• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Les hauts faits d’Alain Juppé (Aide-mémoire)

Les hauts faits d’Alain Juppé (Aide-mémoire)

LES HAUTS FAITS D’ALAIN JUPPE.

 

(Aide-mémoire)

 

L’augmentation des impôts et le reniement des promesses électorales.

Nommé Premier Ministre en 1995, A. Juppé décide une hausse des prélèvements obligatoires qui serait équivalente en 2016 à une hausse d’environ 35 milliards€.

S’ajoutant à une hausse importante décidée par E.Balladur en 1993, elle constitue un reniement des promesses électorales de J. Chirac lors des présidentielles de 1995 et d’A. Juppé, co-maître d’oeuvre du projet RPR-UDF lors des législatives de 1993, puisque tous deux s’engageaient à « réduire les prélèvements obligatoires ».

C’est de mauvais augure pour le respect des promesses électorales d’A. Juppé en 2017.

Le père fouettard.

Cette décision provoque des tensions avec les députés de la majorité, élus sur les promesses de 1993, et avec A.Madelin, Ministre des Finances.

Les députés frondeurs sont mis en demeure d’entériner la décision, sous menace de l’application du 49.3 et de perdre leur investiture aux élections législatives prévues en 1998.

Quant à A. Madelin,ses réticences sur cette décision et la réprimande que lui vaut son annonce intempestive concernant la réforme des retraites, qui ne faisait pourtant que reprendre le projet RPR-UDF de 1993, le pousseront à la démission 6 mois plus tard.

Quelques mois plus tard, 8 des 12 femmes ministres (les« juppettes ») seront extradées du gouvernement avec une brutalité qui illustre l’attention d’A. Juppé pour les relations humaines. 

La fuite des capitaux et des talents à l’étranger. 

La suppression du plafonnement de l’ISF, instaurée par M.Rocard, qui fait partie du paquet fiscal d’A. Juppé, conduit certains contribuables à payer des impôts supérieurs à leurs revenus.

Elle provoque une fuite massive de capitaux et de talents à l’étranger, appauvrit la France et rappelle les conséquences de la révocation de l’Edit de Nantes par Louis XIV.

Qu’A. Juppé reconnaisse en 2016 que c’était « une funeste idée » n’exclut pas de sa part de nouvelles erreurs de jugement, contraires au simple bon sens et aussi lourdes de conséquences. 

Droit dans ses bottes face à une France paralysée pendant 2 mois

A l’automne 1995, l’annonce du « Plan Juppé » provoque des grèves et des manifestations qui paralysent la France pendant 2 mois et amènent A. Juppé à renoncer à la réforme des retraites.

Parmi les causes de cette explosion sociale : trahison des promesses électorales de J. Chirac et d’A. Juppé, manque d’explications sur les réformes indispensables, concertation insuffisante avec les syndicats, gestion calamiteuse du conflit et maladresses psychologiques en tous genres.

Il est légitime de s’interroger sur l’aptitude d’A. Juppé de mener à bien les réformes qu’il promet pour 2017.

Le coup de génie politique qui sanctionne l’échec du Premier Ministre. 

L’évolution défavorable du chômage, une rentrée sociale qui s’annonce agitée, les affaires judiciaires en cours d’instruction inquiètent le pouvoir et les difficultés pour réduire les déficits publics et respecter les critères de Maastricht en vue de la qualification à l’euro qui doit se négocier en 1998 conduisent en avril 1997 à la décision de dissoudre l’Assemblée Nationale.

Annoncer de nouvelles mesures d’austérité avant des élections législatives serait suicidaire. L’impréparation du Parti Socialiste, la brièveté de la campagne électorale et un sondage favorable à la Droite plaident en faveur d’élections législatives anticipées. Les mesures qui s’imposent seraient annoncées après les élections et la majorité disposerait de 5 ans pour les appliquer.

Un large mécontentement sur le bilan du gouvernement, un rejet de la personnalité d’A. Juppé et le souvenir des évènements de l’automne 1995 ramènent la Gauche au pouvoir pour 5 ans… et les 35 heures pour 20 ans. 

Ce coup de génie sanctionne l’échec d’A.Juppé.. et raccourcit de 5 ans le septennat de J.Chirac.

Il leur sera reproché de ne pas avoir dissout l’Assemblée en 1995, dans la foulée de l’élection présidentielle, pour disposer d’une durée suffisante pour mener à bien leur programme.

La dissolution décidée en 1997 est donc le résultat de l’échec du Premier Ministre, mais aussi d’une double erreur de jugement et d’un manque de vision prospective de J. Chirac et d’A. Juppé.

Le refus d’affronter les questions concernant l’immigration.

En 1981, A. Juppé fonde le Club 89 pour préparer un projet d’alternance. Le groupe de travail sur l’emploi débat de l’argument de J-M. Le Pen selon lequel « les immigrés prennent le travail des français ».

Mais il est clair que le manque de maîtrise de l’immigration et de capacités d’accueil et d’intégration entraînent de sérieuses difficultés dans certains établissements scolaires et génèrent une sur-délinquance.

En 1983, A. Juppé refuse brutalement,sans appel ni explications, la création d’un groupe de travail consacré à l’immigration pour en analyser toutes les conséquences et préparer des réponses adéquates aux questions qu’elle soulève.

Ce refus ne peut s’expliquer que par un manque de clairvoyance sur la situation et son évolution prévisible ou un manque de courage politique pour affronter des questions difficiles et délicates. L’immigration était un tabou !

A. Juppé changera plusieurs fois d’avis sur l’immigration mais il affirmera avec constance que l’immigration est une chance pour la France, sans jamais en préciser l’importance, les caractéristiques et les moyens nécessaires pour la maîtriser,l’accueillir et l’intégrer.

En occultant les problèmes posés par l’immigration et en renonçant à les affronter, A. Juppé a contribué au renforcement du Front National, confirmé aux élections législatives de 1997 et présidentielle de 2002.

Une profonde méconnaissance des entreprises et des hommes.

En 1996, A. Juppé annonce son intention de vendre la totalité du capital de l’entreprise publique Thomson Multimédia (TMM), déficitaire et très endettée, au groupe coréen Daewoo pour un franc symbolique,après recapitalisation par l’Etat à hauteur de 11 milliards de francs.(1)

Devant les protestations provoquées par cette annonce,il déclare publiquement que TMM « ne vaut rien », c’est-à-dire qu’elle ne vaut pas un franc. L’avis défavorable de la Commission de Privatisation amène le gouvernement à décider de redresser l’entreprise avant de la privatiser.

En novembre 1999,après recapitalisation par l’Etat à hauteur de 1,7 milliards€ et redressement de l’entreprise conduit par Th. Breton (nommé Président en 1997), l’introduction de TMM en Bourse valorise l’entreprise à 2,7 milliards€. L’Etat conserve 51,7 % du capital.

En octobre 2000, la Commission des Participations estime à 12,5 milliards€ la valeur minimum de TMM, après une capitalisation boursière maximum atteinte en août 2000 à 19 milliards€, soit plus de 6 fois sa valeur lors de l’introduction en Bourse (TMM intégrera même le CAC 40). 

En 2003, l’Etat se désengage complètement après avoir encaissé 3,7 milliards€, réalisant en 5 ans une plus-value de 2 milliards€, compte tenu des 1,7 milliards€ dépensés en 1997 pour recapitaliser TMM.

En 1996, en déclarant publiquement que TMM ne valait pas un franc, A. Juppé a donc commis une grave erreur économique (TMM valait beaucoup plus qu’un franc) et financière (en se privant d’une plus-value de 2 milliards € l’Etat aurait commis une lourde faute de gestion).

Cette erreur démontre sa profonde méconnaissance des clefs de la réussite et des fondements de la valeur d’une entreprise : son actif immatériel, c’est-à-dire ses technologies et son personnel,et non pas le résultat du dernier exercice comptable.Méconnaître le potentiel des entreprises, c’est méconnaître le potentiel économique du pays puisque les entreprises en constituent le moteur.

C’est un très lourd handicap pour un responsable politique dont la mission dans le domaine économique et social est de créer les conditions permettant aux entreprises de se développer.

Par ailleurs, la déclaration d’A. Juppé est une injure et une humiliation adressées publiquement aux dizaines de milliers de salariés de TMM, démontrant à nouveau son incapacité à prendre en compte l’importance majeure du facteur humain dans la réussite de toute décision.

Il est cocasse d’ajouter que le groupe Daewoo sera démantelé en 1999 à la suite d’une faillite frauduleuse.

Logé aux frais de la princesse et victime de phobie fiscale.

Pendant 5 ans, de 1990 à 1995, A. Juppé est locataire d’un appartement lde 180 m2, situé dans un Hôtel particulier appartenant à la Ville de Paris dont il est le Maire Adjoint chargé des Finances.

Il paie un loyer mensuel de 13.000 francs, deux fois inférieur au prix du marché, écart confirmé en 1997, l’appartement étant vendu 7 millions de francs par la Ville de Paris, ce qui correspondrait à un loyer d’environ 30.000 francs.

Révélée par la presse, cette faveur le contraint à déménager en 1995, après une série de dénégations et de maladresses visant à se justifier, manifestant à nouveau une sorte d’autisme.

De plus, l’avantage en nature correspondant à cette faveur n’est pas déclaré au fisc au titre des impôts sur le revenu et les travaux de rénovation de l’appartement sont pris en charge par la Ville de Paris pour environ 1.000.000 de francs.

Le népotisme.

Mais A.Juppé se préoccupe aussi de sa famille. De 1993 à 1995,son fils Laurent est locataire d’un appartement de 88 m2 appartenant à la Ville de Paris, situé dans l’immeuble voisin de son père.

Il paie un loyer mensuel réduit par son père de 6.900 à 6.000 francs, et les travaux de rénovation sont pris en charge par la Ville de Paris pour environ 380.000 francs.

Le demi-frère d’A. Juppé sera locataire d’un appartement de 42 m2 dans l’immeuble où réside A.Juppé pour un loyer mensuel plus de deux fois inférieur au prix du marché, son ex-épouse sera attributaire d’un appartement HLM de 50 m2 dans le quartier Saint-Paul et sa fille d’un studio.

Condamné par la Justice dans l’affaire des emplois fictifs de la Ville de Paris.

En 1999 A. Juppé est mis en examen pour « abus de confiance,recel d’abus de biens sociaux et prise illégale d’intérêt » pour des faits commis en tant que Maire adjoint aux Finances de la Ville de Paris de 1983 à 1995 et en tant que Secrétaire Général du RPR de 1988 à 1994.

Il est considéré comme un élément clé d'un système de financement occulte d'emplois au sein du RPR, financés par la Mairie de Paris et par des entreprises désireuses de bénéficier de marchés publics.

En 2003, à l’ouverture du procès,il affirme n’avoir eu connaissance de ce système qu’en 1993.

En janvier 2004 il est condamné à 18 mois de prison avec sursis et 10 ans d’inéligibilité.(2)

En décembre 2004,la Cour d’appel, saisie par A. Juppé, réduit la condamnation à 14 mois de prison avec sursis et an d’inéligibilité.(3) 

Partie prenante dans les affaires des HLM de Paris et des Lycées d’Ile de France.

Ces deux affaires concernent des versements de commissions occultes aux partis politiques par des entreprise du BTP, à l’occasion des marchés de construction ou de rénovation des HLM de Paris et des Lycées d’Ile de France.

Elles sont déclenchées en 1993 par la mise en examen d’un chef d’entreprise qui révèle un versement de 27 millions de francs à des partis politiques et met en cause des personnalités du RPR et de l’UDF, dont A.Juppé. Les enquêtes ultérieures révéleront des versements de plusieurs dizaines de millions de francs.

L’instruction des deux affaires s’éternise pendant plus de 12 ans, émaillée de coups fourrés.(4) De nombreux intervenants seront condamnés par les Tribunaux,notamment des proches de J. Chirac (M. Roussin et M. Giraud). A.Juppé sera entendu mais ne sera pas poursuivi. Cependant, Secrétaire Général du RPR de 1988 à 1995 et Maire Adjoint de la Ville de Paris de 1983 à 1995, il ne pouvait pas ignorer l’existence de ce système dont le parti politique qu’il dirigeait était partie prenante, au détriment des finances de la ville de Paris qu’il était chargé de surveiller et dont il devait garantir la sincérité.

 

(1) TMM perd 1 milliard de francs en 1995, 3 milliards de francs en 1996 et son endettement dépasse 15 milliards de francs.

(2) Le Tribunal juge qu'il a « délibérément recouru à des arrangements illégaux » pour favoriser l'action du RPR, que la nature des faits était « contraire à la volonté générale exprimée par la loi », qu’il avait ainsi « trompé la confiance du peuple souverain » et la présidente exige l’inscription de la condamnation à son casier judiciaire.

(3) La Cour d’appel déclare : « Il est regrettable qu'au moment où le législateur prenait conscience de la nécessité de mettre fin à des pratiques délictueuses qui existaient à l'occasion du financement des partis politiques, M. Juppé n'ait pas appliqué à son propre parti les règles qu’il avait votées au Parlement. Il est également regrettable que M. Juppé…. n’ait pas cru devoir assumer devant la justice l'ensemble de ses responsabilités pénales et ait maintenu la négation de faits avérés ».

(4) Cl.Mery (et ses agendas), D. Schuller (et sa fuite à l’étranger), le juge E.Halphen (son désaisissement et son beau-père J-P.Maréchal), la Commissaire B.Henri (mutée à l’ambassade de France à Bruxelles).

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.76/5   (34 votes)




Réagissez à l'article

34 réactions à cet article    


  • Docteur Faustroll Jeussey de Sourcesûre 10 octobre 2016 09:54

    Trainer des gamelles vides n’a jamais dissuadé les chiens jaunes de se positionner pour en trouver une grosse (gamelle) bien remplie !


    • Olivier 10 octobre 2016 10:21

      Bravo pour ce rappel des « exploits » du sieur Juppé, dont il est sidérant qu’on l’ait remis en selle. 


      Ajoutons qu’il était en faveur de la constitution européenne (qui a été rejetée par les français) et de l’euro (dont on constate les brillants résultats économiques). Il est également en fervent immigrationniste -les familles des gens massacrés au Bataclan et à Nice apprécieront.

      Cela montre l’autisme de l’oligarchie politique et son profond mépris du peuple et de la moralité la plus élémentaire. Dans n’importe quelle démocratie digne de ce nom ce triste sire aurait depuis longtemps disparu du monde politique.

      Malheureusement la crédulité et le suivisme des français pour les médias du système, et le désarroi général des esprits font qu’il a une chance (même faible) d’être élu en 2017 !

      • Sacotin Sacotin 10 octobre 2016 10:29

        Hé oui, un peu de mémoire cela fait du bien. On a déjà vu ce monsieur à l’œuvre...


        • Clofab Clofab 10 octobre 2016 12:38

          Merci pour cet article. En effet on peut se demander comment des repris de justesse peuvent, aujourd’hui, présenter leurs gueules au peuple Français pour se faire élire (ou réélire).


          Les merdias Français sont à fond pour lui, tu parles « y faut rien changer », ces pauvres journaleux et commentateurs TV-PRESSE ont reçu leurs ordres de propagande, ils détruisent tout simplement le . métier de journaliste et s’assoient sur la déontologie de la profession. Résultat ; on ne les écoute même plus tant leurs mensonges sont éhontés. La propagande mensongère imposée par leurs patrons milliardaires se transforme en boomerang ! Tchao les journaleux, l’ANPE est votre ami ! En espérant ne plus vous voir, ne plus vous entendre en 2017.

          Le changement, c’est maintenant !!!!! 

             

          • Clofab Clofab 10 octobre 2016 12:52

            A lire : LE MONDE LIBRE de Aude Lancelin

            L’auteure, ancienne directrice adjointe de la rédaction de L’Obs, dans ce livre, elle raconte de l’intérieur "la dérive du système médiatique français" et sa soumission totale au pouvoir politique.

            JJ Bourdin, le bon petit larbin, n’était même pas au courant, c’est ballot ! 

            Je n’ai pas encore lu son livre, mais ça ne saurait tarder.


            • francesca2 francesca2 10 octobre 2016 16:03

              @Clofab


              Lancelin a été virée parce que trop à gauche, même pour le nouvel obs. 
              Dans le monde de Aude Lancelin la presse s’appelle Pravda.

            • Clofab Clofab 10 octobre 2016 18:11

              @francesca2
              Salut Francesca, je vais lire son livre pour en avoir le coeur net. Même si cette dame est trop à gauche pour ses maîtres, ça vaut le coup de lire ce qu’elle a dire. 


            • francesca2 francesca2 10 octobre 2016 19:20

              Salut Clofab


              J’espère que nous aurons l’occasion d’en reparler alors. 
              Bon courage.

            • novo12 10 octobre 2016 15:30

              Bravo !!!!


              Si on sait que Juppé était « young leader (1981) » de la french american foundation
              et qu’il a été adoubé par le groupe Bilderberg on comprend sa résurection médiatique.

              • RIBES Gilbert 10 octobre 2016 15:52

                J’encourage les lecteurs de cette tribune qui en approuvent le contenu à la diffuser le plus largement possible,à travers les réseaux sociaux ou de toute autre manière.


                • ENZOLIGARK 11 octobre 2016 09:33

                  @RIBES Gilbert ... , Bonghjornu , ... on s ’ en occupe GRA-TUI-TEMENT et dans tres nombreux langages ... !!! . ... AhAhAhAhAhAhAhAhAh ... . ... E CORSICA * LIBERTA SERA ... АФФ ИСС ...


                • ENZOLIGARK 11 octobre 2016 09:38

                  @ENZOLIGARK ... , et pour la version payante ... , c’ est la frOnce et leur allie U$ qui se prennent la facture ... ! . Bingo !!! . ... AhAhAhAhAh ... . ... AFF ИСС ...


                • francesca2 francesca2 10 octobre 2016 16:09

                  En occultant les problèmes posés par l’immigration et en renonçant à les affronter, A. Juppé a contribué au renforcement du Front National, confirmé aux élections législatives de 1997 et présidentielle de 2002.


                  C’est sûr que c’est ça le problème, le renforcement du Front National...

                  • dr lamy 10 octobre 2016 16:19

                    Non il n’a pas vraiment changé comme l’a montré sa « prestation » chez PUJADAS ! Reconnaissons que parmi les conservateurs il est celui qui assume le mieux ses passés...

                    Dr CL 85.

                    • anomail 10 octobre 2016 16:35

                      Merci.

                      Un site regroupant les aide-mémoires de chaque candidat pourrait être d’une grande aide pour que les électeurs prennent leurs décisions.

                      Beaucoup plus que leurs programmes pour certains smiley


                      • kairn (---.---.43.248) 10 octobre 2016 17:24

                        Hallucinant  !!! La stratégie d’islamisation de l’Europe avec la complicité de nos dirigeants !!!

                        https://clyp.it/0ia10sgs

                        http://www.isesco.org.ma/fr/wp-content/uploads/sites/2/2015/05/StratégieExtVFLR1.pdf

                        Ali juppé complice ?


                        • Le421... Résistant Le421 10 octobre 2016 18:56

                          Hum...
                          Je ne conteste pas le côté humoristique, mais pour le « fair play »...

                          Alors ?
                          Votons Sarkozy ?
                          L’un des plus gros menteurs/escrocs/tricheurs/voleurs* qu’on n’ai jamais vu ??
                          Ou pour Marine Le Pen ? Sans plus de commentaire, côté triche, c’est aussi une experte...

                          Hollande alors !! Ben là mon pote, c’est encore le moins pire du « club des incapables ».

                          Parce que voter à gauche**
                          En France !!
                          Inimaginable.

                          *rayer la mention inutile
                          **la vraie, je veux dire !!


                          • francesca2 francesca2 10 octobre 2016 19:08

                            @Le421


                             smiley 
                            Et la gauche (la vraie, cela va sans dire) je présume qu’elle est incarnée par Mélenchon (apparatchik socialo, sénateur depuis trente ans, franc-mac...) ?


                          • francesca2 francesca2 10 octobre 2016 19:59

                            @coucou sampi


                            Ni de l’un ni l’autre, je pense juste que ton post manque de sens commun, mais il est marrant à lire.

                          • francesca2 francesca2 10 octobre 2016 20:45

                            @sampiero

                            Parmigiano Reggiano, sans aucun doute. Le Grana Padano n’est pas mauvais, mais ça ne reste qu’une copie. 
                            N’achète jamais les petits sachets qui sont immondes, ni les morceaux commercialisés en grande surface, même ceux labellisés, les temps de maturation ne sont pas les mêmes. 
                            Chez toi les petits fromagers doivent avoir du parmesan de qualité, pour sûr.

                          • lhommealacigarette lhommealacigarette 10 octobre 2016 21:00

                            Vous seriez prêt à donnerde nouveau les rennes de notre France à Nicolas ? 


                            Mais vous êtes fou !!!

                            Pour rappel les affaires ou la justice enquête actuellement et ou il risque la prison ;

                            Affaire bigmalion, affaire des écoutes, financement lybien, affaire des sondages, affaire tapie, affaire karachi, affaire betencourt, affaire des voyages en « jets ».

                            Pour rappel aussi un jour poutine l’à coupé lors du G8 de 2007 car nicolas c’était lancé dans un long monologue et Poutine l’a interrompu sèchement en disant : <c’est bon tu as fini>

                            Ton pays il est comme sa ( en rapprochant les mains ) le mien il est comme sa ( en étirant les bras ) alors tu continue à parler sur ce ton et je t’écrase ! 
                             
                            Sarko était partit blême de la salle ...


                             

                            • Alice Rupert 11 octobre 2016 23:02

                              @lhommealacigarette

                              Je ne comprend pas ce que vous dites. L’article ne parle pas de Sarkozy mais de Juppé.
                               

                              Les primaires de LR sont à 2 tours : 7 candidats au premier, et 2 candidats au second (les 2 arrivés en tête au premier tour).
                               
                              En quoi le fait de ne pas voter Juppé au premier tour, voudrait dire voter Sarkozy puisqu’il y a 5 autres candidats ??
                               
                              Les 5 autres candidats sont : Bruno, le Maire, Nathalie Kosciusko-Morizet, Soisson, Fillon et Copé.
                               
                              Si vous votez pour l’un de ces 5 au premier tour, votre voix n’ira ni à Juppé, ni à Sarkozy.
                               
                              C’est bien ce que vous voulez, non ?



                              • Clofab Clofab 10 octobre 2016 21:05

                                Alain Juppé est le candidat que les grands médias cherchent à mettre en avant. Assurément, il a encore de la concurrence, que ce soit sur sa « gauche » avec Emmanuel Macron ou sur sa droite avec Nicolas Sarkozy dans le cadre de la «  primaire » du centre et de la droite. Mais, on peut s’attendre à ce qu’il triomphe de ces adversaires et émerge comme le candidat de la continuité du pouvoir des banquiers et de la Commission européenne.

                                Alain Juppé n’est guère connu pour la nouveauté de ses idées et convictions économiques. Premier ministre en 1995, il a plongé la France dans une de ses grèves les plus dures par son obstination, jusqu’à ce que le Président Jacques Chirac lui fasse entendre raison. Il a plongé la France dans une récession qui dura 18 mois, en raison de sa politique économique. C’est pourquoi on l’attendait sur ce terrain. On a pu constater que ses idées économiques sont largement dictées par ses convictions européïstes et, sur ce point, ses convictions apparaissent étranges pour quelqu’un qui vient du néo-gaullisme. Le ralliement d’Alain Juppé à l’Union européenne est ancien : il date du débat sur le traité de Maastricht en 1 992. On pouvait penser, à ce moment, que ce ralliement était purement instrumental. Pourtant, il semble bien que ce ralliement soit devenu une conviction. Mais, ce ralliement l’entraine vers des solutions qui sont désormais contradictoires avec ses propres objectifs, du moins ceux qu’il affiche.

                                En savoir plus :

                                https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201610101028116397-juppe-systeme-politique-france/


                                • Jean-Luc Hodemon 10 octobre 2016 23:48

                                  Bravo pour votre article brillant et d’autant plus sincère qu’il ne semble pas venir d’un homme de gauche !


                                  • kako 11 octobre 2016 05:58

                                    MDR !!! Mais vous cherchez à nous dire quoi ? Que finalement Juppé ce n’est pas mieux que Sarkozy ? Sauf que : ce qu’on reproche à Juppé est sans commune mesure avec ce qui est reproché à Sarkozy ! Ce dernier est poursuivit pour des délits graves, il lui est reproché d’avoir attaqué sous des prétextes fallacieux un autre pays et y avoir semer la mort et la désolation, d’avoir dressé les français les uns contre les autres, d’avoir participé à une vaste escroquerie, par le biais de Bygmalion lors de sa dernière campagne électorale, d’avoir profité de la faiblesse de Mme Bettancourt pour lui soutirer de l’argent (très classe ...), en plus d’avoir reçu de l’argent en 2007 de Khadafi, qu’il a ensuite fait assassiner ! Et je ne parle même pas de sa gestion calamiteuse de la France durant son quinquennat ! Attendez, Juppé joue petit bras ! Sarko c’est du niveau grand banditisme ! Vous rigolez ou quoi ? 


                                    • franc 11 octobre 2016 07:15

                                      @kako

                                       Juppé a commis les m^mes forfaitures que Sarkozy et plus encore comme son implication dans le génocide au Rwanda ,ses copinages aves les islamistes Frères musulmans ,et il ne regrette rien, persiste et resigne comme le montre son passage dans l’émission de Poujadas  ;alors que Sarko au moins a quelques regrets et infléchi sa politique comme le rapprochement avec Poutine et son éloignement de l’européisme .

                                      Juppé a dit qu’il n’a rien contre la finance ,tout le monde est averti.

                                       Tous les merdias soutiennent Juppé avec des faux sondages ,c’est un signe indubitable du candidat du Système.


                                    • RIBES Gilbert 11 octobre 2016 09:17

                                      @kako
                                      Pour la primaire dite de la Droite et du Centre,il y a d’autres candidats que Juppé et Sarkozy,dont 2 au moins ont la capacité de diriger l’Etat.

                                      En ce qui concerne Sarkozy,le financement illégal de sa campagne présidentielle de 2012 devrait suffire à l’exclure de la compétition.
                                      D’une part,il ne pouvait pas ignorer totalement que les dépenses de sa campagne crevaient largement le plafond autorisé par la loi,sauf à admettre qu’il ne sait pas compter.
                                      D’autre part,c’est lui-même qui avait choisi les collaborateurs chargés de contrôler ses comptes de campagne et qui ont monté le stratagème de double facturation:en toute hypothèse il en est donc entièrement responsable.

                                    • Alice Rupert 11 octobre 2016 13:55

                                      @kako
                                       
                                      Sauf qu’il y en a un qui a été réellement et fermement condamné (lire l’article) et l’autre simplement mis en examen, ce qui ce qui ne veut pas dire coupable et ne veut pas dire qu’il sera condamné
                                       

                                      NU-ANCE


                                    • njama njama 11 octobre 2016 08:12

                                      @ Ribes Gilbert
                                      Ce coup de génie sanctionne l’échec d’A.Juppé.. et raccourcit de 5 ans le septennat de J.Chirac.

                                      Je ne partage totalement votre analyse, je crois que ce coup était gagnant dans les deux cas de figure. Le fait que la droite ne soit pas réélue aux législatives de 1997, ne changeait rien à l’objectif de présidentialiser le régime sur le modèle américain, et de ce point de vue, je pense que Juppé et Chirac sont complices.

                                      Je ne pourrais jamais m’empêcher de penser que la dissolution de l’Assemblée 21 avril 1997, n’avait d’autre objectif que de faire coïncider le calendrier des législatives avec celui des présidentielles ... de 2002.
                                      La question est qu’en 1997 ... il était difficile d’y penser, on cherchait des explications à portée de mains sans voir aussi loin.

                                       « J’ai acquis la conviction qu’il faut redonner la parole à notre peuple... nous avons besoin d’une majorité ressourcée » dira-t-il ...
                                      http://www.youtube.com/watch?v=RmPCePzLr4Y

                                      Il n’y avait rien de vraiment crédible dans son message aux français, c’était très inconsistant. Certes Juppé n’était pas très populaire, mais entre remplacer un premier ministre, voir changer quelques membres du Gouvernement, et dissoudre l’Assemblée ... il y a un gouffre ! et comme un abus de pouvoir, car en dehors de l’impopularité d’une politique en cours rien de périlleux dans la politique française ne justifiait une telle mesure ... censée être tout à fait exceptionnelle !

                                      D’autant plus que la Droite disposait d’une majorité écrasante à l’Assemblée nationale !
                                      Dixième législature (1993-1997)

                                      Décision qui provoquera la déroute de la droite :
                                      Onzième législature (1997-2002)

                                      La décision du quinquennat entrant en vigueur en 2002 finira de parfaire la « présidentialisation du régime » ... et d’enterrer les fondements de la V° république qui prévoyaient de séparer les échéances de l’exécutif et du législatif.

                                      d’une certaine façon ... on peut dire que Chirac en aura été le fossoyeur, et si ... cela était confirmé, on pourrait parler de forfaiture !


                                       

                                      • RIBES Gilbert 11 octobre 2016 11:50

                                        @njama
                                        Pour en savoir un peu plus sur la dissolution de l’Assemblée en 1997.


                                      • njama njama 11 octobre 2016 20:42

                                        @RIBES Gilbert

                                        Je ne prétends pas que l’instigateur c’était Chirac mais la thèse de la dissolution pour reformer un gouvernement ne tient pas la route quand on a la chance d’avoir une majorité écrasante à l’Assemblée nationale ...
                                        Je me répète, mais en avril 1997 personne ne regardait à avril de cinq ans plus tard pour comprendre ... pas plus que personne ne faisait des connexions avec un encore hypothétique quinquennat qui ne sera applicable qu’après 2002 ...

                                        Si la Constitution de V° république avait prévu de séparer les durées des mandats ce n’était pas pour des prunes il me semble, et nous voilà saucissonnés aujourd’hui dans un système où les législatives sont dépendantes de la présidentielle et de mandats de même durée !

                                        Pour en sortir, deux options, une nouvelle dissolution, ou une VI° république ...

                                        Je ne peux m’empêcher de penser qu’il y eut des intrigants sous cette affaire très tordue
                                        revoyez les vidéos complètes, Chirac bafouille, c’est pas net ! ...


                                      • lhommealacigarette lhommealacigarette 13 novembre 2016 19:02

                                        @Franc



                                        Sarkozy ne voit t’il pas ce qui s’est passé aux états unis ? les gens ne veulent plus des « has been », ils veulent du sang neuf et sa peu importe que se soit des extrêmes.

                                        Avec ce qui s’est passé aux USA c’est sur il ne peut que perdre c’est obligé !

                                        • lhommealacigarette lhommealacigarette 13 novembre 2016 19:05

                                          Que se soit Sarkozy , poutine , Clinton, Merkel et Cameron ils ont tous du soucis à se faire dans leurs pays.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

RIBES Gilbert


Voir ses articles



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité