• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Les leçons du 16 octobre 2018

Les leçons du 16 octobre 2018

Les leçons du 16 octobre :

Le 16 octobre 2018, on a assisté à deux petits évènements. Qui soulèvent peut-être une question méritant une plus ample réflexion.

1. Le président de la République a tenu divers propos destinés à susciter l’adhésion : Dans chaque phrase, il a dit ce que les catégories auxquelles ils s’adressait, allaient aimer entendre. Ou il a invoqué des sentiments nobles. Qui auraient pu être tenus par n’importe quel saint homme. Il n’a pas oublié non plus « l’oligarchie » puisqu’il a dit qu’il continuera la politique « nécessaire au pays ». (1)

2. L’un des dénonciateurs des règles des traités, M. Mélenchon, a été l’objet d’une perquisition ce 16 même octobre. Après que Mme Le Pen qui pratique les mêmes critiques desdits textes ait inauguré, il y a quelques temps en ce qui la concerne, des ennuis judiciaires comparables. Les deux, d’ailleurs, pour à peu près les mêmes raisons. Ce qui permet d’alimenter des campagnes de discrédit contre l’une et contre l’autre. Campagne qui va pouvoir (ça n’a d’ailleurs pas tardé) exploiter les réactions de M. Mélenchon face à « la Police qui fait son travail » et à la « Justice qui est indépendante » (2) .

On ne s’étonnera pas d’entendre dire avec complaisance dans l’entourage du président de la République que personne n’est au dessus des lois (… alors même que le président de la République est lui-même constitutionnellement « à côté » des lois) .

Mais ces procédures judiciaires qui s’additionnent, font penser à une autre arithmétique … de neutralisation (3)

La neutralisation de Mme Le Pen et celle de M. Mélenchon sont indispensables pour les tenants du système actuel.

D’une part, si l’on additionne les voix à l’élection présidentielle de 2017 de MM. Fillon et Macron - qui se sont prononcés pour les mesures techniques allant, (sous l’ habillage adéquat) dans le sens des objectifs et intérêts de « l’oligarchie »- , on atteint entre 42 et 43 % des électeurs inscrits. Si l’on additionne les seuls scores de Mme Le Pen et de M. Mélenchon (qui estiment que les pays européens ne doivent plus subir les mêmes règles), on obtient le même résultat. Si l’on ajoute aux précédentes, les voix qui se sont portées sur les candidats favorables à un « Frexit », les politiciens qui se sont mis au service de « l’oligarchie » sont minoritaires. Sans même qu’il faille ajouter les voix de ceux des abstentionnistes qui ne votent pas parce qu’ils sont résignés à subir ce qui ne leur plait pas.

D’autre part, les électeurs ont montré dans certains autres pays qu’il était possible matériellement de s’échapper de l’application des traités économico-financiers. La Grande Bretagne est sortie de ce système. Des majorités se forment ailleurs pour arriver possiblement au même résultat.

Ce qui est extrêmement embêtant pour « l’oligarchie ». Dont les représentants s’époumonent en vain (leurs mots ne font plus peur) à vouer aux gémonies les « populistes », les « souverainistes », et autres gens dangereux et/ou ignobles d’extrême droite ou d’extrême gauche.

Certes, on ne sait pas quelle situation peut permettre que s’additionnent les voix obtenues par Mme Le Pen, par M. Mélenchon, et par les candidats aspirant au « Frexit ». Mais la chose n’est pas à exclure. (NB. Les Français sont d’autant plus capables de faire « le coup » qu’ils l’ont fait une première fois en 2005). Au moins si les politiques se mettent à traiter les questions (indépendamment des questions de personnes) dans la chronologique imposée par la logique :

a.) se séparer de ceux qui travaillent pour l’oligarchie et libérer le pays des règles fabriquées en vue de la satisfaction des intérêts de cette dernière.

b). (seulement après) : mettre en place un nouveau gouvernement dont les membres accepteront de travailler ensemble, et qui, probablement - mais c’est une question secondaire- ne comprendra pas forcément tous les contributeurs à l’opération de « nettoyage » .

Après quoi, … la vie continuera.

Marcel-M. MONIN m. de conf. hon. des universités

(1) Cette formule « oxymorique » mérite d’être relevée. Elle est assez osée sous un certain rapport. Quand on analyse les mesures qui sont prises depuis le début du quinquennat en cours , on observe qu’elle s’inscrivent dans la droite ligne de la politique inscrite dans les traités ( Lisbonne, Marrakech, et quelques autres) dont le contenu sert les intérêts de ce qu’on appelle communément « l’oligarchie » ( allégement ou suppression des services publics, diminution des charges salariales et suppression des garanties existant jadis dans les lois sur le travail, liberté de circulation des capitaux et de la spéculation financière, recul de l’Etat, y compris dans des missions régaliennes, etc…etc…)

Or, considérer que l’intérêt de l’oligarchie est l’intérêt du pays, ne relève pas des évidences scientifiques. Surtout qu’à côté de l’idéologie du ruissellement imaginée par certains économistes engagés aux côtés de l’oligarchie ( il faut des riches si l’on veut que les pauvres mangent ) ou des politiques adeptes des premiers de cordée , existent les études d’autres économistes -souvent prix Nobel- travaillant ( au sein de centres indépendants de recherche) à la conception d’ une société fonctionnant dans la recherche des équilibres, du plein emploi, etc…

Par ailleurs la formule est assez osée puisque que depuis des années, on connait les ravages que produit la mise en œuvre de ces conceptions.

(2) La Justice est juridiquement indépendante. Ce qui n’interdit pas à chaque magistrat d’avoir sa personnalité : certains sont lents, d’autres ont l’acte de procédure rapide ; certains voient clair, d’autres ont des problèmes de vue ; certains pensent à leur avancement, d’autres y renoncent ; certains ont des fréquentations, d’autres répugnent aux mondanités du monde politique ou industriel … Ce qui fait que « l’indépendance de la Justice » est une notion en réalité complexe.

(3) Celle de la loi des apparentements : Début mai 1951 les députés S.F.I.O. et M.R.P. votèrent en prévision des élections de juin 1951 un mode de scrutin compliqué. Cette loi dite des apparentements, était destinée à empêcher les Communistes et les Gaullistes, formations opposées entre elles, mais hostiles aux gens en place, de constituer une « majorité négative ». Dans le cadre du département (ou d’une division des plus grands des départements), scrutin de liste à un tour, les listes déclarant si elles « s’apparentent » ou non. Si les listes apparentées obtiennent dans le département la majorité des suffrages, aucun siège ne va aux autres listes. Les sièges à pourvoir dans le département sont répartis entre les listes apparentées à la proportionnelle. Si les listes apparentées n’obtiennent pas la majorité absolue des suffrages, les sièges du département sont alors répartis entre toutes les listes suivant la règle de la plus forte moyenne (plus forte moyenne qui doit favoriser les SFIO/MRP). En outre le panachage et le vote préférentiel sont autorisés. Le scrutin du 17 juin 1951 donne les 2/3 des sièges aux partis apparentés avec 51 % des suffrages. Dans la coalition, le parti socialiste avec environ 15 % des voix, a autant de sièges que le parti communiste qui a 26 % des voix. Le parti communiste perd 70 députés (il passe de 165 à 95 députés). Les gaullistes font 22 % des voix et obtiennent 106 sièges. Le résultat escompté est atteint


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Alren Alren 17 octobre 2018 18:06

    Article limpide et clairvoyant. Rien à ajouter.


    • covadonga*722 covadonga*722 17 octobre 2018 19:27

      bonjour , le non démocrate que je suis , hurle de rire de voir des démocrates de gauche défendre bec et ongles un apparatchik de la socialie franc-maçonne se comporter comme un factieux .

      Quel plaisir que de voir bénito bafouer l’indépendance de la justice d’une république qu’il ambitionne
      de diriger.Enfin c’est avec gourmandise que je le regarde éructer :
      la république c’est moi , et délice suprême  : me touchez pas ma personne est sacrée,alors que meme un bac moins 5 comme votre serviteur c’est lui que ce la république considére comme « sacrée » c’est la fonction et non la personne .

      sinon je ne trouve rien a redire sur le fond de votre article 

      • JL JL 18 octobre 2018 09:16

        @covadonga*722

         
         est-ce que c’est se comporter comme un factieux que de se révolter contre le fait du prince ? Contre ces procédés fascistes qui caractérisent non pas un république, mais un régime totalitaire.
         
         Pfff ! Comparez donc la violence avec laquelle s’est effectuée la perquisition dans les locaux de la FI avec la pantalonnade qu’a été la prétendue perquisition chez Alexandre bénalla.

      • malitourne malitourne 17 octobre 2018 19:40

        « on ne sait pas quelle situation peut permettre que s’additionnent les voix obtenues par Mme Le Pen, par M. Mélenchon, et par les candidats aspirant au « Frexit ». Mais la chose n’est pas à exclure. (NB. Les Français sont d’autant plus capables de faire « le coup » qu’ils l’ont fait une première fois en 2005 »

        La situation pourrait se créer si les eurosceptiques posaient vraiment l’alternative du Frexit. Il n’y a que l’alternative Frexit qui peut rassembler les français au-delà des clivages idéologiques pour en finir avec l’UE et ses kapos. Ce n’est pas le cas en ce moment, et c’est ce à quoi travaille l’UPR.

        • Cateaufoncel3 Cateaufoncel3 18 octobre 2018 03:55

          M. le GROTESQUE

           

          M. :C’est qui qui a donné cet ordre ? Au nom de quoi m’empêchez d’entrer dans mon local ?

           

          Un loustic en uniforme : - Ici c’est nous qu’on pose les questions ? Tu regardes pas les séries à la télé ?

           

          Un chef : - Arrêtez de déconner... D’abord, c’est « nous qui posons » et pas « nous qui »... Et ensuite, on peut rigoler, mais ça reste quand même un boulot sérieux, flic.

           

          Un figurant à lunette : - Touchez pas à Monsieur Mélenchon !



          - Vous savez à qui vous parlez ?

          Un délégué syndical : - On n’a pas le droit de discriminer .


          - Vla aut’ chose . Qu’est-ce que c’est que cette connerie ?

          - La nouvelle loi antiraciste est très claire à ce propos. Je cite de mémoire  : Art 7 -  Pour le policier, tout citoyen.ne est un.e code-barres. C’était pour mettre un terme aux contrôles au faciès. Si vous avez remarqué, ça n’a pas de faciès, un code barres.

           

          - Vous savez qui je suis ?

           

          - Ca on a le droit, le citoyen Mélenchon, un soixante millionième de la citoyenneté française. Pas plus pas moins.

           

          - Vous n’avez pas honte de ce que vous faites ?

           

          - Ni plus ni moins que Goebels et Goering à Nuremberg. Comme eux, on obéit aux ordres.

           

          - Pas Goebels, connard ! Et en plus ça prend deux « b »

           

          - Fais pas chier. Comme on dit, c’est l’intention qui compte

           

          - Je suis parlementaire.

           

          - Le greffier
          - Moins de boucan, les copains. Pensez au scribe qui doit noter chaque mot qui sort de la bouche de M., Mélenchon. Je comprends pas la moitié de ce qu’il dit. J’ai compris parlementeur, c’était ça ?

           


          • troletbuse troletbuse 19 octobre 2018 16:41

            Ah bon, Micronimbus a parlé ? Paraît qu’il lisait un papier. Normal, sinon, il aurait encore sorti quelques conneries de son vocabulaire famélique. Normal, c’est un Enarque, paraît-il.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès