• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Les mythes éculés de Mai 68

Les mythes éculés de Mai 68

 Près de cinquante après « Maissoissantuite » la mythologie liée à l'évènement intimide encore beaucoup la droite et toute la société. Dés que quelqu'un veut parler d'une révolution sociale, même quand celle-ci n'a rien à voir il évoquera un « nouveau » « Mai 68 ». Les « réacs » ou qualifiés ainsi se sont donnés pour maîtres et penseurs des anciens des barricades pas tout à fait repentis de leurs erreurs de jeunesse. Certains d'entre eux avaient cru voir dans « Nuit debout » un renouveau de leurs aspirations de jeunesse mais la rencontre avec la nouvelle génération se passa plutôt mal.

 

Ces petits cons mal élevés furent insolents, sans doute à cause de la déliquescence des valeurs provoquées et voulues par leurs grands ancêtres...

 

La plupart se lamentent sur la destruction de valeurs communes que dans leur jeunesse ils n'ont eu de cesse de remettre en question et de dynamiter, eux. Ils se sont continuellement trompés, soutenant les pires dictateurs, de Mao à Pol Pot, soutenant sans faillir une société ultra-libérale. Ils sont de « bons clients » de la télévision. Ils sont comme les bourgeois de la chanson de Brel. Ils sont toujours désireux à partir de maintenant de s'assurer une retraite confortable de « pères de la nation », et finir à l'Académie sages et honorés par le pays, un peu comme le père Hugo à la fin.

Mai 68 était d'abord un mouvement de jeunes privilégiés dont le résultat fût l'abandon par la bourgeoisie de son amoralité foncière que jusque là elle dissimulait derrière les paravents de son hypocrisie sociale. Tout débute le 22 mars par l'interdiction du président de l'université de Nanterre de laisser les filles rester après 22 heures dans le dortoir des garçons.

 

Certes, il ne faut pas nier que ces jeunes au moins avaient des idéaux, de l'exaltation à revendre et d'autres buts dans la vie que l'obtention d'un P.E.L au meilleur taux. Même s'ils se sont complètement fourvoyés. Ils ont aussi caché la vérité afin de ne pas « désespérer Billancourt » comme leur a dit le modèle de résistance indépassable pour les aider (Sartre). Mais c'était surtout des « héritiers » inconscients de leurs privilèges, incapables de comprendre réellement ce que vivent les plus pauvres, les plus précaires. D'ailleurs la jonction avec le mouvement social, celui-là bien réel et qui débouchera sur les accords de Grenelle, ne se fera pas sur le terrain.

 

Comment des gosses n'ayant jamais eu de soucis d'argent auraient-ils pu comprendre des ouvriers dont les familles s'entassaient parfois dans des réduits que les grands révolutionnaires n'auraient pas laissé à leurs chiens...

 

Les plus sincères parmi les révoltés, pardon parmi les révolutionnaires de « Mai » iront jusqu'au bout de leur conviction et partiront fonder des communautés agraires dans le Sud de la France. La plupart ne tiendront pas longtemps face au principe de réel, au quotidien le plus trivial. Rentrés en ville ils se contenteront d'acheter « équitable » et « civiquement responsable », auront l'idée de développement durable sans cesse à la bouche. Et bien entendu ils vivront leur sexualité de manière le plus libertaire possible, excepté que dans leur esprit elle est réservée dorénavant aux plus favorisés tout comme les produits les plus « authentiques », « bio » quoi...

 

Mai 68 fut le début de notre société libérale libertaire sans complexes, un révélateur de désirs d'enfants gâtés qui ne connaissaient pas encore la Crise, le chômage structurel ou le SIDA. Quelques uns dans les années 70 et 80 vivront dans un monde rêvé, clinquant pendant que les « laborieux » attendaient leur revanche qui vint. Notre société se noie maintenant dans un océan de conformisme mièvre et d'une dureté sans pareil en même temps, des enfants ressemblant aux Elois de H.G. Wells, totalement indifférents à ce qui n'est pas à eux, ce qui ne les ramène pas à leur nombril.

 

Et c'est ainsi que nous traversons une des crises les plus graves de notre histoire, une crise morale sans précédent...

 

Sic Transit Gloria Mundi, Amen

Amaury – Grandgil

 

illustration empruntée ici

 

Ci-dessous « Grands soirs et petits matins » de William Klein, témoignage parlant sur Mai 68


Moyenne des avis sur cet article :  1.93/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

131 réactions à cet article    


  • francois 9 novembre 09:59

    « Ils avaient peur, non pas des barricades, non pas du désordre, mais de la force de l’idée que des gens veulent vivre dans une société qui ne ressemble en rien à la société dans laquelle ils nous obligent de vivre, nous obligeaient de vivre et nous obligent toujours de vivre. »

    Daniel Cohn Bendit : symbole de Mai 68 mouvement de la réaction nombriliste.

    Dany, la Gréce ca te parle ordure.



    • petit gibus 9 novembre 10:08
      Amaury a été gravement traumatisé par mai 68
      mai 2018 va bientôt nous l’achever smiley

      Quelle perte ce sera pour l’humanité smiley

      • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 9 novembre 10:15

        @petit gibus
        le rapport avec la choucroute ?


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 9 novembre 19:17

        @Amaury Grandgil
        Le rapport avec la choucroute, c’est que vous aussi, vous véhiculez un mythe : celui d’une jeunesse riche qui se révolte, allez savoir pourquoi ?


        « le Mai 68 dont les médias n’ont pas voulu parler ».

        Il faut lire :« C’était de Gaulle » de Peyrefitte, pour comprendre comment Mai 68 a été sans doute la première « révolution colorée », dans le but de faire partir le seul opposant à la construction européenne : de Gaulle. Tous les autres dirigeants européens de l’ époque, étaient pro américains et pour une Europe supranationale. Sauf de Gaulle.


        Nous sommes là dans de la géopolitique, pas dans la sociologie.
        De Gaulle était anti américain, et vent debout contre une Europe supranationale.

        Une « révolution colorée » se prépare au cas par cas. Toute la presse de l’ époque, tous les intellectuels étaient anti Gaullistes et pro américains : les responsables d’université vont faire blocage aux réformes voulues par le Gouvernement ; les journalistes et les intellectuels vont faire monter la mayonnaise du mécontentement, et vont mettre en avant les Cohn Bendit et autres euro-atlantistes...

        En somme, la bonne vieille technique de manipulation de l’ opinion qu’on peut voir à l’oeuvre, depuis, un peu partout, en Ukraine, en Syrie etc, et que nos révolutionnaires de salon prennent pour des révolutions populaires ... .
        « Mai 68, Cohn Bendit et la CIA »


      • Fanny 9 novembre 21:43

        @Fifi Brind_acier

        Suis un ancien de 68. Pas spécialement fier. Pas vraiment honteux non plus, car il était impossible de savoir, dans le feu de l’action, vers quoi tout cela se dirigeait.

        J’ai eu un doute quand un ami tchécoslovaque, réfugié en France en 68, m’a déclaré que Pompidou serait le rêve pour ses concitoyens et lui-même.

        Votre analyse version « révolution colorée » ne me convainc pas. Elle me rappelle cependant un souvenir : j’accompagnais un étudiant dans sa 4L sur le trajet « de la fac à l’AG », et nous avons été arrêtés. Conduits au commissariat puis dans les locaux des RG. Les tracts que nous transportions portaient sur la fabrication de cocktails molotov. Le flic en civil qui nous a gardés la nuit s’ennuyait ferme. Nous avons donc engagé un débat sur mai 68. Sa thèse était proche de la vôtre : complot des banques pour chasser De Gaulle. Il précisait des « banques juives ». Mon copain, conducteur de la 4L, était d’origine juive autrichienne. Il a apprécié. Nous avons été libérés le lendemain matin, suite à des coups de fil faisant savoir aux flics que nous étions de futurs ingénieurs, donc des petits bourgeois à ménager.

        Pourquoi je n’adhère pas à la thèse « révolution colorée » ? Parce qu’il s’agissait d’un mouvement mondial, profond, d’une cassure, du passage d’une époque à une autre (un changement de paradigme, comme disent les sachants). Un tel phénomène ne pouvait, à mon avis, être piloté par une quelconque officine, serait-ce la CIA ou un quelconque Soros de l’époque. Que cela ait été une opportunité que les Anglosax ont saisie (avec l’aide de Giscard) pour virer De Gaulle, sans aucun doute.

        Là où vous avez raison, c’est sur le sens finalement pris par mai 68 : une victoire des marchands. C’est aujourd’hui le sens des « révolutions colorées ». Au « tout est permis » de mai 68 a succédé le « tout est possible » d’aujourd’hui. La suite logique est anticipée : en route vers le transhumanisme, vers la satisfaction de tous les désirs humains, pourvu que leur satisfaction produise du PIB, des dividendes et des bénéfices, sans se soucier des dégâts collatéraux (dont éventuellement la disparition de l’espèce humaine). On retrouve d’ailleurs les mêmes acteurs en 68 et aujourd’hui : l’extrême gauche, les antifas, comme allumette d’un phénomène qu’ils ne contrôlent ni ne comprennent.

        Nous sommes tous, à un moment ou à un autre, des « idiots utiles ».


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 10 novembre 06:49

        @Fanny
        C’est le résultat obtenu qui indique qu’il s’agit bien de révolutions colorées vers un Nouvel Ordre Mondial. Le résultat depuis 40 ans, c’est la chute du mur de Berlin, le libéralisme mondialisé, la finance dérégulée, les guerres contre les Etats qui résistent, les Traités comme TAFTA, CETA etc.


        Tout cela ne fait au contraire que confirmer la thèse des « révolutions colorées » réussies, ... du point de vue de la mondialisation. Il fallait faire sauter les obstacles à la mondialisation.

        Historiquement, les USA se vivent depuis le début , comme « la Nation indispensable », dont la mission divine est de répandre la démocratie et la liberté dans le monde. Il s’agit surtout de la liberté de faire du business....

        Ils ont éliminé un à un les obstacles : l’ URSS, de Gaulle, les Partis Communistes ont été « neutralisés », la dette publique a soumis les Etats, l’ OTAN est arrivée aux frontières de la Russie etc


        Les USA sont donc par « destination divine », une Nation impérialiste et mondialiste.
        Les USA ( ou plutôt les entités qui tirent les ficelles, Wall Street, les 7 sœurs pétrolières, le complexe militaro industriel, et toutes les officines de renseignement et de surveillance du monde entier) ne rêvent que de gouvernement mondial. Il suffit d’écouter Attali ou Soros... .

      • chantecler chantecler 10 novembre 06:57

        @Fifi Brind_acier
        "C’est le résultat obtenu qui indique qu’il s’agit bien de révolutions colorées vers un Nouvel Ordre Mondial. Le résultat depuis 40 ans, c’est la chute du mur de Berlin, le libéralisme mondialisé, la finance dérégulée, les guerres contre les Etats qui résistent, les Traités comme TAFTA, CETA etc. "
        Analyse strictement asselinienne .
        Chez lui tout est déterminisme et complot .
        Et on peut remonter loin comme ça dans l’histoire ...
        A Richelieu ?



      • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 10 novembre 09:21

        @Fifi Brind_acier
        C’est le thèse du gourou cosmoplanètaire votre délire ?


      • Fanny 10 novembre 12:50

        @Fifi Brind_acier

        Totalement d’accord avec votre réponse. La poussée vers la « destination divine » est extraordinairement puissante. Elle détruit des Etats (l’URSS, la France à terme …), provoque des guerres sur toute la planète (Viet-nam, Syrie …), sort des centaines de millions d’humains de la misère (Chine), détruit la diversité de la vie sur terre (il n’y a plus, comme autrefois, de moustiques et de mouches sur mon pare-brise après 500 km d’autoroute). Cette poussée puise sa force dans notre cerveau primitif (la guerre de tous contre tous pour créer et accaparer des richesses matérielles). Que la Chine et le reste du monde aient raccroché leurs wagons à ce (sinistre) convoi montre que l’on assiste à un processus qui dépasse les USA et l’Occident. C’est en ce sens que je crois que mai 68 (mondial, mais circonscrit à l’Occident, le reste du monde n’ayant pas encore raccroché les wagons en 68) ne résulte pas d’une « conspiration » (volonté organisée mise en œuvre selon un plan pré-établi), mais plutôt de quelque chose de l’ordre du déplacement des plaques tectoniques, dont l’origine est à rechercher dans notre cerveau primitif.


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 10 novembre 20:15

        @chantecler
        Vous devriez savoir depuis le temps, que toutes les analyses de l’ UPR s’appuient sur des documents vérifiables par tout le monde.... Vous avez regardé : « Mai 68, Cohn Bendit et la CIA »  ? Evidemment non, car cela doit vous contrarier de découvrir que la réalité n’est pas la propagande officielle....


        - Vincent Nouzille : archives de la CIA : les dossiers de la CIA sur les Présidents français de 1958 à 1981.

         - La destruction de la Russie. Elle est dans les projets des USA depuis le début du 20e siècle. Cf le Grand Echiquier de Bzrezinski :

        " Halford J. Mackinder au début du siècle avait tracé déjà ce que nous avions vu plus haut développé par Brzezinski, à savoir que « qui gouverne l’Europe de l’Est domine le heartland, qui gouverne le heartland domine l’île-monde, et qui gouverne l’île-monde domine le monde » (le heartland étant le coeur continental). L’Amérique suit donc cette voie pour parvenir au maintien de son rang.« 

        Années 90 un groupe de néoconservateurs américains a publié le PNAC. Vous connaissez ?  » Projet pour le nouveau siècle américain" , que je vous laisse découvrir.

      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 10 novembre 20:17

        @Amaury Grandgil
        Il faudrait surtout que vous bossiez vos sujets..., l’inculture, ça se soigne par une dose massive de lectures.


      • Et hop ! Et hop ! 11 novembre 20:37

        @Fifi Brind_acier :


        Pour les leaders de 68, qui appartenaient tous au même lobby que BHL, vous avez raison, ne pas oublier que Cohn-Bendit s’inspirait de son congénère Jerry Rubbin (Do it), soutenu par les oeuvres idéologiques de l’École de Francfort et de Chicago. Gramshi, Marcuse, Wilelm Reich, Theodor Adorno (critique de la personnalité autoritaire) et Karl Popper (La société ouverte (open society) et ses ennemis).

        Mais pour les autres militants, leur mobile était l’individualisme, l’hédonisme, le narcissisme, le refus de l’héroïsme, du sacrifice et de l’effort, l’utilitarisme, la facilité, la lâcheté, la paresse, l’égoïsme,… 

        Tous ces gens arrivés à des postes de responsabilité se sont montrés incapables, paresseux, veules, sans gênes, laids, profiteurs, sans talents, tyranniques, ils ont tout saccagé.

      • Olivier Perriet Olivier Perriet 9 novembre 10:54

        C’est Jean-Pierre Le Goff qui parlait de « L’échec de Mai 68 ».

        En réalité la parenthèse ouverte en 68 n’a toujours pas été refermée :

        on cherche encore à rendre supportable la modernité ; l’ordre ancien était insupportable et il est mort de sa belle mort, on ne reviendra pas là dessus. Le problème c’est qu’on ne sait toujours pas par quoi le remplacer de plus soutenable.

        Si je comprends bien Onfray est à peu près sur cette analyse aussi.

        C’est sûr que c’est plus complexe que les diatribes anti 68 héritée de Sarkozy, lui qui est l’incarnation même de l’esprit dégradé de 68.


        • Garibaldi2 10 novembre 02:43

          @Olivier Perriet

          Moi, j’aurais titré ’’Les mythes éculés sur Mai 68’’ !

          Pour avoir vécu cette époque, je peux vous dire que l’article est du grand n’importe quoi, passant sous silence que ce mouvement populaire est un mouvement quasi mondial, intervenant en pleine guerre du Viêt-Nam.

          Qui n’a pas connu l’avant Mai 68 ne peut pas comprendre quel était le carcan, politique, économique, et social, dans lequel était engoncée la France.

          Mai 68 n’a pas fini de faire peur au système, d’où sa volonté farouche d’en faire un épouvantail.


        • chantecler chantecler 10 novembre 06:58

          @Garibaldi2
          Tout juste .


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 10 novembre 06:59

          @Garibaldi2
          Qui n’a pas connu l’avant Mai 68 ne peut pas comprendre quel était le carcan, politique, économique, et social, dans lequel était engoncée la France.

          Avec vous, la propagande a marché plein pot ! Vous devriez comparer les données économiques de base des 30 glorieuses avec maintenant...

          Ouvrez les yeux ! A la place, vous avez droit à la dictature européenne, vous pouvez voter pour qui vous voulez, vous aurez droit à la même politique libérale, seules la marionnettes changent...

          Et à une économie dérégulée , mondialisée, où chaque travailleur est mis en concurrence avec les autres travailleurs européens et mondiaux. Une industrie délocalisée, la fin du modèle social français issu du CNR et 11 millions de sans emplois...

          Vous pensez vraiment que nous avons gagné au change ??


        • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 10 novembre 09:22

          @Garibaldi2
          Les soissantuitards sont devenus le système, les pires incarnations car hypocrites


        • Olivier Perriet Olivier Perriet 10 novembre 11:41

          @Garibaldi2

          Vous avez raison, Amaury aurait dû changer de titre ; en fait c’est plutôt « les mythes de mai 1981 » qu’il vise (voir son com’ plus bas) smiley


        • Et hop ! Et hop ! 11 novembre 20:46

          @Garibaldi2


          Mouvement Mondial, c’est tout ?

          Cohn-Bendit, Alain Geismar, Krivine, Kouchner,Finkelkraut, Benny Levy, Recanati, Castro, André Glucksman, Bensaïd, Weber, Kravetz,… s’inspirant de Jerry Rubbin (Do it), et faisant la promotion des oeuvres idéologiques de Freud, de Marx, de Trotsky, l’École de Francfort et de Chicago. Gramshi, Marcuse, Wilelm Reich, Theodor Adorno (critique de la personnalité autoritaire) et Karl Popper (La société ouverte (open society) et ses ennemis).


        • Fergus Fergus 9 novembre 11:35

          Bonjour, Amaury

          Positif : Mai 68 a été porteur de grandes avancées sociales et sociétales. Négatif : Mai 68 a été le terreau des dérives libérales.

          Bref, des « évènements » qui, sous la forme d’un défouloir de quelques semaines, ont transformé la société pour le meilleur et pour le pire.

          En définitive, Mai 38 ne mérite ni les louanges excessives des gauchos attardés ni l’opprobre haineux des conservateurs naphtalinés !


          • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 9 novembre 11:45

            @Fergus
            oui, « ni ni » comme dirait l’autre smiley


          • Olivier Perriet Olivier Perriet 9 novembre 12:12

            @Fergus
            Négatif : Mai 68 a été le terreau des dérives libérales.

            D’où « L’échec de Mai 68 » de Le Goff, puisque Mai 68 se voulait anti consumériste


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 9 novembre 19:33

            @Olivier Perriet
            Fergus a raison, Mai 68 été le coup d’envoi du libéralisme, car il a boosté la construction européenne, en faisant partir de Gaulle, cet empêcheur de tourner en rond ! Je crois que vous confondez les mougeons qui se sont faits manipuler et ceux qui tiraient les ficelles...


            De Gaulle une fois parti, Pompidou a immédiatement trahi de Gaulle. Il a mis en route la construction européenne. Il a fait entrer plusieurs pays dans l’ Europe, dont la GB, dont de Gaulle ne voulait pas. Cf le référendum de 1972 sur « l’élargissement de l’Europe à de nouveaux pays ».

            Pompidou a été aussi à l’origine de la loi de 1973 qui mettait fin aux emprunts à taux 0% à la Banque de France, pour obliger l’Etat à emprunter aux banques, avec intérêts, évidemment.

            Cette brillante idée a été reprise par le Traité de Maastricht, puis par l’article 123 du TFUE. Cf évolution de la dette publique de la France.

          • Olivier Perriet Olivier Perriet 9 novembre 21:34

            @Fifi Brind_acier

            Oui, bof, vous saviez que l’humanité avait une existence AVANT que vous ne fassiez votre chemin de Damas et que vous vous convertissiez à l’UPR ?

            Mai 68 n’était même pas un phénomène franco-français puisque plein d’autres pays ont vécu le même type de mouvement. (je vous renvoie au com de Cyril twenty two en dessous)

            Les hippies et déserteurs opposés à la guerre du Vietnam aux USA, c’était aussi pour faciliter le libéralisme, l’Union européenne et faire partir De Gaulle ?

            Non mais sérieusement, un conseil :
            laissez la politique aux adultes et arrêtez de croire que le monde tourne autour de votre pauvre petite personne smiley


          • chantecler chantecler 10 novembre 06:24

            tle@Fergus
            D’accord avec toi Fergus .
            Cet article est par trop caricatural .
            Affirmer que mai 68 a été le terreau de l’évolution « libertaire » libérale est faux.
            Tout ramener à Cohn Bendit et son évolution 30 ans après est stupide : anachronisme .
            Le néolibéralisme n’a rien à voir avec l’idéal partagé des jeunes de 68 : chacun sait qu’il est issu des pressions néolibérales de la grande bourgeoisie , affirmé par Friedman , ses épigones et ses relais comme l’école de Chicago .
            Par exemple en 68 était déjà dénoncée « la société de consommation » et ses dérives ....
            Rien à voir avec Reegan , Thatcher , Giscard d’Estaing et ceux qui ont pris le train de la dérégulation économique et financière...
            Franchement vous voyez ce dernier , cet opportuniste, sur les barricades ?
            Et autre exemple si le droit à l’IVG a été décidé un peu plus tard (loi Veil )c’est que le scandale de l’avortement clandestin , sa sauvagerie et sa mortalité avec la peine de mort pour les « faiseuses d’ange » et la mise à l’index de certains médecins progressistes favorables , cela couvait aussi en 68.
            Fallait voir ces médecins cathos de province , vent debout , débarquer dans les amphis de médecine pour menacer et empêcher les débats sur la « méthode Karman » .
            Par ailleurs :
            "comment des gosses n’ayant jamais eu de soucis d’argent auraient-ils pu comprendre des ouvriers dont les familles s’entassaient parfois dans des réduits que les grands révolutionnaires n’auraient pas laissé à leurs chiens...« 
            Là encore , amalgame .
            Mai 68 n’était pas que le fait des enfants de la bourgeoisie ....
            Fallait assister aux réunions , à la rédaction de tracts , à l’impression d’affiches souvent magnifiques .
            Bref ça vivait , ça parlait, ça »communiquait« ...
            Nanterre , c’était une fac tellement neuve qu’à quelques centaines de mètres s’étalaient des bidonvilles .
            Et vous pensez que la majorité des jeunes étaient indifférents ?
            Il ne s’agit pas en ce qui me concerne de sacraliser mai 68 , mais de là à tout lui mettre sur le dos !
            La vérité c’est que justement la bonne bourgeoisie a eu la pétoche en 68 et y voyait le spectre du Front populaire de 36 . »La chienlit« comme disait De Gaulle qui avait certes plein de qualités, mais qui était un homme du 19éme siècle , qui a aussi réussi à construire sa légende .
            Et qui a largement composé avec les »Américains" , dans les années 60 .
            ...

             


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 10 novembre 07:09

            @Olivier Perriet

            Tiens, voilà l’inculte qui vient donner des leçons de géopolitique...

            Peut-être finirez-vous par comprendre que le Nouvel Ordre Mondial des USA concerne la planète entière... !?


          • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 10 novembre 09:25

            @chantecler
            Il n’y a pas plus libéral libertaire qu’un ancien soissantuitard de nos jours. Oui, certes, ils se donnent des alibis équitables ou citoyens mais ça ne change rien.


          • Olivier Perriet Olivier Perriet 10 novembre 11:44

            @Fifi Brind_acier

            se faire traiter d’inculte par une groupie, je prends ça comme un compliment.

            À quel point pensez-vous avoir été négatif pour la secte UPR, telle est la vraie question ?
             smiley


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 10 novembre 20:25

            @Amaury Grandgil
            Mais de quoi vous plaignez - vous exactement ? La génération de 68 a financé tout le modèle social français issu du CNR pendant 50 ans. Vous et votre famille avaient bénéficié plein pot de la Sécurité sociale, des services publics, des aides sociales, des allocation familiales, des APL, des retraites par répartition, des logements sociaux etc !

            Surtout ne dites pas merci !


          • covadonga*722 covadonga*722 9 novembre 11:49

            comme ouvrier j’ai détesté mai 68 et ces soixante huitard qui tel cohn july on vu leur ventre s’arrondir 

            a mesure que leur échine se courbait et qui ont fini en libéraux/libertarien.
            Comme gosse de la DDASS  j’ai aimé mai 68 qui as vu arriver des éducateurs et des éducatrices la ou nous avions des gardiennes et des subrécargues 

            • Dzan 9 novembre 13:05

              @covadonga*722
              Comme ouvrier tourneur , moi, j’ai peut-être fait grève plus d’un mois, mais, je n’avais aucun crédit, pas de smarthe Faune, ou autre gas de gette .
              J’ai été augmenté, je me suis senti plus libre dans ma boîte qui n’a pas coulé au contraire. J’ai dansé avec les étudiants, gardé mon usine jour et nuit. Graissé les machines, pour qu’elles ne rouillent pas. Le commerce n’a jamais aussi bien marché.
              Bien sûr nous, en province ( quel mot honni), pas de pavés, de lacrymos. Les Bleus nous ouvraient le passage.
              Nous n’avons pas vécu la même chose apparemment.


            • covadonga*722 covadonga*722 9 novembre 13:13

              @Dzan
              bonjour et pour cause je suis de la génération suivante je n’ai connu de mai 68 que les reniements successifs des intellos , non j’évoque mon age a l’époque dans mon post plus haut et oui cela m’a été bénéfique ces changements sociétaux .


            • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 9 novembre 13:34

              @covadonga*722
              Je n’ai connu de 68 que les réformes pédagogistes ineptes s’en étant ensuivies et les lendemains du 10 mai 1981 quand les gens ont cru qu’enfin c’était le grand soir en élisant un rescapé de la IIIème République


            • Fergus Fergus 9 novembre 14:02

              @ Amaury Grandgil

              Personnellement, j’ai raté les barricades de Mai 68. Et pour cause : j’étais à l’armée, occupé ici avec mon PM à garder un relais télé pour prévenir tout sabotage, là affecté, toujours avec mon PM, à une unité d’administration pour surveiller un coffre où était stocké de paquets de fric destinés aux soldes des forces françaises basées en Allemagne. Souvenirs...


            • capobianco 9 novembre 14:36

              @Dzan
              J’ai vécu la même chose que vous , sauf que j’étais ajusteur. J’en garde un souvenir extraordinaire avec cette solidarité, ce dévouement, cette détermination de tous, syndiqués ou pas. Je crains que cela ne se reproduise malgré les recules sociaux imposés et pas défendus.


            • petit gibus 9 novembre 14:49
              @capobianco 

              En mai 68, je démarrais ma petite entreprise
              et malgré l’handicap que ça me procurait
              j’étais 100% avec eux smiley

            • Olivier Perriet Olivier Perriet 9 novembre 19:05

              @Amaury Grandgil

              Vous auriez donc dû titrer ainsi l’article :
              « Les mythe éculés de Mai 81 », ça aurait été plus clair.


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 9 novembre 19:45

              @petit gibus
              Je constate que 50 ans après, le peuple de Gauche n’a toujours pas compris qu’il s’était fait manipuler ...

              Cohn Bendit a créé le mouvement des « Young Leaders européens », mais vous ne voyez pas le lien ?


              Cohn Bendit est Vice Président du Mouvement européen, section française.

              Vous savez ce qu’est le Mouvement européen ??
              Mais cela ne vous dit toujours rien ?? Et bien, cherchez !


            • Croa Croa 9 novembre 22:30

              À Fifi Brind_acier,
              Oui et non, le mouvement social a embrayé avec ses vrais revendications sociales, ce qui a provoque de réels progrès. D’ailleurs le mouvement étudiant faisait sourire avec ses revendications de libérations du sexe.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires