• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Lettre du président aux Français que beaucoup de citoyens ne liront (...)

Lettre du président aux Français que beaucoup de citoyens ne liront pas

Avant la parution de cette lettre aux Français, petit échantillon de réactions de citoyens anonymes.

- Une lettre pour traiter les gens de fainéants - ne pas l'ouvrir (elle sera publiée sur le web) et inscrire sur l'enveloppe : retour à l'expéditeur. - qu'il se la garde sa lettre on veut juste sa démission - Dommage que ce ne soit pas une lettre papier, elle aurait eu au moins une utilité... - sa lettre de démission ? ce serait une très bonne nouvelle. - 

Voilà, sans oublier les grands classiques comme "enfumage" "bidon" "menteur" ou "poudre de perlimpinpin". Sont beaucoup plus rares les commentaires qui demandent à voir avant de juger.

En fait, cette lettre s'adresse à tous les Français ou surtout à la macronie ? Croyez-vous le président Macron serait assez stupide pour croire que son Grand débat va changer la donne et convaincre les Gilets jaunes que le temps de la manifestation est passée et qu'il faut laisser la place au débat. Emmanuel Macron serait donc assez sot pour imaginer que les citoyens vont lui accorder une once de confiance, certainement pas, il est au contraire parfaitement lucide sur la situation actuelle et ne se fait pas trop d'illusions sur le résultat de sa consultation populaire. Il arrive qu'un chef d'Etat sans doute trop méprisant, car trop éloigné des problèmes quotidiens de millions de citoyens dont on parle si peu, retombe brutalement sur terre. Mais le mal est fait. Alors, pourquoi cette lettre qui devrait lancer le Grand débat et que beaucoup de Français ne liront pas pour se venger et rendre son mépris au président, ou par scepticisme, voire par dégoût définitif de la politique.

En réalité, le président n'a pas vraiment d'autres solutions que ce débat pour tenter d'éteindre l'incendie de la contestation qu'il n'arrive pas à maîtriser, que de gagner du temps. Il paraît que le temps soigne toutes les blessures, mais il reste les cicatrices.

La dissolution de l'Assemblée n'est pas encore à l'ordre du jour. Mais rien ne dit que le Président de la République ne commence pas à envisager sérieusement cette possibilité. Car personne ne sait jusqu'où peut aller un mouvement qui reste incontrôlable, surtout si ce débat qui sera peut-être suivi d'un référendum ne satisfait finalement personne.

 

La lettre aux Français d'Emmanuel Macron

 

« Chères Françaises, chers Français, mes chers compatriotes,

Dans une période d'interrogations et d'incertitudes comme celle que nous traversons, nous devons nous rappeler qui nous sommes.

La France n'est pas un pays comme les autres.

Le sens des injustices y est plus vif qu'ailleurs. L'exigence d'entraide et de solidarité plus forte.

Chez nous, ceux qui travaillent financent les pensions des retraités. Chez nous, un grand nombre de citoyens paie un impôt sur le revenu, parfois lourd, qui réduit les inégalités. Chez nous, l'éducation, la santé, la sécurité, la justice sont accessibles à tous indépendamment de la situation et de la fortune. Les aléas de la vie, comme le chômage, peuvent être surmontés, grâce à l'effort partagé par tous.

C'est pourquoi la France est, de toutes les nations, une des plus fraternelles et des plus égalitaires.

C'est aussi une des plus libres, puisque chacun est protégé dans ses droits et dans sa liberté d'opinion, de conscience, de croyance ou de philosophie.

Et chaque citoyen a le droit de choisir celles et ceux qui porteront sa voix dans la conduite du pays, dans la conception des lois, dans les grandes décisions à prendre.

Chacun partage le destin des autres et chacun est appelé à décider du destin de tous : c'est tout cela, la nation française.

Comment ne pas éprouver la fierté d'être Français ?

Je sais, bien sûr, que certains d'entre nous sont aujourd'hui insatisfaits ou en colère. Parce que les impôts sont pour eux trop élevés, les services publics trop éloignés, parce que les salaires sont trop faibles pour que certains puissent vivre dignement du fruit de leur travail, parce que notre pays n'offre pas les mêmes chances de réussir selon le lieu ou la famille d'où l'on vient. Tous voudraient un pays plus prospère et une société plus juste.

Cette impatience, je la partage. La société que nous voulons est une société dans laquelle pour réussir on ne devrait pas avoir besoin de relations ou de fortune, mais d'effort et de travail.

En France, mais aussi en Europe et dans le monde, non seulement une grande inquiétude, mais aussi un grand trouble ont gagné les esprits. Il nous faut y répondre par des idées claires.

Mais il y a pour cela une condition : n'accepter aucune forme de violence. Je n'accepte pas, et n'ai pas le droit d'accepter la pression et l'insulte, par exemple sur les élus du peuple, je n'accepte pas et n'ai pas le droit d'accepter la mise en accusation générale, par exemple des médias, des journalistes, des institutions et des fonctionnaires. Si tout le monde agresse tout le monde, la société se défait !

Afin que les espérances dominent les peurs, il est nécessaire et légitime que nous nous reposions ensemble les grandes questions de notre avenir.

C'est pourquoi j'ai proposé et je lance aujourd'hui un grand débat national qui se déroulera jusqu'au 15 mars prochain.

Depuis quelques semaines, de nombreux maires ont ouvert leurs mairies pour que vous puissiez y exprimer vos attentes. J'ai eu de nombreux retours que j'ai pu prendre en compte. Nous allons désormais entrer dans une phase plus ample et vous pourrez participer à des débats près de chez vous ou vous exprimer sur internet pour faire valoir vos propositions et vos idées. Dans l'Hexagone, outre-mer et auprès des Français résidant à l'étranger. Dans les villages, les bourgs, les quartiers, à l'initiative des maires, des élus, des responsables associatifs, ou de simples citoyens… Dans les assemblées parlementaires comme régionales ou départementales.

Les maires auront un rôle essentiel car ils sont vos élus et donc l'intermédiaire légitime de l'expression des citoyens.

Pour moi, il n'y a pas de questions interdites. Nous ne serons pas d'accord sur tout, c'est normal, c'est la démocratie. Mais au moins montrerons-nous que nous sommes un peuple qui n'a pas peur de parler, d'échanger, de débattre.

Et peut-être découvrirons-nous que nous pouvons tomber d'accord, majoritairement, au-delà de nos préférences, plus souvent qu'on ne le croit.

Je n'ai pas oublié que j'ai été élu sur un projet, sur de grandes orientations auxquelles je demeure fidèle. Je pense toujours qu'il faut rendre à la France sa prospérité pour qu'elle puisse être généreuse, car l'un va avec l'autre. Je pense toujours que la lutte contre le chômage doit être notre grande priorité, et que l'emploi se crée avant tout dans les entreprises, qu'il faut donc leur donner les moyens de se développer. Je pense toujours qu'il faut rebâtir une école de la confiance, un système social rénové pour mieux protéger les Français et réduire les inégalités à la racine. Je pense toujours que l'épuisement des ressources naturelles et le dérèglement climatique nous obligent à repenser notre modèle de développement. Nous devons inventer un projet productif, social, éducatif, environnemental et européen nouveau, plus juste et plus efficace. Sur ces grandes orientations, ma détermination n'a pas changé.

Mais je pense aussi que de ce débat peut sortir une clarification de notre projet national et européen, de nouvelles manières d'envisager l'avenir, de nouvelles idées.

À ce débat, je souhaite que le plus grand nombre de Français, le plus grand nombre d'entre nous, puisse participer.

Ce débat devra répondre à des questions essentielles qui ont émergé ces dernières semaines. C'est pourquoi, avec le Gouvernement, nous avons retenu quatre grands thèmes qui couvrent beaucoup des grands enjeux de la nation : la fiscalité et les dépenses publiques, l'organisation de l'Etat et des services publics, la transition écologique, la démocratie et la citoyenneté. Sur chacun de ces thèmes, des propositions, des questions sont d'ores et déjà exprimées. Je souhaite en formuler quelques-unes qui n'épuisent pas le débat mais me semblent au cœur de nos interrogations.

Le premier sujet porte sur nos impôts, nos dépenses et l'action publique. L'impôt est au cœur de notre solidarité nationale. C'est lui qui finance nos services publics. Il vient rémunérer les professeurs, pompiers, policiers, militaires, magistrats, infirmières et tous les fonctionnaires qui œuvrent à votre service. Il permet de verser aux plus fragiles des prestations sociales mais aussi de financer certains grands projets d'avenir, notre recherche, notre culture, ou d'entretenir nos infrastructures. C'est aussi l'impôt qui permet de régler les intérêts de la dette très importante que notre pays a contractée au fil du temps.

Mais l'impôt, lorsqu'il est trop élevé, prive notre économie des ressources qui pourraient utilement s'investir dans les entreprises, créant ainsi de l'emploi et de la croissance. Et il prive les travailleurs du fruit de leurs efforts. Nous ne reviendrons pas sur les mesures que nous avons prises pour corriger cela afin d'encourager l'investissement et faire que le travail paie davantage. Elles viennent d'être votées et commencent à peine à livrer leurs effets. Le Parlement les évaluera de manière transparente et avec le recul indispensable. Nous devons en revanche nous interroger pour aller plus loin.

Comment pourrait-on rendre notre fiscalité plus juste et plus efficace ? Quels impôts faut-il à vos yeux baisser en priorité ?

Nous ne pouvons, quoi qu'il en soit, poursuivre les baisses d'impôt sans baisser le niveau global de notre dépense publique.

Quelles sont les économies qui vous semblent prioritaires à faire ?

Faut-il supprimer certains services publics qui seraient dépassés ou trop chers par rapport à leur utilité ? À l'inverse, voyez-vous des besoins nouveaux de services publics et comment les financer ?

Notre modèle social est aussi mis en cause. Certains le jugent insuffisant, d'autres trop cher en raison des cotisations qu'ils paient. L'efficacité de la formation comme des services de l'emploi est souvent critiquée. Le gouvernement a commencé à y répondre, après de larges concertations, à travers une stratégie pour notre santé, pour lutter contre la pauvreté, et pour lutter contre le chômage.

Comment mieux organiser notre pacte social ? Quels objectifs définir en priorité ?

Le deuxième sujet sur lequel nous devons prendre des décisions, c'est l'organisation de l'Etat et des collectivités publiques. Les services publics ont un coût, mais ils sont vitaux : école, police, armée, hôpitaux, tribunaux sont indispensables à notre cohésion sociale.

Y a-t-il trop d'échelons administratifs ou de niveaux de collectivités locales ? Faut-il renforcer la décentralisation et donner plus de pouvoir de décision et d'action au plus près des citoyens ? À quels niveaux et pour quels services ?

Comment voudriez-vous que l'État soit organisé et comment peut-il améliorer son action ? Faut-il revoir le fonctionnement de l'administration et comment ?

Comment l'Etat et les collectivités locales peuvent-ils s'améliorer pour mieux répondre aux défis de nos territoires les plus en difficulté et que proposez-vous ?

La transition écologique est le troisième thème, essentiel à notre avenir. Je me suis engagé sur des objectifs de préservation de la biodiversité et de lutte contre le réchauffement climatique et la pollution de l'air. Aujourd'hui personne ne conteste l'impérieuse nécessité d'agir vite. Plus nous tardons à nous remettre en cause, plus ces transformations seront douloureuses.

Faire la transition écologique permet de réduire les dépenses contraintes des ménages en carburant, en chauffage, en gestion des déchets et en transports. Mais pour réussir cette transition, il faut investir massivement et accompagner nos concitoyens les plus modestes.

Une solidarité nationale est nécessaire pour que tous les Français puissent y parvenir.

Comment finance-t-on la transition écologique : par l'impôt, par les taxes et qui doit être concerné en priorité ?

Comment rend-on les solutions concrètes accessibles à tous, par exemple pour remplacer sa vieille chaudière ou sa vieille voiture ? Quelles sont les solutions les plus simples et les plus supportables sur un plan financier ?

Quelles sont les solutions pour se déplacer, se loger, se chauffer, se nourrir qui doivent être conçues plutôt au niveau local que national ? Quelles propositions concrètes feriez-vous pour accélérer notre transition environnementale ?

La question de la biodiversité se pose aussi à nous tous.

Comment devons-nous garantir scientifiquement les choix que nous devons faire à cet égard ? Comment faire partager ces choix à l'échelon européen et international pour que nos producteurs ne soient pas pénalisés par rapport à leurs concurrents étrangers ?

Enfin, il est évident que la période que notre pays traverse montre qu'il nous faut redonner plus de force à la démocratie et la citoyenneté. Être citoyen, c'est contribuer à décider de l'avenir du pays par l'élection de représentants à l'échelon local, national ou européen. Ce système de représentation est le socle de notre République, mais il doit être amélioré car beaucoup ne se sentent pas représentés à l'issue des élections.

Faut-il reconnaître le vote blanc ? Faut-il rendre le vote obligatoire ?

Quelle est la bonne dose de proportionnelle aux élections législatives pour une représentation plus juste de tous les projets politiques ?

Faut-il, et dans quelles proportions, limiter le nombre de parlementaires ou autres catégories d'élus ?

Quel rôle nos assemblées, dont le Sénat et le Conseil Economique, Social et Environnemental doivent-ils jouer pour représenter nos territoires et la société civile ? Faut-il les transformer et comment ?

En outre, une grande démocratie comme la France doit être en mesure d'écouter plus souvent la voix de ses citoyens.

Quelles évolutions souhaitez-vous pour rendre la participation citoyenne plus active, la démocratie plus participative ?

Faut-il associer davantage et directement des citoyens non élus, par exemple tirés au sort, à la décision publique ?

Faut-il accroître le recours aux référendums et qui doit en avoir l'initiative ?

La citoyenneté, c'est aussi le fait de vivre ensemble.

Notre pays a toujours su accueillir ceux qui ont fui les guerres, les persécutions et ont cherché refuge sur notre sol : c'est le devoir de l'asile, qui ne saurait être remis en cause. Notre communauté nationale s'est aussi toujours ouverte à ceux qui, nés ailleurs, ont fait le choix de la France, à la recherche d'un avenir meilleur : c'est comme cela qu'elle s'est aussi construite. Or, cette tradition est aujourd'hui bousculée par des tensions et des doutes liés à l'immigration et aux défaillances de notre système d'intégration.

Que proposez-vous pour améliorer l'intégration dans notre Nation ? En matière d'immigration, une fois nos obligations d'asile remplies, souhaitez-vous que nous puissions nous fixer des objectifs annuels définis par le Parlement ? Que proposez-vous afin de répondre à ce défi qui va durer ?

La question de la laïcité est toujours en France sujet d'importants débats. La laïcité est la valeur primordiale pour que puissent vivre ensemble, en bonne intelligence et harmonie, des convictions différentes, religieuses ou philosophiques. Elle est synonyme de liberté parce qu'elle permet à chacun de vivre selon ses choix.

Comment renforcer les principes de la laïcité française, dans le rapport entre l'Etat et les religions de notre pays ? Comment garantir le respect par tous de la compréhension réciproque et des valeurs intangibles de la République ?

Dans les semaines qui viennent, je vous invite à débattre pour répondre à ces questions déterminantes pour l'avenir de notre nation. Je souhaite aussi que vous puissiez, au-delà de ces sujets que je vous propose, évoquer n'importe quel sujet concret dont vous auriez l'impression qu'il pourrait améliorer votre existence au quotidien.

Ce débat est une initiative inédite dont j'ai la ferme volonté de tirer toutes les conclusions. Ce n'est ni une élection, ni un référendum. C'est votre expression personnelle, correspondant à votre histoire, à vos opinions, à vos priorités, qui est ici requise, sans distinction d'âge ni de condition sociale. C'est, je crois, un grand pas en avant pour notre République que de consulter ainsi ses citoyens. Pour garantir votre liberté de parole, je veux que cette consultation soit organisée en toute indépendance, et soit encadrée par toutes les garanties de loyauté et de transparence.

C'est ainsi que j'entends transformer avec vous les colères en solutions.

Vos propositions permettront donc de bâtir un nouveau contrat pour la Nation, de structurer l'action du Gouvernement et du Parlement, mais aussi les positions de la France au niveau européen et international. Je vous en rendrai compte directement dans le mois qui suivra la fin du débat.

Françaises, Français, je souhaite que le plus grand nombre d'entre vous puisse participer à ce grand débat afin de faire œuvre utile pour l'avenir de notre pays.

En confiance,

Emmanuel MACRON

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.4/5   (35 votes)




Réagissez à l'article

204 réactions à cet article    


  • devphil30 devphil30 14 janvier 08:38

    Retour à l’envoyeur sans même l’ouvrir à l’adresse suivante

    Monsieur le Chef de Cabinet du Président de la République, Palais de l’Elysée, 55 rue du Faubourg Saint-Honoré ,75008 Paris.

    Envoi gratuit


    • Fergus Fergus 14 janvier 09:21

      Bonjour, devphil30

      Enorme faute stratégique ! Je vous renvoie à la 2e partie de mon commentaire ci-dessus.

      Le débat est une arme redoutable contre le pouvoir macronien : si un consensus populaire se dégage sur plusieurs points, soit Macron en tiendra compte  le cas échéant en faisant valider plusieurs de ces points par référendum  et le pays recouvrera le calme, soit il n’en tiendra pas compte et il aura droit à une insurrection beaucoup plus virulente que Mai 68 !


    • Arogavox 14 janvier 09:32

       la lettre du jupiter et SON grand débat ne sont pas conformes à notre actuelle constitution  !

       Donc le jupiter s’est piégé lui-même : un large boycott obligera maintenant la justice à tirer les conclusions de ses initiatives qui outrepassent le contrat présidentiel 

      bis répétita : https://www.agoravox.fr/commentaire5402842


    • Arogavox 14 janvier 09:38

      à noter aussi que la lettre et l’initiative individuelle du « Grand débat » confirment avant tout que le Président de la République établit soi-même officiellement le constat que les processus d’exercice du pouvoir prévus par notre Constitution en vigueur seraient non efficients, insuffisants et donc inadaptés.

        

       Contradiction : lorsque vous avez signé un contrat dont les termes vous paraissent inadaptés, ce n’est pas à vous de décider unilatéralement de modifier ces termes !
       Si vous ne savez pas ou ne pouvez pas faire évoluer honnêtement ce contrat, il ne vous reste qu’à démissionner !  Sinon vous commettez « en même temps » un abus et une manifestation flagrante de prétention irrespectueuse et fautive. 

        
         
      Noter aussi  que la confusion de jupiter entre le régime représentatif et un mandat impératif (qui s’attacherait à défendre un « programme électoral » voulu en fait actuellement par une minorité des Français) ... est certes inspirée par l’incohérence de notre actuelle constitution qui mélange les genres incompatibles ; cf cette citation :

      « En faisant coexister un régime représentatif avec des procédures de démocratie directe, la Ve République mêle donc les deux notions »

      -voir http://www.vie-publique.fr/decouverte-institutions/institutions/approfondissements/souverainete-nationale.html 
      et :

       « Le principe de la souveraineté nationale implique par ailleurs l’interdiction du mandat impératif. »

      Alors, oui, cela ne peut plus durer et il faut faire quelque chose.
      Mais ce n’est pas celui et ceux qui ont signé un contrat inacceptable, et qui ne commencent à le reconnaître que sous la pression des exigences du peuple, qui peuvent avoir une quelconque légitimité à arbitrer et guider les nécessaires et indispensables changements ou remplacements constitutionnels !


    • Fergus Fergus 14 janvier 09:48

      Bonjour, Arogavox

      Il est complètement absurde de prétendre que ce grand débat n’est pas constitutionnel ! Nulle part dans la constitution, il n’est interdit à l’exécutif de consulter, que ce soit les élus de la nation, les corps intermédiaires ou le peuple par quelque moyen que ce soit.

      C’est uniquement lors de la mise en oeuvre des décisions éventuellement prises au terme de ce débat que pourront se poser des questions d’ordre constitutionnel.


    • Arogavox 14 janvier 09:55

      Cette « lettre aux français », qui a un cout, est aussi un gaspillage inacceptable d’argent public.

        Un représentant et incarneur de peuple doit d’abord s’adapter à ce peuple, s’y conformer le plus parfaitement possible ! ... et non pas, à l’inverse, faire preuve de la pathétique prétention à vouloir modeler ce peuple, le pédagogiser pour lui faire avaler les couleuvres qu’Il a conçues dans sa (grosse ? petite ?) tête jupitérienne !


    • Arogavox 14 janvier 10:12

      @Fergus
      Ce qui est anticonstitutionnel n’est pas de vouloir consulter le peuple, mais il absurde de ne pas voir que c’est la façon de s’y prendre.
        Notre Constitution a défini les seules techniques autorisées pour cela, bien avant que notre impétrant ne soit procédurièrement mandaté :
        qu’on le souhaite ou pas, puisqu’il nous est intimé d’être procéduriers, les seules techniques autorisées par notre Constitution pour consulter le peuple sont l’élection des représentants (et ce n’est donc certainement pas un seul de ces élus qui pourrait se permettre d’exiger tout seul Ses diktats) et le référendum !
        
        Pour être honnête et respectueux du mandat électif, si l’on veut introduire de nouvelles techniques de consultation (genre « Grand Débat » ou autre) il faut donc d’abord obtenir un changement légal de notre Constitution !
      (C’est bien pour cela que certains candidats avaient compris que la seule façon de changer honnêtement les règles de légitimation du pouvoir était de se faire élire avec comme seule mission la conduite/arbitrage de ce changement constitutionnel préalable indispensable)


    • Arogavox 14 janvier 10:21

      @Fergus
       La lettre du jupiter n’est par ailleurs pas une consultation du peuple, mais à l’inverse, un lavage de tête insipide arbitrairement élucubré imposé à un peuple qui n’a jamais acheté cela !


    • devphil30 devphil30 14 janvier 11:17

      @Fergus

      Justement c’est vous qui faites une énorme erreur car la lettre encadre le débat suivant la volonté de Macron.

      Lui renvoyer la lettre est une consternation de son courrier et le débat est une autre chose plus large qui doit sortir du cadre dans le quel il veux enfermer le débat.

      Pourquoi les mairies recueillent les doléances des Français si ensuite la moitié sera jeté car hors périmètre de Jupiter ? 

      Donc cela sert à quoi ?

      La lettre est largement disponible sur internet pour ne pas avoir à la lire sur format papier ... écologie ou marketing politique.

      Le but de cette lettre est de montrer que Jupiter s’adresse directement à son peuple

      Et moi je vous dis que le peuple il s’en tartine de sa lettre et qu’il faut lui renvoyer rapidement

      Une discussion ne peux pas être biaisé à l’avance


    • lucidus lucidus 14 janvier 11:30

      @Fergus

      Depuis quand tient-on compte du résultat des débats et des référendums ? Je vous rappelle que les francais on voté NON à l’Europe de Mastricht. Transformation en OUI, par levtraité de Lisbonne. Nous sommes en dictature, Fergus. Ce que l’on fait sur la soupape AG, c’est « cause toujours ». Je ne veux pas croire que vous êtes stupide, non, certainement pas... Ingénu, naïf, bisounours ?


    • oncle archibald 14 janvier 11:36

      @Arogavox : « Cette « lettre aux français », qui a un cout, est aussi un gaspillage inacceptable d’argent public. »

      Et la remise en état de tous les équipements publics bousillés par les GJ ça n’est pas « un gaspillage inacceptable d’argent public » ?

      Et la mise à terre de nombreux petits commerces ça n’est pas une atteinte inacceptable aux biens privés ?

      Et la prospérité assurée des multinationales type Amazon largement assurée cette année par les GJ au détriment du commerce local ça n’est pas tout simplement une grosse connerie imputable aux GJ ?

      Le coût de la lettre de Macron dans tout ça ? De la roupie de sansonnet !


    • Le Panda Le Panda 14 janvier 14:40

      @devphil30

      Retour à l’envoyeur sans même l’ouvrir à l’adresse suivante

      Monsieur le Chef de Cabinet du Président de la République, Palais de l’Elysée, 55 rue du Faubourg Saint-Honoré ,75008 Paris.

      Envoi gratuit

      Je ne sais pourquoi mon commentaire de ce matin a sauter, mais je confirme et je l’ai fais, ce n’est pas mon article et ne peux le prouver, mais j’ai envoyer un courrier au Chef de Cabinet du Président de la République. Ce courrier m’est revenu « refusé non affranchi » J’ai repris le même courrier je l’ai envoyé en R.A.R. et là, je suis en possession de l’A.R en l’adressant à son Chef de Cabinet. L’envoi n’est gratuit que pour le Président de la République ou je me suis fait avoir ! J’ai les deux documents.

      Le Panda 


    • michalac michalac 14 janvier 15:19

      @Le Panda

      « Ce courrier m’est revenu « refusé non affranchi » »

      Peut-être aviez vous pris soin d’inscrire « le panda » en en-tête de l’enveloppe d’expédition...


    • Le Panda Le Panda 14 janvier 16:03

      @michalac

      « Ce courrier m’est revenu « refusé non affranchi » »

      Peut-être aviez vous pris soin d’inscrire « le panda » en en-tête de l’enveloppe d’expédition...

      Vous avez poussé ma curiosité je viens de me rendre compte que j’avais posé votre adresse de débile vous êtes à l’image de MACRON

       smiley 
       smiley


    • Le Panda Le Panda 14 janvier 16:50

      @devphil30
      Je n’ai jamais écrit autre chose, il n’y a qu’au Président de la République que l’envoie est « Gratuit » merci de votre lien qui confirme ce que je vous écrit. Ensuite que les courriers soient dispatchés en divers services c’est indéniable. Mais écrire à son Chef de Cabinet c’est « payant » les deux formules indiquées plus haut sont chez moi. Merci pour le lien 


    • germon germon 14 janvier 18:51

      @devphil30
      La lettre de M est assez longue pour être utilisée comme « papier wc »
      La seule « doléance » a déposer en Mairie ?  « M démission »
      Le référendum RIC avec une seule question :
       M doit il démissionner (bulletin= ) oui non

      Sinon on finira tous sur la paille


    • abédéga abédéga 15 janvier 23:16

      @devphil30 Et tu veux prouver quoi ????Que TOI tu as raison ??? il est beau mon pays avec des kons pareils !!!!!!!!


    • abédéga abédéga 15 janvier 23:33

      @Arogavox 

      Tu représentes 1:67 000 000 eme des français et tu veux que ton président se conforme à TA volonté .....manque pas d’air !!!!!


    • Alren Alren 20 janvier 18:39

      @Fergus

      « si un consensus populaire se dégage sur plusieurs points, soit Macron en tiendra compte »

      Ah bon ! Alors qu’il est évident qu’un consensus se dégage sur le rétablissement de l’ISF, l’impôt de solidarité sur la fortune et qu’il a déjà dit qu’il ne reviendrait pas sur ses décisions précédentes et qu’il garderait le cap des contre-réformes qui visent à supprimer les droits des travailleurs, rogner fortement sur les retraites, privatiser et briser l’État-nation au profit d’une provincialisation dirigée de l’étranger par la Commission de l’UE.


    • leypanou 14 janvier 08:44

      La transition écologique est le troisième thème, essentiel à notre avenir. Je me suis engagé sur des objectifs de préservation de la biodiversité et de lutte contre le réchauffement climatique et la pollution de l’air. Aujourd’hui personne ne conteste l’impérieuse nécessité d’agir vite 

       : l’imposture du siècle est donc l’un des thèmes de débat.

      Plus de 2 millions de neuneus ont signé la pétition pour le climat, promu 24h/24 dans les msm. Hier encore, Marie Toussaint a été invitée dans l’émission « boboïste » C politique pour faire de la propagande.

      Un pays incapable de régler le problème des algues vertes en Bretagne depuis de nombreuses années et qui prétend vouloir limiter la température de la surface du globe à 1,5°C ? smiley

      Bref, beaucoup à dire sur cette lettre, mais peut être résumé en  : ce n’est que de l’enfumage à l’échelle nationale.


      • gruni gruni 14 janvier 08:59

        @leypanou

        « Un pays incapable de régler le problème des algues vertes en Bretagne... »

        Vous avez raison, ce n’est certainement pas la France seule qui représente seulement 1% de la population mondiale qui peut régler le problème du réchauffement climatique. Mais, comme vous l’écrivez, si nous sommes victimes de « l’imposture du siècle » et que donc tout va bien au niveau du climat, merci de m’avoir rassuré. Je vais donc pouvoir continuer ma vie de neuneu comme avant.


      • gruni gruni 14 janvier 09:27

        @gruni

        Erreur, lire 1% de la pollution mondiale, et non population


      • Fergus Fergus 14 janvier 09:27

        Bonjour, gruni

        A noter que Leypanou  il faut lui reconnaître cela  est opiniâtre : il est l’un des très rares sur ce site à nier l’influence humaine du réchauffement climatique. Personnellement, je suis comme toi un « neuneu » qui fait confiance à l’écrasante majorité des scientifiques qui se sont exprimés sur cette question d’une importance vitale pour l’avenir de nos descendants.

        Et pour ce qui est des « algues vertes », Leypanou sait parfaitement qu’il ne s’agit là que d’une consternante duplicité des élus locaux qui cèdent aux puissants lobbies agricoles : rien à voir avec une incapacité à résoudre ce problème !


      • gruni gruni 14 janvier 09:37

        @Fergus

        Bonjour Fergus

        Eh oui, comme beaucoup de neuneus nous n’avons guère d’autres choix que de croire les scientifiques qui très majoritairement ont pointé la responsabilité des hommes dans le dérèglement climatique. Peuvent-ils se tromper ? Je serais incapable de le démontrer, alors jusqu’à preuve irréfutable du contraire je vais rester un neuneu.


      • lloreen 14 janvier 09:44

        @gruni
        " Je serais incapable de le démontrer,

        "

        0,038% de CO2 dans l’air dont 96% produit par la nature et le reste par l’homme...
        4% de 0,038%=0,00152%...


      • gruni gruni 14 janvier 09:57

        @lloreen

        Je ne sais pas si vos chiffres sont justes, mais admettons qu’ils le soient. Cela ne change absolument rien au fait que le dérèglement climatique et une réalité dénoncée par la majorité des scientifiques. Vous-est-il arrivé de penser que c’est les climato-sceptiques qui se trompent et cherchent à nous enfumer. On se demande bien pourquoi. Rappelez-vous, le tabac qui n’était pas cancérigène... Surtout pour les vendeurs de tabac.


      • arthes arthes 14 janvier 10:24

        @gruni
        Vous considérez que le l humain peut intervenir sur le climat comme sur un radiateur ?
        Suffit de tourner le bouton dans le bon sens et on ramène la température où on souhaite qu elle soit ? 
        ’Tain, trop fort.
        Le climat à trouve son maître.
        Objectif : 1.5°
        Si les experts le disent....
        O climat suspend ton rechauffement !!!


      • gruni gruni 14 janvier 10:31

        @arthes

        Heu non, j’ai jamais pensé ça. En fait je pense et je l’ai dit souvent, que si l’homme est responsable du réchauffement nous sommes tous foutus. C’est déjà trop tard et l’homme est trop con pour essayer au moins de limiter les dégâts. Donc tant pis, les scientifiques sont des idiots et nous allons dans le mur le sourire aux lèvres.


      • leypanou 14 janvier 10:45

        @Fergus
        il est l’un des très rares sur ce site à nier l’influence humaine du réchauffement climatique 

         : oh la là, alors Fergus, on raconte n’importe quoi ?

        Pendant que vous y êtes, écrivez aussi que je suis le SEUL à nier l’influence humaine du réchauffement climatique.

        Et puis, de toute façon, le nombre n’est pas gage de justesse. Mais, dans notre cas, sur agvx, c’est 50-50 je pense.

        Mais, vous avez encore du chemin à faire concernant la manipulation de masse ; que matin, midi et soir, quasiment tout le monde ânonne le dérèglement climatique dû à l’homme ne vous fait pas tiquer. Un mot d’ordre promu par le fameux Jeffrey Sachs lors de la COP21 (Fabius, Bill Gates,etc,etc) , celui qui a coulé l’URSS dans les années 90, ne peut être que louche. Mais cela est une méfiance qui ne vous dérange pas.

        Continuez de croire à l’enfumage du GIEC avec LFI qui elle en plus soutient l’Aquarius qui sauve des vies.

        PS Le GIEC pour ceux qui ne veulent pas mourir idiots.


      • Eric F Eric F 14 janvier 11:11

        Qu’il faille réduire l’émission de polluants dans l’air, cela personne ne le conteste. Les progrès technologiques ont déjà donné des résultats considérables, il y a avait bien plus de fumées et particules il y a vingt ans qu’aujourd’hui au coeur des vllles, et au gré du remplacement naturel des véhicules et des chaudières, de l’isolation croissante des logements. Il faut poursuivre, non pas par la taxation, mais par l’optimisation des déplacements (700 milliards de kilomètres parcourus annuellement sur les routes est en effet considérable), rapprocher le logement du travail, créer des pool de télétravail dans les villes moyennes, etc. Quand on voit que les deux pays les plus pollueurs, la Chine et les USA, ont des carburants deux fois moins chers qu’ici, et que dans divers pays du monde s’ouvrent de nouvelles centrales à charbon, surdramatiser spécifiquement en France parait surréaliste.


      • JC_Lavau JC_Lavau 14 janvier 11:18

        @gruni. N’hésite pas à exhiber tes études et tes diplômes en physique de l’atmosphère, en océanographie, en physique du rayonnement et des absorptions spectrales, en pédologie et physiologie végétale, en histoire et paléontologie.
        N’hésite pas à exhiber combien d’escrocs, nationaux ou internationaux tu as fait tomber.

        Nos états de service ne sont en rien comparables.


      • JC_Lavau JC_Lavau 14 janvier 11:25

        @Fergus. Grâce à ta crédulité envers les media aux ordres, v’la que tu disposes désormais du bouton de réglage du climat  !
        Peste !


      • JC_Lavau JC_Lavau 14 janvier 11:29

        @leypanou. Enfumage à l’échelle nationale ?
        Que nenni : escroquerie à l’échelle planétaire.
        Shell, BP et Rockefeller furent les premiers donateurs du C.R.U., promouvant l’enfumage à l’échelle britannique d’abord, planétaire par la suite.
        Maggie n’en fut l’idiote utile que quelques années avant de se raviser devant la stupidité des gens qu’elle avait fait riches avec l’argent du contribuable.


      • Eric F Eric F 14 janvier 11:31

        http://www.editionsdutoucan.fr/livres/essais/lair-est-pur-paris#.W8zK-GgzbIU

        extrait : "[à Päris] les concentrations des particules fines les plus dangereuses, les fumées noires, ont été divisées par 20 depuis le milieu du siècle dernier, du fait des progrès considérables des industries, des immeubles et des véhicules« 

         »depuis plusieurs années, les appareils de surveillance n’enregistrent rigoureusement plus rien pour le plomb et le dioxyde de soufre (SO2), et ils ont été retirés du service. Le résultat est voisin pour le monoxyde de carbone (CO) et le benzène (C6H6) dont les valeurs observées ont été tellement réduites qu’elles se situent très en dessous de toutes les normes nationales et internationales. La situation n’est guère différente pour le dioxyde d’azote (NO2) ... [dont] le seuil d’alerte n’a plus été franchi depuis plus de 20 ans

        "


      • Fergus Fergus 14 janvier 11:50

        Bonjour, JC_Lavau

        « v’la que tu disposes désormais du bouton de réglage du climat  ! »

        Ai-je dit quelque chose d’approchant ? Ben non !!! La dénaturation des propos des contradicteurs est décidément un sport très pratiqué sur AgoraVox.

        Je pense que les effets de l’action humaine sur le réchauffement climatique implique des efforts de tous, particuliers et surtout états. Et ce n’est pas en niant ces effets que l’on progressera sur ce dossier sensible !


      • oncle archibald 14 janvier 11:52

        @gruni : « Rappelez-vous, le tabac qui n’était pas cancérigène... Surtout pour les vendeurs de tabac. »

        Oui mais là ? Il n’y a pas de « vendeur » qui pourrait tirer un bénéfice des théories climatosceptiques. A l’inverse il y a de nombreux lobbies qui tirent et espèrent tirer d’énormes bénéfices de la théorie de la pollution.

        Exemple criant en ce qui concerne les bagnoles. On veut nous faire jeter aux orties toutes les voitures à moteur diesel. Or les voitures à moteur diesel récentes sont toutes équipées d’échappements avec filtre à particules, qui consomment nettement moins à performances égales qu’un moteur essence. Donc à la sortie il y a moins de rejets de gaz polluants dans l’atmosphère avec une voiture diesel moderne qu’avec son identique à moteur essence.

        Mais c’est défendu de le dire. Et c’est tellement rentable d’inciter tous les automobilistes à changer de voiture, y compris en instituant des règles de circulation qui vont empêcher de pénétrer dans des villes avec une voiture diesel. Les usiens de bagnoles tournent et l’état récupère 20% de TVA sur chaque vente !

        En outre il est incompréhensible que l’on vienne emmerder les pauvres gens qui sont obligés par leurs maigres revenus a rouler avec des voitures anciennes tandis qu’on ne fait absolument rien pour empêcher les grands navires qui trimballent le commerce international et les grands paquebots qui ressemblent à des hlm flottants de polluer à qui mieux mieux.

        Les lobbies eux ont bien compris tout l’intérêt qu’il y avait à focaliser l’esprit des neuneus sur le danger épouvantable que l’on fait encourir à la planète en roulant avec un diesel ou en faisant bruler trois feuilles mortes dans son jardin !

        Votre argument se retourne contre vous !


      • troletbuse troletbuse 14 janvier 12:02

        @leypanou
        Mais non. Regardez cet article. Je pense que l’homme est responsable de la disparition des anneaux de Saturne. A cause du réchauffement climatique, les particules de glace des anneaux fondent.  smiley
        https://fr.news.yahoo.com/anneaux-saturne-amen%C3%A9s-%C3%A0-dispara%C3%AEtre-234911266.html?guccounter=1


      • JC_Lavau JC_Lavau 14 janvier 13:07

        @Fergus. Elles sont où tes études sur la physique de l’atmosphère ? Sur la physique du rayonnement et des absorptions spectrales ? Sur la thermodynamique ? Sur la physiologie végétale ? Sur l’histoire des climats ? En géosciences ? en volcanologie et océanographie ?

        Ah oui bien sûr, tu te fies à la presse aux ordres...
        Dont les patrons sont tellement honnêtes.
         

        — 
        Gang Intergouvernemental d’Escrocs Carbocentristes, et fraude à
        l’évolution climatique :
        http://deonto-ethics.org/impostures/index.php?board=30.0

      • gruni gruni 14 janvier 15:26

        @oncle archibald

        Bien sûr que si oncle archibald, les plus gros pollueurs de la planète, les industriels et les producteurs de pétrole ont tout intérêt à minorer le réchauffement climatique dû aux produits carbonés.
        Deuxième point ou vous avez faux, les voitures diesels modernes ne sont pas jeté aux orties par le gouvernement. Au contraire, elles bénéficient de la prime à la conversion. C’est bien la preuve qu’on ne veut pas sortir du diesel.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès