• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Liberté d’information, médias, gilets jaunes

Liberté d’information, médias, gilets jaunes

Je profite de la mise en cause de l’objectivité des journalistes et des médias quant à la couverture des manifestations de gilets jaunes, pour faire un petit topo sur l’origine des informations et des sondages qui gouvernent la vie publique dans les démocraties représentatives.

Commençons par les instituts des sondages, dont on entend parler tout le temps et qui donnent le « la » aux carrières politiques, influençant au passage les résultats des élections.

En dehors du fait que ces instituts travaillent à partir d’échantillons de personnes, c’est-à-dire qu’à la base déjà le résultat est très aléatoire (en gros, on ne peut pas et on ne doit se fier aux résultats des sondages).

Néanmoins, la communication telle qu’elle est pratiquée aujourd’hui, avec le développement exponentiel des médias sociaux, des chaines d’infos en ligne, etc, nous avons quotidiennement notre lot de sondages à digérer.

Seulement, est-ce que le Français lambda (même s’il n’existe pas car il s’agit d’une utopie facilitatrice) se demande à chaque fois qu’il lit les résultats d’un sondage ou qu’il écoute un compte rendu à la télé ou à la radio, qui se cache derrière ces énormes machines à manipuler les opinions ?

Juste quelques infos glanées à droite et à gauche. Médiapart nous dit dans un de ses papiers qu’il est toujours intéressant de savoir qui donne les informations. Par exemple les instituts de sondage, qui influencent les électeurs appartiennent à qui ? Prenons les principaux d’entre eux : CSA appartient au groupe Bolloré, qui détient également le groupe Havas et plusieurs journaux gratuits. BVA appartient au groupe Bolloré à Patrick Drahi et Rothschild. IFOP appartient à l’ancienne présidente du MEDEF Laurence Parisot (actionnaire majoritaire). IPSOS appartient à Pinault et Fidelity (fonds d’investissement américain). SOFRES appartient à Fidelity.

Comment, dans ce cas, peut-on parler de démocratie et de liberté des médias ? Je ne dis pas que la France est au même niveau que la Turquie dans ce domaine. Mais, il faut cependant se poser la question du pluralisme et du contrôle des médias.

Il est évident que ces industriels ne sont pas des enfants de chœur ; ils n’investissent pas de milliards pour contrôler les médias et les sources d’information pour faire œuvre caritative : ils servent tout d’abord et avant tout leurs propres intérêts.

Dans le domaine de l’information toujours, je ne donnerai ici que quelques exemples supplémentaires (sans entrer dans le détail), quitte à revenir sur la question dans un autre papier : Patrick Drahi est celui qui contrôle également BFM TV… Bolloré contrôle plusieurs médias en France, Dassault également…

Conclusion : quand les médias vous disent que l’information est libre en France, il faut les croire !!!


Moyenne des avis sur cet article :  4.15/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • Arogavox 15 janvier 16:17

    Liberté d’information concernant les sondages ?

     Les sondage fabriquent de l’information en prétendant se contenter de la divulguer.

    Car les lois universelles de la physique nous apprennent que toute mesure déforme l’objet mesuré.

     Même en supposant une absence de triche et de mensonges dans les processus statistiques, les techniques de choix de échantillons, les corrections de biais estimées on ne sait comment ...

     restent le choix des questions, la formulation de ces questions, le moment où sont posées ces questions ...

     Sans aller jusqu’aux finesses de la maïeutique, la formulation d’un seul sondage permet une infinité de subtilités susceptibles d’impacter l’interprétation du sondage.

    Prenons ce cas particulier :

    « Soutenez-vous toujours le mouvement des gilets jaunes ? »

    cf https://www.mesopinions.com/sondage-resultats/social/soutenez-toujours-mouvement-gilets-jaunes/10278

    Les 62% de oui doivent-ils être augmentés du pourcentage des « non » compris comme : « Il m’arrive parfois, mais pas toujours, de le soutenir ». ?

    ou de ceux qui ont pu être compris comme : « je commence tout juste à le soutenir » ?

    ou de ceux qui n’ont pas pu préciser : « je ne suis pas en position de seulement le soutenir puisque j’y participe »

    Doit-il aussi être augmenté du pourcentage relatif de ceux qui au sein du mouvement, le soutiennent tellement qu’ils n’ont même pas eu le loisir de se préoccuper de ce sondage ?!

     ;)


    • zygzornifle zygzornifle 15 janvier 16:57

      La presse est aux ordres de Macron et apparemment ça lui plait elle ne moufte pas.

      Comme le disait si bien Coluche , les politiques mentent, les journalistes le savent mais ils divulguent quand même l’information ....


      • Arogavox 15 janvier 17:50

        @zygzornifle
        Chut, faut pas le répéter ! Car comme disait justement Coluche : 
        « On ne peut pas dire la vérité à la TV : il y a trop de monde qui regarde »


      • pipiou 15 janvier 20:44

        Les sondages sur le soutien des Gilets Jaunes sont effectivement totalement bidons : c’est à peine 20% des Français qui les soutiennent.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Carlo Gallo


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès