• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Les Grecs seraient-ils les cobayes de l’U.E. ?

Les Grecs seraient-ils les cobayes de l’U.E. ?

Pendant les huit dernières années d'une dépression interminable qui a déjà coûté à la Grèce le quart de son PIB, ce sont les salariés qui ont payé le prix fort en prenant de plein fouet la plus grosse partie de l'impact des réformes économiques exigées par Bruxelles pour rendre l’économie du pays « compétitive ».

Les salaires ont baissé en moyenne de 15% depuis 2010, mais c’est dans le secteur privé qu’ils ont chuté le plus massivement. Jusqu'en 2012, la rémunération minimale nette était de 731 euros par mois pour le travail à temps plein. Une loi promulguée en février de cette année l'a fait tomber à 586 euros par mois, mais comme la moitié des nouveaux emplois sont à temps partiel ou saisonniers, cette garantie n’en est même pas une. Les chiffres fournis par le ministère du Travail montrent que pour le tiers des salariés du secteur privé, les salaires s'élèvent en moyenne à 383 euros par mois.

Une enquête de la Fédération grecque des entreprises, un syndicat patronal, indique par ailleurs que les salaires du secteur public sont en moyenne 38% plus élevés que les salaires du secteur privé.

Mais il est peu probable que les travailleurs du secteur privé mènent une action : les conventions collectives ont été supprimées en 2012. Selon la Conférence Européenne des Syndicats, elles ne concernent plus qu’un tiers des salariés grecs.

Les baisses de salaires n’ont pas pour autant entraîné une baisse des prix des produits et services comme le voudrait la « loi du marché » chère aux économistes libéraux, tout simplement parce que, comme dans la plupart de pays européens, le « marché » n’est qu’une illusion, un trompe l'oeil qui masque un système de production-distribution organisé par des monopoles ou des oligopoles qui déclinent des marques faussement concurentielles comme Brel délinait "rosa, rosa, rosam, ,etc...". Quel que soit le cas, la rose reste la rose

Les nombreuses multinationales qui opèrent dans le pays n'ont pas baissé les tarifs de leurs produits : elles ont bénéficié des réductions de salaires. Elles ne sont pas devenues plus « compétitives », mais plus "profitables" en améliorant le taux de rémunération de leurs actionnaires individuels ou institutionnels.

Le risque statistique de passer sous le seuil de pauvreté a doublé depuis 2010 pour atteindre 35% de la population. En Europe, ce taux n’est dépassé qu’en Roumanie et en Bulgarie. Ce risque est presque deux fois plus élevé chez les adultes en âge de travailler que chez les retraités.

Le mois dernier, Alexis Tsipras (ce premier ministre grec issu de Syriza et élu sur sur un discours d'extrême-gauche) a été félicité par Angel Gurria, l’actuel Secrétaire Général de l’OCDE pour avoir équilibré le budget de son pays, passant d’un déficit budgétaire de 36 milliards d'euros il y a huit ans à résultat positif représentant 3,5% de son économie, assez pour rembourser ses primes de dette chaque année sans emprunter davantage. La Grèce est revenue à une croissance marginale après huit années de récession, et les exportations produisent maintenant un tiers des ressources contre un quart avant la crise. Il ne faut pas oublier que si le tourisme réceptif "importe" des voyages, les produits vendus (séjours et transport) sont des exportations.

La question est de savoir si cette reprise est durable, car si les indicateurs « macroéconomiques » sont au vert, la gestion des ménages, qui pour la population représente la réalité de leurs vécu, reste un désastre.

Aujourd'hui, le taux de chômage officiel (qui exclut toute personne ayant travaillé au moins une heure au cours de la semaine) de 20%, mais les observateurs indépendants estiment qu'il est beaucoup plus élevé : si on compte comme "chômeurs » ceux qui ont travaillé moins de quatre heures par semaine, le taux passe à 27%.

Les Grecs ont toujours accordé une grande importance à l'éducation, et ils sont toujours en tête des statistiques de l'Union Européenne pour l'obtention d’un diplôme d'études secondaires (95%) et l'obtention d’un diplôme universitaire (45%). Le revers de la médaille, c’est que le pays est champion en matière d'inadéquation des compétences. Les demandeurs d’emplois ont des compétences plus élevées que ce que recherchent les employeurs, et ils occupent des emplois pour lesquels ils sont surqualifiés, ce qui signifie que leurs compétences perdent de la valeur. Les investissements du pays en matière d’éducation sont anéantis par ce phénomène doublé d’une fuite des cerveaux important : plus d'un demi-million de Grecs ont émigré depuis 2008, selon les statistiques nationales.

Pourtant, pour rembourser ses dettes, comme l’exige l’U.E., la Grèce devra appliquer la recette que Juncker a donnée à Tsipras jusqu’à la fin de ce siècle.

Malheureusement pour la plus grande partie de la population, ces traitements de choc ressemblent aux expériences menées dans les années cinquante par des ingénieurs agronomes pour améliorer la fréquence de ponte des poules tout en diminuant les rations de nourriture. Ils avaient raccourci la durée des journées en les faisant vivre dans un univers de lumière artificielle et en accélérant progressivement l’alternance des jours et des nuits. L’expérience s’est terminée quand les œufs n’ont plus eu de coquilles. Alors, les élevages industriels ont su quelles limites ne pas dépasser.

 

L'expérience grecque est-elle un test pour mesurer les doses d'austérité à ne pas dépasser pour les appliquer à tous les élevages de citoyens industriels sans risque de voir disparaitre les coquilles ?

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.93/5   (30 votes)




Réagissez à l'article

71 réactions à cet article    


  • zygzornifle zygzornifle 29 mai 08:13

    Nous aussi , Macron est le chef du laboratoire , il choisit les test a effectuer sur ses mougeons qui se sont mis en cage eux mêmes .....


    • Chourave Clark Kent 29 mai 08:33

      @zygzornifle

      C’est plutôt le régisseur de l’élevage industriel financé par Rotschild et géré par le MEDEF après analyse des avantages et inconvénients de l’expérience menée en Grèce pour le plus grand bien ... de leurs portefeuilles. Les expérimentations se font sur des échantillons de petite taille et permettent d’évaluer les risques de la mise en oeuvre d’une production de masse. Le produit n’est pas le mougeon, mais sa laine et ses plumes.

    • Olivier Perriet Olivier Perriet 29 mai 09:03

      @Clark Kent

      T’avé qu’a pa voté pour lui ! smiley


    • Chourave Clark Kent 29 mai 09:07

      @Olivier Perriet


      jépavotépourluijaipavotédutou

    • Olivier Perriet Olivier Perriet 29 mai 09:09

      @Clark Kent

      com ça c sûr vous pouvé pa vou trompé....


    • CRICRI59 CRICRI59 29 mai 17:33

      @Olivier Perriet

      Bonjour il faut simplement changer le mode de scrutin pour prendre en compte les bulletins nul, vierge et les abstentions, c’est comme cela que macron a été élu avec moins de 20% des inscrits, nous somme dans une république bananière


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 29 mai 18:24

      @CRICRI59


      Ca ne règle rien au problème à mon avis.

      Qui va gouverner ? Ceux qui n’ont rien dit en s’abstenant ou en votant blanc ou nul ?

      Le « rien » n’est pas le « quelque chose », et « ne rien dire » ne permet évidemment pas de connaître l’opinion « réelle » de celui qui ne dit rien.

      C’est une question philosophique : comment prendre en compte le rien ?

    • Chourave Clark Kent 29 mai 20:21

      @Olivier Perriet

      Quand le bourreau demande à un condamné innocent de choisir entre la corde et la hache, ce n’est pas une question philosophique mais une pression exercée sur le condamné pour lui faire croire que c’est lui qui a choisi de mourir puisqu’il a opté pour déterminer les modalités de son exécution.

    • Chourave Clark Kent 29 mai 20:31

      @Olivier Perriet

      ...  lui faire croire que c’est lui qui a choisi de mourir ou faire croire à la vindicte populaire que son choix équivaut à un aveu !


      vous ne pouvez pas accuser les autres à la fois de choisir Macron et de ne pas choisir. Ce tour de passe-passe ne fait que montrer que pour vous, le seul bon choix, c’est le votre.

    • kirios 30 mai 07:53

      @Clark Kent

      est ce que de ne pas voter du tout vous déresponsabilise de la situation actuelle ?
      pour ma part, connaissant l’ennemi , j’ai voté Mélenchon au premier tour et le Pen au second .
      je pense que la situation grecque , que vous décrivez parfaitement , qui existait déjà au temps de la présidentielle aurait du faire prendre conscience de la catastrophe qui nous attend.
      un petit espoir est que l’Italie se rebiffe ??

    • Olivier Perriet Olivier Perriet 30 mai 09:20

      @Clark Kent
      vous ne pouvez pas accuser les autres à la fois de choisir Macron et de ne pas choisir. Ce tour de passe-passe ne fait que montrer que pour vous, le seul bon choix, c’est le votre.

      Je n’accuse personne et c’est vous qui êtes dans le rôle du procureur à la base.

      Maintenant, il y a des élections, on doit choisir, et, oui, la démocratie demande une certaine discipline, comme vous l’évoquez avec votre métaphore du condamné à mort.

      Vous n’êtes pas heureux de Macron, et vous n’auriez pas voulu de Le Pen, ni de Fillon j’imagine, je suis bien désolé pour vous, mais qu’y puis-je ? C’est vous qui avez « des problèmes », c’est à vous de les résoudre :

      Si vous n’êtes vraiment pas content, je vous invite à aller jusqu’au bout de votre logique, et à organiser une insurrection armée contre le résultat des élections, je ne vois que ça comme issue.


    • Chourave Clark Kent 30 mai 10:43

      @Olivier Perriet

      « je ne vois que ça comme issue. »

      exact, ça s’appelle la « résistance ».

    • CRICRI59 CRICRI59 3 juin 11:46

      @Olivier Perriet

      Bonjour jene parle pas de « rien » dans mon commentaire l’abstention ce n’est pas rien et comme je le dit etre « élu » avec 18 % électeurs ne peut étre qu’une mascarade


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 29 mai 09:09

      Malheureusement, vous avez sans doute globalement raison, mais à quel moment, je dis bien à quel moment, les politiciens français se sont-ils saisis de la question ?

      Même le chef de file des soi-disants « insoumis » préférait mettre en tête de gondole une fumeuse VIe République qui résoudrait tous les problèmes.

      Quand à Tonton François (Hollande), il aurait bien voulu plaider pour une fédéralisation des dettes, mais vu que c’est l’Allemagne qui tient les cordons, et qu’elle soumet sa propre population à l’austérité, ça ne serait pas passé. Il s’est donc contenté d’un second rôle de « médiateur » entre le pour et le contre, entre l’eau et le feu, comme à son habitude.

      Quant à Marine Le Pen et à la droite la plus bête du monde, elle a décidé que parler de l’euro aux retraités, c’est trop compliqué, et qu’exercer le pouvoir c’est trop compliqué aussi. Ceci dans le meilleur des cas (dans le pire des cas, elle est d’accord avec l’austérité sans limite).

      La faute à un pays de vieux rentiers, sans doute, et à une classe politique qui s’est sortie elle-même de l’histoire.


      • Chourave Clark Kent 29 mai 11:49

        « @Olivier Perriet

         » vu que c’est l’Allemagne qui tient les cordons, et qu’elle soumet sa propre population à l’austérité« 


        Dire que les dirigeants politiques allemands contrôlent la redistribution des plus-values pour le compte des plus aisés au détriment des plus démunis est une réalité, mais parler l’ »austérité" pour l’Allemagne est un peu inapproprié ! Beaucoup de peuples africains ou asiatiques ou sud-américains se contenteraient de cette austrité-là !

      • Olivier Perriet Olivier Perriet 29 mai 13:42

        @Clark Kent

        Je ne voudrais pas parler à la place des Allemands, mais cela explique largement, il me semble, la vive opposition de l’opinion allemande à toute annulation de la dette. Même chez les allemands qui votent Die Linke

        Libre à vous de vouloir les convaincre depuis Paris, comme d’autres veulent convaincre les Israéliens que l’Iran ne représente absolument aucun danger. Il y a des doutes à avoir sur la force de conviction de tels discours qui sont portés de l’extérieur et apparaissent juste comme une forme d’impérialisme bien pensant, même si ça va vous faire rire.

        Et beaucoup de sud américains et d’africains se contenteraient aussi de l’austérité grecque.


      • fatallah 29 mai 17:46
        @Olivier Perriet
        sauf erreur de ma part, la « dette » en Allemand est le mot « faute » , les mots ont un sens....
        Et il y a un différence culturelle (cultuelle ?) par rapport à l’argent, de l’ordre du religieux. Pareil pour les Hollandais et les Belges Flamants, ...

      • Drugar Drugar 29 mai 10:28

        En effet, on peut considérer que la Grèce est un laboratoire permettant à l’oligarchie de l’Union Européenne de tester les recettes qui vont être appliquer ensuite au reste des pays captifs de son influence. 


        S’ils ne réagissent pas, les italiens risquent d’être les prochains, aux vues de se qui se passe en ce moment. Notre tour viendra également, ce n’est qu’une question de temps, à moins que nous ne quittions l’UE et l’OTAN en organisant un FREXIT.

        Les manœuvres de l’oligarchie deviennent de plus en plus voyantes et grossières (il ne se cachent quasiment plus en fait). A tel point que je ne peux m’empêcher de penser que l’expression « il n’y a pas plus aveugle que celui qui ne veux pas voir » est on ne peut plus vrai...

        • Olivier Perriet Olivier Perriet 29 mai 11:02

          @Drugar

          à vous lire on a l’impression de lire un robot, avec des mots clés ;

          ne manquent plus que Hue Péhère, et Franchois Assel-Hinault


        • Drugar Drugar 29 mai 11:57

          @Olivier Perriet
          Vous savez, l’avis de quelqu’un qui n’a jamais rien de constructif à dire et qui passe son temps à bavez sans jamais rien proposer, ça ne me fais ni chaud ni froid.

          Ne vous inquiétez pas, je n’ai pas l’intention de vous sortir de votre marigot intellectuel dans lequel vous semblez vous complaire. Je vous laisse au chaud dans votre gadoue smiley


        • Olivier Perriet Olivier Perriet 29 mai 13:33

          @Drugar

          Eh bien moi je vous laisse au chaud dans vos discours tout faits.

          Surtout n’en changez pas une virgule


        • Drugar Drugar 29 mai 14:07

          @Olivier Perriet
          Il ne s’agit pas d’un discours tout fait : il s’agit d’analyses et de réflexions basées sur des faits et des constats. Il suffit de lire les traités de l’UE pour le voir. Je vous rappel que ce n’est pas l’UPR qui a écrit ces traité. En revanche, c’est bien l’UPR qui en dénonce les méfaits. Si vous choisissez d’ignorer délibérément la réalité, c’est votre problème.

          J’ai pu constater en vous lisant que l’objectivité et l’honnêteté intellectuelle sont des concepts qui vous sont totalement étranger. Je ne sais pas ce qui vous dérange dans ce que dit l’UPR, car votre « analyse » se borne à dire « L’UPR, bouuuuuh c’est nul ».
          Tant que vous serez dans cette ligne de conduite, vos interventions se disqualifieront d’elle-même. Essayez donc de contredire sérieusement ce que dit l’UPR en apportant des preuves de ce que vous avancez et on en reparlera.
          En attendant, comme je vous l’ai dit, je ne me fatiguerai pas a tenter de vous convaincre. En revanche, il est important de corriger les âneries que vous racontez.


        • Legestr glaz Ar zen 29 mai 14:33

          @Olivier Perriet

          Si vous preniez le temps de lire les articles 5, 55, 61, 62 et 88-1 de la Constitution vous ne seriez pas si affirmatif. 

          Le problème c’est que vous parlez sans connaître le fond du sujet. Je vous résume, je suis bon prince :

          - Les traités européens ont obligé la France à modifier sa Constitution à plusieurs reprises, au fur et à mesure que la France s’engageait dans l’UE et signait les traités (Rome, Maastricht, Amsterdam, Nice et Lisbonne). Des transferts massifs de souveraineté ont été réalisés de la France vers l’UE. Est-ce que jusqu’iici vous parvenez à suivre ? Un lien pour vous aider un peu plus.

          - Le droit des traités et le droit dérivé européen ont intégré la Constitution française si bien qu’il est impossible de « désobéir » aux traités puisque cela est « anticonstitutionnel ». Vous comprenez toujours ? Jean Claude Juncker l’a puissamment dit à sa manière : « il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens ». C’est clair n’est pas ?

          - En France, le Conseil constitutionnel a pour mission, l’un de ses rôles donc, de vérifier la « constitutionnalité » des lois et de certains règlements au regard de la Constitution. Ce sont les articles 61 et 62 de la Constitution. Et comme les traités ont une force supérieure aux lois nationales (article 55 de la Constitution) la jurisprudence du C.C est maintenant constante depuis plus de 15 ans : toute loi contraire au droit des traités est invalidée par le C.C. Vous comprendre ? L’ordre juridique de l’UE vous permettra de mieux saisir les nuances. « force contraignante et primauté sur le droit national » sont des notions que vous devriez maitriser très bientôt ! 


          - Seule, la sortie de l’UE par l’article 50 du TUE est possible, puisque l’utilisation de cet article 50 est tout à fait « constitutionnelle ». 

          - Les traités contiennent des dispositifs économiques formés à partir de l’ordo-libéralisme allemand. Ce sont les Allemands qui ont donné le « la » aux traités. Toute l’économie européenne est basée sur l’ordo-libéralisme allemand. Il n’y a aucun moyen d’y échapper. 

          Ce qui est bien, c’est que vous êtes maintenant armé pour répondre à ceux qui parlent de « désobéir » aux traités ou de les « renégocier ». 

        • Olivier Perriet Olivier Perriet 29 mai 15:16

          @Drugar

          Si vous me lisiez vous sauriez que je critique principalement la forme sectaire de l’Huepéhère, et pas grand chose au fond.

          Mais vous ne faites que le confirmer : qui ne répète pas machinalement vos discours décongelés ne mérite pas d’attention.

          Et c’est ainsi qu’on fait des scores ridicules aux élections et qu’on déconsidère in fine les idées que l’on prétend défendre.


        • Drugar Drugar 29 mai 16:10

          @Olivier Perriet
          Si vous aviez lu et écouté ce que dit l’UPR vous sauriez que ce mouvement n’a rien de sectaire, bien au contraire. Sinon, argumentez, et dites moi en quoi l’UPR est une secte en apportant les preuves de ce que vous avancez.

          J’ai remarqué, en effet, que vous n’aviez rien à critiquer sur le fond. Donc vous vous rabattez sur la forme (typique des gens qui n’ont rien à dire, mais qui le disent quand même !) et même sur la forme, votre seul « argumentation » est de répéter comme un mantra, que l’UPR est une secte (sans jamais apporter la moindre preuve de ce que vous avancez) et qu’elle a fait 1% au élections.
          Vous êtes vraiment un triste personnage....

        • malitourne malitourne 29 mai 16:19

          @Olivier Perriet
          Si c’est seulement la forme alors... Le Frexit vous le voulez avec des fleurs ? Avec ou sans sel la sortie de l’OTAN ? Votre article 50, vous le voulez à la sauce moutarde ?


        • Legestr glaz Ar zen 29 mai 16:31

          @Olivier Perriet

          Ne vous arrêtez pas en si bon chemin. Pourquoi écrivez-vous que l’UPR est « sectaire » ? Auriez vous des éléments d’appréciation ? 

          Agoravox est un lieu d’échange. Dans les médias dominants avez vous vu des critiques de l’appartenance de la France à l’Union européenne ? Cherchez bien et informez moi. 

          Par conséquent, sur un site comme Agoravox, pourquoi vous étonner de voir l’UPR, et ses sympathisants, poster des informations fustigeant l’Union européenne et son fonctionnement dictatorial ? Si vous pouviez nous l’expliquer nous pourrions comprendre. Dans cette attente....



        • Olivier Perriet Olivier Perriet 29 mai 16:42

          @Ar zen

          Ben oui, les meeting ressemblent à des conventions de « born again souverainistes », avec des témoignages de nouveaux convertis, des intervenants qui se prosternent devant le maîître, lequel répète à qui veut l’entendre que seul lui détient la vérité, les autres sont des nuls, les militants font de la propagande trollistique sur internet, j’en passe.

          Pas étonnant qu’il y ait une certaine porosité avec les dieudonnistes et autres soraliens, qui eux savent ce que la masse des autres glands ne sont mêmes pas capables d’entrevoir smiley

          Encore une contradiction entre le fond et la forme :

          Comment se prétendre anti américain et utiliser des techniques de com’ qui ressemblent à s’y méprendre à celles des églises protestantes d’outre atlantique ?

          Comment se prétendre gaulliste, appeler au rassemblement, tout en tenant un discours pour initiés capables de suivre sans broncher 4 heures de conférence non stop ?


        • Drugar Drugar 29 mai 17:00

          @Olivier Perriet

          « les meeting ressemblent à des conventions de « born again souverainistes » » 
          « des intervenants qui se prosternent devant le maîître »
          Bla, bla, bla. Apportez donc la preuve de vos affirmations farfelues. Sans quoi il s’agit uniquement de diffamation.

          « Comment se prétendre gaulliste, appeler au rassemblement, tout en tenant un discours pour initiés capables de suivre sans broncher 4 heures de conférence non stop ? »
          Vous n’êtes pas capable de tenir 4 heures devant un écran ? Vous êtes vraiment un incapable en effet, pas même dans la moyenne des français qui arrive pourtant à passer quasiment 4 heures par jour devant la télé.

        • malitourne malitourne 29 mai 17:36

          @Drugar
          Olivier serait déjà à l’UPR si celui ci organisait des bals musette au lieu de faire des conférences...


        • foufouille foufouille 29 mai 17:53

          @Drugar

          sauf pour un adepte du gourou, asselineau est difficilement supportable plus de 10 minutes.


        • Legestr glaz Ar zen 29 mai 17:54

          @Olivier Perriet

          Je ne suis pas certain que vous soyez honnête intellectuellement dans votre réponse. 

          Les meetings des autres partis politiques se passeraient-ils d’une manière différente de celle que vous dénoncez ? Vous pensez printemps, vous aimez les hologrammes ou vous appréciez la pucelle ? 

          Si Soral dit que la terre tourne autour du soleil, alors je suis « soralien ». Et si Dieudonné prétend que la gravitation universelle existe, alors je suis aussi « dieudonniste ». Etonnant non ? 

          Seriez vous contre le débat d’idées ? L’UPR défend les siennes, les autres partis les leurs. Cela vous étonne autant que cela ?


        • Olivier Perriet Olivier Perriet 29 mai 18:39
          @malitourne

          La convivialité mon cher, la convivialité ! Vous touchez une question importante en croyant faire de l’humour :

          l’être humain ne vit pas que de conférences, mais aussi de ces petits plaisirs smiley

          La popularité du nazisme ou du fascisme tenaient aussi à cette convivialité, pas nécessairement au délire d’une théorie raciale ou à une idéologie autoritaire. Idem pour le communisme municipal dans les années 60.

          Je n’ai pas envie d’être comme les scientologues ou les mormons qui tiennent des stands dans la rue pour recruter de nouveaux convertis.

          Pour les autres partis, je ne les connais pas tous, mais ils ont, il me semble, le défaut inverse d’être sans doute trop malléables à « l’opinion » :

          il suffit que les vieux rentiers qui servent de base à la droite la plus bête du monde trouvent qu’on en fait trop avec l’euro pour que celui-ci disparaisse comme par magie des problématiques. Ca a l’avantage de ses inconvénients : on écoute « notre base » et on est attentif à ses attentes, d’un autre côté ça fait girouette sans boussole idéologique.

          Macron peut / pouvait certes être comparé au gourou d’une secte, mais enfin, il exerce le pouvoir et fait de la politique réelle, avec des compromis, des discussions, des négociations, des alliances, ça on ne peut pas le lui enlever.

        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 29 mai 18:39

          @Drugar

          Les réformes structurelles de Bruxelles sont les mêmes dans tous les pays européens qui ont encore un modèle social et des services publics !

          Voici la feuille de route 2016/2017 qu’applique Macron (et Hollande, avec sa Loi Travail).

          Et celle pour 2018/2019 : Coupes sombres dans la santé, l’assurance chômage et les retraites. Privatisations, réforme des retraites pour uniformiser ... vers le bas etc


        • malitourne malitourne 29 mai 18:41

          @Olivier Perriet
          Sinon sur le fond... ?


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 29 mai 18:53

          @malitourne

          Sur le fond, Pierret trouve que Macron, c’est très bien :

          "Macron peut / pouvait certes être comparé au gourou d’une secte, mais enfin, il exerce le pouvoir et fait de la politique réelle, avec des compromis, des discussions, des négociations, des alliances, ça on ne peut pas le lui enlever."

          Pierret croit encore que Macron décide de quelque chose...

        • malitourne malitourne 29 mai 19:00

          @Fifi Brind_acier
          J’avais pas vu que la convivialité était proscrite dans la charte de l’UPR. Olivier Pierret, lui l’a découvert : il est donc un lanceur d’alerte


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 29 mai 19:01

          @Olivier Perriet

          C’est vrai que les meetings de votre idole Macron sont tout à fait différents de ceux de l’ UPR !


          A l’ UPR, on fait de l’information, pas du marketing politique !

        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 29 mai 19:24

          @foufouille

          Mélanger le Frexit avec l’ extrême-droite, voilà de quoi salir tout ce qui touche à la souveraineté ! Philippot ne fait que continuer le sale travail du FN.

        • foufouille foufouille 29 mai 19:40

          @Fifi Brind_acier

          encore une fois, je ne veaute pas. robot débile.
          et surtout pas pour ton parti de merde avec ses 3000 adhérents et ses 0.7% de veautes.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès