• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Les temps changent

Les temps changent

La société n’est plus la même, elle a changé. Lentement, sûrement, et on ne le remarque pas toujours.

Pourtant, il n’y a qu’à lire la presse. Nous allons simplement commencer avec les gros titres politiques. Lorsque une reforme est annulée, le principal camp d’opposition déclare fièrement (même s’il n’y est pour rien) que c’est une grande victoire contre le Sarkozisme. Pourquoi pas… Sarkozy, on aime ou on n’aime pas, mais ca reste tout de même amusant de voir que l’opposition n’a plus qu’un seul but : vaincre le sarkozisme. Mais ou est donc passé cette envie patriotique de vouloir faire avancer le pays en proposant un projet qui, peut être, sera meilleur que celui proposé par l’actuel gouvernant ?

Non, maintenant, il y a en France un ennemi. Ici, Président Sarkozy rime avec Voldemort et Sauron. Les armées du Mal ont leurs rangs gonflées à tout ce qui touche à l’argent, aux entreprises, aux patrons, au pouvoir. C’est ça, le sarkozisme pour celui qui ne fait que regarder le JT.

Nous assistons aussi a l’autoflagellation de notre pays. Lorsqu’il devient normal de voir des images de français (d’une française se réclamant africaine après deux ans de couches culottes) demandant pardon, mille fois pardon pour le passé. Incapable d’aller de l’avant, Ségolène Royal, qui sans aucune autorité internationale et sans aucun mandat ne dépassant les frontières de sa région du Poitou, demande pardon au nom d’une France entière dont elle s’imagine être le héraut. Les grandes pontes de son parti sont obligés de suivre, dire « bien dit, Sego », et rappeler que le PS est derrière les défavorisés ! On attend toujours de voir comment. Ces gens politiques aiment créer la polémique, pour se rappeler les moments ou ils avaient du pouvoir, ou qu’ils espèrent toujours avoir. Quitte à amalgamer la crise avec leur dégout viscéral pour le pouvoir en place et leur tendance a confondre intérêt personnel avec l’intérêt général.

Contre l’Ennemi, les armes ont changés. La morale aussi. Maintenant, il devient « normal » d’enfreindre la loi. Je n’ai pas encore eu vent de poursuites judiciaires contre les preneurs d’otages patronaux. Sans faire la triste mine, il suffit de prendre n’importe quel dictionnaire pour relire la définition de prise d’otage et comparer.

C’est bien ce qui c’est passé ces dernières semaines. Mais ce n’est pas gentil de comparer de pauvres opprimés de la violence sociale avec de vulgaires malfaiteurs. Sauf qu’en y regardant de plus prêt, et en se prêtant au même jeu de la reprise des mots, on peut laisser entendre que la violence sociale, c’est eux. Ils se retrouvent même encouragés et justifiés par les politiques : "Les salariés doivent forcer le barrage de l’injustice absolue", par Ségolène Royal. 

Prendre en otage des patrons « pour négocier », arrêter tout un trafic de transport en commun ou coupant des conduites de gaz pour « la bonne cause », ou paralyser toute une ile pendant 44 jours (car au delà, les salaires n’auraient pas été versés ?), les moyens ont changés. Sauf que lorsque Machiavel préconisait d’utiliser tout les moyens pour parvenir a une fin, ce n’était surement pas au détriment du peuple lui même. Dans les idées de l’inventeur de la science politique, il est rappelé de faire abstraction de la morale. Sauf que dans le cas qui nous concerne, tous ces mouvements sont portés par le cœur, plus souvent que par la réflexion. Et les sentiments en politiques ne sont pas ce qu’il y a de mieux. L’usage de la démagogie n’est pas un bon moyen. Il banalise l’outrepassement au droit et a l’ordre républicain.

Ces coupeurs de gaz, de la CGT-Gaz de France, déclaraient « réfuter toute idée de prise en otage des foyers français ». Bon bah si c’est dit, c’est que ce doit être vrai. Je ne demande qu’à les croire. Si c’est simplement pour embêter le patronat et faire perdre de l’argent, le moyen ne marche pas tout à fait. Rappelez vous il y a quelques semaines, l’UNM qui devait mettre la clef sous la porte car les syndicats ont trop bloqués l’entreprise avec de multiples grèves et autres conflits sociaux, et que l’argent a disparu faute de travail accompli. Bel exemple d’action syndicale. Surtout lorsqu’ils ont entamé une énième grève contre cette fermeture qu’ils ont eu même provoquée

En France, les syndicats sont très présents… sur la scène médiatique et dans les rues. En revanche, ce qu’on ne voit pas assez c’est leur taux de représentativité. Combien de pourcentage de syndiqués chez les employés ? Qu’importe, ca n’est de toute façon pas très important (je parle de manière quantitative autant que de manière qualitative). On peut toujours dire « oui, mais s’il n’y avait pas de syndicats, qui serait la pour nous aider, nous autres employés ? », mais ca reste maigre comme réflexion. Il y a toujours pire, mais imaginez un instant un syndicat beaucoup moins virulent et revendicatif (ou revanchard), qui préférerai s’assoir calmement a la table des négociations, être conciliant et réaliste, plutôt que de tout de suite imaginer quel serait la meilleure des actions handicapante et médiatiquement intéressante a organiser.

Car voila un grand problème en France. On aime dénoncer, critiquer, fustiger… Mais dès qu’il s’agit de soit même réfléchir et proposer… c’est tout de suite beaucoup plus difficile.

Tout devient difficile. Strasbourg nous a dernièrement démontré a quel point il est difficile pour les pacifistes de le rester. Avouez tout de même que lire dans les titres de la presse « des pacifistes ont été arrêtés et condamnés pour violence » c’est à se tordre de rire…

Il y a quelque chose de pourri, et ce n’est pas forcement au Danemark que cela se passe.


Moyenne des avis sur cet article :  2.45/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • LeGus LeGus 9 mai 2009 10:33

    C’est exceptionnel, vous titrez votre article « les temps changent », et vous menez une charge sur les méchants syndicats ( qui font rien que nous prendre en otage ) et c’est la faute aux socialo-communistes...

    Pas un mot sur la crise financière.
    Quel discernement !


    • JL JL 9 mai 2009 10:44

      Je lis : « il y a en France un ennemi. Ici, Président Sarkozy rime avec Voldemort et Sauron. Les armées du Mal ont leurs rangs gonflées à tout ce qui touche à l’argent, aux entreprises, aux patrons, au pouvoir. »

      Je ne vous le fais pas dire. Et je ne regarde jamais les JT.

      Si bien que, lorsque vous ajoutez : « C’est ça, le sarkozisme pour celui qui ne fait que regarder le JT », je pense que vous faites de la paranoïa et du confusionisme.

      Tout comme celui-là qui prétend à lui seul incarner les lumières et qui, tel Don Qichotte, combat les moulins à vents de la Pensée unique. Celui-là ne manque pas de valets, mais aucun n’a le bon sens d’un Sancho Pança.


      • Deneb Deneb 9 mai 2009 10:51

        Ca a quel goût, le bottes du pouvoir ? Et si vous vous faisiez remplacer les dents par des brosses à reluire, ce serait pratique, non ?


        • alex75 9 mai 2009 10:59

          Le changement vu par un aveugle un peu aigri, ça donne un article bien vide.

          Parler de Sarkozy et de la CGT pour parler du changement, ça ne manque pas de sel.
          Justement, le changement c’est peut-être que les français regardent ailleurs, se replient sur leur vie personnelle en raison du manque d’intérêt de la vie politique et de l’impuissance des pouvoirs publics et construisent « autre chose ».

          Mais ils changent en profondeur : leur couple (avec le Pacs), leur mort (avec l’incinération qui se développe de plus en plus), leur mode consommation (avec un nouveau phénomène de déconsomation, d’explosion du bio, de développement du hard-discount, des marchés, des Amap). 
          Ils déchantent de l’entreprise et du culte de la réussite sacrificielle ( y compris chez les cadres, depuis peu) et ça va changer encore plus dans les mois qui viennent car il y a une véritable prise de conscience et une aspiration à vivre autrement.

          C’est un changement paradoxal avec un retour à certaine valeurs et une avancée intellectuelle, et sociétale, technologique, scientifique.
          Oui, un nouveau monde va naître, plus doux, plus convivial, plus qualitatif (et donc non sarkosiste) et ça, c’est épatant ! Yes, we can ! Change is coming !

          • E-fred E-fred 9 mai 2009 17:59

            "Tout devient difficile. Strasbourg nous a dernièrement démontré a quel point il est difficile pour les pacifistes de le rester. Avouez tout de même que lire dans les titres de la presse « des pacifistes ont été arrêtés et condamnés pour violence » c’est à se tordre de rire…« c’est surtout à pleurer...

            les 3 jeunes français ont été relaxés pour vice de forme mais seront de nouveau convoqués pour »détention d’objet pouvant servir à confectionner des objet incendiaire".. ;donc attention lors de vos prochain achat...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires