• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Lettre à Manu sur le doigté et son fondement - par Michel Onfray

Lettre à Manu sur le doigté et son fondement - par Michel Onfray

LETTRE À MANU SUR LE DOIGTÉ ET SON FONDEMENT

Votre Altesse,

Votre Excellence,

Votre Sérénité,

Mon cher Manu,

Mon Roy,

Mais aussi :

Mon Chéri,

Je me permets en effet cette familiarité, mon cher Manu, car des photos t’ont récemment montré partout sur la toile aux Antilles enlaçant un beau black, bodybuildé en prison, luisant de sueur tropicale, ce qui semblait te ravir jusqu'au plus profond – si tu me permets l’expression… Ton sourire béat montre en effet que ta dilection va plus facilement à qui accompagne son selfie avec toi d’un doigt d’honneur qu’aux intellectuels qui n’ont pas l’heur de te plaire parce qu’ils ne te font pas la cour. Décidément, tu sembles n’aimer que ceux qui te font savoir leur amour d’une façon qui ne prête pas à confusion : il faut t’enlacer torse nu pour te plaire, essuyer sa transpiration sur ta chemise blanche, et passer plus de temps en salle de sport qu’en bibliothèque. Je comprends dès lors que le philosophe Etienne Balibar, avec lequel tu dis avoir rédigé un mémoire universitaire sur Machiavel, n’ait plus le souvenir de toi. Il n’est probablement pas assez couvert de sueur, trop âgé et trop intellectuel à ton goût.

A ceux qui voudraient augmenter un peu leur culture, ce qui n’est pas de trop ces temps-ci, consultons l’encyclopédie en ligne Wikipédia, soyons fous ! Elle nous donne cette signification du doigt d’honneur : "Le majeur dressé autour des autres doigts baissés évoque un phallus et le reste de la main, un scrotum". Traduction pour qui ne maîtriserait pas toutes ces subtilités lexicales, il s’agit tout bonnement d’un "doigt dans le cul". Le doigt, on voit bien à qui il appartient, le cul, on se tâte – si je puis dire ! Est-ce le tien personnellement ? Auquel cas c’est ton affaire, mais n’en fais pas un étalage public : un président, ça ne devrait pas faire ça comme dirait l’autre… Ce cul, est-ce le nôtre en tant que tu incarnes la souveraineté populaire ? Est-ce celui de la France dont tu es le corps mystique ? On ne sait. Mais cette fois-ci, ça nous concerne. Et permets qu’on puisse ne pas jouir d’une pareille intromission dans notre intimité sans notre consentement. Demande à madame Schiappa : c’est la définition légale du viol.

Quoi qu’il en soit de ce fondement et de son propriétaire, c’est proprement manquer de doigté envers la République que de se laisser mettre de la sorte en arborant ce sourire radieux qui témoigne de ton contentement. Pareil goût relève de ta vie privée qui est celle du second corps du roi, elle ne devrait pas affecter ton premier corps qui est politique et républicain. Ce sourire, c’est le même que tu arborais sur les marches de l’Elysée le jour de la fête de la musique en compagnie d’une brochette d’individus, eux-aussi férus de ce très subtil langage des signes. On ne dira pas que tu caches ton jeu. Il n’y a que les crétins pour feindre que tu dissimules. Tu es du genre à nous le mettre bien profond, pour dire clairement ce qui ne devrait pas te choquer sous forme de mots, puisque la chose te ravit quand elle se trouve exprimée sous forme de geste. Mais mettre ou ne pas mettre, là est la question…

Or, cette question, tu l’as franchement résolue. Car, depuis quelque temps, tu montres en effet que, toi ou tes services, vous n’avez pas grand souci de la légalité (je ne parle plus de moralité, on sait désormais dans quelle estime tu tiens toute morale…), je parle de légalité. En adoptant cet angle de vue, on voit bien comment tu nous la mets, tu nous le mets, tu nous les mets…

D’abord, premier doigt, il y eut cette étonnante évaporation de tes bénéfices en tant que banquier chez Rothschild : tu sembles en effet avoir habilement fait disparaître cette somme considérable de ta déclaration de patrimoine avant les présidentielles. Quid en effet des cinq millions d’euros que tu as engrangés comme banquier pendant huit ans et dont personne ne retrouve la trace ? (source : "Cinq millions d’euros en huit ans, où est l’argent, Emmanuel Macron ?" dans Economie Matin du 16 février 2017). Cinq millions, ça en fait des billets de cinq euros que tu voles dans la poche des étudiants qui reçoivent l’APL !

Ensuite, deuxième doigt, il y eut cette soirée de levée de fonds à Las Vegas qui a permis, via des facturations de Havas-Business, le prestataire de service de cette soirée apparemment effectuée sans appel d’offre, donc illégalement, de dégager de considérables marges, en dizaines de milliers d’euros, pour le candidat que tu étais alors. Qui organisait ce genre de soirée fort peu légale ? Muriel Pénicaud, ton actuelle ministre du travail (source : "Déplacement de Macron à Las Vegas : la très chère soirée organisée par Havas" dans Le Parisien du 8 juillet 2017). Fillon est tombé pour trois costumes : cette seule soirée t’aurait permis d’acheter des pardessus et des pantalons pour tout ton gouvernement et leurs cabinets pendant de longues années. Or, ce ne fut pas la seule soirée ayant permis des largesses à ton endroit.

Troisième doigt, devenu président, il y eut l’affaire Benalla. Chacun a eu le loisir, durant ce feuilleton de l’été débordant sur la rentrée, de voir combien et comment tu couvrais qui te couvre. Entre mensonges, stratégies de communication, enfumage, intoxication, désinformation, instrumentalisation, bien malin qui peut désormais savoir où se trouve la vérité. Dans cette affaire, je veux n’en retenir qu’une. C’est une affaire dans l’affaire. Quand ton petit protégé s’est retrouvé en garde à vue, la police n’a pu effectuer une perquisition à son domicile pour cause de légalité : elle n’intervient pas la nuit. Comment se fait-il qu’une équipe ait pu être diligentée pendant ce temps-là au domicile de Benalla pour ouvrir son coffre et faire disparaître son contenu, dont des armes à feu ? Qui a dit quoi, et à qui, pour que ce forfait qui entrave la bonne marche de la justice ait été commis ? Et par qui ? Il faudrait demander à feu Gérard Collomb et lui demander si ça n’a pas un peu à voir avec sa récente démission… On ne fera croire à personne que ce faux cambriolage ait pu avoir lieu à cette heure, dans ce lieu, dans cet endroit de l’appartement d’un homme que tu protèges contre vents et marées, sans que tu sois un peu au courant ! Qu’y-a-t-il entre lui et toi pour que se trouvent détruites les preuves des coups tordus de cette affaire ? De quels doigts et de quels fondements symboliques, ou non, est-il ici question ? (source : "Affaire Benalla. Compagne introuvable, coffre-fort disparu… les zones d’ombre subsistent" dans Ouest-France du 23 août 2018)

Puisque nous sommes dans la cambriole, ajoutons un autre forfait, ce sera le quatrième doigt, nous ne sommes pas bien loin de toute la main. Chacun sait désormais que la communication de monsieur Benalla, qui mettait tant dans l’embarras monsieur Collomb (un nom qui, je le jure sur ta tête, n’entre en rien dans ma métaphore filée du doigt et du fondement…), est pilotée par la Reine Mimi.

Qui est Mimi ? Laissons parler les éditions Grasset qui publient bientôt une biographie non autorisée du personnage. Voici la quatrième de couverture du livre en question : "On l’appelle 'Mimi'. Michèle Marchand, la papesse des paparazzis, la gardienne des rumeurs, des secrets de la politique et des affaires. Elle collectionne les scoops sur les puissants mais elle a compris que le plus utile n’était pas de les vendre. Les posséder suffit. Et en parler, ici ou là. Elle ne dispose d’aucun titre officiel mais 'Mimi' se rend tous les jeudis à l’Elysée. Son agence de presse, Bestimage, a l’exclusivité de l’image de la Première Dame et de celles, privées, du couple Macron. (sic !) Une manne. Et une première. Jamais un couple présidentiel n’avait concédé un tel passe-droit à une 'petite marchande de photos'. Comment 'Mimi' a-t-elle pris le contrôle des secrets de Paris ? Pourquoi lui est-il accordé tant de privilèges ? Que sait-elle ? Que tait-elle ? Difficile d’enquêter sur cette femme, puissante et redoutée. Ses amis se taisent et ses obligés ont peur." Et puis ceci, qui ne manque pas de piment : "Garagiste, tenancière de boîte de nuit, mariée à des braqueurs puis à un policier, championne de ski, reine de la presse people… avant d’arriver au cœur du pouvoir. La vie de 'Mimi' est une énigme et un vertige."

On comprend que ce vertige en donne à d’autres. Voilà pourquoi, fort étrangement, l’appartement de l’un des journalistes a été cambriolé. Par qui ? Toi seul le sait me semble-t-il. Ou Monsieur Collomb, qui a récemment fait ses valises… comme un voleur ! Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai l’impression que l’équipe de monte-en-l’air qui a œuvré sur le coffre fort de Benalla était aussi de service chez l’un des biographes de la désormais fameuse Mimi. (source : "Un des biographes de 'Mimi' Marchand mystérieusement cambriolé" dans L’Obs du 26 septembre 2018).

Pour les besoins de ma démonstration, je sais que tu me comprendras, j’ai besoin d’un cinquième doigt. De sorte qu’ainsi, nous pourrons franchement parler d’un "Fist Fucking" – autrement dit, pour ceux qui se trouveraient autant déroutés par cette expression formulée dans la langue de Shakespeare que par les subtilités lexicales du corps humain, voici une libre traduction de mon cru : "La main, puis tout le bras dans le cul". Tu m’excuseras toutes ces variations proctologiques, mais c’est toi qui m’y contrains, après avoir commencé aux Antilles…

A plusieurs reprises, celui qui te sert de Benalla pour tes discours, Sylvain Faure, a fait savoir que tu n’appréciais pas un certain nombre d’intellectuels - dont ma pomme ! Il fut dit un temps qu’un genre de "cellule riposte" allait être mise en place pour répondre aux idées "nauséabondes", bien sûr, de ces personnes dont j’étais et dont je suis. Notre Sylvain avait alors sorti du chapeau les noms de Michel Serres et de Pierre Nora : tu voulais du sang neuf et rajeunir la société française, ces académiciens totalisent 174 ans à eux deux, c’est réussi. (source : "Le devoir de mémoire de Macron" dans Le Parisien du 11 juin 2017).

Tout le monde a pu voir que tu étais capable de changer la loi pour récompenser Philippe Besson qui est à ta personne ce que Heidegger fut à Hitler, Sartre à Staline, Sollers à Mao puis à Balladur… Tu as en effet décidé de faire voter un texte permettant d’ouvrir une vingtaine de postes de consuls généraux supplémentaires à des fonctionnaires comme à des non-fonctionnaires afin de rendre possible ce hochet à offrir à ton ami avec l’argent de la République. (source : "Ce décret qui permet de nommer Philippe Besson consul à Los Angeles" dans Le Parisien du 30 août 2018).

Un homme qui est capable de passer par-dessus la loi pour récompenser un intellectuel qui le…, qui le…, disons, qui chante ses mérites, n’aurait pas à se forcer beaucoup pour faire savoir combien il lui plairait que ce philosophe, qui lui déplaît, cesse de voir ses cours diffusés sur le service public ! Je dis ça comme ça ! Après la fraude fiscale, trois doigts, les cambriolages, deux doigts, la promotion d’un ami comme avers d’une médaille dont le revers est l’éviction d’un ennemi, cinq doigt, voilà, le compte est bon : la main est passée tout entier, le bras peut suivre…

Voilà un an que Votre Altesse, Votre Excellence, Votre Sérénité, Mon cher Manu, Mon Roy, mais aussi : Mon Chéri, tu es au pouvoir. Et tu nous régales chaque semaine avec de nouvelles aventures. Il te reste quatre ans de règne.

Je t’annonce une bonne nouvelle : comme je dispose de plus de temps pour moi depuis que mes cours à l’Université populaire sont passés dans la moulinette de ton rectum citoyen, je me réjouis de pouvoir t’annoncer que je t’écrirai plus souvent que je ne l’avais prévu lors de ma première lettre. Cette perspective nouvelle me donne le même sourire que toi, mais pour d’autres raisons : je suis ravi !

On sait que le sage montre la lune et que l’imbécile regarde le doigt : pour ma part, j’en prend le ferme engagement, je ferai part égale entre la lune et le doigt…

Salut Manu

Michel Onfray

 

Sources :

https://infocomnet.wordpress.com/2018/10/04/lettre-a-manu-sur-le-doigte-et-son-fondement-par-michel-onfray/

https://michelonfray.com/interventions-hebdomadaires/lettre-a-manu-sur-le-doigte-et-son-fondement


Moyenne des avis sur cet article :  4.77/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

39 réactions à cet article    


  • Taverne Taverne 5 octobre 16:10

    Quel grand philosophe ce Michel Onfray ! Quelle profondeur de pensée ! Et avec cela, fin et distingué.


    • Paul Leleu 5 octobre 21:37

      @Taverne


      Onfray est un vieux courtisan bobo qui a perdu ses prébendes... pourtant il devrait savoir (le philosophe) que « la roue tourne » à un moment ou un autre... il a été un de ces gros bonnets de la subvention publique et des médias officiels pendant 20 ans... et là il est faché tout rouge parce-que on lui préfère d’autres plumes... 

      D’ailleurs, il ne critique pas Macron sur le fond de sa politique. Il ne parle que de supposées frasques homosexuelles... parce-que, Onfray est un riche, et qu’il ne souffre pas de la politique de Macron. Onfray s’en fiche du peuple, ce qui lui importe, ce sont ses prébendes personnelles. 

      Si Macron se faisait des jeunes femmes à l’Elysée, le même Onfray trouverait ça « génial et gaulois »... c’est donc de l’homophobie pure... En vérité, sur ce plan, Macron n’est ni mieux ni pire que ses prédecesseurs. Et sur la destruction de la France, c’est pareil. Par contre, ce torrent de vocabulaire tiré des films pornographiques, en dit long sur la sexualité virtuelle du Sieur Onfray. 

    • François Vesin François Vesin 6 octobre 22:08

      @Taverne
      Le sage indique la lune, l’imbécile regarde le doigt !!!


    • Chourave Bécassine 5 octobre 16:10

      Dans tous les cas de figures, Trouduku 1er roi des riches obtient ce qu’il cherche : on parle lui.


      Même stratégie que celle de Trump : en étant persuadés de les dézinguer, leurs adversaires font leur jeu qui n’est rien d’autre que d’occuper en permanence le devant de rideau, comme les chauffeurs de salle qui faisaient patienter le public pendant que les machinistes changeaient le décor derrière le rideau, comiques troupiers et humoristes en tous genres..

      Quand le rideau s’ouvrira après leur très long préambule clownesque, ce même public découvrira que la tragédie burlesque qui leur est présentée n’est pas du tout la comédie musicale qu’ils étaient venus applaudir, mais le spectacle de leur propre anéantissement.

      • Self con troll Self con troll 5 octobre 16:19

        @Bécassine

        En guise d’illustration sonore


      • Chourave Bécassine 5 octobre 16:29

        @Bécassine

        Le pape Pie VII avait cru circonvenir le général Bonaparte en signant le Concordat de 1801. Il a tout de suite déchanté quand il a compris en 1804 le vrai jeu de celui qui était devenu l’empereur : l’occupation des Etats Pontificaux et de Rome en 1808, transformée en annexion pure et simple en 1809, puis la déportation du pontife à Savone puis à Fontainebleau.

        En janvier 1813, Napoléon, revenu de Russie, a voulu régler directement avec le pape la question de l’institution canonique des évêques et il a utilisé tous les registres dont il était capable dans les négociations : séduction, bluff, menace,dramatisation, etc…

        Pie VII était affaibli mais restait lucide en ironisant : "Comediante ! Tragediante !"

        Le locataire de l’Elysée ‘a pas l’envergure de Bonaparte, mais il en a hérité les travers et l’ironie est peut-être la seule arme dont dispose Onfray, comme c’était le cas pour Pie VII. Malheureusement, l’efficacité de la réaction risque d’être du même ordre.


      • Chourave Bécassine 5 octobre 16:32

        @Self con troll

        merci

        en effet,

        « Au grand bal des quat’z’arts nous n’irons plus danser
        Les vrais enterrements viennent de commencer

        Nous n’irons plus danser au grand bal des quat’z’arts
        Viens, pépère, on va se ranger des corbillards »

      • aimable 5 octobre 23:07

        @Bécassine

        vous aussi , vous savez dire en termes choisis cette vérité .
        le moment venu cela s’appellera la dernière séance et le rideau tombera .

      • Abou Antoun Abou Antoun 6 octobre 11:37
        @Self con troll
        Dans tous les cas de figures, Trouduku 1er roi des riches obtient ce qu’il cherche : on parle de lui.
        Celle-ci ne serait-elle pas plus appropriée.

      • zygzornifle zygzornifle 5 octobre 19:03

        Bien vu ....


        • Paul Leleu 5 octobre 21:51

          @zygzornifle


          si je comprends bien, il suffit que Macon fasse danser des starlettes aux gros seins à la prochaine fête de la musique, pour redevenir un bon président ? 

          il vous aura échappé qu’Onfray (ce vieux courtisan prébendé) ne dit rien du vrai problème Macron : sa politique. 

          Onfray dévoile sa vraie nature : un affariste frustré que la roue tourne pour son petit business. Sans élégance dans l’adversité. Et homophobe obsédé, car soyons clairs, si Macron se pavanait avec des jeunes femmes débiles, tout le monde trouverait ça « génial et gaulois ». Alors que sur le fond ça change rien. 

        • zygzornifle zygzornifle 6 octobre 13:14

          @Paul Leleu

           Onfray ne commentet pas la politique de Macron , il y a déjà assez de monde qui s’en charge mais cette photo ou Macron qui est le représentant de la France , sa carte de visite aux yeux du monde et ce certaines dérives fiscales , d’ailleur il aurait « claqué un SMIC par jour pendant 3 ans » source Médiapart pour se débarrasser d’une partie de l’argent de ses comptes 



        • Zaza Zaza 5 octobre 19:13

           
          Macron et les doigts image réaliste de la « France ».
           
          Méprisez vous !


          • Paul Leleu 5 octobre 21:46

            @Zaza


            pfff... les français sont habitués à applaudir et apprécier de la merde à longueur de temps... si Macron se pavanait avec des starlettes écervelées aux gros seins, vous trouveriez ça génial... 

            en fait, c’est de l’homophobie primaire de la part de Onfray (des angoisses ? des obssessions anales ?). 

            Parce-que, le problème de Macron c’est pas les jeunes hommes, mais la politique qu’il mène (mais ça, Onfray n’en dit mot). 

            Si je comprends bien, il suffirait qu’à la prochaine fête de la musique, Macron fasse danser des gonzesses sur de la techno à l’Elysée, pour redevenir un bon président ? 

            En fait, Macron leur fait péter les plombs, car il subvertit leurs codes de bienséances, à tous ces vieux schnoks frustrés... 

          • zzz'z zzz’z 6 octobre 11:31

            @Zaza
            Cela m’a fait penser à la scène où la personnalité politique pose dans le roman d’Obertone, avant de se faire découper en rondelles…


          • Montagnais Montagnais 5 octobre 20:03

            Onfray ? il écrit bien et pense assez juste. IL y sera le 21 janvier au charivari ? 


            Pasque .. écrire c’est bien n’est-ce-pas ! Mais agir ?

            Remarquez ! il est peut-être à l’origine du mouvement du 21 janvier, de l’invitation au charivari.

            Je pense ..

            Bonne continuation.

            NB : vous avez vu les funérailles du Maréchal Aznavour ? et notre président très grave aux Invalides ? pas du tout en slip à caresser les ado’s là ..

            • Paul Leleu 5 octobre 21:41

              @Montagnais


              « Onfray ? il écrit bien et pense assez juste. IL y sera le 21 janvier au charivari ? »... 

              pourquoi, ce sera un conglomérat de vieux courtisans frustrés en perte de vitesse, votre truc ? 

            • cétacose2 5 octobre 20:47

              La légende à ces magnifiques photos pourrait être « ma chérie quel est celui que tu veux que je te rapporte  ? »



              • kalagan75 6 octobre 11:29

                @Cadoudal
                « on a tout capté »  : le problème c’est que l’article est vide ... ils ont tout capté mais rien rapporté ...


              • mimi45140 5 octobre 21:49

                Trés bien mais lui il n’ était pas à deux doigts de faire une connerie.


                • Cadoudal Cadoudal 5 octobre 21:55
                  @mimi45140
                  En tout cas faut qu’il arrête le vélo, a moitié aveugle comme jean Edern, il pourrait lui arriver des bricoles :

                  Lettre ouverte au colin froid, dénonçant notamment son libéralisme économique inspiré des États-Unis, ses louanges de la social-démocratie, le marketing politique ou encore l’anglicisation à outrance du français

                • Moonlander Moonlander 6 octobre 08:40

                  Foot fucking in the face.



                    • zygzornifle zygzornifle 6 octobre 08:48

                      Fais gaffe Onfray , Macron a la mallette qui déclenche le feu nucléaire , un accident est si vite arrivé, a moins que ses 2 potes lui aient volé et revendu sur Le bon coin coin .....


                      • Plotina Plotina 6 octobre 09:06

                        Onfray me dégoûte, égomane, irresponsable aussi bien dans sa vie privée que publique. Co-mme il ne profite plus gratuitement des largesses du service public qui lui donnait une tribune et auquel il doit sa notoriété , il devient incendiaire.



                        • Paul Leleu 6 octobre 10:24

                          @Plotina


                          oui, c’est un peu cela... il est exactement comme Macron qu’il prétend dénoncer... 

                          en plus, il commet avec cette lettre la même bévue que ce qu’il reproche à Macron : exposer en public des langages et des attitudes qu’il faut réserver à la sphère privée. 

                          Nul doute que le prophète de Caen et des plateaux télés, trouvera une nouvelle raison de se victimiser, à cause du scandale qu’il a lui-même provoqué... 

                        • Plotina Plotina 6 octobre 11:23

                          @Paul Leleu
                          Prophète de Caen, mdr, tout à fait, mais un prophète charlatan ni inspiré ni visionnaire à la pensée délétèreet. Philosophe pyromane ennemi de la sagesse.


                        • Désintox JPB73 6 octobre 10:08

                          Michel Onfray est rédacteur Agoravox ?


                          • Paul Leleu 6 octobre 10:26

                            @JPB73


                            non... mais il trouve des bonnes âmes pour recopier sa prose in extenso dans les 5 minutes, et des modérateurs d’Avox pour le publier aussi prestement... je me faisais la même réflexion...

                            vous comprenez, quand on est un dissident héroïque... 

                          • Astérixx 6 octobre 10:38

                            Exercice difficile pour Michel ONFRAY de devoir s’abaisser au niveau de Macron pour répondre sur un même plan d’égalité.

                            Si MACRON n’avait pas pris plaisir à se rouler dans le caniveau, sans doute que Michel ONFRAY n’aurait pas eu une réponse aussi sentie et percutante !

                            • izentrope 6 octobre 11:28

                              @Astérixx


                              oui ok avec toi
                               je trouve même que le style rabelaisien que prend Michel ONFRAY pour pointer du/des doigt/s le comportement indigne d’un Président et ce qu’il est censé représenter est encore trop classe face au doigt d’honneur d’un repris de justice qui singe l’empapaout(r)age d’un président visiblement consentant !
                              je trouve Monsieur Onfray courageux de s’ériger comme il le fait et je trouve que le ton est bien choisi, pourquoi devrions nous nous habituer à autant de chienlit et de médiocrité de la part d’un président qui ne l’ai pas à mes yeux. 
                              un tel comportement de la part d’un président ne relèverait - il pas d’une expertise psychiatrique ? 


                            • Michel Onfray de se permettre royalement un article sur MAcronus 1er, après avoir détrôné son meilleur allié. Freud himself. Car ici, il s’agit bien d’un anti-OEDIPE. Etre Calife à la place du Calife sans avoir à franchir les étapes (autrement dit : être adulte, faire ses preuves, mettre les mains dans le cambouis,...). IL suffit de traverser la rue pour...se retrouver dans le lit de ....maman (Oeuf type). Brigitte (le fantasme français : et Dieu créa la femme). Papa, basta,.... J’ai ainsi lu une excellente analyse de son premier passage sur les planches : Le magicien. Ou comment s’asseoir sur le trône royal sans avoir à franchir les étapes. L’épouvantail joué par Emmanuel (inspiré du Magicien d’OZ) représente parfaitement ce tout de magie qui permet à l’enfant de devenir Roi,....sans être : adulte. https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Magicien_d%27Oz


                              •  L’épouvantail joué par Emmanuel (inspiré du Magicien d’OZ) représente parfaitement ce TOUR de magie qui permet à l’enfant de devenir Roi,....sans être : adulte. https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Magicien_d%27Oz


                                • bernard29 bernard29 6 octobre 11:36
                                  S’il y en a un qui a reçu « un doigt dans le cul » c’est bien Onfray, et il doit bien le sentir pour être si aigri de son éviction de France Culture. C’est bien mérité pour sa suffisance supposée philosophique.
                                  J’espère simplement que France télévision dans son ensemble lui mettra les 4 derniers. Puisse ce souhait lui donner, peut être, un peu plus de rigueur et de droiture.


                                  • Loatse Loatse 6 octobre 12:06

                                    Michel (si tu permets que je t’appelle Michel)


                                    Toi l’intello de gauche, le garant soudain de la morale
                                    qui prône la construction et la diffusion d’une « pornographie philosophique » que tu ne semble même pas etre capable de définir,
                                    Toi le nihiliste, qui, dogmatique, 
                                    La tête dans le cul si je puis dire, ou plutôt l’inverse, voit des névroses et des refoulements partout ou l’homme ne veut pas se laisser mener par ses sens... ;
                                    Tu t’offusques, tu fais ta vierge effarouchée lorsqu’un regard présidentiel se trouble
                                    qu’une main se pose, que deux êtres s’enlaçent dans une hlm au milieu d’un environnement dévasté..

                                    Un cliché volé en mode arrêt sur image et voilà que tu nous pètes un plomb d’une vulgarité qui m’a laissée comme deux ronds de flan... à défaut de pouvoir vomir..

                                    Cette pornographique prose que tu déverses sur l’objet de ton ressentissement (qu’il soit légitime ou pas) ne serait ce pas là, le signe d’un transfert de tes propres obsessions peut on alors se demander..

                                     Toi le soixante huitard bobo sans tabous, open à la transgression, 
                                    tu t’offusques des codes des jeunes des cités (qui ornent chaque selfie, chaque photo de groupe
                                    ou il est de bon ton d’afficher sa virilité... de dire fuck plutôt que « je suis heureux »)
                                    Forme de pudeur impudique, paradoxe qui devrait te réjouir toi qui en est l’illustration même dans tes écrits..
                                    Avec toi, on passe des « gens dans les gares qui ne sont rien » de ton « chéri » qui dit tout ce qu’il lui passe par la tête, aux écrivains qui ne sont rien qui rejoignent dans ton mépris les scientifiques qui se mettent à la portée des non intellos et « qui ne sont rien » donc, ainsi que les historiens qui se démènent pour sauver de la ruine notre patrimoine culturel, cultuel...

                                    En cela tu rejoins le clan des gens qui possèdent une tellement haute estime d’eux même, qu’ils ne peuvent supporter qui pourraient leur faire de l’ombre, à moinsse que ne te hante la peur de sombrer dans l’oubli... toi le grand philosophe qui n’a même pas été invité à l’Elysée.. (nan mais quelle infamie !)

                                    Ne t’inquiète pas pour cela, moi au moins je ne t’oublierai pas, enfin je n’oublierai pas que j’ai dépensé près d’une centaine d’euros pour du papier imprimé qui une fois lu, a fini à la poubelle...








                                    • Seul bémol dans le cas d’Onfray. Il a osé affronter Roudinesco. Que j’aurais aimé être à sa place..... J’avais les armes pour la mettre K.O.......


                                      • zygzornifle zygzornifle 6 octobre 13:20

                                        Onfray va faire parti de la liste noire des hommes a abattre avec Dieudonné , Zemmour , Moix , Houellebecq etc....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès