• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Les prix explosent dans la bataille du gaz

Les prix explosent dans la bataille du gaz

L’explosion des prix du gaz frappe l’Europe au moment critique de la reprise économique, après les désastreux effets des confinements de 2020. L’explication selon quoi cela est dû à la croissance de la demande et à la chute de l’offre cache un cadre bien plus complexe dans lequel des facteurs financiers, politiques et stratégiques jouent un rôle primaire.

JPEG

Les Etats-Unis accusent la Russie d’utiliser le gaz comme arme géopolitique, en réduisant les fournitures pour contraindre les gouvernements européens à passer des contrats à long terme avec Gazprom, comme a fait l’Allemagne avec le gazoduc North Stream. Washington fait pression sur l’UE pour qu’elle se détache de la « dépendance énergétique » de la Russie qui la rend « otage » de Moscou.
 
Fondamentalement, sous l'effet de cette pression les contrats à long terme avec Gazprom pour l’importation du gaz russe ont chuté dans l'UE tandis qu’ont augmenté les achats sur les marchés spot (ou cash) où on achète des parts de gaz qui sont payées comptant dans la journée. La différence est substantielle. Alors qu’avec le contrat à long terme, on achète du gaz à un prix bas qui est gardé constant au cours des années, dans les marchés spot, on achète du gaz à des prix volatiles, généralement beaucoup plus hauts, déterminés par des spéculations financières dans les Bourses de marché. D’énormes quantités de matières premières minérales et agricoles sont achetées avec des contrats futures qui prévoient leur livraison à une date établie et au prix convenu au moment de la signature. La stratégie des puissants groupes financiers, qui spéculent sur ces contrats, est de faire gonfler les prix des matières premières (eau comprise) pour revendre les futures à un prix plus haut. Pour avoir une idée du volume des transactions spéculatives des Bourses de marchés, il suffit de penser qu’à elle seule l’étasunienne Chicago Mercantile Exchange, dont les sièges sont à Chicago et New York, effectue 3 milliards de contrats par an pour un montant d’un million de milliards de dollars (plus de dix fois la valeur du PIB mondial, c’est-à-dire de la valeur réelle produite en une année dans le monde). En 2020, alors que l’économie mondiale était en grande partie paralysée, le nombre de futures et contrats analogues a atteint le niveau record de 46 milliards, 35% de plus par rapport à 2019, provoquant une hausse des prix des matières premières.

En même temps, les Etats-Unis font pression sur l’UE pour qu’elle remplace le gaz russe par l’étasunien. En 2018, avec la déclaration conjointe entre le président Trump et le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, l’UE s’est engagée à « importer plus de gaz naturel liquéfié (Lng) des Etats-Unis afin de diversifier son approvisionnement énergétique ». Le gaz qui arrive dans l’UE est extrait aux Etats-Unis de schistes bitumineux par une technique de fracturation hydraulique qui provoque des dégâts environnementaux très graves. On va le liquéfier en le refroidissant à -161°C puis le transporter avec des navires gaziers dans environ 30 terminaux en Europe où il est, alors, re-gazéifié. Le gaz étasunien, bien que bénéficiant d’aides publiques, reste beaucoup plus cher que le russe et, pour entrer sur le marché, a besoin que le prix général du gaz demeure à des niveaux élevés.

A cela s’ajoute la « guerre des gazoducs », celle que l’Italie a payée très cher quand en 2014 l’Administration Obama, de concert avec la Commission européenne, a bloqué le South Stream, le gazoduc en phase de réalisation avancée qui, sur la base de l’accord entre Eni (Société Nationale des Hydrocarbures italienne) et Gazprom, aurait apporté directement en Italie, à travers la mer Noire, du gaz russe à bas prix. La Russie a contourné l’obstacle avec le TurkStream qui, par la mer Noire, amène le gaz russe dans le lambeau européen de la Turquie, en continuant dans les Balkans pour approvisionner la Serbie et la Croatie. Le 29 septembre à Budapest, Gazprom et la compagnie MVM Energy ont signé deux contrats à long terme pour la fourniture à la Hongrie de gaz russe à bas prix pendant 15 ans. C'est une défaite pour Washington, alourdie par le fait que Hongrie et la Croatie font partie de l’Otan. Washington répondra certainement non seulement sur le plan économique, mais aussi politique et stratégique.

La note, c’est nous qui la payons, avec l’augmentation des factures du gaz et du coût de la vie en général. 

Manlio Dinucci 

Source : https://www.mondialisation.ca/les-prix-explosent-dans-la-bataille-du-gaz/5661243

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n'engagent que la responsabilité des auteurs

 

Source : http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=3204


Moyenne des avis sur cet article :  4.41/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • Gégène Gégène 20 octobre 08:55

    Je suis bien content d’apprendre qu’en surpayant mon gaz, je soutiens activement l’industrie gazière américaine . . .

    Et on arrive même à nous faire croire que c’est Poutine le méchant qui ferme le robinet !


    • eddofr eddofr 20 octobre 09:08

      @Gégène

      L’Amérique vous dira que « C’est le prix de la liberté ! » (la sienne).


    • eddofr eddofr 20 octobre 09:11

      En tant que membres de l’OTAN, nous ne pouvons pas nous rendre dépendants de « l’ennemi ».

      aparté :

      Tiens, je ne me souvenais pas qu’on avait déclarer la guerre à la Russie ...

      Faut vite qu’on quitte l’OTAN, de toute évidence c’est pas bon pour ma mémoire.


      • Trelawney Trelawney 20 octobre 09:47

        @eddofr
        Depuis 1945 lors du vote du budget aux armées, l’ennemi déclaré et l’unique raison pour laquelle on finançait cette armée était le bloc de l’Est. C’est d’ailleurs pour cela que le PCF refusait obstinément de voter ce budget.

        Depuis 1989 les choses ont un peu changé. Mais la Russie comme la Chine possèdent un stock important d’armes de destruction massive et n’ont signé aucun traité d’alliance avec nous. On peut donc les considérer comme « voisins hostiles ».


      • Gégène Gégène 20 octobre 10:21

        @Trelawney

        « On peut donc les considérer comme « voisins hostiles ». »

        Alors, on a fait son plein d’indécence ?


      • eddofr eddofr 20 octobre 10:33

        @Trelawney

        Les Etats-Unis aussi ont un stock important d’armes de destruction massive (et à ma connaissance, ce sont les seuls à avoir déjà utilisé la bombe atomique sur une population civile) mais eux ce ne sont pas des « voisins hostiles » ?


      • alinea alinea 20 octobre 12:25

        @eddofr
        Ben non, ils ne sont pas voisins ! les cargos naviguent au gaz, quand ils arrivent il leur reste juste de quoi rentrer ! smiley


      • Trelawney Trelawney 20 octobre 12:46

        @eddofr
        Comme l’Angleterre, l’Inde, le Pakistan, on a signé un pacte de non utilisation de l’arme nucléaire. Avec la Chine, la Corée du Nord et la Russie on ne l’a pas fait.

        De plus avec le RU et les USA, nous faisons partie de la même alliance militaire qui se nomme OTAN


      • tonimarus45 20 octobre 18:29

        @Trelawney le plus dangereux est le pays qui a ose utilser l’arme atomique et cela par deux fois et sur des civils et ce sont les usa.Aucun autre pays ne l’a fait.Quand a l’otan vous reecrivez l’histoire


      • tonimarus45 20 octobre 18:37

        @Trelawney bonjour -La russie a maintes fois demande aux etats unis et a l’otan de signer la resolution interdisant l’utilisation de l’arme nucleaire bien sur les « usa » et l’otan ont refuses ?bien sur vous savez cela ???????


      • tonimarus45 20 octobre 18:42

        @Trelawney-«  »«  »«  »« 

         »«  »«  »«  »« « LA GUERRE NUCLÉAIRE EST INACCEPTABLE », CE QUE LA RUSSIE PROPOSE AUX USA DE CONFIRMER

        Washington est invité à approuver l’idée de l’impossibilité d’entamer une guerre nucléaire, comme l’avaient fait Mikhaïl Gorbatchev et Ronald Reagan en leur temps, a indiqué le chef de la diplomatie russe. Cette proposition entre dans l’ordre du jour du prochain sommet des cinq membres du Conseil de sécurité de l’Onu.

        La Russie a proposé aux États-Unis de confirmer l’inadmissibilité d’une guerre nucléaire, ce qui constitue l’une des questions du sommet des cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’Onu, lequel se tiendra prochainement, a déclaré aux journalistes ce 3 mars Sergueï Lavrov. »«  »«  »«  »«  »«  »«  »Bien sur cela a ete refuse


      • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 20 octobre 19:42

        @tonimarus45
         
        ’’La Russie a proposé aux États-Unis de confirmer l’inadmissibilité d’une guerre nucléaire ’’
         

         En même temps il semble que l’Occident se moque bien de protéger ses ressortissants, si j’en juge par cette obligation déguisée d’imposer ces injections expérimentales ou de poisons confirmés à tous.
         
         Une guerre nucléaire ne doit pas faire peur aux fadas qui sont à la manœuvre.


      • zygzornifle zygzornifle 20 octobre 09:27

        Quand a faire on attend l’augmentation du tarif de l’eau ....


        • Trelawney Trelawney 20 octobre 09:42

          Vous oubliez un petit détail qui a son importance :

          En 2015 lors de la COP21 à Paris, les producteurs de pétrole et de gaz (sauf le Venezuela et les USA) on signé un accord pour réduire de 3% par an la production d’énergie fossile (charbon y compris). Il semble que l’on n’est pas prise cette mesure à sa juste valeur et que l’on ne soit pas vraiment prêt pour la migration vers des énergies renouvelable.

          En attendant payons notre gaz et notre essence à son juste prix (celui d’une énergie qui n’est plus gratuite)


          • nemesis 20 octobre 10:04

            A force de répéter que les gens ont amassé des milliards non dépensés pendant le confinement, les rois du pétrole ont fini par comprendre qu’ils avaient une carte à jouer.

            Aidés en cela par le Yankee qui fourre toujours son nez partout.

            N’ai-je pas entendu récemment qu’il existait un Méga Calculateur dans une banlieue de la côte Est qui évalue :

            les économies,

            les crises sociales,

            les conflits mondiaux,

            les besoins énergétiques en fonction du climat et des affaires

            et des milliers d’autres paramètres

            pour calculer le Prix de Baril au jour le jour, au centime près...


            • chantecler chantecler 20 octobre 11:39

              @nemesis
              Votre méga calculateur ce ne serait pas la bourse ?
              D’autant que dans ce genre d’affaire, la pure spéculation n’est jamais évoquée par nos journalistes ...
              Personne ne s’amuserait à jouer avec les cours du gaz !!!!
              Sans doute de la pudeur .... !
              On préférera déclarer doctement à la TV que nos concitoyens gâchent les sources d’énergie que c’est pour ça que ça douille , et leur recommander de fermer les portes et les fenêtres dans leur maisons en hiver .
              Ne pas abuser de la gazinière : le micro onde c’est pas fait pour les chiens ....
              Et surtout ne pas hésiter à se couvrir chaudement
              C’est comme pour l’électricité : ne laissez pas allumés vos éclairages, ni vos appareils électroménagers pour rien ...
              Ne lavez pas vos draps trop souvent !
              Votre TV en veille , c’est ruineux et c’est pour ça que votre facture flambe !
              C’est que les gens sont tellement stupides !


            • amiaplacidus amiaplacidus 20 octobre 11:52

              "Washington fait pression sur l’UE pour qu’elle se détache de la « dépendance énergétique » de la Russie qui la rend « otage » de Moscou. "

              Parce que, être otage de Washington, c’est mieux ?

              À voir ce qui ce passe dans l’UE, j’ai tendance à penser que c’est pire.


              • tonimarus45 20 octobre 18:34

                @amiaplacidus oh oh les usa nous veulent du bien d’ailleurs regardez comme ils nous l’ont introduit profondement concernant le contrat de sous marin avec l’australie ???????


              • Taverne Taverne 21 octobre 09:02

                Proposition : le soutien aux budgets contraints

                Cinquante ans après les deux choc pétroliers, on découvre avec naïveté que nous sommes à la merci des énergies importées ! « Ah mais comment ? Ce n’était pas prévisible, ce n’est pas notre faute ! » Hum, hum !

                Aider les gens ? Oui mais pas aider la voiture. Vous allez me dire « quoi, vous méprisez ceux qui ont besoin de leur voiture pour travailler ? » Pas du tout, il faut aider le logement en fonction de sa situation par rapport aux emplois (l’employeur et l’Etat peuvent aider), aider le logement (rénovation thermique) et agir sur le prix de l’eau, de l’électricité.

                Bref, on n’apporte pas une aide directe à la personne dans le besoin en sa qualité d’automobiliste mais en sa qualité de travailleur, d’occupant d’une maison isolée (isolement) et mal isolée (isolation), de personne soumise à des dépenses contraintes. On intervient sur les dépenses contraintes de façon globale sans cibler particulièrement le carburant qui pollue. Une aide aux budgets contraints en somme. 

                Il est d’ailleurs plus facile d’identifier les budgets contraints que de calculer chaque mois les kilomètres parcourus ou les raisons de ces déplacements : légitimes, pas légitimes, type de voiture ou de carburant, etc. Stop ! Ce sont là des équations de Shadock qui vont créer de l’injustice et de la frustration. Une aide globale qui ne soit pas une revalorisation de l’allocation logement car cela fat monter les loyers et tout le monde ne la perçoit pas mais une aide globale au budget contraint dans laquelle on prendrait en compte aussi le logement.


                • Taverne Taverne 21 octobre 09:08

                  Une aide plutôt forfaitaire, et temporaire (le temps d’une crise des prix, le temps qu’il faut pour mettre en place une solution d’économie qui réduit le budget contraint du ménage). Pas un droit acquis. Ce qui n’empêche pas que les salaires doivent être révisés à la hausse par des négociations.


                • Taverne Taverne 21 octobre 09:29

                  Une aide temporaire forfaitaire (selon un barème qui ne soit pas raide) aux budgets les plus contraints financée par… une taxe temporaire et proportionnée sur les revenus des riches et ultra riches.

                  ça, c’est pour l’urgence du moment. Il faudra travailler sur le long terme sur les questions de l’environnement au sens large, sur les conditions de travail., sur notre indépendance énergétique.

                  Qui vote pour ?
                  Qui vote contre ?


                • Taverne Taverne 21 octobre 09:56

                  Un amendement est déposé par le citoyen Tavernix : « faire participer les citoyens aux recherche de solutions concrètes et locales innovantes et au plan national sur les questions de la qualité de vie ».

                  Qui vote pour ?
                  Qui vote contre ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Patrice Bravo

Patrice Bravo
Voir ses articles



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité