• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Macron l’Africain ou « Là : FRIC ! Hein » ?

Macron l’Africain ou « Là : FRIC ! Hein » ?

Le président français entame un périple de trois jours sur le continent africain - au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire et au Ghana - avec pour objectif de donner un coup de jeune aux relations franco-africaines en les recentrant sur l’entreprenariat, l’éducation et la jeunesse. Mais au son des grenades...

Macron innove en s’entourant d’un « Conseil présidentiel pour l’Afrique » composé principalement de jeunes entrepreneurs binationaux en lien étroit avec leurs pays d’origine, qui lui apportent une autre vision de l’Afrique que les réseaux diplomatiques traditionnels de ses prédécesseurs.

Visite délicate sur fond de menace terroriste au Sahel que les troupes françaises installées sur place combattent efficacement mais non sans difficultés et aussi d’un flux migratoire non géré donnant lieu à bien des catastrophes, tant en Méditerranée qu’en Libye. Un récent reportage a permis d’ouvrir les yeux sur un secret de polichinelle : la résurgence de l’esclavage transsaharien.

Le président français risque de croiser quelques manifestants d’organisations appelant à protester contre la tutelle néocoloniale du franc CFA, contre le pillage des ressources naturelles de l’Afrique par les grandes entreprises françaises, mais pas que… Une grenade jetée sur un véhicule militaire français témoigne de la nervosité, voire de l » hostilité dune partie des populations africaines.

Macron va probablement parler d’un plan de développement sur place. Mais un plan de développement efficace doit être débarrassé du racket et de l’exploitation par les multinationales des ressources gigantesques de cet énorme continent.

Dehors Areva ! Où paye. Dehors Bolloré ! Ou paye. Dehors Total ! Ou paye. Dehors Nestlé ! Ou paye. Dehors Bill Gates ! Ou paye.

L’Afrique attire les « investisseurs » internationaux. Mais pour quel développement ? Pour un développement prédateur, néocolonialiste. Ces firmes voyous saccagent les forêts, extraient les arbres les plus rentables, puis déboisent et plantent des palmiers à huile.

Et ça rapporte quoi aux Africains ça ? Rien. Par contre ça les envoie à travers déserts et Méditerranée vers le miroir-aux-alouettes de l’Europe. Le « progrès » des tracteurs a ruiné l’agriculture vivrière en détruisant la mince couche de terre arable patiemment fabriquée par des générations de petits cultivateurs. Oui mais ça engraisse Deutz, McCormick et autres…

Les firmes vautours qui néocolonialisent l’Afrique – françaises, européennes, étasuniennes et maintenant surtout chinoises - extraits les minerais d’uranium, de cuivre, de cobalt, d’or, de diamants, de terres rares et laissent une terre ruinée de latérite stérile et polluée.

Et ça rapporte quoi aux Africains ça ? Rien. Par contre ça les envoie à travers déserts et Méditerranée vers le miroir-aux-alouettes de l’Europe.

À côté des firmes voyous, il y a les États voyous, États voleurs de terre : (Chine, Corée du Sud, Arabie saoudite, Libye, Qatar, etc.) et les investisseurs voyous privés (fonds de pensions, banques, etc.). Ces bandits achètent la terre, le territoire, envoient les bulldozers, saccagent, défrichent, font fuir les paysans avec l’aide musclée des potentats locaux à la patte abondamment graissée, puis plantent des cultures d’exportation (cacao, arachide, café, riz, fleurs).

Et ça rapporte quoi aux Africains ça ? Rien. Par contre ça les envoie à travers déserts et Méditerranée vers le miroir-aux-alouettes de l’Europe.

Et que dire de ce pillage des élites africaines ? ! Il y a plus de médecins béninois en région parisienne que dans tout le Bénin ! Il en est de même pour les ingénieurs et les techniciens pourtant indispensables au développement de ces pays.

Au lieu de cette économie de prédation, ne vaudrait-il pas mieux mettre en place une réforme agraire en expulsant les grands propriétaires terriens pour partager, avec le soutien financier et réglementaire de l’État, les terrains en petites exploitations principalement axées sur les cultures et l’élevage vivriers ? ! Il y aura forcément une faible productivité, mais tant mieux : ça donnera du travail aux populations locales. Mais attention au syndrome « Zimbabwe » ou une réforme agraire de ce type mal menée a ruiné le pays…

Ne vaudrait-il pas mieux mettre en place de petites unités industrielles locales, directement en prise avec les besoins locaux : fabrication d’outils, de vêtements, de biens de consommation, d’habitations préfabriquées, de véhicules bon marché adaptés au pays, etc. ? ! Et même les pousser à exporter mais en assortissant ce développement local d’un indispensable protectionnisme vis-à-vis de la concurrence des grands pays développés qui subventionnent leurs exportations, refilent aux Africains leurs produits de seconde zone et tuent ainsi dans l’œuf toutes les initiatives locales.

Ce modèle de développement, aux antipodes de celui proposé, imposé plutôt par les organisations prédatrices que sont le FMI (Fond Monétaire International), la Banque mondiale, l’OMC (Organisation mondiale du commerce), a réussi il y a quelques décennies en Corée du Sud, en Malaisie, au Vietnam.

Ne serait-il pas plus réaliste, et efficace, de s’inspirer de ce qui a réussi ailleurs plutôt que de laisser la bride sur le cou à toutes ces institutions, multinationales et États nuisibles ? L’acceptation des investissements des états et firmes prédatrices devrait s’assortir d’un accord de ce genre : sur 1 000 que vous investissez, on vous en concède 500 pour vos cultures exportatrices, mais on vous impose d’investir 500 pour le développement de cultures vivrières à travers une aide financière et technique aux petits paysans locaux. Et idem pour les implantations industrielles venant en appui de l’artisanat et à la petite industrie locale. Pour que ça rapporte enfin aux Africains, que ça leur rende la fierté de leurs pays et leur enlève de l’esprit ce mirage qui les envoie, à travers déserts et Méditerranée, vers le miroir-aux-alouettes de l’Europe.

On nous rétorquera que l’argent de l’aide internationale coule à flots en Afrique… Mais il coule dans quelles poches ? Car peut-on envisager un tel développement positif avec des dirigeants et des administrations corrompus jusqu’à la moelle ? Mais qui dit corrompus dit corrupteurs. Et les corrupteurs, qui sont-ils ? Et où sont-ils ? Devinez… En plus, il faut relativiser cette aide financière. Elle est actuellement inférieure au transfert d’argent provenant de la diaspora africaine en Europe…

Enfin, il est une question taboue qu’il faut pourtant bien aborder : les bienfaits de la médecine moderne ont fait chuter heureusement la mortalité infantile. On s’en réjouit. L’espérance de vie s’en est trouvée allongée. Et donc la démographie a explosé tandis que la production restait au niveau d’une agriculture de subsistance, elle-même ruinée par les exportations subventionnées de produits européens.

Conclusion : une aide massive ne s’évaporant pas dans des poches corrompues doit se conjuguer avec une régulation efficace de la surpopulation. Les Chinois l’on fait, les Indiens tentent de le faire. Mais, au-delà de toute coercition, la manière la plus efficace de limiter les naissances, c’est l’éducation. Mais débarrassée des carcans de l’islam et du christianisme avec leur natalisme forcené.

Faute de résoudre ce double défi : développement économique de l’Afrique et limitation des naissances, l’Europe va se trouver confronter, dans les décennies qui viennent, à une gigantesque question migratoire. Qui ne se résoudra pas avec le sourire…

Allez, Monsieur le président, au lieu de la politique de complaisance de ce qui fut la « Françafrique » envers les satrapes et dictateurs locaux, prônez la « bonne gouvernance » si vous voulez, comme Chirac, mais évitez de faire comme Sarko disant que « l’homme africain n’est pas assez entré dans l’histoire ».

Et méditez sur ce proverbe africain : « Le mensonge donne des fleurs, pas de fruits ».

 

 Illustration X - Droits réservés


Moyenne des avis sur cet article :  3.75/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • Choucas Choucas 28 novembre 2017 11:26

    Ethno masochisme des derniers blancs
    va de pair avec la soumission au Grand Remplacement
    le pitoyable manque de volonté, de recherche du grandiose
    le mépris de soi-même, de sa culture, de sa civilisation, de ses ancêtres
    la débandade démographique
    l’infantilisation, la féminisation, la larvisation
    Vivre à cette époque de décadence au milieu des derniers avortons amorphes de l’Occident ?
    A vomir !


    • tinga 28 novembre 2017 11:43

      @Choucas
      A la lecture de votre commentaire, on ne peut que souhaiter ce « grand remplacement », (zut, j’ai oublié les majuscules), mais avec de courageux guerriers comme vous ça va changer, je vous conseille d’aller lutter avec les vaillants mercenaires de daech ou autre, ces gens combattent pour l’occident, mais je pense que vous vous en tiendrez à la rédaction de commentaires désespérés.


    • Diogène diogène 28 novembre 2017 17:45

      @tinga

      don’t feed the troll

    • Arnold Arnold 28 novembre 2017 19:40

      @tinga,
      Agoravox n’est il pas le carrefour des vociférations désespérées ???
      En l’occurrence l’article doit-être discerné comme un appel à la transparence, à la clarté s’agissant des relations politique, commerciale entre l’Afrique en général et l’occident. Beaucoup de véracités suintent de cet écho, ne vous en déplaise !!!


    • Ruut Ruut 28 novembre 2017 22:22

      Avez vous écoutés le discours du président au moins ?


      • Cateaufoncel 28 novembre 2017 23:23

        @Ruut

        Ce qu’on en retiendra, c’est l’image d’un Macron hilare balançant une vanne de potache au président burkinabé, Roch Marc Christian Kaboré, en le tutoyant, et qui s’en va sous les rires et les lazzis de huit cents étudiants, réunis dans l’amphithéâtre de l’université de Ouagadougou

        La vidéo : https://twitter.com/i/web/status/935538874029404160


      • Cateaufoncel 28 novembre 2017 23:33

        @Ruut

        P.S. - Petite précision : Macron, 39 ans, Kaboré, 60 ans


      • troletbuse troletbuse 29 novembre 2017 00:25

        @Cateaufoncel
        Oui, quel guignol.


      • Parrhesia Parrhesia 29 novembre 2017 08:30
        Espérons que le président et les étudiants burkinabé feront preuve d’indulgence et de patience...
        Pour ma modeste part, je sais déjà par expérience que la plupart d’entre-eux auront l’intelligence, la sagesse et le recul nécessaires pour comprendre qu’Emmanuel Macron et consorts, ce n’est plus tout-à-fait la France !!!
        Et je les en remercie par avance !

        • Panoramix Panoramix 29 novembre 2017 09:35

          Chaque président va en Afrique pour annoncer une rupture avec l’époque de la Françafrique, mais continue à entretenir des bases militaires dans la moitié des pays de la région.


          • Parrhesia Parrhesia 29 novembre 2017 10:23
            @Panoramix
            Je conçois que d’aucuns puissent préférer que les bases Françaises issues de l’alliance Franco-Africaine (qui a mis fin à la colonisation) soient remplacées le plus vite possible par des bases chinoises, américaines, ou voire, tout prosaïquement, mondialistes...
            Ce n’est ni mon cas ni celui de nombre d’Africains qui ne succombent pas aux sirènes des tenants modernes de l’esclavagisme (Cf. : La réalité mondialiste en Lybie et les visées sociétales réelles du capitalisme exclusivement financier) !!!

          • Panoramix Panoramix 29 novembre 2017 10:49

            @Parrhesia
            les Chinois nous évincent au niveau économique, mais je parlais de présence militaire, qu’avons-nous à y faire soixante ans après la décolonisation ? En Libye, nous avons participé à une alliance occidentale, c’est la déstabilisation résultante qui a remis en selle les pratiques esclavagistes. En tout cas cela confirme mon propos que les présidents successifs parlent de changement mais que c’est la continuité.


          • Scuba 29 novembre 2017 14:51

            @Panoramix
             c’est bien de présence militaire dont on parle : lorsque nous sommes parti de Djibouti (pas complètement il me semble), les américains et les chinois ont été très heureux de nous remplacer et ont construits tout deux des bases militaires dans ce pays. 

            Sous couvert de lutte contre le terrorisme, les américains ont installés des bases militaires dans le Sahel, qui était il fut un temps notre chasse gardée..

          • Parrhesia Parrhesia 29 novembre 2017 19:06
            @Panoramix
            Lorsque nous parlons de « bases » dans ce contexte, ce sont évidemment des bases militaires.
            Mais il faudrait être également bien naïf pour s’imaginer que les aspects militaires et politiques sont absents des implantations commerciales chinoises, américaines et autres sur le continent africain !!!
            Et sous quelque forme que ce soit, le but est toujours le même : supplanter la France pour le plus grand préjudice tant des Africains que des Français !

          • Parrhesia Parrhesia 29 novembre 2017 19:20
            @Scuba
            Absolument, Scuba !
            Et chaque fois que c’est possible, les bases militaires américaines et autres sont rapidement rejointes par des antennes commerciales, « culturelles » et/ou religieuses.
            J’admets que nous avons souvent procédé de même, à cette différence qu’avec la France, les bénéfices de la collaboration intercontinentale, mêmes imparfaitement répartis, sont quand-même mieux partagés qu’avec certains de nos concurrent qui ne laissent de leur présence que du sang, des larmes et des ruines partout où ils passent !!!
            à notre connaissance, Dakar, Yaoundé, Libreville et autres capitales francophones ne sont pas encore en ruine, en dépit de l’action de plus en plus marquée de nos concurrents.
            Très bonne soirée à vous, Scuba !

          • Panoramix Panoramix 2 décembre 2017 18:34

            @Parrhesia
            effectivement, il y a depuis très récemment une base militaire navale chinoise à Djibouti, alors que jusqu’ici ce pays n’avait pas de présence hors de ses frontières. Mais je doute qu’il aille faire le coup de feu contre les jihadistes ou s’interposer entre factions, il s’agit de surveillance maritime.
            Les interventions devraient relever d’instances internationales, non d’un pays-gendarme


          • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 29 novembre 2017 16:04

            Missieu Macron n’est pas tellement intelligent ...Ce sont les dirigeants africains qui sont obscurs !


            La France, après avoir terrorisé les « pays arabes et l’Afrique » a l’ambition de les asservir !

            J’avais bien prévenu au mois de juillet passé : 

            « »A cause du régime algérien qui s’affaire dans la corruption généralisée juste pour se maintenir au pouvoir, la France se déploie et se redéploie le plus facilement du monde ; elle arrivera dans peu de temps à dévorer complètement le Continent africain ! « »

            Lisez la suite ici :



            • Tina 30 novembre 2017 02:44

              « Le président français entame un périple de trois jours sur le continent africain - au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire et au Ghana - avec pour objectif de donner un coup de jeune aux relations franco-africaines en les recentrant sur l’entreprenariat, l’éducation et la jeunesse »

              Faux !!!!!

              C’est tout simplement le chaos qui va etre installé par des mercenaires au début du chaos qui permettra aux armées occidentales de s’installer

              MACRON s’est rendu au Sahel cet été (ce n’est pas pour rien que Macron et Merkel se sont réunis en plein été à ce sujet) en vue de détruire les pays alentours comme l’Algérie

              L’agitateur Kemi Seba payé par la France / israel et les USA est en train de souffler sur les braises pour amener la population africaine à l’insurrection

              En Algérie ce sont 2 kabyles Rachid Nekkaz et Anes Tina poussent la population algerienne à l’inssurection pour terminer comme en Lybie / Syrie


              • Tina 30 novembre 2017 02:45

                Intéressantes vidéos sur le pillage de l’Afrique par l’occident

                https://youtu.be/OzPITL1WLY0

                Jacques Chirac explique que l’argent des français vient de l’exploitation de L’Afrique

                Regardez « Comment la France tue, et pille l’Afrique ? » sur YouTube https://youtu.be/rWd4CpGqcoQ

                Regardez « Françafrique, l’envers de la dette » sur YouTube https://youtu.be/fKyA-snMrcI


                • Claude Simon Claude Simon 3 décembre 2017 19:19

                  « À côté des firmes voyous, il y a les États voyous, États voleurs de terre : (Chine, Corée du Sud, Arabie saoudite, Libye, Qatar, etc.) et les investisseurs voyous privés (fonds de pensions, banques, etc.). Ces bandits achètent la terre, le territoire, envoient les bulldozers, saccagent, défrichent, font fuir les paysans avec l’aide musclée des potentats locaux à la patte abondamment graissée, puis plantent des cultures d’exportation (cacao, arachide, café, riz, fleurs). »


                  L’agriculture durable stipule qu’il faut assoler entre les différents modes de production, soit agriculture d’exportation et agriculture vivrière, ad minima.

                  • jean bourdil 4 décembre 2017 08:14

                    L’Afrique aux Africains, je veux bien, mais de quel droit ? Quand les Portugais sont arrivés dans l’actuelle Afrique du Sud, il n’y avait pas un chat. Ils ont été remplacés largement depuis.

                    Je crois qu’il faut dissocier l’Afrique des Africains. L’Afrique c’est un continent qui n’appartient à personne en propre, les Africains, au sens large, ce n’est pas une race, c’est une culture. Et cette culture ne semble pas être très au point puisqu’elle donne pas mal de fil à retordre à ses adeptes pour fonctionner correctement dans le concert des nations.
                    Peut-être aussi que c’est une erreur de bassiner les Africains avec les Droits de l’Homme et la Démocratie, c’est une forme d’impérialisme de la pensée occidentale. De quel droit condamnons-nous, nous les Blancs, l’anthropophagie et l’esclavagisme ? De quel droit ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès