• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Les peuples, à l’image de leurs gouvernants ...

Les peuples, à l’image de leurs gouvernants ...

Les villes du fumeux "printemps arabe", sont de plus en plus sales et laides, depuis que le wahhabisme s'y répand !

Ou quand la Démocratie est effective, dans un Etat de droit !

A un ami qui me posait souvent la question, lors de nos voyages en Europe que ce soit l'Europe du sud comme Venise, Florence, Rome, Athènes, Madrid, Grenade ou Valencia ... ou l'Europe du nord, comme Londres, Bruxelles, Amsterdam ... : pourquoi ces villes sont-elles belles et bien tenues ; et non celles de la Tunisie ou celles de l'Algérie, nos pays d'origine respectifs ? Et plus généralement, les peuples qui enlaidissent leur environnement, est-ce une fatalité ??

J'ai mis longtemps à trouver une réponse cohérente à sa question ; alors que jusque-là, je me contentais de dire que cela tient aux gênes des peuples ! Ce qui est une réponse bête et méchante, trahissant ma colère contre les Tunisiens qui laissent défigurer leurs villes s'ils ne participent par leurs constructions anarchiques, à l'enlaidir ; et dont je disais souvent que le seul art qu'ils apprécient, c'est l'art culinaire ; tout le monde s'accordant à dire que le Tunisien aime bien manger et qu'il est souvent fin gourmet.

Après mûres réflexions, j'ai fini par lui donner deux explications pour répondre à sa question pour comprendre pourquoi certains peuples cultivent le beau et d'autres semblent s'en détourner.

Pour prendre des exemples concrets, je compare deux villes balnéaires, une en Espagne et l'autre en Tunisie : Valencia et Hammamet, quoique de taille différente ! Deux villes on ne peut plus méditerranéennes par leur plage, leur végétation, leur climat et leur statut de ville touristique.

Le visiteur de ces deux villes est de prime abord saisi par la beauté, l'harmonie et la propreté de l'une ; et rebuté par l'anarchie architecturale et la saleté de l'autre. 

Valencia pourtant troisième grande ville espagnole, dispose d'une plage de sable fin qui s'étend sur plus de 20 km et large d'une centaine de mètres par endroit. Sa plage est propre, aménagée pour les baigneurs sans la défigurer, bordée d'une promenade ou paséo de 7 km, arboré et agrémenté de fontaines, de statues, de jeux pour enfants et pour adultes, d'éclairage public de qualité, toujours bien tenue ; contrairement à la plage de Hammamet pourtant petite station balnéaire, dont le paseo de quelque centaine de mètre, bien que financé par le prince Albert de Monaco, laisse à désirer car fait de bric et de broc ; puisque même ses lampadaires n'ont pas survécu aux premiers hivers, étant fabriqués de tige de fer couverte de moulage en polyuréthane imitant grossièrement les réverbère en fonte des paséo espagnols ! Sans parler du pavement de ce mini paseo qui longe le cimetière marin, posé à même le sable en dépit des règles en la matière, que les premières pluies ont vite transformé en piste accidentée et défoncée ... alors que celui de Valencia bien que plus ancien, est toujours intacte ! Preuve que l'argent offert par ce généreux donateur pour embellir cette station balnéaire, a été détourné par des responsables municipaux peu scrupuleux, pour ne pas dire corrompus, pour livrer aux Hammamétois une telle ineptie qui défigure un peu plus cette ville, pourtant phare du tourisme tunisien ! 

Si les responsables municipaux de Hammamet ont réalisé à moindre frais un projet auquel est associé le nom de ce prince monégasque, trahissant une corruption endémique ; depuis la fumeuse révolution de 2011, la corruption s'étant généralisée et démocratisée avec les islamistes, ceux-ci ne s'encombrent plus d'un semblant de réalisation de quelque projet que ce soit ; puisque l'argent est détourné en totalité et le projet passe à la trappe comme passe l'argent des donateurs directement sur le compte bancaire des responsables islamistes. Ce que découvrent, ahuris, les Tunisiens par la "disparition" du don chinois à la Tunisie que Rafik Bouchlaka, gendre du Frère musulman Ghannouchi, avait détourné quand il était ministre des Affaires Etrangères de son beau-père !

Un autre point et qui n’est pas des moindres, la préservation du patrimoine architecturale qui est l’âme de ces villes balnéaires. A Valencia, El Cabanyal un quartier de front de mer, a failli être rasé par une maire corrompue qui voulait le livrer aux spéculateurs fonciers pour y édifier des immeubles et des tours, comme cela s’est fait sur d’autres côtes espagnoles défigurées à jamais. Il y eut une résistance de la part des amoureux de ce quartier, jusqu’à l’éviction de cette maire corrompue par les urnes aux élections municipales et l'abandon de ce funeste projet ! Et depuis, sous la pression des habitants de ce quartier, la mairie de Valencia a classé ce quartier au patrimoine architectural de la ville, en le soustrayant définitivement à la convoitise des spéculateurs ; puisque désormais ses maisons uniques en leur genre, sont protégées. Ce qui ne fut pas le cas pour Hammamet, quand le maire a autorisé la création d’un remblai au pied de la muraille du fort d’Hammamet. Les riverains se sont opposés à ce projet qui dénaturait ce fort, emblème de la ville. Et bien qu’ils furent soutenus par Frédéric Mitterrand, cet amoureux de la Tunisie qui avait sa maison dans ce fort donnant sur mer, le paseo enserrant le fort fut crée ; apportant une nuisance sonore aux riverains, le maire ayant permis l’extension d’un petit café discret installé dans l'enceinte du mausolée du marabout Sidi Bouhdid, par une grande terrasse empiétant largement sur ce nouveau paseo et diffusant une musique par de haut-parleurs à longueur de journée, soirée comprise … sans que le maire et son équipe ne soient inquiétés ni sanctionnés par les Hammamétois, souvent inamovibles par la volonté du prince.

Et c'est justement là que réside le "secret" de ces peuples aimant ou pas, le beau ! 

Dans une démocratie où l'Etat de droit est réel, les élus municipaux comme les élus nationaux, sont responsables devant leurs électeurs et devant la justice en cas de faute ou de fraude, comme en Espagne ; contrairement à la Tunisie et à l'Algérie, où les "responsables" n'ont de compte à rendre à personne !

Et pour qu'un peuple puisse exercer ce droit de regard sur l'action de ses élus, encore faut-il qu'il soit instruit et cultivé pour assurer son rôle de citoyen ! Ce qui m'amène à la deuxième raison que j'ai avancée à mon ami pour répondre à sa question.

Que de fois lors de mes visites aux musées en Europe, pour admirer mes peintres préférés et découvrir d'autres, que ce soit au musée du Louvre, au musée d'Orsay, au Prado à Madrid, au Rijksmuseum & au Musée van Gogh à Amsterdam, à la Galleria de l'Accademia de Florence et à celle de Venise, au musée du Vatican ou au musée des beaux-arts à Valencia ; j'étais souvent frappé de voir des groupes scolaires accompagnés de leurs enseignants et souvent d'un guide mis à leur disposition par le musée, pour initier les enfants au beau et leur faire connaître l'art et l'histoire de l'art ; en leur faisant découvrir et aimer les peintres nationaux mais aussi ceux qui ont fait la renommée de la peinture ... ce qui semble inscrit dans le programme scolaire pour compléter la formation de ces élèves dans le cadre des humanités qu'ils sont sensés acquérir durant leur cursus scolaire. 

Chose inexistante en Tunisie et en Algérie, souvent laissée à l'initiative d'un enseignant désireux d'apporter ce supplément d'âme à ses élèves ! Puisqu'en ces pays, la règle est de former les élèves juste pour qu'ils puissent travailler plus tard et assurer le minimum vital ! 

Et pire, depuis que le wahhabisme s'est répandu en Tunisie comme en Algérie, l'art étant condamné par ses prédicateurs qui dénigrent jusqu'à l'école publique pour recommander à leurs ouailles l'école coranique, les "élèves" n'ont pour unique programme que de mémoriser le Coran, l'unique livre recommandé par ces imams autoproclamés, qu'ils doivent réciter par cœur, souvent sans en comprendre un traître mot ni le sens des sourates rédigées dans un vieux arabe, dont souvent les "lettrés" eux-mêmes, ignorent le sens !

Si dans une réelle démocratie la volonté politique est de former des citoyens pour en faire des hommes responsables à même de contrôler l'action de leurs élus ; dans les prétendues démocraties, la volonté politique des gouvernants est de cultiver l'ignorance sacrée, plus propice à la domination des peuples !

Voilà pourquoi cette différence qui saute aux yeux, selon le pays ou la ville où l'on se trouve de part et d'autre du bassin méditerranéen. Le beau n'étant que l'expression d'une cité bien gérée, dans une démocratie où l'Etat de droit est réel et effectif et le citoyen a son mot à dire ! Contrairement à d'autres, prétendument démocratiques, où l'anarchie n'est que la traduction d'une corruption endémique, contre laquelle les hommes n'ont aucun moyen d'agir ; d'autant que la paupérisation économique aussi bien qu'intellectuelle, est voulue par leurs gouvernants. 

Blog de l'auteur : https://latroisiemerepubliquetunisienne.blogspot.com/2021/11/les-peuples-limage-de-leurs-gouvernants.html


Moyenne des avis sur cet article :  3.64/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • zygzornifle zygzornifle 22 novembre 2021 14:17

    Comme dans un magasin, quand le personnel tire la gueule c’est que la direction est a chier ....


    • zygzornifle zygzornifle 22 novembre 2021 14:19

      Les villes du fumeux « printemps arabe », sont de plus en plus sales et laides

      Pourtant Paris n’a pas fait son printemps arabe, comme Marseille question saleté ils en connaissent un rayon .... 


      • SilentArrow 22 novembre 2021 15:06

        @zygzornifle

        Saleté importée ?


      • Gégène Gégène 22 novembre 2021 15:17

        @zygzornifle

        et Lyon, c’est la remontada !


      • sirocco sirocco 22 novembre 2021 17:50

        @zygzornifle
        « ...Paris n’a pas fait son printemps arabe... »

        Non, mais il a achevé comme toute la France son « grand remplacement ».


      • eddofr eddofr 23 novembre 2021 10:57

        @zygzornifle

        Paris ne me semble pas si sale que ça, en tout ca les quartier où il m’arrive encore, parfois, de me rendre.

        En tout cas, Paris ne me semble pas plus sale qu’il y a une quarantaine d’année, quand j’y vivais.

        Mais c’est juste une impression, d’un non parisien.


      • Nicolas_M Nicolas_M 22 novembre 2021 15:15

        La Tunisie, j’y ai fait un tour sous Ben Ali, fin des années 90, à l’époque où le gouvernement se vantait de lutter activement contre toute forme d’islamisme radical. C’était dégueulasse. Aujourd’hui, le régime a changé, c’est toujours dégueulasse.


        Conclusion, les gouvernements n’ont absolument rien à avoir avec la propreté des peuples qu’ils gouvernent.


        • karim 22 novembre 2021 22:08

          L’intérieur des maisons par contre est d’une grande propreté. Pourquoi donc à l’extérieur c’est sal. Les gens pensent que ceci est du domaine public et ne les concèrne pas. En plus l’Etat n’engage pas les moyens necéssaire pour y remédier et n’a jamais pensé à solutionner ce problème, puisque les Dirigeants sont coupés du peuple.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité