• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Macron l’Augustule, et mes prédictions pour 2019

Macron l’Augustule, et mes prédictions pour 2019

« Attendez-vous à savoir... » Geneviève Tabouis (1) a bercé ma jeunesse. M'inspirera t-elle aujourd'hui dans mes prédictions pour 2019 ? Dans le passé, c'est vrai, je ne me suis pas trop mouillé. C'est tout l'art du bonimenteur que, cependant, je ne suis pas.

Quant à Augustule c'est le nom du dernier empereur romain d'Occident, déposé par Odoacre, roi des Hérules, mercenaires, qui, toujours impayés, se sont vraiment fâchés. Ils avaient fini par renvoyer les insignes impériaux à Constantinople et déclaré l'empire dissout (2) ...

I. Politique intérieure

L'ordre établi va en prendre un coup en 2019. Un nouveau pic de crise financière va surgir dans le sillage de la hausse des taux d'intéret (3). Le Président Macron semble reconnaître aujourd'hui que« le capitalisme ultra libéral et financier...va vers sa fin » (4). Brule t-il ainsi ce qu'il adorait hier ? (5) Eclair de lucidité ?

Mais en s'en prenant toujours aux plus démunis, aux chômeurs, par exemple, qui devraient être incité, n'est-ce pas, à reprendre un emploi (!) le Président montre bien qu'il ne changera pas de cap.

Comme si les 6 millions de chômeurs pouvaient par « incitation » trouver comme par magie un emploi ! Par le retour au travail forcé, à l'esclavage ? Les « pauvres » – disons les plus modestes - du fait des « réformes », devraient donc se faire encore plus presser le citron.

Sauf que nombre d'entre eux à présent, vont toujours plus se rebiffer (Gilets Jaunes). La France est un pays de géants, celui d'esprits rebelles. Et c'est un métèque, sans patrie, qui te le dit, mon pauvre Augustule !

Le Président français ne devrait donc pas être en situation de terminer son mandat. Au mieux il devra dissoudre le Parlement et appeler à de nouvelles élections comme l'avait fait De Gaulle en 1968 ou Jacques Chirac en 1995.

Mais Macron est-il un homme d'honneur et de raison ? La victoire électorale des populistes qui s'en suivra, sera contestée du fait d'une large abstention. Un chaos institutionnel, sans majorité parlementaire , perdurera où l'option d'un pouvoir martial, secrètement envisagé auparavant par certains, deviendra la stratégie des conservateurs.

Si tout va bien – cela dépend évidemment de quel côté on se place – on tendra, avec un mouvement social victorieux, s'étendant à plusieurs pays, vers une société collectiviste soft , de démocratie directe, avec gestion informatisée tendance vegan. Le capitalisme financier sera abattu notamment grace à une démonétarisation progressive des échanges, ce qui entravera la spéculation. La politique de sauvegarde de l'environnement pourra être promue tout en préservant les revenus des plus modestes.

Si cela tourne mal, ce sera le repli identitaire sauce balkanique, avec kalachnikov à la maison, treillis, cranes rasés. La guerre entre les intégristes et fascistes de tous bords. Certains en rêvent déjà : la chasse aux migrants illégaux la nuit, par exemple, avec chiens et poivrots débusquant femmes et enfants, quel pied !...

II. Où ira le monde ?

La dernière carte des capitalistes dans un monde sans avenir pour eux, serait le déclenchement d'une guerre mondiale. L'antagonisme entre la Chine et les Etats-Unis pourrait en fournir l'opportunité. Reste les opinions publiques. Même en Chine, où le mouvement démocratique va renaître.

On voit mal la mobilisation des populations pour une guerre comme en 1914.

Reste les conflits régionaux comme ceux qui touchent le Moyen-Orient depuis 70 ans. Parfois certaines guerres sont cependant l'opportunité pour les peuples de changer la donne. Il faut soutenir le Kurdistan démocratique menacé par la Turquie. On a déjà vu par ailleurs que le mouvement social en Syrie a été vaincu par la guerre dès 2011.

Tout comme les Etats-Unis, le sous continent américain reste une terre de guerre civile où s’affronteront les conservateurs et l’extrème-droite contre la société civile. Au Brésil, appelé sous la férule de Bolsonaro à devenir une dépendance des USA, la paix sociale sera rapidement rompue.

Si le mouvement social en France fait basculer l’Europe, le reste du monde se soulevera aussi contre les oligarchies capitalistes.

Côté jardinage et potager, profiter du climat plus chaud pour cultiver et faire des stocks. C'est plus prudent...

 

(1) Geneviève Tabouis, 1892-1985, journaliste et chroniqueuse, notamment à la radio, qui commençait ses émissions par des phrases fétiches comme celle-là...

 

(2) Romulus Augustulus - « le petit Auguste » -, le dernier empereur romain d'Occident, s'en tira bien. Agé de 14 ans il fut relegué par Odoacre dans une villa sur la Riviera... Si Macron tarde ou tergiverse trop, il n'est pas sûr que sa carrière politique se termine aussi bien.

 

(3) C'est la Banque Fédérale américaine qui décide du taux du « loyer de l'argent ». Elle a décidé d'une hausse pour ces prochaines semaines. En attendant « tout le monde » se précipite pour spéculer car on a compris que « l'argent à taux 0 » n'a plus qu'une durée limitée.

 

(4) Pour comprendre pourquoi le capitalisme aboutit à la voie sans issue de la financiarisation lire mon petit ouvrage, interdit par les éditeurs, « Krachs,spasmes et crise finale », https://lachayotenoire.jimdo.com/nemo/

 

(5) En navril 2017, il réclame ainsi moins de règles entravant la spéculation financière : « Macron, candidat critique des règles financières nées après la crise » Le Parisien 11/04/2017.


Moyenne des avis sur cet article :  2.86/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • Durand Durand 2 janvier 10:06

    .

    On peut toujours continuer à rêver mais rien ne sera obtenu sans la pression insistante, croissante et ciblée de la rue...

    La seule exigence d’un référendum immédiat sur la sortie de l’UE suffirait, en cas de victoire du Frexit, à chasser Macron et à provoquer de nouvelles élections présidentielles lors desquelles les Français pourraient choisir le programme qui leur paraît présenter le plus de garanties démocratiques.

    Ce référendum pourrait très bien comporter deux question : le Frexit ET le RIC.

    C’est donc sur ce référendum que doivent converger et se cristaliser toutes les exigences des Français.

    .


    • nemo3637 nemo3637 2 janvier 10:18

      @Durand
      N’y a t-il pas contradiction entre « la pression de la rue » et le vote, pour un référendum ou autre chose, dont l’organisation est confiée à l’Etat ?


    • Durand Durand 2 janvier 11:16

      @nemo3637

      .

      Quand les représentés ne peuvent plus compter sur les représentants qu’ils ont élus, il ne leur reste que la rue pour se faire entendre du gouvernement. La rue, c’est aussi le « démos kratos » et la révolte et l’insurrection sont même considérées comme un devoir de chaque citoyen dans le préambule de la Constitution.

      .


    • Durand Durand 2 janvier 11:36

      @nemo3637

      « Relevant de l’ordre constitutionnel, l’insurrection est ainsi un droit imprescriptible « supérieur aux lois » ; elle permet au peuple de manifester directement sa force et sa puissance plus que son désir de s’opposer aux dérives de l’Etat vers l’arbitraire ou l’injustice manifeste ; elle lui permet d’exprimer pacifiquement (ou violemment, selon l’intensité de la répression qui pourrait lui être opposée par les organes de pouvoir) son refus, son rejet, son objection à toute orientation vers le despotisme et l’autoritarisme. Le droit à l’insurrection signifie clairement que les fondements de la légitimité des pouvoirs publics se sont totalement désorganisés. Il est le « dernier recours » avant la révolution, laquelle peut devenir nécessité si la confusion devient dérèglement et s’inscrit dans l’ordre constitutionnel. »

      Et si ça ne suffit pas, il existe en Droit International « le droit des peuples à l’autodétermination »...

      .

      https://koubi.fr/spip.php?article20

      .


    • Durand Durand 2 janvier 11:38

      @nemo3637

      « Relevant de l’ordre constitutionnel, l’insurrection est ainsi un droit imprescriptible « supérieur aux lois » ; elle permet au peuple de manifester directement sa force et sa puissance plus que son désir de s’opposer aux dérives de l’Etat vers l’arbitraire ou l’injustice manifeste ; elle lui permet d’exprimer pacifiquement (ou violemment, selon l’intensité de la répression qui pourrait lui être opposée par les organes de pouvoir) son refus, son rejet, son objection à toute orientation vers le despotisme et l’autoritarisme. Le droit à l’insurrection signifie clairement que les fondements de la légitimité des pouvoirs publics se sont totalement désorganisés. Il est le « dernier recours » avant la révolution, laquelle peut devenir nécessité si la confusion devient dérèglement et s’inscrit dans l’ordre constitutionnel. »

      Et si ça ne suffit pas, il existe en Droit International « le droit des peuples à l’autodétermination »...

      .

      https://koubi.fr/spip.php?article20

      .


    • nemo3637 nemo3637 2 janvier 18:18

      @Durand
      Je suis d’accord avec vous sur le principe. Tout de même l’Histoire nous montre des insurrections populaires dont l’objectif était d’instaurer une tyrannie. Je pense, par exemple à la Marche su Rome de Mussolini en 1922.
      Reste la Constitution française de 1793 et le Constitution américaine. Mais aux Etats-Unis des milices armées s’en réclament aujourd’hui et la démocratie n’est pas vraiment leur préoccupation. 
      La clé réside dans le pouvoir économique.
      Constitution et Lois se forment en même temps qu’est détruit l’ancien régime.


    • Durand Durand 2 janvier 18:51

      @nemo3637

      .

      En matière de révolte populaire, la marche sur Rome n’est quand-même pas la loi du genre et on n’est plus en 1922 !...

      .


    • Alren Alren 2 janvier 18:52

      @nemo3637

      Mes prévisions pour 2019 :
      Macron ne démissionnera pas.
      Macron ne dissoudra pas l’Assemblée.
      Macron n’organisera pas de référendum.

      Cela tant que la police exécutera ses ordres ...


    • William 2 janvier 21:31

      @Alren
      Macron en effet ne démissionnera pas
      ni ne dissoudra l’assemblée,
      mais il octroiera magnanimement un référendum pour faire entériner des réformettes institutionnelles ...qu’il a déjà prévues, sur le non-cumul des mandats, la réduction du nombre de députés, et l’instillation d’une dose de proportionnelle. Peut être assouplira -t-il un peu les règles léonines pour le référendum d’initiative partagée introduit par Sarko.


    • lautrecote 3 janvier 09:12

      @Durand
      la révolte et l’insurrection sont même considérées comme un devoir de chaque citoyen dans le préambule de la Constitution

      Hélas non, pas dans le préambule de la Constitution de 1958 (ni dans celle de 1946). Vous confondez avec (l’article 35 de) la Constitution de 1793 qui n’a (hélas) jamais été appliquée.


    • lautrecote 3 janvier 09:26

      @lautrecote
      Soyons précis : dans l’article 35 de la Déclaration des droits de l’homme et du Citoyen figurant en préambule de la Constitution de 1793 elle-même...


    • nemo3637 nemo3637 3 janvier 10:25

      @Alren
      On prend date.
      Une police, un service d’ordre, sont insuffisants pour maintenir à eux seuls un régime.


    • Durand Durand 3 janvier 13:16

      @lautrecote

      .

      Non, je ne confond pas mais j’ai trouvé que ce paragraphe était très explicite de l’esprit qui motivait déjà la rédaction de l’article 2 de la DDHC de 1789 (qui elle, a valeur légale..) et où il est question de la « resistance à l’oppression » – sans autre précision – comme étant l’un des « droits naturels imprescriptibles ».

      Il y a donc bien un manque de précision dans mon com mais il n’y a pas de « Hélas non » qui tienne...

      .


    • zygzornifle zygzornifle 2 janvier 15:44

      C’est le pharaon Tout Ank Macron ....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès