• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Libye : approfondir les blessures du corps arabe

Libye : approfondir les blessures du corps arabe

JPEG

Depuis les troubles de 2011, le corps arabe a subi de nombreuses blessures et crises. Le simple fait de parler de la sécurité collective arabe, de la sécurité nationale et de l’unité de la classe arabe est devenu discutable. Les conflits internes et les interventions extérieures ont endommagé le tissu social et national de certaines sociétés arabes et ont enraciné les divisions et les différences sectaires et politiques entre les peuples d’un même peuple.

Malgré ce qui se passe au Yémen, en Syrie, en Irak et en Libye, et l’ingérence iranienne flagrante qui a contribué, ou plutôt provoqué, les crises dans certains pays arabes, l’aventure que le régime turc entend entreprendre en Libye sera une nouvelle catastrophe qui affectera notre monde arabe.

Le président Erdogan a procédé à une intervention militaire en Syrie. Il n’a trouvé personne pour l’arrêter, soit à cause des intérêts divergents des grandes puissances internationales, soit à cause de la lassitude du système arabe d’action collective et de sa faible capacité à construire une position forte contre le projet turc.

L’intervention militaire d’Erdogan va provoquer une nouvelle catastrophe pour un pays arabe enlisé dans des conflits qui durent depuis de nombreuses années.

Il ne fait aucun doute que l’intervention des forces turques en Libye pour soutenir le gouvernement Al-Sarraj contre l’armée nationale libyenne n’annonce pas seulement le déclenchement d’une guerre régionale de grande envergure. Mais elle menace également d’attirer toutes les organisations terroristes armées de tous bords pour faire de la Libye un nouveau point de rassemblement. La Libye, avec ses ressources naturelles et ses richesses, pourrait devenir une ambition convoitée par ces organisations, qui ont perdu leurs sources de revenus avec l’effondrement de leur soi-disant califat en Syrie et en Irak.

Le président Erdogan veut créer une nouvelle réalité régionale dans laquelle la Turquie aura un rôle dominant majeur. Il est en concurrence avec le régime des mollahs, qui s’est étendu dans de nombreux pays arabes, et s’est même vanté à un moment donné du contrôle de capitales arabes anciennes comme Bagdad, Damas et Sanaa.

Le sultan turc qui rêve de gloire à ses ancêtres veut que son pays ait un nouveau rôle dans les pays arabes déchirés par la guerre. Nous avons vu comment il est intervenu en Syrie pour contrôler une partie de son territoire en demandant la création d’une zone de sécurité pour les réfugiés. Le voilà maintenant qui intervient en Libye, à environ deux mille kilomètres de la frontière turque, prétendument pour protéger le gouvernement de Sarraj et les citoyens libyens d’origine turque.

Fayez al-Sarraj, chef du gouvernement de Tripoli, a fait fausse route en ignorant la réalité et les calculs géostratégiques et en s’alignant et s’alliant avec la Turquie sous le couvert d’un protocole d’accord. Le document qu’il a signé avec le président Erdogan a ouvert la porte à une intervention militaire turque.

Il a également commis l’erreur d’ignorer la volonté du peuple libyen, qui a payé cher la défense de ses terres contre les envahisseurs et les colons tout au long de l’histoire.

Une troisième erreur a été d’ignorer les leçons et les conséquences des actions des Houthis au Yémen, qui se sont alliés avec les mollahs iraniens aux dépens du peuple yéménite, et ont ignoré les intérêts des grandes puissances régionales telles que l’Arabie Saoudite et le reste du CCG. En raison de l’intransigeance de Houthi et de son insistance sur une alliance avec l’Iran aux dépens des intérêts du peuple yéménite, le Yémen n’a vu que des crises.

Al-Sarraj s’est également trompé lorsqu’il a cru que la convocation d’un soutien militaire turc passerait inaperçue des grandes puissances comme les Etats-Unis, la Russie, la France et l’Italie et qu’une grande puissance régionale comme l’Egypte pourrait accepter la présence d’une armée turque à ses frontières.

Une intervention militaire turque en Libye, si elle devait avoir lieu, serait une nouvelle catastrophe qui frapperait durement le corps arabe. Elle nécessiterait un redressement à la mesure de l’ampleur et des résultats de cette nouvelle catastrophe.

La Libye n’est pas une colonie turque. Le peuple libyen n’a pas demandé l’aide du sultan Erdogan, qui prétend protéger environ un million de Libyens d’origine turque.

Afin de s’attaquer sérieusement à cette crise imminente, une position arabe collective sérieuse, pratique et réaliste est maintenant nécessaire pour faire face à l’intervention militaire directe de la Turquie en Libye.

Il faut également que les trois voisins de la Libye les plus étroitement liés aux conséquences d’une escalade du conflit militaire en Libye, à savoir l’Égypte, l’Algérie et la Tunisie-les parties arabes les plus touchées par les événements aux frontières libyennes-jouent un rôle politique et diplomatique conjoint et efficace.

Bien sûr, cela ne signifie pas que la situation en Libye est une affaire privée arabe. C’est plutôt une question qui touche l’ensemble de la communauté internationale.

La Libye est géographiquement importante pour l’UE, d’autant plus qu’en plus des ressources et des atouts naturels que possède la Libye et qui la placent au centre de l’attention de tous, elle est une porte d’entrée importante pour l’immigration clandestine.

Soutenir la position arabe collective est une responsabilité internationale pour maîtriser le sultan turc et l’empêcher de déclencher un conflit régional qui sera payé par tout le monde dans la région arabe et au-delà.


Moyenne des avis sur cet article :  1/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • jef88 jef88 8 janvier 18:36

    Belle analyse !

    Mais le bazar continuera tant que sunnites et chiites ne parviendrons pas à s’entendre ....

    En fait, ils n’essaient même pas ! ! !


    • Areole 8 janvier 21:26

      C’est quoi ce « peuple arabe » dont vous nous rebattez les oreilles ?

      Là où vous voyez « un peuple » je ne vois qu’une multitude de tribus sanguinaires qui se massacrent joyeusement entre elles avant de s’unir pour exécuter des razzias parmi les mécréants. Et vous voudriez que ces mécréants interviennent dans vos guerres intestines au nom de la « responsabilité internationale » ? Vous plaisantez j’espère...

      SVP, laissez-nous en dehors de vos massacres.


      • phan 9 janvier 09:12
        Le Qatar a financé et armé dès 2011, tous ces groupes terroristes, décrétés démocrates par l’occident à l’appel de Sarkozy et de Lévy, afin de réduire la Libye à l’état de chaos.
        Le Qatar a payé et armé les djihadistes qui assassinent le peuple libyen et les autres peuples de la région, y compris les peuples du Sahel.
        Les 120 pays « amis » de la Syrie y compris des pays arabes ont largement contribué la guerre de destruction de 2 nations arabes laïques de Syrie et d’Irak.
        La coalition menée par les wahabbites saoudiens et émiratis avec le support sans faille et sans vergogne des pays occidentaux ont affamé, bombardé et tué au Yémen.

        Libye : approfondir les blessures du corps arabe par l’esprit arabe, vaste programme !

        • phan 9 janvier 17:29
          Le boucher, frère musulman d’Ankara, le boucher salafiste d’Istanbul (Momo Saw VI) et le boucher corrompu de Tel-Aviv sont sur un bateau. Khashoogi tombe à l’eau, quel boucher va-t-il au gnouf ?

        • Christian Labrune Christian Labrune 9 janvier 13:11

          La Libye sera le cercueil des illusions du boucher d’Ankara.


          • MagicBuster 9 janvier 14:00

            J’ai raté l’épisode ou le monde arabe est représenté par le Qatar.

            Quelqu’un à le résumé ou un lien SVP ?

            Rappel depuis 1536 : https://fr.wikipedia.org/wiki/Alliance_franco-ottomane

            Bonne journée.


            • cedrikparent cedrikparent 9 janvier 17:14

              Oui hélas ; les peuples ont les gouvernements qu’ils méritent, parfois malheureusement.


              • GHEDIA Aziz GHEDIA Aziz 10 janvier 14:15

                S’il y a un pays qui doit jouer un rôle très important en Libye (et il va le faire), c’est bien l’Algérie. Tout le reste n’est que littérature. 


                • Jonas 11 janvier 19:36

                  J’ai toujours été contre ,les interventions occidentales , en Afrique comme au Proche et Moyen-Orient, elles n’ont été que des échecs, cuisants. Quelle que soit leur volonté , les occidentaux , ne comprennent rien au monde arabo-musulman , mêmes les spécialistes , de cette région sont des spécialistes du passé à l’exception d’une minorité. 

                   Le fait que le monde arabo-musulman est orphelin d’un leadership, la Turquie et l’Iran , cherchent à s’engouffrer dans la brèche afin de combler le vide. 

                  Mais , ni l’Iran chiite , ne peut être accepté, ni la Turquie sunnite avec son passé ottoman , non plus. D’ ailleurs le Président Algérien .Tebboune , n’a pas pris de gants pour tancer le Président ,Tripolitain , Fayez Farraj , lors de sa visite en Algérie. L’Algérie ne veut pas de Turquie en Libye, avec juste raison. Car le sultan « frère musulman » est un perturbateur de premier plan. Ses prises de positions et ses changements de directions dans le conflit syrien montrent que ce n’est pas un homme fiable. 

                  Je pense que le seul pays , qui peut jouer un rôle pour régler le conflit de Libye est l’Algérie , elle a une frontière commune assez importante avec ce pays, et ne peut rester trop longtemps indifférente , de peur d’être déstabilisée 

                  L’Algérie n’a pas besoin de mercenaires étrangers, elle est bien outillée et expérimentée, en revanche , elle a besoin de l’aide financière des pays du Golfe., que  ceux-ci soient cohérents et cessent d’alimenter les factions rivales, .

                  Les balle est dans le camp des pays arabo-musulmans. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès