• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Les odieux du stade

Les odieux du stade

JPEG

Le stade final de l'évolution

Ultras-PSG.jpg

 

Les métaphores religieuses font florès dans le discours sportif. Il est possible de lire, ici ou là, des gens prétendument de plume et surtout de survêtement qui se plaisent à présenter un stade comme le temple du ballon rond ou la nef de la petite balle tandis que les sportifs ne sont rien de moins que les dieux du stade, les idoles d’une foule de fervents supporters.

Les officiants de cette nouvelle religion du corps ont bien de la chance : les fidèles se pressent beaucoup plus dans les stades que dans nos vieilles églises en mal d'affection et de fréquentation convenables. Je corrobore ce sentiment en déplorant également l'usage immodéré du discours guerrier et je ne suis pas exempt de ce défaut lorsque l'on aborde la chose ovale !

Ainsi, tous les stades sont devenus des lieux de culte où se mêlent l'adoration des idoles païennes, la célébration de rituels et la quête pour le denier du culte. La modernité du système est telle que les différentes messes sont dites en différents endroits et qu'elles sont toutes suivies par une armée (tiens-tiens !) de caméras et de micros.

Il y a la parabole ou l'épître aux fidèles. C'est la conférence de presse de l'entraîneur avant puis après l'office. La parole divine a besoin d'être expliquée au petit peuple en adoration béate. Parfois, la colère monte des travées ; le vicaire risque sa tête et il est sacrifié pour préserver les icônes du jeu. Les mots dépassent souvent une pensée réduite aux acquêts.Dans ce monde l’activité cérébrale est inversement proportionnelle à la dépense énergétique.

Il y a maintenant, pour complaire au petit réceptionniste hongrois qui l’a instauré, le denier du culte. Le langage moderne appelle cette obole volontaire : les paris en ligne. Vaste escroquerie d'Etat, relayée par des médias complaisants et corrompus, la ponction financière touche les plus humbles comme toujours dans ce monde de l'iniquité sacerdotale. Plus retors encore, parier vous donne droit à regarder le match sur lequel vous avez misé, sur l’écran de votre ordinateur, par la magie des miracles de la toile.

Il y a surtout la grand' messe lorsque des foules hurlantes et illuminées par la foi, se pressent dans des grandes cathédrales de verre et de fer au milieu desquelles se dresse un autel sacré : une pelouse ou un tatami, un court ou un ring, un parquet ou un anneau. La passion est à son comble, la ferveur inégalée frise la folie. Les spectateurs vouent souvent une dévotion sans borne à l'un des acteurs de la cène ; ils portent son linceul en guise de reconnaissance. Ils sont hystériques, abrutis, confits d’admiration et passent leur temps à traquer les états d’âme de leur vénéré messie.

Et la messe commence ! Le langage sacré laisse place au discours sanguinolent. Les armes se fourbissent, le combat est rude, la bataille fait rage, la foule hurle sa haine, une équipe est mise à mort, du sang et des larmes sont versés… Rien ne nous est épargné dans l'abomination. On tire à boulets rouges sur le malheureux arbitre qui devrait s’équiper d’un casque bleu. Il est invité à se rendre dans un édicule à tout bout de champ, à moins qu’on ne lui attribue une sexualité jugée tendancieuse par ces gens si distingués.

Le journaliste sportif, quant à lui, est un frustré du grand reportage ; il lui semble qu'en utilisant les mêmes termes que ses confrères, ceux qui couvrent les grandes tragédies du monde, il hérite un peu de leur aura. Mais hélas, la fréquence de la dithyrambe, l'exagération permanente en matière de métaphore ruine l'effet et discrédite les personnages. D’autant que ce pauvre bougre est contraint de tenir l’antenne des heures durant, qu’il doit provoquer l'enthousiasme dans un excès de vociférations et de métaphores débiles.

Il en rajoute dans l'abominable, dans le larmoyant ou l'emphase. La tragédie côtoie la catastrophe nationale, le pathétique fréquente assidûment le tragique ; ce qui semble assez naturel mais paraît finalement parfaitement déplacé lorsqu'on sait que tous ces gens sont en parfaite santé (ce qui n'est pas toujours exact) et grassement entretenus par un art fort modeste. La survie de l’espèce doit passer par une victoire sur un terrain de jeu. On touche au pathétique quand on s’aperçoit que, pour qu’il y ait un vainqueur, il faut nécessairement un vaincu.

L'opium du peuple est au service des puissants ; il anesthésie les foules, abrutit leurs cerveaux et les place en situation de totale dépendance intellectuelle. On découvre alors le bon Nicolas dans la tribune présidentielle d’une arène sportive aux côtés du Prince d’un état qui finance le terrorisme. C’est de telles abjections qu’entraîne ce désir de victoire et de gloriole. Les chefs d’Etat se déshonorent, les uns après les autres, en défilant ainsi dans les stades pour récupérer une parcelle de la notoriété factice de ces colosses aux chevilles fragiles.

L'unique sujet de préoccupation ou de discussion, pour ces fondus du spectacle sportif, est une équipe de football ou une écurie de Formule 1, un athlète quelconque qu’ils élèvent au rang de divinité. La passion prend alors une place disproportionnée qui dépasse le cadre du loisir pour empiéter sur tous les actes du quotidien, menaçant l’équilibre et l’économie familiale, évacuant toute autre considération pour vivre cette folie démentielle.

Le fidèle porte les couleurs de ses dieux, dispose d'une sonnerie téléphonique qui y fait référence, joue de grosses sommes pour parier sur leurs succès, voyage dans tous le pays pour les suivre, consulte chaque jour le site et collectionne les articles de presse. Il vit, s’habille, se déplace au rythme de l’actualité de son Dieu. Il fuit la réalité et se prosterne devant des jeunes gens qui ne sont en rien des modèles et des parangons de vertu. C’est ainsi, qu’il perd pied avec le réel et se fait le disciple d’une foi sans idéaux.

Tribunement leur.

img-les-ultras-du-psg-dans-les-tribunes-du-stade-de-france-1443022415_580_380_center_articles-162845.jpg

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.83/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • Rincevent Rincevent 30 avril 17:14

    Du pain et des jeux disait le poète Juvénal . A son époque, l’empire romain avait déjà trouvé la solution pour contrôler les masses. Et plus Rome s’enfonçait dans la décadence, plus les jeux augmentaient en violence et en cruauté. Le parallèle avec aujourd’hui me semble assez évident : https://fr.wikipedia.org/wiki/Panem_et_circenses


    • C'est Nabum C’est Nabum 30 avril 17:57

      @Rincevent

      On ne tue pas encore dans les arènes sportives mais ne désespérons pas


    • baldis30 30 avril 22:55

      @C’est Nabum
      « On ne tue pas encore dans les arènes sportives mais ne désespérons pas »

      Pas encore en France où l’on note seulement des blessés mais au Heysel en Belgique, et dans les pays sud(américains ....


    • C'est Nabum C’est Nabum 1er mai 07:22

      @baldis30

      Pardon, je me suis mal exprimé

      La mort ne fait pas encore partie de la règle du jeu


    • karim 30 avril 21:08

      Derrière tout ça, il y a l’argent. Le football en particulier et le sport en général sont devenus une industrie aux mains de multinationales. Alors on en donne du spectacle et du divertissement aux peuples qui sont conditionnés par les médias.


      • C'est Nabum C’est Nabum 30 avril 21:53

        @karim

        L’argent celui qui placera le petit banquier à la tête du pays pour jouer avec nos vies, nos emplois notre avenir comme dans un jeu de monopoly


      • riff_r@ff.93 riff_r@ff.93 1er mai 11:59

        Les métaphores religieuses font florès dans le discours sportif.

        Lu dans la presse sportive
        "Les joueurs ont communié avec leur supporters... ’’ , ’’M’Bappé est très en forme, il marche sur l’eau actuellement ...’’ , ’’le PSG s’est fait crucifier ... ’’ etc. Ridiculissime. Et après ils s’étonnent des excès des supporters ’’N’oublions pas que ce n’est que du sport’’


        • C'est Nabum C’est Nabum 1er mai 12:04

          @riff_r@ff.93

          Nullement, ce n’est pas que du sport, c’est un système d’asservissement des masses


        • ricoxy ricoxy 2 mai 09:37

           
          Lu dans le Figaro (juillet 2006) : « Zidane, déjà dieu, pour un dernière représentation, un dernier récital. Pour une apothéose, aboutissement d’un mois d’émotions et d’une fabuleuse carrière... »
           
          L’apothéose est le fait de devenir dieu. Si Zidane est « déjà dieu », nul besoin d’apothéose ; c’est déjà fait. Ineptie journalistique habituelle.
           

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès