etat. Les libertés ne sont dites publiques que si l’Etat intervient pour les reconnaitre et les aménager, quel que soit l’objet de cette liberté.

              Comme l’Etat ne les reconnaît même plus, sinon pour les rogner et les effacer, la conclusion s’impose d’elle-même.

              Voyez le rapport sénatorial objet de l’article et considérez les photos de leurs auteurs : tout est là.

              Cordialement,
              Renaud Bouchard


            • zygzornifle zygzornifle 30 juin 10:36
              Et si la liberté d’aller et venir devenait payante ?

               Déjà qu’on ne peut plus pisser gratuitement en ville, plus de WC public et il faut consommer dans un troquet pour espérer y aller .... 


              • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 30 juin 10:49

                @zygzornifle

                Consommer dans un troquet pour utiliser les toilettes, vous n’y pensez pas ! Fuyez !

                Et si vraiment vous n’avez pas le choix, sachez que vous êtes un héros urbain, surtout si, habitant Paris, vous avez soigneusement fait un écart en voyant les « créations » de Rat-City, la Ville Lumière-Poubelle que-le-monde-entier-nous-envie, comme chacun sait.

                L’élégance parisienne absolue ! (Inaccessible aux dames, semble-t-il) :

                https://www.huffingtonpost.fr/2018/08/13/les-uritrottoirs-installes-a-paris-ne-font-pas-lunanimite_a_23501401/

                https://www.valeursactuelles.com/societe/cest-lhorreur-a-paris-les-urinoirs-ecolos-danne-hidalgo-tournent-au-fiasco/

                Bien à vous,
                RB


              • zygzornifle zygzornifle 30 juin 12:52

                @Renaud Bouchard

                 Avant on pissait dans les parking souterrain mais maintenant il y a des caméras partout , quoiqu’avec un masque de Macron cela passerait peut être .... 


              • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 30 juin 14:26

                @zygzornifle
                Entre deux véhicules ? Pas bien.
                Dans les bacs à sable anti-incendie ?Mieux.Permet de compter les mégots de cigarette et les emballages divers.
                Les ascenseurs ?Dangereux.
                Derrière les armoires électriques ?Pour amateurs de vie active.Privilégier le courant alternatif au courant continu.

                RB


              • Jean Claude Massé 30 juin 17:18

                @Renaud Bouchard
                Et que fait-on de l’égalité homme/femme ?


              • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 30 juin 13:17

                Aux Lecteurs

                La course contre la montre est enclenchée pour convaincre les récalcitrants à la vaccination en France mais aussi à l’étranger.

                L’objectif est d’éviter une potentielle quatrième vague cet été qui entraînerait peut-être un reconfinement.

                Alors comment contraindre sans forcer les récalcitrants à la vaccination ?

                C’était le sujet du décryptage de ce 29 juin avec Bruno Mégarbane, chef du service réanimation à l’hôpital Lariboisière, Sabrina Deliry, cofondatrice du cercle des proches aidants en Ehpad, et Philippe Besset, président de la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France.

                https://youtu.be/cvAoFl_2sPY

                La réponse est très simple :

                On ne saurait obtenir une vaccination en « contraignant sans forcer » ceux que l’on qualifie de « récalcitrants » et qui, pour diverses raisons dont la principale est celle qui suppose un consentement éclairé, décident de ne pas se faire « vacciner ».

                En offrant aux gens un réel vaccin, sans effets ni dégâts nocifs collatéraux, dans lequel les gens auront réellement confiance.

                Comment envisager sérieusement une mesure de protection dite publique alors que l’on fout littéralement la trouille à une population de moutons apeurés pour la pousser à accepter « volontairement » de se faire injecter une soupe dont ils n’ont aucune idée quant à la composition ni aux effets définitifs sur leur organisme.

                J’ai évoqué ici un article dans lequel je parlais de génocide et qui n’a pas été publié, comme par hasard.

                Faudra-t-il attendre que la réalité des faits me donne enfin raison comme à tous ceux dont je parle dans cet article pour comprendre les raisons comme la mise en garde face à ce qui n’est rien d’autre qu’un immense suicide collectif ?

                Sait-on bien qu’avant que le vaccins contre la poliomyélite devienne enfin efficace il y a eu des dégâts mortels monstrueux ?

                Le drame sanitaire, connu sous le nom d’incident de Cutter (Cutter Incident), concerne des lots de vaccins contaminés par le virus vivant de la poliomyélite, malgré des tests de sécurité probants. Après leur vaccination, des patients ont signalé des cas de contamination et les laboratoires Cutter retirent leurs lots du marché le 27 avril. Par erreur, Cutter avait livré 120 000 doses contenant le virus actif. Parmi les enfants vaccinés, 40 000 ont développé la poliomyélite abortive et 56 la variante paralytique (dont cinq décès). Cette contamination conduit à une épidémie chez les familles et les communautés des enfants atteints, provoquant 113 cas de paralysie et 5 décès.

                Après enquête par les National Institutes of Health (NIH), aucune défaillance n’est détectée dans les méthodes de production des laboratoires Cutter5. En juin 1955, une audition parlementaire conclut que le principal problème était le manque de surveillance de la part des NIH (et leur confiance excessive envers les rapports de la National Foundation for Infantile Paralysis)

                cf.https://fr.wikipedia.org/wiki/Laboratoires_Cutter

                En 1949, on isola le virus responsable de la polio, pour déboucher, grâce à Pierre Lépine, Jonas Salk et Albert Sabin, et surtout Mikhail Tchoumakov

                https://fr.rbth.com/tech/86074-vaccin-polio-urss-usa à la mise au point des vaccins (en 1954 et 1961).
                Les premiers essais de vaccination ont commencé le 26 avril 1954 aux USA.
                Salk fut l’inventeur du vaccin tué/inactivé/injectable, Sabin du vaccin vivant/atténué.

                Il faut distinguer 3 périodes :
                • la période pré-vaccinale de 1930 à 1957,
                • la période post-vaccinale de 1958 à 1962 pendant laquelle le vaccin à virus tués du type Salk est utilisé,
                • la période post-vaccinale de 1963 à 1980 qui correspond à l’introduction de la vaccination avec du vaccin à virus vivants atténués du type Sabin et à la décision de la vaccination massive de la population âgée de 3 mois à 40 ans. L’efficacité du vaccin de type Sabin se traduit par une chute rapide du nombre de cas.

                Dès 1958, une vaccination de masse par le vaccin injecté de type Salk a été organisée pour les enfants âgés de 6 mois à 15 ans.

                En 1963, on a commencé à vacciner, avec le vaccin oral Sabin, la population âgée de 3 mois à 40 ans.

                Et maintenant ?

                Tout va bien. Le vaccin antipoliomyélite est au point.

                Comme le sera sans doute celui s’il s’agit d’un véritable vaccin qui finira par être mis au point afin de vaincre le Covid-19.

                Pour le moment, je ne puis que personnellement manifester de sérieuses réserves.

                https://www.francebleu.fr/infos/sante-sciences/coronavirus-un-air-de-deja-vu-temoignage-d-un-ancien-polio-1586464274

                Renaud Bouchard


                • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 30 juin 15:16

                  @Renaud Bouchard
                   
                   ’’En offrant aux gens un réel vaccin, sans effets ni dégâts nocifs collatéraux, dans lequel les gens auront réellement confiance.’’
                   
                   Le problème c’est que, en admettant qu’ils veuillent le faire, ils ne savent pas le faire !


                • cevennevive cevennevive 30 juin 15:19

                  @Francis, agnotologue,

                  Et en plus, nous n’aurons pas du tout confiance ! (Cf « Pierre et le Loup »)
                  Qui pourrait-on croire après tous ces mensonges et faux fuyants ?


                • Zolko Zolko 30 juin 19:42

                  @Renaud Bouchard

                  Alors comment contraindre sans forcer les récalcitrants à la vaccination ?

                   
                  Je ne peux pas parler pour les autres, mais je vous vous dire pour moi : « avec un fusil ». A moins que ça, vous n’allez pas m’injecter un produit expérimental contre une maladie bénigne.
                   
                  Mais pourquoi se focaliser sur les vaccins et pas sur les remèdes qui soignent ? il y a ribambelle de traitements potentiels disponibles et pas chers vitamine D, Zinc, Ivermectine, azythrocythose + chloroquinquine ... alors pourquoi ne pas lancer des campagnes de tests de ces traitements ? Au pire ils sont innoffensifs, au mieux ils nous épargnent cette panique.
                   

                • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 30 juin 22:25

                  @Zolko

                  Cette pandémie rend fou.

                  https://twitter.com/boutaour/status/1409901402978201606


                  Et on accuse les réseaux sociaux de désinformation et de violence ! Dérapage en direct d’Emmanuel Lechypre éditorialiste BFM et RMC qui tremble tellement de peur qu’il veut aller chercher les non-vaccinés « avec les dents, des gendarmes et des menottes pour les vacciner de force »

                  A chasser de son poste pour prendre de très longues vacances, au calme, à la campagne :

                  https://twitter.com/i/status/1410022209339510788


                  L’hystérie agressive des vaccinolâtres cache :
                  - à la base, une crainte diffuse, lancinante, inavouée, de s’être fait rouler, et la volonté assez humaine d’embarquer tout le monde dans son malheur
                  - au sommet, la corruption.

                  La fin du Coronacircus viendra des assureurs...quand ils craindront d’être obligés de verser des milliards d’indemnités, la récréation prendra fin !



                • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 1er juillet 08:54

                  @Renaud Bouchard
                   
                   ’’à la base, une crainte diffuse, lancinante, inavouée, de s’être fait rouler, et la volonté assez humaine d’embarquer tout le monde dans son malheur’’
                   
                   Très juste, sauf que la volonté d’embarquer tout le monde dans son malheur ne me parait pas très humaine. Au contraire. Et la crainte de s’être fait rouler n’est pas forcément diffuse. En revanche, je parlerai plutôt de peur de la laisser transparaître. En aboyant ainsi, il ne me parait pas avoir choisi la bonne stratégie puisqu’on s’en rend compte.
                   
                  Au final c’est nous tous qui allons devoir payer.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité