• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Les sondages perdants, les sondeurs gagnants

Les sondages perdants, les sondeurs gagnants

Les sondages ne sont pas gratuits, et qui se souviendra le soir du premier tour, des résultats des sondages d’aujourd’hui ?

Mais que deviendrait les campagnes électorales, extrêmement longues, sans nos sondeurs impénitents ? Nous leur devons tout, ou presque. Ils anticipent nos souhaits, prévoient nos craintes, analysent l’imprévisible. Les sondages, c’est comme les jeux télévisés, on y croit ou pas.

 

Tout le monde veut prendre sa place

Les candidats se déclarent de plus en plus tôt. Le premier postulant, d’une même et grande famille politique, se voyant le seul capable de gagner, aura l’immense avantage, par la suite, de pouvoir logiquement accuser les autres prétendants, de diviseurs.

Les sondages jusqu’à l’épuisement, ont quand même un pouvoir, celui d’imaginer des candidats improbables. La suggestion de faire croire à un destin national. Il en va de même des découragements. Les sondages désastreux peuvent influencer au renoncement, le plus tôt possible.

Initialement, les sondages politiques ne servaient qu’aux gouvernements successifs. Choisir les grandes orientations, après des enquêtes discrètes d’opinion, avait l’avantage d’éviter les mesures trop impopulaires. Le rétropédalage en France est perçu comme un aveu de faiblesse, qu’il vaut mieux éviter. En somme, les sondages constructifs, ne le sont que pour les politiques. Si les mesures nécessaires pour la France, sont très mal acceptées, la préférence sera d’attendre le moment favorable. Cette attitude de prudence est devenue la marque d’un véritable homme d’Etat.

Pour autant, n’ayant rien fait depuis Pompidou, peut-on en conclure que la France n’a eu que des hommes prestigieux ?

Aujourd’hui, les sondeurs ne sondent plus sur le bien-fondé des mesures à prendre, dans la mesure où les candidats n’en proposent pas.

Nous sautons les préliminaires des projets audacieux, pour subodorer les résultats du premier tour, n’ayant que pour seul intérêt, trouver l’éventuel sélectionné, face au Président sortant, envisagé d’office au second tour. 

 

Qui veut gagner des millions, transformés en milliards ?

Le privilège du Président encore en place, c’est la faculté de distribuer les promesses, et les budgets supplémentaires

Les grands défis à relever sont devenus, pour les corps intermédiaires, suffisamment accessoires, pour que personne n’en parle. Les sondeurs répondent aux questions des commanditaires, ce qui parait normal. Les journalistes se basent sur les résultats des sondages. Et les grandes réformes indispensables pour se mettre au niveau du monde, resteront au placard.

Les têtes ont plus d’importance que leurs propositions philosophiques. Les intentions de vote monopolisent les sondeurs, et la France continuera à tourner en rond.

Les politiques sont sourds aux problèmes généraux. Beaucoup d’électeurs n’entendent rien aux questions économiques. Le dialogue de sourds peut commencer.

Avec un roi borgne au royaume des aveugles, il n’est pas facile d’y voir clair !


Moyenne des avis sur cet article :  1.17/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • sylvain sylvain 5 octobre 21:40

    on se pose peu de questions sur les sondages. Qui les effectuent, quels sont les enjeux... ils sont pourtant devenus un argument majeur pour justifier lois, décrets et politiques générales.

    On a fait la même chose avec les agences de notation, pour se rendre compte en 2008 qu’elles étaient corrompues jusqu’à la moelle

     

    Un centre de pouvoir que personne ne surveille peut difficilement évoluer différemment


    • malhorne malhorne 6 octobre 08:37

      @sylvain
      la question a se poser est , a qui appartient les instituts de sondages !!!


    • Fergus Fergus 6 octobre 08:50

      Bonjour, sylvain

      On parle là des sondages qualitatifs qui portent sur tel projet de loi, sur l’opportunité de telle mesure, ou bien encore le regard des Français sur telle institution.

      Soyons lucides, il ne faut pas se prendre la tête avec ce type de sondages d’une portée très limitée : aussitôt lus (quand ils le sont), aussitôt oubliés !

      En réalité, c’est aux seuls décideurs qu’ils sont utiles pour prendre le poul de l’opinion à un moment donné sur un sujet particulier afin d’orienter leur stratégie.


    • sylvain sylvain 6 octobre 10:20

      @Fergus
      quasi chaque décision est supportée par au moins un sondage. Après l’instauration du pass, tous les médias ont repris « le sondage elab » qui disait que 70% des français soutenaient le pass. Si un sondage avait sorti le chiffre inverse, il aurait été très difficile de soutenir la mesure.
      Je n’ai jamais dis que les gens apprenaient par coeur le resultat des sondages, ce serait ridicule, mais ils sont un argument qui est devenu indispensable a la justification des politiques publiques


    • sylvain sylvain 6 octobre 10:22

      @malhorne
      la question a se poser est , a qui appartient les instituts de sondages !!!

      exactement, une réponse ici.


    • Fergus Fergus 6 octobre 11:30

      @ sylvain

      « Si un sondage avait sorti le chiffre inverse, il aurait été très difficile de soutenir la mesure »
      Certes, mais cela ne remet pas en cause la validité de ce sondage.
      Si vous suivez l’actualité politique, vous ne pouvez d’ailleurs pas ignorer que sur d’autres sujets, le gouvernement, après avoir lancé des « ballons d’essai », a battu en retraite suite à des mauvais sondages.
      Cela ne va donc pas dans un seul sens comme on a trop souvent tendance à le croire.


    • sylvain sylvain 6 octobre 14:15

      @Fergus
      Certes, mais cela ne remet pas en cause la validité de ce sondage.

      vous êtes bizarre parfois fergus. Dans votre premier post, vous dites qu’il ne faut pas faire attention a ces sondages, que tout le monde oublie aussitot lu. Ensuite vous dites que le gouvernement suit les résusltats de sondages pour ses politiques publique, ce qui est précisémment ce que j’explique...donc non je ne l’ignore pas.
      Et c’est dans mon premier commentaire que je remets en cause l’idée que ces résultats sont fiables. Ce que je maintiens. Encore une fois, laissez un centre de pouvoir sans surveillance et vous pouvez être sur du résultat. D’autant que tous les instituts appartiennent a la mafia du pouvoir, et que jamais personne ne met son nez dans l’élaboration des résultats


    • zygzornifle zygzornifle 6 octobre 15:08

      Les sondages c’est comme la coloscopie, on baigne dans le caca .... 


      • tashrin 6 octobre 15:25

        Soyons lucides, il ne faut pas se prendre la tête avec ce type de sondages d’une portée très limitée : aussitôt lus (quand ils le sont), aussitôt oubliés !

        Absolument pas d’accord

        Les sondages sont abondamment relayés dans les média, sont des sujets de discussions entre chroniqueurs politiques de plateaux télé tout contents d’avoir du contenu, sont commentés par les éditorialistes, obligent les politiques à prendre position sur tel ou tel truc, ...

        ils influent sur la teneur des débats publics, impactent la psychologie des électeurs (en voyant que Z est crédité de 15 %, bcp se sentent encouragés à adopter le meme comportement car le citoyen lambda est grégaire. Autre exemple, avec le « vote utile »... qui oriente les premiers tours en fonction de qui est susceptible de l’emporter au second...

        Ce sont de véritables outils de communication. Il est d’autant plus importants d’en controler le serieux (methodologie) et les financeurs (pour qui, pour quoi ?)


        • tashrin 6 octobre 15:25

          @tashrin
          C’etait une réponse à Fergus ci dessus, dsl


        • Fergus Fergus 6 octobre 17:09

          Bonjour, tashrin

          Vous confondez les sondages qualitatifs dont il est question ici (par exemple la reforme des régimes spéciaux de retraite ou le développement de l’éolien) et les sondages d’intentions de vote (pour qui voteriez-vous...).
          Ce sont les seconds qui sont très largement commentés dans les médias et qui retiennent l’attention du public !


        • tashrin 6 octobre 17:21

          @Fergus
          Je ne confonds rien du tout, et ma remarque est tout aussi valable pour des sondages tels que celui que vous citez en exemple
          Si un sondage parait indiquant que 75 % des gens sont d’accord pour adopter telle ou telle réforme, ou pour appuyer un constat gouvernemental qui lui meme sert de base justificative pour introduire une nouvelle Loi, alors l’opinion est de ce fait manipulée


        • Fergus Fergus 6 octobre 18:00

          @ tashrin

          « alors l’opinion est de ce fait manipulée »

          A condition que le sondage soit truqué, ce qui peut sans doute se produire à la marge, mais certainement pas au point de donner un résultat très éloigné de la perception réelle de l’opinion.

          Si tel était le cas, et si les pouvoirs publics se basaient sur des 
          données complètement erronées pour prendre une décision impopulaire, l’exécutif risquerait de se heurter à une réaction virulente, et possiblement d’être dans l’obligation de rapporter la mesure envisagée.


        • tashrin 7 octobre 12:26

          @Fergus
          Vous ne comprenez pas
          A condition que le sondage soit truqué

          C’est la définition même d’un sondage, car il est commandé et financé par quelqu’un et qu’on fait dire ce que l’on veut à des chiffres en fonction de la méthode utilisée. Et même en admettant que ce ne soit pas le cas, ca ne change pas le fait que l’opinion des gens se définit par rapport à celle des autres, donc faire paraitre des infos modifie la perception des gens, et produit un mouvement d’opinion
          C’est milgram 


        • zygzornifle zygzornifle 6 octobre 15:28

          Mon dieu, Marine va devenir vraiment fréquentable, on lui a piqué sa place a coté du malin, Macron va appeler au sursaut républicain pour battre ce nouveau trublion ... 

          Ha que je me marre de voir ce chamboulement occasionné, tous ces veaux surannés de la politique font autant d’huile dans leur froc qu’une vieille bagnole déglinguée, que c’est beau pour une fois que l’on sort des habitudes poussiéreuses des élections ou chacun a sa place numérotée ....

          Haaaaa bandes de veaux vous méritez bien Zemmour président et croyez moi ça ne sera pourra jamais être pire qu’un Macron réélu ....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité